17/02/2014

Mais qui a peur de ce bout de tissu???

«Vacarme» de dimanche dernier  (qui reprend des reportages de la RTS de la semaine écoulée) est à écouter. Il montre que  le degré d’angélisme et d’ignorance des journalistes reste intact. L’émission est consacrée aux jeunes filles dès 12 ans qui choisissent de porter le foulard. 

«Le voile mène-t-il à l’exclusion?», tel est le titre générique. La réponse? Évidemment. Les reportages sont faits pour le prouver.


voile.jpgLa présentation nous met au parfum: le couvre-chef islamique est qualifié de  «bout de tissu» et c’est ainsi qu’il va être traité. Première question : pourquoi les jeunes filles doivent-elles le porter ?  Réponse brumeuse d'une jeune fille: «En islam, les cheveux c’est précieux, les cheveux c’est ce qui donne la beauté de la femme. On donne le privilège de les voir à notre mari.» La journaliste, qui n'a pas pris cinq minutes pour chercher elle-même la réponse, n’y reviendra pas.

La  lecture littérale du Coran que les filles ne cessent d’invoquer n’intéresse pas non plus Valérie-la-reporter.  Quelles conséquences cette lecture coranique a-t-elle sur leur image du statut des femmes : virginité, obéissance au mari, polygamie, interdiction d’épouser un non-musulman, répudiation, etc.? Nous n'en saurons rien. Pour la démonstration, seul le "bout de tissu" importe.

En fait, contrairement à d'autres thèmes, celui du foulard n'est pas clair du tout dans le Coran. Et l’imam Tareq Oubrou qui l’explique dans un des reportages sera traité (si j’ai bien entendu) d’islamophobe par les jeunes filles et prié d’aller se rhabiller.

Le corps couvert, la journaliste n’a pas remarqué

On signalera donc à Valérie que ce «bout de tissu» exprime le rôle de prédateur sexuel que l’islam attribue aux hommes. Des hommes qui ne peuvent refréner leur désir s’ils voient le corps et la chevelure des femmes. Le bout de tissu évidemment ne suffit pas, c’est pourquoi ces filles couvrent entièrement leur corps et non seulement leur tête et leur cou (je le suppose, car la journaliste n’en dit mot).

Cette hypothèse se confirme. Le bout de tissu s’allonge démesurément lorsqu'un cours risque de dévoiler un peu de chair: telle interlocutrice déclare faire la gym en pantalons et pull, et la natation dans un costume «spécial» qui cache tout le corps. Mais Valérie n’a pas remarqué la rallonge.

Hé Louis, tu serais d’accord de sortir avec une fille en foulard ?

La journaliste pose en revanche une  question cocasse aux garçons non-musulmans de la classe: «Est-ce que ça vous gênerait de sortir avec une fille en foulard?» Il ne vient pas à l’idée de Valérie de poser la question aux filles couvertes, ce qui serait beaucoup plus intéressant. Elle ignore apparemment  que leur religion leur interdit de «sortir avec des garçons» et aussi d’épouser un non-musulman. Quant aux garçons, ils disent que non, ça ne les gênerait pas du tout: quand on aime, on aime. Cette ouverture d’esprit est d’ailleurs très frappante dans ces reportages de la part des filles comme des garçons. Mais ils sont eux aussi, ce qui est normal à leur âge, d’une totale ignorance de cette religion.

La fin de ces reportages se passe en France. Elle consiste en plaintes infinies à propos de la loi qui interdit les signes ostentatoires et donc le foulard à l’école. On n'apprendra rien de plus.

 

21:14 Publié dans Médias, Voile, niqab, etc. | Tags : rts, vacarme, voile | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

Commentaires

Rien de nouveau sous le soleil, manifestement. Aucune connaissance de la part de la journaliste et aucun désir de connaître.

Écrit par : Mère-Grand | 17/02/2014

Merci.

Écrit par : norbertmaendly | 17/02/2014

Voile islamique : acte politique ou symbole religieux ?

Posons la question de la signification exacte
d’interdiction, de ce «voile ou bout de tissu ».

