29/05/2016

La Chaux-de-Fonds et l’islam des Frères musulmans: manif en vue!

Une manifestation de protestation contre l’intégrisme et l'islamisation, première du genre en Suisse, aura lieu le 11 juin dans le canton de Neuchâtel. Les initiateurs d’un musée et d’un complexe islamiste ont créé le déclic.


 

 

Karmous filles-garçons.jpg

Des filles bien enveloppées, mais à l'arrière quand même (site de l'Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse dirigée par Nadia Karmous). Dénonçons ce sexisme!

Un Musée des civilisations islamiques a été inauguré vendredi 27 mai, que devrait suivre un complexe d’une cinquantaine de logements, des commerces, des salles d’endoctrinement (arabe, Coran, soutien scolaire, salle polyvalente utilisée comme mosquée) et une piscine non mixte.

Une manifestation organisée par les fémininistes des Déburqadères, l'UDC et l'Association suisse vigilance islam aura lieu le samedi 11 juin prochain contre ces nouveaux symptômes d'intégrisme et d'islamisation.

Bussat.jpg

Des activistes des Déburqadères avec Christine Bussat de l'UDC (deuxième depuis la gauche).

 

L’islamosphère fondamentaliste

Des initiateurs liés aux Frères musulmans, des donateurs et donatrices liés à des pays du Golfe, des associations «humanitaires» liés au terrorisme... Survol de cette islamosphère et de ses sulfureux acteurs.

Deux figures majeures du fondamentalisme et plus précisément des Frères musulmans sont à la manœuvre, les Neuchâtelois (naturalisés) Nadia et Mohamed Karmous.

Nadia Karmous, la directrice du musée est aussi la fondatrice de l’Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse. Celle-ci organise des séminaires d’apprentissage de l’arabe et du Coran avec «d'éminents enseignants de l'Institut des sciences naturelles de Château-Chinon» , une officine de Frères musulmans. En 2015, il a été élu «meilleur Institut de Coran» par la Ligue islamique mondiale d’Arabie saoudite.

Le seul enseignant cité sur le site de l’institut est Larbi Bechri, «membre du Conseil européen pour la fatwa et la recherche», un organisme auteur d’un Recueil de fatwas suant la misogynie et le rejet des mécréants. Objectif de ce conseil présidé par Youssef Al-Qaradawi, fanatique idéologue des Frères musulmans et du sunnisme en général: instaurer la charia.

La secrétaire de l’Association de Nadia Karmous est Israh Mahmood-Beghriche, fille de Halim Beghriche un imam directeur d’un institut privé formant des imams dans toute l’Europe. Il est professeur de droit canonique au centre de formation de la Nièvre géré par les Frères Musulmans de l'UOIF.

Nadia Karmous aide les hommes à maitriser leur libido par son foulard et ses voiles que portentConverted_file_a324dd58.jpg aussi nombre d’adhérentes de son association. Contrairement à son mari qui affectionne la discrétion, elle s’est largement répandue dans les médias en promouvant la plupart du temps son obsession: le foulard, mais aussi le burkini, signe selon elle d’intégration et de richesse. Et les piscines non-mixtes. On lui doit quelques déclarations pittoresques:

«Mon rêve est que les autorités acceptent que les étudiantes et les enseignantes musulmanes puissent venir voilées à l’école. Mais ça viendra.» (Le Matin dimanche, 12.02.06)

«La croix, signe également "ostensible" que la loi entend interdire dans les écoles, est bien sûr un signe pour les chrétiens, mais pas une obligation, contrairement à l'habit et au foulard chez les femmes musulmanes. (…) Porter le foulard est un droit moral, un devoir religieux et non une contrainte.»

«Dieu a tout créé parfaitement, et il est assez puissant pour l'avoir fait avec une énorme diversité d'espèces. Pourquoi voulez-vous qu'il ait eu besoin d'une évolution? Adam et Eve ont été les premiers hommes, créés par le souffle de Dieu. Nous ne sommes pas des «dérivés» d'autre chose qui nous aurait précédés.» (Construire, 05.04)

«En Suisse, il serait bien qu'une loi interdise ce genre de choses [les caricatures du Prophète]. Qu'on ne puisse plus toucher ni à Dieu ni au Prophète.» (Le Matin dimanche, 11.02.06)

Et sur le site de l’association figure le bobard du siècle: «La femme musulmane de tout temps a eu la possibilité de s’exprimer, d’être active dans la société et servir au mieux les femmes.»

Tariq Ramadan, membre de l’Union mondiale des savants musulmans présidée par Al-Qaradawi est l’invité-vedette du centre.

Mohamed Karmous et la Confrérie

Depuis 2004, il est secrétaire adjoint de la Communauté islamique du Tessin (Comunità Islamica nel Cantone Ticino, CIT), l’une des deux fédérations d’associations du canton. Il y est entré au moment où Ghaleb Himmat en prenait la présidence. Ce dernier a présidé auparavant durant 30 ans (1973-2002) l’Islamische Gesellschaft in Deutschland, branche principale des Frères musulmans en Allemagne et pierre angulaire d’un vaste réseau d'organisations de la Confrérie en Europe. Il a été l’un des deux dirigeants de la banque Al-Taqwa qui finançait ces activités et a été accusée de financer le terrorisme.(1)

Cette organisation allemande a joué un rôle majeur dans la propagation de l’idéologie des Frères musulmans, une idéologie sexiste, antidémocratique et viscéralement anti occidentale.

