31/03/2015

Le Coran et moi

Le Coran et moi nous fréquentons depuis une trentaine d’années. Je l’ai beaucoup consulté, mais je ne l’avais jamais lu de A à Z. J’ai pratiqué récemment l’exercice. Et franchement, il est ardu.


J’ai revu des facettes connues et en ai découvert d’autres. J’en ai choisi quelques-unes en toute subjectivité. C’est une lecture d’athée imprégnée des lumières du XXIe siècle. Puisque le Coran est la parole de Dieu sans intermédiaire, parfaite et limpide, le livre saint devrait tenir la route.

Les mots en italique sont tirés du texte.*

Le Coran est un livre qui fulmine. Il est empli d’éclairs et de coups de tonnerre, de menaces épouvantables, d’imprécations. L’insistante répétition des châtiments promis aux incrédules alterne avec la répétition tout aussi fréquente des délices prédites aux soumis.

Mes amis chrétiens ont reçu la Bible, mes amis juifs la Thora. Allah l’assure: la Bible était un livre musulman, la première révélation. Ça ne se voit plus très bien, car mes amis l’ont falsifiée. Le Coran rectifie et complète. C’est un livre aux versets clairs, un Coran arabe destiné à un peuple qui comprend. L’erreur ne s’y glisse nulle part. Les 700 pages qui lui sont consacrés en comprennent tout de même 300 pour les notes et explications.*

Pour Allah, nous autres incrédules commettons le crime inexpiable : nous ne croyons pas à sa religion. Ce qui fait de nous des pervers, semblables à du bétail contre lequel on vocifère. Il nous déclare même: «Soyez d’ignobles singes!». «Les pires bêtes au regard de Dieu sont les sourds et les muets qui ne comprennent rien.» Est-ce là un langage digne d’un dieu? Logique en tout cas qu’il soit interdit aux disciples du prophète de se lier d’amitié avec nous. Mais pas logique que tant d’adorateurs de ce livre viennent vivre dans notre étable qu’ils se doivent de détester.

Allah fait tomber sa malédiction sur nos têtes, il incite ses croyants à jeter l’effroi dans nos cœurs, à frapper sur nos cous. Il jettera l’épouvante chez ceux qui associent Dieu à d’autres divinités comme Jésus. Donner un fils à dieu est monstrueux, une chose abominable, impardonnable.

Il a métamorphosé notre fils de Dieu en prophète de l’islam. Pour lui, il n’a jamais été crucifié. Ainsi réformé, Allah lui attribue un grand et beau rôle. En revanche, si l’on en croit de nombreux versets, il a une sacrée aversion pour les juifs, qui ont rompu un pacte et tué leurs prophètes. Que Dieu (oui, souvent, Allah parle de lui à la troisième personne) les anéantisse, ils sont tellement stupides !

Allah le répète sans se lasser, il nous donne des indices, des preuves qu’il dit la Vérité, il les appelle des signes. Les signes, c’est toute la création, la nuit, le jour, les plantes, les bienfaits de ce monde... Et les cités qu’il a détruites. C’est un argument redoutable pour faire retrouver le bon chemin aux indécis : il a détruit des peuples entiers, les a engloutis, mis en pièces. Il décrit longuement ces cataclysmes divins et y revient souvent. Tant d’hommes sont morts alors qu’il leur avait envoyé des prophètes avec des preuves.
Le nom de certains de ces prophètes est familier aux adeptes du premier Livre: Noé, Adam, Abraham, Moïse, Isaac, Jacob… Pour Allah, ce sont d’excellents musulmans qui prêchaient la vraie religion, mais que les polythéistes et autres transgresseurs ont traités de menteurs. Alors Dieu s’est fâché. Le déluge, Sodome et sa pluie de pierres, Pharaon noyé avec son armée dans la Mer Rouge, et d’autres récits aux résonances familières, c’est lui. Que de cités nous avons détruites!
Ces récits illustrent sa formidable puissance et doivent faire réfléchir à deux fois ceux qui persistent à croire à d’autres dieux.

