08/11/2017

Ramadan-Neirynck: tout était déjà dit

La télévision suisse  romande consacre une heure à l’affaire Ramadan. Reconnaissons-le, la chute du Prince nous réjouit. De même que l'embarras des médias suisses qui durant des décennies ont propagé l'idéologie de l’islamiste.


Ramadan2.jpg

Tariq Ramadan a fait trop de dégâts dans nos mosquées, qui l’adulent, et en France, où il n’a cessé d’injecter son poison anti-français et anti-occidental. Il est tombé, enfin! Hélas pas grâce à la perspicacité des journalistes.

Et puisque son ami Jacques Neirynck est invité, c’est l’occasion de rappeler ce que les deux complices se disaient dans un livre-interview paru en 1999, "Peut-on vivre avec l'islam?" Tariq Ramadan montre déjà son idéologie intégriste et tente de faire passer ses pilules littéralistes à l’aide d’explications nébuleuses. Il refuse la moindre critique de sa doxa et étale sa misogynie. Enfin, la détestation de l’Occident qu’il ne cesse de brandir devant ses fans apparait déjà en pleine lumière. Le texte qui suit est presque intégralement tiré de mon livre, «Islamophobie ou légitime défiance?» paru en 2009.   

 «Rhéteur hors pair, magicien de la parole, Tariq Ramadan réussit souvent à dire le fond de sa pensée -intégriste- en donnant l'impression qu'il vient d'exprimer le fond de la nôtre –progressiste. Un maître indépassable!» Il a entraîné de nombreux femmes et hommes de gauche dans son combat pour l'obscurantisme, et partout, une majorité des journalistes le considèrent comme un partisan comme eux du dialogue, du multiculturalisme, voire… du féminisme.

Il est donc intéressant d’examiner la facette misogyne de la pensée intégriste par le biais de ce moderniste qui alimente sans trêve l'intégrisme européen en France, en Grande-Bretagne et en Suisse.

Ses réponses à Nicolas Sarkozy à propos de la lapidation, lors d'une émission télévisée de novembre 2003, sont exemplaires de l'ambiguïté de son discours. Rappel.

La lapidation, Tariq a fini par dire, poussé dans ses retranchements, qu'il n'est pas pour. Et même, qu'il est plutôt contre, et qu'en plus, elle est inapplicable. C'est pourquoi, il a déclaré demander un moratoire aux religieux qui dictent la loi afin de discuter d'une suppression éventuelle. Pourquoi ne pas appeler immédiatement à la suppression? Parce que, nous chuchote-t-il à l'oreille, mes coreligionnaires ne sont pas encore prêts à l'entendre. Alors, pour ne pas les froisser, pour les convaincre en douceur, je ne demande qu'un moratoire.

Les musulmans pro-lapidation sont-ils des malentendants ou des imbéciles?

Le moratoire n'avait aucune chance d'être accepté vu le radicalisme ambiant des savants en général et des amis de l'islamologue en particulier. Et Tariq Ramadan, qui entretient ce radicalisme, le sait. Il a néanmoins lancé avec fracas – en Occident! - son appel au moratoire, qui a fait comme prévu un grand flop.

En réalité, les fondamentalistes n'ont pas le droit de dire tout simplement «cette barbarie doit disparaître», puisqu’à plusieurs reprises, Mahomet l’infaillible en a ordonnées. Tariq Ramadan a donc trouvé un biais: il affirme que la lapidation est inapplicable, notamment parce qu’elle nécessite quatre témoins qui ont assisté à l’acte. Mais si par extraordinaire quatre témoins  ont vu les ébats, Tariq Ramadan approuve-t-il la lapidation?  De même que lorsque le ou la coupable -90% des condamnés sont des femmes- avoue son «crime», comme lors des condamnations de Mahomet? Sans compter que la sanction inapplicable a été appliquée à de fort nombreuses reprises depuis l’exemple du prophète.

Ramadan ne condamne pas la polygamie, autorisée, rappelle-t-il, jusqu’à quatre femmes. Mais attention, souligne-t-il, c’est une permission et pas une obligation (sic !), et le monde tend vers la monogamie. Mais «des circonstances sociales particulières ou des situations spécifiques dans un couple peuvent amener à ce que la solution de la polygamie soit envisagée». Et la fiancée peut stipuler dans son contrat de mariage qu'elle ne veut pas d'une deuxième épouse. Une demande si facile à exprimer à un mari forcément bon, versé dans les écritures, qui  acceptera sans hésiter…

Les hommes, eux, n'ont rien à ajouter dans le contrat: leurs droits figurent dans les textes sacrés.

