05/10/2013

Burqa Blues…

 

Jeudi a eu lieu à Montreux un débat sur la burqa opposant principalement Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, et Pierre Cassen du site Riposte laïque.* Le thème a largement débordé sur l'islam d'aujourd’hui dans nos sociétés.
 

 

Une centaine de personnes étaient présentes, dont une grande majorité de musulmans. Les deux débatteurs (voir la vidéo des premiers échanges) ont témoigné d’un respect de l’adversaire qui a permis à chacun d’exprimer ses idées sans être interrompu. Dans le public, le débat était un peu plus vif, mais il n’a jamais dégénéré. Réalité à apprécier à sa juste valeur: une telle confrontation est par exemple impossible en France, vu l’ambiance actuelle. Et aussi parce que Pierre Cassen n’est jamais invité au moindre débat: la quasi-totalité des médias qualifient RL de site d’extrême droite et en conséquence le boycottent. *

J'ai retiré de cette soirée une plus grande compréhension sur la manière de ressentir leur religion par ces musulmans. Mais cette compréhension m’a déprimée davantage encore à leur sujet.

Hani Ramadan était à la hauteur, maniant  parfaitement le mensonge et la provocation et nous jetant avec aisance ses exigences à la figure au nom des valeurs qu’il rejette. L’intelligence et la maestria de Pierre Cassen lui ont permis de démonter largement ce discours exclusivement manipulateur.

Mon désespoir vient de ce que j’ai entendu de la part des croyants du public, dont de nombreuses jeunes filles voilées.

J’avoue avoir cru jusqu’ici que la plupart des musulmans suisses, dont ces jeunes filles souvent nées dans notre pays, soutenaient la burqa davantage comme un pion de plus à avancer pour imposer leur religion que comme un habit qui pourrait les tenter. Ce qui m’a d’abord surprise, c’est de constater jeudi que la burqa était pour elles un vêtement islamique tout à fait naturel. Je porte le voile, tu portes le niqab, ma nièce la burqa, nous sommes toutes sœurs et en route pour le paradis... Inch Allah.  

 Mais ce qui m’a pétrifiée, c’est leur réponse à la question: y a –t-il parmi vous des filles qui porteraient la burqa si elle était tout à fait acceptée (y compris au travail)? Au moins trois d'entre elles ont acquiescé et d’autres donnaient l’impression d’être vivement tentées.  Aucune ne semble avoir été choquée.

Pour ces jeunes filles, la burqa et ses variantes ne sont en aucun cas le signe de l’absence de droits des femmes dans les pays ou ils sont portés (abbaya en Arabie saoudite et au Yémen, burqa en Afghanistan, tchador en Iran... niqab en croissance constante dans de nombreux  pays, parallèlement à l’islam radical).

Deuxième constat de cette soirée, mais celui-ci est une confirmation: il est impossible à une très grande majorité des disciples de Mahomet de reconnaître le moindre problème, non seulement dans leurs textes, mais aussi dans la réalité actuelle de l’islam. Ainsi, lorsque Soumia Khaled, qui s’affirme non pratiquante mais croyante, explique qu’elle subit des actes d’intolérance croissants en Suisse et plus encore au Maroc (parallèlement à l’augmentation des niqabs), ses « sœurs » voilées manifestent immédiatement plus que des doutes. L’une d’elles apporte même la preuve de la mauvaise foi de Soumia par le fait qu’elle-même se rend souvent aussi au Maroc et n’a absolument pas observé ce phénomène.

Mêmes dénégations lorsqu’un participant qui a sillonné il y a 30 ans de nombreux pays islamiques affirme que voiles et niqabs étaient infiniment plus rares.  Il a mal vu, comme tous ceux qui ont constaté cette ouverture de l’islam et une émancipation des femmes pleine de promesses durant deux tiers du XXe siècle.


Face à un tel degré de cécité (volontaire ou non), il devient impossible d’imaginer le moindre rapprochement entre la foi obstinée de cette pieuse communauté et les valeurs d’ouverture et de liberté de ceux qui représentent encore une large majorité des citoyens.

Cette foi de combat sans concession, cette conviction d’avoir le droit de porter ses signes et de pratiquer ses rites dans tous les secteurs de la société, cette impossibilité de renoncer à la moindre revendication pour témoigner d’un début de volonté de se rapprocher de la population majoritaire promet encore, en Suisse comme ailleurs, des lendemains cuisants.

·         * Voir le compte-rendu de Caroline Alamachère dans Riposte laïque. Je faisais partie des dénommés "Grands témoins", trois personnes  auxquelles la parole a été donnée avant le débat avec le public.

Une version de ce papier destiné à Riposte laïque a paru sur son site.


18:33 Écrit par Mireille Vallette | Lien permanent | Commentaires (34) | Envoyer cette note | Tags : montreux, niqab, débat | |  del.icio.us | Digg! Digg |  Facebook | |

