14/08/2016

Ada Mara et la burqa: «En chacun de nous sommeille une bête»

En Suisse, on ne voit pas de burqa, l’interdire ne ferait donc que stigmatiser les musulmans. Et par la même occasion réveillerait la bête qui sommeille en nous. Signé Ada. Pierre-Yves Maillard son collègue propose, lui, une réflexion profonde et lucide.


ada_marra_2254207.jpg

Un ministre zurichois socialiste, Mario Fehr, approuve l’interdiction du niqab. Tremblement de terre à gauche! Le blasphème est double: d’une part le coupable trahit ses collègues de parti amis des islamistes, d’autre part il donne raison à l’UDC qui a lancé une initiative pour interdire ce hideux vêtement.

Sitôt la position de Mario Fehr connue, la gauche et les Verts sonnent la charge! Ada Mara, conseillère nationale vaudoise monte dare-dare au micro de la radio romande pour clamer son indignation. C’était vendredi soir.

Son premier argument: «En Suisse, il n’y a pas de problème de burqa. On n’en voit quasiment pas.» Elle devrait vérifier. Des femmes enveloppées jusqu’aux yeux, c’est un spectacle tout à fait courant dans les rues suisses. (La photo ci-contre a été prise en juin dernier par Christine Bussat à Migros-Balexert, Genève.)

Ada n’a évidemment pas la moindre envie de vérifier. Cela la priverait de cette autre fausse affirmation: «Faire croire qu’il y a un problème de burqa, c’est faire croire que la confession musulmane en Suisse  est salafiste, ce qu’elle n’est pas et c’est en cela que c’est stigmatisant. »
Pourtant, une partie de la communauté musulmane est bel et bien salafiste (cf certaines mosquées albanaises, wahhabites, turques, et parmi les radicaux connus et reconnus Hani Ramadan, Youssef Ibram, Mohamed Karmous, Ghaleb Himmat, etc.etc.)… Ceux qui font le creuset du radicalisme et dont les socialistes et les Verts se font les complices depuis des décennies.

burqa_Balexert.jpgL’esprit affuté, la députée poursuit en expliquant comment agir en féministe dans les théocraties islamiques. Je résume: «Là où les Suissesses doivent faire acte de militantisme féministe, c’est lorsqu’elles vont dans des pays où on est obligé de porter la burqa en refusant de la porter. Ce qu’a fait Michèle Obama lors d’une visite officielle en Arabie saoudite.»

Là Ada Marrante s’emmêle les pinceaux entre voile et burqa, ce qui montre qu’en fait, elle voit parfaitement le lien existant entre les deux. Mais ni le journaliste, ni elle ne feront la moindre allusion à la signification du large cache-sexe et des autres camouflages imposés aux femmes par la doxa musulmane.

Très en verve, Ada Marasme résume: «S’il y a un problème de burqa dans un pays, l’interdire c’est du féminisme. S’il n’y a pas de problème réel de burqa, l’interdire c’est stigmatiser.» A partir de quand décide-t-on, et qui décide qu’il y a un problème? Y en avait-il un en France et en Belgique qui ont interdit le cercueil ambulant? La députée n’est-elle pas scandalisée que des groupes obligent le port de ce vêtement (toujours associé à d’autres féroces persécutions) et que pas une association islamique ne le combatte?

Au contraire, la députée rejoint avec enthousiasme toutes les associations de Suisse, puisque toutes affirment qu’elles se sentiraient stigmatisées si on interdisait ce symbole du sort réservé aux musulmanes depuis 14 siècles.

Pour la socialiste, la burqa n’est qu’une question de chiffres. Pas une question de symbole. Et elle ne juge pas utile de dire pourquoi (j’imagine) 100 burqas la gêneraient, alors que 50 (on doit y être largement!) ne lui causeraient pas de problème.

Mais passons au deuxième blasphème de Mario Fehr, celui qui donne du grain à moudre à la populiste UDC.

Là, Ada se surpasse : «On vit dans une société toujours un peu plus fascisante. Un exemple: les réfugiés (…)»

Les valeureux combattants du fascisme, encore un peu amoureux du stalinisme, trouveraient si naturel d’interdire ce débat. Reconnaissons que, pleinement soutenus par les journalistes,  ils y arrivent déjà assez bien.

Enfin, dernier feu d’artifice du génie socialiste: «Derrière les symboles (celui de la burqa) se cachent des mentalités qu’on va éveiller. Vous savez, en chacun de nous demeure une bête, il faut la maîtriser (…) J’aimerais dire à ceux qui vont voter oui à cette initiative  par grogne, parce que nous n’arrivons pas à dompter la bête qui est en nous, que les problèmes (économiques et sociaux) que le parti socialiste [traite] excellemment ne seront pas réglés si on vote oui à cette initiative.»

Et si on vote non, ils seront réglés?

Je sens que ma bête se réveille, saisie d’une furieuse envie de mordre l’auteure de telles arrogantes stupidités.

