08/12/2014

Pourquoi mes amies prennent-elles l'air embarrassé quand je critique l'islam?

(Texte d'une Genevoise. Anonyme pour raisons professionnelles.)

Régulièrement, je tente l’expérience. Au cours d’une discussion avec l’une ou l’autre de mes amies genevoises, je pointe les dangers de l’idéologie musulmane. Et souvent, mon interlocutrice a une réaction étonnante: changement immédiat de sujet, mention d’un défaut du christianisme, ou bien silence embarrassé suivi, parfois un peu plus tard dans la conversation, de réflexions sur le racisme, la nécessaire solidarité ou la souffrance des immigrés.


Tout cela me donne l’impression que le danger, c’est moi.

En cherchant une explication rationnelle à ces réactions, et si je me remémore mon propre état d’esprit d’il y a quelques années, je tombe assez vite sur deux phénomènes qui s’entrelacent: la peur et la culpabilité. Et ces émotions sont liées à des sentiments quasi religieux, même chez les athées.

Dans la «liste des peurs explicatives», je ne m’attarderai pas sur la crainte de réactions éventuelles de musulmans irrités par l'expression d'une critique. Ces réactions dont nous parle la presse se jouent loin des confidences entre amies. Et même si elles contribuent à créer un malaise certain qui influence mes interlocutrices, celles-ci n'ont rien à craindre personnellement. Non, les peurs dont je parle sont plus intimes, non formulées, voire refoulées.

La peur de l’ostracisme social

Passons rapidement sur les traits de caractère que sont la tendance à éviter les conflits et la répugnance àTaire.jpg critiquer. La peur du qu’en-dira-t-on est déjà plus intéressante: peur de déplaire, de mettre en danger sa vie sociale, d’être désignée à la vindicte populaire par les «matons de Panurge» (Philippe Muray). Peur d’être vue comme raciste, que les médias romands et surtout français se font un plaisir d'entretenir puisque, comme le dit Alain Finkielkraut, «aujourd’hui (…) le politiquement correct s’articule autour de l’antiracisme». (à p. de 33 :45)

Mais il y a aussi la crainte de s’avouer à soi-même, si on sonde un peu trop longuement son cœur, que certaines choses dans l'islam nous dérangent, à commencer par sa misogynie. Et comme Max Frisch l’a très bien exprimé en 1958 dans sa pièce «Monsieur Bonhomme et les incendiaires», la peur d’avouer qu’on a peur est plus forte que celle qu’on ressent devant le phénomène menaçant.

Personne n'aime avouer sa peur. Nous avons toutes grandi avec l’idée que devenir adulte, c’est ne plus s’inquiéter, ou en tout cas ne plus le dire. Notre éducation, donc, mais également l’industrie du festif nous commandent d’oublier nos soucis. Frédéric Lenoir, chouchou germanopratin des médias romands, s’y met lui aussi, en nous suggérant que si nous changeons notre regard sur le monde nous n’aurons plus d’ennemis. Dans nos consciences, plus de place pour une reconnaissance lucide de ce sentiment inconfortable.

Protège les faibles et les opprimés!

Très forte aussi, parce que liée à la culpabilité, la peur de ne pas obéir à l’injonction judéo-chrétienne de protéger les faibles et les opprimés. Et il se trouve que dans l'inconscient collectif, les musulmans endossent ces rôles. Car ils font majoritairement partie des classes sociales défavorisées. C’est là qu’intervient l’universelle mauvaise conscience du riche vis-à-vis du pauvre, qui s’accorde si bien avec la propension des leaders musulmans à jouer la carte de la victimisation.

Mes amies et moi avons eu, pour la plupart, une éducation chrétienne dont il nous reste des principes plus ou moins vivaces. Si nombre d’entre eux sont louables, certains nous ont marquées d'un sentiment diffus de culpabilité et d’humilité de mauvais aloi :  Tends l’autre joue… Pense aux autres avant de penser à toi… Si tu vois une paille dans l’œil de ton voisin, c’est que tu dois avoir une poutre dans le tien... Si tu n’es pas aimée, c’est que tu l’as mérité…  Et puis, nous sommes coupables d’avoir peur. La peur c'est mal, surtout si elle a pour objet l'Autre. L'hostilité de l'Autre est sûrement causée par ta défiance. S’il sent que tu as peur, il deviendra agressif et ce sera justifié. Donc étouffe ta peur.

Rien d'étonnant à ce que nous hésitions à enfreindre ces principes. Nous briserions des tabous, ce qui ne reste jamais impuni. Prenons deux de ces tabous : le pauvre doit être protégé, l’étranger doit être accueilli. L’islam étant statistiquement dans nos contrées la religion des pauvres et des étrangers, il est par conséquent doublement sacré. On n'y touche pas, on ne le critique pas.

Les deux faces

C’est oublier que toute religion est comme une médaille: face, le recueillement individuel, pile, le projet politique collectif. Or, nombre d’entre nous n’ont pas les outils conceptuels pour appréhender la religion de Mahomet dans ses ambitions politiques. Pour nous, enfants du christianisme contemporain, une religion est naturellement de l’ordre du privé, de la conviction intime. Elle apporte essentiellement consolation, pardon, tolérance, apaisement. Critiquer le désir hégémonique de l’islam nous met devant un dilemme: il nous faudrait refuser du même coup son côté face, seul aspect mis en avant par ses défenseurs. La mère du jeune Toulousain parti mourir pour le jihad en entraînant son frère, en été 2013, ne disait-elle pas que lorsque son fils s’était converti, elle avait tout d’abord été heureuse de le voir devenu structuré et abstinent?