| Share

Commentaires

"Hani Ramadan était à la hauteur, maniant parfaitement le mensonge et la provocation et nous jetant avec aisance ses exigences à la figure au nom des valeurs qu’il rejette."
Je profite de votre citation pour prendre le risque de me faire d'autres ennemis que les Musulmans que je critique sur ces blogs. Vous pointez du doigt un problème qui touche une beaucoup plus grande partie de notre population, en particulier nombre de nos voisins du sud comme l'Espagne, l'Italie et le Portugal.
Bien que d'une importance ou d'une gravité qui n'a rien de commun avec l'attitude générale de M. Ramadan, il y a cependant un élément commun chez lui et les personnes en question: c'est leur refus d'accepter véritablement la nouvelle identité que leur milieu et leur éducation, les conditions de travail et même les lois dont ils ont bénéficié dans leur nouveau pays.
Les frères Ramadan sont suisses par leur passeport et pourtant toutes leurs références mentales et culturelles, la langue qu'ils préfèrent et l'amour qu'ils vouent à un idéal de nation vont ailleurs.
Chassés de chez eux, ils n'ont fait que profiter de l'accueil que leur a accordé notre pays, des avantages que ses institutions leur ont donné, de la liberté d'expression qu'ils y ont trouvé.
S'ils devaient un jour participer à une guerre pour défendre un pays et ses habitants, ce ne serait pas le nôtre, si ce n'est forcés et contraints.
Je suis triste de constater cependant que chez nombre d'Européens parmi ceux que j'ai évoqués plus haut, cohabitent un certains mépris pour ce que d'être suisse tout en acceptant les bénéfices que le fait d'être et de travailler en Suisse apporte, et cela non seulement à l'occasion des grandes confrontation sportives, "footballistiques" en particulier, mais dans la vie de tous les jours, où se dire suisse comporte une part de honte.
Si M. Ramadan oublie (un oubli volontaire évidemment) de faire au fait qu'il doit uniquement le droit de s'exprimer comme il le fait à la culture et aux institutions qu'il s'efforce par tous les moyens d'anéantir tant il les hait, c'est ce sentiment de honte plutôt que de haine qui semble annuler toute possibilité spontanée de reconnaissance même du fait que l'on a échappé au chômage et à la misère chez soi, et je ne parle pas d'une reconnaissance exprimée, mais de la conséquence qui pourrait en découler idéalement, le désir d'accepter comme patrie celle à qui on doit tout cela.
Puisque j'ai parlé de guerre plus haut, je la reprends ici. Pour qui se battraient alors ceux qui ne veulent pas se dire suisses, même s'ils le sont par leur passeport ou s'ils ont volontairement renoncé à le demander? Ne devrait-ce pas être pour ceux dont ils ont obtenu les moyens de vivre dignement et de vivre librement, plus dignement et plus librement en tout cas qu'auparavant?
J'ai toujours pensé que je ne demanderais jamais à m'installer dans un pays dont les lois et les moeurs seraient tellement contraires à mes convictions que je refuserais d'y demander ma naturalisation. J'ai aussi pensé que dans cet exil de la terre de mes ancêtres j'essayerais de devenir aussi intégré que possible, intégré au point de pouvoir me dire "de" ce nouveau pays. Sans renier du tout mes origines et ce qu'elles m'ont apporté à travers mes parents et la culture de mon enfance.
Il est possible que le rapprochement que je fais entre le rejet total de notre société par un fanatique religieux et ce que je ressens comme un rejet, partiel au moins, par nombre d'immigrés chez nous, naturalisée ou non, de première ou de seconde génération (je fais surtout allusion à ceux-là) scandalise certains, qu'elle paraisse absurde ou même insultant. Je prie ceux qui la réfutent ou qu'elle incommode de la considérer comme le résultat d'une curiosité intellectuelle qui s'interroge sur tout, et non comme un désir de nuire.

Écrit par : Mère-Grand | 05/10/2013

M. Ramadan fut, et de loin, meilleur que M. Cassen

Écrit par : Dynovisz | 05/10/2013

J'aurais envie d'évoquer le fait que chaque génération a ses combats.

je crains que ces jeunes filles ne voient pas dans leurs démarche un quelconque problème de soumission patriarcale, parce que leurs besoins se situent ailleurs. Celui de se trouver une spiritualité avec le grand bénéfice rassurant d'appartenance.
L'attrait de communauté sectaire a toujours été, particulièrement pour une certaine tranche d'âge.

Il est typique entre 20-25 ans des se chercher une nouvelle identité avec un but. Souvent dans une connotation spirituelle ou idéaliste. Une nouvelle manière de voire la vie, de découvrir des explications métaphysiques qui tranche avec l'enfance qui n'est pas si loin. Une petit touche d'exotisme en plus (niqab ou autre) et c'est parfait.

A une autre époque certains on rêvé de nirvana à Katmandou, s'habillait comme les babas, alors que d'autre s'engageaient dans le militantisme féministe, prolétaire etc.

C'est un fait, que l'islam avec ses convictions tranchées, sa métaphysique arrive comme un fruit mûr pour ce genre de personne.

En ce qui concerne la Suisse, je crois que votre compte rendu est révélateur. Il ne s'agit pas forcément d'une contrainte ou d'un militantisme radicale, mais bel et bien une identification passagère à une communauté spirituelle.

Même si cela fait le jeux des Ramadans et Cie, je ne vois pas pour l'instant un danger de phénomène de masse. Et notre lecture du problème d'islamisation de la société en Suisse est peut être un peu faussée. (la situation en France se déroule dans tout autre contexte)

De cette soirée que vous rapportez, j'aurais presque envie de dire; cela leur passera ...!

Écrit par : aoki | 05/10/2013

L'aveuglement de ces femmes est consternant. Elles croient défendre leur foi et leurs droits, elles ne font que défendre leur aliénation.
Laura et Pierre

Écrit par : Pierre Weiss | 05/10/2013

Plus les matriarches féministes occidentales martèleront leur évangile victimaire, comme un impérialisme culturel et un dogmatisme anti masculin, plus la burqa se répandra.

Écrit par : hommelibre | 06/10/2013

- "Pour ces jeunes filles, la burqa et ses variantes ne sont en aucun cas le signe de l’absence de droits des femmes dans les pays ou ils sont portés."

Parce que, à leur âge, selon leur situation familiale et leur moyens financiers, elles n'ont pas eu le besoin de les exercer ces droits, ou qu'en Suisse, elles les exercent naturellement, inconsciemment, détachées de la réalité.

