11/02/2015

Faire place à l’islam: l’insatiable activisme de Mohamed Karmous

Mohammed Karmous a bien mérité d’Allah. Ce discret Franco-Tunisien devenu Neuchâtelois est proche des Frères musulmans. Il anime et a créé une dizaine d’organisations islamiques.


En juin dernier, Mohamed Karmous reçoit un chèque de 140.000 dollars des mains de l’ambassadeur du Koweït en Suisse Bader Al-Tunaib (cf photo). L’agence koweitienne qui publie la nouvelle explique que le pays entend ainsi contribuer à la «construction d’un centre culturel islamique en Suisse» censé comme les autres «renforcer la conscience à propos de l’islam».

Pour le Koweitien, cet acte fait partie du «soutien philanthropique du pays aux musulmans dans de nombreuses parties du monde». Quelques mois plus tôt, son ambassadeur au Canada a offert à Samer Majzoub, un leader de la Confrérie des Frères musulmans au Québec 76.000$ pour l'école musulmane qu'il a fondée à Pierrefonds, un quartier de Montréal. Depuis une dizaine d’années, les Frères musulmans sont très influents dans la politique du Koweit.

Quel est le bénéficiaire de ce don en Suisse? «L’Institut culturel musulman de Suisse, répond Mohamed Karmous don.jpgKarmous joint par téléphone. Nous avons acheté un bâtiment en 1999. Nous avons d’abord aménagé un centre polyvalent et nous voulons créer un Musée des civilisations de l’islam. Le don est destiné à ce musée.» Devisé à 7 millions de francs, il devrait ouvrir ses premières salles à la fin de l’année.

Le projet de musée date de 2000. «C’est le projet de ma vie», confie Nadia Rachedi Karmous à L’Express-Impartial le 25 septembre 2009. Les financiers sont plutôt des financières, précise-t-elle, des femmes domiciliées dans les pays du Golfe. Mais les fonds sont difficiles à recueillir.




Contrairement à son mari qui s’exprime très rarement dans la presse, Nadia Karmous, présidente de l’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse s’y répand volontiers. Partisane du foulard et de l’habit qui doivent cependant laisser paraitre «le visage et les mains», défenseure du burkini comme signe d’intégration et de richesse pour notre société, amatrice de ségrégation aquatique (elle a loué une piscine pour femmes durant quelques années), créationniste convaincue. Et très lucide en 2004 sur l’évolution de sa religion: «Pour nous,il n’y a pas de montée de l’islamisme, mais plutôt une montée de lislamophobie».

La ligue et les Frères musulmans

Pour en revenir à Mohamed Karmous, peu de musulmans auront autant fait pour la diffusion de l’islam en Suisse. Notre recherche a commencé avec la découverte d’une propriété achetée par le couple, dont nous nous demandions si elle allait être utilisée comme mosquée. Ce n’est pas le cas, nous assure le Neuchâtelois.

Mohamed Karmous affirme aussi qu’il n’est pas Frère musulman. Etonnant. Il commence sa mission prosélyte par la création en 1997 à Neuchâtel de la Ligue des musulmans de Suisse (LMS) qu’il présidera une dizaine d’années. En 2002, comme indiqué dans «Islamophobie ou légitime défiance ?» (1), la LMS se dit membre de l’Union des organisations islamistes en Europe (UOIE) qui fait partie de la mouvance des Frères musulmans.

La LMS cite aussi à cette époque comme une de ses références un «Recueil de fatwas» sidérant d’intolérance et de sexisme, réalisé sous la houlette du très fanatique idéologue mondial de la Confrérie, Youssouf Al Qaradawi.

En 2007, la LMS invite à son congrès consacré à l’intégration des musulmans le cheik saoudien Salman Fahd al-Awda. L’invité a défendu la guerre sainte en Irak et légitimé les attentats suicides contre les «mécréants». Il s’adresse à Ben Laden en l’appelant «Frère». Berne refuse le visa à ce sulfureux intégrateur.

