12/09/2015

Quand une journaliste exclut le reportage, l’expéditrice et le débat

Les journalistes genevois doivent être préservés de toute pollution par des propos discordants. Dans la page facebook des plumitifs, Marion Moussadek veille au grain. Mais gare au retour de bâton de la censure médiatique.


 

marion moussadek,journalistes,facebook

8 janvier, des journalistes genevois manifestent. "Je suis Charlie", proclament-ils. Vraiment?

Mardi 8 septembre, Riposte laïque publie un remarquable reportage à Calais de Caroline Alamachère et Guy Lepage. Je le partage sur ma page facebook, et plus tard sur celle de l’Association genevoise des journalistes… Pour constater peu après que je n’ai plus accès  à cette page. Je suis devenue  «indésirable», comme on dit sur FB. L’article  évidemment a été éjecté avec l’expéditrice. Je vous le recommande (depuis lors, des vidéos et des images ont été ajoutées). Plus de 18'000 visiteurs ont consulté ce document sur Riposte laïque.

Exclusif : ce qui se passe vraiment à Calais et dans la « jungle »

Vous constaterez que ce  reportage largement illustré montre la face cachée de la zone calaisienne. Celle que ne traitent jamais nos médias qui se contentent d’interviews de désespérés et d’images de leurs tentatives de gagner l’eldorado en assaillant les camions, images souvent  agrémentées de quelques violence policières.

Caroline Alamachère et son collègue montrent un autre décor: les tonnes de déchets, un site naturel auparavant protégé et aujourd’hui dévasté, un centre aéré pour enfants calaisiens transformé en « accueil » pour migrants Elle donne la parole aux membres au collectif les « Calaisiens en colère » qui racontent les agressions, le chômage en hausse (quelle entreprise aurait l’idée de venir s’installer là ?), les commerçants victimes de vols et d’agressions qui ferment boutique. D’autres, de même que des habitants, obligés d’injecter des milliers d’euros pour des systèmes de sécurité.

Il m’a semblé que le sujet valait bien un petit débat entre journalistes. J’ai donc tenté de le partager avec mes confrères avec ce commentaire (de mémoire) :

"Bonjour chers collègues. Pensez-vous qu'un reportage tel que celui-ci pourrait passer dans un de nos médias? Ou est-il indigne d'y figurer?"

C’est Marion Moussadek, journaliste, qui anime ce «groupe fermé» marqué à gauche. Sur cette page, les débats entre les 182 journalistes « amis » sont inexistants. J’ai déjà tenté d’en créer un une fois ou l'autre, sans résultats. Mais il n’est pas nécessaire d’espérer…

La gentille bergère a donc estimé qu’il était de sa responsabilité de protéger son troupeau. Elle n’a pas jugé utile bien entendu de m’informer de ce geste de salubrité publique. Et elle a botté en touche lorsque je l’ai eue au téléphone. Pas le temps, trop de travail, envoyez-moi un email…. Auquel elle n’a jamais répondu.

Dame, la gauche ne parle pas à «l’extrême droite» qui envoie des reportages depuis un site «d’extrême droite». Ma consœur était persuadée, probablement avec raison, que si ses troupes étaient au courant –modeste, elle n’a pas non plus jugé nécessaire de les informer-, elle serait félicitée, voire décorée. Mamma Moussadek ne veut en aucun cas déranger la quiétude de ses doux agneaux.

Comment fabriquer la haine

C’est vrai, c’est une histoire lilliputienne. Mais je la trouve assez exemplaire. Les journalistes forment la boucle de la ceinture vertueuse  qui fait barrage à ceux qui pensent qu’immigration et islam méritent le débat. Et qui aujourd’hui s’opposent avec fermeté à l’arrivée d’un flux constant de réfugiés.  Et le constat de la censure est général.