Je remarque un détachement similaire dans les deux faits divers suivants:

A Cannes, deux mineures jouaient aux escort-girls:
http://www.nicematin.com/cannes/a-cannes-deux-mineures-jo...

Negociation pour tuer son mari.
http://videos.tf1.fr/infos/2013/piegee-elle-est-filmee-en...

Misogynie ? Peut-être. Pas assez de recul pour plaider non-coupable.

Écrit par : Chuck Jones | 06/10/2013

Le port de la burka, et autres joyeusetés, n'est-il pas révélateur d'une démarche d'installation en un pays destiné à devenir, selon la mentalité, l'état d'esprit de Mohammed, terre d'Islam (carrés au cimetière, aussi, chants d'appels à le prière à partir d'un minaret... aprés un certain nombre (peu élevé)d'appels à la prière... l'endroit où se trouve le minaret "devient" terre d'Islam! Comment accepter... quelque chose de pareil? Hani est manipulateur mais son frère, Tariq, dans le genre, est pas mal aussi, ainsi, selon lui, article au Monde, il y a quelques années, oui, "Jésus a sauvé la vie de la femme adultère mais il n'a pas condamné la lapidation"! L'horreur absolue... Myriam Belakovsky

Écrit par : myriam belakovsky | 06/10/2013

Laissons ces jeunes filles jouées à la burqa et regardons les femmes indépendantes, positives, libres. Celles d'origine maghrébine qui osent se rebeller et devenir des femmes à part entière. De graves menaces pèsent sur elles, car elles remettent en cause les dogmes religieux et leurs coutumes.

Il ne s'agit pas de jeunes filles capricieuses qui risquent tout au plus une petite amende parce qu'elles défient la laïcité en s'affichant avec un vêtement d'une autre époque et qui prête à sourire, mais des jeunes femmes qui prennent des risques majeurs, comme Jeanette Bougrab, Rachida Dati, Fadela Amara, Sophia Aram et bien d'autres.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/10/2013

Madame Ribordy,
J'ai du mal, en lisant votre phrase "" parce qu'elles défient la laïcité en s'affichant avec un vêtement d'une autre époque et qui prête à sourire" en quoi porter la burqa défierait la laïcité.

Sans doute qu'il serait bon pour vous de relire la définition de la laïcité.

Non à la burqa pour des raisons de sécurité, on est d'accord, mais je vois mal ce que la laïcité a à voir la dedans. On a le droit de s'habiller comme on veut tant qu'on respecte la pudeur et la sécurité, et encore, je ne suis pas sûr que se promener nu est amendable.

Écrit par : vieuxschnock | 06/10/2013

@ aoki « Chaque génération a ses combats ». Mais si je suis davantage frappée par les convictions exprimées par les jeunes musulmanes nées en Suisse, je ne crois pas le moins du monde que celles de la génération qui les précède, celle qui écoute religieusement les sermons des mosquées sont différentes.

D’autre part, chacun aime oublier que l’islam radical qui s’étend sur TOUS les pays musulmans n’a pas de rapport avec l’Europe. Pardonnez-moi cette autopub, mais j’ai illustré sur 250 pages les dégâts de ce même islam radical qui se développe en Europe. Cette avancée est terrifiante. Je ne pense pas que la France par exemple ait encore les moyens de la maîtriser.

Écrit par : mireille vallette | 06/10/2013

@ Chuck Jones : « en Suisse, elles exercent naturellement leurs droits »
C’est un de mes sujets de réflexion et d’interrogation. Ces jeunes et moins jeunes femmes profitent des droits que nos sociétés leur accordent pour vouloir implanter ici sans aucun risque telle ou telle pratique, symbole de discrimination. Elles savent que notre droit les défendra si quelqu’un veut les empêcher de quitter le niqab, de quitter leur communauté, d’épouser un non-musulman, voire de quitter l’islam. Voilà qui n’a rien à voir avec celles qui doivent porter ce vêtement dans les pays musulmans. Nos démocraties sont placées devant cette contradiction: ces femmes peuvent exiger de pratiquer au nom de nos valeurs un islam de discrimination, et au nom de ces mêmes valeurs exiger de pouvoir s’en détacher.

Écrit par : mireille vallette | 06/10/2013

@ Homme libre.
Mon cher John, la cause de ma vie, ma Révélation à 25 ans qui ne m’a plus quittée depuis, c’est le féminisme. Je ne pense pas qu’il m’ait rendue aveugle et systématiquement partisane. J’en veux pour preuve le combat que j’ai mené à la Tribune de Genève en faveur des femmes et des hommes victimes de la manipulation de leurs enfants par leur ex-conjoint pour les séparer d’eux. Les coupables en l’occurrence étaient selon moi les services sociaux qui tendaient à donner raison au manipulateur/trice. (Je ne suis pas convaincue qu’ils aient changé.)
La cause de votre vie au contraire est l’antiféminisme. Nous ne pourrons jamais nous rejoindre sur ce thème.
Il est vrai que je ne peux en aucun cas donner raison à ces jeunes filles. J’ai parlé assez longuement avec plusieurs d’entre elles, j’aime beaucoup ces discussions, mais j’en sors rarement rassurée.
Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une cause sur laquelle nous échangeons aimablement, mais de femmes qui sont tous les jours victimes (ah ce langage victimaire !) d’injustices et d’atrocités dus à cette idéologie misogyne. Mariage de fillettes depuis 14 siècles dans tout le monde musulman (au Yémen, 50% des filles mariées avant l’âge de 14 ans) ; fouet dans un nombre assez stupéfiant de pays (réintroduit aux Maldives pour les adultères, dont les victimes sont aux trois quarts des femmes), l’acide, les viols punis par l’emprisonnement de la violée, l’obligation d’épouser son violeur, son « don » à un vieillard amateur de chair fraîche, les crimes d’honneur et j’en passe: les librairies sont remplies de récits de celles qui ont tenté d’échapper à ces traitements. C’est cela que la couverture intégrale du corps des femmes symbolise et je ne peux pas comprendre que ces femmes vivant en Suisse ne veuillent pas savoir ce qui se trame au nom de leurs textes et ne réclament pas à grands cris que pratique et textes soient enfin revus à la lumière et l’humanisme et de l’égalité (des sexes, mais des autres religion aussi).
Au contraire, les religieux ont réussi à les convaincre que tout ce qui est écrit s’explique et montre la grande sagesse d’Allah et de son prophète. La jeune fille voilée la plus ouverte avec laquelle j’ai parlé s’exprime ainsi à propos de la polygamie : « Je ne peux pas y être opposée puisque Dieu l’autorise. Mais si mon mari veut une deuxième épouse, je le vire! » Eh oui, en Suisse, ce sera sans problème!

