08/10/2015

Radicalisme islamique à Genève: le grand secret préservé

L’enquête de la Tribune de Genève fin août nous a fait découvrir l’extrémisme de la plus grande mosquée de Suisse (3000 fidèles le vendredi) muée en recruteuse de djihadistes. Et le 2 octobre, Le Temps lancé sur «la piste de l’islam radical» a élargi la problématique. Le constat est alarmant.

N.B: Cet article développe le texte paru dans la Tribune, où Hafid Ouardiri s’exprime sur le même sujet.


Dans Le Temps, un éducateur de rue d’origine sénégalaise (qui a connu dans son pays les coups de fouet de l’école coranique, le fanatisme et la soumission à son guide spirituel) observe «la radicalisation rampante» des jeunes dans les quartiers et communes du canton. Il en cite une demi-douzaine auxquels s’ajoute la mosquée du centre-ville de Hani Ramadan : «C’est là que j’y ai entendu le plus de paroles déplacées.» Un doux euphémisme.
Les Kosovars sont particulièrement concernés, remarque l’éducateur, de même que des Pakistanais et des convertis « dont certains pourraient être au point de bascule ».

radicalisation,lignon,mosquée de genève, Ouardiri

La doxa aux abonnés absents

Mais comme d’habitude, nous nous retrouvons dans une sphère mystérieuse et magique: qu’est-ce qui relie ces radicaux ou en voie de radicalisation à l’islam? Journalistes et interviewés évitent avec une extraordinaire constance le problème qui tache et souvent tue : la doxa musulmane.

La mère du jeune parti en Syrie témoigne que son fils «a appris de façon boulimique le Coran». Que se passe-t-il dans un tel cas? Serait-ce ce qu’on appelle, pour exonérer mosquées et imams, l’«autoradicalisation»? Mais alors, que lui a appris ce livre, qui l’a convaincu de rejoindre l’armée sanguinaire de l’EI ?

On imagine quels genres de versets contiennent les «dizaines de sourates» (chapitres) du Coran que le jeune djihadiste, nous dit-on, a envoyé à son père pour selon toute probabilité le convaincre du bien-fondé de son combat.

Le sujet est d’autant plus brûlant que toutes les activités des mosquées tournent autour de ce Coran dont elles ne cessent de rappeler le caractère parfait, éternel, parole de Dieu non-modifiable.

Pour décourager le lecteur qui aurait l’idée saugrenue de demander ce que tous ces tueurs qui se réclament de l’islam ont à faire avec l’islam, on répond par de francs mensonges à des questions… jamais posées.

Par exemple, comment lutter contre le radicalisme avec ce Coran? Est-il possible aux religieux d’une part d’affirmer à leurs ouailles la perfection de ce livre et d’autre part de leur expliquer qu’il ne faut pas faire ce qu’il intime à moult reprises?

Pourquoi une telle soif de dialogue interreligieux?

Montassar BenMrad, président de la plus grande faitière d’organisations musulmanes de Suisse, interviewé à propos de la mosquée genevoise, a pour caractéristique de baigner depuis des décennies dans les eaux du dialogue interreligieux, un usage qu’affectionnent tant de responsables musulmans. Sans jamais bien sûr en venir au fond des doxas respectives. Comme me le disait un adepte protestant de ce sport: «Ce qui nous intéresse, c’est ce qui nous réunit, pas ce qui nous sépare.» Il ignorait donc qu’Allah considère que juifs et chrétiens ont dénaturé la Bible qui en réalité délivrait le message de l’islam.

radicalisation,lignon,mosquée de genève, OuardiriCes représentants d’autres religions ne savent pas non plus comment le Coran les traite. Leurs collègues musulmans, eux, le savent. Et l’on se demande si cette obsession dialogueuse des adeptes d’Allah ne vient pas du sentiment honteux que doit produire ce rejet implacable des Autres par l’islam. Dialoguer devient pour eux un témoignage que cette religion pourrait bien être toute de tolérance.

Le faire croire est un immense défi! Car Allah est positivement obsédé par la condamnation des mécréants. Ils le sont par le djihad sur terre et par l’enfer dans l’au-delà. Dans sa remarquable analyse du Coran, « Il était une foi. l’islam », l’ex-musulman Majid Oukacha fait apparaitre, nombreux versets à l’appui, le degré de haine que ce livre saint porte à ceux qui ne croient pas à son message.