Il convient donc avant toute demande d’interdiction, de se poser la question de la nature véritable de ce « voile ».
Il convient tout d’abord de préciser que sa dimension religieuse est tout à fait discutable; loin de faire l’unanimité, de nombreux musulmans en contestent la légitimité.
A contrario, le voile islamique possède une forte connotation politique. Dès lors devient légitime la question : le voile islamique est-il un symbole religieux ou un acte politique ?
Est-il l’expression du libre exercice d’une liberté religieuse ou au contraire sa négation, à savoir, le produit d’une politisation de l’Islam ?
La double agression dont une jeune tunisienne vient d’être la victime, (violée par des policiers elle est poursuivie pour attentat à la pudeur) soulève une réelle émotion non seulement en Tunisie, mais dans le monde. Elle jette un éclairage cru sur la forme de société qui se met en place dans ce pays. Cet évènement nous permet de comprendre ce qui se joue autour de la question de la femme, et plus particulièrement autour de la question du voile islamique intégral (burqua) ou non. Cette femme est agressée parce qu’elle n’est pas voilée et parce qu’elle est avec un homme dans une voiture, au cas particulier son fiancé ou mari.
Le voile, contrairement à ce qui est dit un peu hâtivement, n’est pas de l’ordre du religieux, ou pas seulement. S’il n’était qu’un emblème religieux, il ne constituerait pas un vrai problème politique. Or, le voile pose problème dans tous les domaines de la vie publique (hôpitaux, écoles, lieux de travail, rue…) non seulement à celles qui le portent (librement ou sous la contrainte) mais également à celles qui ne le portent pas ainsi qu’à de très nombreux acteurs sociaux.
Ce qui est en jeu dans la question du voile islamique est de l’ordre du pouvoir.
1) Le voile est l’expression dans l’espace public d’un pouvoir arbitraire.
Le voile islamique n’est pas un signe religieux ordinaire mais possède des significations multiples, notamment sociales et politiques. Il ne traduit pas la relation d’une personne libre à sa foi. Qu’il soit intégral ou qu’il laisse apparaitre seulement l’ovale du visage, il est le signe d’un pouvoir, non celui de Dieu, mais de l’homme. Il exprime une forme de relation homme-femme qui se décline sous le couple dominant-dominé, voire sous celui de maître-esclave.
Qu’un Juif porte ou ne porte pas de Kippa, il ne subira aucune pression ou agression de la part des autres Juifs. Il en est de même pour un chrétien portant ou ne portant pas la croix. Le port de symboles religieux n’entraîne aucune conséquence négative sur l’exercice des droits fondamentaux de la personne. Ils ne sont jamais privatifs de libertés. Juifs et chrétiens sont libres de porter ou de ne pas porter kippa ou croix.
Il n’en est pas de même pour le port du voile. Si une femme (musulmane ou non) ne porte pas de voile, elle prend le risque d’être agressée non par Dieu mais par des hommes. Dans certains pays, elle ne peut tout simplement pas accéder à la sphère publique. Combien sont-elles, un peu partout dans le monde, à subir des violences qui vont de l’agression, au viol, au jet d’acide sur le visage pour avoir tenté de s’y soustraire ? Le port du voile renvoie ainsi à la question du pouvoir, preuve qu’il n’est pas principalement un signe religieux mais essentiellement l’expression du pouvoir arbitraire que l’homme exerce sur la femme. Le port du voile islamique doit donc être appréhendé comme un acte éminemment politique.
2) le voile islamique est privatif de libertés
La liberté de choisir librement ses vêtements par exemple. Une femme ne peut choisir de porter le voile le matin et la mini jupe l’après midi. Elle est condamnée à porter toujours ce même habit dans l’espace public. Une grande partie de ce qui constitue la féminité est gommée, interdite.
3) le voile est le produit d’une série de discriminations contraires à notre droit.
Discrimination homme-femme notamment. Seules les femmes sont condamnées à se couvrir intégralement dans l’espace public. L’homme demeure libre de s’habiller comme bon lui semble et d’aller tête nue.
