27/01/2016

Tariq Ramadan, voleur de valeurs

Lus comme il convient, les textes islamiques ont tout inventé et tout prôné: les droits humains, le pacifisme, la non-violence, l’écologie, le respect des animaux... Récit d’une nouvelle Révélation.


Tariq5.jpg

Ici une procureure, là des informaticiens, écrivains, journalistes, assistants sociaux, juges… tous habillés très pudiquement. Sur la tête des femmes: un foulard. A midi, un discret fumet halal se dégage. Deux fois par jour, foulards et mâles pudiques se dirigent vers la salle de prières toute proche… Ces hommes et femmes apportent une contribution exceptionnelle au patrimoine de l’humanité comme l’islam l’a fait dans un lointain passé… Les mécréants les observent, pâles de jalousie, au seuil de la conversion.

Les musulmans doivent en quelque sorte infiltrer toute la société en la plongeant dans une sauce islamique exquise. La transformer, surtout ne pas s’y adapter, précise Tariq Ramadan. «L’exigence n’est pas, dans chacun des domaines scientifiques, de chercher à s’adapter aux évolutions sociales et scientifiques mais d’apporter une contribution éthique, un supplément d’âme, d’humanité et de créativité positive aux sociétés, aux sciences et aux progrès humains.»

Multiplier les musulmans à forte valeur ajoutée éducationnelle dans tous les domaines socio-économiques et avec forte visibilité, c’est le rêve de l’intellectuel qu’il répète dans son dernier livre «Le génie de l’islam». Et qu’il clame dans les multiples micros qui se tendent pour sa promotion. La radio romande est toujours dans les starting blocks pour ce genre d’exercice.

La religion, une affaire privée?

Le journaliste demande à son invité si la religion doit être une affaire privée. «Elle peut l’être sur un certain nombre d’éléments. Mais d’un autre côté, quand on est juif, musulman, hindou ou bouddhistes, bien entendu que nous sommes portés par une éthique. Cette éthique elle va avoir une visibilité publique.» Où l’on repère l’une de ses astuces rhétoriques: faire comme si l’islam n’était pas seul en cause.

Des exemples de cette visibilité? «La transparence, l’honnêteté, le service de l’humanité», soit des valeurs qui n’ont rien d’islamique, contrairement à celles qui suivent : «la pudeur ou une sorte de politesse qui est aussi un enseignement religieux».

Le foulard bien sûr est au cœur de cette visibilité. Et lorsque la préposée à la revue de presse cite un journaliste ayant vécu 10 ans en Algérie qui exhorte à -«se montrer ferme, combattre le foulard islamique, ne pas laisser la zone d’Allah s’étendre», Tariq s’étrangle. «C’est sidérant… les raccourcis… Parce qu’en enlevant le foulard, on libère la femme?»

Concernant les aliments, les vêtements les relations sociales, etc., notre savant explique dans son livre qu’il existe en islam «des prescriptions, des interdits, des préférences». Et encore «des exigences, des besoins, des embellissements». Après ces postulats, les explications s’embourbent. La pudeur arrive en tête des «obligations», alors que le foulard est «une prescription». Les femmes peuvent le délaisser s’il les conduit à négliger «les obligations essentielles», soit la prière, l’aumône ou le jeûne. Le hallal est «une des obligations de seconde catégorie…» Et «répondre au salut d’autrui est une obligation, mais relève de l’embellissement et non de l’exigence». Un type de distinctions sur lesquelles planchent depuis plus d’un millénaire les grands esprits de l’islam.

Respecter l’animal qu’on égorge

Pour se conformer aux comportements humanistes de notre époque, les musulmans sont invités à renouveler «la compréhension» du Coran. Et grâces aux lunettes fournies par l’auteur, ils découvrent qu’Allah et son messager, 1400 ans avant la Convention européenne, ont prôné la totalité des droits humains, plus le «droit à la migration», la préservation de l’environnement et le respect des animaux, y compris dans l’égorgement: «Le Messager, de la même façon, a insisté sur le traitement des animaux. Alors qu’un individu avait immobilisé sa bête puis aiguisait son couteau devant elle, le prophète intervint et lui dit: «Tu veux donc la faire mourir deux fois. Pourquoi n’as-tu pas aiguisé ton couteau avant de l’immobiliser?»

