14/09/2017

Burqa: nous voterons contre le haïssable symbole

Le quota de signatures a été atteint de justesse, grâce entre autres aux militants de Vigilance Islam. Ils ont découvert dans une partie de la population une peur qui va jusqu’au fantasme.


Les Suisses voteront sur l’interdiction de la "burqa" (niqab). Le texte a obtenu de justesse, lesinitiative contre la burqa,signatures 100'000 signatures requises. Elles ont été vérifiées par les administrations communales. Le comité d'Egerkingen, qui est aussi à l'origine de l'interdiction des minarets, était le maître d’œuvre. L’UDC n’a pas contesté, mais pas soutenu non plus, elle avait d’autres priorités. Ses membres, hors les jeunes, se sont donc peu mobilisés.

Quelques semaines avant la date limite du 15 septembre, le comité a lancé un appel de détresse que d'innombrables internautes de Suisse ont répercuté et auquel de nombreux citoyens ont répondu. Dix mille signatures manquaient, elles ont afflué.

Quelques personnalités peuvent se targuer d’avoir atteint à elles seules des scores stratosphériques, tel Erwin Lötscher, un Lucernois de 76 ans qui a réuni 9700 signatures ou Giorgio Ghiringhelli (à l'origine de l'interdiction du niqab au Tessin) 8000 avec l’aide de la Lega.

L’Association vigilance islam n’a pas été en reste. Grâce à un formidable organisateur (qui doit hélas rester anonyme), des membres du comité, des adhérents, des sympathisants ont sillonné plus d’une vingtaine de villes romandes durant autant de samedis. Ils ont consacré sueur et sous (pour le train et le repas de midi) à cette activité. Avis aux nombreux cotisants retardataire, aux généreux donateurs et à ceux qui hésitent encore à adhérer: ce genre d’actions militantes méritent d'être financées par l’ASVI.

Au total, nos vendangeurs ont rapporté plus de 3000 paraphes, soit la moitié du total de la Suisse francophone. Il faut dire que celle-ci se fait remarquer par sa faible mobilisation, elle a glané (selon notre dernier chiffre) moins de 7% du total des signatures.

Les difficultés à réunir ces 100'000 paraphes rendent les fous joyeux, ceux de droite (hors l’UDC) comme de gauche. Ils reprennent leurs antiennes: si peu de burqas, volonté de stigmatiser la communauté musulmane, moyen erroné de lutter contre l’extrémisme, etc., etc. Les socialistes sont embarrassés, car pas mal de leurs membres sont tentés par l’interdiction. Ils étudient en lieu et place «une loi encadrant les pratiques religieuses, la formation d’imams ou le financement d’Églises.» (sic) On en a l’eau à la bouche! Mais on attend tout de même avec intérêt 2019, année  où devrait avoir lieu le vote.

Pour Andrea Caroni, conseiller aux États PLR, la population ne se sent pas concernée. Croit-il vraiment que les violences de la planète d’Allah, le prêcheur de Bienne et quelques autres, nos affaires de terrorisme, le livre de Saïda Keller Messahli – et le mien- qui montrent le radicalisme des mosquées ont fait sérieusement diminuer les 70% de Suisses qui se prononçaient en août 2016 pour une interdiction du niqab?

Les communautés musulmanes vont aussi, toute honte bue, défendre avec davantage de détermination la présence dans nos rues d’un des plus sinistres symboles de radicalisme et d’oppression de leur religion qu’elles ne l’ont fait pour les minarets. Pascal Gemperli-le-très-modéré l’annonce.

Notre expérience du terrain nous a fait beaucoup penser à un autre sondage, celui d’août 2017 qui révélait que 38% des Suisses se sentent menacés par les musulmans.  Nous en avons rencontrés.

Un nombre étonnant de personnes sollicitées s’enfuyaient dès qu’on prononçait le mot «islam», comme s’il les brûlait. De nombreux autres disaient clairement «avoir peur des musulmans». Peur de quoi au juste? Les intéressés ne répondaient pas. Ils ne signaient pas non plus.