Mohamed Karmous, a créé une douzaine d'organisations islamiques dans notre pays, citées notamment par des journalistes arabes qui ont tenté de remonter la filière financière de la Confrérie.

Il fonde notamment la Ligue des musulmans de Suisse (LMS) sise à Neuchâtel. Elle se dit en 2002 membre de l'Union des organisations islamiques en Europe (UOIE) située dans l’orbite des Frères musulmans. Elle cite à cette époque comme référence le «Recueil de fatwas» réalisé sous la houlette d’Al Qaradawi.

Karmous présidera la LMS durant une dizaine d’années. En 2007, la ligue invite une brochette de prédicateurs sulfureux à son congrès, dont un cheik saoudien et un Français de l’UOIF, membre du Conseil précité.

Il crée en 2002 le Centre socio-culturel des musulmans de Lausanne (actuellement à Prilly) dont il est le président.(2)  Parmi les invités du centre, des fondamentalistes tels Youssef Ibram (membre du Conseil européen de la fatwa et de la recherche), Hassan Iquioussen ou Béchir Ben Hassen qui a notamment déclaré: «…la punition pour quiconque insulte le Prophète Mohamed est la mort. Il devra être puni en étant exécuté!» (vidéo sur le site indiqué).

Et l’imam de ce centre socio-culturel, l’un des plus grands de Suisse, Abdelwahed Kort, refuse de condamner la lapidation. (3)

Khaldoun Dia Eddine, un vieux Frère

C’est le directeur scientifique du musée.

Il a été un actionnaire influent de la banque Al Takwa. Il est en 2002 président du Comité d'aide aux réfugiés de Bosnie-Herzégovine et appartiendra à de nombreuses associations controversées, entre trafic d’armes et aide au terrorisme.

Il a aussi été membre de la Communauté islamique du Tessin. Et de l’International Islamic Charitable Organization, Sharq Koweit succursale de Meyrin (2001-2010) sise à son domicile. Il y siégeait aux côtés de Ghaleb Himmat et de Youssef Al-Qaradawi.

L’Islamic Charitable Society du Koweit est une donatrice du musée. Selon des documents américains publiés par Wikileaks , elle a été mise sur une liste rouge d’organisations terroristes, de même que d’autres donateurs du musée: Zakat House (Koweit) ou Qatar Charity. L’émir qui dirige cette dernière est aussi président de Qoranona, un organisme inscrit au registre du commerce de Berne en 2014 avec le salafiste Nicolas Blancho.

Karmous don.jpgEn juin 2014, Mohamed Karmous a reçu un chèque de 140.000 dollars des mains de l’ambassadeur du Koweït en Suisse Bader Al-Tunaib pour son musée. Ce dernier déclare que ces soutiens sont accordés «aux musulmans dans de nombreuses parties du monde». Effectivement, quelques mois plus tôt, son alter ego du Canada a offert à un leader des Frères musulmans du Québec 76.000$ pour une école islamique à Montréal.

Depuis une dizaine d’années, les Frères musulmans sont très influents dans la politique du Koweit. Comme d’ailleurs au Qatar où réside Al-Qaradawi. Certains donateurs-trices sont liés à la famille régnantes ou à de puissantes entreprises d’islamisation.

Depuis le 11 Septembre, d’innombrables organisations humanitaires, souvent alimentées par la «zakat» , l’aumône obligatoire qui représente un des cinq piliers de la religion islamiques, ont été accusées de financer des activités liées au terrorisme. Et toutes utilisent cette couverture pour atteindre un but obsessionnel: la diffusion de l’islam.

Certains donateurs-donatrices du musée sont ou ont été très actifs en Afrique, ce qui rappelle que le succès des fondamentalistes ne concerne pas seulement le Moyen-Orient, l’Asie et l’Occident…

On peut rêver que ces milliards consacrés à intoxiquer les foules soient utilisés à examiner les racines des luttes fratricides, des épurations et des atrocités qui se produisent au nom de cette religion. Ce serait plus utile qu’un musée qui tente de nous convaincre des merveilles de l’islam.
Mais vu ce qui précède, gageons que ce n’est pas Chaux-de-Fonds qui représente l’aube d’une ère islamique nouvelle.

Démocrates de Suisse, faisons du samedi 11 juin une journée historique!

Manifestation à 11 heures, Espacité (à dix minutes de la gare)

 

(1)Les sources sont nombreuses. Voir notamment «La conquête de l’Occident», de Sylvain Besson, actuellement rédacteur en chef adjoint du Temps, 2005.
(2) Selon le Registre du commerce.
(3)Temps présent, 30 avril 2015, "Mon imam chez les Helvètes".

