12/03/2016

La Ville de Genève bannit le burkini

Le saviez-vous? Moi pas. Le burkini, qui couvre les cheveux et le reste du corps , est interdit dans les piscines de la Ville. Les auteurs du règlement qui prévalait depuis 40 ans n'avaient évidemment pas prévu la poussée islamiste à laquelle nous assistons depuis quelques décennies.

Le règlement concerne Les Vernets, Varembé et quelques bassins de quartiers.

Comme pour le reste du vestiaire musulman, dont le niqab, tous les religieux et soldates de l'islam réclament l'autorisation de ce vêtement. Peu le portent? Mieux vaut prévenir que guérir.

Sans bruit, en veillant à ne pas stigmatiser qui que ce soit, le Service des sports énumère quelles tenues sont autorisées... d'où l'on peut déduire celles qui sont proscrites. (cliquer sur le document pour agrandir).

 

 

Capture2.JPG

Le Service des sports dépend du conseiller administratif Sami Kanaan qui défendait il y a peu l'autorisation du  foulard à une fonctionnaire. Un coup par ci, un coup par là? Pas compris le rapport entre foulard et burkini?

En 2013, deux baigneuses couvertes de la tête aux pieds avaient créé la polémique au Lignon, commune de Meyrin, quelque peu islamolâtre... Comme le canton de Neuchâtel qui l'autorise.

Cette bonne nouvelle valait bien une petite exception à ma pause.

13:55 Publié dans Femmes, Voile, niqab, etc. | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

J'ai toujours cru que la baignade, c'était le bonheur de sentir l'eau sur toutes les parties de son corps. Si c'est pour faire trempette en tenue de scaphandrière, autant rester sur la terre ferme.
A une époque, je crois qu'il n'y avait pas de règlement concernant ce qu'on devait mettre aux bains: costume de bain couvrant le sexuel, c'était tout et c'était tellement évident.

Écrit par : andré thomann | 12/03/2016

"Madame Vallette, pourquoi mes commentaires ne passent-ils plus sur votre blog?", me demande Norbert Maendly.

Eh bien, parce que vous êtes victime du syndrome du rejet-non-désiré que les experts de la Tribune ne comprennent pas. Vous êtes une demi-douzaine à me l'avoir signalé et j'en suis fort marrie. Mais impuissante.

Écrit par : Mireille Vallette | 13/03/2016

Madame Vallette,

de même, j'ai eu ce problème du rejet-non-désiré (dès que l'on a écrit son commentaire et que l'on clique sur envoyer il s'affiche automatiquement en même temps que disparaît le commentaire (où passe-t-il?) "Désolé, erreur dans l'envoi retour au portail du blog."

Il y a quelques jours plus rien ne marche ordi, TV, tél. fixe (le tout chez Swisscom). Rien à faire. Le problème venait de Swisscom. Après réparation... le problème, Madame, que vous évoquez qui durait depuis au moins le début 2016 a disparu

sans quoi, Madame, je n'aurais pas le plaisir, ainsi qu'à vos lecteurs, de souhaiter
"bonne semaine"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/03/2016

Les musulmanes ne peuvent être à égalité avec les hommes c'est normal, c'est écrit dans les bouquins révélés par un ange chrétin de chez crétin reconnu par le christianisme. On comprend mieux la collaboration des églises réformées et celle du vatican avec l'islam.

Les hommes ont inventé les divinités, les commandements et les fables à l'avantage des royautés et des chefs tribaux -mâles.

L'islam a pour symbole la lune; celle-ci est à l'image de ce concept: "invivable" pour l'être humain. Elle a également sa face cachée, comme l'islam ou toute vie est impossible même enfermé dans une bulle. Elle paraît belle dans l'obscurité, elle ne brille pas d'elle-même, elle brille grâce au soleil. L'islam est comme la lune.

Le soleil (entre autre) a servit au même titre que le Nil et ses humeurs à inventer les fables religieuses.

Se priver des joies de la nature pour faire plaisir à un prophète arriéré, c'est être dans la démence-sous-jacente.

Quant aux occidentalopithèques, libre à eux de "croare" au bel islam, leurs enfants feront l'histoire avec des beaux conflits et leurs lots de victimes pour sortir de l'obscurantisme lunaire.

Bel héritage.

Écrit par : Pierre NOËL | 14/03/2016

Les commentaires sont fermés.