Un autre contingent, non négligeable, a bizarrement refusé d’apposer son paraphe, convaincu que les carottes sont cuites: rien ne peut plus arrêter l’offensive de l’islam! D’autres se sont abstenus, parce qu’ils avaient peur (encore!) d’être repérés par leur administration communale lors du contrôle des signatures… Et d'être dénoncés à des musulmans? Ce genre de fantasmes laissent tout de même songeur. Comme ces paroles définitives: «Non, je ne signerai pas, c’est trop tard. Il faut se soumettre! Ça durera un certain temps, puis peut-être qu’un jour, les choses changeront».

Une recherche sur ces perceptions et leur origine serait fort intéressante si nos savants voulaient bien abandonner un peu l’étude des discriminations et de l’hostilité dont souffrent ceux qui se considèrent désormais comme les seules victimes des problèmes que certains d'entre eux posent.

Notons aussi que la presque totalité des personnes sollicitées ignoraient l’existence de l’initiative.

 

 

 

Commentaires

J'ai fait signer plusieurs personnes à cette initiative. Il est vrai que plusieurs de mes connaissances ne soutenait pas le burqua, mais était réticent à signer cette initiative. C'est la peur d'être stigmatiser d'être islamobphobe, alors qu'il faudrait être en être fier.

Écrit par : boccard | 14/09/2017

Répondre à ce commentaire

Petite question à 3 francs, dans quel type d'activité professionnel une personne fagoter de la sorte peut elle travailler? Aujourd'hui les musulmanes sont plus voilées en Europe qu'au Maghreb, cherchons l'horreur? Très peu de musulmanes du golf présentent dans nos pays cet été sont en niqab, et beaucoup ne sont même pas voilées! Mais toutes ont leurs iphones et leurs vuitton's/gucci's à la main je vous rassure!

Écrit par : dominique degoumois | 14/09/2017

Répondre à ce commentaire

Là nous allons assister à un vote "historico/hystérique" où des femmes de gauche qui se disent ouvertement "féministe" vont voter pour le port du niqab! Je ne veux rater ça sous aucun prétexte!

Écrit par : dominique degoumois | 15/09/2017

Répondre à ce commentaire

Je m'étonne de l'assourdissant (et peu courageux) silence du monde médical sur les problèmes de santé que pose le port de la burka. Le manque de vitamine D va occasionner d'importants problèmes osseux à ces femmes ainsi qu'aux bébés qu'elles porteront. De plus, cela risque de leur causer de graves problèmes psychologiques en raison du manque de lumière et de soleil (sans parler du reste!). Je me demande enfin comment des féministes (pauvre suffragettes qui doivent se retourner dans leurs tombes!) peuvent cautionner une telle barbarie qu'elles ne voudraient jamais se voir imposer à elles-mêmes. Quelle lâcheté générale!

Écrit par : Anne | 15/09/2017

Répondre à ce commentaire

Ouf! En avant pour la suite.

Écrit par : Divergente | 16/09/2017

Répondre à ce commentaire

Les Belges semblent avoir enfin compris:

http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2017/09/16/france-l-etat-islamique-menace-paris.html

Écrit par : Daniel | 16/09/2017

Répondre à ce commentaire

Certaines féministes sont divisées concernant la définition et la philosophie de l'utilisation du voile. Par contre, trouvent-elles le sujet, notamment à Genève inexistant car en dehors de la période estivale où l'on voit effectivement 2 ou 3 femmes touristes du Golf totalement masquées, quasi aucune femme ne porte un niqab ou autre Burka dans ce canton.

Écrit par : Pauline | 24/09/2017

Répondre à ce commentaire

Où dans le Coran est il imposé aux femmes de porter la Burqa?
Dans l'Egypte des années 50' et 60' le nombre de femmes qui portaient un simple foulard était très limité. Pourquoi cette progression impressionnante ?
Est-ce que les femmes musulmanes d'aujourd'hui sont-elles devenues plus religieuses que leurs grand-mères ou ses imams ou autres autorités islamiques se sont-ils radicalisés en les "encourageant" à le faire?
Que cela se passe dans les pays musulmans passe encore(difficilement).
Il est inadmissible qu'en Occident des personnes (femmes ou hommes ) cachent leur visage en public pour des raisons autres que médicales (certificat) ou pendant le carnaval(avec les risque que cela comporte ).
Les personnes vivant en Europe ou dans des pays non-musulmans doivent respecter les lois de ces pays . Si elles ne sont pas d'accord elles peuvent partir ailleurs mais surtout pas essayer d'imposerles leurs.

Écrit par : Ralph | 02/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.