16/12/2015

Devient-on djihadiste par manque de repères?

Le départ vers l’État islamique de jeunes élevés dans nos sociétés fait l’objet d’innombrables explications.  L’une d’elles invoque leur manque de repères . Une autre notre absence de spiritualité.


Lorsqu'un phénomène défie l'entendement, faire appel à des catégories familières, occidentales et marxisantes, rassure. La sociologie ou le statut économique sont appelés à la rescousse. Quitte à se révéler absurdes.

Une des causes du djihad, le manque de repères:


Claude Deuel responsable genevois d’un organisme de jeunesse: «Autrefois, les jeunes se rapprochaient de la Légion étrangère, des Brigades internationales, des blousons noirs ou des skinheads. En manque de repères, ils s’accrochent aujourd’hui à un autre type de famille.»

Panteleimon Giannakopoulos, chef du Service de psychiatrie générale: «Il leur manque une culture, un lien avec leurs racines, des repères, ce qui crée un terreau propice à l’idéologie portée par la radicalisation religieuse, la seule qui offre un modèle d’appartenance aujourd’hui en Occident.»

Des experts :

«Qui sont les djihadiste français? Souvent fragiles psychologiquement, ces jeunes sont en manque de repères et trouvent dans ce conflit un engagement total.»

«Les connaisseurs des groupes djihadistes  évoquent, eux, une «montée crescendo» de l’attirance des jeunes Français, en manque de repères, pour ce pèlerinage djihadiste.»

repères,bidar

Notons que ce qui séduit aussi dans cette explication, c’est qu’elle conduit comme tant d’autres à un glissement jouissif vers la culpabilité de nos sociétés. Elle me suggère deux constats dont on me pardonnera la trivialité:

1) Ceux qui sont en manque de repères dans les démocraties, ce sont les non-musulmans.

2)  Ceux qui possèdent des repères à profusion sont les adeptes de l’islam. Il n’existe aucune idéologie ou religion au monde qui en comprenne autant.
Les fraîchement convertis tombent eux aussi dans ce monde de repères.

Que les explicateurs m’expliquent donc ceci:

-  L’islam saturé de repères produit de sauvages criminels qui vont tuer, se faire sauter et épurer au nom de cette religion.

-  Les Occidentaux sans repères ne produisent ni sauvages criminels, ni kamikazes, ni épurateurs religieux.

Abdennour Bidar et la spiritualité

Le philosophe Abdennour Bidar propose une explication plus originale. Il estime que le grand problème, ce n’est pas l’extrémisme musulman, mais l’Occident par son absence de spiritualité: «L’islamisme est un danger, mais le vide spirituel de l’Occident est un danger plus grand encore».

«Donner à chaque être humain les moyens de cultiver sa propre part d'infini: tel est aujourd'hui cerepères,bidar qu'aucune de nos civilisations ne sait plus prendre en charge mais qu'elle laisse à l'abandon, livrant les uns à une terrible solitude dans leur quête, et tous à une inculture spirituelle qui expose les plus fragiles aux séductions du djihadisme!»

On observera à nouveau que ni la terrible solitude des non-musulmans, ni leur inculture spirituelle ne conduisent aux tueries, alors que l’inculture spirituelle des musulmans fait surgir ces vocations.
Et nos démocraties empêchent-elles quiconque de «cultiver sa propre part d’infini»? Devraient-elles inscrire cette obligation dans leurs constitutions?

«(…) nous sommes engagés avec la civilisation islamique dans le même défi crucial: trouver une vie spirituelle qui fonde l'univers éthique et politique des droits de l'homme.»

J’avoue que là, Bidar vole un peu haut pour mes modestes connaissances philosophiques. Mais il me souvient que le christianisme a fondé en bonne partie cet univers des droits de l’homme. Qui perdure malgré cette perte de spiritualité.

En résumé:

-  Les droits de l’homme dans les démocraties ne sont pas (assez) fondés spirituellement, mais ils sont respectés.