Reconnaissons que depuis son livre «Peut-on vivre avec l’islam?» (2004) rédigé avec Jacques Neyrinck, le «philosophe» a relu la charia avec une optique plus adaptée au contexte. Il est devenu moins littéraliste, notamment à propos de l’égalité entre hommes et femmes, de l’avortement et de la contraception (qu’il disait interdits), de l’homosexualité. Il ne dirait plus comme à l’époque: «La fornication et l'adultère sont des choses très graves devant Dieu».

Mais tout de même, comment s’en tire-t-il sachant ce qu’il sait de ses saintes écritures? «On ne coran-quran-rahman.pngpeut pas changer la parole d’Allah qui fait partie des principes de notre foi. Il s’agit de réformer notre compréhension des textes, voire le fiqh" (jurisprudence islamique). (…) un renouvellement des textes éternels à travers une intelligence temporelle.» C’est beau! Et super pour les musulmanes qui peuvent ainsi découvrir qu’il n’existe pas le moindre sexisme dans leurs Écritures. «Il faut que les hommes et les femmes se battent contre la lecture patriarcale, contre les traditions ancestrales qui confondent ce que j’appelle la projection culturelle avec ce que disent vraiment les textes.»

Une condition: chausser les bonnes lunettes

Avec des lunettes bien ajustées et un utile contexte («L’Omniscient» n’avait pas réalisé que les sociétés allaient évoluer), le Coran ne comprend plus la moindre injonction inhumaine, discriminatoire ou misogyne.

Et logiquement, la charia non plus. A condition de mettre à contribution ses neurones: «L’application de la charia exige un travail permanent d’aller-retour entre les Textes et le contexte, les principes et leur application…» Il faut effectuer «un triple travail d’exégèse, d’analyse et de questionnement juridique ». Il va même jusqu’à accorder un zest de révélation humaine: «À trop envisager la charia comme le corpus des «lois divine», donc absolu, on a souvent omis de considérer la part humaine dans leur construction et leur organisation

A l’usage, l’exercice intellectuel se révèle un peu miteux. Tel verset sur le témoignage inégal? «Il doit être compris à la lumière du Message et du rôle que le Coran et l’Envoyé ont assigné aux femmes.» L’amputation de la main pour le vol ? Il faut d’abord définir le vol et en plus, le deuxième calife avait suspendu cette peine en temps de sécheresse et de famine… La mort pour apostasie? Oui, la plupart des savants l’ont confirmée. Mais dès le huitième siècle, d’autres ont mis en évidence «une anomalie dans la chaîne des transmetteurs», l’un d’eux a menti. Et puis, le prophète «n’a jamais tué une femme ou un homme ayant quitté l’islam».

Ceux qui ont cru déceler l’héritage inégal, qui croient qu’Allah promeut les châtiments corporels et promet la mort à certains transgresseurs ont des problèmes oculaires. Comme ceux qui imaginent qu’à aucun moment le Coran ne condamne l’esclavage ni ne bannit la polygamie.

Pas de discours victimaire, mais victimes quand même!

Mais hors du bureau, lorsqu’il harangue ses troupes au nom de ses/nos valeurs, Tariq rejoint le chœur des frustrés. La justice, l’égalité, la liberté, etc. c’est conforme à l’islam, c'est même inventé par lui, mais hélas nos sociétés ne les appliquent pas, notamment à l’endroit des musulmans, il faut donc lutter. Contre quoi? L’Occident et ses méfaits, les gouvernements, l’islamophobie, la discrimination, la stigmatisation…

Mais ne confondons pas, il ne s’agit en aucun cas d’un discours victimaire, il déteste ça. Il encourage les stigmatisés à exiger avec fierté, avec courage, avec énergie! Voici quelques exemples saisis devant la Cité internationale universitaire de Paris  le 15 janvier dernier. La conférence de Tariq vient d’être annulée pour raison de sécurité.

-   Il est pour la laïcité. Mais pas pour celle qui existe, car elle est appliquée «à géométrie variable».
-  Il n’est pas Charlie, car Charlie «est tout sauf de l’honnêteté intellectuelle». «Je suis Paris», oui à condition de dire aussi je suis Djakarta, je suis Istanbul, je suis Beyrouth…pas cette hiérarchie qui fait que nos morts comptent et les autres, on s’en moque.»
-   A propos du Mali, de la Syrie, de la Lybie: «C’est au nom des valeurs françaises qu’on n’accepte pas vos mensonges, vos manipulations!» Et d’inviter ses troupes à lire, apprendre, forger une intelligence, car «le savoir c’est du pouvoir».
«Les premiers traîtres à la France, à l’égalité, à la République, ce sont les politiques. C’est eux qui font la hiérarchie des citoyennetés (…) Qui n’ont pas encore avalé qu’hier il y avait des colonisés et qu’aujourd’hui il y a des citoyens à part égale avec les mêmes droits.»
-   «Le discours du gouvernement aujourd’hui, c’est exactement ce que veut Daesh, un discours de division, de stigmatisation. Pour pouvoir être plus français il faut que vous soyez moins musulmans. Les vrais résistants aux deux, ça doit être nous. On ne se laissera pas faire!»