Commentaires

Effarant!! L'Europe perd toute sa richesse culturelle, économique, ainsi que sa liberté avec l'avancée de l'islam... Il est vrai aussi que le manque de religion et d'idéal qui règne actuellement en Europe n'est pas propice au progrès. Je suis athée mais ai compris Poutine qui favorise au maximum l'orthodoxie donnant un sens à la vie des Russes. (Ivan BLOT, La Russie de Poutine)

Écrit par : mia vossen | 29/05/2016

Bravo pour cet article remarquablement documenté.
TOUS À LA CHAUX-DE-FONDS LE 11 JUIN Â 11 H.!

Écrit par : Mario Jelmini | 29/05/2016

10 commandements de la femme

1. Je suis une femme. Aucun asservissement ne saurait me toucher.
2. "Mon corps m'appartient". Il ne présente l'honneur de personne.
3. Je mets au monde des enfants ou pas. C'est mon droit le plus absolu.
4. je ne me prosterne jamais. Cette soumission est à bannir.
5. Je refuse les préceptes religieux quant à mon habillement.
6. j'honore la déclaration universelle des droits à la vie et à la liberté.
7. je dénonce les crimes de l'excision, de la circoncision, de la lapidation.
8. je pense par moi-même. Toute intimidation religieuse, politique est punissable
9. je me libère de toute emprise religieuse quant à mon comportement alimentaire. Je mange de tout sans excès et je bois de l'alcool avec modération.
10. je pratique les relations sexuelles en femme indépendante et responsable. La sexualité n'est pas une affaire des religieux.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 29/05/2016

@ Noëlle Ribordy.
Je suis un homme et j'approuve toute femme qui met en pratique les règles de votre décalogue. Si j'étais une femme, je les adopterais. D'ailleurs, le fait d'être un homme ne m'empêche pas de suivre ceux de ces «commandements» auxquels les hommes - aussi bien que les femmes - peuvent adhérer (à propos du troisième: j'ai beau avoir du ventre, l'accouchement ne vient pas; ça doit être une grossesse nerveuse...).

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2016

Effrayantes aussi, la naïveté et l'irresponsabilité des autorités, dont nous subirons les conséquences si rien n'est fait. Auraient-elles succombé à cette maladie du siècle qu'est le masochisme européen?

Écrit par : Laurence | 30/05/2016

Il est possible, voire même probable, que cette manifestation ait peu de succès et que les journalistes (qui sont tous bien-pensants comme on a pu le constater) s'en repaissent. Mais il faut être conscient que chaque courageux/se qui osera manifester ce jour-là représentera en réalité des dizaines de milliers de personnes qui partagent son avis, soit bien plus que lors d'une manifestation classique où les participants n'ont aucune raison d'avoir peur. La seule manière de connaître vraiment l'avis de la population au sujet de l'islam est d'organiser un vote à bulletins secrets, ce que les politiciens ne se risqueront jamais à faire !

Écrit par : Camille | 30/05/2016

@mia vossen

- « Effarant!! L'Europe perd toute sa richesse culturelle, économique, ainsi que sa liberté avec l'avancée de l'islam... »

Les "anciens" disaient la même chose de la "culture américaine" avec les produits américains débarqués en Europe en 1944 ... Coca Cola, Kellogs, Caterpillar, les films américains, le jazz, le swing, le rock'n'roll ...

- « Il est vrai aussi que le manque de religion et d'idéal qui règne actuellement en Europe n'est pas propice au progrès. »

Vous voulez dire qu'il y a _pénurie_ de religion et qu'il en faut plus ... parce que les gens en demandent plus ? Ou qu'il faut _imposer de la religion_, ou une religion en particulier ... y compris à ceux qui n'en ont pas besoin et n'en veulent pas ? Parce que pour ceux-là, c'est aussi agaçant que la pub dans la boîte-à-lettre, mais en beaucoup, BEAUCOUP plus agaçant!

Et quand vous parlez "d'idéal" ... vous êtes sûr de faire la différence entre un "ideal" qui guide _vos_ décisions personnelles importantes, qui a de la valeur pour vous, et que vous avez "adopté" de vous même, ... de "l'idéal" qu'on essaie de vous _imposer_ ... ou de vous _vendre_ ?

- « Je suis athée mais ai compris Poutine qui favorise au maximum l'orthodoxie donnant un sens à la vie des Russes. »

Oui, il a compris que c'est très pratique, puisque en laissant les affaires de moeurs à la population et à la religion, ... ca permet d'éviter d'être rendu responsable pour des bavures commises par l'état. Et en bonus, ca permet de faire des économies sur l'éducation (L'Education, surnommé "Le Mammouth", premier poste du budget de l'Etat de France. Ca doit être à cause des mathématiques et de la philosophie. Ou ptet des langues étrangères. Ca demande beaucoup de temps pour comprendre Platon, Ciceron, Voltaire, Maupertuis, Laplace, Poincaré), ... puisque c'est plus facile de laisser l'église s'en occuper, ... surtout parce que les gens donnent de l'argent tellement facilement à l'église pour se laisser "éduquer", ... surtout quand le chef de l'Etat russe et le chef de l'Eglise russe sont très bons copains, comme Poutine et Cyril, ... et s'arrangent pour que l'église éduque la population a bien respecter l'Etat russe et Poutine, ... en échange de quoi Poutine laisse l'église donner des explications que Poutine n'a pas vraiment pas envie de donner lui-même, ... parce que ca fait vraiment pas sérieux quand il rencontre des chefs d'Etat qui lui demandent ... par exemple ... pourquoi y'a des pogroms contre les homosexuels en Russie, ... ou pourquoi il n'interdit pas le voile que portent certaines femmes russes pour combattre l'islamisme galopant qui ravage la Russie, ... comme Attila, ... ou les huns ... ou la culture américaine, ... ou le capitalisme.

