16/01/2013

L'islam violent touche aussi l'Allemagne

Soeren Kern, spécialiste -très critique- au Gatestone institute, relève les faits majeurs de l’actualité islamique 2012 en Allemagne (original en anglais, traduit par Nancy Verdier).  J’en ai fait un résumé que je vous propose. J’avais relevé quelques-uns des événements cités dans Boulevard de l'islamisme

Ces faits sont particulièrement illustratifs de la l’islamisation des pays européens avec une composante de plus en plus accentuée de violence.

Kern s’est livré au même exercice pour la France. (Je ne l’ai pas résumé.) Dans les deux pays, des sondages montrent que l’image de l’islam et des musulmans est de plus en plus négative.


 

Pour compléter ce qui a trait à la France, je vous invite à lire l’interview de Joaquim Véliocas que j’ai faite pour lesObservateurs. Ce spécialiste, par ailleurs responsable du site L’Observatoire de l’islamisation  est l’auteur d’un ouvrage magistral qui montre les compromissions honteuses auxquelles se livrent les autorités politiques de l’Hexagone. Une succession de révélations dont aucun média important n’a parlé.

Faits et image de l'islam en  2012

Les musulmans représentent en Allemagne quelque 4,5 millions de citoyens sur 81 millions d’habitants. La démographie des adeptes de Mahomet est en forte croissance.

 

Janvier. Les autorités allemandes confirment qu’elles mettent sous surveillance les sites internet germanophones qui critiquent l’immigration musulmane et l’islamisation en Europe. Manfred Murck, directeur de la filiale hambourgeoise de l’Agence de renseignement intérieure allemande, déclare que la possibilité pour ces citoyens d’être condamnés pénalement pour incitation à la haine est en cours d’examen.

Les musulmans de Duisbourg, l’une des villes les plus islamisées du pays, demandent le droit de transformer les églises qui ferment en mosquées. Les lieux de culte musulmans (dont 40 méga-mosquées) se multiplient.

L’université de Tübingen inaugure le premier département de théologie islamique allemand. Trois autres sont planifiés. Le gouvernement allemand espère ainsi créer un antidote aux «prêcheurs de haine». D’autres analystes craignent au contraire qu’un islam dur s’introduise ainsi dans le système universitaire.

Février. Le ministre de l'intérieur du Land de Rhénanie-Palatinat Jochen Hartloff, se dit favorable à l’introduction de la loi islamique pour des questions de droit civil : résolutions de problèmes familiaux tels que pensions alimentaires et divorces, contrats financiers. Ils pourraient selon lui avoir un «effet pacificateur» dans le pays. Michael Frieser, expert pour le parti conservateur sur les questions d'intégration au parlement, l’approuve. Il estime que l’introduction par des immigrés de certains aspects de leur système juridique «peut finalement servir la cause de l'intégration».

Mars. Le 9 mars à Berlin, dans le quartier très islamisé de Neukölln, Sven, un Allemand ("de souche"), essaie de faire cesser une bagarre entre deux groupes de Turcs. Ceux-ci retournent leur colère contre lui. Au cours d’un affrontement avec une vingtaine de musulmans armés de couteaux et de poignards, Sven poignarde en plein cœur l’un de ses agresseurs, Yusef Al-Abed, 18 ans. La police confirme la légitime défense. Plus de 3000 musulmans en colère assistent aux funérailles (réd: des hommes, car les femmes ne participent pas aux enterrements ).

Avril. Les islamistes radicaux lancent une campagne de distribution de 25 millions d'exemplaires du Coran, un pour chaque foyer. Ce prosélytisme est organisé par des groupes salafistes répartis dans les villes allemandes.

Mai. Le 5 mai à Bonn, une trentaine de partisans du parti PRO NRW qui s'oppose à la propagation de l'islam en Allemagne, participent à une manifestation. Certains brandissent des caricatures représentant Mahomet. Le rassemblement se disperse dans la violence (bouteilles, clubs, pierres et autres) lorsque des centaines d’islamistes attaquent la police qui tentait de séparer les deux groupes.

Au final, 29 policiers sont blessés, dont deux par des coups de poignards. Plus de 100 salafistes sont arrêtés, puis relâchés. Selon la cheffe de la police de Bonn, «ce fut une explosion de violence comme nous n'en avions pas vue depuis longtemps ».

Les autorités allemandes cherchent ensuite à réduire au silence aussi bien ceux qui manifestaient pacifiquement que les salafistes.

Juin. Les autorités lancent une vaste opération contre des islamistes soupçonnés de complot contre l'Etat. Plus de 1000 policiers perquisitionnent des foyers, appartements, mosquées et lieux de rencontre dans sept des seize états du pays, à la recherche de preuves qui permettraient au gouvernement d'interdire certains groupes. Dans un entretien au quotidien Die Welt, le ministre de l'intérieur Hans-Peter Friedrich déclare: «Le salafisme radical, c'est comme une drogue dure. Tous ceux qui y succombent deviennent violents.»

