02/01/2015

Pour la nouvelle année, félicitons l’imam Mustafa Memeti

C’est un homme singulier qui a été désigné «Suisse de l’année» par la rédaction du SonntagsZeitung pour «son courage et son engagement dans le débat le plus explosif de notre temps». Découvrons quelques convictions de l’imam le plus ouvert de Suisse.


imam-bern-thorberg-Mustafa-Memeti.jpg

La désignation de Mustafa Memeti comme «Suisse de l’année» par la rédaction du Sonntagszeitung est parfaitement méritée. Si la majorité de ses confrères possédaient l’ouverture d’esprit de cet homme, la question musulmane existerait à peine.

Memeti, originaire de Serbie, est l’imam de l’Association musulmane de Berne et, il préside au niveau national l’Association islamique albanaise. Il y a quelques années qu’il exprime les idées les plus claires et les plus ouvertes que j’aie jamais entendues en Suisse. Et il est fort dommage que la Suisse romande, qui a le choix question références islamiques entre des charlots et des fossiles, ne le connaisse pas davantage. Mea culpa, j’ai découvert son existence il y a plus de deux ans et je ne l’ai pas popularisée non plus. Je reprends ici un certain nombre de convictions et citations tirées de plusieurs articles. (1)

Pour lutter contre le radicalisme, Memeti préconise une collaboration étroite entre d’une part les mosquées et leurs communautés, d’autre part les autorités suisses, y compris le Service de renseignement. Pour lui la chose est entendue : «Qui veut faire le Jihad a des problèmes psychologiquesIl appelle à la transparence des sermons des mosquées et souligne que nombre de ses frères et confrères se forgent une double image, l’une «modérée» pour l’extérieur, l’autre plus extrémiste. Il regrette aussi que beaucoup de musulmans vivent dans une société parallèle.

Se décider entre islam rétrograde et moderne

En 2014, dit-il, sa grande préoccupation a été «l’exigence pour nous musulmans de nous décider entre un islam rétrograde et un islam moderne. Beaucoup de mes coreligionnaire se taisent ou ont une double morale: ils disent publiquement quelque chose et pensent le contraire dans leur cœur.»

Le religieux est partisan d’une liberté totale en matière de religion: la choisir, y renoncer, en prendre une autre: «La foi est une affaire personnelle.» De même, la liberté d’expression, même s’il s’agit d’une pièce de théâtre où Mahomet est décapité, doit être respectée.

Il ne cesse de répéter que les musulmans de Suisse n’ont pas à importer les conflits existant à l’étranger, y compris la question israélo-palestinienne. Mais entendre de la bouche d'un imam cette simple phrase que les porte-valise occidentaux des Palestiniens ne disent jamais est une nouvelle illustration de sa lucidité: «Il ne faut pas fermer les yeux lorsque des Palestiniens se conduisent de manière inhumaine.»

Les incessantes revendications des responsables religieux ne le passionnent pas. Par exemple, pour lui, «la foi est dans le cœur, pas dans un bout de vêtement». Il attribue l’importance disproportionnée que prend le foulard tant à ses confrères arriérés qu’à nous autres (oui quand même !), qui dénonçons cette régression. Mais c’est le seul imam que j’ai entendu dire: «Je suis fermement opposé à la burqa». Le journaliste n’a pas été plus loin, mais il semble assez clair qu’une interdiction lui conviendrait. Question dispenses de natation, il est limpide aussi : «L’école a des règles et nous devons les suivre.» Pas l’ombre d’une hésitation pour lui: il n’est pas question de discuter la primauté de la loi démocratique. La religion doit être distincte de la politique, l’Eglise séparée de l’Etat.

Une formation classiquement conservatrice

A propos de la possibilité de battre sa femme, c’est non bien sûr. Les problèmes doivent être résolus par le dialogue. «Nous vivons dans une société moderne, le pouvoir appartient au passé (…) il existe des outils modernes comme un divorce.» Que pense-t-il d’un Hani Ramadan qui défend la lapidation? «Il ne s’agit pas pour moi de juger les gens. S’il y a des extrémistes en Suisse, ils sont sur la mauvaise voie.»