Et y'a aussi un tas d'avantages ... par exemple ... ca permet de laisser croire que ... certaines bêtises de l'Etat, et de Poutine, ... ne sont pas _du tout_ la faute de l'Etat ou de Poutine, mais la volonté de Dieu. ... Et quand c'est pas la faute de Dieu, c'est à cause d'une décision que Dieu a dû prendre à l'insu de son plein gré, ... donc il faut pas lui en vouloir, ... et surtout pas à Poutine, ... puisque comme Poutine et Cyril sont copains, ... et que Cyril est copain avec Dieu, eh ben ... Poutine est copain avec Dieu ... puisque "tous les copains de mes copains, sont mes copains"!

Ah ben ... c'est fou ce que ça ressemble a de "l'islam".

Écrit par : Chuck Jones | 30/05/2016

@Camille

- « La seule manière de connaître vraiment l'avis de la population au sujet de l'islam est d'organiser un vote à bulletins secrets, ce que les politiciens ne se risqueront jamais à faire ! »

Voui. C'est un des gros problèmes de la démocratie. Les chefs ont toujours honte de ce que pense le peuple qui les a élus, quand le peuple dit que c'est la faute des "pasnous" ou des "pasdecheznous". Y'a que quand les chefs sont d'accord avec le peuple qu'ils sont fiers. Comme le chef docteur autodidacteur à moustache des "pasnous" allemands entre 1933 et 1945. Et encore, ça n'a duré que 12 ans.

Écrit par : Chuck Jones | 30/05/2016

Les Frères musulmans sont assez clairement reconnus, dans le monde entier, y compris parmi les pays musulmans, comme une organisation dangereuse et néfaste, voire terroriste (favorisant le terrorisme).

Comment se fait-il alors que leurs représentants puissent s'étaler, prendre de la place, grignoter du terrain et devenir omniprésents, sans que personne n'arrive à les freiner?

Je remercie d'avance tous ceux qui iront à la manif, comme le dit Camille, il faudra considérer chaque participant comme représentant environ 100 personnes qui n'auront pas pu ou pas osé y aller.

Écrit par : Arnica | 30/05/2016

@ Camille :
Pour votre information (vous ne devez pas voter souvent), chaque vote des Suisses (et Dieu sait si on vote souvent) se fait à bulletins secrets.

Mais il est vrai que c'est tellement plus valorisant de voir des complots partout et d'être convaincue de faire partie d'une élite plus lucide que la moyenne.....

Écrit par : Vincent | 30/05/2016

Une fois encore, Vincent prouve qu'il ne sait pas lire! Mais Vincent est content, il a pu poser sa petite crotte!

Camille n'a jamais dit que nous autres Helvètes aux bras noueux ne votions jamais à bulletin secret, il a simplement dit qu'il faudrait pouvoir faire voter les Suisses afin d'avoir leur avis sur l'islam! Le fait d'avoir ajouté "à bulletin secret" n'ôte en rien les propos de Camille. Ils montrent surtout qu'il y a des opinions qui sont considérées comme des délits par certains. Ce vote serait un sondage grandeur nature afin de connaître l'opinion des Suisses sur l'islam.

Je soutiens la proposition de Camille qui s'inscrit parfaitement dans le cadre d'une réelle démocratie: c'est au Peuple de choisir son destin, pas à des délégués qui aujourd'hui montrent de plus en plus un profond mépris des habitants de ce pays.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 30/05/2016

" 10 commandements de la femme

1. Je suis une femme. Aucun asservissement ne saurait me toucher.
2. "Mon corps m'appartient". Il ne présente l'honneur de personne.
3. Je mets au monde des enfants ou pas. C'est mon droit le plus absolu.
4. je ne me prosterne jamais. Cette soumission est à bannir.
5. Je refuse les préceptes religieux quant à mon habillement.
6. j'honore la déclaration universelle des droits à la vie et à la liberté.
7. je dénonce les crimes de l'excision, de la circoncision, de la lapidation.
8. je pense par moi-même. Toute intimidation religieuse, politique est punissable
9. je me libère de toute emprise religieuse quant à mon comportement alimentaire. Je mange de tout sans excès et je bois de l'alcool avec modération.
10. je pratique les relations sexuelles en femme indépendante et responsable. La sexualité n'est pas une affaire des religieux. "

Je ne sais pas qui a rédigé ce règlement mais si l'on prend les points 4, 5 et 9 elles sont totalement contraire au point numéro 1 et 8. l'auteur de ce règlement veut au nom de la lutte contre la soumission des femmes, les soumettre à un règlement obligatoire. Point 2, 4, 5 et 9

J'espère que celui qui a rédigé ce règlement et que ceux qui l’approuvent ne se considèrent pas comme des libéraux. Une femme libre n'a pas besoin d'un réglementent pour l'être qui est totalement contraire à la notion de libre arbitre. Même le point 2 est liberticide puisque une femme devrait aussi avoir le droit de pouvoir soumettre son corps à autrui du moment qu'elle puisse changer d'avis quand elle le désir. Pareil pour le point 10.

