23/01/2016

Frédéric Encel autopsie le Printemps arabe

Par Camille, lecteur de ce blog

Partant du constat que tant les cyniques qui «considèrent que les Arabes ne sont pas faits pour la démocratie», que les complaisants «qui nous préparaient à un pouvoir durable des islamistes» ont commis une erreur d’appréciation, Frédéric Encel analyse le Printemps arabe de manière rigoureuse et pondérée, faisant appel aussi bien à l’histoire qu’à la situation contemporaine.


L'auteur est politologue et docteur en géopolitique, professeur à l’ESG Management School et maître de conférences à Sciences Po Paris.

fencel.jpgEncel rappelle les faiblesses structurelles des Etats arabes: autoritarisme politique, corruption systématisée, absence des femmes aux postes à responsabilité, analphabétisme, violence comme mode de régulation des rapports entre Etats ou entre individus, etc. En 2010, rien n’a changé, mais internet met les Arabes, les jeunes en particulier, au contact des progrès de l’humanité, ce qui engendre frustration et désespoir.

De 1945 à 2010, le nombre de dictatures a diminué dans le monde, sauf dans les pays musulmans. D’où un sentiment de marginalisation non seulement par rapport à l’Occident, mais au reste du monde. Et l’auteur de citer les créations culturelles et techniques qui traversent la planète, dont aucune ne provient des pays arabes. Idem au XXe siècle pour les idéologies combattues par les conservateurs –communisme, démocratie, fascisme, laïcité confondue avec athéisme, droits de l’homme. La place de la femme dans la société est un autre échec de ces Etats, encore qu’il faille distinguer monde arabe et pays musulmans non arabes comme la Turquie ou l’Iran.

Les religieux dénoncent les conspirations qui, selon eux, humilient le monde arabe et sont responsables de ses malheurs. C’est toujours la faute des Etats-Unis, d’Israël, de l’Occident en général. «…le conspirationnisme explose avec l’assentiment ou la complicité de certains idéologues occidentaux, généralement d’extrême gauche ou d’extrême droite, eux aussi idiots utiles d’un nouveau totalitarisme».

Les printemps arabes sont perçus par les conservateurs comme un complot judéo-américain visant à éliminer les présidents en place, les attaques du 11 septembre comme un complot visant à salir les Arabes et l’islam, etc. Ces explications aberrantes ne sont pas seulement le fait des islamistes, mais aussi des dictatures en place qui tentent ainsi de masquer leur incurie socio-économique.

L’auteur met en exergue la décadence arabe à partir du XIIIe siècle en raison de l’école hanbalite qui impose une interprétation rigoriste de l’islam, toute innovation étant considérée comme impie. Aujourd’hui, la région est caractérisée par les rivalités entre Etats, les clivages idéologiques, religieux et économiques, la schizophrénie des foules et des gouvernants arabes, l’animosité, voire la haine des Etats-Unis, avec qui 18 Etats arabes sur 23 sont pourtant liés par des accords militaires.

Frédéric Encel analyse le Printemps arabe comme la contestation des pouvoirs en place à l’intérieur des frontières nationales, une révolte contre la misère et le népotisme des dirigeants, l’exaspération des jeunes. Il pose une question fondamentale: pourquoi les premières élections ont-elles donné le pouvoir aux islamistes ou à des mouvements conservateurs? Les raisons sont nombreuses: absence de désir de retour à la monarchie, de courant marxisant ou social-démocrate, absence d’espace politique et syndical. Seule la mosquée représente un espace de réflexion… sous le contrôle des religieux! L’auteur souligne aussi l’importance du rôle social des confréries religieuses.

Il détaille le Printemps arabe, pays par pays, avec un luxe de détails et une rigueur dans l’analyse qui font de son ouvrage une référence. Et de conclure que la victimisation à connotation anti-occidentale et le conflit israélo-palestinien peuvent de moins en moins être le ciment de la politique des pouvoirs arabes autocrates à l’endroit de leurs populations.

Voilà un ouvrage qui suscite le débat et aiguise la réflexion. Son auteur a reçu le Grand prix de la Société de géographie de Paris (près de 1000 membres).

Encel dédicace ce livre «A toutes ces femmes musulmanes courageuses qui exaspèrent à la fois les nationalistes arabes tyranniques, les islamistes fanatiques, et les idiots utiles occidentaux qui soutiennent les uns ou les autres».

PUF, 225 pages

08:49 Publié dans Livres | Tags : frédéric encel, printemps arabe | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Les printemps arabes amènent l'hiver européen. Les dictatures nous protégeaient du remplacement de population qui a lieu en Europe. Je préfère être un idiot européen libre qu'un idiot européen soumis à l'islam.

Écrit par : norbert maendly | 23/01/2016

Le monde Occidental, (et ses Occidentalopithèques*) doit se poser les bonnes questions, au minimum celle-ci: "pourquoi le bel islam est fui par les musulmans (islamopithèques*) dans leurs pays d'origine?

