15/04/2017

Les centres antiracistes se multiplient, les victimes se raréfient

Les statistiques des «centres de conseil» montrent une diminution très sensible des incidents racistes. Mais dans ce cas, le public est prié de ne pas croire les chiffres.


racisme,rapport 2016,cfr

Le rapport des «Incidents racistes» recensés en 2016  par les centres de conseil est très déprimant... Pour les centres eux-mêmes et pour Martine Brunschwig Graf, inamovible présidente de Commission fédérale contre le racisme qui chapeaute cette œuvre de salut public avec humanrights.ch.

Malgré la contribution de huit nouveaux centres, 26 au total, le racisme est en chute libre: 199 cas recensés contre 239 en 2015, déjà en baisse. Et déjà assez peu alarmant. 

En ces temps de racisme indigène obsessionnel, cette douce réalité pourrait être soulignée. Mais garder ses préjugés est une priorité, et il faut bien justifier la coûteuse usine à gaz mise en place.

Martine Brunschwig Graf remet donc les pendules à l’heure: «Certains penseront pouvoir en conclure que le racisme, globalement, est en régression. Ce serait erroné. (…) Ce rapport est forcément une image incomplète de la réalité (…) Ce ne sont pas les chiffres qui nous intéressent ici (réd: mais c’est justement l'objet du rapport)… «la tâche doit se poursuivre et s’étendre.» Lorsque les chiffres montrent un racisme en hausse, la même se fie aux chiffres et s’indigne sans barguigner. C’est ce qui s’est produit en 2015 où les «incidents» antimusulmans étaient en hausse.

Vu ces résultats peu vendeurs, les médias sont restés assez insensibles à ce rapport. Sauf la radio romande. Lorsqu’un agent de l’immigration enchantée ou du racisme repoussant sollicite ses services, elle répond comme un brave petit soldat et dit exactement ce que les amoureux de la diversité attendent d’elle. Elle a donc résumé le communiqué de presse et prié Martine Brunschwig Graf de confirmer d'inquiétants résultats. Titre: «Davantage d'actes racistes au travail et dans l'espace public…» On frise le grand guignol.

Les centres répertorient avec une minutie qui les honore les récits d’insultes, de remarques déplaisantes, le refus de louer un logement… L’austérité des multiples tableaux et analyses est humanisée par ces récits. Il en est un, assez étonnant:

«Dans un immeuble, plusieurs réclamations sont faites concernant une famille nigériane. Un couple suisse et une famille albanaise écrivent à la gérance pour se plaindre des nombreuses visites que cette famille reçoit. Ils notent également que les enfants sont tout le temps en train de jouer partout et de manière beaucoup trop bruyante. Les plaignants demandent que l’on fasse pression sur la famille en menaçant de résilier le bail. Les membres de la famille nigériane s’estiment discriminés en raison de leur couleur de peau.» Après trois séances de médiations où les plaignants refusent de reconnaitre leur racisme et se plaignent toujours du bruit, «le centre de conseil finit par inviter la famille à contacter un avocat».

Et celui-ci pourrait faire l’objet d’un débat intéressant:

«Dans un cabinet médical, une femme refuse de serrer la main du médecin au motif que la religion musulmane le lui interdit. Le médecin refuse alors d’examiner ses enfants, qui se plaignent de douleurs aigües aux oreilles. Il indique à leur mère qu’il ne le fera que si elle lui donne la main, car il faut respecter les règles en vigueur en Suisse et que «les musulmans doivent s’adapter». La famille quitte le cabinet.» Le centre de conseil invite alors sa cliente à contacter l’autorité de surveillance des médecins.

Le racisme anti noir est chaque année en tête, et parfois en hausse dans ces statistiques, comme en 2016. Bizarrement, la CFR s’en tamponne le coquillard. Il ne lui vient jamais à l’idée d’organiser une campagne, voire un simple colloque sur le sujet. Son obsession, c’est le «racisme anti-musulman», en baisse de 6% en 2016. Même si l’on veut bien «relativiser ce recul», vu l’augmentation du racisme anti Arabes (+ 7%, 33 incidents), il reste désespérément stable, malgré les terrifiants attentats islamiques de l’année.

En attendant que les Noirs attirent l'attention de la commission, retenez cette date: elle co-organise le 11 septembre prochain une journée de prévisibles arguties sur le thème de l’«Hostilité envers les musulmans: société, médias, politique». On trouve parmi les intervenants d'habituels prosélytes du prophète et des islamophiles déclarés. Dont un «spécialiste des réseaux islamophobes et des médias sociaux».


On pourrait trouver intéressant que les raisons de cette aversion soient dévoilées. Mais l’historien du jour sera seulement chargé de «Clarifier les notions: qu’est-ce que l’hostilité envers les musulmans?»