D.J

Écrit par : D.J | 30/05/2016

Une femme (un homme aussi, d'ailleurs) est libre de se donner les règles qu'elle (qu'il) veut. Je ne vois pas en quoi le point 2 serait liberticide: si une femme déclare que son corps lui appartient, cela signifie qu'elle entend en disposer à son gré, se réservant la liberté de décider si elle veut permettre à quelqu'un (sous-entendu: de son choix) d'en disposer ou si elle veut n'accorder ce droit à personne. Les règles 4, 5 et 9 ne sont nullement contradictoires avec les règles 1 et 8. Au contraire, elles sont complémentaires. Une personne qui pense par elle-même est libre de refuser toute forme d'asservissement et toute forme d'intimidation qu'une religion, par exemple, pourrait vouloir exercer sur elle. Cela, bien entendu, dans le respect des lois en vigueur.

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2016

- G. Vuilliomenet: « Camille n'a jamais dit que nous autres Helvètes aux bras noueux ne votions jamais à bulletin secret, il a simplement dit qu'il faudrait pouvoir faire voter les Suisses afin d'avoir leur avis sur l'islam! »

Mais alors, ... puisque les Suisses n'ont le droit que de répondre "OUI" ou "NON" quand ils votent, ... quelle est donc la question à laquelle ils doivent répondre "NON" ?

Écrit par : Chuck Jones | 30/05/2016

"Camille n'a jamais dit que nous autres Helvètes aux bras noueux ne votions jamais à bulletin secret, il a simplement dit qu'il faudrait pouvoir faire voter les Suisses afin d'avoir leur avis sur l'islam! Le fait d'avoir ajouté "à bulletin secret" n'ôte en rien les propos de Camille. Ils montrent surtout qu'il y a des opinions qui sont considérées comme des délits par certains. Ce vote serait un sondage grandeur nature afin de connaître l'opinion des Suisses sur l'islam.

Je soutiens la proposition de Camille qui s'inscrit parfaitement dans le cadre d'une réelle démocratie: c'est au Peuple de choisir son destin, pas à des délégués qui aujourd'hui montrent de plus en plus un profond mépris des habitants de ce pays."

Mais lâchez-vous M. Vuilliomenet, lancez un référendum avec vos petits copains !

Nous vivons dans un pays démocratique où nous pouvons voter sur tout et son contraire en fonction de l'aboutissement (ou non) des référendums lancés par la population, vous auriez tort de vous gêner....

Mais c'est vrai que c'est un peu plus de boulot que de se contenter d'insulter et mépriser à longueur de blogs....

Écrit par : Vincent | 31/05/2016

mia vossen,

Vous mentez, vous n"êtes pas Athée. L'idéal de vie ne passe passe plus par le religieux.

Écrit par : Pierre NOËL | 31/05/2016

"Et y'a aussi un tas d'avantages ... par exemple ... ca permet de laisser croire que ... certaines bêtises de l'Etat, et de Poutine, ... ne sont pas _du tout_ la faute de l'Etat ou de Poutine, mais la volonté de Dieu. ... Et quand c'est pas la faute de Dieu, c'est à cause d'une décision que Dieu a dû prendre à l'insu de son plein gré, ... donc il faut pas lui en vouloir, ... et surtout pas à Poutine, ... puisque comme Poutine et Cyril sont copains, ... et que Cyril est copain avec Dieu, eh ben ... Poutine est copain avec Dieu ... puisque "tous les copains de mes copains, sont mes copains"!"

"... puisque les Suisses n'ont le droit que de répondre "OUI" ou "NON" quand ils votent, ... quelle est donc la question à laquelle ils doivent répondre "NON" ?"

Une chance que Chuck Jones soit là pour mettre un peu de clarté dans le débat!

Écrit par : Normandy | 31/05/2016

Vincent,

Comme le dit G. Vuilliomenet, avez-vous vraiment lu mon commentaire ? Et si oui, l'avez-vous compris ?
Quoi qu'il en soit, s'il y a une chose que j'ai pu constater, c'est la très, très grande réticence des gens avec qui j'en discute (dont la majorité sont des gens de gauche !) par rapport à l'islam (les gens ne sont pas dupes, ils voient bien les problèmes posés par cette religion) et, dans le même temps, leur crainte de faire part publiquement de leur avis de peur d'être taxés d'extrême-droite ou autre joyeuseté qui permet d'éviter le débat. Ce que je constate aussi, ce sont les nombreux problèmes posés par le respect des règles (nombreuses !) de l'islam dont les membres préfèrent aller se réfugier dans un pays de koufars comme la Suisse plutôt que dans l'un des 57 pays musulmans de cette planète où ils pourraient appliquer toutes les règles de leur foi sans problème.

