12/03/2014

Pour Kacem El-Ghazzali, la Suisse fait de l’intégration à l’envers

Kacem El-Ghazzali, qui a obtenu le statut de réfugié, est à Zurich depuis trois ans. Très tôt engagé dans la défense des droits humains, affirmant son athéisme, il a été obligé après des mauvais traitements et de multiples menaces, de quitter le Maroc. Il poursuit son combat humaniste, notamment au sein de l’ONU comme représentant de l’Union Internationale Humaniste et Éthique qui rassemble quelque 5 millions de membres. Il a lancé une pétition demandant à l’ONU d’interdire la charia au nom de la Déclaration des droits de l’homme.


 

El-Ghazzali, intégration, droits humains


La Suisse comme pays de refuge était-elle un choix? 

Oui, c’était un choix, car il y a moins d’islamistes que dans d’autres pays. J’étais attiré par son atmosphère de paix. Mes convictions ne pouvaient pas me conduire en France, en Belgique ou en Angleterre, le mouvement d’islamisation est trop fort. Quand je suis arrivé ici, ce n’était pas exactement ce que j’imaginais, il y a aussi une hausse de l’islamisme dans ce pays et c’est la plus grande menace à l’intégration.  

Que pensez-vous de notre mode d’intégration?

J’ai été invité à parler de ce sujet. Je leur ai dit : Vous voulez que je parle allemand? Ce n’est pas ça l’intégration. Je suis dans un nouveau pays : enseignez-moi la constitution, les lois, dites-moi que je dois les respecter. Dites que ces lois sont pour tout le monde, contre personne, pour vivre en paix. On ne m’a jamais proposé un atelier pour me faire comprendre ce qu’est la Suisse. Le leitmotiv, c’est « parle allemand, trouve un job et tu seras intégré ».

Pourtant, ça paraît logique?

Le  gouvernement gaspille des millions et des millions pour faire de l’intégration à l’envers! Et le plus grand problème, ce ne sont pas les extrémistes, ce sont les Suisse qui disent aux musulmans: c’est votre culture, vous pouvez la conserver. Intégrer, est-ce renoncer à ses propres valeurs pour faire place à d’autres, par exemple autoriser le niqab ? Ou laisser porter le foulard à l’école par des fillettes ? Comment peut-on dire au 21e siècle que c’est leur culture? Où sont la beauté morale, les droits de l’homme, les valeurs universelles ? Acceptez-vous qu’une petite fille, une femme, un apostat soient tués ou maltraités juste parce que c’est leur culture ? Si vous acceptez ça, vous êtes vraiment malades ! Il y a un clash de civilisation aujourd’hui entre un monde qui évolue et une culture qui refuse la modernité. Une raison pour laquelle l’intégration et le multiculturalisme ont échoué, c’est qu’on a renoncé aux droits humains. Il existe des gens stupides, des politiciens qui ne disent pas : « Ça, c’est interdit ! Pas parce qu’on déteste votre culture, non, simplement parce que les droits humains s’appliquent à tous. »

Et aujourd’hui, comment vous sentez-vous en Suisse?

J’aime beaucoup. Pour moi, la Suisse est davantage qu’un pays. Elle vient en aide à toute personne qui vit des jours difficiles. La Suisse est une grande opportunité et je ne parle pas seulement de l’aspect matériel. J’aimerais rendre quelque chose à ce pays. Je dois défendre la liberté, les droits humains, je dois partager mon expérience, parler au nom de ceux qui ne peuvent pas. J’ai un vaste réseau. J’ai des contacts avec des politiciens de toutes tendances. Je suis allé devant l’ONU, au Conseil des droits humains. J’ai l’attention des médias et je peux m’y exprimer. Il y a en Suisse alémanique un débat plus ouvert qu’en Suisse romande, me semble-t-il.

Au Maroc, comment en êtes-vous venu à quitter l’islam?