Memeti a fait ses études islamiques en Tunisie, Syrie et Arabie saoudite et avoue qu’il avait une vision conservatrice en arrivant en Suisse. Mais la découverte de ce pays l’a fait évoluer. Et il souhaite éviter toute ingérence étrangère dans notre pays, y compris l’importation d’imams. A propos des textes, il répète qu’il faut cesser de se focaliser sur le passé. «Ce qui m’intéresse, ce sont les messages qui permettent de s’adapter à la modernité.» Mais il conteste que Mahomet ait forgé l’idéologie totalitaire de l’islam: «Il faut lire son histoire dans un contexte historique. Les circonstances ont changé de façon spectaculaire. Nous sommes humains, nous pouvons penser librement. C’est à nous d’interpréter les textes de Mahomet.» Et sur le djihad: «C’est un anachronisme, il n’a pas sa place. Nous avons de gros problèmes pour les questions scolaires. J’appelle les musulmans à se concentrer là-dessus.»

Il ne se battra pas pour obtenir l’autorisation des minarets: «Nous n’en avons pas besoin. Ils n’apportent rien sinon de la résistance. Nous devons établir des priorités différentes et résoudre les problèmes qui nous touchent directement: le travail, l’éducation et la santé.»

Il élude la question de la charia et de sa loi divine, mais la direction est claire: «Nous vivons dans un Etat de droit. Ce qui est décidé au parlement s’applique à tous. Le destin nous a amenés ici et la Suisse nous donne la chance d’une nouvelle vie.» Et plus précisément: «On peut garder son identité, développer sa propre culture et en même temps s’intégrer en Suisse. Mais il est important que les valeurs suisses telles que l’ordre, la sécurité, la démocratie ou la liberté passent avant tout.»

Ses convictions ne plaisent pas à tout le monde islamique, on l’imagine. Surtout qu’il passe aussi aux actes. Ainsi, sa mosquée doit déménager dans une «Maison des religions» qui abritera aussi des hindous et des alévis, une branche progressiste de l’islam. En octobre dernier, des individus se sont introduits dans sa mosquée et l’ont dévastée. Les cibles étaient la maquette du projet, détruite, et les portraits de l’imam. Celui-ci a décidé d’être désormais plus prudent.

Le discours de Memeti est le contraire de la victimisation. Il incite ses ouailles à savourer tout ce que la Suisse leur offre: sécurité, libertés (dont celle de pratiquer leur religion), perspectives d’avenir. «Nous vivons dans une société libre et démocratique. Si on la compare avec d’autres, on peut dire: c’est comme être au paradis.»

(1)http://webapp.sonntagszeitung.ch/read/sz_28_12_2014/nachrichten/24079

http://webapp.sonntagszeitung.ch/read/sz_21_09_2014/fokus/Wer-in-den-Jihad-will-hat-psychische-Probleme-15488

http://lukasegli.wordpress.com/2007/01/17/%C2%ABder-%E2%80%B9heilige-krieg%E2%80%BA-hat-bei-uns-keinen-platz%C2%BB/

 

EN MIROIR, LE FONDAMENTALISME

Mustafa Memeti est un homme très courageux, mais il peut difficilement être téméraire. Je suis convaincue qu’aucun de ses sermons n’incite à la discrimination religieuse, au conflit ou à la haine de l’Occident et tout au contraire qu’ils invitent les fidèles à s’intégrer et à apprécie la chance qu’ils ont de vivre en Suisse. Je suis même convaincue qu’il est plus critique que ses propos ne le laissent croire à propos de l’islam. Mais il est inconcevable, par exemple, sous peine de se faire débarquer, de souhaiter la désacralisation du Coran ou de porter un œil sévère sur la vie de Mahomet.

Ce qu’illustre cet homme exceptionnel, c’est en miroir le caractère extraordinairement conservateur de l’ensemble des imams et porte-paroles de Suisse, et le verrouillage de toute exégèse. C’est l’impossibilité pour ceux qui suivent cette armée de diplodocus de s’adapter vraiment, pleinement à notre société et à ses valeurs civilisées et humanistes.

Le problème n’est pas tellement ce que contiennent les textes islamiques, mais ce que les religieux en disent et en font aujourd’hui. S’il y avait une majorité de Memeti, l’Occident ne serait pas confronté à un radicalisme croissant et la planète musulmane ne serait pas dans l’état épouvantable où la maintient l’islam littéraliste. 