Et le clou : «Vous pouvez faire ce que vous voulez, je ne peux pas assimiler les résistants palestiniens à des terroristes de Daesh. Mais on ne tue pas les innocents, les femmes, les enfants, ça c’est notre éthique. Comment se peut-il que ceux qui ont résisté pour la liberté de la France ce soient les Justes de la France et que ceux qui résistent pour la liberté en Palestine, ce soient les extrémistes palestiniens?» Palestiniens qui comme chacun sait ne tuent pas de bébés, de femmes enceintes, ne poignardent pas de civils ni n’envoient des voitures-béliers contre des abris-bus, n’élèvent pas au rang de martyrs les assassins. Et ne travaillent pas à la création d’un Etat islamiste, un genre d’Etats que Tariq dit condamner fermement.

Des musulmans si pacifiques

Malgré tout, hors quelques groupuscules sans importance, l’intégration des musulmans est un fait, preuve en est écrit-il, leur présence dans tous les métiers. (Merci qui?) Face aux provocations telles les caricatures danoises ou des propos islamophobes, leur réaction est «très majoritairement calme, critique et posée». Mais nos méfaits, dont «la normalisation du racisme anti musulman» expliquent qu’«il est encore bien difficile, dans ces conditions, de se sentir chez soi en Occident, de développer un véritable sentiment d’appartenance…» Comme le montrent à l’envi ses supporters et pas mal de musulmans qui le sont moins.

Tariq est bien entendu contre la violence et les atrocités. «Il y a des versets dans le Coran qui, sortis de leur contexte, peuvent être des versets instrumentalisés par la violence. En tant que savant musulman, je me dois d’avoir une position claire. Oui, il y a des gens qui utilisent des versets pour tuer des innocents, pour violer et soumettre à l’esclavage.» Position d’une époustouflante audace.

Mais lorsqu’on a lu «Le génie de l’islam» et compris ce qu’est le djihad qui signifie «effort» (comme l’islam signifie «paix»), on est pleinement rassuré. On rêve même de millions de jihadistes! Car il existe «le jihad spirituel contre l’ego et l’arrogance, des jihad contre la pauvreté, le racisme ou la corruption, comme il existe des jihad pour l’éducation, la justice sociale, l’égalité et la paix. Sur les 80 acceptions du mot, une seule réfère à la guerre»… et encore s’agit-il de légitime défense!

Avec une bonne optique (en l’occurrence celle de Tabari), la biographie de Mahomet à Médine permet la découverte de la démocratie (il consultait ses compagnons avant de prendre une décision), de la paix, de la non-violence, l’opposition aux guerres et l’égalité des races et des religions. «L’islam condamne de fait toute discrimination fondée sur le caractère ethnique comme sur l’appartenance religieuse, c’est-à-dire aussi bien l’antisémitisme, la christianophobie que l’islamophobie…»

Si vous avez compris le contraire, je suppose que vous n’avez pas lu les textes saints en arabe… Et si vous croyez observer dans vos sociétés d’innombrables maux créés par les dévots de l’islam, vous avez probablement un besoin urgent de chirurgie ophtalmique.

Notons que jamais il ne viendrait à l’idée d’un journaliste de questionner le savant, par exemple sur sa «compréhension» des innombrables condamnations à l’enfer des non-musulmans par son saint livre et des aimables qualificatifs qu’il leur prête tels que bestiaux, criminels, pervers…

Au terme de cette lecture renversante, deux questions surgissent:

-  Comment se fait-il que tout au long de leur histoire et aujourd’hui encore, les musulmans n’aient jamais découvert et encore moins mis en pratique les merveilleuses valeurs qu’a révélées leur religion?
 
-    Pourquoi les sociétés occidentales, privées de ce merveilleux islam, ont-elles réussi à les introduire et à les respecter?


Beaucoup appellent l'islam à s'adapter à  la modernité. Tariq Ramadan, voleur de valeurs et dangereux enfumeur, fait de sa religion l'inventeur de cette modernité. Il fallait oser.