Écrit par : mireille vallette | 06/10/2013

@ Mireille Valette

Je ne sous estime pas cette avancée de l'islam radical en Europe et je la trouve aussi inquiétante,
je tente simplement d'en comprendre les raisons. Surtout ce qui concerne les conversions d'européens.
Je pense entre autre autre que nos conquêtes antérieures ont aussi créé un vide, dans le besoin de spiritualité. Afin de mieux se libérer de carcans, nous avons adopté un langage et des perceptions toujours plus scientifiques et dézingué le monde des croyances, les discussions métaphysiques.

En se persuadant que toutes les conquêtes de libertés nous amenaient le bonheur de vivre, nous ne voyons plus suffisamment que nous vivons dans un monde devenu vide de sens et sans grandes perspectives d'épanouissement personnel autre que le paraître et la consommation. La condition supplémentaire pour y accéder ressemble de plus en plus à la course du rat.

Je ne crois pas que nous puissions faire l'économie de quelques auto analyse pour faire face à cette vague délétère qui vient combler un vide que nous avons creusé.

Écrit par : aoki | 06/10/2013

@ aoki. Sur ce point, je vous suis. Mais je peine à comprendre que ce vide conduise à choisir une religion aux dogmes millénaires qu'il est formellement interdit de remettre en question et qui vous indique dans les moindres détails de votre vie ce qu'il faut faire et ne pas faire au point parfois d'ailleurs (Hadiths de Mahomet) d'être parfaitement ridicule (prendre des pierres en nombre impair pour s'essuyer après avoir déféqué dans le désert) et absolument misogyne et méprisant («Le prophète a dit aucun de vous ne devrait fouetter sa femme comme il fouette un esclave et avoir ensuite des rapports sexuels avec elle dans la dernière partie du jour.»)

Écrit par : mireille vallette | 06/10/2013

vieuxschock,

J'ai certainement encore à apprendre d'un vieuxschnock. Voudriez-vous une laïcité révisée et laisser aller les religions reprendre pied dans notre société?
La burqa, selon vous est-ce un vêtement neutre qui ne pose pas de problème? D'après les articles sur ce sujet, les commentaires, les émissions de TV, de radio et les pleines pages dans les journaux, la burqa accapare toute notre attention, alors que nous avons bien d'autres choses plus importantes à faire.
Dans notre société démocratique et laïque, il ne saurait être question de porter ce genre de vêtement.
Comme je l'ai dit et comme vous l'affirmez, il suffit simplement de se conformer à la loi valaisanne qui prévoit l'interdiction de se masquer le visage, sauf à carnaval. La robe bleue ou noire qui enveloppe les femmes deviendrait un quelconque vêtement. Une burqa revisitée, donc une burqa laïque!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 06/10/2013

Vous avez tout dit, Noëlle. Pas de masques. Le reste est de la liberté individuelle. Et basta.

Écrit par : vieuxschnock | 06/10/2013

Ayant à faire à une autre civilisation très différente de la nôtre et n'ayant de plus que très peu changer depuis le moyen âge le dialogue semble encore pratiquement impossible.Cela me fait penser à un match de football dans lequel chaque équipe appliquerait une règle différente de celle de son adversaire.
Mais hélas dans notre cas et dans plus en plus de situations nous nous voyons implicitement obligés de suivre des règles contraires à nos usages culturels.
Exemple:nous mangeons le plus souvent sans le savoir de la viande venant d'abattoirs non conventionnels..........c'est à dire hallal.

Écrit par : fourcade | 06/10/2013

La Terre est toujours plate, selon ces jeunes filles. Et elles brûleront tous les Galilée et Copernic infidèles à la loi ancienne pour satisfaire à leurs croyance pure. Pire. La Terre, on a pu finalement prouver massivement, après bien des bûchers et des sacrifices de personnes éclairées, que la Terre est bien ronde et unique dans notre système solaire et sans doute unique par son histoire, comme un être humain.

Mais pour la croyance, on fait comment pour les détourner de leur folie? A part inventer et désigner un nouveau prophète qui serait le représentant de Dieu aujourd'hui, il n'y a aucun espoir de les faire changer d'avis car nous avons la prétention de leur dire que nous plaçons le Coran dans son contexte avec un homme, Muhammed, sans doute pleins de qualités extraordinaires mais aussi plein de défauts comme tout homme. Que Muhammed fait partie de l'Histoire des êtres humains est une réalité incontournable de notre Civilisation. Mais arrêtons-nous à l'homme, pas à Allah. Car il faut marteler sans cesse à ces jeunes femmes qui si le Coran est 100% juste à travers la Parole du Dieu unique alors il ne faut plus parler de Muhammed comme prophète d'une religion mais comme Dieu lui-même. Comment dissocier la parole d'un homme de celle de Dieu si Dieu parle de Lui sans aucun futur possible, sans évolution de la science et de l'intelligence humaine, sans rien de nouveau sous le soleil de la spiritualité.