Le dieu de l’islam rappelle sans trêve que tout non-musulman sera condamné à l’enfer pour cette seule raison, fut-il l’exemple même de l’homme de bien, et s’en prend tout spécialement aux juifs et aux chrétiens. Ces mécréants sont qualifiés de criminels, pervers, bestiaux, singes, porcs… et les adeptes d’Allah sont incités à moult reprises à les attaquer, éradiquer, tuer. Le djihad est la garantie absolue de l’accès au paradis. «Vous rendez-vous compte, observe Oukacha, des dégâts psychologiques que ce genre de vérités catégoriques (aussi suggestives que limpides) peut produire dans le cerveau d’un endoctriné à l’islam (…) Quelle signe d’étroitesse d’esprit que cette façon belliqueuse et manichéenne d’inviter les musulmans à considérer comme ennemis ceux qui ne partagent pas la même foi !» L’auteur met aussi en pièces l’idée que les injonctions à tuer seraient de l’autodéfense, ce qu’avancent si souvent les défenseurs de ces textes.

Duperies

L’islam est le poison, ils nous font croire que c’est l’antidote ! Des musulmans se radicalisent, car ils n’ont pas de «connaissance réelle de l’islam». Donner aux jeunes «des bases, des connaissances de la religion, est un bon vaccin». «Quand ils sont déconnectés de la réalité musulmane, ils peuvent dériver plus facilement. D’où l’importance du rôle des imams pour réduire ce risque.» «Il faut accorder une place au religieux pour éviter que certains ne cherchent des réponses ailleurs.»

L’éducateur de rue, resté visiblement un bon musulman, énumère ce qui attire ces apprentis djihadistes : «L’entraide, le soutien, le respect. C’est la force de l’islam.» Des valeurs qui mystérieusement conduisent ces apprentis à l’ostracisme, au mépris et au meurtre. La journaliste est au diapason:  «L’islam qui corrige une dérive de nos sociétés, l’islam qui contient, qui structure, qui cadre.» Le nazisme et le stalinisme cadraient assez bien eux aussi.

Je soumets à votre réflexion cette extraordinaire citation d’Amine qui tentait de raisonner le futur adepte du djihad syrien: «Mais face à ce frère, je n’avais pas d’arguments, car mon niveau de connaissance de l’islam était inférieur au sien.»

Les déclarations énigmatiques liées à cette problématique ne manquent pas. Par exemple, disent les fidèles, aucun dérapage n’a été constaté dans les prêches de la grande mosquée. Le 14 août, un des imams français a même dénoncé le terrorisme. «C’est du jamais-vu», s’exclame avec surprise un habitué, inconscient de l’infamie que représente cet aveu. De son côté, un pratiquant (28 ans) tente de résoudre l’insoluble : «Certains jeunes qui ont déjà des idées radicales interprètent mal le discours des imams en prenant les versets coraniques au pied de la lettre ». Ils n'ont pas bien lu le Coran qui délivre, nous assène une fois de plus Hafid Ouardiri, «un message d'amour et de miséricorde». Amour? Où Monsieur Ouardiri a-t-il lu ce mot dans son saint livre? Combien de fois? Deux...Trois?

Indécence

Il est une autre baliverne qu’adorent nous enfiler les religieux et leurs experts et qui atteint le degré maximum d’indécence. C’est l’appel à la lutte contre le radicalisme de TOUTES les religions, comme si une seule autre commettait ou appelait aux mêmes atrocités. Ainsi, lorsque BenMrad énumère la politique à suivre face à un croyant qui se radicalise, il ajoute : «Cela vaut pour tout lieu de culte, mosquée ou église.» Et enfonce le clou : «Il faut rappeler que cet extrémisme, qui relève de mécanismes sectaires, s'observe aussi dans d'autres religions...»  La «spécialiste» Mallory Schneuwly est au diapason : «Nous devons intensifier les mesures de prévention visant les discours radicaux, mais aussi sur le racisme et les autres formes d’intolérance. La radicalisation n’est pas qu’une question musulmane...»

Journalistes et spécialistes révéleront-ils un jour ce que l’écrivain Daniel Sibony appelle « le grand secret » de l’islam, soit les appels à la violence et à la haine que contiennent ses textes ? Aucun indice ne nous permet de l’espérer.


http://www.letemps.ch/suisse/2015/10/02/piste-islam-radic...
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/grande-mosquee-je...
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-grande-mosquee...
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-mosquee-de-Gen...