 

10:18 Publié dans Frères Ramadan, Livres | Tags : tariq ramadan, génie de l'islam | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Encore une fois, je ne comprends pas ce blog ou plutôt j'ai peur de trop bien comprendre.

Qui que vous soyez, quelque soit le discours modéré que vous tenez et même si vous tentez d'expliquer qu' :
«On ne peut pas changer la parole d’Allah qui fait partie des principes de notre foi. Il s’agit de réformer notre compréhension des textes, voire le fiqh" (jurisprudence islamique). (…) un renouvellement des textes éternels à travers une intelligence temporelle.»
Peu importe !

A partir du moment où vous avez l’extrême mauvais goût d'être musulman, vous vous attirez les foudres de Mireille Vallette qui a tout mieux compris que tout le monde et donc décidé que seule l'éradication planétaire de cette religion était une solution d’avenir viable.
Ben voyons !
Décidémment, ca vire au pire !

Écrit par : Vincent | 27/01/2016

Tous les musulmans ont été trompés par leurs écrits... ceux qui ont écrit avaient en admiration Mohammed qui n'est pas un prophète mais plutôt un guerrier. Ils ont mis dans des livres sacrés le dernier prophète Jésus - qui prône le respect de l'autre et le non-jugement et ils y ont ajouté Mohammed guerrier, destructeur, pédophile, incitant à la haine. Ils ont tous été bernés .. mais ils se disent en 2016 (après Jésus-Christ). Si Mohammed était prophète, les musulmans sont rendus en l'an 1384... puisque Mahommed est mort en 632 (après Jésus-Christ)

Écrit par : Mysterieuse | 29/01/2016

Il est bien obligé de voler les valeurs qu'il ne possède pas. A nous de ne pas le laisser faire.

Écrit par : norbert maendly | 27/01/2016

Vincent, cher Vincent ... dites vous que 100% des jihadistes, terroristes, salafistes, ont été un jour, des modérés ... 100% !

Bien à vous, tutti frutti, tutti quanti, etc.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 27/01/2016

"réformer notre compréhension des textes"
Jolie formule, elle veut dire que ces textes peuvent être compris de différentes manières, qu'ils sont donc ambigus. Allah aurait écrit des textes pas clairs, lui qui est parfait? Vous blasphémez grave, cher Monsieur.

Je vous ferais aussi remarquer que Mireille Vallette n'hésite pas à publier un commentaire qui ne lui est pas favorable, ce que ne fait pas Hani Ramadan, qui a le bon goût d'être musulman et qui n'aime que ceux qui l'encensent.
Paix à ceux qui me liront, mais pas seulement à eux.

Écrit par : andre thomann | 27/01/2016

Concernant les collabos et les portes drapeaux, inutile de nous raconter qu'il faut lire la tête en bas suspendu au plafond et se mettre dans le contexte d'une époque révolue.

Les musulmans ont une pratique pour se fondre dans la foule et faire avancer l'islam: "La taqiyya" c'est à dire le mensonge autorisé par allah et son sanguinaire.

Voici pour les lecteurs qui ignorent les écrits "très religieux" de l'islam:

Le Coran Sourate II La Génisse, verset 214/217
Persécuter (les croyants) est plus grave que TUER (les Impies).
Il s'agit ici d'un appel au meurtre en raison de la religion.

Le Coran Sourate II La Génisse, verset 187/191 : TUEZ-LES partout où vous les atteindrez ! EXPULSEZ-LES d'où ils vous ont expulsés ! La persécution [des croyants] (fitna) est pire que le meurtre. [Toutefois], ne les combattez point près de la Mosquée Sacrée avant qu'ils vous y aient combattus ! S'ils vous y combattent, TUEZ-LES ! telle est la 'récompense' des Infidèles.

Le Coran Sourate III la famille d'Imran 122/127: (Allah fait cela) afin que vous tailliez en pièces ceux qui sont infidèles, (pour que) vous les culbutiez et qu'ils sen retournent déçus.

Le Coran sourate IX Revenir de l'erreur ou l'immunité, verset 5 : Quand les mois sacrés seront expirés, TUEZ les Infidèles quelque part que vous les trouviez ! Prenez-les ! Assiégez-les ! Dressez pour eux des embuscades ! S'ils reviennent [de leur erreur], s'ils font la Prière et donnent l'aumône (zakât), laissez-leur le champ libre !