Mais l’islam, tout en voulant être une religion « comme les autres » quand cela arrange ses porte-parole, a quelque chose de plus : nous sommes parfois fascinées par sa force identitaire, par sa détermination. Son activisme sur le terrain de la charité, l’autodiscipline de ses fidèles, la spiritualité affichée, la susceptibilité même des musulmans, tout cela inspire à certaines d’entre nous une naïve déférence. Sentiment que nous ne ressentons plus à l’égard du judaïsme et du christianisme qui ont modelé notre culture. Nous avons perdu confiance en notre société déboussolée et trop individualiste, notamment pour éduquer les enfants et entourer les aînés. Aux yeux de celles qui ont besoin d’un mode d’emploi pour combler le vide, l’islam vient à point.

Envie de croire les gentilles prosélytes

De plus, nous avons toutes des amies ou des connaissances sympathiques «d’origine musulmane», pratiquantes ou non, croyantes ou non. Comment ne pas se sentir fautives d’éprouver une méfiance à l’égard d’un élément qui se prétend être au cœur de leurs vies ? Alors, quand nos foulards meyrinois, Sainte Tiguemounine et Mère Dahlab, pieux sourire et grand cœur, nous expliquent que l’islam veut notre bien à toutes, nous aimerions tant les croire. Quand l’Ariana expose en été 2014 la « céramique islamique », comme si ces magnifiques créations iraniennes, turques, ouzbèques, espagnoles, étaient tout ce qu’il faut retenir des sanglantes conquêtes musulmanes de quatre continents, nous adhérons et admirons. C’est tellement moins angoissant, tellement moins fatigant.

Toutes ces émotions refoulées se renforcent mutuellement en une masse anxiogène qui paralyse la pensée. Mes amies, comme toutes les femmes modernes, n’ont pas le temps de creuser le sujet. Et quand leurs opinions ne se forment pas dans le sillage du prêt-à-penser Hebdo-madaire, le sujet reste pour elles vaguement dangereux. Alors, pendant le maigre temps libre épargné par le travail et la famille, elles s’étourdissent de sorties culturelles inoffensives pour ne pas penser que les forces qui ont construit notre civilisation appartiennent peut-être déjà au passé. C’est tellement plus rassurant.

Florence

Déjà paru dans Les observateurs

09:58 Publié dans Air du temps, Genève | Tags : florence | Lien permanent | Commentaires (39) | |  Facebook | | |

Commentaires

Tout est fait pour éviter l'affrontement, le choc. Or sans choc, pas d'étincelle, donc pas de lumière. Comme vous le dites, cela arrange tout le monde: ceux qui n'osent pas se révéler leurs propres sentiments et pensées, et ceux qui ne veulent surtout pas que la lumière de l'esprit critique mette en évidence ce qu'ils s'obligent, car on les y oblige, à dissimuler et à taire.

Écrit par : Mère-Grand | 08/12/2014

Le problème ne vient pas de ceux qui seraient islamophobes!

Tous les jours qui passent nous montrent des musulmans intolérants! D'ailleurs, ce n'est pas d'eux que j'ai peur, car je sais où ils vont trouver leurs sources d'inspiration, un livre de haine que l'on nomme coran!

Je vous propose d'ailleurs une lecture du coran par un non-croyant:

http://taghout.blogspot.fr/2012/08/le-coran-sans-le-voile-une-lecture-non.html

Les plus dangereux sont les Omar ou les Liberté chérie qui mentent, soit par ignorance, ce dont je doute de plus en plus, leurs réactions ne laissant plus aucune contestation possible, soit on leur a appris à mentir depuis tout petit et c'est devenu une seconde nature.

Et les plus minables sont ceux de chez nous, athées, chrétiens, juifs voire des adeptes d'idéologie politique très souvent très éloignée des concepts de Démocratie et de Libertés individuelles, qui sont persuadés que l'islam est une religion de paix, idée qui le plus souvent leur a été soufflée par des bonimenteurs qui savent très bien manier le coran et ne présenter que les versets pacifiques et se gardent de leur avouer toute cette fange de bonimenteurs qui pratique la Da'wa. Ces personnes, sans s'en rendre compte, permettent l'installation insidieuse d'une idéologie mortifère qui va mettre leurs filles et petites files dans des sacs de patates, qui redonnera ses lettres de "noblesse" aux châtiments corporels. Je considère ces sinistres individus comme des criminels et j'espère qu'ils auront des comptes à rendre:

http://www.dreuz.info/2011/02/en-2050-aura-lieu-a-nuremberg-le-proces-des-nazislamistes-par-michel-garrote/

Écrit par : G. Vuilliomenet | 08/12/2014

réflexion très intéressante et détaillée.
Un point me donne envie de réagir:
"l'injonction judeo-chrétienne de protéger les défavorisés".
Ce qui pose problème n'est pas l'existence de cette injonction (base des droits de l'homme modernes) ou plutôt cette recommandation; ce qui conditionne ces réactions surprenantes, c'est l'identification erronée qui en est faite avec l'islam.
L'opinion publique manque de clés de compréhension et se laisse trop aller à répéter les clichés martelés par les médias.