Mais également, discrimination entre les femmes, entre celles qui le portent et celles qui ne le portent pas. Celles qui le portent expriment une soumission à l’homme, une protection obligatoire contre l’agressivité des hommes. Le voile est le symbole de la femme humiliée, soumise, dominée par le pouvoir tyrannique des hommes, qu’ils soient père, mari ou frère. Il est infantilisant. Dans cette logique, les autres femmes qui ne le portent pas, s’exposent, traduisez pour les fanatiques musulmans, se donnent. Pour le pouvoir qui impose le recouvrement du corps de la femme, le non-port du voile revêt une signification sexuelle ; il est le signe de l’impudeur des femmes et les femmes qui s’exposent librement, sont assimilées à des femmes qui se donnent et dont on peut disposer à sa guise.
4) le port du voile consacre une sorte de droit d’agresser la femme qui ne le porte pas.
Le port du voile entraine ipso facto le droit pour les hommes de s’emparer, voire de violer toutes celles qui ne le portent pas. On ne compte plus le nombre d’imams qui appellent à violer ou qui excusent le viol de femmes non-voilées. En Norvège et en Suède, le journaliste Fjordman parle d’une épidémie de viol. Le mufti et le disciple islamique Shahid Mehdi explique que les femmes danoises violées l’avaient cherché puisqu’elle ne portait pas le foulard islamique. Un imam de Toronto a été arrêté pour avoir commis 13 viols (minimum). Un imam incite au viol des femmes algériennes qui travaillent etc.
5) le port du voile implique la négation de la femme comme personne.
La femme voilée renonce à apparaitre comme un individu. Elle s’exclue de facto de l’espace public en tant que personne. Il lui est interdit de s’exprimer à travers les signes vestimentaires et les formes particulières de son corps sont cachées. Le voile est un uniforme, postule un corps indifférencié. Voilée, la femme n’est plus une personne unique, singulière, mais est réduite au genre auquel elle appartient, le genre féminin.
6) La femme voilée est posée comme «objet».
Elle est la propriété de l’homme. Elle est objet. Elle n’est pas « habillée », elle est « empaquetée », « emballée » comme un objet que l’on veut soustraire à la convoitise du regard des autres. Elle est réputée être sans volonté. Le voile réduit le corps de la femme à n’être qu’un pur objet, un simple objet sexuel, par définition passif, convoitable et convoité par les hommes. Le corps voilé n’est pas l’expression de la personnalité de la femme, l’élément essentiel de son identité en tant que personne, mais un objet, un sexe. Le voile a pour effet de couper la femme de son corps propre, de l’aliéner, de le réduire à sa simple dimension sexuelle. Le voile est une mutilation de la femme.
7) l’obligation du port du voile est le prolongement extérieur de l’excision.
C’est la même idéologie qui excise la femme et qui la voile. Qui lui interdit d’accéder au plaisir dans l’intimité, de jouer sur la séduction dans l’espace public, de choisir librement son partenaire. Elle provoque un double cloisonnement : la femme voilée intégralement peut voir à travers son « grillage » les hommes mais elle ne peut choisir son partenaire ; l’homme a le pouvoir de choisir sa femme, mais il ne peut la voir. La relation homme-femme est vidée de tout choix. Elle ne peut qu’être imposée.
8) le voile comme expression d’un système de censure généralisé
Le corolaire du port du voile dans la société musulmane, est la censure, la destruction des libertés, l’interdiction de s’exprime librement. Un voile général recouvre la pensée humaine. Il est interdit aux hommes de montrer leurs idées, comme il est interdit aux femmes de montrer leur corps propre.
Le voile est le prolongement du pouvoir tyrannique que l’homme exerce dans l’espace privé et la continuation du pouvoir dictatorial qui s’exerce sur la société tout entière. Il est le signe de l’intrusion de ce pouvoir dans l’espace public. Il vide en quelque sorte l’espace public de sa dimension d’espace ouvert et libre. Il est une forme de privatisation de l’espace public, réduit à un lieu où les relations humaines hommes-femmes sont étouffées. Il est un élément permettant au pouvoir de contrôler le degré de soumission des citoyens. Le mari qui demande à sa femme de porter le voile est lui-même souvent sous l’emprise de la peur.
Le voile est une atteinte à la liberté de se vêtir librement, mais également à la liberté d’aller et venir librement avec la personne de son choix.
Une femme qui porterait une mini-jupe, qui embrasserait son mari, s’expose à être violentée, à être poursuivie pour attentat à la pudeur comme cela est arrivé à la jeune tunisienne.
Le port du voile dans l’espace public fait peser un grave danger sur nos libertés.
Le port du voile n’est donc nullement le signe d’un libre choix religieux comme l’est la Kippa ou la croix.