 

17:07 Publié dans Médias, Suisse | Tags : mustafa memeti, imam, suisse de l'année | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook | | |

Commentaires

Voila des paroles qu'il est agréable d'entendre - Nous publions généralement le " mauvais " de l'Islam ! Il n'est donc que stricte justice que nous puissions publier " le bon " - Merci à l' Imam Mustafa Memeti pour ses prises de positions logiques et courageuses ( dans le contexte de l'Islam actuel )

Puissent ces sages paroles inspirer ses " confrères " dans l'Islam les ramenant ainsi à une juste notion du Coran

A.Dauchot - Administrateur du R.D.C.O. ( Rassemblement pour la Défense de la Culture Occidentale )
-----------------page R.D.C.O. sur facebook -------------------------------------

Écrit par : DAUCHOT | 02/01/2015

Merci Mireille. C'est de cet islam-là que nos télévisons et médias journalistiques doivent parler davantage et mettre en avant. Pour décomplexer aussi les musulmans de plus en plus intimidés par les radicaux et qui ont peur de dire leurs convictions individuelles à la face du monde. Il y a des courageux en Islam qui sont prêts à risquer leur vie parce que leur coeur est du côté d'Allah, de leurs frères et soeurs qui souffrent de l'oppression des imams les plus régressifs. Ces "révolutionnaires" sont du côté spirituel de cette belle religion qui a grandi puis s'est affaissée pour finir aujourd'hui dans une régression terrifiante; ces gens doués de spiritualité culturelle et souvent artistiques veulent réussir à faire évoluer les sociétés musulmanes vers un monde ouvert sur les autres mais que d'aucun aimerait voir figé dans le passé et dans un islam passéiste, dévastateur, et sectaire.

Continuez à vous intéresser aux artistes, intellectuels, imams progressistes qui fleurissent peu à peu dans le monde arabe et aussi chez nous proposant cet islam des Lumières, une liberté formidable, et des convictions tellement plus portées vers l'Amour des êtres humains et non vers la haine systématique de tous ce qui est différent et étranger au Coran écrit il y a presque...14 siècles en arrière de notre espace-temps...

Écrit par : pachakmac | 02/01/2015

Cher Monsieur, même si j'admire Memeti qui tente d’apporter quelques lumières dans un océan de médiocrité et d'obscurité, je ne réussis pas à comprendre en quoi l'islam est une belle religion. Sincèrement, pouvez-vous m'indiquer quelques caractéristiques qui vous la font aimer?

Écrit par : Mireille Vallette | 03/01/2015

Voyez-vous, Madame Vallette, je pense que Pachakmac sera bien incapable de nous citer une quelconque idée novatrice de l'islam qui aurait pu aider l'Humanité toute entière à avancer. Les idées humanistes novatrices viendront principalement du continent européen.

L'apparition de l'islam a plutôt été une régression en règle générale et cela s'est confirmé tout au long des quatorze siècles qui ont suivi sa soit-disant apparition.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 03/01/2015

Eh bien, voilà un effort productif.

Montrer qu'il existe des forces modernistes, progressives dans l'Islam, en tout cas dans l'Islam en Suisse, capables de s'opposer pied-à-pied aux intégristes, sans que l'intervention directe, assymétrique et maladroite de non-musulmans ne soit nécessaire par leur simple absence.

C'est ces forces qu'il faut faire connaître, relayer leurs paroles sur la religion, expliquer au public leurs actions, comment le public peut les aider et les soutenir en restant derrière eux, et comment les déborder pour affronter leurs coreligionnaires ne les aide pas.

Meilleurs voeux pour une excellente année 2015.

Écrit par : Chuck Jones | 03/01/2015

Pour une "juste notion du Coran" ne faut-il pas en revenir à la Bible?

La Bible tant la première Alliance que la Seconde: Yéschoua (Jésus)?

Sans ces lectures comment réaliser en quoi le coran disjoncte?

Et ne joue pas de façon telle que les croyants musulmans, lesquels ne sont pas les seuls pas plus que seuls au monde...comprendraient ou entendraient en et par eux-mêmes que la lecture de la Bible puisqu'"inspiratrice" prime et l'emporte en tout sur le coran... avec, exactement comme pour nous, liberté de lecture comme de croyance en ces textes qui, hélas, ne donnent pas leurs sources (la Loi, les cinq premiers livres de la Bible, par exemple, ne donne pas le nom d'Hamourabi auteur du code dit d'Hamourabi dont certains éléments apparaissent dans ces textes. Le bon sens, la bonne foi (la foi, tout le monde ne l'a pas mais la bonne foi on peut la cultiver) finalement devrait pouvoir l'emporter ainsi que le désir de vivre en paix, unité retrouvée, laquelle ne peut exister sans partage solidaire.

