26/09/2011

Le roi d’Arabie saoudite fait un petit pas. Qu’en pense l’imam Ibram?

La Mosquée de Genève et ses femmes en particulier peuvent lancer un spécial Allah Akbar! Et remercier leur bailleur de fond et gestionnaire, l'Arabie Saoudite. Sa Majesté de la péninsule vient en effet d'accorder le droit de vote aux femmes. Mais en fait, l'imam Youssef Ibram, approuve-t-il cette décision?

La question se pose, car Youssef Ibram, imam de la mosquée de Genève (5000 fidèles au sermon du vendredi), a un jugement très positif sur l'Arabie saoudite, si conforme, dit-il, au Coran et à la charia.

Illustrations par un extrait d'un article de Protest'info du 13 décembre 2009:


«La loi islamique et sa partie charia, affirme l'imam, concernent uniquement les pays musulmans. Mais même parmi ces pays, tous ne la pratiquent pas! Il n'y a que l'Arabie saoudite qui suit plus ou moins ce code.

«L'Arabie saoudite a-t-elle raison de l'appliquer?» demande la journaliste. «Oui, dans le sens où elle s'approche le plus possible du Coran et je défends le Coran. (...) C'est parce que la péninsule arabique n'a jamais été colonisée qu'elle est restée au plus proche de l'islam.»

Pour les femmes de ce pays, qu'est-ce qu'être proche de l'islam?

Elles sont largement cloîtrées, interdites de sortie sans homme, vêtues d'un long habit sombre qui ne laisse visibles que les yeux (l'abaya, genre de niqab).

On marie des petites filles à de jeunes ou vieux Messieurs. Le témoignage d'un homme est égal à celui de deux femmes.

Dans cette vision, les femmes sont moins intelligentes et moins aptes à la religion que les hommes en raison de leurs règles et des accouchements. Et elles ne peuvent conduire pour éviter toute velléité de liberté.

Les écoles pour filles et garçons sont séparées, comme la grande majorité des activités de la nation, la plupart étant occupées par les hommes. La nation se prive ainsi du savoir et du savoir-faire d'une grande partie de ses citoyens, très bien formés et très désireux de travailler: ses citoyennes. Le roi tente mollement d'adoucir ce régime.

L'Arabie saoudite est l'un des pays qui condamne le plus à mort dans le monde. Deux exécutions viennent d'avoir lieu dont l'une d'une Indonésienne accusée d'avoir tué sa patronne. Probablement après avoir subi les pires sévices, car le statut de ces domestiques est proche d el'esclavage.

L'Arabie saoudite exécute comme du temps de Mahomet: elle décapite avec un sabre. Et elle fouette. Même des femmes de 75 ans.

Le droit de vote des femmes ne risque-t-il pas d'éloigner de l'islam un pays qui selon Youssef Ibram lui est resté si proche?

 

Pour s'enrichir sur ce sujet et sur d'autres, suivre ce lien...

 

 

18:52 Écrit par Mireille Vallette | Lien permanent | Commentaires (7) | Envoyer cette note | Tags : arabie saoudite, femmes, ibram | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

| Share

 

Commentaires

Vous avez raison de dire que le roi agit mollement. Disons à sa décharge que s'il agissait autrement il ne resterait longtemps roi! Car le lavage de cerveau auquel ce peuple est soumis depuis des siècles, l'a rendu incapable de penser autrement. Il paraît que 7 femmes sur 10 pensent que tout ce que mentionnez dans votre articles est bon et doit continuer de la même façon. L'espoir d'épanouissement de royaume saoudien repose donc sur les 3 autres.
C'est peu pour une évolution...

Écrit par : Hakim | 29/09/2011

Ma chère Mireille,

L'arabie saoudite ne constitue absolument pas un exemple d'islamité, l'arabie saoudite ne représente qu'elle-même, et quiconque l’érige en état islamique idéal et non seulement erroné mais a bien souvent, comme vous, des intentions peu louables.


L'abaya n'est nullement une prescription coranique, le coran ne demandant aux femmes ainsi qu'aux hommes de baisser leur regard (métaphore pour ne pas être excessivement 'flirteur') et de porter des vêtements amples et qui n'attirent pas l'attention, les deux étant des recommandations logiques dans le climat désertique du Hejaz où le sable et le soleil brulant peuvent vous infliger des vilaines blessures si vous vous promenez en shortiste émancipé(e).