Écrit par : Abbé ARBEZ | 08/12/2014

Particulièrement bien vu, bien senti et bien exprimé. Je vis cela tous les jours et, ne le supportant plus, las des conversations de salon, meurtri d'y perdre mon temps, j'ai rompu les liens avec de nombreux amis bien pensants. J'estime que la liberté de penser, base de l'esprit critique, et le droit d'exprimer cette pensée sont un droit fondamental. J'assimile à du blasphème toute opposition à ce droit : pour peu que je critique leur religion, les croyants m'accusent de blasphème, eh bien je les accuse à mon tour de blasphémer ainsi contre mes propres valeurs, qui constituent mon "sacré". Je réclame le droit au blasphème en réponse à son interdiction par les croyants — plus précisément la plupart des musulmans, dont la susceptibilité n'a d'égale que l'aveuglement. L'interdiction de tout esprit critique qui leur est faite par le Coran est véritablement un crime contre l'humanité.

Écrit par : Jean Ducluzeau | 08/12/2014

Ceux qui aiment accuser de blasphème sont ceux qui ont finalement des doutes sur leur "créateur", sur son impuissance, voire sur son inexistence, car pourquoi, sinon, vouloir faire justice à sa place, le premier pas étant l'accusation?

Quant au coran, bien des éléments laissent à penser que celui qui l'a écrit pensait d'abord à ses intérêts propres et faisait appel à un dieu pour justifier ses crimes:

http://taghout.blogspot.fr/2012/08/le-coran-sans-le-voile-une-lecture-non.html

et rien, de plus, ne semble vraiment prouver l'existence du prophète.

En tout cas, celui qui lit sa biographie ne peut qu'avoir des nausées.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 08/12/2014

On ne voit pas forcément les plus riches musulmans, comme au Qatar, par exemple, avoir honte de leurs richesses...

On ne peut que souhaiter que l'islam se veuille pas "dans mille ans" correspondre au meilleur de notre Evolution bien qu'un peu en perte de vitesse aujourd'hui. Revoir le coran de fond en comble et ne plus admettre ce qui n'est pas conforme à la Charte des Droits de l'homme (concernant enfants et animaux également). Peine de mort, tortures, terminé, donc. Soutien non fictif à Amnesty International en attendant mieux encore s'il le faut.
Statut des femmes (mais en même temps, selon ce qui se passerait statut des hommes battus désormais par leurs épouses...)!
Mais en tout premier lieu la question de savoir comment ce Dieu "miséricordieux" peut se repaître du sang des agneaux répandu en son honneur?! N'y a-t-il pas méprise, confusion, quiproquo, malentendu?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/12/2014

Mère-Grand, le connu rassure. L'inconnu fait peur. Quand une météorite frappe la Terre, elle forme une boule de lumière. Mais le choc, s'il est puissant, entraîne des tas de bouleversements biologiques. La lumière, c'est comme une météorite qui frappe l'Humanité. Et on ne sait pas ce qui va se passer après "Deep Impact". Cet inconnu empêche les chocs d'advenir et l'Humanité fait donc tout pour éviter la météorite...et sa lumière...à travers une censure directe ou insidieuse. Le statut quo est alors sauf...mais l'obscurité croît...

Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | 08/12/2014

"Mère-Grand, le connu rassure. L'inconnu fait peur."
Je ne vois pas les choses de cette manière. Pour moi le connu ennuie et l'inconnue stimule.

Écrit par : Mère-Grand | 08/12/2014

J'adhère tout-à-fait à votre interrogation. C'est en effet une partie du problème. Nous sommes civilisés, nous sommes humains et si nous sommes chrétiens pratiquants, nous obéissons aussi à nos lois religieuses d'ouverture à l'autre..... Mais tout en continuant à éprouver ce sentiment, ce qui me tourmente le plus est :
- le politiquement correct: en nous interdisant de dialoguer, de poser des questions, de vouloir émettre une opinion sur cet envahissement et cette infestation, nos peuples perdent leur liberté d'expression et ravalent leurs critiques pour "faire comme tout le monde" et ne pas être mis au pilori.
- l'écoeurement de comprendre que des élites nous considèrent, nous les peuples occidentaux CIVILISES, comme interchangeables, clônables, sans identité, sans individualité, sans liberté. Dieu nous a créé tous différents. L'égalité que prônent les socialistes n'est qu'un leurre. Chaque homme est particulier, chaque homme est UNIQUE, chaque homme porte en lui ses propres richesses et le rôle de nos dirigeants devrait être de mettre en valeur les richesses personnelles de chacun pour qu'il en fasse profiter la communauté.
Que des prétendues élites décident de nous remplacer par d'autres prouvent déjà leur mépris total de l'humain et de l'individu. Qu'ils se foutent complètement de détruire une civilisation riche, ancestrale, cultivée, civilisée, créative et innovatrice, universelle, c'est encore une trahison fondée sur la bêtise au profit de l'argent. Mais le mépris suprême est de choisir pour nous remplacer une civilisation arbitraire, totalitaire, obscurantiste, perverse, qui refuse la vie, la lumière, la beauté, la connaissance et la culture et ne prône que la mort.

