30/08/2016

Les Suisses excédés disent stop aux régressions musulmanes

Près des trois quarts des Suisses souhaitent l'interdiction de la burqa. Entre attentats, incessantes revendications, imposition de régressions dans l'espace public, ils n'en peuvent plus. Même certains politiciens commencent à abandonner la bienpensance. Un léger espoir renaît.


Dans la chaleur de ce dimanche d’été, la nouvelle rafraîchit: 71 % des Suisses souhaitent l’interdiction de la burqa. C'est un sondage du Matin Dimanche qui annonce la bonne nouvelle.

Les Tessinois, qui lui ont déjà réglé son compte dans les urnes sont 85 % à se féliciter de leur décision! 

Qui sont les moins enthousiastes ? Aucune surprise : les Verts, fidèles compagnons depuis des décennies de l’islamo-fascisme, ne sont que 33 % à vouloir l’interdiction du cercueil ambulant.

Les événements de Nice, encore un de ces massacres dont les musulmans veulent nous faire croire qu’ils n’ont rien à voir avec leur Coran, ont joué leur rôle. Les communautés ont mollement protesté et le nombre de musulmans qui ont participé à une messe pourrait être inférieur au nombre de victimes du chauffeur d’Allah.

Mais l’interdiction d’un nouveau vêtement qui cache le diabolique corps des femmes, le burkini, rassemble toutes les énergies des serviteurs du prophète, fait instantanément courir les messagers de la régression aux tribunaux, les conduit en toute hâte auprès du gouvernement français, leur fait endosser leur costume favori, celui de victimes.

Après trois décennies de ce cirque qui se produit partout où les musulmans sont arrivés en nombre, de plus en plus de citoyens ouvrent les yeux. Le coup des croisades comme celui de la colonisation a pris l’eau. Les «de souche» ne se sentent plus redevables, encore moins coupables.

Au contraire, la population n’en peut plus, les citoyens sont excédés. Il suffit de leur parler -quand ils se sentent en confiance- dans la rue, dans le bus, sur le terrain de foot ou de golf. Ils ne supportent plus de se coltiner tous les trois jours des articles ou des reportages sur une nouvelle péripétie des fossiles religieux.

Des politiques suisses qui faisaient de grands discours sur la merveilleuse intégration de ces immigrés retournent leur veste. Les voilà partisans d’une loi et pas d’un article constitutionnel, ces hypocrites oubliant que c’est leur niet catégorique qui a obligé l’UDC (à propos: 96 % de ses sympathisants disent oui à l’interdiction dans le sondage!) à en passer par l’initiative.

Une des premières conséquences de ces prises de conscience pourrait être la libération de la parole. Non pas la parole de haine, simplement celle qui dit: «Je suis opposé à ces bondieuseries, à ces régressions sexistes et à l’islamisation de mon pays.»

Et aussi à l’immigration sans frein.

Le même Matin Dimanche révèle que les conflits se multiplient dans les centres fédéraux pour requérants d’asile, ce qu'on peut sans peine généraliser aux centres en général. Le coût de la sécurité se monte à 45 millions, soit deux fois plus que celui de l’encadrement.

09:38 Publié dans Médias, Politique, Voile, niqab, etc. | Tags : matin dimanche, burqa, sondage | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Intervention d'Elisabeth Badinter, femme de Lettres et philosophe, sur la RTS :

http://www.rts.ch/info/monde/7968437--porter-un-burkini-sur-les-plages-de-nice-est-une-provocation-degoutante-.html

Écrit par : Gabriele Antonietti | 30/08/2016

Ne serait-il pas urgent de durcir les sanctions de manière telle que ces dames musulmanes, ou leurs compagnons, ne sourient ou ne rigolent plus du tout en payant leurs amendes.

S'il ne tenait qu'à moi:

Première fois: amende plus que salée
Seconde fois: encore plus cher, inscrit au casier judiciaire
Troisième fois: retrait du passeport suisse

A propos de régression, soyons lucides: le pontificat de Jean Paul II a signifié un net recul concernant le statut des femmes.

Vous avez raison, Mireille Vallette, d'évoquer ce "cirque" qui se produit partout où les musulmans sont arrivés en nombre"!

Mes lignes ne sont pas des signes de haine.

Rien de ces bondieuseries hypocrites, hypocrites parce qu'il s'agit en réalité d'une motivation d'appropriation de nos territoires et de nos pensées par l'islam soit main de velours, soit main de fer (attentats ignobles) n'est en correspondance avec l'amour de Dieu (selon les croyants) comme du prochain.

La personne qui m'initia au yoga, Mataji, jungienne, était ouverte à tout ce qui se rapporte à l'inconscient collectif, donc également à l'islam.