Mireille, je ne vois que cela pour ces jeunes filles: les débarquer dans un cinéma et leur faire vivre des expériences mystiques personnelles à travers des films humanistes... Le problème, et il est de taille, je doute que les parents musulmans envoient leurs adolescentes voir des oeuvres de l'art dégénéré des humanistes...

Écrit par : pachakmac | 06/10/2013

- "Non à la burqa pour des raisons de sécurité,"
- "Ayant à faire à une autre civilisation très différente de la nôtre et n'ayant de plus que très peu changer depuis le moyen âge le dialogue semble encore pratiquement impossible."

Prétexter un risque de sécurité pour interdir la burqa me paraît un tant soit peu abusif.

Néanmoins, puisque la burqa remonte au moyen âge, c'est peu-être dans une pratique de cohabitation prudente de cette époque que se trouve, si ce n'est une solution, un protocole permettant à chacun d'affirmer sa position et de comprendre celle de l'autre, sans devoir connâitre ou demander à connaître de motifs, et de communiquer, d'échanger, sans s'entretuer par la maladresse de l'une ou l'autre des parties qui provoque involontairement un affront.

Une des règles de civilité de l'époque en usage entre hommes d'armes ne se connaissant pas et se croisant, pour signaler leur bienveillance l'un envers l'autre, consistait à ouvrir la visière de leur casque, jusqu'au moment où ils s'étaient effectivement croisés et commençaient à remettre de la distance entre eux.

Je peux comprendre que, si une femme, ayant le visage caché ou non, est accompagnée d'un homme, et que cet homme demande à parler à quelqu'un pour cette femme, que cet homme devienne alors l'interlocuteur de ou des personnes demandées le temps de l'entretien. Cet interlocuteur se présentera à visage découvert à titre de bienveillance, présentera ensuite la personne qu'il représente, et parlera ensuite pour cette personne tout au long de l'entretien.

Je peux ensuite imaginer la situation où, une femme, toujours le visage caché ou non, est accompagnée d'une autre femme au visage non caché. L'échange se déroulera de la même façon qu'avec un homme (ci-dessus).

Ne peut-on imaginer alors, que si une femme au visage caché se présente d'elle-même à quelqu'un pour lui demander elle-même quelque chose, que celle-ci découvre son visage tout le temps de l'entretien lorsque celui-ci a lieu en espace clos ? Et juste le temps de dire bonjour en espace ouvert publique ?

Écrit par : Chuck Jones | 06/10/2013

Entre parenthèse si elles trouvent que dans les pays musulmans elles sont heureuses de porter ces vêtements Mais qu'elles y aillent et qu'ils arrêtent de nous gonfler avec leur secte

Écrit par : angel | 06/10/2013

.
La Burqa a plusieurs fonctions dont celle d'être l’emblème d'une appartenance à un groupe de plus en plus puissant et « à la mode »...
.

Écrit par : Mosché Ashkelon | 06/10/2013

@Chuck Jones,
Le mode d'emploi de la communication sous burqa que vous donnez est de l'ironie, n'est-ce pas ?
En effet, pourquoi faire simple, si on peut faire compliqué ?!?
Pourquoi être autonome et adulte, si on peut passer par une personne renonçant au privilège du visage voilé et qui est d'accord de devenir notre truchement ?
Faire un rapide "coucou !" puis tirer le rideau ?
La vie entre êtres humains serait devenue aussi compliquée ? J'ai l'impression de ne pas vivre dans le même monde.
Plus ça va, et moins je comprends la burqa.

Écrit par : Calendula | 06/10/2013

Ce que ces musulmans voulaient faire au Mali, ils veulent l'appliquer partout dans le monde y compris en Suisse. Alors il y aura toujours des ânes ici sur les blogs, qui voudront nous expliquer le contraire avec des argument bidons ou mensongers.

Se fondre dans la foule pour quelques générations, ensuite passer à la déstabilisation du pays par tous les moyens. Si on ne comprend pas cela, inutile de se battre pour la Liberté autant leur donner les clés de la maison.

Les chiffons portés par les musulmanes sont les drapeaux de l'islam, ça sert à encourager -tous- les musulmans à la conquête du pays ou du monde en vue d'imposer la charia.

Voici une des stratégies des musulmans, c'est la même que celle du pédophile Mahomet et ses descendants et adeptes. Il en existe des variantes:

""Le chef d'Aqmi voulait, pendant que ses hommes contrôlaient en 2012 le Nord du Mali, instituer une administration de façade composée de Touaregs afin de tirer discrètement les ficelles, révèle un document exclusif.

Ce texte, feuille de route pour le Mali signée par Abdelmalek Droukdel, chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été découvert en février 2013 à Tombouctou par deux journalistes de la radio RFI et du quotidien Libération, qui en ont publié dimanche soir en exclusivité l'intégralité sur leurs sites internet.

Cette lettre en six chapitres, rédigée en juillet 2012 et intitulée "Directives générales relatives au projet islamique djihadiste dans l'Azawad" (Azawad est le terme utilisé par les Touaregs pour désigner le Nord Mal) suggère de ne pas faire apparaître Aqmi dans les instances gouvernant la région, afin de ne pas provoquer une réaction de la communauté internationale.