Écrit par : TIARD | 08/12/2014

Pourquoi ne pas poser la question à l'ayatollah Khamenei d'Iran dans une lettre "ouverte", en votre qualité de "modeste citoyenne", comme le fait notre "modeste" Hani Ramadan en s'adressant au Président de la République française?

Écrit par : Mère-Grand | 08/12/2014

"La lumière, c'est comme une météorite qui frappe l'Humanité. Et on ne sait pas ce qui va se passer après "Deep Impact". Cet inconnu empêche les chocs d'advenir et l'Humanité fait donc tout pour éviter la météorite...et sa lumière...à travers une censure directe ou insidieuse. Le statut quo est alors sauf...mais l'obscurité croît..."

La "lumière" du simal est une "lumière" noire, qui amène l'obscurantisme sur Terre, la guerre, le crime et la désolation.

Écrit par : Johann | 08/12/2014

@mireille valette
"...comme si ces magnifiques créations iraniennes, turques, ouzbèques, espagnoles, étaient tout ce qu’il faut retenir des sanglantes conquêtes musulmanes de quatre continents, nous adhérons et admirons..."
Ce que je trouve extraordinaire, c'est qu'aucun de vous n'arrive à différencier la religion (surtout l'islam) et la géo-politique. Comme si les conquêtes n'ont eu lieu qu'à cause de l'existence de l'islam. Ne tenant absolument pas compte des envies de pouvoir et de terre de tel ou tel roi ou chef militaire. Ne tenant pas compte que l'empire musulman est aussi morcelé politiquement et idéologiquement que l'occident. Non, vous n'y pensez jamais. Le monde musulman est pour vous quelque chose de totalement unifié.

@g.vuilliomenet
"Les plus dangereux sont les Omar ou les Liberté chérie qui mentent, ..."
Vous vous persuadez d'avoir raison en nous faisant passez pour des menteurs. Pire encore, vous pensez que c'est inscrit dans nos gènes.

"Et les plus minables sont ceux de chez nous, athées, chrétiens, juifs ..."
Je suis assez rassuré de savoir ce que vous pensez des autres, votre coeur doit bien être fermé pour qu'il y ait si peu de place.

Écrit par : Omar | 09/12/2014

- « Régulièrement, je tente l’expérience. Au cours d’une discussion avec l’une ou l’autre de mes amies genevoises, je pointe les dangers de l’idéologie musulmane. Et souvent, mon interlocutrice a une réaction étonnante: changement immédiat de sujet, mention d’un défaut du christianisme, ou bien silence embarrassé ... »

Chère Madame,

Vous avez oublié de préciser si vos amies étaient musulmanes ou non, ce qui aurait permis d'introduire la notion de provocation.

Mais bon, le constat:

Vos amies sont gênées parce qu'elles ne savent pas comment vous dire: "Arrêtez de parler de ce que vous ne savez pas."

Effectivement, s'il existe bien "la religion musulmane", l'Islam, comme la religion chrétienne, le Christianisme, et leurs différentes branches dogmatiques, il n'existe pas "d'idéologie musulmane", comme il n'existe pas d'idéologie chrétienne, juive, ou bouddhiste.

Sommairement, les réactions qui vous inspirez sont le résultat de votre confusion entre "idéologie" et "religion".

"Confusion" signifie que vous ne distinguez pas correctement les différences entre "idéologie" et "religion".

L'autre facteur entrant dans le genre de réaction que vous provoquez est l'opportunisme dont vous avez fait preuve pour "pointer les dangers de la religion musulmane".

Savez qu'il n'est pas facile de discuter de religion avec n'importe qui, y compris ses ami(e)s ?

Là où vous faites erreur, c'est de croire, quand il faut vous écouter, que les sentiments religieux de ceux qui vous écoutent sont en jeu.

Pour beaucoup de personnes, cela n'est pas facile parce qu'ils ignorent tout de la religion, ou ne comprennent pas, ou mal, mais en ont surtout rien à foutre, ce qu'est la religion, ce que représente la religion pour les autres, ce qu'est la religion des autres, comment ils la comprennent, et comment ils la vivent.

Cela vous étonne ?

- « Régulièrement, je tente l’expérience. ... »

Essayez de pointer "les dangers de *** l’homosexualité *** " à vos amies comme vous tentez de pointer les dangers de l'idéologie musulmane. Ou les dangers du végétarism. Ou les dangers des séries télé américaines.

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2014

Il ne faut plus avoir peur de parler, de dire le fond de sa pensée. Il est vrai que selon la profession que l'on exerce, parler c'est se suicider socialement, professionnellement, d'où ce silence malsain.

Heureusement qu'il y a des associations qui sortent de l'ombre, comme par exemple cette association belge NONALI de Pierre Renversez qui se présente ici:

https://www.youtube.com/watch?v=vS_QqJjCYKY&feature=share

Ce citoyen belge a également créé le parti P+

http://www.partiplus.be/

dont le programme ne s'arrête pas à la lutte contre l'islamisation de la Belgique.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/12/2014

A vous toutes et tous,

Détractrices et détracteurs haineux de l'islam et des musulman(e)s atteints de paranoïde chronique faisant de vous les organisateurs de la méconnaissance et les promoteurs de l'ignorance et de la haine.

