06/11/2013

Les chercheurs suisses sont des experts en enfumage islamique

06/11/2013

Les Suisses se méfient des musulmans. Ceux-ci mettent donc en œuvre des stratégies subtiles pour imposer leur religion, ce que décrivent avec ravissement les chercheurs. Les Frères musulmans ne leur font pas peur et certains apprécient beaucoup les Indigènes de la République.

Si vous avez besoin d'une bonne dose de tranquillisant concernant l’islam et les associations musulmanes, précipitez-vous sur «La Suisse des mosquées», dirigée par Christophe Monnot et résultat de cinq enquêtes. Une douzaine de chercheuses et chercheurs sont allés explorer le terrain grâce à la générosité du Fonds national de la recherche scientifique. Ils ont découvert  que le terrain reflétait exactement ce qu’ils pensaient.(1)

Quelle méthodologie ? D’abord, sans le dire, on époussette tout ce qui pourrait gêner la démonstration: le contenu de l’islam littéral, celui des mosquées, le sexisme du foulard et d’autres prescriptions, les revendications réactionnaires, le fondamentalisme des leaders religieux suisses (cf Islamophobie ou légitime défiance?). On évacue l’Europe, les exigences sans fin, les prêcheurs de haine, les déchirements incessants, les émeutes... On oublie le carrousel d’atrocités perpétré dans les pays islamiques et leurs conflits interreligieux. On ignore ce monde qui s’enfonce dans l’obscurantisme.

Et il reste un aquarium de poissons multicolores, les mosquées et associations suisses, dont les membres vivraient heureux s’ils n’étaient entourés de tant d'esprits suspicieux.

Il existe un coupable majeur, un axiome obsessionnel qui féconde la réflexion des chercheurs: le 11 Septembre, date clé de la stigmatisation des musulmans. Ce qui est une billevesée. Cet attentat a sidéré les populations occidentales, mais elles n’imaginaient pas un instant que «leurs» musulmans pouvaient avoir la moindre sympathie pour les auteurs de cette hécatombe. (1) C’est progressivement, au fil de l’actualité islamique, que la méfiance, voire l’hostilité ont progressivement augmenté, comme le montrent la succession des sondages

 

Conte de fées

Monnot3.jpgLeitmotiv de ce conte de fées à prétention scientifique: les musulmans de Suisse forment une telle mosaïque d’origines qu’il est pratiquement impossible de dire «les musulmans». S’ils sont divers, c’est qu’ils pensent très différemment question religion, nous dit une déduction jamais étayée. Donc, notre «mépris», mantra de Monnot, n’a aucun fondement. Nulle frange, nul leader ne mérite le moindre reproche. Il faut que les mahométans luttent pour se faire accepter, reconnaître et rendre visibles en restant pleinement eux-mêmes, sans la moindre concession religieuse. Mais en ne montrant pour l’heure que ce qui peut être accepté par le public.

Parenthèse : je me disais au début qu’il fallait une bonne dose de masochisme pour lire ces 250 pages soporifiques. Au final, elles m’ont beaucoup appris (beaucoup plus que ce que je peux rendre ici) et d’abord que les communautés musulmanes savent de mieux en mieux comment imposer leurs préceptes en douce -ou en douceur- dans l’espace public. L’islamisation à la Suisse est toute de subtilité. 

 

Les associations religieuses au service de tous !  

 On apprend en passant que deux formes d’identité sont surreprésentées en Suisse romande, le wahhabisme d’Arabie saoudite et l’islam des Frères musulmans. Ce qui n'a apparemment aucune importance. Il faut dire qu’affirmer que la grande mosquée de Genève et le centre de Hani Ramadan en portent une profonde empreinte diminuerait la force de la démonstration. Car dans ce livre, contrairement au mien (Islamophobie...), les leaders sont tous des gentils.

Nos savants nous apprennent que les maisons de quartiers de Genève sont des lieux privilégiés de pédagogie des charmes de l’islam. Les fréquenter, s’y faire accepter comme musulmans, c’est une des stratégies.

Plus généralement, les associations islamiques de Genève s’engagent «dans un but politique et citoyen». Elles ne se préoccupent plus exclusivement de religion, mais fournissent souvent de l’aide bien concrète à tous, notamment dans des associations de bénévoles (où personne jusque-là n’avait eu l’idée de porter sa religion en étendard).

La communication joue un rôle majeur dans ces manœuvres. Un exemple, la fondation de Hafid Ouardiri: «Par le biais d’une savante utilisation des médias, elle donne une image progressiste de l’islam en Suisse.» Le chercheur admire.

 

Meyrin championne de la multiculturalité

Un exemple très réussi d’infiltration religieuse est l’Association culturelle musulmane meyrinoise (ACCM), encouragée par le cheminement des partis «Vert et socialiste vers le multiculturalisme». 

L'ACCM enthousiasme nos savants. Elle est animée par des femmes qui à l’interne «organisent des activités sportives, entre elles et pour elles», des cours d’arabe, de Coran, de religion...

Il y a bien eu quelques réticences pour accepter une association religieuse au sein du Cartel des associations communales. Mais une fois acceptées, les musulmanes ont obtenu des victoires tout à fait remarquables. Lors de l’après-midi et la soirée que l’ACCM anime durant la manifestation estivale « Meyrin-les-Bains », l’alcool est banni. Leur soutien à la libido mâle par la couverture du corps et/ou des cheveux ne semble plus choquer. L’aimable mairie prête des locaux pour les cours d’arabe. Enfin, l’ACMM «adopte une modalité très suisse d’autofinancement à l’échelon de la mairie». Ose-t-on traduire qu'elle reçoit des fonds de celle-ci?