-   Les droits de l’homme dans les pays fondés sur la spiritualité musulmane ou son inculture spirituelle ne sont pas respectés.

Oserais-je dire que le monde serait infiniment meilleur avec une planète musulmane sans spiritualité, et même aussi matérialiste que la nôtre, mais qui respecterait les droits humains?

Les autres raisons que nous proposent les innombrables experts pour expliquer le djihadisme ne valent pas mieux: décrochage scolaire, ruptures familiales, manque d’avenir, discriminations, stigmatisation, etc. Pourquoi ces difficultés sociales -qui ne sont pas réservées aux musulmans- ne produisent-elles ces conduites inhumaines que parmi eux?

Comme le remarque l’essayiste Paul Berman dans un texte intitulé «Il n’y a pas de causes sociales au djihadisme»:

« …la doctrine des causes profondes nous induit à penser que la rage insensée, étant le résultat prévisible d’une cause, ne saurait être vraiment insensée. Pire: la doctrine des causes profondes nous conduit au soupçon que nous pourrions nous-mêmes en être la cause.»

 

 

12:57 Publié dans Air du temps, Manifestations, débats | Tags : repères, bidar | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

Commentaires

Mireille. n'oubliez pas cependant que le fascisme naît sur tous les terreaux civilisationnels. Hitler, Mussolini, Franco, Staline, Pinochet (aidé par l'Amérique démocratique et chrétienne!) et tant d'autres partout dans le monde ont créé des dictatures et des atrocités sur des base d'épuration ethnique des "impurs" à l'idéologie voulue et parfois aussi à la "race" qui va souvent de pair avec le fascisme.

Si actuellement l'islamisme a le vent en poupe c'est aussi parce que des milliers de milliards de dollars circulent dans les différentes sectes de l'islam donnant ainsi les moyens de ses ambitions sectaires à ces fous qui gouvernent le monde. Ce n'est donc pas l'islam, pas plus grave en soit que la chrétienté, qui serait Satan mais bien les tenants de ces sectes extrémistes et dogmatiques qui sont les vrais dangers actuels représentés par cet islam faiseur de terrorisme.

D'ailleurs si la jeunesse musulmane étudiait dans son immense majorité les textes de philosophes comme Abdennour Bidar vous verriez automatiquement diminuer les troupes d'une jeunesse fanatique et les attentats se réduire à néant à travers le monde. Seulement voilà. Ce grand philosophe de notre temps n'est pas milliardaire. Il donne des cours d'intelligence, écrit des livres qui ouvrent les frontières et les yeux, il instruit. Hélas, une certaine jeunesse biberonnée au dieu Argent n'a que faire d'étudier puisque cette société ne lui offre plus de perspective, plus de travail, plus de spiritualité travaillée sur soi et non au service de gourous très très riches.

Merci d'avoir parlé de cet homme, ce philosophe qui sait où il va et avec qui il va. Bonne journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 16/12/2015

"2) Ceux qui possèdent des repères à profusion sont les adeptes de l’islam."
Certes, mais ceux qui partent guerroyer en Syrie partent-ils pour l'Islam ou pour donner un sens excitant à leur vie de médiocres crétins ? Il y a à mon sens un parallèle à tirer entre le socialisme et cette religion. Comme le socialisme, il y a deux camps, voire trois. Les Hollandiens et les Mélenchonistes. Comme rien ne se passe, il y a les Brigate rosse, la rote Armee Fraktion ou Action Directe qui apparaissent. Personne ne pense sérieusement que Hollande = Baader/Meinhof. Donc, pour avoir été dans ma jeunesse un idiot maoïste, je pense que ces jeunes ne connaissent rien à l'islam et ne s'en soucient pas trop. Ce qu'ils veulent, c'est l'exaltation du combat, de l'adrénaline et "vivre vite, mourir jeune"...