Le ministre de la défense Thomas de Maizière annonce son intention de «multiculturaliser » la Bundeswehr en recrutant davantage de musulmans dans ses rangs. Le service militaire n’est plus obligatoire depuis juillet 2011. Le projet de réorganisation visait à créer une armée plus petite et plus agile d'environ 185’000 soldats professionnels et volontaires. Elle a échoué dans ses objectifs de recrutement. La population musulmane représente une riche source de recrues potentielles.

Août. Gerhard Schindler, chef des renseignements allemands, affirme que l'Europe est en grand danger d'attaques terroristes par des extrémistes islamiques. Dans une interview à Die Welt, il déclare que les renseignement allemands sont particulièrement préoccupés par la menace que posent des jeunes qui sont nés ou ont grandi en Europe et qui voyagent dans des zones de guerre musulmans afin de se former aux méthodes terroristes.

En toile de fond de cette déclaration : un procès de quatre membres présumés d'Al-Qaïda à Düsseldorf. Les procureurs accusent les accusés, trois islamistes nés en Allemagne et un ressortissant marocain, d’avoir projeté une attaque terroriste d’envergure en Allemagne.

Les accusés sont aussi suspectés de complot en vue d’assassiner l'ancien commandant des forces spéciales allemandes, ainsi que pour un projet d’attaque d’une base militaire américaine située en Bavière.

Une enquête constate que l'islam devient une composante de plus en plus importante des mœurs et comportements des « Turco-Allemands », en particulier parmi la jeune génération. Celle-ci exprime des vues religieuses plus radicales que les aînés.

Septembre. Un tribunal de Kassel refuse la requête d’un étudiant musulman de se faire dispenser des cours de natation mixtes sur la base de ses croyances religieuses. Ce cas s’inscrit dans une tendance croissante aux conflits entre autorités scolaires et parents musulmans à propos de dispenses d’activités sportives, de cours de biologie et d’excursions.

Octobre. Un tribunal de Bonn condamne un islamiste radical à six ans de prison pour avoir poignardé deux policiers lors de la manifestation contre les «caricatures offensantes » à Bonn. Murat K, un salafiste né en Allemagne, d’ascendance turque, a admis qu'il avait blessé deux policiers avec un couteau de cuisine. Il a expliqué avoir été moralement obligé à ce geste, parce que l'Etat allemand avait permis que des images offensantes du prophète Mahomet soient montrées au public. Il a réagi au verdict en déclarant que les tribunaux allemands étaient illégitimes, seul Allah étant habilité à juger.

Novembre. Le maire socialiste de Hambourg Olaf Scholz, a signé un «traité historique» avec ses communautés musulmanes en leur accordant de nouveaux droits. La partie la plus controversée concerne l’engagement de promouvoir l'enseignement de l'islam dans le système scolaire public avec droit de regard déterminant des responsables musulmans sur le contenu.

Le même mois, Brême suit cet exemple. Le maire socialiste Jens Böhrnsen déclare que le traité reflète «le respect et la reconnaissance mutuelle de nos valeurs respectives ». 

Les critiques affirment que ces accords, les premiers du genre en Allemagne, stimuleront l'influence croissante de l'islam dans le pays en encourageant le maintien d'une société parallèle.

Une étude de 28 pages publiée par le journal de centre-droit Frankfurter Allgemeine Zeitung résume un sondage qui montre que les Allemands sont majoritairement méfiants à l’égard de l'islam et de l'immigration musulmane. 

Une majorité sont d'avis que l'islam est enclin à la violence (64%), a une tendance à la vengeance et aux représailles (60%); est obsédé par le prosélytisme (56%) et s'efforce d'influencer la politique (56%).

Plus de 80% estiment que l'islam prive les femmes de leurs droits et 70% disent que l'Islam est associé au fanatisme et au radicalisme religieux. 

Seuls 13% associent l’islam avec l’amour pour autrui, 12% avec la charité et 7% avec l'ouverture et la tolérance.

L'étude conclut que l'image de l'islam en Allemagne est «dévastatrice». Les résultats corroborent les conclusions d'autres recherches et soulignent le fossé croissant existant entre la grande majorité des Allemands et leurs élites politiques.

Décembre. Les autorités affirment que des extrémistes islamistes sont les auteurs d’un attentat raté à la gare centrale de Bonn. Un homme soupçonné d'être lié à Al-Qaïda a laissé un sac contenant une bombe sur une plate-forme de la gare. Le détonateur a été activé, mais n'a pas réussi à provoquer une explosion.