Deuxième chose, l'abaya n'est absolument "un sorte de niqab", l'abaya, qui vient du sud de la Perse et des régions méridionales d'iraq, est une sorte de tunique de teinte noire faite d'un tissu très fin et qui ne couvre que le corps et ne monte pas sur les cheveux et le visage. L'abaya a été érigée en vêtement officiel car elle s'est imposée comme le vêtement "à la mode" du Najd dans les années 30 et 40 chez certaines tribus influentes qui allaient diriger l'arabie. Traditionnellement, les saoudiennes portent des jalabiyat, magnifiques robes colorées et agrémentée de bijoux, et beaucoup la portent encore dans les régions rurales ainsi qu'au Yemen et à Oman.

Le niqab n'est pas une obligation religieuse, il provient d'une tradition bédouine de se couvrir le visage pour les deux sexes pour se protéger du vent, du soleil et du sable, cette tradition a persisté plus longtemps chez les femmes à cause du machisme d'état du clan saoud, mais est en diminution rapide, en effet, saoudiens et étrangers établis de longue date au royaume vous diront que le niqab n'est pas populaire chez les jeunes filles et que la majorité n'envisagent pas de le porter à l'age adulte.

Autre signe, l'abaya, ancienne tunique noire toute simple est désormais satinée, portée "ouverte" montrant jeans délavés, leggings et hauts à la mode, sans aucune gêne de la part des adolescentes et des coquettes saoudiennes. Un tour dans les centres commerciaux de Jeddah ou Dammam et vous serez étonnée du nombre de jeunes filles de 20-30 ans qui ne couvrent simplement plus leurs cheveux, et la tendance prend de l'ampleur chaque jour.

Erreur, les femmes saoudiennes peuvent sortir sans hommes !! Une fois encore, un tour sur les corniches et les centres commerciaux (les seuls moyens de divertissements autorisés par les mêmes saouds qui s'envolent presque chaque w-e pour l'europe) vous montrera le nombre de femmes, seules ou en groupes d'amies ou de cousines qui ne sont pas accompagnées d'hommes.

Traditionnellement, les sociétés arabes, sunnites chrétiennes ou chiites, ont encouragé la sociabilisation entre personnes du même sexe. Un peu comme la sicile et l'andalousie d’antan. Rien d'étonnant à voir des tas de femmes seules partout, achetant,allant rencontrer un petit ami ou amant (si si) ou allant tout simplement travailler.

La femme saoudienne est cependant sous "tutelle" permanente, ayant besoin d'un permis d'un homme, mari ou proche parent, pour se rendre à l'étranger, travailler ou étudier, mais n’a-t on pas attendu l'après guerre pour supprimer ces ignominies, comme la possibilité d'ouvrir un compte bancaire ou de travailler, en Europe ? Et même si il est manifeste que cette tutelle est honteuse en soi, elle n'est pas un frein pour la majorité des saoudiennes, les saoudiennes constituant 60% des diplômés universitaires depuis une décennie et les femmes constituant près de 20% de la main d’œuvre saoudienne, contre 5% il y a 20 ans, le plus clair de la croissance de ce chiffre s'étant effectué au cours de ces dix dernières années.

L'abolition de cette tutelle et, avec la participation des femmes à la vie politique et l'autorisation de conduire, un des sujets brulants entre les classes moyennes et supérieures, éduquées et libérales des grandes villes et le régime saoud fossilisé et ancré dans des valeurs qui ne correspondent plus aux classes moyennes et supérieures, aux populations urbaines, et surtout, à une grande partie de la jeunesse.

Au sujet du mariage, votre article démontre à quel point votre démarche n'a aucune volonté informative mais se bute bêtement à dresser un portrait erroné de l'arabie saoudite. L'age moyen au premier mariage pour les femmes saoudiennes était selon des études récentes, de 22-23 ans, contre 25-26 ans pour les hommes, et dans les grandes villes saoudiennes et parmi les classes moyennes et aisées la majorité des femmes se marient après leur 25éme anniversaire.Au Qatar voisin et dont la société est la plus proche de la société saoudienne, seul 1% des mariées qataries avaient moins de 19 ans en 2010, et plus d'un quart des trentenaires ne sont pas mariées. Le mariage de fillettes et jeunes filles à des hommes agés est une pratique en voie de disparition et reste cantonnée aux régions les plus arriérées du royaume, près du Yemen, où même dans ces régions ces unions ne constituent que des faits épisodiques et qui suscitent consternation et rage chez les milieux progressistes saoudiens.

Un autre point, la croissance du taux de divorce, estimé, par exemple, à près de 60-65% dans la province ouest du royaume, la plus libérale, et sûrement de 40-50% dans les autres régions du pays, et en hausse continue. L'arabie saoudite est également face à un phénomène méconnu il y a 20 ans: le grand nombre de vieilles filles et qui n'ont aucune envie de se marier, faute de partenaire adéquat, ces femmes étant souvent éduquées et actives et craignant plus que de tout de sacrifier leur indépendance financière.

