14/07/2014

"Islamophobie ou légitime défiance?" est accessible en ligne

Ce sont les nouveautés de l'été dans ce blog:  «Islamophobie ou légitime défiance ?»  est désormais téléchargeable gratuitement (cliquer sur la couverture). Son propos central : la démonstration que tous les porte-paroles et imams qui s’expriment dans l’espace public helvétique sont fondamentalistes, et pour la plupart membres ou proches des Frères musulmans. C’est par leurs propres déclarations que sont démasqués, parmi beaucoup d’autres, les frères Ramadan ou  Hafid Ouardiri. L’ouvrage n’est pas neuf, mais il n’a hélas pas pris beaucoup de rides… sinon par un excès d’optimisme.

Quant à "Boulevard de l'islamisme" il est accessible, mais en lecture seule (et provisoirement) sur ce lien:

http://issuu.com/xeniabooks/docs/165-vallette-bat/0

Pour les navigateurs néophytes, cliquer sur "plein écran", tout à droite de la barre d'outils (flèches en diagonale) et parcourir au moyen du traitillé au bas de l'écran. Table des matières page 221.

Cet ouvrage montre l'essor du radicalisme islamique en Suisse et en Europe. Sujets illustrés de nombreux exemples:  régression de la liberté d'expression, évolution des législations destinées à sanctionner les esprits critiques,  rapports officiels qui décrivent de très inquiétantes réalités, etc. Un livre "formidable" selon G.-W. Goldnadel, "si vous n'êtes pas candidats au suicide" (27.05.2013).

A vous de voir...


 Je n’interviendrai plus avant septembre. En attendant, je publie à nouveau ce qui serait mon testament d’islamo-lucide si le destin contrariait mes projets de retour. Et je vous souhaite de belles semaines d'été.

Quand la cécité face à l'islam guérira

Lorsqu’elles ont allongé leurs vêtements et cerné leur visage d’un foulard, elles ont admis: leurs hommes ont la chair si faible, des pulsions si fortes, elles doivent par ces vêtements les protéger. Nous n’avons pas approuvé, mais nous avons accepté.

Lorsque l’étoffe a enserré la tête de fillettes sommées de quitter l’enfance, de devenir de petites femmes s’entraînant à protéger les garçons de leurs charmes, nous nous sommes aveuglés.

Lorsque nous avons appris que leurs porte-voix étaient en si grand nombre Frères musulmans, wahhabites ou pire encore, leurs paroles confites nous ont rassurés. Les fanatiques ont pu prospérer.

Lorsque l’étoffe a caché les visages féminins, nous avons sourcillé. Ils nous ont expliqué: nous ne sommes pas extrémistes, mais interdire ce signe d’extrémisme nous blesserait infiniment. Nous avons n’avons pas résisté.

Ségrégation

Lorsque nous avons vu s’étaler chaque jour la misogynie des mosquées, les hommes dans l’espace privilégié, les conférences et les activités ségréguées, ils nous ont rappelé: la liberté de religion est notre droit. Aucun de leurs pays ne l’a jamais accordée? Leurs textes l’interdisent? Rien ne nous a perturbés. Ils ont triomphé.

Lorsque par dizaines de milliers, ils ont exigé de faire entrer leurs rites, leurs croyances, leur ségrégation à l’école, à l’hôpital, dans l’entreprise, lorsqu’ils nous ont grisés du mot diversité, nous avons reculé.

Lorsque malgré nos concessions, nos démissions, leurs voix ont dénoncé des discriminations, réclamé d’autres concessions, d’autres démissions, nous nous sommes inclinés. Ils n’ont pas été rassasiés.

Fièvre

Lorsque la fièvre des rites les a saisis, nous n’avons pas pensé que nos anciens dévots et nos ex-bigots revenaient sous une autre apparence, avec la même assurance, le même dogmatisme, la même envie de contrôle des croyants. Nous avons ignoré le danger. Nous les avons même parfois admirés.

Les tribunaux de la pensée ont accepté leurs vérités. Les tribunaux de la justice ont accablé ceux qui éventaient leur perfidie. Pour protéger les tartufes, les rets des lois se sont resserrés.

Lorsqu’ont éclaté les émeutes, lorsque les écoles ont brûlé, lorsque les discours de haine et les violences se sont multipliés, l’immense ballet des modérés a excusé: "La discrimination, le chômage, vous comprenez… Vous nous avez mal intégrés!" Il nous fallait expier.