Je me calme un peu en voyant dans Manbij libérée, en Syrie, des hommes se couper la barbe avec délectation et des femmes faire un feu de joie de leurs burqas.

Et je ne peux m’empêcher une fois de plus de penser que l’insondable complaisance des politiques et des médias a sa part de responsabilité dans le sort de tous ces hommes et femmes soumis au joug islamique.

Dans ce débat, la lutte anti-UDC préoccupe les journalistes, toujours aussi militants, bien davantage que la dignité des femmes. Un exemple renversant relevé par Les Observateurs : http://lesobservateurs.ch/2016/08/12/linterdiction-de-bur...

Pierre-Yves Maillard, un OVNI chez les socialistes

ada mara,pierre-yves maillard

Autre réconfort: Le Matin dimanche publie une passionnante interview de Pierre-Yves Maillard, un ministre socialiste dépourvu de réflexes pavloviens. Ses points de vue stimulent la réflexion dans tous les champs qu’il aborde. La burqa ne fait pas exception et sur ce thème, le sort des femmes le préoccupe infiniment plus que l'UDC. Il dit d'ailleurs: «Je ne serai pas de ceux qui combattent cette initiative.»

On verra dans ces extraits que mine de rien, sa critique de la gauche et sa description du défi devant lequel nous sommes sont d’une lucidité assez ébouriffante.

Extraits:

«Il est incontestable aujourd’hui que les libertés de conscience et de comportement sont attaquées. Et cela par des mouvements qui vont jusqu’à la violence et au meurtre. (…) On sent bien qu’il y a un agenda pour imposer un mode de vie, des croyances.

»Nous vivons une phase historique où les libertés et les valeurs démocratiques sont attaquées(…) La gauche se voit souvent comme une alternative à notre société. La droite, elle aussi, ne la défend plus. Elle la critique comme trop sociale et veut plus de marché, moins de protection. Il ne reste pas grand monde pour défendre nos sociétés telles qu’elles sont aujourd’hui.»


«Or, il y a une partie de la population qui peut témoigner que notre société mérite d’être défendue contre le retour en arrière. Ce sont les femmes. (…) Il y a beaucoup de choses bien qui ont été faites dans nos démocraties. À commencer par les libertés des femmes et des corps. Alors ne transigeons pas trop avec ça. Ces conquêtes sont fragiles, car rien n’est mieux toléré que l’oppression des femmes. Si ce qu’elles subissent dans certains pays touchait des groupes de populations mixtes, l’ONU et les meilleures consciences du monde se seraient déjà soulevées…»

«Pour moi, il ne s’agit pas d’une guerre des civilisations. La démocratie et la liberté des femmes, et donc aussi des hommes, ne sont pas «occidentales»: beaucoup de peuples y aspirent à travers le monde. Or, ces libertés se sont construites, avec la gauche, le plus souvent contre les clergés.»

Pierre-Yves Maillard mentionne l’emprise des évangéliques radicaux et affirme que partout, la bataille pour l’avortement existe encore. «Malheureusement, quand elles sont conquérantes, les religions s’attaquent aux femmes et à la liberté, souvent en intimidant les personnes sincèrement et pacifiquement religieuses elles-mêmes.


»Aujourd’hui, il y a des femmes qui se battent partout dans le monde, certaines sont tuées pour leur combat. La gauche doit être avec ces femmes-là. Demandons-leur ce qui aide leur cause, plutôt que de prôner dans notre entre-soi décalé une «tolérance» sans limite.»

19:17 Publié dans Femmes, Suisse, Voile, niqab, etc. | Tags : ada mara, pierre-yves maillard | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook | | |

Commentaires

Certaines personnes qui se prétendent de "gauche" n'ont toujours pas compris que l'islam est une idéologie POLITIQUE totalitaire de conquête du pouvoir. Leur ignorance démontre qu'ils sont seulement intéressés à obtenir des voix aux élections en ayant renoncé à toute analyse politique.

Écrit par : Charles | 14/08/2016

La gauche qui se voit comme une alternative à notre société (admirable démonstration en France!) ou la droite qui estime que notre société est trop sociale (en Suisse assurance maladie au départ "sécurité en cas de maladie mais dont le montant ne posera problème à personne") assurance maladie déviante responsable des nuits d'insomnies de qui n'a pas assez de moyens pour régler ses primes sans pour autant obtenir de subside et, la droite, toujours, qui réclame plus de marché (accumulation d'objets futiles ou inutiles, banalisation promesse de prochaine fin de civilisation (Paul Diel)


En effet, on signera l'initiative et je souhaiterai que l'on s'intéresse plus attentivement aux projets des initiatives qu'aux partis de leurs auteurs.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/08/2016

«Leur ignorance démontre qu'ils sont seulement intéressés à obtenir des voix aux élections»

À gauche, ce sont les voix et à droite, chez les néo-libéraux ces sont les "intérêts".