Malheureusement la conjoncture présente implique non ouverture inconditionnelle à l'islam mais mobilisation c'est-à-dire vigilance non des autorités seules mais de nous tous

sans pour autant cultiver le pathologie du soupçon maniaque

Dans les rues, France, Belgique, et., nulle processions fleuries au nom d'Allah et, à ce sujet... pourquoi les musulmans clament-ils sans cesse qu'Allah est grand alors que le coran ne parle que de Grâce et d'un Allah non grand mais "Miséricordieux"!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/08/2016

Mme Vallette, merci pour cet excellent article courageux … qui malheureusement n’en fait pas assez, nous sommes en présence d’une invasion qui en veut à la peau de chaque Homme libre.

Voyez le SEUL remède, dont le succès n’est pas garanti, réaliste permettant d’affronter la situation scabreuse dans laquelle nous nous débattons :

http://lesobservateurs.ch/2016/08/30/geert-wilders-veut-desislamiser/
Michel Garroté - Désislamiser ? Oui ! Le parti de Geert Wilders veut désislamiser les Pays-Bas (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Geert Wilders, le président du Parti de la Liberté (PVV), n'est pas un adepte du vivre-ensemble et du politiquement correct. Il ne considère pas l'islam comme une simple religion mais comme un totalitarisme politique. Le parti néerlandais PVV, en tête des sondages pour les législatives de mars 2017, veut fermer toutes les mosquées et interdire le Coran, selon son programme électoral publié par son président, le député Geert Wilders.
-
"Toutes les mosquées et écoles musulmanes fermées, interdiction du Coran", indique le document intitulé "Projet - Programme électoral PVV 2017-2021" et publié sur le compte Twitter du député Geert Wilders qui écrit : "les Pays-Bas à nouveau à nous".
-
Le parti pour la liberté (PVV) souhaite désislamiser le pays, annonce-t-il, notamment en fermant les frontières et centres de demandeurs d'asile ainsi qu'en interdisant l'arrivée de migrants originaires de pays musulmans, le port du foulard dans la fonction publique et le retour aux Pays-Bas de personnes parties en Syrie. Les sondages prédisent au PVV 38 sièges sur les 150 que compte la chambre basse du Parlement (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Écrit par : KANDEL | 30/08/2016

Extrait d'un article signé Patrick Poivre d'Arvor, paru aujourd'hui (30 août 2016) :

"Ce qui compte (..) et on ne devrait pas avoir pour cela besoin de légiférer à tour de bras, c’est de rappeler fermement qu’on est dans un pays qui a, non pas des valeurs (pas de grands mots pour des petites choses), mais des traditions. Tous ceux qui ont l’habitude de voyager dans les pays arabes font attention à ne pas provoquer leurs habitants avec des tenues que nous ne jugeons pas insultantes mais qui peuvent gêner dans un contexte local. Il devrait en aller de même à l’inverse.

Quand on habite en France, on doit se garder de toute provocation ou même de toute ostentation. Certaines motivations de ces musulmanes sont parfaitement honorables mais elles peuvent franchir la ligne jaune si elles se transforment en affichage prosélyte. Il n’est écrit nulle part dans le Coran qu’il faut s’habiller en burkini (c’est une invention australienne !). La religion n’a rien à faire dans ce débat faisandé. Que les prédicateurs autoproclamés cessent d’habiller leurs présupposés religieux de prétextes machistes. Et qu’ils laissent les femmes s’habiller comme elles le souhaitent "

Article complet sous le lien suivant :
https://fr.news.yahoo.com/burkini-l-overdose-1505020441329718.html

Écrit par : Gabriele Antonietti | 30/08/2016

Bravooo et signer initiatives contre les visages couverts.www.oui initiative visage couverts.ch

Écrit par : Sylvie | 30/08/2016

Questions bêtes: comment un homme (policier) fera-t-il pour contrôler l'identité d'une femme en niqab ?! Comment un contrôleur de bus, de train, etc. fera-t-il pour vérifier que l'abonnement (avec photo donc) d'une femme en niqab est bien le sien et qu'elle ne l'a pas emprunté à sa soeur ou sa mère ?
Que se passera-t-il le jour où une personne contrôlée et amendée déposera un recours au Tribunal en raison d'une inégalité de traitement entre elle (qui doit montrer son visage afin que le contrôleur vérifie qu'il est conforme avec la photo de l'abonnement) et une personne en niqab ?
En effet, il existe un article dans notre Constitution qui stipule que nous sommes égaux devant la loi.
J'apprécierais qu'un intervenant lors d'une future émission consacrée à ce sujet (Infrarouge, etc.) pose ces bêtes questions...

Écrit par : Sonia | 03/09/2016

Les commentaires sont fermés.