Si l'éducation est séparée en Arabie c'est car les sociétés arabes privilégient traditionnellement la sociabilisation entre personnes du même sexe, et cette tradition érigée au rang de loi a donné cette situation. Qui plus est, un système scolaire séparé donne l'opportunité aux filles de se promener dans les couloirs et les cours de leurs écoles collèges et lycées sans abaya ni foulard, et souvent dans des tenues beaucoup plus osées et travaillées que celles vues dans les collèges et lycées français ou suisses, les saoudiennes se jugeant et ragotant souvent entre elles sur la garde robe et le soin apporté aux cheveux et au maquillage.

De plus, l'université mixte construite au nord de Jeddah, la KAUST, avec son campus à la californienne où les femmes peuvent conduire et ne sont pas astreintes au port de l'abaya et où hommes et femmes cohabitent est, selon le roi, la première phase de la construction d'une série d'université et de centres de recherches absolument mixtes sans aucune contrainte en vogue dans les autres lieux du royaume. Comme une sorte d'introduction du changement radical par dose homéopathique, avant de libéraliser à grande échelle une fois le changement localisé accepté et banalisé.

Egalement, la ségrégation n'est pas la norme dans la majorité des entreprises saoudiennes, ni dans les hôpitaux, ni dans les commerces. Les hôpitaux sont pleins de femmes docteurs saoudiennes en blouse blanche et jean (et non abaya) qui discutent librement avec les médecins et infirmiers hommes saoudiens et étrangers. Dans une grande partie des entreprises de Jeddah et d'autres grandes villes, hommes et femmes travaillent ensemble, et beaucoup d'entreprises ne demandent pas aux femmes, saoudiennes ou étrangères, de porter de l'abaya sur le lieux de travail. Un exemple, la société Rotana, appartenant à un prince, où les très nombreuses employées saoudiennes déambulent entre jeans moulants, hauts à bretelles, tallons aiguilles et sacs Prada au milieux d'hommes saoudiens et étrangers.

Au sujet de la peine de mort, la Chine et les Etats Unis n'ont pas besoin d'un pretexte comme le Coran, ils ont un code pénal actuel qui leur permet de tuer de façon toute aussi sauvage que le royaume saoudien. Pourquoi attribuer un monopole à l'islam alors que des peuples non-musulmans ont pu faire preuve de tout autant de barbarie et de sauvagerie que les bourreaux commissionnés par le clan al saoud ? Quid de l'inquisition, du Rwanda, du génocide nazi, du nettoyage ethnique de l'amérique du sud ? La bible n’a-telle pas aussi servi d'alibi à plus d'un sanguinaire ? Que l'on se positionne en donneur de leçon d'accord, mais un regard objectif est alors essentiel, ce qui vous fait cruellement défaut ma chère Mireille.

Ce que l'on peut dénoncer c'est la lenteur ahurissante des réformes de fond qui permettrait à la libéralisation de la société en cours de prendre de la vigueur et d'être débarrassée d'obstacles officiels. Cependant, ce ne sont pas des critiques infondées faites par des gens qui mélangent tout qui changeront quoi que se soit; l'islam n'est pas un problème en soit, il ne l'est pas en Turquie, il ne l'est pas en Tunisie, le vrai problème c'est l'emprise de la famille saoud sur toute la vie politique saoudienne et qui maintient des traditions qui n'ont plus lieu d'être. Le Qatar et les Emirats ont une origine et une culture fortement similaire à celle des habitants de l'arabie saoudite et ça ne les empêche pas d'avoir atteint la prospérité économique et des avancées très significatives sur le statut des femmes.

Écrit par : Monsieur S. | 05/10/2011

@Monsieur S.
N'ayant jamais été personnellement en Arabie Saoudite, je ne peux juger des faits que vous avancez. Par contre, je peux répondre à la question que vous posez:"La bible n’a-telle pas aussi servi d'alibi à plus d'un sanguinaire ?"
Il y a une différence entre servir d'alibi et suivre les ordres très concrets donnés dans, disons la Charia pour n'offenser personne. L’Islam n'est pas un problème, tant qu'il n'obéit pas à tous les préceptes du Coran, mais la Charia en est un, et grand!