Vous êtes les ennemis de la paix confessionnelle et les animateurs du désordre public.

Malgré cela, je saisi cette occasion pour vous souhaiter de joyeuses fêtes fin d'année ainsi qu'un merveilleux nouvel an 2015 fait d'amour du prochain, de dignité et de prospérité pour tout le genre humain.

Je vous salue du salut de la paix de l'islam "Assalamou alïkoum" et que Dieu éclaire votre chemin de vie et apaise vos coeurs des tourments que vous leurs faites subir.

Réjouissez vous et cessez de détester ce qui vous sont différents.

Écrit par : Liberté chérie | 09/12/2014

Voyons ce que nous dit le coran?

Sourate II, 85 Quiconque cherche une autre religion que l’Islam ne sera pas accepté.

Sourate II, 191 : Tuez les partout où vous les rencontrerez ; chassez-les d’où ils vous auront chassés. La sédition est pire que le meurtre. Ne les combattez pas auprès de la Mosquée sacrée, à moins qu’ils ne luttent contre vous en ce lieu-même. S’ils vous combattent, tuez-les: telle est la rétribution des incrédules .

Sourate V, 51: O vous qui croyez! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont amis les uns des autres. Celui qui, parmi vous, les prend pour amis, est des leurs. Dieu ne dirige pas le peuple injuste.

Sourate IX, 29: Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier ; ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son prophète ont déclaré illicite; ceux qui, parmi les gens du Livre ne pratiquent pas la vraie Religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut après s’être humiliés.

etc...

Il est vrai que lorsqu'on lit ces quelques versets, on est franchement ébahi par leur valeur extrêmement pacifique qui ne peut que pousser à la paix confessionnelle.

Mais quand y-a-t-il vraiment paix confessionnelle en islam?

Seulement quand les minorités religieuses, mais uniquement celles qui sont issues du Livre, c'est-à-dire juifs et chrétiens, font allégeance à l'islam et acceptent le statut de dhimmis. Elle doivent payer la djizia comme preuve d'allégeance à l'islam. De plus, le dhimmi n'a aucun droit à porter des armes. Quant aux autres, ou elles se convertissent à l'islam ou elles doivent périr.

Définition du dhimmi:

http://www.lescahiersdelislam.fr/glossary/Dhimmi-%D8%B0%D9%85%D9%91%D9%8A_gw136.html

Définition de la djizia:

http://www.lescahiersdelislam.fr/glossary/Djizya-ou-Jizya-%D8%AC%D8%B2%D9%8A%D8%A9_gw138.html

Liberté chérie oublie, cependant, de nous rappeler quelle attitude doit avoir le musulman quand il est en infériorité numérique dans une société non musulmane:

http://www.europe-israel.org/2012/11/islam-la-taqiyya-et-les-regles-de-la-guerre-islamique-2/

Du coup, j'ai quand même tendance à penser que Hubert Lemaire a raison quand il écrit cet essai à l'attention des musulmans:

http://ripostelaique.com/le-livre-qui-va-faire-causer-musulmans-vous-nous-mentez-dhubert-lemaire.html

ce qui me conforte dans ma légitime défiance vis-à-vis de l'islam et des musulmans.

PS:

"Réjouissez vous et cessez de détester ce qui vous sont différents.", si je comprends bien la signification de la dernière partie de cette injonction, je devrais également aimer le nazisme, cette idéologie répugnante qui a été la cause de dizaines de millions de morts. Je considère qu'un système idéologique qui justifie le viol, l'esclavagisme, le vol, la discrimination, les assassinat et les considère comme valeurs cardinales n'a pas sa place dans une société libre et ouverte.

Oui! Vraiment pauvre Liberté chérie, nous ne partageons vraiment pas les mêmes valeurs.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/12/2014

Toutes les religions n'apportent que la guerre.

Il n'est pas donné à tout le monde de déconstruire une pensée religieuse qui a été injectée dans votre cerveau. Enfant, dans un milieu croyant, vous avez reçu l'éducation religieuse que vos parents, vos grands-parents ont pratiquée durant des siècles.
Votre milieu environnemental, pratiques religieuses, enseignement de votre religion par les pères de l'Eglise, famille, amis, connaissances, vous confortent dans vos convictions.
Même si l'on vous apporte la preuve que les religions ne sont qu'illusion, perversion, cruauté, vous fermez les yeux, vous vous bouchez les oreilles. Et rien, ni personne ne vous fera changer d'avis, car vous êtes endoctrinés.
Lire l'histoire des religions sur Internet qui vous décrit toutes les guerres des religions de toutes les civilisations devrait éveiller votre sens critique. Même tous ces faits historiques ne réussissent pas à ébranler une foi si habilement injectée dans votre esprit.

Pour information, "les batailles de Mahomet de 624 à 630 ont bien eu lieu. Les communautés juives et musulmanes s'affrontent et les juifs doivent quitter Médine en laissant la totalité de leurs biens.

Après avoir soumis les chrétiens et les juifs du Yémen, Mahomet contrôle la péninsule arabique et peut regarder vers le Nord pour d'autres conquêtes guerrières". etc. etc....