Un groupe salafiste publie plusieurs vidéos appelant ses disciples à prendre des otages allemands pour obtenir la libération de Murat K, l’islamiste qui purge six ans de prison pour avoir poignardé deux policiers à Bonn. 

 

 

 

 

10:04 Écrit par Mireille Vallette | Lien permanent | Commentaires (5) | Envoyer cette note | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

 

Commentaires

"Le ministre de la défense Thomas de Maizière annonce son intention de «multiculturaliser » la Bundeswehr en recrutant davantage de musulmans dans ses rangs."
Dans pas très longtemps, il n'y aura plus que des musulmans dans les armées européennes. Ceux qui ne voient pas que cela va faire un gros problème me font bien rire (je n'ai pas d'enfants...).

Écrit par : Géo | 16/01/2013

Madame,

j'admire votre courage. Je ne peux malheureusement signer de mon vrai nom, je serais licencié sur-le-champ si un collègue me dénonçait (et Dieu sait que la délation a du bon, quand c'est contre le prétendu racisme), mais sachez que, contrairement à tous les àplatventristes qui se pâment devant cette religion "de paix, d'amour et de tolérance", nous sommes nombreux à penser que l'Islam n'apportera rien de positif à l'Europe.

Écrit par : Courant alternatif | 16/01/2013

Ce qui est très étonnant, car l'Allemagne à vécu la montée du nazisme dont le système ressemble fort à celui de l'islam.

Le racisme musulman se nourrit du coran et des autres écrits "Hadiths, Sunna etc...)

Ce concept mortifère est lié à la croyance au divin ce qui en fait une religion! Donc, intouchable; ce faisant, les écrits ne peuvent subir aucune transformation puisque soi-disant révélés.

Il y a néanmoins quelque chose de positif, c'est le débat quasi mondial sur ce concept depuis quelque temps; celui-ci, débouchera forcément sur une condamnation unanime de l'islam. Toutes ces femmes enchiffonnées qui font peur aux enfants dans les villes et nos campagnes, donnent la pire image de cette religion d'hommes au service des hommes dans ce qu'ils ont de plus monstrueux. Le sexe et la domination.

Il y a une grosse difficulté qui est d'ordre politique et économique. L'occident se plie bassement aux monarchies pétrolières, aux pays musulmans, aux frères musulmans, car les énergies fossiles alimentent nos économies, nos besoins énergétiques. En tête les USA. Je ne parle pas des finances islamiques qui cachent bien des choses.....

Il faut prendre en compte l'histoire interminable entre Israël et les arabos-musulmans, terroristes palestiniens.

Les écrits de l'islam indiquent qu'il faut tuer les juifs, le mécréant entre autres saloperies -divines-

Le temps que ce monde a des croyances aussi pouraves je ne vois pas de solutions.

Comme vous le faites Mireille Vallette, il faut informer au maximum, débattre et dénoncer ce qui est le pire concept qui peut mener le monde en un "enfer" sur terre.

Une lueur d'espoir peut éventuellement contrer les adeptes de la charia, c'est notre Amour de la Liberté, ainsi que l'Amour de nos enfants. L'histoire des peuple prouve que seule la Liberté est sacrée. Le respect de l'être humain passe avant ses croyances.

Je recommande http://www.blogdesamialdeeb.ch

Écrit par : Pierre NOËL | 16/01/2013

Madame, j'ai tenu ici longtemps un blog pour dénoncer les mêmes choses que vous, et encore récemment je me suis fait insulter et traiter de fasciste pour être un lecteur du journal d'Elisabeth Lévy "Le Causeur". La gauche est pourrie, malheureusement "Riposte Laïque" a été fondée par des gauchistes et ça se sent. Ce combat que nous menons a besoin d'un nouveau souffle et d'une nouvelle manière de communiquer. A mon sens RL est allé trop loin en s'associant ouvertement aux identitaires, et je trouve Tasin un brin trop hystérique, je garde néanmoins une certaine sympathie pour Hilout. Mais ne vous discréditez pas en défendant ce mouvement, bien d'autres courants ont su ne pas tomber dans les mêmes travers que RL. En attendant je vous conseille vivement www.extremecentre.org. Mes amitiés, et dans l'espoir de prendre un café avec cous un jour, je vous salue. Carlitos de Unamuno.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 17/01/2013

"Les musulmans représentent en Allemagne quelque 4,5 millions de citoyens sur 81 millions d’habitants. La démographie des adeptes de Mahomet est en forte croissance."

Ne vous en faites pas Madame. Les allemands vont se réveiller et ils vont nous combler avec une nouvelle solution finale.

Écrit par : Urbain | 17/01/2013

18:42 Publié dans Islamisation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.