Le Coran sourate V La Table est servie verset 37/33: La récompense de ceux qui font la guerre à Allah et à son apôtre sera d'être TUESou d'être CRUCIFIES, ou davoir les mains et les pieds opposés tranchés ou d'être bannis de leur pays.
Suite de la précédente sourate (Le Coran sourate V La Table est servie), verset 37/34 : "... excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir: sachez qu'alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux."
Donc sauf à se convertir, naturellement, l'islam ou la mort, le "cercueil ou la valise"... Pourquoi tout processus de paix, signé avec l'Islam est voué à l'échec ? Réponse :
Le Coran sourate IV les Femmes verset 91/89 : [Les hypocrites] aimeraient que vous soyez impies comme ils l'ont été et que vous soyez à égalité [avec eux]. Ne prenez pas parmi eux de patrons ('awliyâ') avant qu'ils émigrent (sic) dans le Chemin d'Allah ! sils vous tournent le dos, prenez-les et TUEZ-LES où que vous les trouviez ! Ne prenez, parmi eux, ni patron ni auxiliaire.

Le Coran, Al-Maidah 51. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

Le Coran sourate IV Les Femmes verset 93/91 : Vous trouverez d'autres [hypocrites] qui désirent vivre tranquilles avec vous et tranquilles avec les leurs... Sils ne se rendent pas à vous et ne déposent pas les armes, prenez les et TUEZ-LES où que vous les acculiez ! Sur ceux-là, Nous vous accordons un pouvoir éclatant.

Le Coran sourate IX, 29 : Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux dentre les hommes des Écritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerrejusquà ce quils payent le tribut de leurs propres mains et quils soient soumis.

Le Coran Sourate IV Les Femmes verset 102/101 : Les Infidèles sont pour vous un ennemi déclaré.
Le Coran sourate VIII Le Butin, verset 40/39 Appel aux armes : Et combattez-les jusquà ce que le culte entier soit rendu à Allah

Le Coran sourate VIII Le Butin, verset 47/45 : O vous qui croyez ! quand vous rencontrez une troupe (ennemie) soyez fermes ! invoquez beaucoup Allah ! Peut-être serez-vous bienheureux !.

Le Coran sourate VIII Le Butin, verset 62/60 préparez contre (ces Infidèles) ce que vous pourrez de force et de chevaux par quoi vous effraierez l'ennemi d'Allah !
Le Coran sourate IX verset 30 : Les juifs ont dit : Ozaïr est fils d'Allah. Les Chrétiens ont dit : Le Messie est le fils d'Allah. Tel est ce qu'ils disent. Qu'Allah les anéantisse !

Le Coran sourate VIII Le Butin verset 17 : (Croyants !) vous n'avez donc point tué ces Infidèles, mais cest Allah qui les a tués.
Le Coran sourate IX Revenir de l'erreur, verset 41 : Lancez-vous légers et lourds. Menez combat de vos biens et de vos personnes dans le chemin d'Allah.

Le Coran sourate IX verset 124/123 : O vous qui croyez ! Combattez ceux des Infidèles qui sont dans votre voisinage! Quils trouvent en vous de la dureté !.
Le Coran sourate XLVII, Mahomet, verset 37/35 : Ne faiblissez donc pas ! N'appelez point à la paix alors que vous avez la supériorité ! Allah est avec vous et Il n'abolira pas vos (louables) actions. N'appelez point à la paix.

Le Coran sourate 48 Le succès verset 16 : Vous êtes appelés contre un peuple plein d'une redoutable vaillance, (ou bien) vous lescombattrez ou bien ils se convertiront à l'Islam.

Le Coran sourate 48 Le succès verset 29 : Mahomet est l'apôtre d'Allah. Ceux qui sont avec lui sont violents à l'égard des Infidèles et compatissants entre eux.
Le Coran sourate 49 Qâf verset 15 : Les croyants sont ceux qui ont mené combat de leurs biens et de leurs personnes dans le chemin d'Allah.
.../...

Les frères musulmans doivent être renvoyés chez eux, dans leurs pays d'origine avec privation de la nationalité en Europe et en Suisse.

A défaut de lire le coran et autres rechercher l'histoire du nazisme et ses typologies pendant l'occupation en France et ailleurs. Le concept est le même, il a finalement engendré les pires massacres les pires horreurs. Aurons-nous le courage politique de stopper ce qui sera une des pires catastrophes de l'humanité?

Il faut combattre ces croyances et ces éducations mortelles. Dénoncer les collabos et les idiots-utiles qui raisonnent en fonction de leurs idéologies et leurs petites culture. Dénoncer ces industriels et marchands d'armes qui vont à l'encontre de l'évolution humaine.