Je n’ai jamais cru en Dieu. Et je n’arrivais pas à apprendre le Coran par cœur. Je me souviens qu’un jour, enfant, j’ai prié: «Dieu, aide-moi à mémoriser ces versets, je n’y arrive pas!» Rien ne s’est passé. Alors, j’ai lancé ce livre contre le mur! C’était la preuve que Dieu n’existait pas. Plus tard, je me suis exprimé sur des blogs où je me déclarais athée et en faveur des droits humains. Les problèmes ont commencé.

En Suisse, croyez-vous que la majorité des groupes musulmans sont «modérés»?

Modérés ou extrémistes, ça ne m’intéresse pas. Ma motivation, ce n’est pas de combattre l’islam ou les musulmans, je ne veux pas les convertir à quoi que ce soit. Ce qui m’intéresse, c’est ce que je vois, ce qui est issu de cette religion. J’affirme le droit de choisir, le droit de croire ce qu’on veut. Mais je pense que les musulmans ici seraient plutôt pacifiques s’il n’y avait pas des extrémistes qui sont autorisés à parler, à s’organiser, comme le Conseil central islamique suisse de Nicolas Blancho. Ce CCIS est très dangereux, il veut créer une société séparée. Il a d’ailleurs ouvert la première garderie islamiste ici, à Zurich. Sur ma page facebook, beaucoup de musulmans de Suisse m’écrivent des messages plein de colère. Pour eux, l’Occident est toujours un ennemi. Ils expriment une terrible haine, de la violence, vous ne pouvez pas imaginer!

Vous vous battez contre la charia, pourquoi?

S’il n’y avait pas de problème avec la charia, vous ne seriez pas en train de m’interviewer. Elle est inconciliable avec les droits humains. Or, il y a des voix qui demandent à l’appliquer, et plus encore à l’établir partout. C’est un totalitarisme. Une des raisons pour lesquelles je ne cesse de soulever ce problème, c’est qu’il y a une grande crainte en Occident d’être traité d’islamophobe si on le fait. La plus grande plaisanterie, le plus grand mensonge de notre temps, c’est l’islamophobie! Toutes les organisations internationales sont islamophobes, puisqu’elles sont opposées à la violation des droits humains. Pour en revenir à l’intégration, on a commencé à intégrer sans contester ouvertement la charia... Allons-nous gagner la guerre contre cet obscurantisme, car c’est une guerre? Eh bien, tant que nous en serons là, je ne suis pas optimiste.

Que pensez-vous du voile?

Il y a quelque temps, deux fillettes ont été autorisées à porter le voile dans une école de Saint-Gall. Si quelqu’un avait une relation sexuelle avec une jeune fille de moins de 15 ans, ce serait considéré comme de la pédophilie, non? Or, en faisant porter le voile à une petite fille de 7,8 ou même 14 ans, elle est désignée comme un objet sexuel, pas comme un enfant. Si un père refuse que sa fille montre ses cheveux, son corps, cela signifie qu’il considère qu’elle pourrait être un objet pour la sexualité, susciter le désir. Elle n’est pas considérée comme une innocente petite fille.

L’Europe va-t-elle se sortir de ce mouvement d’islamisation?

Je ne sais pas. J’étais attiré par l’Europe durant mes études au Maroc. L’Europe que je voyais, c’était celle de la philosophie, des Lumières, de l’art, l’Europe qui a combattu contre l’Eglise. Quand je suis arrivé ici, j’ai trouvé l’Europe de la mode et de la consommation. Je crains pour son héritage, sa culture, elle ne les défend plus tellement… Comme à propos de l’islam qui est un des plus grands problèmes. Je commence à perdre espoir. Peut-être qu’un jour, j’irai vivre au Maroc… et vous aussi. Parce qu’il y a là-bas de nombreuses voix qui s’élèvent contre tout cela, des critiques qui ne sont pas acceptées ici.

