11/03/2017

Des religieux musulmans déclarent l’égalité entre religions

Une nouvelle déclaration tend à laisser croire que les pays ou règne la loi d’Allah voudraient mettre fin aux discriminations de leurs minorités.


Un peu plus d’une année après la « Déclaration de Marrakech », le monde musulman nous en propose une autre, la « Déclaration de coexistence réciproque islamo-chrétienne ». Les deux textes visent à instaurer l’égalité entre religions, une réalité que le monde musulman n’a pas connue depuis l’an 620. Environs…

L’université d’Al-Azhar et le Conseil des sages musulmans basé à Abu Dhabi ont convié de nombreux responsables politiques et religieux au Caire les 28 février et 1er mars pour une «Conférence internationale sur la liberté, la citoyenneté, la diversité et la complémentarité».

Tayyeb2.jpg

Le grand imam Ahmed Al Tayyeb, organisateur de la conférence et garant du fondamentalisme enseigné par Al-Azhar

Nettement moins ambitieux et plus jargonneux que celui de Marrakech, le document d’Al-Azhar puise à la même source d’illumination islamique, car la loi exige que les religieux ne puissent emprunter une voie sans validation des textes. Il s’agit de la «Constitution de Médine». Disons d’emblée que ce texte, dont personne n’a jamais vu la couleur, n’a rien d’une constitution et tout d’un pacte tribal. Elle est aussi dénommée «charte» et est décrite par le biographe de Mahomet Ibn Ishaq. Elle concerne essentiellement les juifs. Le pacte stipule qu’aucun signataire ne peut déclarer une guerre sans la permission de Mahomet et qu’en cas de désaccord, les belligérants doivent s’adresser «à Dieu et à Son messager» pour arbitrage. Pour les juifs, la charte s’est conclue par une épuration ethnique. Et elle n’a joué aucun rôle dans l’histoire musulmane hors le mythe persistant qu’un État parfait a été créé par le prophète à Médine avec en prime la première constitution du monde.

A l’initiative d’Al-Azhar et du Conseil des sages musulmans, des responsables politiques et religieux étaient donc présents au Caire. Les chrétiens d’Orient étaient invités, mais ils semblent avoir été là principalement pour opiner, vu que leur apport à la question des libertés et de l’égalité est totalement ignoré. Ils sont en revanche parfaitement instrumentalisés. Pas d’allusion non plus au modèle occidental d’égalité qui pourrait inspirer nos oulémas.

Bien, me direz-vous, venons-en au contenu. Il est étonnant. La logique ne semble pas le fort des religieux.

Grâce à la Constitution de Médine, «les sociétés arabes et islamiques possèdent un patrimoine bien ancré de pratique du vivre-ensemble au sein d’une même société, marquée par la diversité, le pluralisme et la reconnaissance réciproque.» A défaut de pratique, on a appris le langage.

Il s’agit de «confirmer la foi dans l’égalité entre les musulmans et les chrétiens dans les patries, les droits et les devoirs puisqu'ils forment une seule nation.».

Les discriminations entre musulmans et non-musulmans doivent être combattues, car « contraires à la charia ». Quelque 14 siècles de discriminations justifiées par la charia elle-même et des bibliothèques de jurisprudence réfutent cette assertion.

Le texte insiste sur le fait que toutes les religions et traditions refusent «les mauvaises conduites», dont bien sûr le terrorisme. «C’est pourquoi les participants chrétiens et musulmans au congrès d’Al-Azhar déclarent que toutes les religions sont innocentes du terrorisme sous toutes ses formes et le condamnent sévèrement.» Les participants pensent aussi que « le fait de juger l’islam sur le comportement criminel de certains musulmans peut permettre de qualifier toutes les religions de terroristes…»

Qu’en est-il des droits des minorités? Eh bien d’abord, il vaudrait mieux éviter l’utilisation de ce terme : «… la déclaration espère que les intellectuels et les penseurs font attention au danger de l’emploi du terme «minorités» qui porte dans ses plis la notion de la discrimination et de l’isolement sous prétexte d’affirmer les droits.» On remarquera au passage que nul ne sait qui a signé ces déclarations… si elles sont signées.

Protéger les citoyens, leur vie, leurs biens, leur liberté et «tous les autres droits que leur confèrent leur citoyenneté et leur dignité humaine, est le devoir premier des États nationaux. On n’a, en aucun cas, le droit de rivaliser avec l’État dans l’exercice de ce devoir.» Un passage à destination d’Al-Sissi avec lequel Al-Azar est en délicatesse. Le chef de l’Etat voudrait que la rénovation du discours religieux soit un peu plus rapide. Il a reçu à la veille de la conférence le grand imam d’Al-Azhar Ahmed Al Tayyeb, grand manitou de cette conférence.