J’ai participé à l’une des manifestations genevoises des «Je suis Charlie» organisée par l’association des journalistes. Quelle mascarade! Ils ne sont pas, n’ont jamais été Charlie. Ils sont au contraire le premier rempart à la liberté d’expression.

Mais il y a peut-être plus grave. Sans voix pour les porter, sans lieux pour s’exprimer hors ceux que les citoyens et journalistes estimables ne fréquentent pas, certains citoyens fâchés deviennent des citoyens exaspérés, puis des citoyens haineux. Et ce n’est pas l’UDC, ni les «populistes» qui mènent ce bal, ce sont les médias. Ils forgent la haine et s’étonnent ensuite, par exemple, de ne pouvoir ouvrir les commentaires de certains articles par crainte d’un «déchainement des passions» comme me l’a dit un cadre de la Tribune.

«Les journalistes s’identifient au camp du bien: leur critère d’interprétation est moins de distinguer le vrai du faux que le bien du mal. La moraline coule à flots dans les salles de rédaction.»
Site Polémia



P.S. Un autre article de Caroline Alamachère donne l’une des multiples informations que l’on ne trouve que sur les sites de « réinformation ». Cette fois, il s’agit de l’islamisation de la France à Mayotte.

17:51 Publié dans Genève, Médias | Tags : marion moussadek, journalistes, facebook | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

une journaliste de gauche est un pléonasme!

Écrit par : Eddie Mabillard | 12/09/2015

"C’est Marion Moussadek, journaliste, qui anime ce «groupe fermé» marqué à gauche."

La planification de l'islamisation de l'Europe

Une analyse de Michael Mannheimer, journaliste allemand, qui tombe à point nommé, elle date de 2009, qui suggère:
(je cite deux exemples)

- Les lecteurs doivent envoyer, en masse, des lettres de protestations contre les articles et commentaires qui qualifient les critiques de l’islam de gens dangereux « d’extrême droite », et contre les articles qui nient le fait que l’islamisation de l’Europe est bel et bien en train de se produire.

- Submerger d’e-mails et de lettres les radios et télés qui produisent des émissions islamophiles. (nous en sommes bombardés)

- Soutenez et encouragez les politiciens, journalistes, intellectuels, artistes et autres citoyens, assez courageux pour oser critiquer l’islam en acceptant la stigmatisation insultante « d’extrême droite » que les musulmans ou la gauche vont, comme d’habitude, coller sur leur nom.

Extrait - Partie 4

Qui sont les Occidentaux qui facilitent l’islamisation

Sans le soutien actif des intellectuels occidentaux, des pasteurs, politiciens, artistes, journalistes et auteurs, l’islamisation de l’Europe ne pourrait rencontrer aucun succès.

Les politiciens qui permettent l’islamisation: (...)

- Le silence des médias :

À ce jour, les médias occidentaux “de qualité” ont gardé le silence sur cette déclaration d’Erdogan – une déclaration qui n’est pourtant pas moins grave que celles d’Hitler et d’Ahmadinejad. Coïncidence ? Jamais de la vie ! Si les rédacteurs avaient été en mesure de dénicher de telles déclarations dans les archives, venant d’un président américain ou israélien, ils auraient certainement fait les manchettes du monde durant des semaines !

(...) Il est bien connu que les assassinats de non-musulmans sont permis dans l’Islam. Cependant, celui qui évoque cette licence islamique de tuer, celui qui l’appelle par son nom, est considérée par l’islam comme ayant commis une offense impardonnable aux prophètes et la religion. C’est toute l’hypocrisie, et la hiérarchie des principes moraux de cette “religion de paix.”
Aussi, j’accuse la grande majorité des médias de complicité abjecte avec le totalitarisme islamique et avec ses principaux religieux ou politiques, qu’elle soit intentionnelle ou pas.

Les raisons de cette complicité (souvent intentionnelle) sont :

Haine envers la société composée de citoyens occidentaux
Anti-américanisme
Antisémitisme
Une ignorance crasse des tenants et aboutissants de l’islam.

