07/02/2017

Hani Ramadan forme à l'islam littéral dans une mosquée orthodoxe

Une association neuchâteloise invite l’imam radical à des ateliers de formation des jeunes et prétend qu’il ne fait pas état de ses "positions personnelles". Sans surprise, l'approche des gérants de la mosquée rejoint celle de leur invité.


Hani.jpg

L’un des plus radicaux de nos imams, Hani Ramadan, forme des jeunes de l’Association culturelle des musulmans de Neuchâtel à raison d’un atelier environ par mois. C’est une interview parue sur le site de la radio neuchâteloise RTN qui nous l’apprend.

Le journaliste s’inquiète un peu que ce partisan de la lapidation, qui vient d’être interdit par deux fois de conférence en France, forme ces jeunes cerveaux. Jamel Cherif, porte-parole de l’association, le rassure: il s’agit de «théologie», d’interventions «académiques». «Les positions personnelles du prédicateur ne nous intéressent pas.» Ce n’est donc, traduit le journaliste sans rire, qu’une sorte de «catéchisme sans opinions sociétales»? Mais oui!!!

L’intervieweur veut vraiment être sûr. Les «opinions sociétales» bien connues de ce défenseur de la «perfection de la charia», Jamel Cherif ne les partage donc pas? La réponse est presque limpide: «Chacun pense ce qu’il veut. Il y a des interprétations communes et généralement admises. Celui qui veut interpréter différemment, c’est son affaire personnelle, et il reste à la marge.»

Mais Hani Ramadan n’est pas à la marge, Jamel Cherif en est le vivant exemple. Et l’imam est invité dans de nombreuses autres mosquées romandes qui disent enseigner l’«islam modéré». Et qui ne sont pas gênées une minute par les convictions et les écrits assez terrifiants du blog de Ramadan dans la Tribune de Genève. D’ailleurs, cette approche littéraliste et idolâtre du Coran et du prophète parfaits, de même que l’habitude de rejeter sur l’Occident la responsabilité de tous les malheurs des musulmans et de leurs victimes, les animateurs de la mosquée les partagent.

Exemple. Le journaliste suggère que les attentats pourraient justifier les précautions françaises à l’endroit de personnages tel Ramadan. Que nenni! Les actes terroristes sont tout simplement «des réactions incontrôlable et irrationnelles» à la «politique d'exclusion» des malheureux. De plus, «on pratique la censure contre des musulmans, mais les attaques ou la stigmatisation contre cette communauté sont acceptées au nom de la liberté d’expression.» Et tout naturellement, les meurtres naissent de «cette stratégie politique et médiatique».

Jamel Cherif estime aussi que la France bafoue la liberté d’expression du célèbre imam. La justice genevoise au contraire l’a respectée, dit-il, elle qui a «tranché et indemnisé» Hani Ramadan pour le licenciement qui a suivi ses libres propos sur la lapidation dans Le Monde.

Trente-quatre cours, quatre mixtes

Je me suis attardée sur le site de cette association qui gère la Mosquée de Neuchâtel. Et une fois de plus, je suis restée perplexe devant ce monde étrange, obsessionnel, au regard constamment tourné vers le passé.

L’association neuchâteloise est une admiratrice de Tariq Ramadan qui lui a offert unsahmelnour13.jpg commentaire publié chaque jour du mois de ramadan 2016. Elle ne déroge pas à la règle immuable de la séparation des sexes. C’est ainsi que sur les 34 cours hebdomadaires proposés -une offre particulièrement riche-, seuls quatre sont mixtes, qui concernent les petits. La palette n’inclut pas les cours d’arabe qui sont donnés par un autre organisme neuchâtelois, l’école Annour.

Se former à l’islam n’est pas une sinécure!

Mais pourquoi l’«Apprentissage du Saint Coran», de l’islam, la lecture de hadiths, la récitation du Livre ou la jurisprudence ne peuvent-ils être assimilés dans la même salle par les copines et les copains? La mixité pourrait alléger ces matières si austères. Oui, bon, d'accord, il ne serait pas exclu qu'un flirt d’ados ou une idylle hors mariage s’ébauche malgré les foulards et les voiles. Et que les coupables aient ainsi fait un grand pas vers l’enfer.

Comment les enfants peuvent-ils supporter cette intense bigoterie? Eh bien, les communautés musulmanes, conscientes du danger, s’efforcent d’intégrer des méthodes ludiques. A Neuchâtel on a par exemple une nouvelle offre, du théâtre pour enfants en arabe. La vidéo consacrée aux activités du secteur éducatif montre des filles le plus souvent en foulard et très enveloppées, les garçons nettement plus légèrement vêtus. Préjugé? Je n’ai pas l’impression d’un plaisir fous de ces jeunes à apprendre le catéchisme coranique.