"L'intervention étrangère sera imminente et rapide si nous avons la main sur le gouvernement et si notre influence s'affirme clairement", écrit Abdelmalek Droukdel. "L'ennemi aura plus de difficulté à recourir à cette intervention si le gouvernement comprend la majorité de la population de l'Azawad, que dans le cas d'un gouvernement d'al-Qaïda ou de tendance salafiste jihadiste".

Il suggère même de renoncer dans un premier temps à appliquer une version stricte de la chariah afin de gagner les coeurs et les esprits des populations et suggère de gouverner "avec douceur et sagesse".

Ce document démontre à contrario le manque de contrôle de l'émir d'Aqmi sur certains éléments de la mouvance jihadiste au Sahel: pendant les dix mois où ils ont contrôlé la région, les islamistes radicaux se sont aliéné une majorité de la population locale, notamment en détruisant des mausolées et en appliquant une version rigoureuse de la chariah.

Ce document a été trouvé le 16 février 2013 par les journalistes Nicolas Champeaux, de RFI et Jean-Louis Le Touzet, de Libération, envoyés spéciaux à Tombouctou juste après la fuite des forces d'Aqmi, mises en déroute par l'armée française dans le cadre de l'opération Serval.

Les journalistes l'ont découvert par terre dans les locaux dévastés de la Radio Télévision Malienne à Tombouctou. Les deux rédactions ont pendant des mois traduit ces textes depuis l'arabe puis les ont authentifiés et fait analyser par des experts.""

L'intégralité des documents est disponible sur les sites des deux médias: rfi.fr et liberation.fr.

http://www.slateafrique.com/

La montée du féminisme n'est lié à au port de la burka? John, je t'ai connu plus lucide dans le raisonnement, dommage. Fatigué peut-être?

Écrit par : Pierre NOËL | 07/10/2013

Pierre NOEL,

Si je vous comprends bien la méthode musulmane pour s'approprier du territoire des Occidentaux, comportent plusieurs stratégies. Cela ne m'étonne guère: Les musulmans utilisent la manipulation, une attitude comportementale habituelle chez eux.

- La méthode avec douceur et sagesse: nous nous fondons dans une société démocratique et nous respectons les lois de la république jusqu'au jour où....nous serons MAJORITAIRES, pensent les musulmans.

- La méthode des musulmans purs et durs:
Nous imposons nos coutumes. D'abord, nous habillons nos femmes avec la burqa, comme des petites soldates bien obéissantes.
Ensuite, nous culpabilisons les gens des pays occidentaux en les traitant de racistes,d'islamophobes, (savez-vous que ce mot n'existait pas dans le Larousse en 1986!) s'ils n'adhèrent aux préceptes du Coran.

Puisque les musulmans n'ont rien inventé au niveau scientifique et autre depuis des lustres, trop occupés à respecter le Coran et à s'enfoncer dans l'obscurantisme, nous, Occidentaux nous ne sommes pas ignorants et nous mettrons notre intelligence au service de la Démocratie, de la liberté et de la dignité.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 07/10/2013

@ Noëlle Ribordy

Vous avez bien résumé ce que j'indique depuis un bon moment. Il était difficile d'apporter des preuves jusqu'à ces dernières années avant que les adeptes de l'islam se découvrent enfin en déclenchant une guerre contre l'occident.

Je pèse mes mots, c'est bien d'une guerre qu'il s'agit telle que les musulmans l'ont toujours pratiquée, elle ne ressemble en rien aux guerres contemporaines.

Pour bien comprendre, il faut étudier les différentes typologies, en effet les comportements en disent plus que les écrits philosophiques sans fin.

La conquête de l'islam fut d'abord le fait des Arabes d'Arabie, chameliers bédouins dont les chefs étaient issus du monde commerçant de la Mecque. Ces Arabes conquirent en quelques années la Syrie, l'Egypte, la Mésopotamie et l'Iran pays antiques à traditions historiques.

Comment expliquer la facilité et la rapidité de cette conquête? D'après certains historiens, ces pays supportaient mal la domination byzantine (Syrie, Egypte) ou sassanide (Mésopotamie, Iran) et qui étaient affaiblis par des révoltes à caractère social et religieux. Les Empires byzantin et sassanide sortaient eux-mêmes d'une période de luttes mutuelles acharnées qui les avaient appauvris.

Il faut bien le constater l'occident s'est appauvris avec les guerres en Irak, Afghanistan et autres sans que nous puissions crier victoire. (voire le poids de la dette qui nous met en danger)

Les Arabes se fondirent dans la foule et ce, assez rapidement en particulier dans les sociétés urbaines des pays conquis dans lesquels ils implantèrent l'islam tout en tolérant le christianisme et le judaïsme.

De ces pays partirent à nouveau des armées qui poursuivirent la conquête musulmane; les Iraniens allaient pousser vers l'Asie centrale, les Syriens et les Égyptiens vers l'Afrique du Nord. De là les Berbères allaient porter l'islam en Espagne et en Sicile. Ainsi fut fondé l'Empire musulman, vaste domaine gouverné par le calife et doté d'institutions administratives "empruntées" aux pays -soumis-

Dans les anciens territoires byzantins et sassanides s'élabora une civilisation syncrétique qui allait s'étendre à l'ensemble du domaine musulman.

En fait ils ont réagit de la même manière que les Romains envers la civilisation Égyptienne entre autres.

Voilà la façon de faire des musulmans, mais il ne faut pas croire que l'islamisation de l'Europe est due au hasard, elle est réfléchie, avec la collaboration de l'occident pour des raisons mercantiles, (monarchies et finances) et d'un soi-disant "vide spirituel" d'ou la collaboration également avec les deux autres religions, juive et chrétienne.