Écrit par : Noëlle Ribordy | 09/12/2014

@G. Vuilliomenet

- « Voyons ce que nous dit le coran? »

C'est "Nous", "les musulmans", naturellement.
Euh, vous êtes bien musulman, n'est-ce pas ?

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2014

@ chuck jones!

Réponse débile!

Pourquoi?

Le coran est écrit en plusieurs langues, ils donc accessible à tous.

C'est juste une fumisterie pour ne pas dire de la foutaise de dire qu'il faut le lire en arabe ou être soi-même musulman pour mieux le comprendre. Mais pourquoi vouloir faire croire que ce sont les seules conditions pour comprendre ce livre de haine si ce n'est justement pour essayer de faire croire qu'il n'est pas ce qu'il est?


"Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi."

Mort de rire! J'ai l'impression de lire un socialiste ou le parfait modèle du rat dans le central téléphone. Comme thévoz avec cette stupidité d'islam de gauche.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/12/2014

Et pour ironiser, j'aurais du répondre "mais ne sommes-nous pas tous musulmans à la base" ?

http://www.bladi.net/forum/threads/naitre-musulman.179617/

(je joins également la définition de la fitra:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fitra )

Ce qui me laisse donc le droit de lire ce coran et de constater que oui, c'est un livre de haine, livre qui d'ailleurs pourrait être en deux parties s'il n'avait été classé par ordre de taille des sourates, arrangement qui permet d'ailleurs d'abuser ceux que l'on aimerait prendre dans les rets de l'islam pour en faire, au mieux, des musulmans, mission du parfait mahométan,

http://www.sajidine.com/famille/homme/musulman-seigneur/serviteur.htm

et dans une moindre mesure un COMPLICE de l'islam ou dans un autre langage, un idiot-utile de l'islam.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/12/2014

@Liberté-Chérie

- « Je vous salue du salut de la paix de l'islam "Assalamou alïkoum" et que Dieu éclaire votre chemin de vie et apaise vos coeurs des tourments que vous leur faites subir. »

Merci.

"Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi."

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2014

@noelle ribori
"Toutes les religions n'apportent que la guerre"
L'absence de religion apporte-t-elle la Paix? J'en doute fort.

"les batailles de Mahomet de 624 à 630 ont bien eu lieu"
Je ne le conteste pas, Mohammed fut un prophète, mais aussi un dirigeant. Comme le fut le roi David, Moise et d'autres prophètes.

Écrit par : Omar | 09/12/2014

Enfin le mot est lâché, les soi-disant prophètes sont des DIRIGEANTS, soit des simples mortels qui élèvent des armées pour combattre et acquérir des territoires, et imposer leurs lois.

Sans religion, la guerre existera car l'homme est cupide, avide de pouvoir, mais avec la religion, l'homme ajoute à ces vilains défauts "la stupidité" de croire à des histoires farcies de rêveries, de fables, d'impostures.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 09/12/2014

Personnellement, je suis islamovigilant.
Salamat "Liberté Chérie", pourvu que vous en profitiez d'elle ... la liberté.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 09/12/2014

Bonsoir

Je fais partie d'un club d'amis, et nous avons au sein de notre communauté une règle d'or.

Elle est simple.

On évite de parler de deux sujets qui fâchent : religion et politique.

Et en nous en tenant à cette ligne, nous vivons très bien, en parfaite harmonie.

Écrit par : Keren Dispa | 09/12/2014

@G. Vuilliomenet

"Euh, vous êtes bien musulman, n'est-ce pas ?"

- « Pourquoi? »
« Le coran est écrit en plusieurs langues, ils donc accessible à tous. »

Non monsieur.
Le coran fut écrit en arabe coranique.

- « C'est juste une fumisterie pour ne pas dire de la foutaise de dire qu'il faut le lire en arabe ou être soi-même musulman pour mieux le comprendre.

Cela va de soi.

- « Mais pourquoi vouloir faire croire que ce sont les seules conditions pour comprendre ce livre de haine si ce n'est justement pour essayer de faire croire qu'il n'est pas ce qu'il est? »

Toutes choses égales, si vous, vous avez compris le Coran traduit de on ne sait quelle source, qu'est ce qui empêche Ali le berger de Mahd Al Thahab de porter le même jugement sur la bible ?

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2014

Voici donc ce qu'écrit un ancien imam qui a étudié l'islam et son histoire à l'Université islamique d'Al-Azhar, je m'excuse du peu, mais je pense que vous, chuck jones maniez de manière excellente l'arabe classique pour nous sortir vos foutaises. Voici donc ce qu'il écrit dans "Islam et terrorisme" (édition Ourania 2007):

'' Références au Coran

Le Coran, le livre saint de l'islam est divisé en 114 chapitres, appelés "sourates".Les sourates sont divisées en versets, comme dans la Bible. Si vous possédez un exemplaire du Coran, vous pouvez y rechercher les passages selon les numéros de la sourate et du verset. Les musulmans désignent souvent les chapitres par leur nom, toutefois, je ne les ai pas inclus aux références, parce qu'ils ne sont guère utiles au lecteur occidental.

Sachez cependant que les traductions ne reflètent pas toujours fidèlement l'arabe original, surtout lorsque le passage en question risquerait de choquer les Occidentaux.
Voici un exemple qui vous aidera à comprendre ce point. la sourate 8:39 est un verset clé concernant ceux qui rejettent le Coran, pourtant la traduction française est plutôt vague:

Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de sédition, et que le culte soit rendu à Allah en sa totalité.