Evidemment, si nous sommes insensibles à ces arguments, ça va finir mal. Au Jugement dernier, Dieu nous réserve un châtiment ignominieux, terrible. Nous serons conduits à la Géhenne comme un troupeau à l’abreuvoir. Enchaînés, abreuvés d’eau bouillante, couverts d’opprobre. Nos yeux se fixeront d’horreur. Nous serons le combustible de la Géhenne, demeure éternelle. Dieu est terrible dans son châtiment.

Une épée de Damoclès pèse sur ceux qui tenteraient de dissimuler leurs méfaits: Dieu voit tout, sait tout, entend tout, connait le contenu des cœurs. Dieu est parfaitement informé.

Inversement, Allah ne cesse de rappeler les bienfaits du paradis pour ceux qui le croient et le craignent. Quiconque, homme ou femme, fait le bien en étant croyant… Voilà ceux qui entreront au Paradis. Le paradis est un jardin où coulent des ruisseaux. Attrayant pour les gens du désert, moins pour les habitants des Alpes ou du Nord. Les hommes seront gâtés question libido, ils y trouveront des épouses pures, des houris aux grands yeux, vierges aimantes et d’égale jeunesse.

Mais même au paradis, rien n’est promis aux femmes des plaisirs variés de la chair. Les élus auront aussi ce que Dieu condamne comme jouissances éphémères sur terre, ils seront parés de bracelets d’or et d’argent, vêtus de soie, de satin et de brocart, accoudés sur des lits d’apparats ; des éphèbes les serviront. Ils boiront une eau limpide et délicieuse et pourront enfin goûter à des fleuves de vin. Tous ces plaisirs bien sûr garantis pour l’éternité.

Il se dit miséricordieux, puissant, sage, juste, mais il est bizarre. Il égare qui il veut, place qui il veut coransur le chemin droit, dirige qui il veut, donne la sagesse à qui il veut, pardonne à qui il veut, punit qui il veut, rend stérile qui il veut, fait ce qu’il veut, crée ce qu’il veut... Pourquoi se fouler si tout est décidé ?

Il s’attribue des titres variés. Puissant et Miséricordieux sont les plus fréquents, mais il se dit aussi Maître des mondes, Maitre du trône immense, Dominateur suprême, Maitre absolu de ses serviteurs, Maitre de la vengeance, le Très-Fort, le Très-Grand. Il lui arrive aussi, c’est une rareté, de se déclarer miséricordieux et aimant. Il pardonne en effet très volontiers, mais seulement à ceux qui se reprennent et regagnent son sentier. C’est un Dieu qui fait peur. Un titre se référant à un Dieu de bonté et d’amour n’existe pas.

Allah veut que ses croyants luttent pour la défense et l’expansion de l’islam. Ils combattent dans le chemin de Dieu: il tuent et ils sont tués. Ceux qui renâclent devant le djihad seront châtiés. Les autres s’assurent une récompense sans limites au Paradis.

Est-ce pour cela que notre colonisation fut abominable pour les musulmans, alors que leurs conquêtes, ordre divin,  restent un grand motif de fierté ?

En tout cas, dans le Coran, pas question d’interpréter le mot djihad dans le sens d’effort sur soi-même. Cette vision morale sera d’un «emploi ultérieur» selon Denise Masson.

Être musulman semble simplissime, surtout si on a le sommeil facile. Pratiquer le Jeûne, les prières matin, midi, soir et nuit, pèlerinage, ramadan et quelques interdits alimentaires, semble suffire. Dieu ne se perd pas en descriptions morales ou spirituelles.
Les musulmans sont aussi invités à moult reprises à faire l’aumône. Allah ne prévoit pas que dans les sociétés évoluées, les pauvres auront le droit d’être aidés et que personne n’osera plus utiliser ce mot.
La religion est vraiment la Soumission et elle est parfaite. C’est sûrement pour cela que des musulmans se fâchent si furieusement quand on la critique, au point qu’ils menacent souvent de mort et parfois tuent.