Rappel: le site de l'Association suisse vigilance islam

09:39 Publié dans ASVI, Genève, Intolérance, Médias | Tags : radicalisation, lignon, mosquée de genève, ouardiri | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

«Ce qui nous intéresse, c’est ce qui nous réunit, pas ce qui nous sépare.»
Typique de ces sophismes pseudo-intellectuels utilisés par certains naïfs et nombre de propagandistes.
Cette phrase aurait pu être prononcée par un gentil amateur de chiens qui aimait les bergers allemands … comme Hitler (d'après des documents historiques).

Écrit par : Mère-Grand | 08/10/2015

J'ai lu l'interview du directeur général de la Mosquée de Genève - Petit Saconnex - Ahmed Beyari, du 20 septembre 2015 dans Le Matin Dimanche.

Questions pertinentes du journaliste Frédéric Vormus

FV: Ce Genevois de 20 ans venait prier trois fois par jour à la mosquée. Comment avez-vous pu ne pas remarquer sa radicalisation?

"Je ne peux pas surveiller tout le monde. Nous avons énormément de fidèles. C'est impossible pour moi d'avoir un oeil sur chacun...." Mais il sait et à "l'oeil": "qu'il y a des gens de passage qui viennent prier puis repartent..."

FV: Si vous ne pouvez pas, est-ce que les imams, plus proches des croyants le peuvent?

Ouais, je vous laisse lire ses réponses. Je n'avais pas besoin d'être présente à cette interview pour sentir la fausseté de ses paroles.

FV: Est-ce qu'en tant que directeur vous en avez fait assez pour assurer un contrôle de la mosquée?

Si, si, Il a mis des caméras.. un agent chargé de la sécurité qui agit en tant que médiateur.....

FV: Selon la Tribune de Genève, qui cite le rapport de la Direction départementale de la police des frontières, la mosquée jouerait un rôle de premier ordre dans l'organisation de la filière djihadiste...

C'est une affabulation! Non, franchement, vous croyez réellement que si c'était le cas le Service de renseignement de la Confédération (SRC) et les autorités genevoises ne seraient pas plus affolées?
Il nie tout en bloc, tout ce qui a été écrit est affabulation, la mosquée?Une vierge immaculée, les imams? d'une intégrité à toute épreuve.. Les croyants ne parlent jamais de leur possible radicalisation. "les jeunes "radicalisés" viennent d'ailleurs", "le sont sur internet..." "Il se peut que quelqu'un vienne d'ailleurs puis parte en Syrie" Nous ne pouvons refuser à un musulman de venir prier" rien ne se passe dans la Mosquée, la salle de sport? Vous pensez, mais non voyons! C'est fait pour faire du sport pas pour discuter.. Il ne sait rien mais paradoxalement est au courant que "l'un des jeunes qui sont partis en Syrie vient de Tunisie. Il a été formé là-bas. Rien ne prouve que ces deux jeunes se soient radicalisés ici. Qu'il n'y a pas de groupe radicalisé au sein de notre mosquée. S'il en existait un, nous prendrions des mesures et nous contacterions les autorités ...

Les imams 2 sur 3 fichés? NON, NOUS NE SAVIONS PAS QU'ILS ETAIENT FICHES. Rien à leur reprocher, leur prêche du vendredi, la tolérance et la paix, que des éloges MAIS, dans le feu des éloges il lâche:

"ILS SONT D'AILLEURS CHOQUES D'AVOIR ETE FICHES. L'UN DES IMAM A FAIT ENVOYER PAR SON AVOCAT UN COURRIER AU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE POUR EN CONNAÎTRE LES RAISONS. IL SE TIENT Â DISPOSITION DES AUTORITES CONCERNEES POUR REPONDRE....AUJOURD'HUI IL N'Y A PAS DE PREUVES. SI DEMAIN IL Y EN AVAIT, ALORS LA MOSQUEE PRENDRAIT TOUTES LES MESURES REQUISES"

BEN, pour quelqu'un qui vous dit: "NON, NOUS NE SAVIONS PAS QU'ILS éTAIENT FICHES", excusez-moi.... Mais c'est se ficher du monde! Hypocrisie et roublardise vis-à-vis de la maman du jeune suisse qu'il aimerait rencontrer pour mieux la rouler dans la farine et aussi la convertir? Il a réponse à tout et un culot à toutes épreuves!
Les réponses sont données en gros également aux questions suivantes:

FV: Si vous n'assumez aucune responsabilité dans ce qui se passe dans vos murs, comment pouvez-vous prétendre que ce rapport est faux?