Quand on voit ces commerçants et ces hôteliers se mettre à plat ventre devant les pétro-dollars, c'est juste hallucinant. Car pour certains, c'est trop fatiguant de se retrousser les manches pour faire revenir les touristes européens. Forcément avec le Ramadan, ils peuvent économiser du personnel à midi en cuisine. Belle mentalité !

Écrit par : Jean Troillet | 15/08/2016

Effectivement, on n'en voit pas beaucoup en Suisse et c'est essentiellement des touristes.

Ceci dit, que penser du diktat des hommes dans nos pays qui ... demandent aux femmes de porter des talons hauts, des jupes courtes, des décolletés, de se maquiller, de se vernir les ongles - pieds et mains - en rouge, etc... d'être parfaite et surtout d'oublier les ballerines mais de porter en été des sandales à semelles compensées ou des tongs, des tropéziennes, et j'en passe !!!

Il ne faut pas oublier que "le comportement des femmes est soumis aux diktats des hommes" !!!

Écrit par : Madeleine | 15/08/2016

@ Madeleine
Je regrette mais quand les femmes portent des talons hauts, des jupes courtes, des décolletés, se maquillent, se vernissent les ongles, colorent leurs cheveux, c'est rarement sous l'emprise d'un diktat masculin. Au contraire, ce sont bien plutôt elles qui exercent un diktat sur les hommes en leur imposant ces artifices, en déployant toutes sortes de ruses pour attirer leur attention sur elles, pour les aguicher, pour les séduire, voulant paraître plus belles qu'elles ne le sont en réalité et surtout plus belles que leurs copines. J'en suis persuadé: la plupart des hommes préfèrent les femmes aussi "nature" que possible.

Regardez la femme en burqa sur la photo: croyez-vous que c'est à cause d'un diktat de son imam ou de son mari musulman qu'elle s'est maquillée les yeux et qu'elle laisse fièrement poindre ses seins, dont on devine sans peine le mamelon et l'aréole? Non, c'est parce qu'elle est coquette et qu'elle cherche à plaire, à séduire. Soit dit en passant je trouve cette femme, ainsi vêtue, à la fois très classe et très sexy. Je ne suis pas sûr qu'elle m'attirerait davantage sans burqa. Si je m'arrête ensuite un instant sur la photo d'Ada Mara et la relie à son discours, je me demande ce qui la retient de porter la burqa... Elle pourrait même lancer la mode de la burqa rouge, en signe de solidarité avec ses soeurs musulmanes.

Écrit par : Mario Jelmini | 15/08/2016

@ M. Jelmini

Voir les femmes en burqa comme d'aimables objets sexuels me parait relever du psychiatre.

Écrit par : Mireille Vallette | 15/08/2016

"le comportement des femmes est soumis aux diktats des hommes"

Ah ouais... C'est drôle, quand avec ma femme on va dans un grand magasin, juste comme-ça pour jeter un oeil; à peine j'ai le dos tourné qu'elle est déjà au rayon parfumerie... et pas pour jeter un oeil...

Et la victime c'est qui ? C'est moi qui suis délesté de quelques centaines de balles !

Je vous jure que j'ai rien dicté du tout !

Écrit par : petard | 15/08/2016

@ petard : je me marre .... la solution est simple :-)))

Vous expliquez à Madame que lorsqu'elle file au rayon parfumerie - ou tout autre rayon -, dorénavant vous vous autoriserez à dépenser le même montant rien que pour vous le jour même et vous irez choisir ce qu'il vous plaira !!!

Écrit par : Madeleine | 15/08/2016

Woaw bravo à Christine Bussat d'avoir réussi à prendre cette photo à Balexert, ça c’est du concret sur le terrain ( - ;

Visiblement, elle n’a pas jugé utile de faire preuve de respect en demandant, à la dame en question, la permission de la photographier….

Drôle de façon de se porter aux secours des femmes musulmanes, mais c'est vrai qu'il y a longtemps que cette noble attitude initiale a été remplacée par des postures et autres allégations tellement plus…méprisantes.

Écrit par : Vincent | 15/08/2016

Mais quelle délicate attention, Vincent, je vous reconnais bien là! Votre sollicitude envers le radicalisme islamique me touche, une fois de plus.
Pour information, certaines de ces adeptes de la servitude volontaire ont déposé plainte contre le/la photographe pour ce genre de photos volées et publiées. Elles n'ont pas eu gain de cause justement parce qu'on ne pouvait les reconnaitre.
On ne peut avoir (toujours) le beurre -se dissimuler sous une toile- et l'argent du beurre -obtenir justice au même titre que les femmes au visage découvert.

Écrit par : Mireille Vallette | 15/08/2016

Merci Madame Valette, de nous indiquer que Décathlon a ouvert une enseigne à Balexert. J'espère que ces nouvelles tentes sont plus solides et résistantes à l'eau, que les précédentes.