L'arabe, en revanche, est un peu plus direct:

Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de Fitnah [d'incrédulité et de polythéisme, c'est-à-dire d'autres cultes hormis celui rendu à Allah], et que la religion [le culte] soit rendu à Allah seul [dans le monde entier]. ''

Petits rappels:

Mark A. Gabriel nous raconte sa vie (jusqu'à la 23ème minute) et nous explique l'islam, le coran et les hadiths (à partir de la 23ème minute):

https://www.youtube.com/watch?v=AlD6-nZhWAI

Cliquez sur ***Plus, la vidéo s'enrichit de liens plus qu'utiles, comme par exemple la justification de la condamnation à mort de l'apostat

Ce site nous explique l'islam et sa source, le coran:

https://www.youtube.com/watch?v=AlD6-nZhWAI


Cet autre nous présente les sources de l'islam:

http://legrandsecretdelislam.com/

le fichier est téléchargeable gratuitement

Et pour répondre aux affabulateurs du genre chuck jones:

http://insoumission.files.wordpress.com/2006/07/ibn-warraq-a-savoir-avant-de-debattre-avec-un-musulman.pdf

lire la première partie intitulée "Connaissez-vous l'arabe?"

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/12/2014

Au fait chuck jones, avez-vous déjà entendu dire que pour lire et comprendre l'Ancien Testament il fallait maîtriser l'Hébreux et pour le Nouveau Testament, la connaissance du grec ancien ou du latin était nécessaire?

C'est bel et bien de la fumisterie que de vouloir absolument nous faire croire qu'il faut être Arabe et bien manier l'arabe classique pour pouvoir lire et comprendre le coran.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/12/2014

@Noëlle Ribordy

- « Enfin le mot est lâché, les soi-disant prophètes sont des DIRIGEANTS ... »

Allô ! Mais allaôô kôâ ?

Les prophètes de l'Islam sont des envoyés en mission de Dieu, chargés de dire aux gens de les suivre.

Vous l'apprenez ?

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2014

@noelle ribordy
Oui, les prophètes sont des êtres humains comme vous et moi.

Écrit par : omar | 10/12/2014

Chuck Jones,
Je ne savais pas que vous étiez au téléphone avec Dieu!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 10/12/2014

La Parole est adressée aux prophètes ou Dieu envoie des rêves, songes ou visions éclairants... Ensuite comme pour les techniques tout dépend des interprétations, intentions, motivations et applications des dirigeants aujourd'hui "décideurs"! De la vision qui se présente à elle Bernadette Soubirous dit "cela" qui deviendra l'Immaculée Conception terme que la jeune fille peut avoir parfaitement entendu à l'Ecole des Sœurs qu'elle fréquente... contrairement aux dits des menteurs qui ont prétendu qu'elle était illettrée (voir le livre sur elle et Lourdes, nom de famille de l'auteur: Davier)
Un jeune surnommé "bâtard fils d'impure" en son temps deviendra le fils unique de Dieu sa mère dite impure... la Sainte Vierge (Jésus et Israël, Jules Isaac, historien Fasquelle).

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/12/2014

@G. Vuilliomenet

- « Références au Coran ... »

Lequel ?

Y'en a 31 versions ...

http://www.notredamedekabylie.net/Dialogueislamochrétien/Réponseschrétiennesauxobjectionsmusulmanes/tabid/81/articleType/ArticleView/articleId/471/La-MULTIPLICITE-des-VERSIONS-du-CORAN-et-leurs-differences.aspx

Textes originaux:
http://www.fatherzakaria.net/books.htm
- « ... mais je pense que vous, chuck jones maniez de manière excellente l'arabe classique pour nous sortir vos foutaises ... »

N'inversez pas les rôles.
C'est vous qui prétendez ici savoir et dire comment comprendre le Coran sans être musulman, sans lire l'arabe, et en ignorant tout de l'origine de ce que vous citez.

En ignorant l'arabe, vous ne pouvez comprendre le code des lettres qui indique comment lire et interpréter le Coran, et êtes incapable d'en distinguer les différentes interprétations, leurs différences et leurs contextes.

Les codes de lettres du Qoran:

http://www.cirs-tm.org/Nouvellesdecouvertes/Science%20pour%20l'Heure/SPLH%20html/SPLH-part2/HP7.htm

Un seul Coran, plusieures lectures:

http://www.cirs-tm.org/Nouvellesdecouvertes/Science%20pour%20l'Heure/SPLH%20html/SPLH-part1/SPLH%2011table%20des%20mati%E8res.htm

Il est plus facile de constater votre propre haine et mépris de l'Islam que votre volonté de connaître et parler en connaisance de cause d'un sujet qui ne vous intéresse aucunement.

Écrit par : Chuck Jones | 10/12/2014

Au fait chuck jones, combien de corans reconnus officiellement à ce jour et que doivent utiliser les imams pour leurs prêches?