Le port du voile est privatif de libertés ; il établit une série de discriminations dégradantes ; il autorise l’exercice de la violence sur le corps de la femme.
En tant que signe d’un pouvoir arbitraire, en tant qu’il est intrusion de ce pouvoir dans l’espace public, le port du voile est comparable au port de l’étoile jaune, au port de la croix gammée ou au « voile » que portent les membres du Ku-Klux-Klan ou ceux de la « Cagoule ». Tous ces signes sont les signes d’un pouvoir particulier prétendant imposer des normes restrictives, qui excluent, discriminent, stigmatisent telle ou telle catégorie de personnes.
Dans la mesure où, en tant qu’il est l’expression d’un islam politique, le voile islamique est contraire aux principes fondamentaux de la République Française et qu’il porte notamment atteinte au principe d’égalité et à la dignité de la personne, il ne peut qu’être interdit.


(Sources: Guysen News)

Écrit par : Vivi | 18/02/2014

Vous devriez scinder en trois parties les articles que vous copiez/collez, même si M. Mabut considère qu'écrire trois fois de suite cela équivaut à des spams.

Bonne soirée

Tiens tiens Djinius par dérision est de retour! Et briand alors?

Écrit par : Patoucha | 19/02/2014

Merci pour ces précisions, mais je rappellerai cette dure réalité: plus c'est long, moins c'est lu.

Écrit par : Mireille Vallette | 18/02/2014

Ce sujet met en lumière la manipulation voulue par une presse inféodée aux différents pouvoirs et organisations religieuses, dans le but de faire accepter un islam sucré en apparence.

Si ce comportement n'est pas volontaire c'est grave, cela veut dire que des gens incompétents, sont autorisés à raconter n'importe quoi au travers des médias?

La manipulation est la plus évidente, l'argent des énergies fossiles et des croyances doit avant tout servir les intérêts de la minorité gouvernant la majorité.

Les monarchies de toutes les couleurs autorisent et financent la construction des mosquées, des écoles ou associations coraniques, au service de la conquête de nos espaces mentaux et géographiques.

Écrit par : Pierre NOËL | 18/02/2014

L'interdiction de porter le voile pour les deux somaliennes écolières à St-Gall doit être appliquée, après la votation à ce sujet en 2014.
A la TV suisse, une femme voilée a été interviewée. Elle n'acceptait pas le résultat de ce vote et formulait avec véhémence l'importance du voile dans la religion.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 18/02/2014

La TSR est un nid de collabos au service l'effondrement national. Avec notre argent.

Écrit par : norbertmaendly | 18/02/2014

Avant 1939 les nazis étaient écoutés, entendus, applaudis, il arrivèrent au pouvoir par l'opération du saint esprit ou de l'esprit sain. Les collabos racontaient la même histoire, fallait pas stigmatiser. Après 1945 -t-on laissé les nazis fonder des communautés, éventuellement construit des églises aryennes, des associations "éducatives aryennes" etc ? Bon, il y a toujours des pétainistes ici sur les blogs, ils ont aussi leur petite Liberté de conscience dans leur petit cerveau. Ne stigmatisons pas les "bons à rien"

Si un Président avait indiqué après 1945 que le nazisme était compatible avec la démocratie, il aurait été, soit enfermé en psychiatrie ou jugé à Nuremberg.

Aujourd'hui, au nom d'une divinité on peu faire tout et n'importe quoi: tuer, laisser des gamins crever de faim, torturer, faire la guerre, fabriquer des esclaves, des handicapés etc, -sauf, être intelligent. (ne pas confondre les connaissances et intelligence) Préservons la Liberté de conscience, de penser, même des conneries. Les comportements suivent les pensées ne l'oublions jamais. Ou est dieu dans tout cela? En islam? Mouais....

Tiens, arrêtons tout simplement d'être cultivés, fermons les écoles et les universités etc. Ne laissons que l'ENA et les écoles coraniques ou ils sont tous plus c... les uns que les autres. Au minimum, on saura pourquoi on est c... enfin, s'chuis pas sûr avec ces bons à rien.