Écrit par : Pascal Legendre | 15/08/2016

@Madeleine : Parce que votre compagnon vous impose : (de porter des talons hauts, des jupes courtes, des décolletés, de se maquiller, de se vernir les ongles - pieds et mains - en rouge, etc... d'être parfaite et surtout d'oublier les ballerines mais de porter en été des sandales à semelles compensées ou des tongs, des tropéziennes) et vous acceptez?? je suis vraiment triste pour vous mais vous pouvez aussi refuser de vous plier à ces demandes, non!!

Écrit par : grindesel | 15/08/2016

@ grindesel : non désolée vous faites erreur, je ne suis pas ces diktats contrairement à ce que vous pensez !!!

En revanche, je sais que certains hommes pratiquent ce genre de "chantage sinon je te quitte" et des femmes acceptent ce diktat pour ne pas se trouver seule. A partir d'un certain âge, malheureusement le physique et l'habillement deviennent importants.

Perso, je trouve cela lamentable mais cela existe, c'est la réalité.

Écrit par : Madeleine | 15/08/2016

@ Vincent,

Comme vous, je me suis posé la question :
Cette photo a-t-elle été prise avec l'accord de la personne ? Son regard semblerait dire le contraire.

Mais ensuite, je me suis dit, que du moment qu'elle n'est pas reconnaissable, est-ce une question pertinente ? Comme cette photo ne révèle rien sur une personne donnée, devrait-elle nécessairement être floutée au niveau des yeux ?
Je n'ai pas de réponse définitive, mais il me semble qu'il y a un vrai problème. Quel statut la burqa confère-t-elle à l'individu ?
En effet le mérite et la raison d'être de la burqa est de rendre méconnaissable, d'effacer l'individualité, de cacher les appâts, de rendre invisible. (L’invisibilité marche seulement si une majorité des femmes sont sous burqa, chez nous l'effet est inverse.)
Et là, on se trouve vraiment dans le cœur du problème.
Quelle place pour les femmes dans notre environnement européen ? Est-il judicieux de laisser même une infime partie des femmes musulmanes se mettre en retrait d'un échange social à part entière ?
Peut-il y avoir des femmes non-identifiables, dont l'apparition publique est une disparition de la forme humaine ?
Est-ce une décision à prendre au niveau législatif ou peut-on renoncer à s'en occuper, en espérant que cela restera marginal ?

Notre réponse, à chacun, dépend de nos priorités et de notre hiérarchie de principes.
Certains d'entre nous vont privilégier l'adaptation minimale aux us et coutumes d'un pays donné. Ces personnes devraient en principe accepter de ne pas se promener en mini-short au Vatican ou en Arabie Saoudite et probablement pousser la politesse jusqu'à porter un foulard en Iran. Ces personnes voudront, en toute logique, que les femmes renoncent à la burqa en Europe.
Il n'est pas demandé de se mettre en mini-short, seulement de ne pas être en mesure de voir les autres, sans être vues.
Je fais partie de ce groupe-là, car j'ai de la peine à être confrontée à ce regard-là, je trouve qu'on n'est pas dans une situation d'égalité.
Je suis d'accord, qu'il est difficile d'imposer cette idée-là de l'égalité, il y a quelque chose de paradoxal à forcer quelqu'un d'entrer dans un système égalitaire, surtout si la burqa peut avoir un côté confortable... Mais je pense qu'avec le port de la burqa, on teste notre envie de tolérance jusqu'au point de rupture.

D'autres pensent que la liberté individuelle prime sur toute autre considération, que d'exiger un certain "dress code" est un manque de respect.
Ces personnes-là seront d'accord avec la burqa partout et le mini-short partout.
C'est une position assez théorique, car nous savons que le mini-short,la tête nue ou les bras nus féminins ne survivront pas longtemps à des lois bien plus dures et rigoureuses que les nôtres. Même au Vatican.

A mes yeux, toutes les interdictions ne se valent pas.
Interdire la burqa ( le visage dissimulé) dans l'espace public n'est pas la même chose qu'interdire tout signe religieux. Avec cette interdiction, il ne s'agit pas d'interdire tout foulard, toute kippa, tout turban, toute croix dans l'espace public.
Ça me semble pas d'une violence excessive.

Écrit par : Calendula | 15/08/2016

"D'autres pensent que la liberté individuelle prime sur toute autre considération, que d'exiger un certain "dress code" est un manque de respect."
Position ridicule vu qu'un certain "dress code" vous fera arrêté par la police. Comme de se balader tout nu en ville. En campagne ça commence à être accepté en certaines régions.
Ou avec un uniforme nazi. Où dans certaines écoles, certains vêtements sont interdits, mais pas le foulard. Il y a donc des limites à ce que l'on autorisé ou non autorisé à porter.

Excellents commentaires de Mme Belakovsky et de M. Troillet!