FV: Comment se fait-il que vous n'ayez jamais identifié le groupe radicalisé que fréquentaient les deux jeunes partis s'engager auprès de l'Etat islamique?

FV: La salle de sport est un dispositif souvent central dans ce processus de radicalisation. Est-ce normal de laisser les gens s'y rassembler sans surveillance quand bon leur semble?

FV: Deux de vos imams, su trois, sont fichés par le renseignement français à cause de leurs liens avec les extrémistes. Le saviez vous?

FV: Ne faudrait-il pas engager des imams formés en Suisse?

FV: Vous dites que vos imams sont très bons. Pourtant lorsque la mère du jeune parti en Syrie les a appelés, ils ne l'ont ni écoutée ni soutenue. Pourquoi?

FV: Comprenez-vous qu'une part de la population suisse ait peur de l'islam?

Là aussi il demande à rencontrer les gens qui ont des questions sur l'islam... pour mieux les endormir avec la Taqiyya sans doute!


Il m'intéresserait de savoir ce qu'a pensé personnellement le journaliste de cette entrevue! S'est-il rendu compte qu'il a été baladé par ce directeur?

Écrit par : Patoucha | 09/10/2015

Ah! les extrêmistes catholiques ou protestants! Il est vrai qu'il y en a qui manifestent contre l'avortement ou le mariage pour tous, mais dès le moindre acte violent, ils sont vite rappelés à l'ordre par la loi. Bizarrement, quand c'est un musulman qui dérape, ce sont tous ceux autour de lui qui sont racistes.

Écrit par : Arnica | 09/10/2015

Tribune de Genève, 9 octobre,"Coup de gueule" (p.2) de Pierre R. Monney sur le texte de M.V. consacré à la violence du Coran ("face à face" avec Hafid Ouardiri):

«Ils [les propos de la Présidente de l’ASVI] sont l’exemple de la même ignorance malveillante que celle partagée par les excités fanatisés de l’EI»

Dommage que Monsieur Monney ne démontre en rien pourquoi la Présidente de l’ASVI est ignorante. Elle ne fait que reprendre les textes que reconnaissent tous les imams et consorts. Il est intéressant de remarquer que la phraséologie de ce monsieur mime exactement les propos que tiendrait le musulman lambda voulant défendre sa religion, il ne manque que la psychiatrisation de madame Vallette .

« Madame la Présidente devrait s’instruire en diversifiant ses lectures. Les fanatismes religieux de tout bord sont une réalité dont les exemples abondent, souvent justifiés par de nombreuses sources écrites non recommandables »

Si je comprends bien, le Coran, les hadiths et la sunna sont des documents non recommandables. A mourir de rire. Il eut mieux valu être aveugle que de lire de telles stupidités.

« Instruisez-vous, Madame, et bla bla bla et bla bla bla »

Mais Monsieur Monney, si les islamo-lucides doivent se renseigner, quels ouvrages leur recommanderiez-vous ? D’autant plus que si nous suivons votre raisonnement, le Coran, les hadith et la sunna étant la source de ceux qui combattent l’islam, ne sont pas recommandables.

« Instruisez-vous, Madame, cherchez les points de rencontre comme le font le Pape et les chrétiens éclairés, vous contribuerez ainsi à la paix des religions plutôt qu’à une guerre aussi injustifiée qu’injustifiable. »

Ce qui est intéressant dans ce genre de réflexion est que nous pourrions l'appliquer aux adeptes de toutes sortes de totalitarismes. On peut penser à ceux qui ont embrassé le nazisme qui très souvent étaient chrétiens. Aurait-on pu avancer le même argument? Ce Monsieur est pour le dialogue inter-religieux à ce que je comprends, mais s’est-il posé la question de savoir si ce même dialogue avait lieu dans des pays comme le Pakistan, l’Arabie saoudite, l’Iran, etc…. Très sérieusement, je préfère taire ce que je pense de ces idiots utiles de l’islam qui, j’en ai bien peur, ne se rendront compte de leur faute que trop tard.

Ces idiots utiles sont assez phénoménaux, non seulement, ils dénient le travail des islamosceptiques «blancs», occidentaux, mais pire, ils ne veulent pas entendre ce que nous disent les apostats de l’islam dont des imams qui, je pense, connaissent aussi bien que les Ouardiri ou les Ramadan ce qu’est l’islam et ce qu’imposent les textes sacrés.