Parmi l'exécutif de la commune, la socialiste Monique Boget et le Vert Pierre-Alain Tschudi font beaucoup pour la cause. Par exemple, lors du bilan du repas de remerciement des bénévoles, la maire s'est inquiété spontanément de l’absence de viande halal. Injustice réparée l’année suivante: la viande rituellement égorgée et religieusement taxée était à disposition.

Ces femmes, nous dit un chercheur, mènent une «lutte de subversion et non de dénonciation». Et cette lutte «va ériger le religieux en arme politique et en stratégie de positionnement du champ.» Rassurés?

Cette expérience, se félicitent encore nos savants, illustre «la manière dont l’islam s’empare des valeurs démocratiques comme cadre de référence pour se positionner comme religion publique en Suisse.» Les événements festifs vont permettre de «mettre en scène des pratiques culturelles et religieuses» et «peuvent être transformées en arènes de revendication politique». 

Tel ou tel événement rend par ailleurs concret le «système de hiérarchisation ethnico-racial ou sexué» qui se cache derrière l’«édifice égalitaire formel». Il me semble qu'il affleure de ce charabia comme une méchante critique de notre démocratie.

 

Au rendez-vous de l'UOIF

Mais aiment-elles la démocratie, nos musulmanes meyrinoises? Elles ont fait une escapade au Bourget en avril 2012 à la grand-messe de l’Union des organisations islamiques de France. L’UOIF est très proche des Frères musulmans, courant totalitaire, misogyne, expansionniste et violent.

La très active secrétaire de l’ACCM, voilée comme la plupart des femmes de son mouvement, est l’épouse de Mourad Dhina, ex-cadre du FIS considéré par beaucoup en Algérie comme un terroriste.(3) Le pays réclame d’ailleurs vainement l'extradition de Dhina qui se dit reconverti en «activiste des droits humains». Le conseiller administratif Vert Tschudi a participé à une manif de protestation lorsque les Français l’ont embastillé quelques mois en 2012.

 

La stratégie des associations vaudoises pour être reconnues

Dans le vaste canton de Vaud, affirme Monnot, les associations sont «presque exclusivement cultuelles».  Et extrêmement diverses il va sans dire. Une quinzaine d’entre elles se sont unies afin d’entrer dans un processus de reconnaissance officielle de l’islam au même titre que les chrétiens et les juifs. (Cette reconnaissance n’existe pas dans tous les cantons). C’est leur stratégie que Monnot nous décrit.

Il repart en fanfare sur le 11 Septembre et sa conséquence : «Être musulman est devenu un stigmate sur le plan social». Il constate qu’en Europe, une part importante de ce stigmate se porte sur le voile, alors qu’en Suisse, «les femmes ne vont pratiquement pas à la mosquée». Elles restent à la maison et concourent ainsi à «l’invisibilité» des musulmans, soit «une forme de mépris extrême (…) qui surpasse de loin les formes de mépris par l’insulte, le dénigrement et la dévalorisation»

Question: sont-ce les infidèles qui obligent ces femmes à l’invisibilité du foyer?

L’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM), elle, mise sur la visibilité dans sa route vers la reconnaissance juridique. Elle formule des revendications, mais «dans des termes socialement et médiatiquement acceptables.» On devine que les revendications qui choquent, l’UVAM se les garde pour plus tard.

Ce n’est pas pour pinailler, mais la manière dont Monnot exprime la stratégie de l'UVAM est troublante. L'Union veut «développer une stratégie d’apparence acceptable», motivée par «des besoins qui paraissent politiquement légitimes». Des revendications au caractère pragmatique qui «semble découler d’un meilleur vivre ensemble». Le savant est enchanté de cette habileté stratégique.

En avril 2012, Tariq Ramadan est invité pour renforcer les liens. C'est un succès : 300 hommes et 150 femmes se déplacent.

Au final, le bilan de l'UVAM est encourageant: la presse reprend les communiqués et les journalistes sympathisent. Des conseillers municipaux les appuient, «le parti des Verts étant largement surreprésenté». L’avenir est plein de promesses.

L'avenir s'annonce radieux

Nous cheminons ainsi (dans l’inconscience totale), «vers un paisible bouleversement des valeurs». Comme le montre, par exemple, l’expérience meyrinoise qui «encourage la montée d’actes « rituels » et « cérémoniels», transforme «ostensiblement l’ordre social et politique» et «brouille (...) le privé et le public». 

L’exigence de carrés musulmans nous démontrera, se félicitent les savants, que les adeptes du Prophète ne veulent pas d’exception à la règle, mais «changer les règles». Eh oui,  «des lois et règlements devront être aménagés pour accueillir la pluralité religieuse». Et s’il y a résistance des méprisants? La radicalisation menace, répond Monnot.

Sous-entend-il que nos musulmans multicolores seraient incapables de se plier à la démocratie? Je trouve son insinuation assez méprisante. 

 

Une voie prometteuse: les Indigènes de la République

Monnot et un sien collègue français nous gratifient aussi d’une enquête qui prétend comparer «l’institutionnalisation de l’islam» en Suisse et en France. J’avoue que ce chapitre m’a ébahie. D'élogieux passages sont consacrés aux Indigènes de la République, à son égérie Houria Boutelja et à leur tentative de créer un «Printemps des quartiers», soit des soulèvements  à l’image du Printemps arabe qui se déroulait alors. 