Monsieur Vincent,

"Visiblement, elle n’a pas jugé utile de faire preuve de respect en demandant, à la dame en question, la permission de la photographier…."
Pourquoi respecter quelqu'un qui ne respecte pas nos valeurs? Un irrespect en entraîne un autre. Évidemment vous êtes de ceux style bisounours qui sont d'accord de tolérer l'intolérable en acceptant la manifestation d'une idéologie politique totalitaire.

Madame Madeleine,

"du diktat des hommes dans nos pays qui"
Quels hommes? Au travail? Dans une banque? Je vous plains.
Votre mari, petit ami, compagnon? Vous pouvez les larguer, il en existe beaucoup d'autres qui n'ont pas ce genre d'exigences.

Écrit par : Charles | 15/08/2016

@ Charles : vous faites erreur, désolée pour vous !!!

En revanche, comme je viens de répondre à grindsel, cela existe et il ne faut pas se voiler la face, c'est un peu trop facile de s'autoriser à critiquer les femmes qui le font, je pense juste qu'elles ont besoin d'aide qu'elles n'osent pas demander.

Écrit par : Madeleine | 15/08/2016

Il y a donc des limites à ce que l'on EST autorisé ou non autorisé à porter.

Encore un exemple avec l'Allemagne de plus en plus bas, de plus en plus soumise:
http://de.sputniknews.com/panorama/20160621/310783767/nudisten-migranten-nackt.html

Écrit par : Charles | 15/08/2016

Pour signer l'initiative:
http://interdiction-dissimuler-visage.ch/data/documents/unterschriftenbogen-fr.pdf

Écrit par : Charles | 15/08/2016

"Pourquoi respecter quelqu'un qui ne respecte pas nos valeurs? Un irrespect en entraîne un autre."

Peut être parce qu'avoir des comportements stupides pour répondre à des comportements stupides équivaut à un nivellement par le bas.

Savoir prendre de la hauteur pour ne pas sombrer au niveau de ceux dont on dénonce les comportements ne serait-il pas plus digne de nos sociétés dites évoluées ?

Écrit par : Vincent | 15/08/2016

@ Mario Jelmini : je me répète mais peu importe, je ne suis aucun diktat masculin, désolée de vous contredire.

Écrit par : Madeleine | 15/08/2016

À M. Vallette

"Voir les femmes en burqa comme d'aimables objets sexuels me parait relever du psychiatre."

Après avoir contemplé les photographies illustrant votre billet, j'ai simplement relevé que la femme avec de beaux yeux, une belle poitrine et enrobée de mystère dans sa burqa deux tons me faisait davantage fantasmer qu'Ada Mara en veston rouge et chemise noire largement ouverte. Les femmes ont beau avoir d'immenses qualités, auxquelles je rends hommage, elles n'en cessent pas moins, aux yeux des hommes, d'être des femmes - donc plus ou moins susceptibles de leur plaire. Je regrette, mais la nature est ainsi faite, un(e) psychiatre n'y changera rien. D'ailleurs, heureusement que la nature est ainsi faite, sinon la race humaine serait éteinte depuis longtemps. Cela ne veut pas dire que la bête qui sommeille en moi (pour reprendre la formule de dame Ada) n'est pas sous contrôle, même si les Jeux Olympiques de Rio la soumettent en ce moment à rude épreuve en offrant le spectacle de femmes extrêmement dévêtues (en beach volley et en athlétisme notamment).
Le juste milieu est illustré par la photo format passeport en haut à droite, même si la couche de rouge à lèvres et le foulard peuvent paraître un brin aguicheurs... (oui, je sais, il faut que j'aille voir un psychiatre)

Écrit par : Mario Jelmini | 15/08/2016

"Peut être parce qu'avoir des comportements stupides pour répondre à des comportements stupides équivaut à un nivellement par le bas."
Le comportement stupide est d'abord d'accepter des comportements stupides.

"Savoir prendre de la hauteur pour ne pas sombrer au niveau de ceux dont on dénonce les comportements ne serait-il pas plus digne de nos sociétés dites évoluées ?"
Se soumettre n'est pas de "prendre de la hauteur", mais s'abaisser. Et c'est bien sûr se placer à leur niveau si on renonce à dénoncer une idéologie obscurantiste et foncièrement misogyne. Accepter qu'une femme soit réduite à un objet, c'est sombrer plus bas que terre.
Et en dit long sur les "valeurs".

Écrit par : Charles | 15/08/2016

Cette femme dissimule son visage! L'initiative demande cela: l'interdiction de se dissimuler le visage! C'est de la sécurité publique, point barre!

Comme toujours pour gérer une société, en tant que politicien il faut savoir anticiper c'est ce qu'a fait l'UDC depuis toujours, contrairement aux autres partis.

Il serait temps de se réveiller et de rendre à César ce qui appartient à César!

Maintenant si nous ne prenons pas notre destin en mains, se sont eux en burqua, nikab et autres burkini qui le prendront! A l'image des Corses nous avons trop attendu et comme toujours il faudra prendre les "armes" que j'espère légères et démocratiques pour se défendre!