Pour agrémenter le tout, des «séminaires intensifs» sont organisés. A l’association neuchâteloise, le prochain sera consacré au «tajwid», l’art de la récitation du Coran. Il est organisé avec l’«Instance européenne du Saint Coran», créée en 2008, qui a son siège en France.

L’Instance organise aussi, avec les Frères musulmans de l’UOIF et de l’Institut des Sciences humaines de Château Chinon (pépinière de formation d’imams), un «concours de mémorisation du Saint-Coran» auquel participent des enfants de moins de dix ans. C’est une des mille et une richesses apportées à la diversité par les prosélytes musulmans. D’ailleurs, les 50 membres de l’Instance européenne ont tous «mémorisé le Coran». Pour ma part, faire apprendre par cœur à des enfants un livre aussi compliqué, confus et décousu frôle la maltraitance.

Aide à l’intégration des Syriens

Pour en revenir à Neuchâtel, il existe aussi un cours d’«Aide à l’intégration» destiné aux hommes syriens. La plupart des communautés accueillent à bras ouverts les nouveaux venus musulmans et leur rappellent que le port du foulard des femmes est obligatoire, les confirment dans l’apartheid sexuel, renforcent la pratique rigoureuse des rites, dont certains se doivent d'être imposés dans l’espace public. Les intégrateurs les initient certainement aussi à la lutte contre «l’islamophobie» qui gangrène notre société.

Ces aides à l’intégration sont des aides à la confirmation des écrits islamiques, c’est-à-dire le contraire de l’intégration. Comme d’habitude, les autorités laissent faire.

Mais peut-être pourra-t-on compter sur le Bureau fédéral des affaires religieuses? La Tribune de Genève nous annonce sa prochaine création. Les exemples de thèmes dont il devra s’occuper sont, selon l'énumération du quotidien, exclusivement islamiques: poignées de mains à l’école, foulard dans l’espace public, burkini dans les piscines, burqa. A se demander pourquoi on ne l’appelle pas Bureau des affaires islamiques. Mais ce serait stigmatiser, ce que nos autorités si ouvertes à tous les obscurantismes, ne sauraient imaginer. Et cette ouverture, jointe au fait que la commission antiraciste sera de la partie, fait naitre un léger doute sur les bienfaits de ce futur ixième organisme né des incessants problèmes que nous posent les pieux musulmans.

21:45 Publié dans Frères Ramadan, Immigration, Médias, Suisse | Tags : neuchâtel, hani ramadan | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

Commentaires

J'espère tout de même que le futur "Bureau fédéral des affaires religieuses" accordera au pastafarisme la place qui lui revient dans le paysage confessionnel de notre beau pays.
En effet: le Monstre en Spaghetti volant est au moins aussi crédible que le Tralallah des musulmans, ce dieu de pacotille qui aurait chargé l'ange Gabriel de dicter le Coran à Mahomet pour l'édification des masses, si bien manipulées par les frères Ramdam.
Hani soit qui mal y pense.

Écrit par : Mario Jelmini | 07/02/2017

Quelle société voulons-nous préparer pour nos enfants?
La lâcheté de certaines personnes n'a d'égale que leur stupidité.

Écrit par : Charles | 08/02/2017

Quelle société pour nos enfants?

Je crois que les personnes croyantes du judaïsme comme du christianisme devraient toutes se réunir en une seule et unique confession non pour provoquer l'islam mais pour s'affirmer afin d'exercer une pression positive sur cette idéologie.

Le Dalaï lama en ses écrits comme en ses rencontres ou séminaires au fil du temps a précisé que les chrétiens se tournant vers le bouddhisme n'étaient en aucun cas obligés de renoncer à leur propre religion.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/02/2017

Absolument l'imposture est partout en matière de religion, et on finira par nous mettre en prison ou nous massacrer au nom d'un dieu hypothétique!

Écrit par : Dominique Degoumois | 09/02/2017

Ce "bureau fédéral des affaires religieuses" sera la même imposture que la "Commission fédérale contre le racisme", un machin qui travaille pour la destruction de la Suisse et de son Peuple au bénéfice des envahisseurs et des renégats.

Et qui seront les couillons qui paieront? Les sans-dent à qui on ne demande pas leur avis juste de passer à la caisse pour pouvoir assurer des salaires aux copains-coquins qui feront office de fonctionnaires dans ce nouveau machin comme dans l'ancien, la CFR.

La Suisse va pourrir comme la Rance voisine.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 08/02/2017

UNE IMMENSE TRISTESSE QUAND ON PENSE AUX ENFANTS DU FUTUR ET CE A QUOI ILS VONT ETRE CONFRONTES.

IL NOUS FAUDRA LES PROTEGER PAR DES TEXTES DE LOI EN CAS D'UNION AVEC UN MUSULMAN

AFIN QUE NE LEUR SOIT PAS IMPOSE D'ADHERER A CETTE RELIGION S'ILS NE LE VEULENT PAS.