Écrit par : Camille | 31/05/2016

"Allez Vincent, rappelez-nous le sort de l'initiative sur le centre islam et société!

Je maintiens que vous êtes un tartufe doublé d'un guignol surtout lorsque je dois lire ce genre de stupidités:

"Nous vivons dans un pays démocratique où nous pouvons voter sur tout et son contraire en fonction de l'aboutissement (ou non) des référendums lancés par la population, vous auriez tort de vous gêner.... "

vous n'êtes pas à une contradiction près!

Je rappelle aussi les propos imbécile du politologue Adrian Vatter dans Terra cognita, «la démocratie directe a un potentiel tyrannique. Non seulement elle freine l’accès des minorités religieuses à l’égalité, mais elle favorise aussi le clivage confessionnel.»

Donc, si je dois comprendre les propos abjects de ce type, à bas la démocratie directe!"

Écrit par : G. Vuilliomenet | 31/05/2016

Je constate que j'ai oublié de mentionner le sort de l'initiative fribourgeoise concernant le Centre Islam et Société enterrée par le Conseil d'Etat fribourgeois!

Écrit par : G. Vuilliomenet | 01/06/2016

Mesdames,
Pour connaître la religion qui correspond le mieux à vos idées sur la place de la femme dans la société, je vous recommande la lecture d'un excellent article intitulé "Les religions contre les femmes", consultable sur la page web «http://atheisme.org/femmes.html».

Écrit par : Mario Jelmini | 31/05/2016

@Camille

- « ... des gens ... leur crainte de faire part publiquement de leur avis de peur d'être taxés d'extrême-droite ou autre joyeuseté qui permet d'éviter le débat. »

En gros, ce que vous dites c'est que ... "des gens" ... ont plus "peur" ... d'être "taxés d'extrême-droite" ... que des "problèmes posés par cette religion" (l'islam donc). Bon. Et juste pour bien comprendre le problème "des gens", c'est interdit d'être "d'extrême-droite" en Suisse ?

Écrit par : Chuck Jones | 31/05/2016

Le concept de liberté (cf le décalogue de Mme Ribordy) peut revêtir de nombreux habits. Si l'approche commune dit que la liberté permet de faire ce qu'on veut dès lors qu'on empiète pas sur celle des autres, elle est vraiment insuffisante et insatisfaisante.

Je me représente la liberté comme une responsabilité et un droit de pouvoir prendre moi-même des décisions hors contraintes, que de telles contraintes soient exercées par d'autres ou par moi-même (mes pulsions ou envies).

Je respecte la loi parce que je considère qu'elle est le meilleur compromis d'aujourd'hui pour vivre ensemble et pas parce qu'il y a un flic qui risque de me chopper si je la transgresse. Je respecte mon prochain(e) ou mon lointain(e) par ce que je pense que le respect mutuel est un fondement de la vie. Je me défends si on m'attaque (avec une violence proportionnée) parce que je défends aussi ma vie. Chacun est libre de sa foi et de ses rites dans son espace privé et dans le respect de ses prochains et lointains.

Mme Ribordy cherche à imposer sa vérité aux autres et sa liberté bouffe la mienne.

Écrit par : archi-Bald | 01/06/2016

Que Mme Ribordy dénonce l'excision, la circoncision et la lapidation (point 7) et qu'elle pense par elle-même (point 8), ça bouffe votre liberté? Qu'elle refuse les préceptes religieux en matière d'habillement (point 5) et d'alimentation (point 9), ça bouffe votre liberté? Qu'elle considère que son corps lui appartient (point 1) et que la sexualité n'est pas une affaire de religion (point 10), ça bouffe votre liberté? Alors n'écrivez pas: "Je respecte mon prochain (...) parce que je pense que le respect mutuel est un fondement de la vie", ni "Chacun est libre de sa foi" car ce que Mme Ribordy a exprimé, c'est ce en quoi elle a foi.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/06/2016

archi-Bald,
Je n'ai pas de vérité à imposer car je n'ai pas de temps à perdre. La liberté pour les femmes n'est jamais acquise. Regardez la photo prise du site de l'association culturelle des femmes musulmanes ci-dessus. Que voyez-vous: des jeunes garçons en pull avec des inscriptions à la mode identiques à tous les garçons de leur âge en Suisse, alors que les petites filles sont enveloppées et voilées, obéissantes et soumises.
Alors oui, j'adopte les 10 commandements de la femme et, si vous, archi-Bald vous voulez prier couché, debout, la tête en bas, en privé je ne vois pas pourquoi je vous l'interdirai.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 01/06/2016

"Je me représente la liberté comme une responsabilité et un droit de pouvoir prendre moi-même des décisions hors contraintes, que de telles contraintes soient exercées par d'autres ou par moi-même (mes pulsions ou envies)."

