05/05/2016

Chrétiens en pays d’islam: pourquoi tant de haine?

Tribune libre parue mercredi 4 mai dans  Le Temps au sujet d'un problème tragique. Il nous ramène comme d'habitude au refus des religieux et responsables musulmans d'accepter le débat lorsqu'il concerne le contenu de leurs textes.

Les intertitres ont été ajoutés par le journal.


le temps,opinion,chrétiens,discrimination religieuse

Pourquoi les chrétiens sont-ils discriminés, persécutés, assassinés dans les pays musulmans? Quel rapport avec l’islam?

Les discriminations concernent en fait tous les non-musulmans. Il n’existe aucun pays d’islam où l’égalité religieuse est une réalité. Partout les condamnations pleuvent pour «offense à la religion», «insulte à l’islam» «outrage au prophète»… Même la tolérante Indonésie a cédé devant la rage islamiste de la province d’Aceh. Celle-ci peut appliquer certaines injonctions de la charia, dont le fouet pour les transgresseurs.

Je mettrai cependant l’accent sur les persécutions les moins graves des chrétiens, sur leur l’origine et leur persistance. Le remarquable «Observatoire de la christianophobie» témoigne de la haine quotidienne qui les poursuit partout, y compris dans nos pays. Cette lecture est presque insupportable.

L'Algérie

Dans des pays proches, que l’on imagine religieusement civilisés, les discriminations demeurent. L’Algérie interdit comme les autres pays le mariage d’une musulmane avec un non-musulman. Par le biais d’une loi promulguée il y a dix ans, les autorités algériennes se livrent même à une chasse aux chrétiens. Prison ferme pour «prosélytisme et offense au prophète de l’islam», poursuites judiciaires pour s’être trouvé en possession de Bibles, pour s’être réunis dans un lieu afin de pratiquer son culte. Les convertis –comme les apostats en général- ne peuvent hériter.

Le Maroc

Le Maroc est un autre exemple. Frère Rachid, un musulman marocain converti au christianisme, anime une émission en arabe sur la chaine satellitaire Al-Hayat basée aux États-Unis. Il adresse ce jour-là une lettre ouverte au roi du Maroc. Que demande-t-il? Que cesse le harcèlement de la police qui oblige les chrétiens à s’enfermer dans des lieux obscurs pour pratiquer leur culte. Que les Marocaines puissent se marier avec des non-musulmans. Que les chrétiens aient le droit de disposer d’une Bible en arabe, de la transporter sans menace de fouilles. Il réclame la reconnaissance du mariage chrétien, le droit de donner des prénoms chrétiens à ses enfants, de cesser de les obliger à apprendre l’islam et d’avoir le droit de leur enseigner le christianisme.

Imagine-t-on que nos pays interdisent le Coran en français? Qu’ils obligent les enfants musulmans à apprendre la religion chrétienne?

Où est la réciprocité?

Ici, les musulmans dévots considèrent la liberté religieuse comme un dû, une évidence. Ils n’hésitent pas à recourir au tribunal pour élargir son champ. Mais quelle indifférence devant l’absence de cette liberté dans les pays régis par l’islam! Jamais nous n’avons vu sortir de leurs mosquées ou associations le moindre mouvement de protestation, la moindre pétition (par exemple contre la condamnation d’Asia Bibi) réclamant la réciproque.

Depuis le début de l’islam, les armées musulmanes ont envahi et détruit des civilisations chrétiennes. Des communautés ont survécu, tels les coptes d’Égypte, malgré une insécurité et des discriminations permanentes, comme en témoigne Jean-Pierre Péroncel-Hugoz («Le radeau de Mahomet») qui cite même cette comptine entendue dans la bouche de petits musulmans: «Demain c'est notre fête, les chrétiens seront nos chiens!»

Le rejet des non-musulmans

Ce rejet des non musulmans est omniprésent dans le Coran et les Hadiths. Le premier instaure un impôt de «protection» des juifs et des chrétiens, à verser «dans l’humiliation». Il aura été durant plus d’un millénaire la source d’innombrables extorsions…et humiliations.

Mais de qui les chrétiens (et les juifs) devaient-ils être protégés? Des régimes musulmans eux-mêmes! «C’est une forme de rançon en échange du droit de vivre», résume Georges Bensoussan.

Revenons-en aux textes. En lisant le Coran, dès les premières pages, j’ai été choquée par les incessantes imprécations contre ceux qui ne croient pas à la religion d’Allah, crime inexpiable. Ce qui fait d’eux des «pervers», des «criminels», des «bestiaux».

Où est la tolérance?