Les Indigènes: un mouvement  d’une haine paroxystique de la France.

On rencontre aussi  dans ce chapitre l’ami des Frères musulmans Tariq Ramadan et d’autres de leurs grands copains, l’UAM93 (Musulmans de Seine St-Denis).

Monnot s’active, on l'avait compris d'emblée, à faire place à l’islam sans la moindre exigence. 

Serait-il en plus attiré par l'extrémisme? 

Je suggère à nos services de sécurités de le surveiller de près...  A moins que la NSA ne soit déjà sur le coup?

 

(1)     Ils ont interviewé d’innombrables responsables qui restent anonymes, peut-être par crainte de  fatwas lancées par les méprisants. Pour leur épargner un tel sort, je ne les nommerai pas non plus hors leur directeur Christian Monnot.

 

(2)     Cf «Islamophobie ou légitime défiance?» où je m’insurge déjà contre cette assertion et donne un indice de sa fausseté par une émission radio de la Suisse romande qui demandait en 2007 à ses correspondantes de France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne: «De quand date la méfiance? » L’an 2005 était l'année la plus ancienne citée. Et même Tariq Ramadan reconnaît qu’aux Etats-Unis, la méfiance était nettement moindre au lendemain du 11 Septembre que plus tard.

(3)     Cf «Islamophobie ou légitime défiance»,  p.96. Un rapport de 2004 du Département fédéral de police, précise que le FIS se rallie à l’idéologie des Frères musulmans. «Dans les années 90 déjà, des dirigeants de groupes extrémistes violents algériens (Front islamique du salut/FIS, Groupe islamique armé/GIA) avaient profité de leur exil en Suisse pour acquérir illégalement des armes et des explosifs et pour faire de la propagande.» Et le rapport de citer Mourad Dhina, qui a dirigé au début des années 90 un groupe de sympathisants «dans le but d’apporter un soutien logistique à la lutte menée par cette mouvance contre le gouvernement algérien». Le nôtre, de gouvernement, lui a alors interdit de faire de la propagande soutenant la violence.

19:24 Écrit par Mireille Vallette | Lien permanent | Commentaires (12) | Envoyer cette note | Tags : monnot,recherche |  |   del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook |  | 

 | Share

COMMENTAIRES

Merci Madame Vallette. Excellente analyse....Puis-je y ajouter le lien des versets iniques...Ceux dont les musulmans ne parlent jamais....Et pour cause...
Vous devez ajouter le signe nécessaire , triple w avec le point . , avant le lien ci-dessous
metreya.blog.lemonde.fr/2006/10/01/2006_10_les_versets_ini/
....Dans cette optique, les citoyens de Genève pourront méditer sur la position difficile d'un candidat au Conseil d'Etat,Mr Poggia, soumis à l'islam depuis 1997....et sur la manière dont il pourra ou non concilier l'islam et la charia ( loi suprême pour les musulmans) avec les lois civiles de Genève, pour autant qu'il soit élu...

Écrit par : Philippe Boehler | 06/11/2013

Et dire que certains voteraient le musulman Poggia!! Ca doit vous perturber cela aussi, n'est-ce pas?

Écrit par : AVH | 06/11/2013

Ces allusions à Poggia me dérangent. Il n'utilise pas sa religion dans le débat politique et publique, et ni vous ni moi ne savez quel islam il pratique, ni même s'il pratique. Je ne suis pas convaincue qu'il rejette les prescriptions inhumaines ou absurdes de cette religion, mais jusqu'à nouvel avis, je luis fais crédit. 
Son appartenance un parti détestable par son discours anti-frontalier me gêne pour l'heure davantage.

Écrit par : Mireille Vallette | 07/11/2013

Je pense que nous devrions aussi, parallèlement à ces dénonciations de l'entrisme de l'islam, dénoncer parfois les excès du christianisme. Un des points majeurs de contradiction avec les intérêts des citoyens se situe dans l'attitude envers la mort. Pour les Chrétiens, notre vie ne nous appartient pas. Elle appartient à leur dieu, point barre. Et donc, non à Exit partout où c'est possible. Il faut souffrir pour avoir le droit de mourir.
Il faut montrer aux Musulmans qu'il n'y a pas de racisme sous-jacent à la lutte des citoyens européens contre leur religion. Nous sommes contre toutes les religions, et nous les tolérons dans la mesure où elles n'entrent pas en conflit avec nos valeurs. Il se trouve qu'aujourd'hui la contradiction majeure est amenée par l'Islam.

Écrit par : Géo | 07/11/2013

Merci Madame pour cet article Certains Suisses ont peur même de leur ombre alors imaginez leurs peurs irréelles exacerbées par de nombreux médias qui s'en donnent à cœur joie pour rallumer les volcans de haine qu'on croyait éteints.Et c'est pareil pour les deux camps ,de nombreux internautes n'ayant que trop souvent haine et jalousie à partager avec leurs lecteurs
Et le pire c'est que très souvent ce sont les mêmes qui n'hésiteront pas à implorer la pitié de tous pour un animal qui doit être euthanasié
Pourtant il existe une nette différence des vraies valeurs entre Musulmans et ce qui se passe en Suisse,ailleurs je sais pas ,mais chez eux les parents sont respectés et ne sont pas privés de leurs petits enfants comme c'est trop souvent la cas dans notre pays. 
merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 07/11/2013

".... encouragée par le cheminement des partis «Vert et socialiste vers le multiculturalisme»"

Plutôt des partis fossoyeurs de Genève car je ne crois pas qu'il en est de même en Suisse alémanique!