Merci de votre attention pour ce long "commentaire"

Écrit par : Pierre NOËL | 27/01/2016

Mais voui vincent, je connais des gens qui se présentent par leur nom, par leur profession ou hobby, voir par leur nationalité ou même leur appartenance politique. Et je connais bien des musulmans qui ne se sentent pas obligés de l'affirmer comme leur identité 1ere ni d'exiger de la bouffe hallal dans les cantines ou des piscines séparées homme-femme.

Les autres, qui se définissent avant tout par leur religion et placent ces préceptes moyenâgeux au dessus des lois humaines, sont effectivement des dangers pour la liberté et la culture occidentale en général. On est d'accord ?

Écrit par : Eastwood | 27/01/2016

"Encore une fois, je ne comprends pas ce blog ou plutôt j'ai peur de trop bien comprendre. "

A mon avis, vous n'en avez pas l'intelligence.

A votre avis Vincent Strohbach, Tarik Ramadan peut-il être considéré comme un musulman comme les autres? Serait-il un musulman normal comme celui que la France a découvert, probablement avec effarement, lors d'une émission sur Canal+ ?

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-348508-malaise-de-najat-vallaud-belkacem-face-a-un-musulman-sans-doute-fiche-s-refusant-de-condamner-clairement-daesh-regardez.html

Plus grave, la non-réaction de Najat Vallaud-Belkacem sur le plateau et sa réponse plus de 24 heures plus tard ne convainc pas. Pourquoi?

http://ripostelaique.com/la-musulmane-belkacem-ne-contredit-pas-le-salafiste-car-ils-jouent-ensemble.html

Si maintenant, on revient sur les actes ignominieux qui se sont déroulés pendant la nuit de la St-Sylvestre, on constate que la quasi totalité de ces méfaits, et le mot est extrêmement faible, ont été commis par des musulmans, à l'image des viols qui ont lieu en Suède et en Norvège, mais le politiquement correct impose une omerta. Heureusement, aujourd'hui les langues se délient. Le viol est dans la culture de l'islam, principalement à l'égard des mécréantes, les mauvaises musulmanes sont considérées comme telles, remémorez-vous les viols de la Place Tahrir.

Éradication de l'islam? Pourquoi pas? Citez-nous quelques exemples de ce qu l'islam a apporté à l'Humanité?

Écrit par : Gilles Vuilliomenet | 27/01/2016

Une nouvelle toute fraîche d'un éloge qui ne l'est pas.

http://pointdebasculecanada.ca/le-ministere-des-affaires-etrangeres-du-canada-retire-un-hommage-a-tariq-ramadan-de-son-site-internet-apres-un-reportage-de-tva/

Écrit par : Mireille Vallette | 27/01/2016

"«Ce n’est pas nécessaire de mettre l’accent là-dessus. […] Pour le moment, ce n’est pas comme ça qu’on veut être perçus», avait-il ajouté."
Si ça ce n'est pas du double discours, alors c'est quoi?

Écrit par : Lucretius | 27/01/2016

@Mireille Valette

« Au terme de cette lecture renversante, deux questions surgissent: »

Parce que l'Islam a été conçu comme instrument politique, et a toujours été utilisé ainsi par les dirigeants de pays dits musulmans, à l'exception de quelques militaires comme Mustafa Kemal et Reza Khan, qui ont pris le pouvoir, généralement par un coup d'état, sans l'assentiment des dirigeants religieux.

Écrit par : Chuck Jones | 28/01/2016

Donc d’un côté il est demandé aux musulmans modérés
- de réformer leur religion
- d’encourager une lecture plus symbolique que littérale du Coran
- de tenir des discours pacifiques
- de condamner avec la plus grande sévérité les actes atroces perpétrés par des barjots fondamentalistes qui utilisent la religion pour régler leur problème avec le monde occidental mais aussi avec les femmes
- de tenter de rassembler ceux qui pensent que leur religion n’est pas incompatible avec la démocratie
- d’améliorer la condition des femmes dans la religion musulmane
- d’être entendus et compris par ceux qui à force d’être stigmatisés hésitent à se tourner vers le mal
- etc. etc.

