30/08/2015

Le Centre Islam de Fribourg: un concentré pernicieux des confusions de l’époque

Un centre universitaire consacré à l’islam crée la polémique. Dirigé par deux théologiens, l’un suisse et l’autre germano-turc, il entend favoriser le dialogue. Il favorise surtout l’islam.


«Les citoyens de confession musulmane en Europe ont la chance incroyable de vivre en liberté. Ils vont devoir faire face à la tâche historique de lire le Coran avec un regard critique, afin de pouvoir trouver leur place dans une société occidentale moderne et sécularisée, et je suis persuadée que la majorité des musulmans désirent cela. Ils veulent s'affranchir de l'infantilisation, mais pour ce faire ils ont besoin du soutien d’une société qui vit et défend ses propres libertés et celles de chaque citoyen.»
Necla Kelek, sociologue allemande d’origine turque

Le Centre suisse islam et société (CSIS) de l’université de Fribourg est-il un bienfait? Les médias et les politiques le proclament en chœur. Mais pas l’UDC, dont l’initiative visant à l’interdire a connu un franc succès.
Qui a raison? Tour d’horizon.


L’islam sous la loupe de la science?

Martine Brunschwig Graf, présidente de la commission fédérale antiraciste aime à répéter: «Ce qui me sidère, c’est que des opposants à l’islam refusent la création du centre (….) Analyser scientifiquement ces sujets est indispensable.» Ce que semble confirmer le Conseil d’État fribourgeois: «L’objectif du centre est d’offrir un cadre académique au dialogue avec l’Islam qui intègre une réflexion scientifique sur l’Islam ainsi qu’une réflexion scientifique musulmane en dialogue avec les sciences.»
Notons déjà que les uns font de la science, alors que les autres «dialoguent avec les sciences».

Hansjörg Schmid, le directeur du centre, rectifie: «Nous ne voulons pas (…) que l’islam soit objet de science, mais que les musulmans deviennent des acteurs de la science».

Une précision nébuleuse, mais qui ôte toute idée d’examen scientifique de l’islam.

Expliquer l’islam

Quels sont les buts de ce centre?

Premier volet, la formation continue :
-    Expliquer l’islam aux professionnels en contact avec des musulmans: travail social, enseignement, entreprises, administration (police, état civil), organisations caritatives.
-    Expliquer le droit suisse et nos institutions à des musulmans exerçant une responsabilité dans leur communauté: aumôniers, imams, enseignants, responsables d’associations, etc. Une enquête du Fonds national de 2009 avait montré que la plupart des imams et de leurs enseignants «ne connaissent pas la société suisse, sa culture et ses lois».

Deuxième volet: un programme de doctorat.

Le centre est ouvert depuis janvier, mais sans étudiants. Il devrait être pleinement fonctionnel en 2016. En attendant, une ixième enquête a été menée afin de connaitre les souhaits des uns, les professionnels, et des autres, les acteurs de la scène musulmane.

L’approche du directeur

Hansjörg Schmid compte sur les recherches universitaires et sur les échanges entre chercheurs de culture européenne et musulmane pour renforcer le vivre ensemble. Dans son livre «Islam im europäischen Haus. Wege zu einer interreligiösen Sozialethik», dont il parle dans une vidéo de 30 minutes, il analyse cinq «penseurs influents», dont Azam Tamimi, défenseur du terrorisme contre Israël et grand ami du Hamas et Tariq Ramadan dont il trouve «particulièrement intéressante l’approche de l’éthique».

En ce qui concerne les djihadistes en partance pour les terres sanglantes de l’EI, Hansjörg Schmid adopte le politiquement correct: «Je pense que les facteurs extra-religieux pèsent dans ces cas-là davantage que la religion elle-même. Généralement, ces jeunes sont confrontés à de sévères conflits d’adolescence, ils se sentent rejetés, ne voient pas de perspectives.»
Les conflits adolescents et le manque de perspectives expliqueraient donc que l’on aille découper en morceaux des humains qui ne partagent pas votre religion.


Cela dit, je suis convaincue que Hansjörg Schmid est un homme très estimable. L’amour du dialogue fait partie de ses gènes. Les doctorats de musulmans novateurs le passionnent. Il a accepté un entretien téléphonique au vol. Je lui ai posé trois questions.

-    Vous dites dans un texte que le centre désire offrir "une synthèse constructive entre les sciences islamiques et la tradition scientifique européenne". Qu’est-ce que les sciences islamiques ?
Il s’agit de l’exégèse du Coran, des Hadiths, du droit islamique, de la mystique et de la théologie systématique, donc une pluralité de disciplines, comme dans les théologies chrétiennes.

-    Mais rien de tout cela n’est scientifique…
La conception des sciences dépend toujours d’une époque historique. De plus, il existe aujourd’hui une multiplicité d’interprétations en islam. En Turquie, des interprétations sont refondées de manière moderne. Des penseurs musulmans utilisent des sciences modernes comme l’herméneutique ou la linguistique dans leur approche du Coran. (herméneutique: interprétation des textes religieux ou philosophiques, science des règles permettant d'interpréter les textes sacrés, d'en expliquer le vrai sens).

-    Vous parlez souvent d’un espace dédié à «l’autoréflexion islamique» et à «l’autointerprétation scientifique islamique». Pouvez-vous expliquer ces termes?
C’est l’idée de la modernité, de la réflexion critique que des penseurs musulmans pourront mener dans notre centre. Ce sont les termes utilisés par l’islamologue Reinhard Schultze pour décrire un processus qui a lieu dans plusieurs pays européens, où les musulmans ont la possibilité de reformuler les traditions islamiques dans un contexte séculier et pluriel.

-    Pouvez-vous imaginer un module de formation sur les travaux historiques, archéologiques, linguistique, etc. qui expliquent scientifiquement comment a été fabriqué le Coran ?
Je peux bien m’imaginer un tel module, où toutes ces questions pourraient être posées. Il devrait tenir compte de la pluralité des études, dont celles de musulmans. Ce débat est controversé.