Je me joins au commentaire de Philippe Boehler, Madame Valette pour vous féliciter de cette mise en garde des Frères Musulmans dont les Frères Ramadan sont les principaux meneurs.

Écrit par : Patoucha | 07/11/2013

Merci Madame pour cet article. La manifestation ci-dessous circule depuis un certain temps en suisse romande, que j'appelle "infâme prosélytisme. On ne parle pas des milliers de musulmans tués par d'autres musulmans qui lisent le même coran que tous ces frères et sœurs ! ? Que pensez-vous de cette perpétuelle condescendance des religieux protestants et catholiques ?"

Locaux: Sornetan 
Adresse: Le Rondez 2a 
Lieu: 2716 Sornetan 

Manifestation & Expositions
...car nous sommes tous frères et soeurs
Date: 21.10.13 - 15.11.13 

Genre: 
Description: Cette exposition itinérante propose les portraits de onze femmes et onze hommes de confession musulmane vivant dans les cantons de Berne et du Jura. Chaque portrait comprend des photos en couleurs de la personne présentée dans différentes situations de sa vie quotidienne, ainsi qu'une interview et des informations sur elle.
Ces portraits soulignent la diversité de l'islam tel qu'il est vécu en Suisse, tout en remettant en question certains clichés et idées reçues sur les musulmanes et musulmans.

Objectifs de l'exposition:
Aujourd'hui, la Suisse est une société multiculturelle et multireligieuse. Il s'agit d'un phénomène qui s'est amplifié ces dernières décennies et la cohabitation n'est pas toujours évidente. L'objectif de l'exposition est de montrer que chez les musulmans aussi, la religion ne représente qu'un aspect parmi d'autres de leur vie qet qu'il existe de nombreuses façons de l'interpréter et de la pratiquer.
En présentant les portraits de ces hommes et de ces femmes d'autres cultures et d'autres religions, les Eglises espèrent faire découvrir ce qui nous lie, chrétiens et musulmans des cantons de Berne et du Jura, plutôt que ce qui nous sépare.
Les responsables de cette exposition ont souhaité illustrer les nombreuses facettes de la vie musulmane dans les cantons de Berne et du Jura. Elles ont veillé à ce choisir des hommes et des femmes représentant différents groupes d'âges et des contextes professionnels, sociaux, religieux, ethniques et politiques aussi variés que possible. Plusieurs personnes présentées dans cette exposition habitent notre région.
L'exposition a été conçue par le service Migration des Eglises réformées Berne-Jura-Soleure, le service "Eglise en dialogue" de l'Eglise catholique romaine de la Région de Berne, l'Eglise catholique-chrétienne du canton de Berne et l'Association Maison des religions - dialogue des cultures.

Écrit par : Jeannotdeschemins | 07/11/2013

La maladie de la soumission à une religion est tellement répandue chez les pauvres humains, qui ne peuvent pas se passer, une fois leur révolte d'adolescents surmontée, d'une autorité parentale à qui se soumettre, que le remplacement d'un Christianisme moribond par un Islam(isme) en pleine gloire, ne fait plus peur à personne. Ou presque. 
L'essentiel est de se soumettre et de pouvoir se décharger de la responsabilité de sa vie, de ses difficultés et des échecs qu'elle entraîne nécessaierment … et de la prolonger de surcroît par une une croyance délirante en un Paradis (celui que nous avons perdu en sortant de l'enfance, diraient certains psychanalystes).

Écrit par : Mère-Grand | 08/11/2013

Le noyautage de toutes les associations mises en place au fil des années dans notre société, quels que soient leurs buts à l'origine, est évidemment une tactique fort payante à une époque où les gens se retirent de plus en plus dans la sphère privée. Il n'y a plus qu'à attendre la création d'un statut de spécial de "Chrétiens musulmans" pour redonner vie à nos Eglises désertées. Je suis à peu près certain que nos autorités religieuses s'en féliciteraient. 
Cette mutation étant évidemment exclue pour des raisons évidentes, c'est plutôt, à long terme, la transformation de nos édifices religieux en mosquées, ou plus vraisemblable encore, le remplacement des unes par les autres, qui est à prévoir. Mais nous ne serons plus là pour nous en mordre les doigts.

Écrit par : Mère-Grand | 08/11/2013

@ Jeannotdeschemins

J'en pense que ces Eglises sont des opportunistes et que leur complaisance intéressée leur reviendra en plein visage. 

J'en pense que les citoyens de ce pays ne réclament pas qu'on leur serine un discours sur la diversité: ils veulent savoir ce que la diversité pense de certains préceptes de l'islam et si elle est partisane de l'offensive islamique dans toutes nos institutions.

Avez-vous déjà vu un leader musulman organiser une expo sur notre beau christianisme à l’intention de ses membres?

Écrit par : Mireille Vallette | 08/11/2013

Avez-vous déjà vu un musulman organiser une expo sur les Lumières ou le rationalisme à l’intention de ses "frères"?

Écrit par : Johann | 09/11/2013

Je suis surpris de la position de Madame le maire de Meyrin qui défend l'abattage rituel quand on sait les souffrances que l'on inflige à l'animal lors de l'égorgement à vif. Le conseiller administratif Tschudi est-il également complice ?