Ma réponse est simple: c’est de ne pas les aimer et même de les critiquer vertement lorsqu’ils nous infligent leurs préceptes du VIIe siècle et refusent de nous expliquer pourquoi la quasi-totalité des terroristes se réclament de leur religion.

 

P.S  qui n'a rien à voir: A propos de l'actualité sur les pouvoirs du sultan turc, lire sur le site de l'ASVI le récit de l'étrange visite du président de la Fondation des organisations islamiques suisses Montassar BenMrad à Istanbul.

08:44 Publié dans Manifestations, débats, Médias, Politique, Suisse | Tags : racisme, rapport 2016, cfr | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

Commentaires

L'anti-racisme, de nos jours ça consiste à interdire à une vraie féministe, athée et lesbienne de dire (en public) qu'elle n'aime pas l'islam, tout en autorisant un musulman à dire (en public) qu'il n'aime pas les féministes, athées et lesbiennes...

Écrit par : Sonia | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

Mireille,

Toutes les victimes du racisme quotidien ne sont pas recensées. Vous êtes la preuve vivante que le racisme existe toujours. Vous critiquez l'Islam et l'amalgamez au terrorisme, mais c'est vous la terroriste de la tolérance et de la pensée. Les gens comme vous à la pensée moyenâgeuse sont encore malheureusement légion. C'est la raison pour laquelle la lutte contre le racisme est toujours une priorité actuelle.

Écrit par : Sonny Amou | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

Donc si j'ai bien compris, pour vous, dire que la terre est plate (Cheikh Abdul-Aziz Ibn Baazal (Arabie Saoudite) + Coran), que la femme vaut la moitié d'un homme (Coran), que les homosexuels, apostats et juifs doivent être tués (Coran), ce n'est pas avoir des idées moyenâgeuses ?

Écrit par : Sonia | 16/04/2017

(Le racisme anti blanc, anti-occident) est totalement décomplexé de nos jours partout en Europe! Il suffit d'être étranger, de crier le mot "racisme", après avoir commis un délit, pour que 2 avocats prennent instantanément et gratuitement votre défense, plus 10/15 assos de gauche qui refusent de reconnaitre les actes des mafias internationales qui partout en Europe nous pourrissent la vie, tous les jours! Prostitution forcée, escroqueries, agressions, deal tout est libre et peu puni peu eux! (rer métro agressions) sur youtube!

Écrit par : dominique degoumois | 19/04/2017

cher sonny on se réfère simplement à tout ce que est écrit dans le coran pour juger l'islam, lisez donc le coran pour comprendre nos réserves sur cette religion liberticide!

Écrit par : dominique degoumois | 19/04/2017

Pourquoi Sonny Amou n'écoute pas d'ancien musulman?

https://www.youtube.com/results?search_query=fr%C3%A8re+rachid

Doit-on le considérer comme un raciste ou un lanceur d'alerte?

Il n'est pas le seul, chez les ex-musulmans à dénoncer cette idéologie.

Quant à l'amalgame, les crapules à l'utiliser sont justement ceux qui veulent absolument affirmer que critiquer l'islam c'est haïr les musulmans.

Aux musulmans qui se prétendent modérés de faire l'aggiornamento de leur religion. Il est vrai que c'est difficile sans risquer de se couper de sa famille quand ce n'est pas mourir sous le poignard d'un bon adepte de Mahomet aux hurlements de Allah Akbar.

Voici ce que pense Dalil Boubakeur de l'islam:

https://www.youtube.com/watch?v=77_vgCn0DJk

Et on ne peut nier que Youssef al Qaradawi est un menteur:

https://www.youtube.com/watch?v=ak3Wy0T5m5Y

Écrit par : G. Vuilliomenet | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai oublié de citer Waleed Al-Husseini, Majid Oukacha, hamed Abdel Samad, etc... dont on peut suivre les vidéos.

https://www.youtube.com/results?search_query=Waleed+Al-Husseini

https://www.youtube.com/results?search_query=majid+oukacha

https://www.youtube.com/results?search_query=hamed+abdel+samad

Tous risquent aujourd'hui d'être assassinés dans la rue par un petit soldat d'Allah.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

Mais non Sonia, ce n'est pas moyenâgeux, c'est ultra-moderne, j'irai même jusqu'à écrire, de manière satirique car je sublime ce préfixe qui ne veut absolument rien dire, que c'est post-moderne.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

L'islam et le terrorisme sont liés comme des siamois. L'islam est raciste, propage la haine, mutile les enfants, les gamines en particulier, divise les gens à cause de l'ignorance et la paresse à s'informer des bouquins en rien révélés.

Le mensonge et la dissimulation est l'arme principale en attendant mieux ou pire c'est selon et se fondre dans la foule, afin de conquérir l'espace et le mental. C'est assez bien fait puisque c'est un copié collé des autres sectes religieuses crées au temps des Pharaons.