Écrit par : Géo | 16/12/2015

«L’islamisme est un danger, mais le vide spirituel de l’Occident est un danger plus grand encore».

Si c'est le cas, pourquoi ne voyons-nous pas des hordes d'occidentaux commettre, au nom de ce vide, massacres de civils, viols de guerre, tortures, mutilations et trafic d'esclaves?

Vous en voulez du vide spirituel? Lisez les versets et les hadiths sur le paradis musulman, un paradis tellement matérialiste, qu'il donne l'impression que les musulmans y entrent avec leur corps.

On n'y parle que de nourriture, de ruisseaux de vin et de miel, de vaisselle en or et en argent, de riches habits de soie, de lits et de coussins, sans oublier les esclaves, les jeunes garçons et les vierges séquestrées qui n'existent que pour satisfaire leur maître. Pas un seul mot sur l'amour, l'amitié, la paix, l'harmonie, la famille ou quoi qu'on puisse attendre d'un paradis quand on a un peu d'humanité. Inutile d'ajouter que la part des femmes et des enfants y est à peu près absente.

Le paradis musulmans s'adresse aux hommes, non pas ceux qui ont de grandes qualités spirituelles mais plutôt ceux qui sont superficiels, égoïstes, violents, esclavagistes, misogynes et sexoliques. Le genre d'homme qui ne voit pas d'inconvénient à tuer pour y accéder plus tôt. Pas surprenant qu'il suscite autant de vocations de djihadiste.

Écrit par : Minona | 16/12/2015

On comprend bien que les jeunes désormais sans repères ne travaillent pas ou plus en classe, se droguent ou boivent, ou les deux.
Deviennent délinquants.

Soient de plus en plus instables, certes. Mais de là à partir se faire adouber djihadistes au comble de l'horreur?!

Je crois aussi, avec certitude, que notre manque de spiritualité est en toute grande partie responsable de leur désarroi ("L'homme ne se nourrit pas de pain, seulement"!) ainsi que le choix (connu) du grand Marché mondial de préférence à l'éthique.

Dès 68 déclarer la mort de Dieu ou la mort, la guerre à Dieu ("Deus caritas est") était déclarer la mort de l'amour, la charité, ou, comme écrit, la guerre à l'amour!

Le remarquable article présent est non seulement à relire mais à bien méditer.

Avec et dans l'urgence.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/12/2015

Une fois de plus le terme (et la notion qui l'accompagne) de "spirituel" est utilisé sans analyse, ce qui le fait nécessairement glisser vers le religieux.
L'usage de ce terme fait rarement avancer un débat, quel qu'il soit, car au lieu de se satisfaire de cette origine, qui devrait impliquer la culture de l'esprit, ceux qui l'utilisent sous-entendent toujours quelque usage qui implique une origine ou des facultés liées à une forme de surnaturel.
Les facultés et les dons que possèdent les êtres humains par eux-mêmes suffisent rarement pour définir ce qui est spirituel, c'est-à-dire relève de l'esprit, comme si l'humain séparait les êtres et les rendrait ennemis, alors que le surhumain (pour utiliser ce mot dans un sens purement littéral) serait sensé les unir et même les "élever".
On voit bien que ce n'est pas le cas en réalité et que si nous voulons trouver de quoi être plus "spirituels", c'est-à-dire correspondre aux idéaux que nous nourrissons tous, nous sommes obligés de nous poser des questions bien plus terre-à-terre, à savoir les questions des valeurs culturelles, de l'éducation, de l'organisation sociale et politique enfin.
Pas question alors de s'échapper par "le haut", le "spirituel". Ce qui n'empêchera pas certains de rêver d'activités moins nobles peut-être, moins complexes en tout cas et de se lancer dans les diverses formes de violences qui font partie de notre héritage biologique.
Il se peut donc qu'il soit plus facile de former des bataillons de djihadistes que des classes de bacheliers ou des ateliers d'artistes ... ou même des clubs de sportifs de pointe.