Ce retour à l'obscurantisme m'inquiète!

Écrit par : Galileo | 09/11/2013

Les commentaires sont fermés.

Si vous avez besoin d'une bonne dose de tranquillisant concernant l’islam et les associations musulmanes, précipitez-vous sur «La Suisse des mosquées», dirigée par Christophe Monnot et résultat de cinq enquêtes. Une douzaine de chercheuses et chercheurs sont allés explorer le terrain grâce à la générosité du Fonds national de la recherche scientifique. Ils ont découvert  que le terrain reflétait exactement ce qu’ils pensaient.(1)

Quelle méthodologie ? D’abord, sans le dire, on époussette tout ce qui pourrait gêner la démonstration: le contenu de l’islam littéral, celui des mosquées, le sexisme du foulard et d’autres prescriptions, les revendications réactionnaires, le fondamentalisme des leaders religieux suisses (cf Islamophobie ou légitime défiance?). On évacue l’Europe, les exigences sans fin, les prêcheurs de haine, les déchirements incessants, les émeutes... On oublie le carrousel d’atrocités perpétré dans les pays islamiques et leurs conflits interreligieux. On ignore ce monde qui s’enfonce dans l’obscurantisme. Et il reste un aquarium de poissons multicolores, les mosquées et associations suisses, dont les membres vivraient heureux s’ils n’étaient entourés de tant d'esprits suspicieux.

 

Il existe un coupable majeur, un axiome obsessionnel qui féconde la réflexion des chercheurs: le 11 Septembre, date clé de la stigmatisation des musulmans. Ce qui est une billevesée. Cet attentat a sidéré les populations occidentales, mais elles n’imaginaient pas un instant que « leurs » musulmans pouvaient avoir la moindre sympathie pour les auteurs de cette hécatombe. (1) C’est progressivement, au fil de l’actualité islamique, que la méfiance, voire l’hostilité ont progressivement augmenté, comme le montrent la succession des sondages.

Conte de fées

Monnot3.jpgLeitmotiv de ce conte de fées à prétention scientifique: les musulmans de Suisse forment une telle mosaïque d’origines qu’il est pratiquement impossible de dire «les musulmans». S’ils sont divers, c’est qu’ils pensent très différemment question religion, nous dit une déduction jamais étayée. Donc, notre «mépris», mantra de Monnot, n’a aucun fondement. Nulle frange, nul leader ne mérite le moindre reproche. Il faut que les mahométans luttent pour se faire accepter, reconnaître et rendre visibles en restant pleinement eux-mêmes, sans la moindre concession religieuse. Mais en ne montrant pour l’heure que ce qui peut être accepté par le public.

Parenthèse : je me disais au début qu’il fallait une bonne dose de masochisme pour lire ces 250 pages soporifiques. Au final, elles m’ont beaucoup appris (beaucoup plus que ce que je peux rendre ici) et d’abord que les communautés musulmanes savent de mieux en mieux comment imposer leurs préceptes en douce -ou en douceur- dans l’espace public. L’islamisation à la Suisse est toute de subtilité. 

Les associations religieuses au service de tous !  

 On apprend en passant que deux formes d’identité sont surreprésentées en Suisse romande, le wahhabisme d’Arabie saoudite et l’islam des Frères musulmans. Ce qui n'a apparemment aucune importance. Il faut dire qu’affirmer que la grande mosquée de Genève et le centre de Hani Ramadan en portent une profonde empreinte diminuerait la force de la démonstration. Car dans ce livre, contrairement au mien (Islamophobie...), les leaders sont tous des gentils.

Nos savants nous apprennent que les maisons de quartiers de Genève sont des lieux privilégiés de pédagogie des charmes de l’islam. Les fréquenter, s’y faire accepter comme musulmans, c’est une des stratégies.

Plus généralement, les associations islamiques de Genève s’engagent «dans un but politique et citoyen». Elles ne se préoccupent plus exclusivement de religion, mais fournissent souvent de l’aide bien concrète à tous, notamment dans des associations de bénévoles (où personne jusque-là n’avait eu l’idée de porter sa religion en étendard).

La communication joue un rôle majeur dans ces manœuvres. Un exemple, la fondation de Hafid Ouardiri: «Par le biais d’unesavante utilisation des médias, elle donne une image progressiste de l’islam en Suisse.» Le chercheur admire.

Meyrin championne de la multiculturalité

Un exemple très réussi d’infiltration religieuse est l’Association culturelle musulmane meyrinoise (ACCM), encouragée par le cheminement des partis «Vert et socialiste vers le multiculturalisme». 

L'ACCM enthousiasme nos savants. Elle est animée par des femmes qui à l’interne«organisent des activités sportives, entre elles et pour elles», des cours d’arabe, de Coran, de religion...

Il y a bien eu quelques réticences pour accepter une association religieuse au sein du Cartel des associations communales. Mais une fois acceptées, les musulmanes ont obtenu des victoires tout à fait remarquables. Lors de l’après-midi et la soirée que l’ACCM anime durant la manifestation estivale « Meyrin-les-Bains », l’alcool est banni. Leur soutien à la libido mâle par la couverture du corps et/ou des cheveux ne semble plus choquer. L’aimable mairie prête des locaux pour les cours d’arabe. Enfin, l’ACMM «adopte une modalité très suisse d’autofinancement à l’échelon de la mairie ». Ose-t-on traduire qu'elle reçoit des fonds de celle-ci?