Les soi-disant sciences islamiques sont l’exact contraire de la «la tradition scientifique européenne» qui d’ailleurs n’est pas plus européenne que japonaise. Mais certainement pas musulmane. Adopter une telle expression, c’est se soumettre à la vision orthodoxe de l’islam qui qualifie aussi de "savants" les spécialistes de ses textes.
Et on densifie ce brouillard sémantique par l’invention de mots ès islam absurdes. Alors que les Occidentaux réfléchissent, critiquent et interprètent, les musulmans évolués «autoréfléchissent» et «autointerprètent»… Pour ne pas donner l’impression qu’ils remettent en cause l’orthodoxie musulmane ?

Un co-directeur plein d’attraits


Le centre fait partie la faculté de théologie de l’université. En juin, lorsque j’ai appelé le directeur, ses quatre collaborateurs planchaient sur le futur programme et on s’apprêtait à révéler le choix du professeur invité. Surprise: c’est un «co-directeur» qui est annoncé. Changer la nature du poste au moment où on nomme l’heureux élu n’est pas très orthodoxe. Cette bizarrerie s’explique sans doute parce que Serdar Kurnaz, citoyen germano-turc, amène dans son escarcelle 1,4 million de francs offerts par la Fondation Mercator dont il est la grande vedette.

La fondation a été créée en Allemagne en 1996 par la famille d’industriels Schmidt. Sa branche suisse a vu le jour en 1998. Elle investit dans l’échange de connaissances et de culture, la tolérance, l’ouverture au monde. Elle encourage un islam modernisé qui se base sur l’histoire et pas seulement sur le récit musulman. Mais subventionne aussi des organismes très offensifs, dont l’un regroupe des jeunes musulmans.(1)

La FM finance un post-grade de théologie islamique en Allemagne dont Serdar Kurnaz a été le premier diplômé en 2015. Il est très populaire auprès des médias qui voient en lui la promesse d’une modernisation de l’islam, gage d’une harmonieuse intégration des musulmans. Sa formation lui permettrait d’exercer comme imam. Il a opté pour la filière académique.

Une enseignante très compréhensive

L’une des enseignantes du centre est une vieille connaissance. Elle appartient au Groupe de recherche sur l’islam en Suisse (GRIS) et s’active déjà depuis plusieurs années à former les professionnels à la compréhension de l’islam. Dans Islamophobie ou légitime défiance?, je montre une Mallory Schneuwly qui se singularise par une pensée islamolâtre et d’une légèreté tout aérienne. Exemples:


A propos de Youssef Ibram, Frère musulman incapable de condamner la lapidation: «C’est quelqu’un de modéré, qui essaie d’intégrer les musulmans. On ne peut pas lui demander de dire que la lapidation n’est pas coranique, car cela figure dans les sources. Tout au plus peut-on dire qu’il est un peu littéraliste.» A vérifier ici. La diversité musulmane de Suisse exclurait pour elle tout fondamentalisme: «Les musulmans qui vivent ici n’ont en commun que l’appartenance déclarée à l’islam, et encore, dans une acception minimaliste du terme: la croyance dans le Coran, la sunna et le Prophète.» Qui dit moins?

Est-elle choquée de voir  apparaître des burqas à Paris? Mais non, répond-elle, il ne s’agit que de jeunes élèves qui provoquent pour se sentir exister. Enfin, selon la spécialiste, «(…) dire qu’à cause de l’islam on lapide, on torture, c’est dangereux. (…)»

Depuis, elle a appris à communiquer. Elle ne choque plus. (Voir Temps présent du 30 avril, «Mon imam chez les Helvètes»)

Le séminaire de l’intégrisme moderne

seminaire_entete_high.jpgLe centre a aussi pour objectif de travailler avec les associations musulmanes. Et là, la tâche est plus épineuse que l’échange entre doctorants modernistes. Ânonner le Coran et béatifier le prophète sans le moindre œil critique est leur point commun. Les amener en douceur vers la lumière semble être le souci du centre.

Premier gage de bonne volonté: un séminaire programmé les 15 et 16 octobre prochains, «Comprendre l’islam et les musulmans en Suisse», s’adresse comme par hasard… aux Suisses (comprendre non-musulmans), principalement des professionnels en contact avec des mahométans. L’illustration de la brochure est un premier indice de son orientation: pour les organisateurs, la discrimination c'est refuser le foulard.
Pour beaucoup d’entre nous, la discrimination c'est l’accepter.

La présentation indique que chez nous, l’islam est «une religion souvent méconnue», que «les musulmans souffrent de stéréotypes» et de «représentations véhiculées autour de l’islam».


Les intervenants s’efforceront donc de «déconstruire certaines représentations», et poncif habituel, on éclairera le public «sur la diversité intrinsèque à l’islam de Suisse». Enfin, on identifiera «les défis que rencontrent les jeunes et les femmes dans leur intégration socio-professionnelle». Message subliminal: haro sur les résistances au foulard, à l’introduction de certains rites et préceptes dans les entreprises et les administrations.

Il existe bien, selon la brochure, quelques radicaux musulmans. Ils sont exécutés en une phrase: «Une minorité adopte des conduites qui interpellent ou profère des revendications qui effraient musulmans et non musulmans».

En résumé, aux Suisses, on peut parler franc. Leur capacité d’encaisser la critique est légendaire. Inversement, oserait-on aborder dans un séminaire ces thèmes parfaitement légitimes: «les valeurs suisses sont souvent méconnues des musulmans», « les Suisses s’interrogent au sujet de pratiques revendiquées par les musulmans». «Ce séminaire s’efforcera de déconstruire certaines représentations véhiculées par les musulmans sur les Occidentaux» et enfin : «Les défis que rencontrent les entreprises et les administrations face aux revendications musulmanes. »

Et les organisateurs se sont-ils jamais confrontés à cette alternative: Voulons-nous faire en sorte que les professionnels mettent en pratique les discriminations et croyances des musulmans ou voulons-nous trouver des moyens de faire adhérer ces musulmans aux valeurs de notre démocratie, ou plus simplement dit à l’égalité de traitement des patients, élèves, travailleurs, administrés, etc.? C’est très clairement la première option qui domine.

Poser NOS questionnements est simplement impensable. Et pour une raison essentielle: les musulmans n’acceptent pas la critique et ils réagissent avec indignation. Leurs réactions font peur. C’est ainsi qu’ils se permettent (et nous leur permettons) de dénoncer nos discriminations à longueur d’année sans que jamais ils ne se scandalisent du traitement infiniment plus discriminatoire, et parfois barbare, qu’infligent à leur population et à leurs minorités, au nom de l’islam, les sociétés musulmanes.