Allah parle de l’esclavage (réservé aux non-musulmans) comme d’un statut naturel et il mentionne les castrés comme une catégorie devant laquelle les femmes peuvent montrer leurs atours.
C’est nous qui élevons de quelques degrés certains d’entre eux au-dessus des autres afin que les premiers réduisent les autres en servitude. Il préconise d’user de bonté envers eux. Mais un esclave reste un esclave: Que ceux qui ont été favorisés ne reversent pas ce qui leur a été accordé à leurs esclaves, au point que ceux-ci deviennent leurs égaux.

Lorsque le prophète guerroie, s’il gagne la bataille, les filles et femmes capturées n’échappent pas aux appétits sexuels des vainqueurs. C’est autorisé. Ils les prennent pour esclave ou ils les vendent. Il est interdit d'épouser des femmes déjà mariées sauf si elles sont des captives de guerre.

Cette existence jamais condamnée de l’esclavage a eu des conséquences ravageuses, car les doctes savants musulmans ne pouvaient le condamner. Les Noirs en ont payé le prix fort, mais les Européens n’ont pas été épargnés, jusqu’au début du XXe siècle. C’est grâce à l’action des colonisateurs qu’il a disparu dans plusieurs pays. Il persiste encore en Mauritanie.

Les femmes appartiennent à leur maître qui est prié de bien les traiter. Les maris reçoivent de Dieu diverses consignes, par exemple dans quelles situations ne pas «cohabiter» (faire l’amour) avec elles, notamment lorsqu’elles ont leurs règles, car elles sont impures. N’épousez pas celles-ci, intime-t-il, et s’ensuit une longue liste ; ne mariez pas vos filles à ceux-ci, ajoute-t-il dans une autre.

Vos femmes sont un champ de labour, mettez la charrue quand vous voudrez. La répudiation est réservée aux hommes. Allah leur indique quelques règles de conduite convenables dans ce processus. Par exemple, ils doivent assurer une pension à leurs répudiées pour l’entretien des enfants. Mais elles peuvent aussi être sans enfant et même impubères lors de la répudiation.

La morale céleste est étrange. Elle autorise les hommes à se régaler des délices charnels avec quatre épouses et autant d’esclaves qu’ils en possèdent. Mais hors des étreintes licites, la fornication est une abomination. La facture se monte à cent coups de fouet pour chacun.
Le sort des femmes est totalement injuste : elles n’ont droit qu’à un seul amant, leur mari. C’est chiche ! Et rien ne les assure d’une quelconque compensation au paradis.

En matière de témoignage, elles sont réduites à une demi-portion pour cause de nature légère: Si l’une des deux femmes se trompe, l’autre lui rappellera ce qu’elle aura oublié. Même demi-mesure pour l’héritage.

Les hommes sont supérieurs aux femmes. Dieu leur a accordé sa préférence, ce qui explique qu’elles doivent obéir à la gent masculine de la famille, et d’abord à leur époux. Sous peine de coups. Eux semblent infaillibles, puisque jamais rien n’est dit de ce qu’elles doivent faire s’ils s’écartent de la voie droite.

Dieu parle de la vie quotidienne du prophète comme si nous y étions: je t’autorise à épouser la femme de ton fils adoptif puisqu’elle te plait (la coutume arabe l’interdisait, mais Mahomet était pris d’un désir irrépressible pour la femme de son fils adoptif). Lorsque vous êtes invités chez le prophète, retirez-vous tout de suite après le repas. Parlez à ses femmes derrière un voile. Et vous, les femmes du Prophète, restez dans vos maisons, ne vous montrez pas dans vos atours. Et quand je serai mort, je vous interdis de vous remarier.