Et on va «travailler ensemble dans les domaines de l’orientation, de l’enseignement religieux et moral, de l’éducation de la citoyenneté, et du développement de la compréhension des relations avec les institutions religieuses arabes et internationales, la consolidation du dialogue islamo-chrétien et le dialogue des civilisations.» Et si on commençait par changer les lois et les constitutions, si éloignées des vertus attribuée à la charte de Médine? Par exemple en faveur des coptes qui subissent le joug islamique depuis l’invasion de leur pays et tentent en vain d’obtenir quelques droits. Impossibilité de rénover les églises, persécutions, enlèvement de jeunes filles pour les marier à des musulmans, assassinats…

Les coptes apprécieront (aussi) cet extrait: «Les participants, musulmans et chrétiens renouvellent leur fraternité et leur rejet de toute tentative qui vise à faire la distinction entre eux, à montrer que les chrétiens sont ciblés dans leur pays d’origine.»

Ce blabla est surtout destiné à contrer l’hostilité qui croit devant l’absence de liberté religieuse du monde islamique. Mais il faudra plus que quelques déclarations pour qu’elle s’atténue. J’observais dans mon papier sur celle de Marrakech : «S’il faut en passer par cette daube pour que les pays musulmans accordent un jour des droits égaux aux croyants, de même qu’aux athées, je veux bien. Mais que vont faire maintenant les auteurs de cette prometteuse déclaration? Prendre leur bâton de pèlerin pour la populariser auprès des populations, chefs religieux et politiciens musulmans? Tenter de la faire signer à ces décideurs? Ou simplement préparer la prochaine?»

La déclaration du Caire est une réponse.

19:24 Publié dans Autres pays, Intolérance | Tags : déclaration, le caire, égalité des religions | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | |

Commentaires

Qui etes-vous pour montrer autant de mépris envers une religion qui a aujourd`hui le plus grand nombre de fideles (plus de mille trois cents millions)? Qui etes-vous pour prendre de haut les hommes de paix qui essaient de séparer le grain de l`ivraie au sein de cette religion? Je suis moi-meme agnostique mais je respecte profondément toutes les religions et tous les hommes de paix, quelle que soit leur religion. Votre attitude est d`autant plus regrettable que vous etes une femme et qu`il y a bien assez de psychopathes religieux barbus (pas seulement musulmans...) pour qu`une femme s`abaisse a leur niveau de mépris dogmatique. Ayant beaucoup d`admiration et de respect pour les femmes en général, je suis certain que vous aurez assez de cran pour publier mon commentaire lors meme qu`il vous déplait.

Écrit par : jean jarogh | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

lisez "le coran" et "les hadiths" cher ami, ça va vous changer la vie! Et tout ce que "Gilles Keppel" dit de l'islam!

Écrit par : Degoumois Dominique | 12/03/2017

"Qui etes-vous pour montrer autant de mépris envers une religion qui a aujourd`hui le plus grand nombre de fideles (plus de mille trois cents millions)?"
1. le nombre ne fait pas la valeur
2. "qui êtes-vous" ? Vous n'avez qu'à lire les billets de Mireille Valette. Vous n'y aviez pas pensé ?

Écrit par : Géo | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

@jean jarogh

Si vous respectez une religion qui autorise la polygamie, le mariage avec des fillettes, la violence conjugale, le viol des esclaves et le viol de guerre, qui n'accorde pas aux femmes les mêmes droits en matière d'héritage, de divorce et de témoignage, qui leur commande d'obéir à leur mari, leur interdit de voyager seule plus de 3 jours, alors vous ne respectez pas les femmes. À moins que vous ignoriez tout simplement tout le sexisme et la violence que contiennent le Coran et la Sunna. Les seules règles de l'islam qui soient identiques pour les deux sexes sont celles qui punissent la fornication par le fouet et l'adultère par la lapidation.


Mme Vallette ne méprise pas les hommes de paix mais les hommes hypocrites qui prétendent que le terrorisme est contraire à l'islam alors que les textes fondamentaux de cette idéologie eux-mêmes contredisent leurs discours sirupeux. Ne me croyez pas sur parole, lisez le Coran, les recueils de hadiths et les biographies officielles de Muhammad (Mahomet) et jugez par vous-même si l'islam mérite d'être respecté.

http://textup.fr/81394LX

Écrit par : Minona | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

@ Minona (et, indirectement, @ jean jarogh)
Bien dit!