Cette vision unilatérale caractérise les associations qui pratiquent un islam littéraliste fort proche du radicalisme. Pas pour les organisateurs. Que font-elles selon eux ? Elles s’activent à enrichir notre société par leur «travail social, dialogue interreligieux et intercommunautaire», se soucient des «besoins de leurs membres (lieux de culte, éducation religieuse)» et de la «lutte contre ce qu’elles désignent comme islamophobie». Inoffensif, voire remarquable.

Nous ne verrons donc pas, ni au CSIS ni ailleurs, des séminaires qui passionneraient nombre d’entre nous, et peut-être beaucoup d’entre eux, et qui auraient pour thèmes:

«Musulmans: comprendre la Suisse et les Suisses. Comprendre ce qui choque dans la tradition musulmane. Comprendre pourquoi une hostilité croissante se manifeste à leur égard.»

«Coran, hadiths, prophète: comment abordons-nous le traitement des femmes, le statut des religions, l’esclavage, l’apostasie, les châtiments corporels? Témoignages d’imams.»

Cette censure jamais dite, exaspérante et universelle, est un obstacle majeur au «dialogue» que voudrait tant promouvoir le CSIS.

Et les organisateurs n’ont pas pensé à inviter à leur séminaire les Zurichois Saïda Keller Messahli, fervente opposante au voile, ou Kacem El-Gazzali, militant anti-charia. Et pas non plus l’un de leurs sympathisants, le plus évolué des imams de Suisse (je dirais même le seul), le Bernois Mustafa Memeti.

Les acteurs de la rééducation

Qui seront donc les intervenants?

Mallory Schneuwly Purdie. Elle s’est fait récemment remarquer en contestant dans une expertise, le fait que les «égarés» et «ceux qui ont encouru la colère de Dieu», cités 17 fois par jour dans la prière musulmane, désignent les chrétiens et les juifs. Un tel bobard a de quoi réduire en poussière son modeste crédit.

Ghaliya Djelloul viendra de Belgique. Elle a travaillé sur le féminisme. Les féministes musulmanes «qui s’inspirent du message d’égalité de l’islam» luttent à l’intérieur de leurs communautés, et parfois avec une certaine audace, contre les discriminations. Certaines demandent que la prière soit faite en commun, hommes et femmes, et que celles-ci puissent devenir imams. Mais pour l’extérieur, la régression sexiste est à l’ordre du jour: elles militent -comme l’intervenante- pour le port du voile dans les rues, dans les professions, à l’école.

Une autre oratrice, Leila Mahou Batbout, est membre du comité de l’Association des musulmans de Fribourg (AMF). Est-ce un hasard? Son site présente une implacable illustration des orientations de ces associations en charge d’âmes et de mosquées.

L’AMF indique à l’article 3.2 de ses statuts: «La référence religieuse de l’AMF est le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche». L’objectif de cette officine des Frères musulmans dirigée par le fanatique Al-Qaradawi: instaurer la charia.

Une virée sur le site me conduit à un article consacré au ramadan. Et là, je me frotte les yeux.

Le chapitre «Quand le jeûne n’est-il pas valable?» donne entre autres cette réponse: «Quand on absorbe par voie orale un médicament.» Mais: «Tout médicament pris par injection intraveineuse, les gouttes dans les yeux ou le nez, qui pourraient pénétrer dans l'estomac sans qu'on puisse l'éviter, n'est pas considéré comme rupture du jeûne.» Voilà de quoi expliquer aux soignants comment traiter leurs patients durant le ramadan. Pour le reste de l’année, ils savent déjà que les patientes doivent être de préférence soignées par des femmes.

Poursuivons la lecture de ce passionnant vade mecum de bon jeuneur. Qui est dispensé de ramadan parmi d’autres?
«Le combattant dans la voie de Dieu qui verrait sa combativité diminuer par le jeûne.»

Enfin ce rappel tout droit sorti des conquêtes…
« S'il (le musulman) rompt son jeûne en ayant volontairement un rapport avec son épouse, il devra libérer un captif. »

Gageons que l’intervenante de l’AMF s’efforcera malgré tout avec détermination de déconstruire les stéréotypes liés à l’islam.


(1) Titre de son congrès 2015: "À qui appartient l'Occident? Et qui intègre qui?" Thèmes de discussion: renforcement des compétences des journalistes en matière de diversité, promotion du "sentiment de normalité" à l'école, lutte contre le racisme et la discrimination institutionnels, représentation de la diversité dans les manuels scolaires, formation d’ "entraîneurs à la diversité"… 

Merci à Laurence pour sa précieuse collaboration.

Post scriptum
Fribourg a de la suite dans les idées. Un communiqué du Mouvement suisse contre l’islamisation (MOSCI) rappelle une précédente tentative de formation, en 2009. Là, il s’agissait rien moins que de former des imams, ou en tout cas d’enseigner une partie des «sciences islamiques». Selon les conclusions d’une enquête destinée à dessiner les contours de cette formation, les musulmans souhaitaient des professeurs formés dans des universités islamiques telles Al Azhar, avec enseignement du Coran, des Hadiths, et du Fiqh (jurisprudence musulmane). Le vrai islam donc!
Le GRIS, dont Mallory Schneuwly Purdie, organisait la formation en collaborant avec l’International Institut of Islamic Thougt (IIIT) de Londres, nid de Frères musulmans qui de temps à autre a financé le terrorisme. Un des enseignants devait être Tahar Mahdi, membre du Conseil européen de la fatwa et de la recherche.
Malgré tous ces efforts, la formation avait dû être annulée faute d’inscriptions.


19:18 Publié dans Islamisation, Manifestations, débats, Suisse, Voile, niqab, etc. | Tags : centre islam, fribourg, csis | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je me rappelle encore de cette fameuse expression "socialisme scientifique" ...