Le problème est la constitution de deux forces islamiques: le Sunnisme et le Chiisme. Là, l'occident USA en tête, joue un jeu extrêmement dangereux car l'islam ne reconnaît en rien la chrétienté encore moins les juifs.

Toutes mes excuses, je voulais faire court mais raconter l'histoire en quelques mots est impossible voire incompréhensible. L'histoire des croyances aux divinités est liée aux peurs aux incompréhensions à la faible connaissance de ces époques lointaines.

Méfions-nous comme de la peste de l'eau qui dort, des petits rus et des paroles comme des écrits....

Écrit par : Pierre NOËL | 07/10/2013

Bonjour,
Heureusement qu on rit en lisant certains commantaires humoristiques ou d idiots utiles qui n ont rien compris a cette nouvelle tentative de conquete Islamique financee et organisee par les pays du Golfe dans l indifference complice des dirigeants Europeens.
Andre Malraux a ete visionnaire en disant que le nouveau siecle sera religieux.
Apres le fascisme brun, le fascisme rouge avec des millions de morts, voila qu arrive en Europe le fascisme vert...comme si l humanite avait toujours besoin d une peste nouvelle...
Pour ceux qui connaissent un peu l Islam avec ses sourates et versets ou le meilleur et le pire cohabitent comme dans les deux vieilles religions antecedantes a L Islam.
On peut donc demontrer que la religion Musulmane est une belle religion de paix et d amour... ou tout l inverse selon qu on s appuie sur les textes choisis. Il ne faut donc pas perdre son temps dans des recherches theologiques ou des discussions steriles qui n interessent que les intellectuels.... ( il faut savoir que 95% des Musulmans vivants en Europe ne viennent pas du Golfe et donc ne lisent, ni ne parle l Arabe...mais des dialectes qui ne s ecrivent pas et que les Arabes du Golf ne comprennent pas . C est pourquoi Abdelwahab Meddeb dit qu ils echoueront a 95 % s il devaient passer un examen d entree en religion Musulmane ).
Il faut regarder simplement ce qui se passe dans nos quartiers , nos villes, nos pays et analyser quel est le role et l nfluence de l islam , des imams, des mosquees .
Si 74% des Francais ont une tres mauvaise image de l islam, c est qu il fait peur. Pourquoi les Musulmans ne s organisent ils pas pour faire le menage dans leurs rangs en prenant distance publiquement des integristes , les fous de dieu etc...qui les ont tellement sali...
Ces jeunes filles voilees pour le fun...pourquoi ne sont elles pas solidaire de leurs copines Musulmanes tuees pour n avoir voulu mettre le voile ?
Et Hani Ramadan, que fait il pour ces femmes executees ( refus de la burqa ou adultere, ou apostasie, mariage force de gamines, injustice, violences faites aux femmes dans les 57 etats Arabo Islamique etc...)
Il perd toute credibilite en defendant les exces de cette religion en essayant de nous enfumer.
S il etait honnete , il redonnerait son passeport Suisse et irait defendre ses valeurs Islamiques a partir d un pays Arabe .
Hypothese impossible ...j en ri de l imaginer vivre sous une tente comme un bedouin du desert...car il deprimerait loin du confort et des plaisirs Chretiens...
heureusement que l hypocrisie n est pas mortelle ...meme Ben Laden dans son refuge regardait des films Americain et utilisait des produits de luxe qu il disait hair...

Écrit par : un observateur | 07/10/2013

Mireille Vallette, j'ai écouté attentivement l'excellent débat en totalité auquel vous avez participé. J'apporte un élément confirmant mon commentaire lorsque j'indique qu'ils doivent se fondre dans la foule.

Sur le lien, à la 57ème minute et 30 seconde Mr Malek Chabel musulman modéré ( pardon je je connais pas l'orthographe de son nom et prénom) dit ceci:

(......quand ils sont en minorité ils (les musulmans) doivent pouvoir se caler sur le projet sociétal etc...)

Et voilà, ça, c'est la politique le temps qu'ils sont minoritaires, ce qui veut bien dire que lorsqu'ils seront majoritaires c'est bien la charia dans toute son horreur qui s'appliquera.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2013/10/07/faut-il-interd...

Personne n'a relevé se petit détail; alors que de mon point de vue, c'est très important. Sa boîte noire s'est ouverte, inconsciemment, il a dit ce que je pense et écrit.

Écrit par : Pierre NOËL | 07/10/2013

@Calendula

- "La vie entre êtres humains serait devenue aussi compliquée ? J'ai l'impression de ne pas vivre dans le même monde."

Respectueusement, vous avez voyagé beaucoup en dehors des circuits touristiques ?

Écrit par : Chuck Jones | 07/10/2013

@Calendula

Il est évident qu'une civilisation figée dans le moyen âge (mon avis serait plutôt: "réinventée" depuis la chute de l'empire ottoman, selon une interprétation d'écrits datant du moyen âge...)

Peut-être comprendrez vous plus facilement les mécanismes d'interaction de gens qui s'isolent ou se détachent de la société contemporaine occidentale, ou simplement de deux mondes différents, en regardant le film Witness (1985) avec Harrison Ford.

Écrit par : Chuck Jones | 07/10/2013

Les ramadans font exactement la même chose en se masturbant le petit bout de cerveau restant!


"meme Ben Laden dans son refuge regardait des films Americain et utilisait des produits de luxe qu il disait hair...

Écrit par : un observateur | 07/10/2013

Écrit par : Pierre NOËL | 09/10/2013

En islam l'homme est dieu, et dieu est l'homme.

Dieu ne peut regarder une femme habillée normalement, il devient fou, violent, lapidateur, sanguinaire, tortionnaire, violeur, égorgeur, bref il ne fait pas bon être à la droite ou à la gauche de dieu en islam.