Parmi l'exécutif de la commune, la socialiste Monique Boget et le Vert Pierre-Alain Tschudi font beaucoup pour la cause. Par exemple, lors du bilan du repas de remerciement des bénévoles, la maire s'est inquiété spontanément de l’absence de viande halal. Injustice réparée l’année suivante: la viande rituellement égorgée et religieusement taxée était à disposition.

Ces femmes, nous dit un chercheur, mènent une «lutte de subversion et non de dénonciation». Et cette lutte «va ériger le «religieux» en arme politique et en stratégie de positionnement du champ.» Rassurés?

Cette expérience, se félicitent encore nos savants, illustre «la manière dont l’islam s’empare des valeurs démocratiques comme cadre de référence pour se positionner comme religion publique en Suisse.» Les événements festifs vont permettre de «mettre en scène des pratiques culturelles et religieuses» et «peuvent être transformées en arènes de revendication politique». 

Tel ou tel événement rend par ailleurs concret le «système de hiérarchisation ethnico-racial ou sexué» qui se cache derrière l’«édifice égalitaire formel». Il me semble qu'il affleure de ce charabia comme une méchante critique de notre démocratie.

Au rendez-vous de l'UOIF

Mais aiment-elles la démocratie, nos musulmanes meyrinoises? Elles ont fait une escapade au Bourget en avril 2012 à la grand-messe de l’Union des organisations islamiques de France. L’UOIF est très proche des Frères musulmans, courant totalitaire, misogyne, expansionniste et violent.

La très active secrétaire de l’ACCM, voilée comme la plupart des femmes de son mouvement, est l’épouse de Mourad Dhina, ex-cadre du FIS considéré par beaucoup en Algérie comme un terroriste.(3) Le pays réclame d’ailleurs vainement l'extradition de Dhina qui se dit reconverti en «activiste des droits humains». Le Vert Tschudi a participé à une manif de protestation lorsque les Français l’ont embastillé quelques mois en 2012.

La stratégie des associations vaudoises pour être reconnues

Dans le vaste canton de Vaud, affirme Monnot, les associations sont « presque exclusivement cultuelles ».  Et extrêmement diverses il va sans dire. Une quinzaine d’entre elles se sont unies afin d’entrer dans un processus de reconnaissance officielle de l’islam au même titre que les chrétiens et les juifs. (Cette reconnaissance n’existe pas dans tous les cantons). C’est leur stratégie que Monnot nous décrit.

Il repart en fanfare sur le 11 Septembre et sa conséquence : «Etre musulman est devenu un stigmate sur le plan social». Il constate qu’en Europe, une part importante de ce stigmate se porte sur le voile, alors qu’en Suisse, «les femmes ne vont pratiquement pas à la mosquée». Elles restent à la maison et concourent ainsi à «l’invisibilité» des musulmans, soit «une forme de mépris extrême (…) qui surpasse de loin les formes de mépris par l’insulte, le dénigrement et la dévalorisation».  Question: sont-ce les infidèles qui obligent ces femmes à l’invisibilité du foyer?

L’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM), elle, mise sur la visibilitédans sa route vers la reconnaissance juridique. Elle formule des revendications, mais«dans des termes socialement et médiatiquement acceptables.» On devine que les revendications qui choquent, l’UVAM se les garde pour plus tard.

Ce n’est pas pour pinailler, mais la manière dont Monnot exprime la stratégie de l'UVAM est troublante. L'Union veut «développer une stratégie d’apparenceacceptable», motivée par «des besoins qui paraissent politiquement légitimes ». Des revendications  au caractère pragmatique qui «semble découler d’un meilleur vivre ensemble». Le savant est enchanté de cette habileté stratégique.

En avril 2012, Tariq Ramadan est invité pour renforcer les liens. C'est un succès : 300 hommes et 150 femmes se déplacent.

Au final, le bilan de l'UVAM est encourageant: la presse reprend les communiqués et les journalistes sympathisent. Des conseillers municipaux les appuient, «le parti des Verts étant largement surreprésenté». L’avenir est plein de promesses.

L'avenir s'annonce radieux

Nous cheminons ainsi (dans l’inconscience  totale), «vers un paisiblebouleversement des valeurs». Comme le montre, par exemple, l’expérience meyrinoise qui «encourage la montée d’actes « rituels » et « cérémoniels», transforme «ostensiblement l’ordre social et politique» et «brouille (...) le privé et le public». 

L’exigence de carrés musulmans nous démontrera, se félicitent les savants, que les adeptes du Prophète ne veulent pas d’exception à la règle, mais «changer les règles». Eh oui,  «des lois et règlements devront être aménagés pour accueillir la pluralité religieuse». Et s’il y a résistance des méprisants? La radicalisation menace, répond Monnot. Sous-entend-il que nos musulmans multicolores seraient incapables de se plier à la démocratie? Je trouve son insinuation assez méprisante. 

Une voie prometteuse: les Indigènes de la République

Monnot et un sien collègue français nous gratifient aussi d’une enquête qui prétend comparer «l’institutionnalisation de l’islam» en Suisse et en France. J’avoue que ce chapitre m’a ébahie. D'élogieux passages sont consacrés aux Indigènes de la République, à son égérie Houria Boutelja et à leur tentative de créer un «Printemps des quartiers», soit des soulèvements  à l’image du Printemps arabe qui se déroulait alors. Un mouvement  d’une haine paroxystique de la France.