Écrit par : Mère-Grand | 16/12/2015

@Myriam Belakovsky

"Je crois aussi, avec certitude, que notre manque de spiritualité est en toute grande partie responsable de leur désarroi..."

Alors pourquoi sont-ils pratiquement les seuls que ce désarroi pousse à intégrer des organisations terroristes? Ne devrions-nous pas être les premiers chez qui se manifestent les conséquences de notre soi-disant manque de spiritualité (à ne pas confondre avec l'absence de religion)?


"Dès 68 déclarer la mort de Dieu ou la mort, la guerre à Dieu ("Deus caritas est") était déclarer la mort de l'amour, la charité..."

Vous considérez donc que l'amour et la charité ne peuvent exister sans la religion (la vôtre sans doute). Voilà qui n'est pas très charitable de votre part et juste avant Noël en plus. Vous ne devez pas avoir une très haute opinion des personnes qui n'ont aucune croyance religieuse.

Personnellement, je considère que ceux qui ne croient ni aux récompenses ni aux punitions divines n'ont que plus de mérite à exprimer leur amour et leur générosité. J'aime à penser que l'être humains est plus intelligent qu'un âne qu'on fait marcher au bâton et à la carotte.

Écrit par : Minona | 16/12/2015

De belles théories.
En fait je pense qu'il y a 2 raisons principales.
1) Le chômage et les difficultés d'en sortir.
Peu ou pas qualifiés (décrochage scolaire, manque de motivations) les jeunes développent la haine de cette société qui ne les RECONNAIT pas et qui les laisse à la dérive.
2) Manque de RECONNAISSANCE. Des jeunes de bonne familles dont les parents ne se sont jamais réellement souciés, des jeunes de toutes sortes laissés à la dérive par leur entourage.

C'est principalement le MANQUE DE RECONNAISSANCE parental, environnemental, social qui pousse ces jeunes vers d'autres horizons qui, pensent ils, sauront les reconnaître et où ils pourront montrer ce dont ils sont capables. Exactement comme certains jeunes (et moins jeunes) se laissent embrigader dans des sectes où ils sont accueillis et reconnus. Stratégie de toute secte : Flatter et RECONNAITRE les qualités de celui/celle que l'on veut convaincre.

Écrit par : Lambert | 16/12/2015

" Devient-on djihadiste par manque de repères? "

Ce qui est certain, les djihadistes n'en manquent pas pour repérer leurs victimes.

D.J

Écrit par : D.J | 17/12/2015

@Mireille Valette c'est un très bon article et sans vouloir chercher à culpabiliser qui que ce soit ces jeunes représentent cette société d'enfants fragilisés dés leur naissance par la faim ,la soif de tendresse et qui ont comme en Suisse été placés n'importe ou pour subir n'importe quoi.
Ils vivent ce que d'autres ont vécu ce qui prouve que rien n'a changé dans ce monde qui se veut parfait tout en continuant de dissimuler ses vrais sentiments .Ce qui n'est que pure hypocrisie cachée derrière de très beaux mots comme amour, fraternité ce qui en somme n'est que blabla mensonger
D'après certains ont dit ou écrits il parait que le ciel remet toujours les humains face à ce qu'ils n'ont pas encore résolu en leur mettant devant les yeux les mêmes tableaux mais présentés de manières différentes pour leur faire prendre conscience que seules les belles paroles n'effaceront jamais les outrages commis à leur égard à tous.
Alors oui les enfants placés peuvent comprendre ces jeunes sans pour autant les admirer et les encourager.
Il n'appartient pas `non plus à Monsieur et Madame Tout le monde de se remettre en question non ,ce sont les dirigeants eux seuls qui sont responsable de ce fouillis pour rester polie et certaines ONG qui veulent remplacer les autorités et qui ne font que compliquer le travail de tout le monde
très belle journée pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 17/12/2015