Même problème pour le soufisme au coran livre de bord numéro un.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/01/2015

P,S. Allah Elohim (im est pluriel, on le supprime)

Supprimées également les voyelles : Pour Allah demeure LH
Pour eloh(im) demeure LH

KIFKIF!

Elohim, au pluriel non "le Seigneur"! mais Ceux qui sont venus du ciel...
a fort inspiré la science fiction.

On peut imaginer une momentanée apparition du second d'un engin spatial compris en tant que "fils" du commandant de bord.

Et si... en 1915...?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/01/2015

P,S. J'espère avoir écrit juste 2015 autrement correction s'impose. Je complète comme suit: pour retrouver la paix, l'unité ne conviendrait-il pas de relativiser comme dédramatiser nos croyances?

Le mot catholique signifiant universel... chacun s'y trouverait chez lui: comme à la maison... le pape continuant à s'occuper de la curie... les protestants n'étant jamais que d'anciens catholiques... Une Maison de la Paix universelle ou quelque chose comme cela ouverte à tous, leur, notre "Maison" (comme ET)! en chaque croyant potentiellement parlant un douteur en chaque athée un potentiellement parlant croyant. "Elévation d'esprit" ("Du lac aux cimes", Pierre Brossolette, aviateur) concernant tant les uns que les autres: nous tous.

S'entendre bien? relativiser: "Bof"! Pourvu qu'on s'entende bien.

En cette Maison de la Paix: cultures, concerts, rencontres, conférences, cuisines, fêtes, bref! la fin des emm... "thèmes religieux", s'entend: donner le bon exemple.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/01/2015

C'est nouveau ça! Il existerait plusieurs islams!

Combien de corans officiels? Ne lit-on pas le même coran à la Mecque ou à Qom?

Il me semble que dans la fable mahométane, il n'existe qu'un mahomet et qu'il y a deux périodes dans sa vie! Celle où il est faible politiquement (la période mecquoise) et la seconde qui montre le vrai visage de ce pseudo prophète, la période dite médinoise, la période des méfaits de cet individu qui, s'il vivait aujourd'hui, comparaîtrait devant un TPI pour crimes contre l'Humanité. Ce serait comme si je voulais redonner des lettres de noblesse à Hitler en effaçant la période criminelle de sa vie. Il y a des crimes qui sont impardonnables, d'autant plus qu'ils sont commis dans la dernière phase de leur vie.

J'espère que Pachakmac nous fournira quelques indices de ce soit-disant bon islam.

Si maintenant, on fait fi de la fable grotesque de l'islam et de son prophète, ça donne ceci:

https://www.youtube.com/watch?v=f1AlScqHxaY

et ceci, qui rejoint l'analyse ci-dessus:

http://legrandsecretdelislam.com/

Écrit par : G. Vuilliomenet | 03/01/2015

Rhooooo quelle référence! Même pour rire c'est pas drôle!

"Bernard Raquin. Psychanalyste, chercheur en psychothérapie et psychothérapeute."

" Si maintenant......ça donne ceci":

Ceci c'est quoi? Sa bêtise! Il dit d'entrée:"Pour conquérir Jérusalem, province romaine?les juifs persuadèrent......

Ah! Parce que les Romains étaient à Jérusalem avant les Juifs? Première nouvelle!

Vous savez quoi? Il faut arrêter avec ces petits scribouillards à la manque pour l'un, et en manque de notoriété pour d'autres! Les Raquin, les Sand et les Finkelstein STOP! Marre de ces "nouveaux historiens" gauchistes - Israël a ses idiots utiles, la France son extrême droite!

et ceci, qui rejoint l'analyse ci-dessus:

Parce que vous donnez le qualificatif d'analyse le délire du Psychanalyste?

L'imposture de l'Islam est que sans fondement, il s'est approprié tous nos prophètes juifs/chrétiens et s'est auto-proclammé première et unique religion... En somme du" Lève-toi que je m'y mette". Ce culot semble être dans les gênes!

C'est sur www.herodote.net que j'ai appris à connaître l'histoire de Mahomet.

Concernant Khadija: Une riche veuve, de PLUS DE 40ANS, ayant elle même plusieurs enfants, lui aurait donné 6 enfants?! Plus de 40 ans? Combien d'années? Nada la ménopause? Et avec toutes les femmes qu'il a couché, aucune ne lui a donné d'enfants? Faute aux préservatifs? LOL! Le fait est qu'il était épileptique et stérile!