Écrit par : Hakim | 05/10/2011

@Monsieur S,

La vie est donc belle pour les femmes d'Arabie saoudite? J'en serais tellement ravie. Dans votre description idyllique, la police religieuse a disparu et les fatwas confirmant des mœurs archaïques -l'une d'elles il n'y a pas si longtemps concernant le mariage d'un vieux Monsieur avec une mineure- ne sont plus suivies par personne? Je vous joins ce lien sur un reportage récent de la TSR. On y voit entre autres les joyeuses couleurs que portent les femmes dans les centres commerciaux.
http://www.youtube.com/watch?v=HcoZc1VmovE
Quand à la liberté de porter d'attirants vêtements une fois dans les écoles (mais pourquoi pas en dehors?), je vous rappelle l'incendie qui s'est déclaré en 2002 dans l'une d'elles: la police religieuse a empêché les filles de fuir et les pompiers de se porter à leur secours, car elles ne portaient pas l'habit qui masque leur corps et leur visages. Une quinzaine de fillettes étaient mortes à cause de ces religieux. La presse et beaucoup de saoudiens heureusement avaient protesté.
Je vous accorde l'exception de l'université voulue par le roi. Mais globalement, l'Arabie saoudite représente bien ce qui se produit dans les pays islamiques qui appliquent le Coran et la charia dans la lettre. Et pour cette dernière, je rejoins Hakim et Abdelwahab Meddeb (l'un des plus grands, des plus fins connaisseurs de l'islam, civilisation qu'il aime profondément) qui pensent qu'elle devrait disparaître. C'est la différence qui existe entre les textes chrétiens qui pris à la lettre ne permettent pas les violences qui ont été commises, contrairement à la charia et une certains nombre de versets du Coran qui s'ils sont pris à la lettre impliquent la violence... Celle qui se déploie aujourd'hui dans les pays musulmans.
Cela dit, je vous remercie d'avoir répondu en termes courtois et en argumentant. C'est rare.
Mireille Vallette

Écrit par : Mireille Vallette | 06/10/2011

Madame Vallette,

Si vous relisez mon (long) commentaire, vous n'y trouverez rien disant que la vie des femmes saoudiennes est idyllique, mon intention étant seulement de vous faire part de mon expérience de la société saoudienne afin de vous apportez une image plus complète et globale de cette société que l'on réduit à un mall de Riyadh.

L’événement de 2002 a été l'événement de trop pour les médias et la société saoudienne. Et a aussi marqué un raidissement des autorités royales face à ce groupuscules d'hystériques qui commençait à ce consister en véritable milice semi-autonome échappant au contrôle des saouds.

Pourquoi les saoudiennes sont astreintes au port de l'abaya ? Car l'abaya, comme je l'ai dit, a été le vêtement en vogue lors de l'établissement du royaume saoudien et a progressivement remplacé les vêtements traditionnels des femmes saoudiennes, longues robes aux couleurs ocres, orangées, rouges et pourpres, avec de nombreux détails et broderies qui en disant long sur l'appartenance clanique et sociale de celle qui la portait. Tappez "omani women dress" sur google image et vous verrez! Cette tunique de satin noir venue d'iraq a été vue plus "conforme" à la morale que les vêtements bigarrés d’antan et a donc été rendu obligatoire.

A propos de la vidéo, 10 secondes dans un centre commercial de Riyadh ne sont pas très représentatives. Pourquoi ? L'arabie est divisée en trois régions majeures: le Hejaz, le Najd et le Sharq.

- Le Hejaz, le tiers ouest, avec les montagnes s'étirant du Yemen jusqu'à la Jordanie en parallèle à la mer rouge, avec les villes de La Mecque, Ta'ef, Medine et le port de Jeddah. Le Hejaz est traditionnellement très différent du Najd, due à sa longue tradition urbaine et sa littoralité, engrangeant des échanges commerciaux et apportant une ouverture d’esprit notable à ses habitants. Lez Hijazis sont une population bigarrée: arabes sédentaires, égyptiens, syriens, yéménites, africains, perses, asiatiques et même slaves islamisés des balkans ! Encore aujourd'hui Jeddah reste la ville la plus libérale du royaume, où la grande majorité des saoudiennes montrent leur visage, portent souvent des abayas complétement ouvertes montrant leurs vêtements à la dernière mode et bénéficient d'un climat social favorable.

- Le Najd, région au passé marqué par les clans bédouins nomades, peu de villes, quelques oasis isolées avant l’ère du pétrole. Les Najdis sont connus pour leur conservatisme social, leur traditionalisme récurrent et leur extrême dévotion. Ils ont vécu en autarcie et en isolation depuis l'ère pre-islamique.

- Le Sharq: la région bordant le littoral du golfe persique, qui est en quelques sortes à mi chemin le Hejaz et le Najd au niveau de l'ouverture sociale et culturelle.