Alors là, je crois que la consultation d'un psy (chiatre ou chologue) s'impose. Monsieur archi-Baild est connu pour obéir aveuglement à ses pulsions communautaristes et justifier le traitement injustifiable de l'Etat d'Israël envers la population indigène de cette région: vol de la terre, bombardements de la population civile, emprisonnement des enfants, adultes, femmes et personnes âgés sans aucune inculpation, etc., etc. C'est à dire que Monsieur archi-Bald justifie la liberté totale des citoyens israéliens d'entraver totalement les droits et libertés les plus basiques de tout un peuple.

Écrit par : Max | 01/06/2016

Merci Max pour ces accusations. Maintenant que vous vous êtes défoulé, revenons aux choses sérieuses. Je vous mets au défi de trouver une seule de mes paroles qui dirait ce dont vous m'accusez... sans compter que vos propos reposent sur des considérations historiques erronées.

Écrit par : archi-Bald | 01/06/2016

Max : Je prie le responsable du blog de supprimer votre commentaire, vous n’avez pas à vous prendre à archi-Bald en mélangeant Israël à un article dont il en est nullement question.
Et puisque vous proférez des mensonges, lisez s.v.p. ceci:
J’ai pris connaissance de cet article du journaliste palestinien Khaled Abu Toameh*, publié le 21 janvier sur le site du Gatestone Institute. Ses critiques ne sont pas sans rappeler les textes de Matti Friedman l’an dernier. Je l’ai traduit pour les lecteurs de Dreuz.
o=o=o=o=o
La « souffrance » palestinienne et le « malheur » de « l’occupation » israélienne sont les seuls sujets admissibles
« Les journalistes étrangers basés à Jérusalem et à Tel-Aviv ont refusé pendant des années de faire état de la corruption et des violations des droits financiers qui sévissent sous les régimes de l’Autorité palestinienne (AP) et du Hamas. La « souffrance » palestinienne et le « malheur » de « l’occupation » israélienne sont les seuls sujets admissibles.

Une entrevue avec Yasser Arafat
Un collègue basé à Ramallah m’a fait part il y a quelques années d’une demande qu’il avait reçu d’un correspondant, un stagiaire néophyte qui demandait son aide afin d’organiser une entrevue avec Yasser Arafat.
Sauf qu’à ce moment-là, Arafat était mort depuis plusieurs années.
Fraîchement sorti de l’école de journalisme et bien informé (sic) sur le Moyen-Orient, ce journaliste avait donc été considéré par les éditeurs comme un candidat parfait pour la couverture du conflit israélo-palestinien.

Les colons juifs de Gaza
Deux journalistes occidentaux ont récemment demandé à être accompagnés dans la bande de Gaza pour interviewer les colons juifs qui y vivent.
Non, ceci n’est pas le début d’une blague. Ces journalistes étaient en Israël, fin 2015, et ils étaient très sérieux.
Imaginez leur embarras quand il leur a été souligné qu’Israël s’est complètement retiré de la bande de Gaza il y a dix ans.
On doit éprouver une certaine pitié pour eux.
Ces collègues étrangers sont des recrues qui tentent de faire bonne impression en se rendant dans un endroit «dangereux» tel que la bande de Gaza pour faire un reportage sur les «colons» qui y vivent.
Leur demande, cependant, n’a pris personne par surprise, même pas mes collègues locaux.
Ces « journalistes parachutés», comme ils sont parfois appelés, sont catapultés dans la région sans avoir été informés sur les faits de base du conflit israélo-palestinien.
Malheureusement, les correspondants tels que ceux-ci constituent la règle plutôt que l’exception.

Un journaliste britannique désemparé, en particulier, me vient à l’esprit.

Reportage de guerre … au bar de l’Hôtel American Colony
Lorsque Israël a assassiné le fondateur du Hamas et chef spirituel Ahmed Yasmin en 2004, un journal britannique a dépêché ce journaliste spécialiste des enquêtes criminelles, à Jérusalem pour couvrir l’événement.
Pour ce journaliste, la région, ainsi que le Hamas, était un territoire vierge. Ses éditeurs l’avaient envoyé au Moyen-Orient, a t-il dit, parce que personne d’autre n’était prêt à y aller.
Eh bien, notre héros a écrit ses reportages sur l’assassinat de Ahmed Yassine … à partir du bar de l’Hôtel American Colony.
En signature, il affirmait qu’il était dans la bande de Gaza et avait interviewé des proches du chef du Hamas tué.

Au cours des trois dernières décennies, les journalistes de ce type me sont devenus très familiers. Ils montent à bord d’un avion, lisent un article ou deux dans le Times et se sentent prêts à parler en expert du conflit israélo-palestinien.
Certains d’entre eux m’ont même assuré qu’avant 1948, il y avait un Etat palestinien ici avec Jérusalem Est comme capitale.