"«L’objectif du centre est d’offrir un cadre académique au dialogue avec l’Islam qui intègre une réflexion scientifique sur l’Islam ainsi qu’une réflexion scientifique musulmane en dialogue avec les sciences.» "

Comme si tout allait se résoudre par le miracle de la Science ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 30/08/2015

Merci chère Mireille pour cette analyse, à la lumière de laquelle il faut nécessairement agir , et rapidement.
Si un pareil centre devait par malheur être officialisé, nous , en restant sans réaction, deviendrions des complices d'une islamisation feutrée du pays....
La situation est plus aiguë qu' on ne l'imagine..
..."....Rappelons tout simplement que l'islam veut instaurer une domination totale sur toute la planète...
Pour y parvenir, il peut utiliser tous les moyens du loup déguisé en agneau...
Exemple , la thakya, moyen légal en islam , qui permet au musulman de mentir au non-musulman afin de faire avancer l'islam, en vue de l'installation d'un califat mondial...sous un seul calife...toutes autres religions étant éradiquées et interdites...
Voilà, chers amis lecteurs ce qui nous attend au coin du bois, là où Le Petit Chaperon Rouge s'est fait croquer....

Écrit par : Philippe Boehler | 30/08/2015

Un centre islamique ou islamiste à Fribourg, un futur centre de formation ou on y apprendrai les meilleures théories divines pour égorger les vivants ou éventuellement les cadavres comme à Perpignan?

Sommes-nous, en Occident, les formateurs, les accompagnateurs et les tuteurs pour reconstruire le IIIème REICH islamique avec dame Machin en tête?

Et si nous posions la question aux petits occidentalopithèques avant qu'ils ne disparaissent à jamais?

*L*

http://www.enquete-debat.fr/archives/sami-aldeeb-le-coran-a-ete-ecrit-par-un-rabbin/

Écrit par : Pierre NOËL | 30/08/2015

Bonsoir Pierre NOËL,

Décidément vous ne jurez que par Samy Aldeeb.

Je sais que des érudits juifs ont aidé à l'écriture du Nouveau Testament, mais que le Coran ait été écrit par un rabbin, cela n'est "connu* que par S. Aldeeb, autrement dit bullshit! Sachant pertinemment que le Coran a été maintes fois remanié au fil du temps.

J'avais répondu à ce sujet à Samy Aldeeb - il en avait fait un billet quand il avait son blog - mais il m'avait modérée et je crois même bannie... LOL! Alors qu'il n'avait bannie ni Fatima ni ses comparses qui l'insultaient. Faut croire que je lui assenais des vérités qui n'étaient pas à son goût. Là, s'est arrêtée mon expérience sur son blog.

Désolée, Pierre Noël, mais cette vidéo me conforte sur ce que je pensais de ses élucubrations du Coran écrit par un rabbin!

Écrit par : Patoucha | 07/09/2015

Les multiples tentatives "scientifiques", ne datent pas d'hier ...

Le Livre du Système, (ou l'état de la religion mahométane) est une œuvre de Dimitrie Cantemir écrite en 1718-1719 et parue à Saint-Pétersbourg en 1722.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Système_de_la_religion_mouhammédane

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 31/08/2015

"Les féministes musulmanes «qui s’inspirent du message d’égalité de l’islam» luttent à l’intérieur de leurs communautés, et parfois avec une certaine audace, contre les discriminations."

Le message d'égalité de l'islam? Peut-on savoir dans quel verset du Coran ou dans quel hadith on le retrouve? L'islam permet aux hommes la polygynie, le mariage avec des fillettes, la violence conjugale, le viol des esclaves et celui des captives de guerre. L'islam accorde à la parole d'une femme la moitié de la valeur de celle d'un homme et ne lui donne pas droit à la même part d'héritage que ses frères.

Pour être honnête, il y a bien deux versets qui traitent les hommes et les femmes comme des égaux: celui qui condamne à 100 coups de fouets les hommes et les femmes qui forniquent (24.2) et celui qui oblige ces derniers à n'épouser que d'autres fornicateurs ou des associateurs (polythéistes) (24.3).

Pour le reste, il y a des hadiths sahih (authentiques) qui interdisent aux femmes de se refuser sexuellement à leur mari et de voyager plus de 3 jours sans lui ou sans un autre tuteur, qui disent que les femmes sont moins nombreuses que les hommes au paradis, qu'elles sont déficientes en intelligence et en religion, que celles qui demandent le divorce "sans raison" vont en enfer, etc.

Oh c'est vrai, les hadiths sur la lapidation traitent les sexes comme des égaux...

Écrit par : Minona | 31/08/2015

Anonner le coran: Guy Gilbert qui a vécu en Algérie et connaît l'arabe a écrit que le coran en langue arabe, à l'ouïe, sans plus, la musique par la voix, cette musique est poésie pure.

Les chrétiens qui travailleront en ce centre à Fribourg sont invités par leur religion à être "doux et humbles de cœur". Humble de humus, terre.

Si Mohammed qui connaissait et, hélas, sans rien savoir critiquait juifs et chrétiens s'était approché d'eux pour apprendre, partager... y aurait-il l'islam?

Pour la prière faite en commun femmes et hommes (Ghaliya Djelloul, travail sur le féminisme) les croyantes de religion juive, ne doivent pas s'asseoir à côté des hommes dans les synagogues (quelques exceptions en synagogues progressistes) pour des raisons de tradition, en effet, la femme ayant ses menstrues était dite impure et risquait de contaminer les hommes (accoudée à une table, indisposée, un homme assis en face d'elle accoudé à la même table ses coudes mains, etc, touchant le même bois qu'elle, cet homme devenait immédiatement impur et devait se présenter au prêtre, temps du Christ, par exemple, pour être purifié). Femmes imams: "Il ne devra jamais y avoir de femmes prêtres."! Karol Wojtyla
On n'oublie pas que l'antichambre chez Freud était bondé par des analysants (patients en cure) souffrant de "névrose chrétienne".
Juste en ce qui concerne la participation "chrétienne" au Centre de Fribourg.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/08/2015

J'ai rédigé un article intitulé Faut-il former des imams dans les universités occidentales? Oui, à condition que… http://goo.gl/m1FjFt

Tant que ces conditions ne sont pas remplies, l'Université de Fribourg et la Suisse vont droit dans le mur. Ces conditions s'appliquent à toute institution enseignant l'islam.