Les chrétiens associent Jésus à Dieu, c’est un crime impardonnable qui fait dire à Allah: «Que Dieu les anéantisse!» Il incite ses croyants à jeter l’effroi dans leurs cœurs, à frapper sur leurs cous. Au Jugement dernier, il réserve aux incrédules, dans d’innombrables versets, un «châtiment terrible, ignominieux». Ils seront conduits à la Géhenne «comme un troupeau à l’abreuvoir».

Vous, imams et responsables d’associations faites beaucoup d’efforts pour nous persuader que l’islam a le plus grand respect pour les chrétiens. Comment enseignez-vous cette «tolérance» de votre religion qui ne la respecte nulle part? Comment conciliez-vous l’image d’un livre parfait, incréé, intouchable et ce qu’il dit des «incrédules» à d’innombrables reprises? Pourrions-nous ouvrir le débat?

Commentaires

dreuz.info/2015/08/23/juifs-maudits-et-chrétiens-condamnes
[…]
L’islam est farouchement hostile à la foi trinitaire des chrétiens, comme il est jaloux de l’existence des juifs et de leur historicité; et la prière à Allah exprime cette répulsion dans la fatiha, ce qui en fait aujourd’hui la seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres ».

A l’opposé, la foi bien comprise au D.ieu unique «Père, Fils, Esprit » offre des implications dialoguales importantes. Cette spiritualité se positionne comme l’ouverture vers l’autre, la valorisation de la relation, l’unité dans la diversité, la dynamique de communion.

Il y a donc là fondamentalement un choc frontal avec l’islam, qui a un sérieux problème avec l’altérité et qui ne conçoit tout mouvement de sa part vers les autres que comme une conquête exclusive et mondiale par la charia. L’islam n’a nul désir de dialogue, et la tolérance n’est pas son objectif, il ne vise qu’à abolir l’existence de ses adversaires. Ses stratégies pour y parvenir sont multiples.

Face à ces visions incompatibles pour la coexistence, la foi chrétienne est imprégnée du projet universaliste mais non contraignant de la Bible ; issue du judaïsme, l’option christique incite à avancer dans la vérité, dans un respect mutuel, mais sans subir passivement les coups de boutoir de l’adversité, et en prenant des responsabilités pour que ce monde devienne plus humain et plus vivable. Berdiaev, théologien orthodoxe russe disait: « notre programme social, c’est la Trinité !».

Ce qui indique qu’il ne s’agit pas là d’un concept ésotérique et abstrait, mais que cela engage, dans toutes ses dimensions, le mystère de l’existence humaine personnelle et collective. C’est la logique du D.ieu de l’alliance, commune aux juifs et aux chrétiens, et inconnue de la tradition coranique.

Cette conviction interrelationnelle implique de vivre sous un regard bienveillant et inspirateur : celui de Quelqu’un qui est amour, source et fin de notre destinée, et dont les projets sont abondamment mis en lumière par les Saintes Ecritures.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.
dreuz.info/2015/08/23/juifs-maudits-et-chrétiens-condamnes

Écrit par : KANDEL | 05/05/2016

@ KANDEL
"(...) les Saintes Ecritures" (fin de l'avant dernier paragraphe): d'un côté la sainte Bible, de l'autre le saint Coran. Comment faire le bon choix? Pour les musulmans, le Coran est un livre saint qui n'a pas subi d'altération après sa révélation car Dieu a promis que ce livre durerait jusqu'à la fin des temps. Les musulmans considèrent que le Coran, à travers la personne de Mahomet, reprend mot à mot la parole de Dieu. Exactement comme les chrétiens considèrent que le Nouveau Testament, à travers la personne de Jésus, reprend mot à mot la parole de Dieu. Car les chrétiens tiennent pour avérées ces affirmations du "Fils": • “En effet, je n’ai point parlé de mon chef; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit ce que je dois dire et comment je dois parler. (...) Ce que je dis, c’est ce que le Père m’a ordonné de dire” (Jean 12:49-50, confirmé par Jean 3:34: “Celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu”); • “Les paroles que je vous dis, ce n’est pas de moi-même que je les prononce” (Jean 14:10); • “La parole que vous entendez n’est pas de moi mais elle est du Père qui m’a envoyé” (Jean 14:24); • “Je suis descendu du ciel non pas pour faire ma volonté mais la volonté de Celui
qui m’a envoyé” (Jean 6:38; dans le même sens: Jean 4:34 et 5:30); • “Ma doctrine n'est pas de moi mais de Celui qui m'a envoyé” (Jean 7:16); • “Ce qu’Il [Celui qui m’a envoyé] m’a appris, je le dis au monde” (Jean 8:26 in fine); • “Je ne fais rien de moi-même, mais (...) je dis ce que mon Père m’a enseigné; (...) je fais toujours ce qui Lui est agréable” (Jean 8:28-29).