Des vidéos comme celle-ci existent désormais par centaines voir plus. Il est intéressant d'écouter ces "savants islamiques donc musulmans, ils ne contredisent en rien les commentaires des gens éclairés comme Mireille Valette et autres.

En 4 minutes, ce savant des ténèbres nous éclaire sur la réalité de ce qui nous attend, car l'islam c'est ça:

http://www.islam-et-verite.com/secret-de-lexpansion-de-lislam/

Écrit par : Pierre NOËL | 17/04/2017

Répondre à ce commentaire

L’intervention de Sonny Amou révèle une nouvelle fois la confusion et la faiblesse intellectuelles des islamistes. Critiquer l’islam, contester son idéologie, dénoncer son obscurantisme, constater son incompatibilité avec la démocratie, la laïcité, les droits humains, la liberté, s’opposer aux effets délétères qu’engendre son expansion forcée et contre nature, ce serait du «racisme». Prétendre ça, c’est dénaturer, dévaluer, dégrader, voire dépraver la notion de « racisme ». Et il n’y a pas plus dangereux ni plus avilissant. Une telle intervention n’est pas seulement révélatrice de ce que sont l’islam, de ceux qui s’en réclament et de ceux qui l’exonèrent de toutes ses tares. Elle est une agression contre la liberté d’expression et contre la raison. Contrairement aux trop nombreux Sonny Amou qui ne s’expriment qu’à coup d’affirmations non démontrées, d’accusations infondées, de diffamations et d’anathèmes, l’anti-islamisme est rationnel, fondé (sur les écrits et les discours mêmes de cette pseudo-religion, d’ailleurs), argumenté, cohérent et conséquent. Il ne conteste en rien la liberté de croyance, il refuse que soit intégré au religieux le social, le politique et le juridique. Il refuse que la révélation puisse primer sur la raison, la croyance sur la connaissance, l’obscurantisme sur la science, la soumission sur la liberté. Autant de combats que nous avons durement gagnés, autant de conquêtes que nous voulons acquises. Sur ce plan, aujourd’hui, la SEULE véritable menace, c’est l’islam ! C’est pourquoi il n’est en RIEN discriminatoire, xénophobe ou « raciste » de s’opposer intellectuellement, rationnellement, philosophiquement, politiquement à ce qui, parce qu’elle intègre religion, politique, droit et règles de vie individuelles et sociales, est en fait une idéologie totalitaire. Aussi contestable que toute autre ! Et si l’islam n’est pas considéré comme les autres religions, c’est qu’il n’en est pas une !

Puisque sa pauvre prose m’en offre la possibilité, d’autres de ses affirmations permettent d’illustrer l’inanité et l’inintelligence du discours islamiste victimaire qu’incarne Sonny Amou. « Vous critiquez l'Islam […] mais c'est vous la terroriste de la tolérance et de la pensée » assène-t-il à Mireille. Il place donc sur le même plan la critique verbale de l’islam, l’intolérance et le terrorisme ! Contester avec des mots serait, selon lui, du «terrorisme de la pensée». Déclarer qu’il est « terroriste » de simplement penser autrement, même avec des arguments fondés, c’est purement et simplement du fascisme !

D’autre part, qualifier de « moyenâgeuse » une pensée contestant une idéologie née dans le désert au VIIème siècle et inchangée depuis, figée hors du temps pendant des siècles ayant pourtant connu une progression fulgurante des sciences, des techniques, des savoirs et de l’éducation, des arts, de la philosophie, des droits, des conditions et des modes de vie, tout ça sans AUCUN apport de cet islam prétentieux, frustré et invasif, qualifier cette pensée de « moyenâgeuse », donc, c’est l’expression d’une bêtise et d’un aveuglement révélateurs. C’est pénible, c’est désolant, mais c’est rassurant. Une telle incompréhension du monde, de l’humanité et de la vie, un tel obscurantisme granitique, c’est le cancer qui emportera l’islam.

PS Je réalise que certaines de mes phrases sont inutilement longues et compliquées. Je m'en excuse.

Écrit par : Normandy | 17/04/2017

Répondre à ce commentaire

Par deux fois j'ai contacté, ces dernières années, "le centre genevois contre le racisme" suite à deux agressions dont j'ai été victime au pied de mon immeuble, de la part de dealers (ceux que l'on voit par centaines absolument partout dans nos rues, tous les jours, qui vendent et qui consomment totalement librement), avec des propos anti-blancs/anti-suisses/anti-occident/homophobes, etc etc par deux fois on m'a répondu que l'on ne pouvait rien pour moi! Je vois pourtant la pub de cette institution partout, elle sert à quoi ou plutôt à qui au juste cette institution???? Nos ex-politiciens opportunistes trouvent là de belles planques très bien rétribuées!

Écrit par : dominique degoumois | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.