Écrit par : Sami Aldeeb | 31/08/2015

"Analyser scientifiquement ces sujets est indispensable." dit ou écrit Madame Brunschwig-Graf. Elle utilise ainsi la tradition de l'appellation allemande "Religionswissenschaft", science des religions. Le monde francophone, en particulier l'Université de Genève, dont la section consacrée à l'étude des religions (à ne pas confondre avec la Théologie) est la plus ancienne d'Europe, a gardé la dénomination plus modeste et plus appropriée de "Histoire des religions".
Si Madame Brunschwig-Graf imagine un instant que l'Islam peut être soumis à une étude (donc une critique) scientifique, elle nage dans l'océan de naïveté qui a envahi la plus grande partie de l'Occident. Jamais les politiciens fribourgeois responsables de cet institut établi sur la terre la plus catholique romaine de Suisse, n'auront le courage ou la capacité de mettre celui-ci à l'abri de toutes les influences, chrétiennes ou musulmanes (car le plus grand ennemi de chacune de ces religions, ne l'oublions pas, c'est l'athée, le non croyant, et non pas celui d'une autre religion, quels que fussent les turpitudes qui s'y rattachent) qui pèseront sur lui.

Écrit par : Mère-Grand | 31/08/2015

Il faut IMPERATIVEMENT ajouter à la Constitution suisse:

L'acceptation:
1. de la déclaration des droits de l'homme
2. de l'Etat de droit
3. de la séparation des pouvoirs
4. du droit de vote et d'élection

Écrit par : Noëlle Ribordy | 31/08/2015

« Aucun imam, aucun enseignant, aucun aumônier ne devrait pouvoir exercer en France, en Belgique, en Suisse et ailleurs que s’il dénonce les normes coraniques contraires aux droits de l’homme, rejette l’application du droit musulman, admet le mariage d’une musulmane avec un non-musulman, et admet le droit de tout musulman de quitter sa religion sans aucune conséquence. »


Il faut arrêter de rêver, fondamentalement, le problème ce n’est pas telle ou telle forme d’islam, … le problème c’est l’islam qui, par nature, est contraire à la liberté et la dignité de tout être humain (homme, femme, … garçonnet, fillette, … jeune-homme, jeune-fille).

De même, le problème ne provenait pas de telle ou telle forme du communisme, c’est le communisme qui, par nature, est contraire à la liberté et la dignité de tout être humain.

LE COMMUNISME EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ, … L’ISLAM ENCORE PLUS.

Écrit par : KANDEL | 31/08/2015

@ Noëlle Ribordy
Plus un codicille ad hoc pour éviter le principal problème de l'immigration: la droit de changer de religion ou de la quitter.

Écrit par : Mère-Grand | 31/08/2015

Islam scientifique:

https://www.youtube.com/user/TheIslammiracle

Écrit par : Ecce Homo | 31/08/2015

Je pense que le domaine des croyances religieuses devrait rester strictement dans le domaine privé. Aucun subside, aucune subvention, aucun financement obligatoire via les contribuables. Sinon, pourquoi pas de financement pour les mormons, les adorateurs de Satan, les scientologues, les francs maçons ou d’autres fadaises ?
Que les fidèles se cotisent et s’assument.
En ce qui concerne l’incitation à la haine, à la
violence, tel que les mosquées ont l’habitude de le faire, il faudrait simplement fermer ces établissements, nos lois devraient l’imposer.
Réformer l’islam n’est pas possible car les musulmans disent que le coran est la parole divine incarnée. Tirons nos conclusions, les musulmans nous haïssent, nous envient et commettent des horreurs dans le monde entier.

L’Islam est une pseudo-religion tout comme l’écologie est une fausse option politique. L’islam et son prophète utilisent un soi-disant message divin pour asservir peuples, femmes, etc…
Le but final est la domination du Monde et ceci, sans la moindre moralité et humanité. Cela fait 1400 ans que cette idéologie sème la terreur et la misère partout où elle s’installe. Regardez seulement la religion dominante de ceux qui remplissent les prisons occidentales et le degré de barbarie des crimes perpétrés par des musulmans.

La tragédie de l’Occident c’est son islamisation à marche forcée et toujours plus accélérée, … pareille à l’invasion des Ottomans, mais à cause de la mollesse des esprits et des troupeaux de chevaux de Troie déjà sur place, c’est encore biens plus grave.
Toute personne saine d’esprit sait que notre système social, nos infrastructures ne peuvent pas supporter les charges que cette invasion génère … et que les croyances de ces envahisseurs vont nous amener la guerre et la barbarie.

L’année passée la Suisse a donné 3,2 milliards pour l’aide au développement, 3 fois plus qu’il y a 10 ans.
(Confédération endettée, le solde du compte 2014 est dans le rouge). Nul part, il y a une telle charge pour entretenir des populations lointaines et malgré cela, on n’arrête pas de culpabiliser le peuple suisse qui n’en ferait pas assez. Nous entretenons des gouvernements corrompus, terroristes comme les palestiniens.
Les contribuables croulent sous les impôts, la qualité de vie a baissé à cause de la surpopulation, de la libre circulation, de l’islamisation effrénée (l’insécurité et la peur qu’elle amène).

L’islam ne fait pas partie de notre culture. Les médias n’arrêtent pas de nous rabâcher que la Suisse a fermé ses frontières aux juifs, et a fini par le regretter, qu’elle a accueilli les hongrois en 56 et que ça c’est bien passé, … alors pourquoi pas des syriens, des nigériens, des irakiens et toute l’Afrique et tous les musulmans du monde entier au nom de notre fameuse tradition humanitaire ?
Dans ces débats, nos médias ne mentionnent jamais que notre tradition est avant tout judéo-chrétienne, et que les arrivants judéo-chrétiens se sont adaptés sans trop de problème alors que ce n’est pas le cas avec les musulmans.

Regardons la réalité en face, entre notre survie et une générosité démentielle, il faut choisir.
Du temps des conquêtes musulmanes, les européens chrétiens se sont battus dans des villes fortifiées et ont déversé des chaudrons bouillants sur ceux qui assaillaient leurs murailles. Ils n’avaient pas le choix … et nous n’avons pas le choix non plus.
Quant aux musulmans déjà présents chez nous, il faut qu’ils renoncent à leurs pratiques barbares sinon les expulser dans les 57 pays musulmans existants, moins peuplés, remplis de ressources, … tous coran-compatibles.
On remarquera pour finir que ce sont des églises chrétiennes, et non des mosquées, qui sont squattées par des clandestins revendicateurs…
Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard !
ISLAM HORS d’Europe ! REMIGRATION !