Autre invité: Ahmed Jaballah, co fondateur de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, mouvance des Frères musulmans), membre du Conseil européen pour la fatwa et la recherche. Youssef Ibram, alors imam de la mosquée de Genève, est aussi de la partie. Il est également membre du Conseil des fatwas moyenâgeuses et prône un islam fossilisé.

Des jalons pour le paradis

Mohamed Karmous ne s’arrête pas là. Outre son apport à la création de l’Institut Culturel Musulman de Suisse, il fonde en 2002 le Centre socio-culturel des musulmans de Lausanne (actuellement à Prilly) dont il est président depuis lors. La LMS a migré en 2008 dans ce centre vaudois, sis à l’avenue, ça ne s’invente pas de la Confrérie.

Notre activiste est aussi vice-secrétaire depuis 2004 de la Comunità Islamica nel Cantone Ticino. En décembre 2009, il participe à la création de l'Organisation européenne de bienfaisance islamique qui œuvre en Europe et en Afrique. Son premier but : «Développer un travail de bienfaisance comme moyen de développement durable». Il en est le président, avec domicile à l’Institut culturel musulman de Suisse.

En 2010, il lance la Fondation Euro-Suisse MITHAK au capital initial de 50.000 francs, dont il est aussi président (adresse à son domicile). Premier but cité: «améliorer la présence des musulmans en Suisse et en Europe dans le cadre de la tolérance, la cohabitation et le respect». La même année, il crée avec le Koweitien Abdullah Alkandari l’Union Islamique des Enseignants, sise à la même adresse que la précédente, syndicat international aux buts ambitieux dont il est secrétaire général.

En 2010 aussi, il co-crée la Fondation d’œuvres à rayonnement socioculturelles (FORS) au capital initial de 10.000 francs qui entend «contribuer à la vie culturelle et sociale du canton de Neuchâtel; abolir les barrières des préjugés et d'ignorance à travers l'échange et le dialogue…» C’est le septième don offert au Très Puissant. (2), sans compter son apport à l’association de son épouse.

Ségrégation

Tous ces mouvements ont pour la galerie une copieuse salade de buts (je vous les donne dans leur intégralité en annexe). Ils œuvrent pour l’islam, la bonne entente entre les peuples et mille autres objectifs dont certains correspondent harmonieusement avec les attentes de nos autorités assoiffées d’intégration. Ce qui frappe tout de même, c’est cette volonté d’offrir au croyant un maximum d’opportunités: liens sociaux, culturels, aides, formations, prévention et sortie de la délinquance... Tout tout tout afin d’éviter le pire: que le musulman s’éloigne de l’islam. Concrètement, les enfants sont particulièrement gâtés avec soutiens scolaires, activités de loisirs, camps, etc.

Alors que les organismes chrétiens se sont éloignés de toute ségrégation religieuse (exemples: Centre social protestant et Caritas), l’islam tente de recouvrir un maximum d’entre eux. Les associations islamiques sont animées par des musulmans pour les musulmans.

Il faut aussi se souvenir que l’islam, ce n’est pas seulement la pratique du culte (profession de foi, prières, jeûne, aumône, pèlerinage), c’est vivre à l’islamique dans tous les aspects de sa vie : habillement (des femmes surtout), nourriture, famille, éducation, finance, interdits multiples, dont sexuels, prohibition de toute critique de la religion et interdiction de la quitter, prosélytisme, etc. Au final, le souhait d’un vivre ensemble qui consiste à vivre entre soi.

L’orthodoxie ou le mensonge par dissimulation

Derrière ces objectifs se profile un islam parfaitement orthodoxe. Les sites de l’Institut culturel musulman de Suisse et de l’Association de Nadia Karmous décrivent le Coran comme la «transcription complète et exacte de la parole de Dieu». Et ils répètent ce conte de fée: «La ville de Médine fut pour Mohammed et pour les musulmans un havre de paix et de sécurité d'où l'Islam a pu s’étendre.» On passe à l’as les multiples expéditions du chef de guerre et les épisodes criminels de son règne. Et le texte commence par la Fatiha par laquelle le croyant implore Allah 17 fois par jour de ne pas le diriger vers ceux qui «encourent la colère de Dieu» (les juifs) ou vers «les égarés» (les chrétiens).