Sur le plan scientifique, Allah affirme qu’il a créé l’homme d’une argile extraite de boue ou de poussière, puis d’une goutte de sperme, puis d’un caillot de sang. Il apprend aussi aux croyants que le ciel comprend sept cieux. Il le retient pour l’empêcher de tomber sur la terre sans sa permission. Quant à la terre, que les montagnes empêchent de trembler, nous l’avons déployée comme un tapis et nous l’avons parfaitement étendue.

Allah croit aux djinns comme les enfants aux fées. C’est un peuple mystérieux formé de croyants et d’incrédules. A vrai dire, on ne comprend pas quel rôle ils jouent dans la partition. Je n’ai créé les Djinns et les hommes que pour qu’ils m’adorent.

*Lecture basée sur l’une des traductions les plus reconnues et répandues, celle de Denise Masson.

Déjà paru dans Les Observateurs

 

15:37 | Tags : coran | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

Commentaires

Dans les évangiles Jésus enseigne (où l'on fait dire à "Jésus") que tout est vanité.*

Sautant les siècles on nous confirme ce mal absolu qu'est la vanité laquelle n'accepte pas de se remettre en question, de voir les choses en face, d'ouvrir les yeux... en nous plongeant ainsi dans la nuit, l'inanité (aliénation) du subconscient (instance en nous tous, sans exception, lumineuse, Guide, le surconscient (non théologie mais psychologie avec auto-observation) introspection mais tout sauf morbide.

Ainsi cette parole du Notre Père de "ne pas nous laisser succomber à la tentation" qui nous faisait nous demander "tentation, laquelle?"! trouve réponse: la tentation de la vanité.

*voir l'ensemble des livres de Paul Diel, chez Payot

Laissant de côté écrits "sacrés" non parce qu'écrits sacrés mais parce qu'ils séparent en dressant les hommes et les femmes les uns contre les autres on pourrait d'urgence, bientôt trop tard, faire une Grande Fête et repartir enfin d'un bon pas.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/03/2015

Excellent texte, je le ferai circuler avec plaisir!

"Nous serons le combustible de la Géhenne, demeure éternelle. Dieu est terrible dans son châtiment."

Ce que les rédacteurs du Coran ne savaient apparemment pas, c'est que le mot "Géhenne" n'a jamais désigné l'enfer (un concept étranger au judaïsme). Il désignait plutôt une vallée située au sud-ouest de la vieille ville de Jérusalem où des sacrifices d'enfants ont eu lieu au 8e siècles avant Jésus-Christ et qui, à son époque, avait été transformée en décharge publique où les déchets étaient incinérés.


"Les hommes seront gâtés question libido, ils y trouveront des épouses pures, des houris aux grands yeux, vierges aimantes et d’égale jeunesse"

Selon un spécialiste allemand du Coran, qui a écrit sous le pseudonyme de Christoph Luxenberg "Lecture syro-araméenne du Coran : une contribution pour décoder la langue du Coran", (Die Syro-Aramäische Lesart des Koran: : Ein Beitrag zur Entschlüsselung der Koransprache), le mot "houri" ferait référence à des "raisins blancs" plutôt qu'à des vierges.

Écrit par : Minona | 01/04/2015

Bonsoir

Excusez-moi Minona, mais une décharge publique me rappelle fortement l'enfer...
Le feu, le déchet, le mécréant...:-)

Pour le reste j'aime bien votre billet Madame Vallette, son humour...
Notez que notre bible ne vaut guère mieux à ce niveau...que de menaces...:-)

Je me suis souvent demandé comment l'on pourrait vivre l'éternité...

Chaque jour les mêmes visages, les mêmes courbes...pas de suicide possible, puisque éternels...pas de sortie, pas d'issue, pas de fin...

J'espère que la mémoire est interdite au Paradis :-)

Écrit par : absolom | 01/04/2015

Le coran n'est pas compréhensible sans la connaissance de la biographie de Mahomet, bien mieux la seule lecture d'une biographie authentique (Sira) est plus que suffisante pour comprendre l'islam. La fascination que les musulmans éprouvent à l'égard du coran vient du fait qu'ils l'écoutent toujours en psalmodies, le plus souvent sans même comprendre.