Écrit par : Ecce Homo | 31/08/2015

(car le plus grand ennemi de chacune de ces religions, ne l'oublions pas, c'est l'athée, le non croyant, et non pas celui d'une autre religion, quels que fussent les turpitudes qui s'y rattachent)

Écrit par : Mère-Grand | 31/08/2015

Certains chrétiens, certains religieux préfèrent un musulman -croyant qu'un Athée c'est une constatation. Cela dit tout s'explique lorsque l'on étudie l'histoire hors des bouquins soi-disant sacrés ou les falsifications religieuses figurent sur chaque page.

Ce centre de Fribourg ne doit pas voir le jour sauf si ses défenseurs n'aiment pas leurs enfants et petits enfants ce qui est fort possible.

Il faut du courage et du temps, les rois et leurs prêtres l'ont bien compris, en prenant en main l'éducation des enfants, dès l'appartenance à la religion des parents.

Pourquoi l'Occident organise et a organisé certains conflits Irak, Libye entre autres, nous obligeant à accueillir des millions de musulmans?

Qui veut des croyants et pourquoi faire? Ils n'ont plus la tenue ou l'habit, mais ils sont toujours là, invisibles mais bien présents, il suffit d'écouter les cloches ou de lire leurs obligés sur les blogs. Le plus évident reste la presse "people" elle amuse et fait passer le temps au lambda occidentalopithèque, plutôt paresseux dans sa fin de règne.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/09/2015

Mère-Grand,

J'approuve votre idée.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 01/09/2015

Les religions qui à force de dogmes et de traditions stagnent donc reculent toujours plus dans le temps ne sont-elles pas définitivement dépassées?

Si nous sommes amoureux nous sentons l'énergie circuler en nous.

Amour (tissu de l'univers)
Energie

Energie un peu densifiée:

Intelligence créatrice

Ethique (respect de soi comme respect de l'autre; respect de l'autre comme respect de soi-même

Partage, donc, Paix

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/09/2015

"L’Islam est une pseudo-religion"
Pas d'accord avec cette affirmation, car elle laisse entendre, en toute logique, qu'il y aurait de "vraies" religions. Que certaines soient pires que d'autres, c'est un fait, mais elles remettent toutes nos vies, leur sens et leur destin, entre les mains de personnages surnaturels imaginaires servis par des humains aussi faillibles et aussi prompts à servir leurs propres intérêts que nous autres.

Écrit par : Mère-Grand | 01/09/2015

En effet les objectifs de cette institution ne semblent pas très clairs et devraient être redéfinis. Si le volet sur la formation continue est acceptable, le second sur les doctorats risque de ne servir que de prétexte à subsides universitaires… Il manque au moins une formation en histoire de la philosophie occidentale ainsi qu'en histoire de la Suisse. Une initiation aux théologies chrétiennes et juive ne serait pas de trop non plus. Enfin un cours sur la laïcité ou ce qui nous en tient lieu.

Écrit par : Vincent Schmid | 01/09/2015

Bel article, intelligent et documenté. Dans le passé, l'islam a fait l'objet de nombreuses réticences ; voir le lien.
http://laconnaissanceouverteetsesennemis.blogspot.fr/2011/03/mauvaises-et-bonne-reputations-de.html

Écrit par : Courouve | 01/09/2015

En parlant de Science ... laissera-t-on une équipe d'archéologues pénétrer dans la Kaaba, Ka'ba ou Ka'aba qui est une grande construction cuboïde au sein de la masjid al-Haram (« La Mosquée sacrée») à La Mecque ???

Vers 590, les fondations de la Kaaba furent gravement endommagées par des pluies torrentielles.
Menaçant de s'effondrer, le sanctuaire dut être démoli et reconstruit par les Quraychites, la tribu dont est issu Mahomet (qui était alors âgé de 20 ans).

En 683, Abdallah ibn Zobeyr, gouverneur du Hijâz, décida d'achever la construction de la Ka'ba débutée par les Qoreysh.

En 692, La Mecque est assiégée par Al-Ḥadjdjâdj ben Yûsuf, envoyé du calife omeyyade Abd al-Malik contre `Abdullah ibn az-Zubayr ; la Kaaba aurait été incendiée ou détruite par catapultes.
Il la reconstruit l'année suivante.

En 693, le calife Abdelmalek ibn Marwan exigea une restauration entière de la Ka'ba, incluant la partie du mur située à côté de la Pierre noire.
Les historiens sont unanimes pour affirmer que cette restauration fut achevée et préserva l'édifice de tout incident pour longtemps.

La pierre noire fut enlevée par les Qarmates en 930 et disparut pendant 21 ans.

Le matin du mercredi 16 mars 1630, le sanctuaire jusqu'à la Ka'ba a été inondé suite à des pluies diluviennes.
Le soir, le mur nord et une partie des murs est et ouest se sont écroulés.
Le sultan ottoman Mourad IV exigea en 1630 la destruction des murs en raison du mauvais état de l'ensemble de l'édifice.
Des travaux de reconstruction ont été rapidement entrepris de telle sorte que le 2 juillet 1631 la Ka'ba était restaurée.

Initialement les partisans de Muhammad priaient en direction de Jérusalem.
Ce pourrait-être à la suite du conflit entre Mahomet et les juifs locaux médinois que la Kaaba mekkoise a été désignée comme direction de substitution.

Restant dans la domaine de la Science, récupérer de l'A.D.N. des restes de Mahomet, le prophète pourrait déterminer quel pourcentagex(%) est détenu par des traits propres aux tribus des Hébreux habitant dans la région, bien avant sa naissance.

Il n'est pas impossible de penser que Mahomet, le prophète, ait du sang Juif, qui coulait dans ses veines ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 01/09/2015

Victor,

Effectivement on peut le penser sans se tromper!

En ses époques très reculées avant et après le Néolithique, les chefs tribaux se faisaient la guerre dans une contrée ou chaque territoire était bien gardé. Les environnements étaient hostiles pour plein de raisons.