Plein d’énergie et de projets, Kacem se plonge dans un apprentissage intensif de el-ghazzali,intégration,droits humainsl’allemand (il a fait ses études en arabe et en anglais) afin de rejoindre l’université. La philosophie et les sciences politiques l’attirent. Il a écrit une autobiographie en arabe qui connaît un grand succès, notamment en Egypte, qui est traduite actuellement en anglais et en allemand. Il écrit un deuxième livre.

08:54 Publié dans Interview, Politique, Suisse | Tags : el-ghazzali, intégration, droits humains | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour
Manifestement Mme Valette hait et deteste l'Islam,
Au nom de cet Islam pacifiste eh bien ! Vous avez le droit d'hair cette religion, le probleme avec vous en vous lisant a travers vos questions biaisées volontairement orientées vers vos propres fantasmes et l'ignorence si je vous crois des valeurs de l'Islam, pouvez-vous me citer un seul pays au monde qui applique la Charia pour qu'un jour cette dernière permettra d'envahir le plus petit pays d'Europe?
Quel fantasme et quel film!!!!! Vous perdez votre temps a vous attaquer a l'Islam.
Pouvez-vous juste une seule fois critiquer le judaisme comme vous faites pour l'Islam? J'aimerais bien vous entendre, chiche!!!!!
Meilleures salutations
Aiachi

Écrit par : Aiachi | 12/03/2014

Aucun pays ou empire ou région, jamais dans l'histoire connue de l'islam, n'a appliqué la charia en totalité. Mais l'application partielle commence dès la simple prière, l'aumône, bref les "cinq piliers". Dans ce sens, la charia est appliquée dans plusieurs dizaines de pays et une demi-douzaine d'entre eux l'appliquent également au niveau du droit pénal. Tendance à la hausse.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 12/03/2014

C'est entre autre au Mali, en Afghanistan, en Syrie, en Égypte et j'en passe que les adeptes de votre secte égorgent halal, les apostats chrétiens entre autres, à moins que ce soit vos femmes qu'on caillasse ou vos frères à qui on coupe les mains les pieds.

Mais d’où sortez-vous Aiachi pour affirmer de telles aberrations ?
L'islam n'est pas une phobie mais bien un danger planétaire.

Écrit par : Le pragmatique | 15/03/2014

Je relève que Kacem El-Ghazzali n'arrivait "pas à apprendre le Coran par cœur". Cela devrait attirer l'attention des esprits, parmi nous, j'en connais, qui aiment croire que des Marocains peuvent ne pas connaître le contenu du coran.

Quant à l'intégration, je ne pense pas que les autorités devraient prioriser l'apprentissage des valeurs constitutionnelles suisses ou des droits de l'homme. C'est la tâche de la société civile, de gens comme El-Ghazzali, justement. Et il le fait très bien. L'État doit juste veiller à ce que le matériel, les informations, soient largement disponibles et de bonne qualité.

Pour ce qui concerne l'islam, les informations qui me paraissent les plus cruciales sont celles permettant de mettre en perspective l'historicité de la fable musulmane. Il est maintenant clair pour tous ceux qui ont des yeux et des oreilles que l'islam pose problème. Mais cela, les musulmans le savent depuis des siècles, beaucoup mieux que "nous", et ils ne s'en sortent pas pour autant.

Ce qui leur manque, ce sont les informations les plus sacrilèges, celles qui minent les bases mêmes de la foi musulmane. C'est donc à ce niveau qu'il faut fournir un effort plus soutenu. Et c'est aussi la vocation de l'Occident, qui protège (en principe) la liberté d'expression et favorise les thèses fondées sur des faits vérifiables.