Jésus et Mahomet, Mahomet et Jésus: deux grands imposteurs devant l'Éternel. Aucun des deux n'a été mandaté par Dieu pour parler aux hommes en son nom. Si l'enfer existait, ils s'y trouveraient à coup sûr en ce moment, au motif qu'ils ont cherché à abuser leurs semblables.

Écrit par : Mario Jelmini | 05/05/2016

Très bon article, une fois de plus.

3 petites corrections à opérer:
- § 2: «offense au à la religion»;
- § 3: "sur leur l’origine";
- § 7: "Jamais nous n’avons vous sortir de leurs mosquées".

Selon le Coran IX:33 (traduction Denise Masson), Dieu "a envoyé son Prophète [Mahomet] avec la (...) Religion vraie pour la faire prévaloir sur toute autre religion". Il est aussi difficile d'enlever ça de la tête d'un musulman que de faire admettre aux chrétiens que Jésus n'est pas né d'une vierge et n'est pas ressuscité des morts.

Écrit par : Mario Jelmini | 05/05/2016

Ceux qui ne comprennent pas tant de haine doivent absolument lire le livre d'Ali SINA, "La psychologie de Mahomet et des musulmans" !

Écrit par : mia vossen | 05/05/2016

Où est la tolérance? Telle est la question posée dans le dernier intertitre. Il ne faut certainement pas la chercher dans l'islam. Ni, d'une manière générale, dans les religions. Les plus tolérants, sur cette Terre, sont à rechercher parmi les agnostiques et les athées. Car il en faut de la tolérance pour supporter les inepties de ces satanées religions.

Écrit par : Mario Jelmini | 05/05/2016

"Chrétiens en pays d’islam: pourquoi tant de haine?"

Parce que c'est inscrit dans le coran? Non?

Écrit par : Johann | 05/05/2016

Mais Johann, vous devriez faire comme notre présidente de la Commission Fédérale contre le Racisme, c'est-à-dire lire le coran!

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/03/17/martine-brunschwig-graf-j-ai-lu-le-coran-avec-des-commentair-265516.html

Je vous assure, il faut lire le coran entre les lignes. Souvenez-vous de cette adage: qui aime bien châtie bien!

Une fois que vous avez bien assimilé ce principe, vous ne pourrez qu'aimer l'islam.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 06/05/2016

@Madame Vallette,

- « Chrétiens en pays d’islam: pourquoi tant de haine? »
- « Par le biais d’une loi promulguée il y a dix ans, les autorités algériennes se livrent même à une chasse aux chrétiens. »
- « Il adresse ce jour-là une lettre ouverte au roi du Maroc. Que demande-t-il? Que cesse le harcèlement de la police ... »
- « Imagine-t-on que nos pays interdisent le Coran en français? Qu’ils obligent les enfants musulmans à apprendre la religion chrétienne? »

Parce que ... comme vous le relevez pourtant fort opportunément ... comme le catholicisme est instrumentalisé par le FN et Philippe de Villiers en France, comme Henri VIII instrumentalisa la religion pour provoquer le schisme anglican et la mobilisation contre l'Ecosse ... l'islam est instrumentalisé dans les pays que vous citez ... par des politiques ... pour des intérêts politiques.

Écrit par : Chuck Jones | 05/05/2016

"l'islam est instrumentalisé dans les pays que vous citez ... par des politiques ... pour des intérêts politiques."

C'est l'islam, une idéologie politique totalitaire, qui instrumentalise la religion. Il y a si peu de spiritualité en islam... il y a lavage de cerveaux et bourrage de crânes à coups de terreur de l'enfer (tortures annoncées!) et autres fables pour esprits faibles. C'est le monstre qui se déguise en agneau pour mieux attraper ses proies.

Écrit par : Johann | 05/05/2016

Mario Jelmini

Comment pouvez-vous savoir que Jésus était un "imposteur en aucun cas mandaté par Dieu"?
Il n'existe pas qu'un profil de Jésus.

Seule la lecture personnelle, individuelle des textes évangéliques avec leur effet sur et en nous nous informe sur leur validité ou non.

Comme il s'agit de situations réelles, quotidiennes, selon les comportements, visées, intentions ou motivations ces textes sont une mine d'or concernant notamment les psys lesquels sont toujours en mesure de placer leurs patients ou analysants comme enracinés en tel ou tel mythe.