On rencontre aussi  dans ce chapitre l’ami des Frères musulmans Tariq Ramadan et d’autres de leurs grands copains, l’UAM93 (Musulmans de Seine St-Denis).

Monnot s’active, on l'avait compris d'emblée, à faire place à l’islam sans la moindre exigence. Serait-il en plus attiré par l'extrémisme? 

Je suggère à nos services de sécurités de le surveiller de près...  A moins que la NSA ne soit déjà sur le coup?

 

(1)     Ils ont interviewé d’innombrables responsables qui restent anonymes, peut-être par crainte de  fatwas lancées par les méprisants. Pour leur épargner un tel sort, je ne les nommerai pas non plus hors leur directeur Christian Monnot.

 

(2)     Cf « Islamophobie ou légitime défiance? » où je m’insurge déjà contre cette assertion et donne un indice de sa fausseté par une émission radio de la Suisse romande qui demandait en 2007 à ses correspondantes de France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne : « De quand date la méfianc ? » L’an 2005 était l'année la plus ancienne citée. Et même Tariq Ramadan reconnaît qu’aux Etats-Unis, la méfiance était nettement moindre au lendemain du 11 Septempre que plus tard.

(3)     Cf « Islamophobie ou légitime défiance »,  p.96. Un rapport de 2004 du Département fédéral de police, précise que le FIS se rallie à l’idéologie des Frères musulmans. « Dans les années 90 déjà, des dirigeants de groupes extrémistes violents algériens (Front islamique du salut/FIS, Groupe islamique armé/GIA) avaient profité de leur exil en Suisse pour acquérir illégalement des armes et des explosifs et pour faire de la propagande. » Et le rapport de citer Mourad Dhina, qui a dirigé au début des années 90 un groupe de sympathisants «dans le but d’apporter un soutien logistique à la lutte menée par cette mouvance contre le gouvernement algérien». Le nôtre, de gouvernement, lui alors interdit de faire de la propagande soutenant la violence.

19:24 Écrit par Mireille Vallette | Lien permanent | Commentaires (12) | Envoyer cette note | Tags : monnot,recherche |  |   del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook |  | 

 | Share

COMMENTAIRES

Merci Madame Vallette. Excellente analyse....Puis-je y ajouter le lien des versets iniques...Ceux dont les musulmans ne parlent jamais....Et pour cause...
Vous devez ajouter le signe nécessaire , triple w avec le point . , avant le lien ci-dessous
metreya.blog.lemonde.fr/2006/10/01/2006_10_les_versets_ini/
....Dans cette optique, les citoyens de Genève pourront méditer sur la position difficile d'un candidat au Conseil d'Etat,Mr Poggia, soumis à l'islam depuis 1997....et sur la manière dont il pourra ou non concilier l'islam et la charia ( loi suprême pour les musulmans) avec les lois civiles de Genève, pour autant qu'il soit élu...

Écrit par : Philippe Boehler | 06/11/2013

Et dire que certains voteraient le musulman Poggia!! Ca doit vous perturber cela aussi, n'est-ce pas?

Écrit par : AVH | 06/11/2013

Ces allusions à Poggia me dérangent. Il n'utilise pas sa religion dans le débat politique et publique, et ni vous ni moi ne savez quel islam il pratique, ni même s'il pratique. Je ne suis pas convaincue qu'il rejette les prescriptions inhumaines ou absurdes de cette religion, mais jusqu'à nouvel avis, je luis fais crédit. 
Son appartenance un parti détestable par son discours anti-frontalier me gêne pour l'heure davantage.

Écrit par : Mireille Vallette | 07/11/2013

Je pense que nous devrions aussi, parallèlement à ces dénonciations de l'entrisme de l'islam, dénoncer parfois les excès du christianisme. Un des points majeurs de contradiction avec les intérêts des citoyens se situe dans l'attitude envers la mort. Pour les Chrétiens, notre vie ne nous appartient pas. Elle appartient à leur dieu, point barre. Et donc, non à Exit partout où c'est possible. Il faut souffrir pour avoir le droit de mourir.
Il faut montrer aux Musulmans qu'il n'y a pas de racisme sous-jacent à la lutte des citoyens européens contre leur religion. Nous sommes contre toutes les religions, et nous les tolérons dans la mesure où elles n'entrent pas en conflit avec nos valeurs. Il se trouve qu'aujourd'hui la contradiction majeure est amenée par l'Islam.

Écrit par : Géo | 07/11/2013

Merci Madame pour cet article Certains Suisses ont peur même de leur ombre alors imaginez leurs peurs irréelles exacerbées par de nombreux médias qui s'en donnent à cœur joie pour rallumer les volcans de haine qu'on croyait éteints.Et c'est pareil pour les deux camps ,de nombreux internautes n'ayant que trop souvent haine et jalousie à partager avec leurs lecteurs
Et le pire c'est que très souvent ce sont les mêmes qui n'hésiteront pas à implorer la pitié de tous pour un animal qui doit être euthanasié
Pourtant il existe une nette différence des vraies valeurs entre Musulmans et ce qui se passe en Suisse,ailleurs je sais pas ,mais chez eux les parents sont respectés et ne sont pas privés de leurs petits enfants comme c'est trop souvent la cas dans notre pays. 
merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 07/11/2013

".... encouragée par le cheminement des partis «Vert et socialiste vers le multiculturalisme»"

Plutôt des partis fossoyeurs de Genève car je ne crois pas qu'il en est de même en Suisse alémanique!