Et de l’autre quant, exceptionnellement, il se trouve un musulman capable d'aller dans ce sens, voilà nos islamophobes de service (dont certains n’hésitent pas à trouver que l’éradication de cette religion est effectivement la meilleure idée possible…) qui montent sur leurs ergots pour lui reprocher tout et son contraire et en particulier (vous avez raison, je ne suis pas assez intelligent pour le comprendre) ses tentatives d’interpréter le Coran en fonction de son contexte historique (comme les chrétiens le font avec la Bible) pour que celui-ci soit de moins en moins considéré comme un manuel de guerre mais de plus en plus comme un livre de philosophie musulmane.

Franchement, ne me dites pas que je ne dois pas parler de haine, parce que là, c’est la seule explication que je trouve et Dieu sait si vous m’en voyez désolé.

Écrit par : Vincent | 28/01/2016

Madame Vallette,

La précision et la pertinence de vos arguments, ainsi que la rigueur qui émane à la lecture de votre billet, m'ont donné à réfléchir et amené à réviser mon opinion sur Tariq Ramadan, opinion qui jusqu'ici était plutôt neutre.

Écrit par : Chuck Jones | 28/01/2016

Oui Chuck Jones, quel est votre opinion s'il vous plaît?

J'en ai un mais je n'ose le dire.

Écrit par : 3615 georgette | 29/01/2016

@3615 georgette

« Oui Chuck Jones, quel est votre opinion s'il vous plaît?
J'en ai un mais je n'ose le dire. »


Soyez fou! Osez!
Sans quelqu'un pour vous tenir la main et vous dire où aller!

Écrit par : Chuck Jones | 29/01/2016

Bonjour,

A voir la trouille qu'ont beaucoup de ces hyper-pratiquants du plus récent des monothéismes lorsqu'ils sont face à une femme (nue, non-voilée ou simplement et naturellement féminine), je me demande si au fond Dieu n'est pas une femme ?

Parce que la frustration que peut engendrer le cortège d'interdits et d'édits sur ce qui concerne la féminité semble être le fondement de leur colère, de leurs peurs et la détestation qu'ils vouent à la femme ! La voiler (pour la protéger des regards de l'homme), la confiner (à la maison pour éviter qu'elle sorte et soit tentée par du rouge à lèvres), lui interdire l'éducation (pour qu'elle ne puisse accéder à la connaissance), tout cela me fait dire :

Oui, Dieu est une femme !

Et voilà pourquoi ces hommes lui en veulent tant.

Écrit par : Rawan Rahid | 30/01/2016

@ Vincent
Mireille et tous ceux qui essaient de vous convaincre de la nocivité et de la perfidie des idées des frères Ramadan ne sont pas vos ennemis. Comme la plupart de nos concitoyens, vous êtes victime des tromperies de ces mystificateurs relayées par des médias incapables, par culpabilisation, de faire preuve d’esprit critique quand il s’agit d’islam.
Nous vous suggérons d’aller à la source de l’information afin de savoir qui se cache derrière les discours lénifiants de ces deux prédicateurs.
Tariq Ramadan, tout comme son frère Hani, ont pour leader spirituel Youssef al-Qaradawi, idéologue en chef des Frères Musulmans. Celui-ci propage l’islam des origines, celui du VIIe siècle où la superstition le dispute à la misogynie et à la haine de tout ce qui n’est pas musulman.
http://ripostelaique.com/le-double-langage-de-qaradawi-et-ramadan-video.html
http://www.huffingtonpost.fr/fiammetta-venner/qui-est-youssef-al-qarada_b_6286738.html
L’article du Huffingtonpost est très instructif :
« Tariq Ramadan cite régulièrement al-Qaradawi dans un de ses livres. « Toute personne, musulmane ou non, qui a étudié les sciences et le droit islamiques contemporains, sait quelle est la contribution de Yussuf Al-Qaradawi au débat et combien certaines de ses propositions juridiques sont novatrices. J'éprouve un profond respect pour l'homme et le savant et serais le dernier à m'en cacher (Tariq Ramadan, Aziz Zemouri, Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?, l'Archipel.) »
Tariq finira par être récompensé de sa dévotion à Qaradawi, outre une chaire dans une université britannique financée par le Qatar, il obtiendra aussi un poste dans Centre de recherche sur la législation et l'éthique islamiques (CILE), à la faculté islamique de Doha. Mais à force d'être traduit et popularisé en Europe, Qaradawi finira par être persona non grata chez ceux là même qui le tenaient pour représentant des musulmans. Il sera interdit de séjour par la volonté de Nicolas Sarkozy en mars 2012. »
Encore une fois, Vincent, nous n’avons ni mépris ni haine envers vous ni envers les musulmans. Nous essayons seulement de vous ouvrir les yeux sur ce qu’est vraiment l’islam : une idéologie totalitaire qui refuse le libre arbitre et l’égalité des êtres humains.