- Les journalistes en tant que facilitateurs de l’islamisation

La presse occidentale ne reconnaît aucun tabou : si le sujet est la chrétienté, le pape, les politiciens occidentaux ou non occidentaux, les artistes, les pays, des scientifiques, des idéologies ou des idéologues, des religions ou des sectes. Tout peut être analysé, critiqué, caricaturé – et la liberté de le faire est une bonne chose.

Cependant Hendrik Zörner, porte-parole de l’association des journalistes allemands (Deutscher Journalistenverband -DJV) a lui aussi critiqué avec véhémence la reproduction des caricatures danoises, faisant référence au « Code de la presse », selon lequel : « La publication par le mot et l’image, qui par sa forme et son contenu peut porter atteinte aux sensibilités religieuses d’un groupe de personnes, viole les stipulations écrites dans ce Code.» (Numéro 10 du code allemand de la presse) […]

Régis Debray, dans une interview publiée par le Nouvel Observateur, s’aligne lui aussi sur un scénario international de subjugation à l’islam, et demande ni plus ni moins un autocontrôle par chacun dans la formulation de ses propres opinions en ce qui concerne l’islam, il soutient : « Nous ne pouvons projeter nos formes de pensées et notre système culturel sur une autre culture qui a son histoire et où la religion joue un rôle structurel, comme c’était le cas pour nous il y a trois siècles ». […]

Les écrivains en tant que facilitateurs de l’islamisation

Kurt Tucholsky, écrivain allemand, affirmait en 1919 : « Ce qui est permis dans une satire ? Tout. »

Cependant, un siècle plus tard, un prix Nobel de la paix et de littérature, l’Allemand Günter Grass, a soutenu au sujet des caricatures, qu’il s’agit «d’une provocation consciente et planifiée par un journal danois d’extrême (...) M. Grass avait auparavant évoqué sa « compréhension » des attentats contre les tours jumelles à New York et s’était reconnu une certaine sympathie envers les terroristes musulmans. […]

Grass va si loin dans son amitié pour l’islamo-fascisme qu’il a proposé, à l’occasion de la candidature de Lübeck en tant que «capitale culturelle de l’Europe», que l’une des églises de Lübeck soit transformée en mosquée. Ce qui serait prêché dans cette mosquée ne semble pas l’intéresser particulièrement. Mais rappelons maintenant la nature des textes coraniques prêchés dans ces mosquées dans le monde entier :

« Quand vous rencontrez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage, et serrez les entraves des captifs que vous aurez faits. » (sourate 47.4)
« Tuez les infidèles partout où vous les trouverez. » (sourate 2.187)
« Et s’ils retournaient à l’infidélité, saisissez-les et mettez-les à mort, partout où vous les trouverez. » (sourate 4.91)
« Ô Croyants ! Ne prenez jamais comme amis ni des Juifs ni des Chrétiens. » (sourate 5.54)
« Ô Croyants ! Combattez les infidèles qui vous avoisinent ; qu’ils vous trouvent toujours sévères à leur égard.» (sourate 9.124) […]

(Note du traducteur : citations du coran de la traduction authentique de Kasimirsky, préface par Mohammed Arkoun ; versets de Médine, donc abrogeants).

Les psychanalystes en tant que facilitateurs de l’islamisation (...)

- La gauche en tant que facilitatrice de l’islamisation

[…] Etant donné que les gens de gauche refusent généralement le débat sur l’aspect inhumain et totalitaire de l’islam, ils ont abandonné le champ politique de la critique de l’islam à d’autres, qu’ils diabolisent et accusent d’être « hostiles aux étrangers ».
Cependant, cette stratégie de diabolisation de la droite employée par la gauche est finalement devenue un boomerang idéologique, parce que dans le long terme, la constante association des termes «hostile aux étrangers» et «critique de l’islam», rend maintenant impossible pour la gauche, même dans les cas les plus évidents, de participer activement à la discussion sur l’islam. Dans ce cas, cette accusation d’«hostilité envers les étrangers» peut se refermer sur eux de toute sa force. La gauche bien-pensante se sera mise dans un cercle vicieux duquel elle n’aura pas où s’échapper, et à la fin, c’est l’islam qui sera le véritable vainqueur.