Tariq Ramadan confirme l'interdiction de l'avortement "sauf dans la situation, établie par consensus entre les savants, où la vie de la mère est en danger." Un aréopage de savants dont on ne sait jamais où il se trouve et qui le compose.

L’autorisation d’avorter pourrait aussi être accordée dans d'autres "cas singuliers, spécifiques ou extrêmes" (exemple donné: un enfant handicapé s'annonce, ce qui angoisse le couple).

L'usage de la contraception est également prohibé par l'islam. Mais là encore, il existe des autorisations exceptionnelles accordées par les religieux, et lorsque l’usage de la contraception est «naturel».

D'après le Coran, seuls les hommes peuvent divorcer. Le terme du Livre saint est "répudier" que Tariq Ramadan évite. Ce qui ne l'empêche pas d'affirmer qu'au début de l'islam, "les hommes prononçaient la triple formule du divorce (réd: "je te répudie") de façon inconsidérée."

Aujourd'hui, pour éviter d'être répudiée, l'épousée peut, précise-t-il, faire inscrire certaines clauses dans son contrat de mariage. Toujours aussi facile pour des femmes à l’esprit d’indépendance tellement apprécié dans leur religion.

Malgré ces considérations nébuleuses, le prédicateur reconnaît aux femmes le droit de divorcer… Quitte à ignorer l'unilatéralisme du Coran. C'est donc possible?

Selon le Coran, un voleur doit être puni par l’amputation d’une main. Impossible de rejeter ce qu'a prononcé Allah. Alors, le professeur imagine, comme d'ailleurs son frère Hani - et comme dans le cas de la lapidation -, que ces peines sont assorties de telles conditions –en l’occurrence une société juste et éduquée - qu'elles sont "inapplicables".

Dans une société juste et éduquée, les amputations seraient donc applicables… et acceptables?

En tout cas, ces châtiments gardent toute leur importance par l'enseignement qu'ils transmettent: "La fornication et l'adultère sont des choses très graves devant Dieu, de même que  sur  le plan social", affirme Tariq Ramadan.

neyrinck.jpg

A ce moment, ô surprise, Jacques Neirynck insiste (surprise, parce que tout au long des pages, il exprime son admiration pour la religion de son interlocuteur et ne manque pas une occasion de déconsidérer nos sociétés): est-ce que la peine de mort pour adultère est inscrite dans la charia? Tariq Ramadan ne peut le nier. Mais il existe, rassure-t-il, des divergences importantes entre savants "quant aux modalités de ce respect et à la latitude  d'interprétation et d'adaptation".

Mais la liste des discriminations n’est pas close : lorsque des couples mixtes dont le mari est musulman se séparent, la garde des enfants revient selon le "droit islamique" au père. Jacques Neyrinck évoque les drames de ces mères auxquelles on enlève leurs enfants et à qui souvent, le droit de visite est refusé. Tout cela est beaucoup moins choquant lorsque l’on connaît l'islam, justifie Tariq Ramadan. Mais il ne faut pas que les hommes abusent!

Comment les en empêche-t-il ? Mystère.

L'interviewé exprime cependant le souhait que les travailleurs sociaux, juges et tribunaux occidentaux rectifient leur fausse vision de l'islam qui les "poussent à donner plus vite crédit aux dires des femmes."

"L’islamologue" fait résonner des phrases similaires à celles que l’Église chrétienne utilisait pour justifier la subordination desdites femmes: "le principe, dans le mariage, est l'égalité des êtres et la complémentarité des rôles et des fonctions".  La différence de fonction, c’est que l'homme entretient la famille et que la femme élève les enfants. Mais celle-ci a, décrète Tariq, un droit absolu à l'éducation et au travail (si sa grande famille lui en laisse le temps).

Tariq Ramadan justifie le droit des hommes à épouser une juive ou une chrétienne (Jacques Neyrinck n'oserait pas imaginer l'éventualité d'une athée), et le fait que "l'inverse n'est pas possible". Il reste donc interdit à une musulmane d'épouser hors de sa religion. L'islamologue confirme aussi l'interdiction de l'homosexualité. Mais il rappelle la grande ouverture du l'islam à propos de la sexualité agréée: dans un couple légal, tout est permis "sauf la sodomie".