La chasse, le pillage, les viols, les tortures voir le cannibalisme faisaient partie de la panoplie de vie.

Les femmes ou plutôt les jeunes filles étaient subtilisées aux tribus perdantes. Par ce moyen, il est certain que le mélange des tribus a eu lieu comme partout sur la planète. (Ce moyen est employé par l'islam et d'autres concepts religieux comme en Inde ou le viol est monnaie courante. (actualités: deux sœurs condamnées à être violées par les hommes du village)

Si mahomet a bel et bien existé, vu les viols et les conquêtes qui lui sont imputés dans sa véritable biographie selon certains "savants" musulmans, le mélange des tribus a eu lieu.

Comme chacun d'entre nous, mahomet est issu du monde du plus fort et du plus rusé l'homo sapiens.

Écrit par : Pierre NOËL | 01/09/2015

"Cette bizarrerie s’explique sans doute parce que Serdar Kurnaz, citoyen germano-turc, amène dans son escarcelle 1,4 million de francs offerts par la Fondation Mercator dont il est la grande vedette."

Ce Serdar Kurnaz est probablement un électron mandaté par l'OCI. Ce ne serait ni le premier, ni le dernier. Vous ne trouverez jamais l'OCI en premières lignes pour guider notre approche de l'islam, elle utilise pour cela des comparses qui peuvent d'ailleurs être nos politiciens ou les journalistes. Lire à ce sujet "Guerre à l'Occident, guerre en Occident" du Lt Col Cerisier. Il y a un chapitre consacré à l'OCI et à ses organisations satellites. Un autre est consacré à la finance islamique.

Il ne faut pas croire que toutes nos élites sont intègres, tout dépend du nombre de zéros. Je suis même persuadé qu'il y a plus de pourris qu'on ne pourrait se l'imaginer.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 02/09/2015

Et il est parfaitement halal pour les musulmans d'acheter la bienveillance (ou carrément la conversion) de gens influents. Le coran le prévoit et Mahomet l'a fait.

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 02/09/2015

les plus grands noms d'intellectuels dont des prix Nobel des deux derniers siècles mathématiciens,physiciens,astrophysiciens,philosophes,littérairespoètes du monde occidental (Amérique,Europe)ont tous émis une appréciation autrement plus favorable sur l'Islam et son prophète.Même Gandhi le chantre de la non violence était fasciné par la personnalité du prophète de l'Islam qui ne correspond en rien à ce qui est décrit de lui aujourd'hui par le citoyen lambda des pays dits des droits de l'Homme où tout n'est que contradiction.
En effet que ne répète -t-on aux autres c'est à dire les marginaux,les musulmans de tous bords qu'il faut respecter la laicité,la séparation du religieux dans les affaires de l'Etat(nous sommes d'accord)mais là où le bât blesse c'est lorsqu'on ne cesse de rappeler une Suisse ou une Europe de tradition judéo-chrétienne.
De deux choses l'une:Etat laic pour les uns ou religieux pour d'autres car je pensais que le religieux était l'apanage des pays musulmans et Israel en tant qu'Etat juif!
Pour moi à vous lire et avec regrets l'Europe n'est ni laique ni judéo-chrétienne car elle ne respecte ni les principes de la laicité ni les enseignements de Jésus ou ceux mentionnés dans les tables de Moise.Il n'y a qu'à voir jusqu'où la pensée libertine nous a conduit!A toutes les dérives que l'Eglise,le Vatican n'ont cessé de condamner sans y parvenir en vain !
Le problème n'est pas la condamnation de la morale déviée condamnée déjà par une majorité de Français notamment l'ensemble de la droite par exemple .Le problème je vous en prie pour être d'accord avec vous même et que chacun puisse vous suivre ne parlez plus de tradition judeo-chrétienne partie en fumée depuis des lusres ! Seules subsistent des minorités qui respectent cette tradition.
Quelques exemples qui illustrent que le prohète Mohammed était autre que ce que l'on veut bien jeter sur lui aujourd'hui comme anathèmes.
_Encyclopedia Britannica"un homme honnête et juste qui avait gagné le respect et la fidélité d'hommes honnêtes et justes comme lui"vol 12
_Georges Bernard Shaw prix Nobel littérature 1925 "j'ai étudié cet homme merveilleux qui devrait être appelé le sauveur de l'humanité"the guenuine islam vol 1 -8 1936
_Huston Smith the world's religions edit Harper Collins 1991 p256
"les juifs et les chrétiens seront protégés et auront les mêmes droits.ils pratiqueront librement leur religion".Il a fondé un Etat,établi une nation,fixé un code moral.
_Michael Hart "the cent" the most influential persons in history N-York 1978 p33
"j'ai placé en tête Mohammed car il est le seul homme qui ait réussi sur les deux plans religieux et séculier"
_La Martine "histoire de la Turquie Paris 1854 Tom1-Liv-1 p280
"si la grandeur du dessein,la petitesse des moyens,l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie humain qui osera comparer un grand homme de l'histoire moderne à Mohammed?"
_Edward Gibbon"history of the saracen empires London 1870 p54
"l'image intellectuelle de la divinité ne s'est jamais vue dégradée par une idole quelle qu'elle soit"
_Bosworth Smith"Mohammad and mohammadisme" Londres 1874 p92
"Il était César et le Pape réunis en un seul être mais le Pape sans ses prétentions et César sans ses légions"il avait tous les pouvoirs par la volonté divine sans en avoir les instruments ni armée,ni gardes du corps ni palais"
_Annie Besant"the life of Mohammed -Madras 1932 p4"
_James A Michener"islam" mai 1955 p68-70 quand mourut Mohammed une vague d'hystérie surprit la foule mais un des proches du prophète y mit fin par une des plus belles paroles de l'histoire religieuse "si l'un d'entre vous vénérait Mohammed ,mohammed est mort mais s'il vouait à Dieu son culte,Dieu est éternel"
_Gandhi"C'était la simplicité du prophète,le respect scrupuleux de ses engagements sa dévotion intense pour ses amis et compagnons,son intrépidité sa confiance absolue en Dieu et dans sa propre mission"quand j'ai fermé le second volume de la biographie du prophète j'étais désolé qu'il n'y ait pas eu pus pour que je lise davantage sur la grande vie"
_Thomas Carlyle "Heroes and heroworship"
"Comment un homme d'une seule main pourrait souder les tribus qui s'entretuent,les bédouins qui erraient en une nation la plus puissante et la plus civilisée en moins de deux décennies ?""les mensonges et calomnies occidentales amassées autour de cet homme sont honteux à nous mêmes seulement !"
_W Montgommery"Mohamed at Mecca Oxford 1953 p52"
Malgré la grandeur de son oeuvre ultime et son intégrité fondamentale aucune des grandes figures de l'histoire n'est si peu appréciée en Occident que le prophète Mohammed

La liste est infinie dr Gutave le Bon "civilisation des arabes etc....