- Les convertis en tant que facilitateurs de l’islamisation

Au Danemark, une tendance à la conversion à la «religion de paix» peut aussi être observée. Comme en Allemagne et d’autres pays occidentaux, une grande partie des quelques 4.000 convertis à l’islam danois se sont installés dans la gauche et les partis verts de la politique. Ce fait est clairement observable dans une étude de l’Université de Copenhague.

Selon cette étude, les personnes sondées converties à l’islam sont ouvertement opposées au modèle occidental de démocratie, et désirent que l’islam soit la forme de gouvernance dans leur pays. Ce retournement interne des valeurs de la gauche d’antan par les convertis à l’islam est stupéfiant :

– d’un athéisme “communistement correct”, à une religion où le moindre doute sur son dieu et son prophète est punissable de mort, et qui veut mettre de force le monde entier sous la bannière d’Allah ;

– de la demande d’égalité entre homme et femme, à une religion de l’apartheid entre les sexes, lorsque, conformément à la loi des manuscrits religieux (Coran et Sunna) l’assujettissement de la femme avec pratiquement aucun droit, est scellé une fois pour toutes ;

-de l’égalité pour toutes les personnes, (...) En revanche, toutes les autres personnes, selon le Coran, selon Mahomet et selon les agents de la «religion de paix” peuvent être tuées en toute bonne conscience.

[…] On est en droit de se demander si lors de leur conversion à la « religion de paix », ces Occidentaux ont été informés qu’il n’existe pas de retour à leur vie pré islamique, et qu’en cas d’apostasie ils seraient tués, comme l’affirme Mahomet : « Tuez quiconque quitte l’islam ». (Sourate 4.91)

Conclusion : après avoir échoué l’apaisement d’Hitler, les «pacifistes» occidentaux récidivent.

[…] La théorie de l’apaisement est absurde car l’expérience historique montre que les régimes voyous, sans exception, ont dû être vaincus par la force. Ce fut le cas avec Hitler, avec les Khmers Rouges au Cambodge, et avec le régime cannibale d’Idi Amin Dada en Ouganda, qui s’était d’ailleurs converti à l’islam. […]

Non, la seule conclusion correcte suite à la Seconde guerre mondiale doit être : « Plus jamais de tolérance pour l’intolérance. »

[…] Cependant, il faut que les « pacifistes » et les ennemis de la liberté occidentale comprennent bien une chose : le crocodile islamique les mangera les premiers !

La planification de l'islamisation de l'Europe | NONALI-Tout ..., www.nonali.com/islam.../la-planification-de-l’islamisation-de-l’europe/

Écrit par : Patoucha | 13/09/2015

La censure des ayatollahs du journalisme a encore frappé.
Cela fait longtemps que le peuple sait que les journalistes ne sont plus là pour dire la vérité. La preuve est que ceux qui la disent sont mis au ban. C'est bien triste tout ça.

Écrit par : Daniel | 13/09/2015

Dire "les journalistes" en les mettant tous dans le même sac revient à dire "les Juifs, ou "les Arabes" ou encore "les catholiques" en les mettant de même dans le même sac. C'est probablement pratique intellectuellement parlant, car on évite de se poser la moindre question, mais éthiquement c'est totalement inacceptable.

On voit bien à quoi conduit l'affirmation, à Genève, qui prétend que "les frontaliers" sont ceci ou cela...

Écrit par : Michel Sommer | 14/09/2015

Les commentaires sont fermés.