Voici un bon point de départ (en allemand): http://inarah.de

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 12/03/2014

De l'islam(soumission) avec multiples références, articles extrêmement documentés, soigneux et précis ce que nous dit Madame Vallette est haïssable, alarmant et l'apparente complicité de nos élus incroyable. Mais il est un point, un seul où je voudrais dire à Kacem El-Ghazzali à propos des priéres non exaucées que si,en votre prière d'enfant à Dieu pour qu'il vous aide à mémoriser des versets du Coran vous vous êtes adressé à lui comme à un être comme vous, vos parents... mais en plus fort... Dieu est dit le Tout-Autre. Au fond, si nous nous demandions pourquoi Dieu n'a pas exaucé la prière de Kacem El-Ghazzali une réponse serait (après avoir vécu pas mal de temps et cherché à comprendre, expérimenté, regardé intensément autour de soi (au départ, de nombreux enfants: "Dieu existe-t-il, oui ou non?) la réponse serait que si Dieu avait exaucé la prière de Kacem El-Ghazzali enfant les versets auraient passés comme une lettre à la poste. Mais, Dieu "veillant" (?) par ce non exaucement ces versets sont comme "restés coincés" en la mémoire de Kacem El-Ghazzali. De sorte que si Dieu dit "omniscient" savait que, plus tard, une fois Kacem El-Ghazzali en Suisse, avec la possibilité de faire ce qu'il ne pouvait se permettre au Maroc, dire franchement ce qu'il pense sur tout, y compris concernant l'effarante obligatoire lecture imposée du Coran voire, selon les pays, imposée par la force, la brutalité il lui fallait, lui, Dieu, bien malgré lui, ne pas exaucer la prière de Kacem El-Ghazzali enfant.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/03/2014

Voilà un bel exemple de liberté d'esprit, de courage et de lucidité dont les Européens devraient s'inspirer. En effet, nous avons oublié qu'il y a moins d'un siècle, dans certains pays d'Europe nous faisions face au totalitarisme des religions. Soyons vigilants pour que cette époque funeste ne revienne pas sous la forme d'un nouveau totalitarisme.

Écrit par : CARTAU | 12/03/2014

Convaincre que les créationnistes sont des manipulateurs et leurs adeptes, des ignorants n'est pas facile. La meilleure formule est d'étudier l'histoire des croyances et des civilisations, ainsi que les typologies humaines. Les mettre en face de la véritable histoire humaine, pas celle racontée par les religieux de tous poils.

On peut également brûler tous les bouquins religieux à défaut, les mettre dans une cave humide en compagnie des rats et des souris. Ajouter quelques vieux camemberts, des emmentals Suisses, la nature de l'ange gabriel s'occupe du reste...

Ce jeune Kacem a du courage il faut l'aider comme bien d'autres à combattre ce concept meurtrier. Les musulmanes doivent être en première ligne car c'est aussi une guerre entre les hommes et les femmes. Refuser l'esclavage des religions en particulier l'islam.

"De sorte que si Dieu dit "omniscient" savait que, plus tard, une fois Kacem El-Ghazzali en Suisse...blablablablablabla"

Dieu sait-il que des millions de gamins meurent des guerres -des religions, de la faim, des maladies, de l'idiotie des croyants et des monarchies? S'il ne sait pas, c'est qu'il est idiot lui aussi; autant l'éliminer des ses pensées et virer par la même occasion tous les écrits n'ayant rien de sacrés.

Dieu sait-il que 1% d'humains se partagent toutes les richesses de la planète pendant que d'autres crèvent de faim? Par exemple les monarchies musulmanes?

Dieu sait-il que ces mêmes monarchies financent les guerres entre musulmans, le terrorisme, mais aussi les mosquées en Europe pour détruire l'occident?

Si dieu ne sait rien c'est qu'il est ignorant, il ne sert à rien d'autre que perturber les faibles. Mais ou se loge ce bon dieu hibou.....

Chez certains c'est une tumeur maligne.

Écrit par : Pierre NOËL | 12/03/2014

Le prix Humaniste 2014 a été attribué à Djemila Benhabib, pasionaria de la laïcité.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 13/03/2014

Les commentaires sont fermés.