Je me joins au commentaire de Philippe Boehler, Madame Valette pour vous féliciter de cette mise en garde des Frères Musulmans dont les Frères Ramadan sont les principaux meneurs.

Écrit par : Patoucha | 07/11/2013

Merci Madame pour cet article. La manifestation ci-dessous circule depuis un certain temps en suisse romande, que j'appelle "infâme prosélytisme. On ne parle pas des milliers de musulmans tués par d'autres musulmans qui lisent le même coran que tous ces frères et sœurs ! ? Que pensez-vous de cette perpétuelle condescendance des religieux protestants et catholiques ?"

Locaux: Sornetan 
Adresse: Le Rondez 2a 
Lieu: 2716 Sornetan 

Manifestation & Expositions
...car nous sommes tous frères et soeurs
Date: 21.10.13 - 15.11.13 

Genre: 
Description: Cette exposition itinérante propose les portraits de onze femmes et onze hommes de confession musulmane vivant dans les cantons de Berne et du Jura. Chaque portrait comprend des photos en couleurs de la personne présentée dans différentes situations de sa vie quotidienne, ainsi qu'une interview et des informations sur elle.
Ces portraits soulignent la diversité de l'islam tel qu'il est vécu en Suisse, tout en remettant en question certains clichés et idées reçues sur les musulmanes et musulmans.

Objectifs de l'exposition:
Aujourd'hui, la Suisse est une société multiculturelle et multireligieuse. Il s'agit d'un phénomène qui s'est amplifié ces dernières décennies et la cohabitation n'est pas toujours évidente. L'objectif de l'exposition est de montrer que chez les musulmans aussi, la religion ne représente qu'un aspect parmi d'autres de leur vie qet qu'il existe de nombreuses façons de l'interpréter et de la pratiquer.
En présentant les portraits de ces hommes et de ces femmes d'autres cultures et d'autres religions, les Eglises espèrent faire découvrir ce qui nous lie, chrétiens et musulmans des cantons de Berne et du Jura, plutôt que ce qui nous sépare.
Les responsables de cette exposition ont souhaité illustrer les nombreuses facettes de la vie musulmane dans les cantons de Berne et du Jura. Elles ont veillé à ce choisir des hommes et des femmes représentant différents groupes d'âges et des contextes professionnels, sociaux, religieux, ethniques et politiques aussi variés que possible. Plusieurs personnes présentées dans cette exposition habitent notre région.
L'exposition a été conçue par le service Migration des Eglises réformées Berne-Jura-Soleure, le service "Eglise en dialogue" de l'Eglise catholique romaine de la Région de Berne, l'Eglise catholique-chrétienne du canton de Berne et l'Association Maison des religions - dialogue des cultures.

Écrit par : Jeannotdeschemins | 07/11/2013

La maladie de la soumission à une religion est tellement répandue chez les pauvres humains, qui ne peuvent pas se passer, une fois leur révolte d'adolescents surmontée, d'une autorité parentale à qui se soumettre, que le remplacement d'un Christianisme moribond par un Islam(isme) en pleine gloire, ne fait plus peur à personne. Ou presque. 
L'essentiel est de se soumettre et de pouvoir se décharger de la responsabilité de sa vie, de ses difficultés et des échecs qu'elle entraîne nécessaierment … et de la prolonger de surcroît par une une croyance délirante en un Paradis (celui que nous avons perdu en sortant de l'enfance, diraient certains psychanalystes).

Écrit par : Mère-Grand | 08/11/2013

Le noyautage de toutes les associations mises en place au fil des années dans notre société, quels que soient leurs buts à l'origine, est évidemment une tactique fort payante à une époque où les gens se retirent de plus en plus dans la sphère privée. Il n'y a plus qu'à attendre la création d'un statut de spécial de "Chrétiens musulmans" pour redonner vie à nos Eglises désertées. Je suis à peu près certain que nos autorités religieuses s'en féliciteraient. 
Cette mutation étant évidemment exclue pour des raisons évidentes, c'est plutôt, à long terme, la transformation de nos édifices religieux en mosquées, ou plus vraisemblable encore, le remplacement des unes par les autres, qui est à prévoir. Mais nous ne serons plus là pour nous en mordre les doigts.

Écrit par : Mère-Grand | 08/11/2013

@ Jeannotdeschemins

J'en pense que ces Eglises sont des opportunistes et que leur complaisance intéressée leur reviendra en plein visage. 

J'en pense que les citoyens de ce pays ne réclament pas qu'on leur serine un discours sur la diversité: ils veulent savoir ce que la diversité pense de certains préceptes de l'islam et si elle est partisane de l'offensive islamique dans toutes nos institutions.

Avez-vous déjà vu un leader musulman organiser une expo sur notre beau christianisme à l’intention de ses membres?

Écrit par : Mireille Vallette | 08/11/2013

Avez-vous déjà vu un musulman organiser une expo sur les Lumières ou le rationalisme à l’intention de ses "frères"?

Écrit par : Johann | 09/11/2013

Je suis surpris de la position de Madame le maire de Meyrin qui défend l'abattage rituel quand on sait les souffrances que l'on inflige à l'animal lors de l'égorgement à vif. Le conseiller administratif Tschudi est-il également complice ?

Ce retour à l'obscurantisme m'inquiète!

Écrit par : Galileo | 09/11/2013

Les commentaires sont fermés.

07:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.