Écrit par : Mario Jelmini | 13/03/2017

28 février 2017, le Caire: blabla de musulmans - islamistes affichant un soit-disant objectif d'égalité entre croyants. ?
28 février 2017, blog.Tdg.ge: "Nous voulions () en faire des dirigeants et en faire les héritiers, et les établir puissamment sur terre"

Anodin, ce libre prosélytisme de Hani Ramadan exaltant l'objectif musulman de domination globale ?

Dans cette République, Qui se demande Pourquoi, pendant qu'au Caire les principaux chefs religieux & imams de tous bords décident d'une entente sur un dialogue reconnaissant l'égalité entre religions,

sur la plateforme de la Tribune de Genève, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans répète les objectifs de son grand-père sur le but de tous musulmans: leur domination suprême et globale

"Ô Frères musulmans ! Ne désespérez pas () Les réalités d’aujourd’hui sont les rêves d’hier, et les rêves d’aujourd’hui sont les réalités de demain. Il reste encore assez de temps pour les réaliser. Malgré la forte manifestation des formes de la corruption, les éléments d’un sain développement restent présents avec vigueur en l’âme de vos peuples croyants.
Le faible ne reste pas faible toute la vie, et le fort ne reste pas fort éternellement. Dieu dit dans le Coran :

En public en 2017 à Genève, le frère Hani des Ramadan reprend mots et sourates utilisés dans les années 1920 par son grand-père,  dont l'objectif était de rétablir le califat :
28.5 Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeant et en faire les héritiers,
28.6 et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Haman, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient. Coran, sourate 28, versets 5-6

Dans cet Etat République et canton, les frères Ramadan jouissent de toute liberté pour continuer l'action de leur grand-père Hassan al-Bannâ - un assassin et criminel égyptien poursuivi par le gouvernement de son pays réfugié à Genève, l'un de ces réfugiés bénéficiaires de la naturalisation facilitée soutenue si ardemment par ces élus-fonctionnaires de la gauche genevoise "qui cause toujours" -
Est-ce encore tolérable et dans ce cas, pour combien de temps allons-nous élire ces bien trop grassement payés fonctionnaires du laisser-faire genevois?

Écrit par : Divergente | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Comment reconnaître un islamophile?

http://textup.fr/40307wY

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé décrites dans ce texte proposé est purement fortuite.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Ce que fait Hani Ramadan me dérange moins que la propagande socialiste de Jean Jarogh en faveur d'une religion hyper-rétrograde, une sorte de fascisme par essence, par pur opportunisme politique. Hollande n'aurait jamais été élu sans les voix des musulmans...
Jean Jarogh tient des propos progressistes sur à peu près tous les sujets, et là il porte haut le flambeau de l'obscurantisme*...

* Oui, c'est un gag. Mieux vaut préciser...

Écrit par : Géo | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

On ne comprend pas bien la condescendance voire la soumission de nos autorités pas plus que la complaisance des médias car pour faire se rencontrer des convictions, certitudes comme idéologies opposées il faut affronter et dire les choses nettement comme elles sont.
Islam, "par le coran et la charia", incompatible avec notre culture et Droits de l'homme.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

le 1er avril c'est quand???

Écrit par : Degoumois Dominique | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

@jean jarogh

Je ne vois pas de « mépris » dans le texte de Mireille Vallette. J’y vois une « légitime défiance », selon l’excellent titre de son excellent ouvrage. Ces «hommes de paix», on pourrait dire ces «mâles» - les femmes n’ayant pas voix en islam à un tel chapitre, dissimulent en fait beaucoup de non-dits qui tressent un double langage relevant de la taqya. Mireille Vallette ne juge pas, elle décode, analyse et questionne. Elle critique, contextualise et remet en perspective.

Mettre sur le même plan toutes les religions, quoi qu’elles professent et engendrent, est une aberration. Les «respecter toutes» (manifestement sans les connaître) c’est respecter tous leurs dogmes, y compris ceux qui appellent à la haine, à la guerre, à l’exclusion, à la pédophilie, à la discrimination, à l’inégalité et à la ségrégation des sexes, des peuples, des croyances, à l’anéantissement des « autres » par la conversion ou par la guerre, à la théocratie et au totalitarisme qu’elle induit fatalement. Compter «plus de mille trois cents millions» de fidèles (formulation manipulatrice digne d’un propagandiste), est un «argument» sans aucune pertinence. Je dirais même que fossiliser et maintenir dans un ghetto mental obscurantiste autant d’êtres humains depuis le VIIème siècle plaide clairement contre l’islam. Et être plus d’un milliard à se tromper (et à être trompé) ne lui donne pas raison !