Écrit par : Michel Sautelet | 02/04/2015

@ Michel Sautelet "(...) sans même comprendre: nous avons fait de même, la plupart d'entre nous des siècles durant, pour la messe en latin et fort bellement chantée.

Pour cultiver l'impartialité oui à la biographie précise de Mahomet... comme à celle de Jésus!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

Effectivement, la lecture d'une biographie du prophète est bien plus profitable que la lecture du coran qui est ennuyeuse et rébarbative.

Il y en a une qui est toujours disponible, c'est celle aux Editions Fayard, "Ibn Hicham - La biographie du prophète Mahomet":

http://www.coranix.free.fr/biblio/hicham.htm

Écrit par : G. Vuilliomenet | 03/04/2015

Ce qu'il faudrait, après lecture d'"ibn Hicham", merci, G. Vuilliomenet, est avoir connaissance de la vision fondatrice de Mahomet fondement de l'islam et analyser, étudier, "décortiquer"! en quoi elle correspondrait à cette vision par "fragments formant puzzle" à la biographie... avec (respect) les éléments "surconscience avertissement" et les éléments "subconscience problèmes existentiels"... du jeune homme.
Pour le plus grand bien de nous tous l'islam désormais nous concernant que nous le souhaitions ou non.
Paix, maintenant.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2015

@ Gilles
Je ne suis pas d'accord. Le livre obsessionnel, le fondement que les musulmans apprennent par coeur, ânonnent, citent à tout propos, c'est le Coran.
La Sira l'explique en partie, mais ne le remplace pas. Je suis bien d'accord que la lecture est fastidieuse, mais il est difficile de reprocher leur ignorance à ceux qui ne l'ont pas lu et parlent d'un coran tolérant et de soi-même s'éviter l'exercice. Comme dit Onfray, c'est comme de parler d'un film qu'on n'a pas vu.

Écrit par : Mireille Vallette | 03/04/2015

Mireille, j'aurais du spécifier que la lecture de la Sira permet de montrer quel genre de personnage est Mahomet, personnage important, quasi l'égal d'Allah. Il ne faut pas oublier que le prophète est le modèle à imiter de tout bon musulman et là, je pense qu'aucun mahométan ne peut nier le contraire.

Indéniablement, le coran est l'ouvrage central de l'islam car considéré comme étant la parole d'Allah.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 04/04/2015

Voici le lien d'une page sur laquelle on peut trouver des biographies officielles du fondateur de l'islam:

http://www.asraralislam.com/

Écrit par : Minona | 04/04/2015

Mme Vallette: une femme a été accusée d'avoir brûlé un coran et suite à cette accusation a été lynchée par la foule. Monsieur Hani Ramadan s'indigne (à juste titre si les faits sont vérifiés) dans son blog du cas d'une femme musulmane agressée en France.

A votre connaissance s'est-il indigné du cas de cette femme afghane? S'est-il indigné du cas des 150 personnes chrétiennes massacrées au Kenya au nom de sa religion?

Même questions pour Monsieur Ouafid Ouardiri.

Deux poids deux mesures?

Référence: http://www.lefigaro.fr/international/2015/03/25/01003-20150325ARTFIG00415-le-martyr-d-une-jeune-femme-lynchee-a-mort-sidere-la-societe-afghane.php

Écrit par : Charles | 05/04/2015

Un musulman évite le plus possible de critiquer ses coreligionnaires. Et Hani Ramadan ne condamnera une exaction que s'il peut l'attribuer au "complot américano-sioniste".

Écrit par : Mireille Vallette | 06/04/2015

@Mme Valette
Et les Ramadan ne sont ils pas des pro-projets hégémoniques américains et leurs tapis voire leurs serpillières ?

Écrit par : Joseph | 06/04/2015

Les commentaires sont fermés.