À l’instar des jeunes collègues mal informés qui souhaitaient interviewer les colons juifs inexistants dans la bande de Gaza en 2015, ils ont été quelque peu surpris d’apprendre qu’avant 1967, la Cisjordanie était sous le contrôle de la Jordanie, tandis que la bande de Gaza était gouvernée par l’Egypte.
Y a t-il une différence entre un citoyen arabe d’Israël et un Palestinien de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza ?
Mes collègues étrangers seraient incapables de le dire.
Est-ce que la charte du Hamas déclare vraiment que le mouvement islamiste cherche à remplacer Israël par un empire islamique ?
Si oui, mes collègues internationaux n’en savent rien.

Visiter la ville détruite de Jénine
Une journaliste mémorable, il y a plusieurs années, a demandé à visiter la ville « détruite » de Jénine, où « des milliers de Palestiniens avaient été massacrés par Israël en 2002».
Elle faisait allusion à l’opération de Tsahal dans le camp de réfugiés de Jénine, où près de 60 Palestiniens, dont de nombreux hommes armés, et 23 soldats de Tsahal ont été tués lors d’une bataille.
La pitié mise de côté, ce degré d’incompréhension – et cette paresse professionnelle – sont difficiles à admettre à l’ère d’Internet.

Mais concernant la couverture du conflit israélo-palestinien, l’ignorance est apparemment un état de grâce.
Les idées fausses sur ce qui se passe ici gangrènent les médias internationaux.
Nombreux sont les journalistes qui n’éprouvent même pas le besoin de dissimuler leur haine pour les Juifs
L’aspect binaire des bons contre les méchants vient en tête de liste.
Il faut que quelqu’un soit le bon (c’est le rôle des Palestiniens) et quelqu’un doit être le méchant (les Israéliens obtiennent ce rôle-là). Et tout est vu à travers ce prisme.

En fait, le problème est beaucoup plus grave.
Nombreux sont les journalistes occidentaux couvrant le Moyen-Orient qui n’éprouvent même pas le besoin de dissimuler leur haine pour Israël et pour les Juifs.
Mais quand il s’agit des Palestiniens, ces journalistes ne voient aucun défaut.
Les journalistes étrangers basés à Jérusalem et à Tel-Aviv ont refusé pendant des années de faire des reportages sur la corruption et les violations des droits financiers qui sévissent sous l’Autorité palestinienne (AP) et sous le régime du Hamas. Ils craignent d’être éventuellement pris pour des «agents sionistes» ou pour des «propagandistes» d’Israël.

Enfin, il y a les journalistes locaux embauchés par des journalistes et des médias occidentaux pour aider à couvrir les conflits.
Ces journalistes peuvent refuser de coopérer à un reportage qu’ils considèrent comme étant « anti-palestinien ».
La « souffrance palestinienne » et le « malheur » de « l’occupation » israélienne sont les seuls sujets admissibles.
Les journalistes occidentaux, pour leur part, sont soucieux de ne pas fâcher leurs collègues palestiniens : ils ne veulent pas se voir refuser l’accès à des sources palestiniennes.
J’aurais bien du mal à trouver un journaliste occidental se référant aux assaillants palestiniens comme à des « terroristes »

Ainsi, l’indifférence des médias internationaux face à la vague actuelle de coups de couteau et de voitures-béliers contre les Israéliens ne devrait pas surprendre.

En fait, les manchettes internationales montrent souvent plus de sympathie envers les assaillants palestiniens tués lors de leur agression que vers les Israéliens qui ont été attaqués en premier lieu.
Bien sûr, ces remarques ne s’appliquent à tous les journalistes étrangers. Certains correspondants des États-Unis, du Canada, de l’Australie et d’Europe sont à la fois compétents et justes.
Malheureusement, ceux-ci ne représentent qu’un petit groupe au sein des médias traditionnels de masse occidentaux.
Les journalistes occidentaux, en particulier ceux qui sont « parachutés » au Moyen-Orient, feraient bien de se rappeler que le journalisme dans cette région ne devrait pas consister à être pro-israélien ou pro-palestinien.
Il consiste plutôt à être « pro » vérité, même quand la vérité va à l’encontre de ce qu’ils voudraient croire.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Écrit par : frenkel | 01/06/2016

"Merci Max pour ces accusations. Maintenant que vous vous êtes défoulé, revenons aux choses sérieuses. Je vous mets au défi de trouver une seule de mes paroles qui dirait ce dont vous m'accusez... sans compter que vos propos reposent sur des considérations historiques erronées."

CQFD

Écrit par : Max | 01/06/2016

archi-Bald,

Alors la première photo ci-dessus ne vous inspire pas?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 01/06/2016

Mario Jelmini,

Je vois seulement maintenant votre commentaire qui correspond à la réponse que j'ai donnée à archi-Bald. Votre analyse est excellente quant à la place de la femme dans la société et l'esprit de liberté auquel elle aspire.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 02/06/2016

- « Je prie le responsable du blog de supprimer votre commentaire, vous n’avez pas à vous prendre à archi-Bald en mélangeant Israël à un article dont il en est nullement question. ... lisez s.v.p. ceci: ... La «souffrance» palestinienne et le « malheur » de «l’occupation» israélienne sont les seuls sujets admissibles ... : frenkel »

CQFD

Écrit par : Chuck Jones | 02/06/2016

Les commentaires sont fermés.