Mais pourquoi pas la sodomie?

En analysant les cassettes et conférences du prédicateur, la journaliste Caroline Fourest a fait d'autres trouvailles. Tariq Ramadan conseille aux filles de ne pas participer aux activités sportives, et à ses troupes d’éviter les touchers de paumes mixtes: «Essayez de l’éviter, mais quand on vous tend la main, vous donnez la main.» Il condamne les relations sexuelles  avant le mariage et la présence d'un homme et d'une femme non mariés seuls dans une pièce. Il s'oppose à la fréquentation des piscines mixtes et ceci pour les deux sexes.

Les féministes version islamique

Les féministes islamiques existent. Mais elles  sont sommées de ne pas nous ressembler. Au début de la discussion sur ce thème,  on pourrait pourtant s’y tromper. Tariq Ramadan soutient les musulmanes qui luttent "contre l'archaïsme et l'obscurantisme de leurs sociétés", contre "les discriminations et les mauvais traitements que subissent les femmes tant au niveau du droit que sur le plan simplement physique", ou encore contre des traitements masculins "totalement discriminatoires et inhumains à l'endroit de l'épouse".

Le diagnostic de Ramadan rejoignant le nôtre, on pourrait en conclure que féministes occidentales et islamiques peuvent combattre main dans la main.

Eh bien non, car l'un des cauchemars du prêcheur, c'est que des musulmanes s'inspirent de l'Occident. Penser que "plus une femme est occidentalisée, plus elle est libérée », dit-il à son interlocuteur, c'est une perception "très réductrice", et un des signes de notre impérialisme culturel. Ainsi, Taslima Nasreen, féministe militante obligée de fuir le Bengladesh pour éviter la mort, n'a pas le moindre mérite à ses yeux vu son "discours réducteur et totalement occidentalisé".

Y a-t-il donc un modèle islamique? Oui: "l'évolution du statut des femmes iraniennes a été particulièrement impressionnant" (…) "l'Iran est sans doute l'un des pays musulmans qui a fait le plus de progrès, ces vingt dernières années, quant à l'évolution des droits de la femme (…) L'évolution, lente, pénible, mais réelle, se fait de l'intérieur du champ de référence musulman."

La tolérance face aux mutilations sexuelles n’épargne pas le prosélyte:  "(…) certains savants ont pu parfois faire référence à des dires du Prophète qui auraient laissé une porte ouverte à ce genre de pratique." Notons que le spécialiste de l’islam emploie le conditionnel alors qu’il connaît sur le bout du doigt ses hadiths. Et pourquoi ce prophète que l’on nous affirme si humain a-t-il approuvé ces mutilations? C'est en quelque sorte le signe de son ouverture d'esprit! Il tolérait l’excision "en respect des pratiques culturelles en cours à son époque dans certaines régions de la Péninsule".

Et puisque son prophète a laissé la porte ouverte, Tariq Ramadan ne va pas la refermer : L'islam reconnaît les pratiques culturelles dès lors qu'elles ne s'opposent pas à une obligation ou à un interdit." Explication de texte: l'excision est une pratique culturelle qui n'est ni obligatoire, ni interdite par les textes sacrés, les croyants peuvent donc parfaitement la pratiquer avec l'appui de "certains savants musulmans". Ils sont légions.

En juin 2008, le magazine Foreign Policy a publié la liste des intellectuels les plus influents du moment. Le seul Suisse cité se nomme Tariq Ramadan.  Jean Ziegler, qui a appuyé plus d’un leader totalitaire, se félicite de ce choix qui donne de la Suisse «une image multiculturelle et tolérante».

Vedette toxique des mosquées et des médias

Un rappel tiré du «Radicalisme dans les mosquées suisses».

S’il existe une raison, une seule, qui devrait entraîner le rejet absolu de Tariq Ramadan, c’est qu’il s’acoquine avec un fana­tique tel que Youssef Al-Qaradawi. Et ce depuis une vingtaine d’années. Qaradawi a entre autres souhaité que les musulmans achèvent l’œuvre d’Hitler. En Suisse, les mosquées adorent Tariq et les médias le convoquent à chaque éruption musulmane comme le spécialiste moderniste, de même qu'à la parution d’un nouveau livre. Sa compromission la plus récente est sa cooptation au printemps 2015 par l’Union mondiale des savants musulmans, instance de Frères musul­mans basée au Qatar et présidée par… Al-Qaradawi.