Avec ce Coran édulcoré et ce Mahomet exonéré, les associations peuvent se gargariser de tolérance, de respect et de dialogue interreligieux. Les centaines de versets qui incitent à combattre toutes les religions autres que l’islam et condamnent leurs adeptes à l’enfer ne sont jamais évoqués.

Sur le site du Complexe culturel des musulmans de Suisse, on peut lire : «De la sorte, le Coran dont nous disposons aujourd'hui est identique à celui qui lui fut révélé. Pas une seule phrase n'a été altérée….» Ce qui est à la fois profondément inquiétant vu le contenu de tant de versets, et historiquement absurde. Mais très pratique pour les sirènes du «pasdamalgame» qui retentissent  rituellement à propos des horreurs commises au nom de l’islam.

Tant que ces musulmans nous feront le coup du Coran et du prophète parfaits en dissimulant soigneusement la réalité de leurs textes, il est légitime de s’en méfier, voire de les combattre, démocratiquement s’entend.

Le Locle et plus généralement le canton de Neuchâtel, eux, sont dépourvus de toute méfiance. Afin de remercier le couple de son incomparable apport à la diversité culturelle, ils leur accordent la naturalisation en novembre 2010.

Mohamed Karmous, décidément infatigable, est aussi président de conseil de la fondation suisse Wakef qui rassemble les principaux responsables d’organisations islamiques de Suisse et dont le but est de construire, d’acheter et d’assainir les lieux de culte musulmans en Suisse. Depuis 2011, il est aussi l’un des deux administrateurs de l’entreprise F.M. Duroy SA à La Chaux-de-Fonds. Elle fabrique et commercialise des produits horlogers, des produits de petite mécanique et électronique et elle gère et exploite des immeubles. Enfin, notre Neuchâtelois est professeur de génie électrique à la Haute école spécialisée de Suisse occidentale-ARC.

Au final, Mohamed Karmous a été à l’origine de la création de six organismes islamiques et est actif dans trois autres. S’il n’a pas mérité le paradis, c’est qu’Allah est bien ingrat.

P. S : Genève abritait une fondation comprenant Al Qaradawi

Il existait à Genève une fondation à laquelle n’a pas appartenu Mohamed Karmous, mais où siégeait le fanatique idéologue des Frères musulmans Youssef Al Qaradawi. Créée en 1987, l’International Islamic Charitable Organization, Sharq Koweit, succursale de Meyrin comprenait une belle brochette de ressortissants moyen-orientaux. Sur une vingtaine de membres, deux habitent en Europe et un seul est Suisse (mais les deux noms sont aussi arabes).(3) Elle était encore active en 2001 et a été radiée par cessation d’exploitation en 2010. Ses buts sont typiques de ces associations de bienfaisance qui cachent souvent des objectifs peu avouables: « aider les nécessiteux, les malades, les orphelins, les victimes de catastrophes et de famines, diffuser la culture islamique et faire connaitre les principes de l'éthique de la religion islamique ».

Qu’a-t-elle fait ? Combien de nécessiteux et d’orphelins aidés ? Mystère.

(1)pp. 76-79 et 91

(2) Informations tirées des Registres cantonaux du commerce, sauf pour les  associations de Nadia Karmous et de l’Institut culturel musulman de Suisse qui n’y sont pas inscrits.

(3)Les fondations à caractère international doivent comprendre au moins un membre qui soit ressortissant suisse ou d'un Etat membre de l'Union européenne ou de l'AELE, domicilié en Suisse.