Et nous n'avons pas fini avec les mensonges:

" Arabes-palestiniens » : Une tentative d’appropriation de l’Histoire Juive"

déc 26, 2014
En décembre 2011, l’ancien porte-parole de la Chambre et candidat à la présidentielle, Newt Gingrich a fait l’observation suivante concernant les arabes-palestiniens : « N’oubliez pas qu’il n’y n’avait eu aucune Palestine en tant qu’État. Elle faisait partie de l’Empire Ottoman. Et je pense que nous avons eu un peuple palestinien inventé, qui est en fait sont des arabes et ont fait historiquement partie de la communauté arabe… »

http://www.europe-israel.org/2014/12/arabes-palestiniens-une-tentative-dappropriation/

Jésus a bien été "converti" arabe palestinien ?!!!

Écrit par : Patoucha | 03/01/2015

Bonjour Mireille. La situation est fort simple. Je tente de remettre les personnages dans leur contexte historique (pour Moïse, Jésus, Bouddha ou d'autres personnages qui ont influencé la spiritualité du monde de façon primordiale, je fais à l'identique). Donc pour le dernier des Prophètes du Livre d'Abraham, j'essaye de comprendre ce qui provoque les visions de Muhammed et sa relation au monde qui l'entoure. Ce chamelier, encore un type très simple comme Moïse ou Jésus, se rend dans le désert, visite sa grotte comme Jésus va sur la Montagne ou Moïse s'arrête devant le buisson ardent. Il y acquière quelques connaissances qui lui semblent provenir de son subconscient. Il les interprète alors comme les paroles d'Allah qui parle à son âme. Sincère et manipulateur à la fois, les gens lui accordent peu à peu de l'importance, une femme riche l'épouse, lui le pauvre gars qui n'a qu'un chameau pour le faire vivre. Est-il un chauffeur de taxi de l'époque? Transporte-t-il des gens à bon port contre quelques pièces de monnaie? On peut l'imaginer ainsi. Notre voyageur prend confiance bien qu'il ne sache ni lire ni écrire (ce qui, et je suis bien d'accord avec vous, pose un gros problème. Comment peut-il être sûr que ses propres conseillers relatent exactement son discours, enfin le discours d'Allah qu'il est bien certain de recevoir de l'au-delà?).

Et voilà que, comme pour Jésus ou Moïse, l'homme devient un personnage mythique, un combattant chef de guerre qui abandonne la non-violence parce que Allah l'aurait informé que s'ils renonçaient à combattre, lui et sa communauté, les musulmans seraient rayés de la Terre. Donc Muhammed se bat, et plutôt bien. Il emporte peu à peu pleins de victoires et connaît quelques défaites aussi. Il prie beaucoup seul mais aussi beaucoup avec sa communauté. Au début de son califat, ses compagnons doivent faire 50 (!) prières obligatoires. Il voit que cela fatigue trop ses compagnons et peu à peu Allah lui dit de réduire les prières obligatoires à seulement 5 par jour, ce qui est dans la profession de foi toujours actuel. Il est sûr de son choix. Il a la foi. Il lutte contre les corrompus, contre les pervers, contre tous ceux et celles qui veulent sa perte. Et finalement il triomphe et à sa mort il est célébré comme Prophète de tous les musulmans actuels et futurs. Son Livre devient sacré et intouchable. Personne ne s'autorise le droit d'aller contre des écrits plus ou moins acceptables pour nous aujourd'hui, plus ou moins contradictoires aussi (une fois, il faut tuer tous les infidèles de toutes les religions, d'autres fois il faut aimer et faire la paix avec les chrétiens et les juifs qui appartiennent au même Dieu). Pourtant, juste avant sa mort il a la prémonition que les musulmans vont se déchirer et se dévorer entre eux. Et il pleure. Il a raison. Cela ne manque pas. Tout commence sérieusement avec l'assassinat d'Ali, son cousin successeur et gendre, qui pense déjà réformer quelque peu le Coran et qui se voit barrer la route par ceux qui sont ultra-orthodoxe dans le texte.

Lire absolument ceci pour comprendre comment le Coran sacrée st déjà soumis à des pressions incroyables entre progressistes et conservateurs:

http://www.questionsenpartage.com/chiisme-et-sunnisme-les-cl%C3%A9s-de-la-s%C3%A9paration

Voilà Mireille. Pour comprendre notre Histoire, notre passé spirituel, il faut vraiment remettre les gens dans leur contexte historique. Ce qui est intolérable aujourd'hui, ne l'est pas forcément dans un autre temps. L'esclavage, par exemple, est admis d'un grand philosophe comme Platon. Lire ici cet autre page fondamentale de la philosophie et la position d'Aristote qui est plus progressiste que Platon sur le sujet mais qui se heurte au principe de réalité de son époque:

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/13/esclavage.htm

Peut-on alors dire que Platon est un sale type parce qu'il admet sans autre l'esclavage et la soumission d'êtres humains à un maître et seigneur?