Le fait que le reportage soit filmé dans la capitale du Najd montre une population beaucoup plus conservatrice qu'à Jeddah par exemple.

A propos des fatwas, il y en a tellement par jour et par tellement de savants et pseudo-savants que très peu de saoudiens y prêtent attention. Demandez à la jeunesse de Jeddah si elle a entendu de la dernière fatwa de mr X sur le mariage des mineures ils vous répondront qu'ils s'en fichent bien pas mal et qu'ils étaient trop occupés à regarder la version piratée du blockbuster "sexe entre amis" entre un épisode de Gossip Girl et un le dernier clip de Beyoncé sur MTV Arabia.

Parlant d'expérience, je peux vous affirmer que la police religieuse se fait beaucoup, beaucoup, beaucoup moins visible qu'avant. A Jeddah elle a même disparu, et les jeunes saoudiens utilisent leurs blackberrys et iphones pour se prévenir des rares allées et venues de ceux-ci à travers la ville. Le temps où la police religieuse courait après les saoudiennes qui n'étaient pas assez dissimulées sous leurs sombres niqabs est bel et bien révolu. De toute façon, s'il fallait que la police religieuse fasse la chasse à chaque saoudienne à l'abaya ouverte, aux cheveux partiellement/complétement découverts et au maquillage outrancier, il faudrait recruter au moins un million d'hommes supplémentaires rien que pour Jeddah.

Connaissez vous beaucoup de pays qui appliquent la Chariah ? Moi non ! Et les révolutions arabes seront bientôt la preuve que l'islam politisé, muselé en apparence devant les occidentaux et entretenu par derrière par les despotes, va très vite disparaître.

Le retour à l'islam dans les années 70, 80 et 90 dans les pays arabes n'est qu'une réponse aux dictatures pseudo-laïques, à un état de très grave crise sociale et économique perpétuelle, à une fracture entre l'élite aristocratique ultra-occidentalisée et arrogante et le petit peuple méprisé, à un musellement de tous les disciplines artistiques par les régimes pseudo-laïcs gardiens de la paix des Netanyahus et autres Olmerts.

Une fois la démocratie rétablie, l'économie en marche, la justice sociale ressuscitée, la culture, l'éducation et les arts renouvelés, vous le verrez madame, les voiles seront arrachés, les fatwas disparaîtront, les hystériques hurlant et crachant contre l'occident dans leur micro n'auront plus aucun auditoire et se retireront à Tora Bora. Mais les Samuel Huntington et leurs alliés de Kadima ou du Tea party n'en ont pas encore fini, l'islam et les musulmans font encore recette.

Écrit par : Monsieur S. | 08/10/2011

Cher Monsieur S, je n'ai pas votre patience, j'aimerais savoir ce que vous trouvez intolérable dans ce pays qui ente autres fouette, décapite, pratique encore l’amputation de la main de voleurs et discrimine sans vergogne entre autres les femmes, mais pas seulement. Je vous renvoie au rapport 2010 d'Amnesty international. Je vous cite la phrase de résumé concernant les femmes, mais vous invite à lire l'intégralité.
"Les femmes continuaient de subir de graves discriminations, dans la législation et en pratique, malgré certains signes de réforme. L'État n'a pratiquement rien fait pour lutter contre la violence très répandue à l'égard des femmes, et plus particulièrement des employées de maison."
http://www.amnesty.org/fr/region/saudi-arabia/report-2010
Quant au printemps arabe, j'aimerais tellement y croire! Je ne peux hélas partager une seconde votre optimisme.
Et pour moi, sur ces sujets, ce sera tout.

Écrit par : Mireille Vallette | 09/10/2011

"La shortiste émancipée" sait mesurer la morsure du soleil et la force du vent. Elle portera une saharienne la protégeant ainsi des éléments naturels.
Elle se rendra aux urnes en femme libre et indépendante et ira au supermarché sans la présence de la police.
Elle mangera ce que bon lui semble, poisson, porc, boira une boisson pétillante et s'apercevra que d'éventuels problèmes de digestion n'ont rien à voir avec les préceptes des dieux de toutes les religions.
"La shortiste émancipée" ne craint ni le regard de l'homme, ni la colère de Dieu.
Elle a éloigné la peur dans laquelle le mâle tout-puissant voulait l'enfermer.
Mais sa révolte sera terrible pour ceux qui empêcheront ses soeurs d'accéder à la liberté.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 09/10/2011

19:13 Publié dans Autres pays, Femmes, Suisse | Tags : arabie saoudite, youssef ibram | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.