 

Objectifs des associations et fondations

Comunità Islamica nel Cantone Ticino (association, Lugano)

Promouvoir la pratique religieuse musulmans afin que les musulmans aient la possibilité de pratiquer leur culte; approfondir la conscience religieuse islamique et la volonté d'aider les autres; consolider les liens sociaux et culturels de ses membres selon les principes de la religion islamique; fournir une assistance aux musulmans vivant en Suisse et particulièrement au Tessin; sensibiliser à la culture islamique; promouvoir les liens avec d'autres associations et institutions islamiques; permettre aux musulmans de s’acquitter de leurs devoirs religieux envers eux-mêmes, leurs familles et les communautés dans lesquelles ils vivent par la mise en œuvre de dialogues ouverts et l'établissement d'un climat de coopération, de respect et d’harmonie associé à la discipline. (Voir photos: armada de foulards pour petites et grandes ou le sexisme magistralement assimilé. Sur la page d’accueil actuelle, une conférence alléchante: «L’Europe a été civilisée par l’islam». Point positif: les sermons du vendredi sont publiés.)

Union Islamique des Enseignants (association, La Chaux-de-Fonds)

Défendre les droits syndicaux et professionnels des organisations membres; soutenir tout système politique, juridique ou éducatif allant dans le sens du renforcement de la protection des droits professionnels et syndicaux des enseignants; promouvoir la profession d'enseignant dans tous les Etats membres; coopérer avec les organisations internationales et régionales concernées par l'éducation et l'enseignement; organiser des conférences et séminaires éducatifs régionaux et internationaux et participer aux activités éducatives internationales; organiser des échanges réciproques entre les organisations membres dans le but d'améliorer les niveaux de chacune des associations; publier des informations à caractère éducatif, les recherches scientifiques et les diverses activités des organisations membres.

Ligue des musulmans de Suisse (LMS). Prilly, Vaud.

Servir les musulmans de Suisse et veiller à promouvoir leurs intérêts. Favoriser une intégration positive des musulmans au sein de la société suisse, basée sur une conciliation entre l'identité religieuse et les exigences de la citoyenneté. Contribuer au traitement des différentes formes de délinquance, dépendance, criminalité et d'extrémisme dans la société. Aider à renforcer les valeurs de la liberté, la justice, l'égalité et le respect des droits de l'homme ainsi que la paix sociale. Répandre les valeurs du dialogue dans une atmosphère caractérisée par la tolérance et la reconnaissance du droit d'autrui à l'existence et à l'expression. Favoriser la connaissance réciproque et le dialogue entre les différentes cultures et religions et la coopération afin de tisser les liens d'amitié et préserver le respect entre les peuples. Promouvoir la pensée, la créativité, les études et les recherches dans le domaine de la civilisation islamique. Etablir des liens d'amitié et de coopération avec les organisations de même vocation. Œuvrer pour une reconnaissance de la religion musulmane. Faire connaître les valeurs humaines civilisationnelles de l'Islam. 

Complexe socio-culturel des musulmans de Lausanne (Prilly, VD)

Permettre la rencontre entre les membres de la communauté musulmane et leur offrir un cadre de vie spirituelle et socioculturelle islamique, en harmonie avec la société suisse à laquelle ils appartiennent; doter la communauté musulmane de Lausanne d'une infrastructure adéquate qui répond à ses spécificités musulmanes et veiller à la bonne marche d'une telle infrastructure; développer des relations d’amitié, de cohabitation et de dialogue avec les autres religions; promouvoir de bonnes relations et une étroite collaboration avec d'autres institutions, associations et organismes musulmans et non musulmans.

Institut culturel musulman de Suisse (La Chaux-de-Fonds, NE)

Permettre aux personnes désireuses de connaitre l'Islam, son histoire et ses civilisations, à travers l'art et les livres mais aussi grâce à la diversité et à la communication, en s'instruisant et en découvrant les richesses de toute une Culture. L'ICMS est un espace ouvert, un lieu d'échange des savoirs, de partage et de dialogue afin de mieux connaitre cette religion et ceux qui la composent, autrement que par la voie des médias et des faits divers.

Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse (La Chaux-de-Fonds, NE)

Réunir les efforts des femmes musulmanes afin de réaliser un travail commun et bien organisé dans la fraternité et l'amitié; organiser des activités culturelles, éducatives et sociales à grande et petite échelle; élargir et développer l'échange culturel entre les musulmanes et les non-musulmanes, dans l'amitié et le respect mutuel; établir un dialogue par des liens d'amitié et de coopération avec les associations féminines non musulmanes en Suisse ainsi qu’un dialogue inter-religieux avec des organisations chrétiennes.
Défendre et représenter les intérêts de l'Islam et des musulmanes; défendre les Droits de l'Homme, combattre l'injustice et les attaques portées aux femmes musulmanes et non musulmanes; participer aux actions humanitaires, surtout celles qui touchent directement les femmes et les enfants.

Fondation Euro-Suisse Mithak (Le Loche, NE)

Améliorer la présence des musulmans en Suisse et en Europe dans le cadre de la tolérance, la cohabitation et le respect; aider la famille à jouer son rôle dans l'éducation de la nouvelle génération tout en s'attachant à son identité; la formation de cadres spécialisés dans le travail social et culturel; mener un travail de prévention contre la délinquance, la toxicomanie, la criminalité, l'extrémisme et toute autre manifestation négative dans la société; la formation et la réhabilitation sociale des délinquants ou de ceux qui connaissent des difficultés particulières; former et encourager les jeunes musulmans à contribuer positivement dans la société; développer l'échange et le dialogue entre les cultures à travers un travail d'information sur l'Islam à la fois comme religion et civilisation; établir des ponts de communication entre la jeunesse musulmane en Occident et celle des pays musulmans.

Fondation d’œuvres à rayonnement socioculturelles (FORS, Le Locle)

Contribuer à la vie culturelle et sociale du canton de Neuchâtel; abolir les barrières des préjugés et d'ignorance à travers l'échange et le dialogue; sensibiliser et encourager les musulmans à contribuer à l'animation socioculturelle de la région Neuchâteloise; organisation des expositions, des manifestations, des ateliers, des cours, des conférences, des séminaires, des colloques ou toutes autres activités dans lesquelles un dialogue entre art, culture et spiritualité puisse s'engager; établir des ponts de dialogue, d'information et d'échange entre les institutions sociales et culturelles du canton de Neuchâtel et celles du monde musulman, notamment à travers des partenariats dans les domaines muséologique, artistique, scientifique, en plaçant toujours l'humain au cœur des priorités; offrir un service de médiation favorisant la résolution de mésententes, de dilemmes, de querelles, de conflits et ses synonymes; constituer des programmes d'activités plurielles et d'occupation pour favoriser et encourager l'insertion sociale et professionnelle, destinées à l'ensemble des personnes bénéficiaires de prestations sociales et autres; traduction et publication de livres pouvant contribuer à enrichir les connaissances de la population sur l'Islam et la culture musulmane; création des lieux spécialisés et d'entreprises d'utilité publique; encadrement et encouragement des jeunes à jouer un rôle dans la vie sociale et culturelle de la société tout en les sensibilisant à une économie respectueuse de l'environnement.

Organisation européenne de bienfaisance islamique (association, La Chaux-de-Fonds, NE)

Développer un travail de bienfaisance comme moyen de développement durable; maintien et renforcement d'un réseau de partenaires au niveau national et international; œuvrer pour le développement durable dans les pays pauvres en Afrique, notamment en construisant des écoles et en luttant contre l'illettrisme; soutenir financièrement les étudiants dans leur cursus universitaire et académique; acquérir, construire et renouveler les bâtiments ou autre lieux afférents aux activités religieuses, culturelles, sociales et éducatives des musulmans et des musulmanes; venir en aide aux orphelins, aux personnes nécessiteuses et aux handicapés.


Déjà paru dans Les Observateurs.


 

18:11 Publié dans Islamisation, Suisse | Tags : mohamed karmous, neuchâtel, associations musulmanes | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

Où ici ne reste que le coeur du truc des trucs: le pognon.