Lorsqu’ils ont crié au manque de respect de leur prophète par tels dessins, telle exposition, telle œuvre culturelle, lorsqu’ils ont proféré des menaces de mort contre leurs auteurs, nous nous sommes défilés. Ils se sentaient si offensés.

Amalgame

Lorsqu’ils ont dit que les mariages forcés, la misogynie, la criminalité, tous les maux que nous voyions n’étaient pas le vrai islam, qu’il fallait cesser de critiquer, nous avons obtempéré.

Lorsqu’au son des versets et au nom de la charia, des adultères étaient fouettées jusqu’à la mort, des gays saisis d’épouvante devant le gibet, des apostats terrorisés par la traque, ils nous ont dit: «pas d’amalgame!» Nous avons abandonné notre défiance. Nous avons admis leur silence. Ils en ont abusé.

Lorsque par dizaines de milliers, des bombes ont foudroyé des vies, ensanglanté des corps au nom de leur religion, ils ont dit encore: «pas d’amalgame». Leurs paroles apaisantes nous ont apaisés. Ils nous ont encore abusés.

Lorsque dans les pays régis par leur religion, les derniers chrétiens étaient meurtris, pourchassés, décapités, nous avons élevé quelques murmures. Mais cette fois nous savions: pas d’amalgame. Leur saisissant silence a couvert les murmures. Nous avons abdiqué.

Mystère

«Pas d’amalgame ?…ont osé quelques voix. Est-ce à dire que vous vous distanciez des préceptes de vos textes qui jettent l’effroi dans les cœurs et transpercent les corps?» Ils n’ont jamais répondu allant répétant que leur islam, le vrai, est autre chose… un mystérieux islam dépourvu de toute haine, de toute incitation à tuer, de tout châtiment inhumain. Nous avons voulu les croire. Nous n’avons pas vérifié, c’était trop compliqué.

Lorsque des milliers de jeunes nés dans l’Occident des Lumières sont allés torturer et massacrer en Syrie, nous avons été choqués. Mais nous n’avons pas fait d’amalgame. Nous avons plaint les familles, écouté les prêcheurs des mosquées. Ils étaient innocents. Internet seul était coupable. Nous les avons dédouanés.

Lorsque leurs prédicateurs leur ont appris à détester l’Occident, à condamner les sociétés qui les accueillaient, les soignaient, les entretenaient, leur accordaient tant de libertés, nous avons approuvé. Notre civilisation était si coupable. Il fallait la changer. Ils allaient s’en charger.

Lorsque nous avons compris le danger, nous avons voulu nous lever. Il n’y avait plus de liberté, plus de droit de dénoncer. La démocratie avait fait place à la diversité des rites, des mœurs, des coutumes. En dans cette nuit obscure du mélange des valeurs, les fanatiques se préparaient.

 

 

18:34 Publié dans Islamisation, Livres, Suisse | Tags : islamophobie, en ligne | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Les Musulmans ont leur croyance dans le sang et nous sommes impuissants à part une chose: améliorer nos christianisme, bouddhisme et hindouisme de façon a faire de nos croyances et sensibilités variées un phare, une lumière dans la nuit sans désir de domination aucun.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/07/2014

La minorité a toujours gouverné la majorité. Nous sommes dans l'identique de 1929en 1929.

Merci Mireille vallette et bonnes vacances.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/07/14/pourquoi-je-ne-suis-pas-chretien-par-bertrand-russel/

Le pape est le meilleur collabo du roi en contact avec machin dieu:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/07/13/les-opposants-a-la-mosquee-invites-a-relire-un-texte-du-pape-francois/

En Polynésie ils ont du courage et de la lucidité:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/07/13/on-ne-veut-pas-de-mosquee-a-tahiti/

Un petit dernier:

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/07/13/video-plus-dun-millier-de-manifestants-demandent-lexpulsion-de-limam/

Écrit par : Pierre NOËL | 14/07/2014

Merci Mireille,

C'est si vrai, je n'ai rien à ajouter.

Écrit par : Jean-Pierre Villard | 15/07/2014

Pardon: "nous sommes à l'identique de 1929 en 2014..."

Écrit par : Pierre NOËL | 15/07/2014

Les commentaires sont fermés.