Est-ce pour nous envahir et imposer l'islam ou est-ce pour une vie meilleure?
Dans les deux cas c’est extrêmement grave pour nous comme pour eux. Le vivre ensemble ce n’est pas partager notre système social, nos revenus pour combler leur misère et tout accepter ?

Pourquoi ça ne se passe pas si bien dans leurs pays où règne la terreur des hommes sur les femmes au nom de je ne sais qui ou de je ne sais quoi ? Pourquoi n’ont-ils pas des chefs d’entreprises, les scientifiques, les techniciens et autres pouvant faire travailler des millions de personnes ?

Bon, reconnaissons, ils sont plus commerçants que -certains de nos chômeurs de chez « Paul sans emploi…… »

Pourquoi fuir leurs pays islamisés tant vantés par les imams, par la propagande des "frères musulmans" et autres sectes souvent en costume cravate et maillot de bain, une tenue Occidentale tant décriée par les hommes pour les hommes? Les femmes, pour une majorité d’entre-elles, ont à disposition: des chiffons, des gants des pyjamas de sortie, des sucreries et des gamelles, c’est mieux que rien.

Ils ne doivent leurs progrès qu'à l'Occident et ses scientifiques, ses chefs d'entreprises, ses techniciens, ses chercheurs, certains de ses penseurs et philosophes, ses peuples qui ont fait plier les religieux de tous poils et leurs sœurs siamoises, les monarchies?

L'Occident, s'est fait piéger au travers de ses politiciens véreux, ses industriels et ses religieux à la solde des monarchies, de sa haute bourgeoisie grands industriels ou non, haineuse ayant enfermé les citoyens lambda dans le moule des religions, le rendant de fait: "citoyen dépendant des croyances populaires, monarchiques, tribales et claniques"

Les religieux créationnistes ont le temps grâce aux quêtes et à Lourdes de penser, réfléchir pour embobiner les jeunes afin de sauvegarder le concept royal. L'islam dispose des mêmes armes psychologiques dont le mensonge (taqiyya) pour s'imposer. Seul le concept "croyances mortifères" réussit par le grâce d'allah et les pétrodollars Occidentaux, pourquoi ?

Ont-il sorti une voiture islamique d'une mosquée?-NON.

Les communistes avaient réussit à inventer la "Traban" de leur idéologie et croyances marxiste, même si celle-ci n'a plus pétaradé depuis la chute de cette religion venue des croyances populaires.

L’Arabie des Saoud vient d’interdire le jeu d’échec qui serait contraire à l’islam, qui plus est, ça rend fou selon le roitelet.
Je pense que ça ne correspond pas au cerveau d’un Homo sapiens islamisé malgré lui, mais bon, ce n’est qu’un modeste point de vue d'Homo sapiens Athée.

Si nous laissons l'islam s'imposer avec l'aide de nos collabos et nos deniers, nous mourrons tous idiots ou dhimmis.

Mourir de cette façon en Europe, c’est idiot pour nous, pour nos enfants et petits-enfants, surtout au nom des divinités inventées par les religieux et leurs monarques ?

Transformons la terre en paradis ; pour cela interdisons l’islam, c’est le minimum que l’on puisse faire au nom de notre Liberté et celle des enfants de la planète.

*Occidentalopithèque : mot inventé par moi-même il y a deux ans à cause de sa transformation et disparition progressive en tant que homme civilisé.
*Islamopithèque : mot inventé il y a peu de temps par « enthuoli » sur le blog de Sami Aldeeb, certainement pour les mêmes raisons.

Écrit par : Pierre NOËL | 24/01/2016

Pardon, un grand merci à Frédéric Encel pour sa lucidité, encore merci à vous Mireille Vallette pour ce blog bien tenu *L*

Écrit par : Pierre NOËL | 24/01/2016

@Mireille Vallette

Merci Madame Vallette.
J'ai rajouté le titre sur ma liste de commissions mensuelles.
Pas que je trouve la perspective très nouvelle, mais la comparaison par pays devrait être intéressante.

- « Voilà un ouvrage qui suscite le débat ... »

Quelques références peut-être de forums ou de transcriptions des débats "suscités" ?

« Encel dédicace ce livre «A toutes ces femmes musulmanes courageuses qui exaspèrent à la fois les nationalistes arabes tyranniques, les islamistes fanatiques, et les idiots utiles occidentaux qui soutiennent les uns ou les autres». »

C'est par ces femmes que la révolution du monde musulman s'accomplira. Elle prendra naissance quand les hommes auront besoin d'elles pour produire autre chose que des soldats vertueux et pieux de l'armée de Dieu.

Écrit par : Chuck Jones | 24/01/2016

Je ne crois pas en "les femmes musulmanes". Du moment qu'elles sont musulmanes elles admirent les hommes forts, durs qui sont prêt à se sacrifier et à tuer pour l'Islam. Elles élèvent leurs enfants dans cet état d'esprit et sont à l'origine de leur soumission. Certes il existe des femmes d’origine musulmane qui combattent ces comportements mais sont-elles encore de vrais musulmanes? Je pense qu'elles sont tout simplement devenues des "femmes libres".

Écrit par : norbert maendly | 24/01/2016

Les commentaires sont fermés.