Il est regrettable que nos autorités aient accepté de construire chez nous des mosquées pour les personnes de pays dont les autorités refusent chez eux la construction de tout temple ou église.

La religion, pour gens informés, sans pour autant ou nécessairement avoir été formés exégètes ou théologiens est parfaitement comparable à une auberge espagnole: on y trouve ce que l'on veut ou ne veut pas voir, d'une part, ce que l'on apporte, de l'autre mais on note que les personnes qui ont eu le privilège de connaître par le vécu ce que Freud a choisi d'appeler psychanalyse se sont, par suite, bien souvent tournées orientées vers l'hindouisme et bouddhisme puis... la libre pensée non celle de certains libres penseurs qui s'obstinent à détruire les religions simplement parce que, mot maudit, "religion", mais la libre pensée, l'autre, celle des chercheurs de vérité.

Les musulmans amateurs de vérité passeront par le même chemin mais quand et à quel prix!?

Je termine ces lignes en ayant en tête un article de Marianne à propos, en France, des bibliothécaires... comment des jeunes femmes musulmanes fréquentant les bibliothèques sont surveillées par certains dits "grands frères" adossés au fond des salles sans jamais eux-mêmes ouvrir un livre...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/05/2016

@ Myriam Belakovsky
> Il n'existe pas non plus qu'un seul profil de Mahomet. Or je suis prêt à parier que vous pensez que Mahomet était "un imposteur en aucun cas mandaté par Dieu". Je suis également prêt à parier que vous pensez cela sans avoir étudié le Coran (je veux parler d'une "lecture personnelle, individuelle", pour reprendre vos termes). Avez-vous déjà songé que si vous étiez née en Algérie ou au Maroc de parents musulmans, vous seriez sans doute aujourd'hui musulmane? J'aimerais vous répondre plus amplement mais il se trouve que la modératrice de ce blog m'a invité hier soir- très gentiment d'ailleurs - à restreindre mes interventions. Sans doute a-t-elle remarqué que je n'étais pas seulement réfractaire à l'islam mais également au judaïsme et au christianisme. Je vais donc essayer de me modérer moi-même afin de ne pas heurter ici les sensibilités juives et chrétiennes, qui contribuent à faire barrage contre l'islamisation.

Écrit par : Mario Jelmini | 06/05/2016

"Il est regrettable que nos autorités aient accepté de construire chez nous des mosquées pour les personnes de pays dont les autorités refusent chez eux la construction de tout temple ou église"

Une grande partie du problème vient de ce qu'ils nous demandent de leur appliquer nos valeurs (tolérance, etc.) alors que nous devrions (et devons!) leur appliquer leurs valeurs (intolérance, etc.).

Écrit par : Johann | 06/05/2016

Johann,

- « C'est l'islam, une idéologie politique totalitaire, qui instrumentalise la religion. ... »

Ben ... c'est un point de vue. Ca dépend à qui vous l'expliquez et ce qu'ils défendent ou attaquent ou commentent comme valeurs ...

Est-ce que vous l'expliquez aux musulmans ou aux anti-musulmans ?

Est-ce que vous l'expliquez à des politiciens, des détenteurs de pouvoir, des révolutionnaires, ou des journalistes politiques ?

Est-ce que vous l'expliquez à des historiens, et au quel cas, ils vous demanderont probablement, qu'est-ce qui est apparu en premier dans l'histoire de l'humanité, la politique ou la religion ?

Écrit par : Chuck Jones | 06/05/2016

Ce n'est pas de Johann, et il n'a pas à l'expliquer à qui que ce soit. Pour ceux qui lisent les historiens spécialistes de l'Islam, le savent. Des articles sur internet et Wikipedia Le disent. Ce n'est donc pas un scoop! Idem pour vos questions d'une idiotie sans nom dont vous inondez les blogs.

Écrit par : Patoucha | 07/05/2016

Voici une contribution courageuse d'une journaliste séoudienne, qui invite les arabo-musulmans à imaginer le scénario inverse: et si les Européens venaient se faire sauter au milieu de la foule en Arabie Séoudite:
http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/9037.htm#_ednref1

Espérons qu'elle ne se fera pas égorger fissa, comme ils ont coutume de faire là-bas.

Elle a aussi eu le courage de s'écarter de son script en direct à la télé:
http://madame.lefigaro.fr/societe/les-terroristes-sortent-de-nos-ecoles-et-universites-le-nouvea-090516-114158

Ce qui me frappe, c'est que les femmes musulmanes sont très actives pour secouer le cocotiers. Malheureusement, les vieux bigots barbus restent bien accrochés….

Écrit par : Arnica | 11/05/2016

Les commentaires sont fermés.