Qui êtes-vous pour juger de ce qui est bien ou mal, vrai ou faux en islam ? Aucun musulman ne vous reconnaîtra jamais ce droit, sous peine d’apostasie. Ces hommes de paix» préconisent le dialogue, en fait DES dialogues. Entre une idéologie totalitaire agressive et une religion, le christianisme copte, devenue par la force et la contrainte ultra-minoritaire et dépendante, «dialogue» assez comparable à celui d’Hitler avec Benes ou Pétain.

«…les sociétés arabes et islamiques possèdent un patrimoine bien ancré de pratique du vivre-ensemble au sein d’une même société, marquée par la diversité, le pluralisme et la reconnaissance réciproque» prétendent ces parangons de tolérance et de pacifisme. Parlons un peu de ce «patrimoine». Le «vivre-ensemble» avec l’islam a toujours signifié, là où il est majoritaire, le communautarisme et la soumission de l’autre. La «dhimmitude» imposée aux chrétiens et aux juifs implique moins de droits et la conversion différée tant qu’est payé un impôt compensatoire discriminatoire. C’est la réalité historique continue de ce «patrimoine».

«… le fait de juger l’islam sur le comportement criminel de certains musulmans peut permettre de qualifier toutes les religions de terroristes…». D’une part, ces «religieux» considèrent explicitement les terroristes islamiques comme des musulmans ! D’autre part, imputer à «toutes» les autres religions le potentiel de violence et d’intolérance que portent les dogmes islamiques est aussi injustifié et calomnieux qu’arbitraire. Où sont donc les arguments ?

«…travailler ensemble dans […] la consolidation du dialogue islamo-chrétien et le dialogue des civilisations.» C’est attribuer clairement à l’islam un statut de civilisation pour le moins « différente » de la nôtre. Théocratie contre laïcité et démocratie. Vérité révélée contre science, recherche et raison. Soumission contre liberté. Aliénation contre libre-arbitre. Blasphème contre liberté d’expression. «Totalité» contre pluralisme. Transcendance contre humanité. Qui « dialoguera » pour ces civilisations ? Et pourquoi ? Dans quel sens ? Notre civilisation n’a AUCUNE concession à faire à l’islam et la connaissance de celui-ci montre clairement qu’il ne pourrait en faire qu’au prix de sa disparition ou, du moins, d’une profonde mutation que n’évoquent nullement ces «hommes de paix». Ce qui importe ce n’est pas ce qu’ils disent, c’est ce qu’ils taisent et dissimulent.

L’islam considère le monde occidental au mieux comme un ennemi, au pire comme une proie. Pour y parvenir, il y a au moins deux stratégies : le djihad armé et violent ou le djihad culturel. Le premier s’enlise dans les destructions et les tueries. Le second, c’est celui des Frères musulmans qui entendent vaincre par la natalité et la migration. Les armes en sont la démographie et l’entrisme. Avec la collaboration chez nous d’une mosaïque de complices conscients ou non, ignorants ou naïfs, par complaisance et bien-pensance, ou par gauchisme antioccidental. Les «hommes de paix» en question, tout comme Tariq Ramadan notamment, ont visiblement adopté cette stratégie. Ne pas entrer dans leur jeu, ce n’est pas les mépriser. Au contraire.

Écrit par : normandy | 13/03/2017

Répondre à ce commentaire

@ Normandy
Bravo pour cette mise au point solidement argumentée.

Écrit par : Mario Jelmini | 14/03/2017

Les religieux musulmans s'inspirent des leurres pour attraper le poisson.

Certains émettent des sons grâce à des billes logées à l'intérieur, c'est mortel en particulier pour les carnassiers.

Ils nous prennent pour des billes ou quoi ? Ils devraient se méfier de nous.

Écrit par : Pierre NOËL | 13/03/2017

Répondre à ce commentaire

Avec des manifs pro-erdogan un peu partout en Europe, c'est le vrai islam qui montre son nez! La gauche en pense quoi?

Écrit par : Degoumois Dominique | 13/03/2017

Répondre à ce commentaire

La gauche ne pense plus elle exécute, elle collabore comme les zôôtres.

http://www.atlantico.fr/decryptage/racisme-imaginaire-livre-cle-2989710.html#KSsBTPizyGYshvTw.01

L'islam divise l'Occident afin de mieux l'avaler à petites doses comme un gâteau.

Écrit par : Pierre NOËL | 13/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.