Dieu voit les femmes au travers des yeux des hommes, puisqu'il est, selon les religieux de tous poils, dans la caberluche des humains. Ne dit-on pas chez les croyants que l’œil est la fenêtre de l'âme.....que c'est bô...

Comment un dieu peu s'épanouir dans la tête d'individus, tarés de chez tarés, une fois la greffe des croyances imposées, grâce aux bourrages de crânes coraniques?

Comment voulez-vous qu'un musulman ayant été greffé des croyances et coranisé, ne puisse pas devenir fou de son cerveau -qui -est -dieu auquel il ne comprend rien? C'est pour cette raison qu'il est fou de dieu, qui est lui. En fait il est fou de lui c'est très psychiatrique, et pas facile à comprendre pour les non initiés.

En islam, les femmes sont idiotes et tarées "selon les théologiens islamiques et les hommes" Comment une musulmane perçoit-elle son dieu-homme ou son homme-dieu si tant est qu'elle puisse penser, et percevoir son dieu-homme qui ne lui reconnaît pas ces capacités..... mais il est est son homme?

Résumons, elle doit se cacher de son homme ou des hommes avec des chiffons, (peu importe comment on les nomment) alors qu'elles détiennent aussi dieu dans leur cerveau. Mais le dieu de la femme pense la même chose? Pourquoi la femme ne peut imposer à son homme-dieu les mêmes chiffons? Pour de ne pas déclencher la colère de dieu ou des dieux-hommes, d'accord mais quand même?

Cela n'est, paraît-il, pas possible que la femme ait un dieu dans son cerveau puisque c'est une femme. John en parle assez souvent avec ses féministes dans son cerveau, sans cerveau, mais avec burka, je ne vais pas en rajouter.

Enfin, si dieu entend tout, voit tout et ne dit rien, à quoi il sert? Si les musulmanes n'ont pas assez de cerveau pour y accueillir un dieu, leur inconscient c'est quoi? Du pâté?

Savent-elles que les dieux sont leurs mâles? Savent-elles que leurs mâles sont des dieux? Savent-elles que les écrits sont fait pour les mâles, car écrits par des hommes? (enfin si on peut appeler cela des hommes, car pour lapider une femme faut être une merde rien d'autre).

Bon, tout cela n'est pas bien grave, mais la question reste posée: "Pourquoi n'y a-t-il plus de femmes musulmanes sur les blogs" soit pour commenter soit pour bloguer? A part sur le blog de ramadan pour jouer les lèches bottes et encore. Est-ce que vos -dieux-hommes vous ont donné -l'ordre de vous occuper avec vos gamelles et vos chiffons? A moins que ce ne soit vos hommes-dieux?

Je vous plain mesdames, mais vous encourage malgré tout à pratiquer la circoncision, mais -au -plus -court (quand je dis court c'est au raz) envers vos hommes ou les hommes. Si en plus vous pouvez leur faire porter des chiffons là ou ils jouent les coqs en pâte sur les plages en plein soleil ou ailleurs comme dans les bars d'hommes qui n'ont pas de couilles; sachez que dieu vous enverra au paradis des puceaux.

Si vous voulez des jeunes, beaux mâles, comme les hommes ont leurs petites vierges, là, je crains que ce ne soit possible car dieu est l'unique mâle sans sexe du paradis et de l'enfer.....

Bye bye à bientôt les musulmanes.....

Écrit par : Pierre NOËL | 09/10/2013

A Chuck Jones,
A vos yeux, je passe donc pour une provinciale ;-)))
J'ai occupé de l'espace chez "hommelibre" pour raconter mes observations sur la burqa. Ca date de vendredi dernier, lorsque je me suis retrouvée dans un "satellite" de Cointrin en même temps que les personnes en partance pour Djedda. Dans un aéroport, où on est soumis à des contrôles d'identité et de sécurité de toutes sortes, cet habit est particulièrement intrigant.
Une de mes amies les plus proches est iranienne et comme vous le savez, dans ce pays, le foulard est imposé à toutes, même les étrangères en visite.
Je suis allée à Istanbul deux fois en six mois, où j'ai bien vu l'étendue du port du foulard. En revanche, les femmes turques ne portent pas la burqa à Istanbul.
J'y ai assisté à une scène hallucinante, où un commerçant turc poursuivait une femme en burqa hors de son magasin, en l'exhortant en anglais de lui dévoiler son visage. C'était très cinématographique et j'ai cru comprendre qu'il trouvait ce visage voilé très troublant et même excitant. Donc, l'effet de cette burqa était l'inverse de ce qu'elle est censée opérer...
Tout ceci étant dit, je ne prétends absolument pas avoir fait le tour de la question.
Oui, j'ai vu "Witness" - quel film magnifique. Vous faites bien de le mentionner dans ce contexte, car il y a effectivement cette difficulté de la coexistence des deux mondes, celui des Amish et celui de la modernité
américaine.
La liberté religieuse est un des grands principes fondateurs des Etats-Unis, qui fonctionnait comme un refuge pour les personnes persécutées pour leur religion.
Sommes-nous dans le même contexte ? L'interdiction du port de la burqa est-elle assimilable à une persécution ?

Écrit par : Calendula | 09/10/2013

Calendula nous fait des commentaires tantôt pour nous informer qu'un jour elle est au pôle nord, le lendemain au pôle sud, une autre fois en Afrique, vous arrêtez de faire votre pimbêche la bourgeoise??

Écrit par : ramdam | 09/10/2013

Au sujet de plusieurs jeunes filles voilees a cette conference, je me demande si Hani Ramadan les a invites pour leur soutien.
Corvert

Écrit par : corvert | 11/10/2013

Les commentaires sont fermés.



15:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.