On voit bien que l'Islam dérange que son prophète dérange et pourtant les autres religions n'ont pas connues que des heures de gloire ,l'Inquisition,la St Barthélémy que les protestants n'ont jamais oubliée de génération en génération (confié par un ami britannique protestant) étaient-ce les enseignements de Jésus ? non bien sûr .Les barbares de l'EI les extrémistes musulmans c'est pareil ils ne représentent nullement les enseignements de l'Islam .Plus grave ce sont les puissances dites démocratiques qui soutiennent les djihadistes politiquement matériellement et financièrement ,le cas de la France poussée par les USA.les Guerres d'Irak d'Afghanistan de Libye de Syrie n'ont fait qu'aggraver le problème !est ce voulu? tout porte à le croire ! c'est bien regrettable car chaque jour nous éloigne un peu plus de la fraternité entre les peuples et de la paix dans le monde !
-

Écrit par : belamicci | 02/09/2015

Des centaines d'avis négatifs sur l'islam: http://www.amazon.fr/Ces-grands-esprits-contre-lIslam/dp/2917617551

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 03/09/2015

",le cas de la France poussée par les USA.les Guerres d'Irak d'Afghanistan de Libye de Syrie"

Ben voyons! Vous voulez dire que c'est Sarkozy qui a entrainé les Etats-Unis, et non le contraire, dans la guerre contre Kadhafi. Ce sont les militaires français qui l'ont arrêté et livré à la foule. En Syrie, il s'agit d'une guerre civile fomentée par les Frères Musulmans. Fallait suivre les infos! Vous avez toujours Wikipédia pour vous informer en googlisant: Guerre Afghanistan, guerre civile syrienne, guerre Kadhafi/Libye, cela vous évitera de dire des énormités.

Écrit par : Patoucha | 07/09/2015

"ce sont les puissances dites démocratiques qui soutiennent les djihadistes politiquement matériellement et financièrement"

Il est notoire que les djihadistes sont soutenus financièrement, politiquement et en matériel de guerre par l'Iran et le Qatar.

La suite demain!

Qui se cache sous le délirant propagandiste "belamicci"?

Écrit par : Patoucha | 07/09/2015

@belamicci

Si vous voulez connaître une religion, il vaut mieux aller directement aux sources que d'écouter ce qu'en disent Pierre-Jean-Jacques. Muhammad, s'il a existé, n'était pas un clone spirituel de Gandhi.

Ce sont les textes fondateurs de l'islam, soit le Coran et la Sunna (constituées des hadiths), de même que ses biographes officiels qui imputent à Muhammad les pires crimes: pédophilie, razzia, guerre d'agression et de vengeance, viol de guerre, trafic de femmes et d'enfants, assassinat, sans oublier le racket de protection digne de la mafia que constitue la dhimma. Et encore, ces textes ont été rédigés dans le but de valoriser ce triste individu!

Ce sont aussi du Coran et de la Sunna que sont tirées toutes les peines barbares prévues à la charia: flagellation des fornicateurs, amputation des voleurs, lapidation des personnes adultères, exécution des apostats, etc. De la Sunna vient également l'âge minimum du mariage des filles à 9 ans.

Pourquoi devrait-on considérer les barbares de l'EI comme de mauvais représentants de l'islam alors qu'ils s'en inspirent directement pour commettre plusieurs de leurs crimes? Bien sûr, si un islamiste tue un chrétien ou un juif sans lui avoir offert la possibilité de se convertir ou de payer la jyzia, (un non-chrétiens/non-juifs n'aurait que le choix entre la conversion et la mort), il ne respecte pas les règles de l'islam mais on parle seulement de règles qui codifient la barbarie.

Que connaissez-vous exactement des textes de l'islam? Croyez-moi, il n'y a rien de tel pour éloigner les humains de la fraternité et de la paix.

Écrit par : Minona | 03/09/2015

Minona, il y a un truc, qui s'appelle l'éthique.

il existe une base morale universelle, qui reste au-dessus de toute appartenances
politiques

que les suisses ont développé depuis bien longtemps
à commencer par l'éducation des enfants dont Pestalozzi est le fondateur des bases d'éducations actuelles

la chose intéressante ici, aujourd'hui :

au travers de l'application universelle des droits constitutionnels, de l'évolution des organisations étatiques, force est de constater que la France reste sous jacobinisme napoléonien (qui a anhililé les objectifs révolutionnaires, et reconstitué un monarchisme à sa taille)

que la Suisse et quelques autres petits états du continent ont sauvegardé un semblant de souveraineté,

dans un conglomérat nommé Union Européenne, sans gouvernement, incapable de concensus, au parlement composé de membres en échec démocratique au niveau des états qu'ils sont sencés représentés.

où l'éthique européenne à leur niveau correspond au tiquet de présence.
Je dis ça, je dis rien.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 03/09/2015

Connaître les religions ne fait pas avancer l'humanité, il faut des années d'études pour comprendre les mensonges. Les sources sont polluées.
Il faut savoir pourquoi elles existent. L'égyptologie démontre une partie du mensonge royal.

L'islam et ses adeptes n'ont fait que reprendre le concept des rois et leurs prêtres, traîtres des Pharaons et de l'humanité.

Quant à l'éthique en Suisse, il ne faut pas aller regarder trop près, en particulier chez les banquiers et les autres.

La France, celle qui prendra la suite vous dit bien des choses, dont bonne fin de soirée.

Écrit par : Pierre NOËL | 03/09/2015

Les commentaires sont fermés.