En cherchant mieux la profondeur des êtres, les passions qui les habitent, les motivations qui les entraînent sur tel ou tel chemin, on apprend à aimer, à détester parfois aussi, les faiseurs bien malgré eux de grandes religions. Car qui pouvait prédire l'ascension fulgurante du Christianisme ou de l'Islam? Personne. Cela reste du mystérieux, de l'irrationnel. Pourquoi tant de poètes et d'artistes se réfèrent à ces personnages clefs? Pourquoi les foules comme les individus se convertissent soudain à telle ou telle religion? Il y a la contrainte, bien sûr. Mais beaucoup agissent aussi en toute liberté de choix.

J'espère avoir éclairé un peu ma position. Je suis un être humain entièrement libre de ses choix, convaincu de la nécessité de vivre en démocratie à notre époque, convaincu de l'urgente nécessité à faire progresser la charte des droits de l'homme partout dans le monde, convaincu que la spiritualité s'individualise de plus en plus et que personne ne peut rien y faire contre cette évolution primordiale pour la démocratie. D'où Muhammed, dernier des Prophètes à la source d'une nouvelle religion. Il n'y aura pas de nécessité à créer de nouvelles religions. Les êtres humains libres se définissent aujourd'hui par leur culture, leurs connaissances, leur identité mixte, multiple et complexe. Ils apprennent la liberté d'exercer leur propre spiritualité et développent un sens aiguisé du libre-arbitre.

Merci de votre attention.

Écrit par : pachakmac | 03/01/2015

« Il les interprète comme les paroles d’Allah. » Si j’ai bien compris, vous renoncez au caractère sacré du Coran. C’est tout à votre honneur.

En revanche, vous adhérez au récit religieux de Mahomet. « Il lutte contre les corrompus, contre les pervers, contre tous ceux et celles qui veulent sa perte ».

Corrompus et pervers, ce sont des qualificatifs utilisés dans le Coran contre tous ceux qui ne sont pas adeptes de l’islam. Et selon le prophète , il faut combattre ces condamnés à l’enfer par le djihad.

Je ne comprends pas que vous puissiez présenter une vision aussi idyllique de Mahomet. Je vous conseille la biographie de Tilman Nagel dont je me suis fait l’écho ici: http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/apps/search/?s=Nagel

Comme chef de guerre, vous l’exonérez: « Il abandonne la non-violence (c’est moins choquant que: il devient violent) parce qu’Allah l’aurait informé que s’ils renonçaient à combattre, lui et sa communauté, les musulmans seraient rayés de la terre ».

A partir de ce postulat, comment peut-on en vouloir à ce prophète de faire assassiner des opposants politiques, de faire torturer puis décapiter un juif qui refuse d’indiquer la cache d’un trésor et de violer sa veuve le jour-même, de participer à l’égorgement de centaines de juifs, de vendre en esclavage les femmes et les enfants ? Sur le plan des mœurs, il faut aussi comprendre sa décision de remplacer le fouet pour les adultères (Coran) par des lapidations -il en ordonne plusieurs-, de condamner à mort les apostats, d’autoriser la polygamie, la répudiation, etc. etc.

Que de travail pour remettre Mahomet -que vos coreligionnaires idolâtrent et qu’ils tentent de nous interdire à nous aussi de critiquer- dans le contexte historique !

Cela dit, vous ne m'expliquez à aucun moment, me semble-t-il, ce que vous trouvez de beau à cette religion.

Écrit par : Mireille Vallette | 04/01/2015

Et il est fort dommage que la Suisse romande, .... ne le connaisse pas davantage."

Ils ont H Ramadan et est plus préoccupée par Israël.....

" ou ont une double morale: ils disent publiquement quelque chose "

Les journalistes aussi!

"Il ne cesse de répéter que les musulmans de Suisse n’ont pas à importer les conflits existant à l’étranger, y compris la question israélo-palestinienne" "«Il ne faut pas fermer les yeux lorsque des Palestiniens se conduisent de manière inhumaine.»"