Écrit par : Pierre NOËL | 18/02/2014

En cours de lecture du blog prèsent, port du voile par les femmes musulmanes par peur d'être agressées par les hommes redoutables prédateurs sexuels incapables de se contrôler: triste image des hommes musulmans, en vérité.
Côté coran il est signifié que la femme est obligée de céder au désir de l'homme "fût-elle à dos de chameau"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/02/2014

"Avant 1939 les nazis étaient écoutés, entendus, applaudis, il arrivèrent au pouvoir par l'opération du saint esprit ou de l'esprit sain."
Ouh la, c'est complétement exagéré. De nombreuses personnes partout voyaient bien que tout ça allait mal finir...
Des Français de droite se sont battus pour publier "Mein Kampf" en français, pour avertir leurs compatriotes du danger d'une nouvelle guerre, clairement exprimé dans ce livre. En Allemagne, malheureusement, les socialistes et les communistes se sont entre-déchirés au lieu de se liguer contre le nazisme. Mais dès 1936, Dachau était plein à craquer et les morts nombreux au quotidien...
En Suisse, les Suisses allemands avaient très peur d'une annexion, que Hitler avait prévue pour tous les peuples germanophones. La résistance était probablement moins forte en Suisse romande, prompte comme aujourd'hui à s'aligner sur ce qui se passe en France où sévissait un très fort antisémitisme...

Écrit par : Géo | 18/02/2014

Bizarre: petit, je suis allé à l'école chez les soeurs à Collonges...toutes portaient la cornette, et personne n'avait l'air de penser qu'elles enseignaient moins bien ainsi...
Aucune statue de la Vierge Marie n'est sans voile, cela nous semble naturel...
Oui, le voile (foulard) islamique n'est qu'un bout de tissu.
Cela n'empêche ni d'apprendre, ni d'enseigner.

Le fait que ce ne soit pas dans le coran montre bien que c'est culturel. Pourquoi s'acharner ainsi? La liberté de religion est garantie en Suisse, ainsi que le droit de s'habiller comme on veut dans la limite de la décence.

Il faut faire des lois pour des choses GRAVES, pas pour imposer notre point de vue à des jeunes filles sous la coupe parentale...

Écrit par : vieuxschnock | 19/02/2014

À Vieuxschnock: comment peut-on comparer les cornettes des sœurs, qui sont entrées dans les ordres en connaissance de cause, et le voile que l'islam préconise pour TOUTES les femmes d'une population ? La religion chrétienne exige-t-elle que toutes les Suissesses portent un uniforme religieux ?

Écrit par : Laurence | 25/02/2014

Il est vrai qu'il faudrait réserver les lois à des choses plus importantes. Mais il est archifaux de prétendre que le coran n'est pas clair sur la question du voile. Le verset 33.59 indique suffisamment clairement que les femmes doivent être voilées et pourquoi. Et si l'on prend la peine de consulter les exégèses, on voit que cette interprétation est solidement étayée.

Il s'agit pour les "femmes des croyants" d'être reconnues comme telles, ou comme femmes "libres", par opposition aux esclaves et aux "impudiques", ou encore pour se distinguer des "femmes païennes". On apprend ainsi qu'à Médine, les femmes non voilées étaient la cible de pervers, qui en revanche évitaient les femmes musulmanes (voilées). Cela rappelle vaguement quelque chose, non? On découvre dans ces mêmes exégèses (on peut aussi consulter les hadiths ou la sira) que ce "voile" devait tout couvrir sauf un oeil, ou l'oeil gauche. Sommes-nous vraiment censés croire que les musulmans ne connaissent rien à leur religion?

Mais cela va plus loin encore. Dans la sira, la biographie "historique" de Mahomet, rédigée à l'origine par un Ibn Ishaq et qui nous est transmise en majeure partie par un certain Ibn Hicham, on apprend qu'une femme voilée a servi de déclencheur à l'une des guerres des musulmans contre les juifs de Médine. La belle voilée aurait rendu visite à un joaillier juif, qui aurait accroché le voile quelque part alors que la femme était assise. Lorsqu'elle s'est levée, le voile a été enlevé et les juifs ont bien ri. Un musulman s'en serait outragé au point de tuer le juif sur le champ. Puis aurait succombé à son tour sous les coups des juifs. Le lendemain, les musulmans mettaient le siège devant la communauté en question.

Sommes-nous vraiment censés croire que des gens qui tiennent à afficher leur religion en public, même là où cela pose problème, ignorent tout de ces éléments? Allons-nous vraiment rester des "gens qui ne comprennent pas", comme le coran nous appelle à de nombreuses reprises?