Et pour clore car pressée comme tous ceux de ma génération quittant ce monde et qui ont toujours regretté de n'avoir pas osé parler ,voici une des raisons de ce fatras comme ce fut pour tous
le Fatalisme .deux guerres avaient contraint nombre d'humains à accepter tout et n'importe quoi du moment que le ciel, les religieux ou les astres leurs recommandaient de tout accepter car les choses changeraient d'elles mêmes
A certains il aura fallu plus de 50 ans voir davantage pour comprendre qu'eux seuls tenaient les rênes de leur vie entre leurs mains , qu'ils en étaient les seuls propriétaires !
La plupart sont déjà décédés et la mort arrivant très vite,autant parler de son vivant
On ne peut exiger de ces jeunes partis se battre ce qu'on est incapable de faire chaque jour que Dieu fait c'est à dire vivre en parfaite harmonie avec autrui ! oui on y arrive mais en se repliant chaque jour davantage sur soi pour éviter les coups
Il suffit de vivre en immeubles pour se rendre compte de la vraie réalité

Écrit par : lovejoie | 17/12/2015

@ Minona "Là où il y a l'amour, là il y a Dieu" a écrit Tolstoï.

Depuis 2000 ans dit ou non par Jésus, on a lu dans les évangiles que "là où est ton cœur là est ton trésor"!

Je n'ai pas "ma religion", Minona.

Par concours de circonstances j'ai beaucoup écouté, observé (pas épié ou fouiné).

Il n'est pas question (ce qui ne servirait à rien!) de culpabiliser notre temps mais vous admettrez que les adultes, les enfants de même, prennent des médicaments trop souvent parce que nous déprimant... pourquoi?

Nous ne faisons que passer.
Tout change toute le temps, nos cellules y compris.
Nous dépendons étroitement les uns les autres.

Nos priorités sont-elles fondées sur ces trois réalités?

"Ma" religion, écrivez-vous. Je vais vous dire.
Hier je déprimais. J'avais en moi l'image d'un magot, un singe, du CHUV avec ses compagnons victimes d'analyses et d'expériences médicales (exactement comme les humains dans les camps de concentration des nazis).

Autrefois avec ma famille nous visitions la montagne des singes. C'était en Alsace.
Un magot et moi, le temps d'une offrande de pop corn sympathisèrent fort et mon cœur se serra en lui disant adieu. Mais je fis une sorte de rêve: ce magot me disait qu'il viendrait juste un jour me dire bonjour mais qu'il devrait repartir aussitôt.

Et, soudain, hier soir, en regardant la TV, à propos des analyses, études, tests et expériences du CHUV me revint en mémoire le magot du rêve/ à présent supplicié, ses compagnes et compagnons présents de même suppliciés au et par le CHUV.

Je ne pus que le serrer en pensée dans mes bras en demandant à Dieu, s'"il existe", à défaut de pouvoir les libérer que ces pauvres animaux, comme tant d'autres, créatures vivantes, puissent mourir au plus vite et devant l'ensemble des horreurs sur terre, bien qu'il y ait également de l'amour, de la beauté, du partage... je dis à Dieu en reprenant l'histoire de Noé que s'il devait lui Dieu réorganiser un Déluge pour cause de tant d'atrocités qu'il veuille bien ne plus parler à personne de construire une arche, pas de rescapés, donc, afin de permettre à ceux d'entre nous qui souhaitent "évoluer" de passer à l'étape de l'Evolution, ce processus, qui vient après la présente.

Une autre planète, soit... mais avec quelles mentalités, objectifs et pour faire quoi?

Mais il s'agit d'une vue de l'esprit car je ne saurais démontrer si Dieu existe ou non d'où le début de ce commentaire qui, pas inventé par moi, nous invite...à la spiritualité.

Le thème tellement bien choisi par Mireille Vallette en son article.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/12/2015

Deuel est dans l'erreur en ce qui concerne les blousons noirs, c'est comme affirmer que Hallyday est le père du Rock and Roll.