Où se pose la question quant au droit, dans nos Etats-canton laïcs comme en la République et Canton de la Vile de Genève, où la non transparence règne, avec

- l'attribution de fonds sociaux en soutien d'assoces pour activités religieuses
- opacité idem, au niveau du montant des subsides versés à x assoces de religions X, payées "pour la paix des peuples" mais à leur insu par les contribuables

subsides que reçoivent assoces de migrants ou leurs supports et ce, pour effectuer quelles activités ? même supposées religieuses

- reste la question du contrôle de l'usage des fonds financés par l'ensemble des contribuables, versés à d'opaques associations ou institutions religieuses

- ainsi que la question du contrôle par nos élus, de ces associations religieuses bénéficiaires du financement de tous contribuables

contribuable qui n'a pas conscience ni connaissance qu'il participe sans le décider, au fonctionnement d'une association religieuse.

l'absence de transparence quant à l'emploi des ressources des contribuables, sert de caisse noire dans les services sociaux, aux partis socialistes tout comme à tout autres sous-assoces au bénef d'ultras vraiment toxiques


On est au quart du XXIe siècle, mais aux débuts de faire le ménage

Écrit par : genevois déshérité | 11/02/2015

La lecture des buts de ces associations est très instructive. (Touches Ctrl et + du pavé numérique pour agrandir l’affichage). Premier objectif de la première association listée : « Promouvoir la pratique religieuse musulmane afin que les musulmans aient la possibilité de pratiquer leur culte ». En ce qui concerne l'islam, la frontière est ténue entre la "possibilité" et l'"obligation" de pratiquer. Toutes ces associations visent à renforcer la mainmise de l’islam sur le moindre détail de la vie de ceux que les leaders considèrent comme soumis par naissance. Les enfants pris en charge par ces groupes n’ont aucun moyen d'échapper au lavage de cerveau. Ils deviendront de bons petits musulmans, sectaires à souhait et méfiants voire hostiles vis-à-vis de leur environnement suisse.

Écrit par : Laurence | 12/02/2015

espérons que vos billets et infos soient lus et pris en compte
par nos élus-responsables, dont le devoir est de respecter leurs engagements envers notre démocratie républicaine laïque.
d'appliquer nos lois
et de développer celles qui le doivent, auquel les y contraint leurs engagements constitutionnels.

Écrit par : genevois déshéritég | 14/02/2015

Quel est le lien avec les frères musulmans genevois; les frères Ramadan ?

Écrit par : archi-bald | 15/02/2015

Il me semble bien qu'en 2002, Hani Ramadan faisait partie du comité de la Ligue des musulmans de Suisse dont Karmous était président. Karmous s'est défilé lors de la Tribune du Monde sur la lapidation afin de ne pas condamner H. Ramadan. Aujourd'hui, ils se côtoient dans la fondation Wakef consacrée aux lieux de culte.
Je n'ai pas d'autres informations, mais je ne doute pas que ce petit monde s'entend comme larrons en foire.

Écrit par : Mireille Vallette | 15/02/2015

Je pense que les autorités suisses se contente de les "surveiller".... Mais est-ce assez? Car entretemps, le travail se fait en catimini et ce que les autorités "doivent" savoir, ils le sauront selon la taqyia - double langage - avec lequel ils endorment les politiques.

Bonne soirée Madame.

À regarder: regarder M6 "ENQUÊTE EXCLUSIVE"

Écrit par : Patoucha | 15/02/2015

De mémoire, Mme Nadia Karmous est la soeur des frères Ramadan.
M. Ramadan qui nous lit certainement corrigera si je me trompe.

Écrit par : archi-bald | 15/02/2015

Ils sont intégrés......

Au moins 500 personnes ont participé vendredi à l’enterrement du terroriste palestinien auteur des attentas de Copenhague. TheLocal.dk

http://youtu.be/vhDqGcfFAeQ

NB La correction de " Je pense...se contentent ... n'est pas passée. C'est fait!

Écrit par : Patoucha | 23/02/2015

Les commentaires sont fermés.