Au fait, en parlant de Hafid Ouardiri, ne devait-il pas débattre avec un certain Alain Jean-Mairet au sujet de l’islam? Comme c’est étonnant, il s’est dégonflé comme une baudruche. Aurait-il eu peur de perdre la face et d’être dans l’impossibilité de défendre l’islam et son prophète? Il est vrai que c’est plus facile de faire le grand savant à la télévision lorsque l’on sait que le meneur de débat vous est acquis, même si parfois il donne l’impression de jouer l’inquisiteur.

Écrit par : Gilles Vuilliomenet | 10/10/2015

L'oeuvre intégrale:

"C'est avec tristesse et pitié que se lisent les propos de la présidente de l'Associa¬tion suisse vigilance islam (ASVD) dans la «Tribune» du 8 octobre. Ils sont l'exemple de la même ignorance malveillante que celle partagée par les excités fanatisés de l'Etat Islamique (El) au Moyen-Orient.
Avant de sélectionner des exemples extrêmes et de s'ériger en égérie dont l'aveuglement semble destiné à protéger les bons chrétiens, Madame la Présidente devrait s'instruire en diversifiant ses lectures.
Les fanatismes religieux de tout bord sont une réalité historique dont les exemples abondent, souvent justifiés par de nombreuses sources écrites non recommandables. Vous citez, Madame, la vie du prophète comme celle de «chef de guerre, épurateur de juifs et violeur de captives». Cette provocation totalement ne peut que viser à déclencher un regain d'incompréhension et de haine de la part de membres ignares de votre association.
Instruisez- vous, Madame, cherchez les points de rencontre comme le font le pape et les chrétiens éclairés, vous contribuerez ainsi à la paix des religions plutôt qu'a une guerre aussi injustifiée qu'injustifiable."

Pierre R. Monney

Écrit par : Mireille Vallette | 10/10/2015

Les "érudits" religieux, cette expression toujours utilisée par certains croyants" pour bien marquer la distance très très grande entre les religieux et le commun des mortels est à mourir de rire.
Et, une autre expression que les croyants utilisent à tout va: "ils sont l'exemple de la même "ignorance" malveillante que celle partagée par les excités fanatisés de l'EI". Celle-là démontre en plus de la méchanceté crasse que le plus ignorant est celui qui traite l'autre d'ignorant.
Ces personnes si éclairées croient aux apparitions comme celles de
- l'ANGE GABRIEL à MAHOMENT
- l'ANGE GABRIEL à MARIE
- DIEU à ABRAHAM
- DIEU AU PROPHETE RAEL.
Enfin on pourra s'adresser au prophète RAEL qui est en vie pour lui demander des explications au sujet de ces apparitions.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 10/10/2015

"érudits religieux"
est une de ces expressions utilisées dans des buts de propagande auprès des gens simples qui ne savent de toute façon pas à quoi elle peut faire référence, sauf qu'elle incite à se prosterner devant une savoir fictif érigé en Vérité.
C'est le même truc qu'utilisent les marabouts africains qui glissent leurs petits billets dans nos boîtes aux lettres, billets portant toujours un nom généralement affublé du titre de "professeur".
Sils donnaient dans la vente d'autre chose, par exemple des machines à laver, ils feraient probablement précéder le nom de "docteur", dénomination également très prisée dans le milieu ...

Écrit par : Mère-Grand | 10/10/2015

Fabienne Servan-Schreiber a mis le doigt sur le cœur du problème : le coran fabrique les djihadistes.

Fabienne Servan-Schreiber a produit des clips anti-jihad qui sont diffusés à la TV française, afin de « produire un contre-discours » sur ces jeunes qui partent faire le djihad en Syrie.

http://www.dreuz.info/2015/10/09/dans-ses-clip-tv-fabienne-servan-schreiber-explique-que-le-coran-fabrique-les-djihadistes/

Écrit par : Patoucha | 10/10/2015

Tous ceux qui essaient de nous embobiner avec le discours habituel du "toutes les religions se valent à la fois en bien et en mal" ne sont que des imposteurs!...L'islam est une idéologie politico-religieuse totalitaire qui n'a rien de comparable avec les autres religions!L'enfumage permanent, ça ne marche plus....et merci Mme Vallette pour le combat que vous menez courageusement

Écrit par : Claude Lester | 11/10/2015

Merci madame Vallette pour votre combat. Avez vous vu ce site. On y trouve plusieurs enquêtes fort intéressantes http://www.ikhwan.whoswho

Écrit par : elise | 19/10/2015

Les commentaires sont fermés.