Nous sommes à une étincelle....et cela va dégénérer! (pour ne pas dire exploser).
Voyez en Allemagne les Bikers font le ménage, en Corse le FLNC menace de le faire, chez nous des groupes de motards s'y préparent!

Et pourtant les "minarets en 2007" avaient sonner l'alarme. Après des années de laxisme, voilà où nous en sommes.

Écrit par : Corélande | 16/08/2016

"Le comportement stupide est d'abord d'accepter des comportements stupides" (Charles).

Un peu dans le même sens:
"C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous"
(Érasme de Rotterdam, Éloge de la Folie; écrit il y a 500 ans).

Écrit par : Mario Jelmini | 16/08/2016

La remarque sur la femme attirante en burqa me rappelle une scène à laquelle j'ai assistée à Istanbul, il y a trois ans. Je l'ai déjà racontée par deux fois sur cette plate-forme, mais pense que dans ce contexte, elle a à nouveau sa place. Un soir, j'aperçois une femme en burqa ( visage caché) sortir en courant d'une boutique, telle un immense corbeau, et se diriger vers une autre femme ainsi vêtue, restée à l'extérieur. La femme en fuite était suivie par un homme probablement turc, à juger par son accent, qui la poursuivait de près, en lui répétant d'une voix très suave et excitée : Show me your face ! Let me see you face ! Les femmes sont parties en courant. Cette scène m'a appris qu'il est effectivement tout à fait possible que l'emballage ajoute du piment, surtout dans des sociétés dans lesquelles les relations hommes-femmes sont régies par des règles très strictes, où les hommes vivent dans une frustration perpétuelle et les femmes dans une sorte de position d'assiégées. Ainsi, la burqa n'est pas un rempart absolu, même à Istanbul. J'étais sidérée de constater que cet habillement n'était pas respecté. Et par le culot de l'homme, pas du tout soumis à une injonction de chasteté ! Tout en admettant qu'il s'agissait d'un cas particulier, peut-être même exceptionnel, il me semble que le respect des femmes ne passe pas d'abord par l'habillement, par des enveloppements textiles, mais bien par un travail bien plus compliqué et exigeant. Tant qu'il y a l'idée que la femme est d'abord un objet de désir, avant d'être une personne digne de respect, on sera dans l'inégalité. Il sommeille toutes sortes de "bêtes" en nous et il faut chercher laquelle serait prioritairement à dompter. ;-)) Je ne démords pas de l'idée que l'égalité en droits est un concept qui induit une vie en société moins conflictuelle et certainement moins violente et frustrante pour tous. Elle est difficile et longue à obtenir. En cela, je vois en la burqa un emplâtre sur une jambe de bois. En interdisant en Suisse un vêtement qui cache le visage d'une femme, nous affirmons, qu'il n'est pas nécessaire de le cacher et que les hommes peuvent supporter de voir un visage féminin, sans partir en vrille. Par cette interdiction, on dit aussi faire confiance aux hommes.

Écrit par : Calendula | 16/08/2016

Imaginons un instant qu'un couple de touriste du Golfe se promènent sur les quais, Madame en Burqua fait soudain un malaise et s'effondre.
Vous êtes sur place et spontanément vous voulez apporter votre aide à cette femme.
L'entourage et le mari vont probablement si opposer sous prétexte que sa femme ne doit pas être toucher par un homme.
En bon citoyen vous maitrisé le mari par la force si il le faut et vous prodiguez finalement les premiers soins.
Qui va se retrouver avec un plainte sur le dos ?
Le code pénal est clair : La force peux être utilisé si besoin contre une personne qui empêche les premiers secours.
Qui aura le courage de poursuivre le mari ?

Il suffit de reprendre le même scénario et de l'appliquer non plus à un lieu public mais à une grande boutique rue du Rhône ou encore un de nos hôtels de luxe.
Pensez vous que les employés ont reçus des ordres dans ce sens pour ne pas intervenir ?
Je me pose la question ...
Dans ce cas il y 'a omission de prêter secours et vous serrez également poursuivi sauf au minimum a composer le 144 et transmettre l'alarme.
Drôle de monde n'est ce pas ?
Je ne sort pas cette exemple de mon imagination mais simplement de témoignage crédible reçu d'agent de sécurité privé.
Bref là ou il y a de l'argent les lois ne semble plus être les mêmes pour toute et tous.

Écrit par : Doug | 16/08/2016

Au-delà de la burqa, il serait intéressant de connaître la position du CCIS et des divers imams de Suisse sur la contraception et l'avortement.
Il serait intéressant également de savoir de quel côté pencheront les socialistes: défendre la liberté des femmes de disposer de leur corps ou respecter les sensibilités religieuses de "minorités opprimées"?