Écrit par : Pelagius | 01/02/2016

Ah! Les belles valeurs de l'islam

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/18/01016-20140418ARTFIG00347-orange-le-responsable-de-la-mosquee-condamne-pour-proxenetisme.php

Notons tout de même que les victimes de ce réseau de proxénétisme étaient des coreligionnaires, comme quoi, ils ne respectent même pas les femmes voilées.
Et, oh surprise, tout ça se passe sous couvert d'une mosquée respectable.
Ça s'est passé en 2014, mais les pressions et menaces de type mafieux ont étouffé toute publicité autour de cette affaire.

Écrit par : Arnica | 07/02/2016

Enseignant de philosophie au collège, je suis toujours étonné par certaines remarques ahurissantes de mes élèves. L'autre jour une jeune musulmane d'origine turque, 19 ans, déclare en classe avec un aplomb certain que, selon elle, "en islam la femme est bien traitée car le coran la protège". Je lui demande de s'expliquer un peu, elle développe des arguments complètement foireux mais elle persiste. Or il se trouve que j'avais justement dans ma serviette un portfolio du "Bureau de l'Egalité" du DIP -Genève, dans lequel se trouvent des photos montrant le statut des femmes dans le monde actuel. Je sors du cartable une photo de 2005 prise en Turquie montrant un heureux couple fraîchement marié, lui 50 ans et posant fièrement dans un fauteuil, elle 10 ans, toute menue et voilée. Une image à faire pleurer. Je demande alors à mon élève si elle est d'accord de m'épouser de force. Pour être correct, j'ai dit mon âge: 61 ans et très bien conservé. Elle a répondu par la négative. Je lui ai demandé si elle avait éventuellement une plus jeune soeur, environ 10 ans ça m'irait bien. J'attends encore la réponse.

Écrit par : Christian | 11/02/2016

@Christian

- « Enseignant de philosophie au collège ... »
« ... une jeune musulmane d'origine turque, 19 ans ... »
« Je demande alors à mon élève si elle est d'accord de m'épouser de force. »
« ... j'ai dit mon âge: 61 ans et très bien conservé ... »
« ... une plus jeune soeur, environ 10 ans ça m'irait bien. »

Après votre leçon de philosophie de la coercition et d'humiliation, y'a plus qu'à espérer que cette jeune femme se reconnaîtra et vous aidera à apprendre la philosphie du droit pénal.

Écrit par : Chuck Jones | 11/02/2016

Réponse à Chuck Jones: la philosophie s'apprend aussi par la confrontation au réel, et le réel fait souvent mal. C'est salutaire et cathartique. La "coercition et l'humiliation" dont vous m'accusez se trouve en réalité dans la photo terrible de cette petit fille mariée de force à un type qui pourrait être son grand-père.

Écrit par : Christian | 12/02/2016

@Christian

« La "coercition et l'humiliation" dont vous m'accusez se trouve en réalité dans la photo terrible ... »

La photo n'est pas en cause.
C'est votre autorité dont vous avez abusé ...

« Je demande alors à mon élève si elle est d'accord de m'épouser de force. »
« ... j'ai dit mon âge: 61 ans et très bien conservé ... »
« ... une plus jeune soeur, environ 10 ans ça m'irait bien. »

Vous n'avez pas enseigné une leçon, vous avez mis cette jeune femme dans une position dans laquelle elle ne pouvait que s'humilier ou se taire, en employant particulièrement votre personne ou votre expérience personnelle comme argument, ce qui pour moi est inédit dans l'enseignement de la philosophie.

Écrit par : Chuck Jones | 12/02/2016

Malheureusement vous ne savez pas ce qu'est la philosophie lorsqu'on la pratique autrement qu'en commentant simplement les textes. Une étudiante de 19 ans, donc majeure, est capable d'intelligence et de confrontation au réel. On ne peut pas laisser dire n'importe quoi, même en cours de philo. Comme disait Finkielkraut: "Le contraire de la violence, ce n'est pas la douceur, mais la pensée." A une religion qui tolère la violence faites aux femmes, il faut répondre par le refus de la barbarie. A une élève ignorante du réel, il faut répondre par l'argumentation et les preuves. Socrate ne faisait pas autre chose. Mais il vrai qu'il a été condamné pour avoir fait réfléchir les Athéniens...

Écrit par : Christian Macherel | 13/02/2016

Les commentaires sont fermés.