Qu'il se rassure! La question israélo-"palestinienne" outre H. Ramadan, l'est par certains blogueurs hamasuisses qui ferment les yeux pour diaboliser Israël!

Et sur le djihad: «C’est un anachronisme,..... J’appelle les musulmans à se concentrer là-dessus.»

Et à se déconcentrer de ce que leur inculque l'islamiste H Ramadan!

"Nous devons établir des priorités différentes et résoudre les problèmes qui nous touchent directement: le travail, l’éducation et la santé.»"

C'est le cadet de soucis des Frères Ramadan! Leur priorité est la continuité du flambeau des Frères Musulmans dans la haine d'Israël qu'ils portent à bout de bras. Tariq R, a pris depuis des années son bâton de pèlerin pour la transmettre à la jeunesse arabomusulmane à travers le monde, et sur internet. Hani R c'est sur ce blog. Sans oublier les vidéos!

"«On peut garder son identité,...." Pour H. Ramadan, c'est le prosélytisme! Les jeunes chrétiens suisses apprennent que:
"Le Coran proclame la restauration d'un monothéisme authentique, dépouillé des influences corruptrices du judaïsme et du christianisme. Il prescrit à chaque homme de se soumettre ou s'en remettre à Dieu (...)
http://www.herodote.net/622_an_1_de_l_Hegire-synthese-7.php

"«Nous vivons dans une société libre et démocratique."

Que H Ramadan aimerait islamiser!

J'aimerais un débat entre les Ramadan et Mustafa Memeti !

Bonne Année 2015 Madame!

Écrit par : Patoucha | 03/01/2015

"Ils disent publiquement quelque chose et pense le contraire dans leur cœurs
Justement ???"

Écrit par : norbert maendly | 03/01/2015

@G.Vuilliomenet

« C'est nouveau ça! Il existerait plusieurs islams!».

Comme il existe plusieurs cultes catholiques, qui sont significativement plus nombreux.

Écrit par : Chuck Jones | 03/01/2015

@Pachakamac

Brillante apologie sur la restauration d'un contexte historique de l'Islam.
Un modèle à donner à des élèves du programme d'histoire et d'éducation citoyenne du cycle d'orientation.
Le versez vous dans le domaine public ?

Écrit par : Chuck Jones | 03/01/2015

@norbert maendly

"Justement" quoi ?

Écrit par : Chuck Jones | 04/01/2015

Chuck Jones, mon blog est du domaine public. Il est gratuit et mes commentaires le sont aussi. En fait, la version Internet de mon travail profite à tous sans aucun argent à débourser. Pour le moment, il n'existe point de version papier regroupée dans un livre...qui serait alors payante:-) Je n'écris pas une bible ou un Coran ;-) et je ne fais pas de prosélytisme. Si un jour, mon travail connais un réel succès de librairie, il y a des tas de choses intelligentes, justes, et démocratiques, à réaliser avec l'argent récolté. Donc, vous pouvez vous servir. Nos intelligences sont faites pour être mises en commun et voyager à travers le monde. Si un pauvre ne peut pas posséder la bibliothèque d'Alexandrie, du moins il a presque encore davantage, et plus écolo, grâce à Internet. C'est extraordinaire comme outil, le web ouvert. Si seulement nos enfants apprenaient davantage le bon usage d'Internet, celui qui rend plus cultivé et plus intelligent, plus humain et plus habile, et non celui qui sert à consulter du gag, des buzz, des échanges et des insultes racistes, du cul obsessionnel à longueur de journée, et des tas de choses finalement assez nocives et polluant nos cerveaux. Mais je suis optimiste. internet vient de naître au regard de l'Histoire des êtres humains. L'Humanité devrait être capable de bien mieux d'ici quelques siècles si elle résiste à son auto-destruction...

Écrit par : pachakmac | 04/01/2015

Une précision, Mireille. La lutte contre la corruption et la perversion (je parle ici de perversion visant à faire du mal, pas celle, parfois douce et excitante, que l'on connaît dans certaines situations intimes...). Je crois que cette lutte est aussi le propre des démocraties, Suisse en première. Donc, je n'en fais pas un combat religieux ou islamique. Mais un combat pour le bien de la communauté en général et de l'individu en particulier. Et quand je parle de corruption, je ne parle pas de petits cadeaux visant à entretenir la bonne diplomatie entre pays, voir l'amitié entre les peuples.