Abdennour Bidar défend le concept des royautés dont les croyances et les désirs des Pharaons et autres rois.

Ce qui manque aux jeunes c'est un idéal de vie et une vision de l'avenir dont le bien être et le bonheur. Les penseurs et les politiciens n'ont rien anticipé pour cause de corruption et de collaboration avec les islamonazis.

Revoir l'éducation de masse au service d'un statut social est une priorité. Bon nombre de jeunes réussissent dans la vie sans parcours spirituel qui d'ailleurs, est sans fond et sans fondement. Ca n'intéresse que les vieilles mamies et les vieux papys en quête du paradis. Ca leur donne bonne conscience.

Il va de soit que le vieux monde des croyances au dieu hibou est sur le déclin, les politiciens inféodés aux religions essaient par tous les moyens de le sauver sur le dos des jeunes et leur avenir.

Les jeunes musulmans se radicalisent chez eux au travers des prières et du dicta des parents. Les mosquées viennent en renfort pour gérer ce beau monde.

Le christianisme n'a plus de message intelligent il ne reste que le scoutisme pour occuper l'esprit.

Interdire l'islam comme a été interdit le nazisme reste la véritable solution. Le problème est que lorsque l'on s'attaque à ce concept de mort, on s'attaque au judaïsme et au christianisme dont les fables reposent sur le même socle.

On en a pas fini avec le sang et les larmes avec une bonne majorité de musulmans.

Enfin, oui nous sommes la cause de cette actualité musulmane, nous avons laissé faire nos politiciens et les religieux, en leur donnant notre voix et notre confiance nous avons perdu la parole et le reste.

Place aux attentats, aux conflits qui vont bouleverser ce monde.En résumé place à l'islam.

Le Qatar est en fête à Genève, il a ses collabos très biens placés, l'islam a encore de belles années pour semer la mort.

Écrit par : Pierre NOËL | 17/12/2015

«« Claude Deuel responsable genevois d’un organisme de jeunesse: « Autrefois, les jeunes se rapprochaient de la Légion étrangère, des Brigades internationales, des blousons noirs ou des skinheads. En manque de repères, ils s’accrochent aujourd’hui à un autre type de famille.» »»

«« Comme le remarque l’essayiste Paul Berman dans un texte intitulé «Il n’y a pas de causes sociales au djihadisme» ... »»


Une réflexion plus poussée suggère que le manque de repères est une conséquence directe de l'individualisme exacerbé *** qu'exigent et qu'imposent *** les sociétés occidentales actuelles, en raison en particulier d'aspects pratiques et financiers, mais aussi des valeurs de reconnaissance sociale promues non seulement par le monde économique privé et les modèles de société de consommation qu'il nous impose à travers la publicité, mais aussi par les institutions publiques économiques et sociales, dont les dirigeants sont élus grandement en fonction de leur conformité aux *** modes *** de tout genre définies par l'économie privée, connues globalement sous l'expression de "l'air du temps".

Force est de constater que dans notre société, à travers tous les discours politiques, et les différents modes de transmission de patrimoine tels que l'héritage et l'éducation, les efforts de promouvoir un intérêt personnel supérieur autre que - financier - sont *** dérisoires *** (cf. la lente dérive "libertarienne" de la société, comparable à la grenouille dans l'eau que l'on chauffe lentement).

Dès lors, pour les individus (les laissés pour compte) exclus de la scène économique de notre société capitaliste occidentale par manque de moyens (argent, adaptabilité, compétences, etc ...), et en l'absence de connaissance d'un autre domaine à caractère sociétal dans cette même société, domaine dans lequel il est possible de développer une identité propre (par ex. les mondes virtuels de certains jeux dits "en ligne"), servir l'intérêt supérieur d'une "autre" société devient alors la seule condition paraîssant possible pour prouver son appartenance à cette nouvelle société d'adoption, y faire légitimer une nouvelle identité, afin de pouvoir bénéficier d'une reconnaissance personelle, même seulement d'un petit nombre d'autres individus, ... même posthume.