La liberté durement conquise par les femmes est constamment menacée et il est intolérable de voir des femmes socialistes jouer les collabos pour qu'on revienne en arrière de plusieurs siècles. N'oublions pas qu'une femme en burqa n'a, en principe, pas le droit de sortir dans la rue sans être accompagnée de son mari, de son père ou de son frère, bref d'un homme de sa tribu. Si on la voit parler à homme qui n'est pas son mari, elle se rend coupable d'adultère et risque la lapidation.

La burqa n'est pas qu'un accessoire vestimentaire, c'est un retour au Moyen Age à tous égards.

Écrit par : Arnica | 16/08/2016

Il serait intéressant de connaitre leur avis aussi sur le burkini, le foulard à l'école, serrer les mains de l'autre sexe, la lapidation, l'apostasie, les résidents du paradis, la polygamie, l'homosexualité, etc. Bizarrement, ça n'intéresse pas les journalistes et personne ou presque ne fait jamais de sondage en Suisse pour connaitre l'humeur de la population à propos des musulmans et les idées de ceux-ci.

Les hommes/femmes socialistes, de même que leurs complices des médias favorables à tant de régressions se fichent éperdument des femmes. Leur obsession, c'est l'UDC (que je remercie vivement au passage!).

Enfin, qu'il s'agisse du moyen âge ou de tous les siècles précédents, le christianisme n'a jamais inventé un statut et des vêtements féminins aussi abominables.
(Bon, il m'arrive aussi de parler de mœurs moyenâgeuses,le terme est devenu à tort pour cette époque synonyme de viles moeurs et pratiques.)

Écrit par : Mireille Vallette | 16/08/2016

Lorsque nous regardons l'histoire, la Liberté a presque toujours été au centre des conflits face à des concepts imposés sournoisement ou de force. (C’est un peu résumé, je le concède)

L'islam n'est pas un idéal de vie, les pays musulmans en sont la preuve depuis des siècles. Il suffit de s'informer des bouquins et du concept servant d'éducation aux petits musulmans dans leur grande majorité.
Le communisme ou le socialisme ne sont pas mieux, quant aux verts ils jouent dans le bac à sable des uns ou des autres, seuls les écologues et les scientifiques nous éclairent sur les dangers que notre société de consommation a générés.

Les croyances, loin d'être des certitudes, sont comme le miroir aux alouettes, mais miroir déformant. Les croyants veulent croire au paradis plus qu'à l'enfer, à tel point qu'ils en deviennent niais jusqu'à pour certains, à accepter l'islam pour le vivre ensemble.

Les partis politiques ont besoin d'électeurs comme les syndicats ont besoin d'adhérents. Les industriels ont besoin de gens à faible coût qui ne revendiquent rient, d'où l'immigration, la robotisation ou la robolution.

Les marchands d'armes ont besoins de conflits, des gens qui s'entre-tuent pour une croyance royale ou pour une idéologie.

L'Occident est arrivé à un carrefour dangereux de son histoire, les religions en profitent pour imposer leurs mensonges millénaires, les royautés et les grands argentiers restent sont les maîtres du destin des peuples appuyés sous la table par toute cette mafia d'élites qui se fait élire par des croyants à ceci ou à cela. Promesses et profession de foi sans limite. Le tout est de bien s’exprimer, de bien présenter avec sa cravate et son costume et avoir le sourire de circonstance.

Plus de leader, mais des dealers pour faire rêver. Plus de message intelligent des églises, mais des mosquées-casernes. Aucun idéal de vie, mais plus d'aides afin de nourrir l'électeur, peu importe sa couleur et ses croyances. Problème, l’Occident a 235 trillions de dettes si ma mémoire est bonne.

La Suisse était un modèle, mais lorsque l'on s'y promène ou lorsque l'on voit les images, la déception est grande, la tristesse et l'incompréhension prennent le dessus. Toute l'Europe est touchée, manipulée, le mensonge est roi.

Tout cela a un coût financier invisible, sournois, ce n'est rien par rapport à la Liberté, à notre idéal de vie fondant comme neige au soleil au fur et à mesure que l'islam incompatible avance.

Cette Liberté qu’il nous reste ici et là, est un héritage que nous devons transmettre comme le savoir, certains de nos aïeux ont donné leur vie pour cela. Ils ont eu à faire-face aux collabos de tous poils, croyants, non-croyants qui ont opté pour leurs petites affaires au détriment du bien commun. Nous connaissons le résultat. La guerre mondiale a dû être déclenchée face au nazisme et ses collabos.

Nos enfants devront recommencer le travail, mais à l'échelle planétaire, ce sera leur nouvel idéal de vie puisque nous avons saboté, dilapidé notre héritage commun : "LA LIBERTÉ"

Pardon pour ce long commentaire, merci de votre attention.