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 20/02/2014

J'aime:

"Moralisons, moralisons !
Si Sarsour et ses frérots vont révolutionner le monde. Ils ont découvert ce à quoi personne n'a encore pensé, ce que personne n'a encore pu trouver: la société idéale.
Cachons la femme
-Et quand personne ne peut plus voir un bout de femme, tout le monde deviendra obsédé sexuel
-Et quand tout le monde sera devenu obsédé sexuel, tout le monde sera PD ou se tapera son âne.
-Et quand tout le monde sera obsédé, chacun se tapera ce qu'il a sous la main: sa mère, sa soeur, sa belle-soeur, sa tante et son... oncle.
-Et quand tout le monde sera obsédé sexuel, tout le monde chopera un tas de complexes et ne pourra plus satisfaire sa femme.
-Et les femmes insatisfaites iront chercher ailleurs
-Et quand personne ne pourra prendre un pot, tout le monde se bourrera de drogues et de psychotropes...
-Et quand tout le monde sera drogués, chacun niquera sa mère.
Hoé ! Hoé ! Venez bonnes gens écoutez Si Zarzour,
Il a trouvé la recette miracle
Pour faire d'un pays un bordel à ciel ouvert
Hoé ! Hoé ! bonnes gens, approchez, approchez.....venez écouter Si Zarzour, celui qui a réinventé la connerie humaine.
Il vient d'arriver dans une roulotte du cirque Ammar pour se donner en spectacle.
Approchez, approchez !"

http://www.forum-religions.org/t4606p150-les-ravages-du-discours-religieux-recurrent

Écrit par : Charles | 20/02/2014

Non Géo, informez-vous svp,il suffit de consulter les archives ou regarder les documentaires historiques, éventuellement:

Par M. Georges BULIT
DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ PARIS IV

Prussianisme et nazisme :
le Regard des Intellectuels Français sur l’Identité
nazie de 1933 à 1940

A cette époque il n'y avait que les écrivains et les journalistes (ou presque)pour écrire sur la montée du nazisme, mais également les politiciens et membres des partis politiques.
.../...

-Le foulard islamique est le drapeau de l'islam en conquête, et une soumission des femmes envers les mâles.

Écrit par : Pierre NOËL | 20/02/2014

En réalité, les journalistes agissent en connaissance de cause. Ils savent depuis belle lurette qu'une musulmane ne peut fréquenter un non musulman.

Simplement ils sont des outils du système politique. Plus communément, on appellerait cela des putes, même si les dames qui font le trottoir sont infiniment plus utiles et sympathiques.

Il ne faut pas leur trouver de circonstances atténuantes. Si nous, en tant que simples citoyens, connaissons tout cela, il en va de même pour ces prétentieux.

Mais le plus ulcérant se situe au niveau de la redevance qui est devenue un impôt grâce à la... gauche. La boucle est bouclée: La politique pro islam protège donc ses outils de propagande, tout simplement et de manière flagrante, pour imposer un modèle multiculturel sur du mensonge ce qui correspond à la destruction même de notre société, de nos repaires, de nos racines. En clair de notre futur et celui de nos enfants.

En d'autres temps, une telle trahison aurait finie devant une rangée de fusils.

Écrit par : Ced | 25/02/2014

Il ne s’agit pas de savoir si une femme qui porte le voile est soumise ou non à son homme, mais de réaliser qu’elle l’est à l’égard d’une somme de textes qui constituent un système établie bien qu’illégitime, et prétentieux bien que défaillant. Et qu'elle se montre à tout le monde comme appartenant et soutenant une religion qui présente d’énormes défauts, provoque d’innombrables souffrances sur terre et condamne par le pire celles et ceux qui ne s’y retrouvent pas et la critique. S'il s'agissait d'une prescription claire, il n'y aurait évidemment aucune liberté à porter le voile et puisqu'il s'agit d'une interprétation il n'y a pas d’autre nécessité à le porter que de militer et ne de jamais oublier à quelle idéologie on appartient. Il s’agit d’une soumission, non des femmes en particulier mais des esprits en général : que celles qui le portent n'oublient jamais à quoi elles appartiennent, et que celles et ceux qu’elles croisent le sachent aussi. Le voile ne protège ni du désir, puisque celui-ci peut investir n'importe quelle représentation en fonction du vécu, ni de l'orgueil d'afficher un vêtement, une attitude, une appartenance. Le voile n'est donc qu'une arme de propagande volontaire et suggestive.

Écrit par : Clamorgan | 25/02/2014

Les commentaires sont fermés.