Écrit par : pachakmac | 04/01/2015

Pour les faits de guerre de Mahommet, je me réfère aux conflits généraux entre tribus de l'époque. Comparons les guerres du Prophète pour la survie des siens avec les guerres entre tribus indiennes d'Amérique du Nord. Un grand chef Sioux et le chaman de la communauté étaient-ils d'horribles personnes parce qu'elles combattaient leurs ennemis identitaires en scalpant les hommes et prenant de force les femmes survivantes? C'était le temps, c'était l'époque que notre temps à nous, nos démocraties ne permettent plus...du moins de puis très peu de décennies... Et sur le terrain des guerres, nous savons bien que des soldats occidentaux commettent des horreurs non autorisés par la loi de la guerre...

Pour la beauté de l'islam, je me réfère, comme pour le christianisme par exemple, à ce qu'il a créé de magnifique dans le coeur des femmes et des hommes éclairés par cette religion. Pour la crasse, les horreurs, les boucheries, les viols, l'esclavage drainé par cette religion, je préfère que l'on parle des hommes et des femmes qui se sont permis de commettre ces atrocités gratuites pour augmenter leur pouvoir par la crainte exercée et la soumission. Se servir de la spiritualité à mauvais escient n'est pas de mes combats. Je vise à la liberté des femmes et des hommes. Pas à leur soumission et à la crainte d'un dieu qui les enverra en enfer s'ils ne font pas ceci ou cela. Je reprends un seul passage du Coran qui pour moi fait référence universelle: "Nulle contrainte en religion". Chacune et chacun est responsables de ses comportements et de ses choix de vie comme de sa pratique religieuse ou simplement spirituelle. Ce que Dieu nous dira (ou pas, je me laisse le droit du doute de l'inexistence de Dieu) à notre mort est de l'ordre de l'au-delà. Pas de la vie terrestre.

Écrit par : pachakmac | 04/01/2015

S'il existe des imams tels que Mustafa Memeti, alors tout espoir n'est pas perdu de voir l'islam évoluer.
Le changement viendra des femmes et par les femmes quand bien même cette "prédiction" semblera complètement utopique à tous ceux qui souhaite voir l'éradication de l'islam, souhait d'ailleurs encore bien plus utopique que son évolution...

Écrit par : Michel Sommer | 04/01/2015

Vraiment?

Tout d'abord, Musutafa Memeti ne représente qu'une infime minorité des imams qui semble moderniste, progressiste. Je dis bien qui semble car on peut, comme le prestidigitateur, agiter une main pour détourner l'attention des spectateur pour faire son petit tour de magie. L'islam autorise le mensonge si c'est pour la bonne cause, il faut garder cela en mémoire.

Quant à affirmer péremptoirement que c'est une utopie d'espérer que l'islam disparaisse, je ne m'y avancerais guère:

https://www.youtube.com/watch?v=Zowx8ycJnAw

Les musulmans sont les premières victimes de la version active de l'islam, l'islamisme, chacun connaît aujourd'hui la formule l'islam est l'islamisme au repos. Il est donc normal que ceux qui arrivent à se sortir de ce carcan mental se posent des questions sur cette pseudo-religion inventée par les Abbassides. A se demander pourquoi tant de réticences de la part des dirigeants musulmans pour donner accès à des documents et aux fouilles qui mettent en danger les fondements mêmes de l'islam. Voir les travaux d'Edouard-Marie Gallez synthétisés par Olaf de Paris (contributeur de postedeveille.ca) ainsi qu'un ouvrage paru il y a quelques mois "Les trois visages du Coran" de Leila Qadr et Arrun Amine Saad Edine.

https://www.youtube.com/watch?v=ELtzTd3dtVA#t=1699

https://www.youtube.com/watch?v=6uOKexZoeKM


Et je finirai par les propos de deux personnages qui devraient faire réfléchir nos pseudos intellectuels dont le principal but est de faire croire que l'islamisation insidieuse est un fantasme. Répéter un mensonge un millier de fois, il deviendra vérité, il me semble que c'est à peu près en ces termes que Goebbels disait.

« Les Nazis sont les meilleurs amis de l’islam. » (Grand Mufti de Jérusalem en 1943).

« Je n’ai rien contre l’Islam, parce que cette religion se charge elle-même d’instruire les hommes, en leur promettant le ciel s’ils combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille: bref, c’est une religion très pratique et séduisante pour un soldat. » (Heinrich Himmler – Reichführer SS / 1900-1945)

Écrit par : G. Vuilliomenet | 05/01/2015

Les commentaires sont fermés.