(Messages aux femmes Libres et Libérées: "Pensez à vos enfants et petits enfants" l'argent ne fait pas tout. Protégez-vous et protégez les de ce concept infect pour tout. Si vous êtes croyantes, le christianisme, le judaïsme éventuellement le bouddhisme peuvent vous aider, pas l'islam)

Écrit par : Pierre NOËL | 16/08/2016

A tout hasard, pour Vincent et les autres qui s'émeuvent des photos "volées" demandez la documentation mondiale des photos-reporters qui ont gagnée leur vie sur la vente de photos "volées" très célèbres et qui n'ont rien rapporté aux acteurs et actrices eux-mêmes. La famille du petit Aylan est-elle désormais à l'aise financièrement grâce à l'exposition mondiale de leur fils mort sur la plage? Un seul exemple pour signaler que faire des photos et demander l'autorisation aux acteurs et actrices, avec droit d'être indemnisé pour avoir posé comme modèle, n'est pas toujours aussi évident que ça. Un photographe fait d'abord preuve de témoignage. Ensuite, c'est à lui de savoir s'il attente à la vie privée des gens, s'il se doit de demander l'autorisation préalable, s'il doit indemniser le modèle ou verser une partie de la vente de ses photos à une association en rapport avec le sujet traité (ici, cher Vincent, voulez-vous que le photographe alimente la Fond de pension Daech permettant de nourrir toutes les veuves éplorées...). La naïveté et la lâcheté de notre monde permet l'assassinat ou l'esclavage et le viol de centaines de milliers de femmes sur cette planète et sous couverture religieuse. Non merci. Je regrette. La spiritualité c'est oui jusqu'au point de rupture. Dès que cela tourne à la manipulation d'autrui, la contrainte, le sectarisme, le prosélytisme, et la guerre pour imposer à toutes et tous le fascisme de quelques-uns au nom d'un dieu, alors c'est NON! La religion est d'ordre strictement privée et personne ne m'imposera quoique ce soit et je n'imposerai jamais rien à qui que ce soit (j'ai deux enfants baptisés catholiques par la volonté de leur maman, deux autres qui ne sont d'aucune religion. Au final, mes enfants ont grandi dans la liberté totale de s'informer par eux-mêmes auprès de Dieu:-))). La plus grande de mes filles est actuellement athée pure et dure mais qui sait, un coup sur la tête et elle aura soudainement la révélation de sa vie...comme en amour avec un homme:-))). Pour les autres, je ne parle jamais de leurs liens éventuels avec le divin. S'ils ont envie de me parler un jour de leur croyance intime, j'accepterai leur témoignage et nous échangerons sur le sujet. Voilà. C'est simple. Vivre et laisser vivre et faire ses propres expériences dans tous les domaines en gardant son libre-arbitre et sa liberté.

La burqa et le niqab sont un danger permanent pour les libertés de la femme et pour la liberté des sociétés démocratiques. Imposer la dissimulation des visages aux femmes est une horreur et la femme occidentale convertie musulmane qui participe volontairement à ce jeu pervers pour plaire à son mari, à son Prophète accessoirement, en se couvrant à son tour ne se rend pas compte du mal qu'elle fait aux centaines de milliers de femmes qui voudraient se libérer de cette contrainte machiste et scandaleuse. Être et vouloir rester pudique en ne montrant pas la peau de son corps en se baignant avec un burkini, je m'en fous pour autant que cela contrevienne pas aux règles d'hygiène des piscines municipales. Les surfeuses ont une tenue intégrale aussi, bonnet compris... Et cela ne dérange personne. Pour un laïc, il faut rester neutre sur le vêtement mais pas sur le symbole ignoble qui impose la disparition de la femme comme être social. Donc... La burqa et le niquab anonymisent totalement une personne et dépersonnalisent la femme et son image derrière une prison mentale. Donc c'est niet, niet, niet. Et les gens qui le comprennent aussi bien que Monsieur Maillard, qui joue pas son Colin pour la circonstance:-), me font penser que chez les socialistes il y a enfin une vraie prise de conscience envers cette armure médiévale féminine que les fous d'Allah imposent aux femmes.

Écrit par : pachakmac | 17/08/2016

La spiritualité, c'est une bulle dans le cerveau ou l'on tourne en rond comme dans la "boule de la mort" dans les cirques.

Mieux vaut penser dans le silence de la nature, loin des sectes religieuses, accroché sur cette bonne vieille planète, en pensant que nous sommes sur un vaisseaux dans l'espace galactique inconnu des rois et leurs prêtres ou moines.

Notre évolution na rien de religieux, notre avenir ne sera pas religieux. A moins d'enflammer la planète au nom des fables royales et de la spiritualité sans fond, sans fondements.

Dans ce cas, les royautés, les marchands d'armes et leurs sbires seront au paradis, ici sur terre.

Écrit par : Pierre NOËL | 18/08/2016

Pardon, je voulais mettre cette vidéo ou le dieu des croyants n'apparaît en aucune manière.

https://youtu.be/GoW8Tf7hTGA

Écrit par : Pierre NOËL | 18/08/2016

Les commentaires sont fermés.