Quelle est la réponse étonnante du Père Zakaria lorsque le journaliste lui avoue "Cela me rend sceptique quant à la crédibilité du coran que nous avons aujourd’hui."? Voici donc sa réponse:

"C'est pour cela que nous demandons aux érudits d’Al-Azhar d'expliquer la chose suivante en respectant l'esprit des gens au vingt et unième siècle. Comment le Musulman doit-il fonder les bases de sa foi, compte tenu des doutes qui existent sur le Coran qui est la référence principale pour lui ? …31 corans, dont il ne reste que trois aujourd’hui.

Telles sont les questions qui pressent notre intelligence et nous demandons des réponses. Qu’ils nous disent comment et pourquoi cela est arrivé et qu’ils élucident ce sujet."

ce qui semble bien confirmer que Al-Azhar ne reconnaît qu'une version du coran et qu'elle est officielle.

On trouve sur le net des corans. J'en ai trouvé un où il est indiqué

"Le Serviteur des deux Saintes Mosquées Le Roi Fahd ibn 'Abdal' Aziz Al Saoud Roi d'Arabie Saoudite s'est fait l'honneur d'ordonner l'impression de ce Noble Coran et de la Traduction en Français de ses sens"

Je doute alors que la traduction de ce coran soit falsifiée.

Voici ce que nous dit Ibn Warraq dans son fascicule dont le but est de faire savoir à ceux qui veulent débattre avec un musulman:

"Les Musulmans ont tendance à désarmer toute critique de l’Islam et du Coran en particulier en demandant à la personne qui émet son opinion si elle a lu le texte original arabe du Coran, comme si les points litigieux du Texte Sacré disparaissaient subitement dès lors que le lecteur maîtrise le saint langage et fait l’expérience sensorielle directe des mots d’Allah lui-même, auxquels nulle traduction ne pourrait rendre justice.

Ce serait oublier que la majorité des musulmans n’est ni arabe, ni même arabophone; sur environ 1.3 milliards de Musulmans, seuls quelques 300 millions vivent dans des pays où la langue arabe est pratiquée ; à elles seules, les populations musulmanes de grands pays non arabophones tels l’Indonésie, l’Inde, le Pakistan, l’Iran et la Turquie dépassent les 600 millions d’âmes. S’il est vrai que, parmi les Musulmans dont la langue maternelle est autre qu’Arabe, les plus éduqués l’apprennent pour lire le Coran, la vaste majorité des Croyants n’entend pas cette langue ;et nombreux sont ceux qui apprennent des passages du Coran par cœur, sans en saisir un mot.

Autrement dit, la plupart des Musulmans doivent lire une traduction du Coran pour le comprendre. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, de telles traductions existent en Farsi depuis le X° ou XI° siècle, ainsi qu’en Turc et en Urdu depuis très longtemps… De nos jours, le Coran est disponible en plus de 100 langues, souvent traduit par des musulmans d’ailleurs – en dépit d’une désapprobation plus ou moins marquée des autorités religieuses."

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/12/2014

@Chuck Jones

"Le coran fut écrit en arabe coranique."

Il se pourrait fort bien qu'il ait été écrit en syro-araméen, langue dominante dans l'Asie occidentale de l'époque. "L'arabe coranique" ne comporte ni voyelles ni signes diacritique, qui sont essentiels pour distinguer certaines consonnes. Certains passages changent de sens si on y ajoute les voyelles et signes diacritiques en fonction du syro-araméen.

Pour plus d'informations:

L'origine syro-araméenne du Coran:
http://www.christoph-heger.de/Claude%20Gilliot%20%27L%27origine%20syro-aram%E9enne%20du%20Coran%27%20Nouvelle%20Observateur%20avril_mai%202004.htm

Une lecture araméenne du Coran confirmée par le turc:
http://www.lemessieetsonprophete.com/annexes/Luxenberg_s19-24_turc.htm

Le Coran, du recueil des textes à la fixation de l’écriture:
http://www.capucins.net/coran-aujourdhui/-Le-Coran-du-recueil-des-textes-a-.html

Écrit par : Minona | 10/12/2014

Si les musulmans détestent tant les juifs, c'est bien parce qu'ils étaient présents en Arabie Saoudite actuelle, à la Mecque, en grand, très grand nombre ... mais les connaissait-ils bien pour autant ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 10/12/2014

@G. Vuilliomenet

- « Au fait chuck jones, combien de corans reconnus officiellement à ce jour et que doivent utiliser les imams pour leurs prêches? »

Je suis intervenu pour vous couper les pattes et enterrer vos fumeuses théories.
Vous n'attendez tout de même pas que je vous fournisse des béquilles ?

Écrit par : Chuck Jones | 10/12/2014

@G. Vuilliomenet

"Autrement dit, la plupart des Musulmans doivent lire une traduction du Coran pour le comprendre."

Même les éditions arabes du Coran que lisent les arabophones sont des traductions. La quasi-totalité d'entre eux seraient bien incapables de comprendre la langue originale du Coran.

Écrit par : Minona | 11/12/2014

- « "Autrement dit, la plupart des Musulmans doivent lire une traduction du Coran pour le comprendre."

"Même les éditions arabes du Coran que lisent les arabophones sont des traductions. La quasi-totalité d'entre eux seraient bien incapables de comprendre la langue originale du Coran." »

Ce qui signifie que personne, à part les spécialistes de l'araméen, n'est assuré que ce qu'il lit a le même sens et la même précision que le texte original.

Écrit par : Chuck Jones | 11/12/2014

Les commentaires sont fermés.