L'un des bois dont on fait les héros, les kamikazes, et les martyres.

Écrit par : Chuck Jones | 17/12/2015

Comme débilité Mr Abdennour Bidar on ne peut mieux exprimer:

"Donner à chaque être humain les moyens de cultiver sa propre part d'infini"

Lorsque l'on créé une famille, les enfants doivent être éduqué afin qu'ils comprennent qu'ils ont la vie devant eux pour acquérir le savoir être et le savoir faire. La Culture et la pratique des Arts ajoutés aux connaissances sont des chemins sûrs vers l'idéal de vie.
-Encore faut-il que les parent ne soient pas des nouilles béates devant le néant ou le dieu c'est selon. Agir et faire au nom d'une religion et d'une divinité expose à toutes les difficultés psychologiques pour les jeunes.

-Encore faut-il que la Nation soit dotées d'une structure simple mais efficace que l'on nomme état.

-Encore faut-il que la Liberté d'entreprendre s'appuie sur une éducation saine ou les sciences et les techniques contribuent au développement de la Nation non, de l'état.

-Encore faut-il que l'esprit des lois fonctionne pour le bien de tous non pour le gavage de quelques-uns.

-Encore faut-il que les éducations nationales, les formations soient abordables et de qualité cinq étoiles.

-Encore faut-il que les religieux s'occupent de leurs fesses et non de ce qu'il y a dans le calbut des unes et des autres. Elles ne sont en rien propriétaires de la naissance, la vie et la mort.

-Encore faut-il que les penseurs cassent la gangue de leurs croyances débiles pour s'intéresser aux possibilités naturelles que l'être humain a acquit au fil de son évolution.

Etc...

Mais là c'est un nouveau monde, celui-ci doit remplacer l'ancien. Ce n'est en aucun cas l'islam et ses croyances pourries qui fera le bonheur des jeunes, sinon ça se saurait dans chaque pays musulman.

Ne parlons pas du bonheur et du statut des femmes, elles seules peuvent et doivent s'imposer en tant qu'être humain à part entière, contribuant -comme les -hommes à l'évolution du monde.

Photo d'une femme en islam chiite:

http://s3.e-monsite.com/2011/02/15/07/resize_550_550//jeune-femme-musulmane-Iran.jpg

Photo de la femme de Erdogan et d'une femme en Turquie:

http://static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2014/11/erdofemme.jpg

http://s3.e-monsite.com/2011/02/15/07/resize_550_550//port-de-la-burqa-a-Istanboul-Turquie.jpg

http://www.aufeminin.com/news-societe/liberees-de-daesh-elles-retirent-leur-burqa-et-touchent-la-toile-s1422568.html

Comme quoi en Occident, les femmes enchiffonnées, l'Ei, la Turquie ont la même référence en matière de croyances, qui peut en douter?

Penser que la vie offre toutes les possibilités est autrement plus grand que croire au paradis, à l'enfer, proposé en vitrine des religions et leurs obligés, escrocs du mental des jeunes.

Non, Mr Bidar, l'humain n'a pas besoin de cultiver un univers de croyances, il a besoin de se connaître et connaître son univers.

Écrit par : Pierre NOËL | 17/12/2015

Photo des Miss, rien à voir avec la proposition islamique d'enchiffonner les femmes:

javascript:showSlideshow(212724, { fullscreenOnly: true, ads: true }); void(0);

Écrit par : Pierre NOËL | 17/12/2015

Excuses, le lien TDG n'est pas bon.

Voici:

http://www.huffingtonpost.fr/2015/12/18/miss-france-2016-candidates-camille-cerf_n_8817454.html

Écrit par : Pierre NOËL | 18/12/2015

Les commentaires sont fermés.