ET UNE LOI DEVRA PROTEGER LES ENFANTS DE CES COUPLES MIXTES,

AFIN QU'ILS PUISSENT CHOISIR LEUR RELIGION,

QU'ELLE NE LEUR SOIT PAS IMPOSEE DES LA NAISSANCE, MAIS PRATIQUEE PAR CHOIX.

OUI IL FAUDRA QUE LA LOI LES PROTEGE AU MOINS JUSQU'A 21 ANS AGE D'UN PEU DE MATURITE.


QU'ILS AIENT LE DROIT DE QUITTER CETTE RELIGION SANS LE DANGER DE L'APOSTASIE. D'OU UN COMBAT A MENER POUR L'ABOLITION DE L'APOSTASIE EN EUROPE

NOS JURISTES DOIVENT TRES VITE SE METTRE AU TRAVAIL.

Écrit par : miranda | 08/02/2017

"ET UNE LOI DEVRA PROTEGER LES ENFANTS DE CES COUPLES MIXTES, "

Les couples mixtes intelligents optent pour l'athéisme!

En Israël, les enfants étudient les deux religions et choisissent à leur majorité celle qu'ils veulent suivre. (Des reportages sur ce sujet)

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

La Suisse se met en danger avec ces parasites plus dangereux que notre histoire des 117 dernières années.

L'héritage destiné aux enfants sera fait de conflits très sanglants.

Il est inadmissible que la Suisse accepte l'inacceptable pour des raisons mercantiles.

La Suisse devient complice des dirigeants européens d'une islamisation ayant pour conséquence la fin d'une Europe judéo-chrétienne et Athée.

http://www.islam-et-verite.com/qui-est-allah-12/

Mensonge, dissimulation ils sont prêt à tout même ça, c'est ici:

http://www.islam-et-verite.com/eal-azhar-marie-epousera-mahomet-ciel/

Écrit par : Pierre NOËL | 10/02/2017

D'accord avec Miranda, l'action doit aussi être juridique.
C'est la volonté politique et bien souvent l'intelligence qui manquent à nos autorités. Elles s'imaginent que la toxicité d'Hani Ramadan, comme celle du nuage de Tchernobyl, s'arrête sagement aux frontières.

Écrit par : Laurence | 10/02/2017

La politique islamique des savants arriérés, (quels que soient les courants) ne recule devant rien, l'analyse de Pascal Bruckner est assez bien résumée:

ENTRETIEN - Pour le philosophe, le concept d'islamophobie est «une arme d'intimidation massive» qui a pour double objectif de bâillonner les Occidentaux et de disqualifier les musulmans réformateurs ou libéraux.
LE FIGARO. - Dans Un racisme imaginaire, vous tentez de déconstruire le concept d'«islamophobie»…
Un racisme imaginaire, de Pascal Bruckner, aux éditions Grasset.

"" Pascal BRUCKNER. - Oui, parler d'«islamophobie», c'est pratiquer un double amalgame: c'est confondre la peur avec la haine, la persécution des croyants avec la remise en cause des croyances. La première est un délit, la seconde un droit absolu. La critique des religions est un acquis des Lumières. En particulier en France, où une grande partie de la littérature, de la philosophie, témoigne depuis quatre siècles d'un esprit de satire vis-à-vis des clercs et de l'Église. On voudrait ainsi rétablir le délit de blasphème aboli en 1791.
«L'islamophobie», ce vieux mot du vocabulaire colonial, récréé par les islamistes britanniques au moment de l'affaire Rushdie (1989), remplit une double fonction: faire taire les Occidentaux, coupables ...""

http://www.lefigaro.fr/vox/

- Soit nous laissons faire, soit nous combattons afin de dénoncer le concept. Il pourrait être combattu juridiquement, mais -pas touche aux religions des rois, alors...

Écrit par : Pierre NOËL | 11/02/2017

"Jamel Cherif, porte-parole de l’association, le rassure: il s’agit de «théologie», d’interventions «académiques». «Les positions personnelles du prédicateur ne nous intéressent pas.»"

Ben voyons! C'est la Taqiyya en marche! Un autre vous dira et mon... c'est du poulet!

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

"Le Congrès [musulman canadien] estime qu'il n'y a rien dans le Coran qui oblige les femmes à se couvrir le visage. Il souligne également que le port de la burqa est proscrit à l'un des sites les plus sacrés du monde musulman, la Grande Mosquée de La Mecque."

Avec un peu de chance, la burqa et le niqab seront bientôt interdits au Canada, à la bonne heure!

http://www.lapresse.ca/actualites/national/200910/07/01-909396-le-congres-musulman-demande-labolition-du-nikab-et-de-la-burqa-en-public.php

Écrit par : Arnica | 22/02/2017

Il se plaint de la censure de quatre villes françaises, mais les villes suisses compensent......

Écrit par : Patoucha | 27/02/2017

Les commentaires sont fermés.