Au congrès de l’Union à Istanbul, Al-Qaradawi a souhaité en guise de testament (il a alors 89 ans) deux actions à mener pour «faire progresser l’Oumma»: d’une part autoriser les femmes à aller prier à la mosquée (sic!), et d’autre part que les musulmans s’engagent davantage dans la propagation de l’islam, surtout que les chré­tiens sont eux «très actifs».

À Istanbul, les savants ont élu le successeur d’Al­ Qaradawi. Ce sera Rached Ghannouchi, autre Frère musulman au sinistre parcours, dirigeant depuis plus de trente ans du parti Ennahdha de Tunisie. De la bonne graine d’islamiste. On trouve encore dans cet aréopage le pionnier de la confrérie des Frères musulmans au Canada, l’hyperactif Jamal Badawi, membre lui aussi de l’archaïque Conseil européen des fatwas et de la recherche.

Bien avant cette prestigieuse nomination, Ramadan avait rédigé la préface du pathétique Recueil de fatwas destiné aux musulmans d’Europe, réalisé sous la houlette de son mentor par ce Conseil européen des fatwas et de la recherche, sommet d'intolérance et de misogynie. En janvier 2012, il a inauguré avec Al-Qaradawi un centre de recherche sur la charia au Qatar, dont il est directeur.

En 2012, il attribue à la France la responsabilité des assassinats de militaires et d’enfants juifs commis par Mohamed Merah. Celui-ci était «un grand adolescent, un enfant, désœuvré, perdu, dont le cœur est, de l’avis de tous, affectueux ( ... ) Citoyen fran­çais frustré de ne pas trouver sa place, sa dignité, et le sens de la vie dans son pays ( ... ) un pauvre garçon coupable et condamné sans l’ombre d’un doute, même s’il fut lui-même la victime d’un ordre social qui l’avait déjà condamné. »

Rares sont ses interven­tions qui n’alimentent pas la rancœur des musulmans français à l’égard de leur pays et de l’Occident.

L’ambition sans limites du petit-fils d’Al-Banna qui voulait imposer au monde musulman sa vision de l’islamisation de l’Occident, le pousse donc à frayer avec les pires enragés de l’islam totalitaire. On cherchera d’ailleurs vainement dans ses œuvres un soutien à ceux qui voudraient purger cette religion de ses sectarismes, tels Abdennour Bidar, Mohamed Arkoun, Abdelwahab Meddeb et tant d’autres. Il préfère en rester à une nouvelle lecture du Coran et des Hadiths qui lui fait découvrir que tout ce que l’Occident a cru inventer en matière de droits de l’homme, des animaux, d’écologie et de pacifisme est déjà contenu dans l’islam. C’est un grand invocateur du contexte lorsque quelque chose le gêne dans la lecture. Ses démonstrations sont assez faibles, mais on imagine que Qaradawi avait d’autres raisons pour le coopter dans l’Union : l’art de la rhétorique et le succès du tartuffe en Occident.

L’islamiste semblait insubmersible. Les mosquées romandes l’adulaient, les médias lui sont restés d’une totale fidélité… jusqu’à la noyade finale.  

Lorsque j’ai lu son livre d’entretiens avec Jacques Neyrinck, je l’ai senti tanguer. Lorsque j’ai lu Frère Tariq de Caroline Fourest, j’ai cru qu’il allait couler. Lorsque je l’ai vu poursuivre son alliance avec Youssef Al-Qaradawi, j’ai pensé qu’il serait démasqué. Rien de tout cela ne s’est produit. Au contraire, les autorités le fréquentent volon­tiers. En octobre 2016, le délégué genevois à l’intégration intervient avec cet invité à la journée annuelle de l’Union des organisations musulmanes de Genève (UOMG) présidée par son frère Hani. Et à la sortie de son dernier livre avec Edgar Morin, la RTS a immédiatement convoqué son spécialiste favori. Ce sera probablement sa dernière prestation.

 

 

 

 

 

12:30 Publié dans Frères Ramadan, Genève, Médias | Tags : neirynck | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook | | |

Commentaires

Neyrinck est un subversif importé de Belgique qui mis sa notoriété à disposition de l'islamologue. J'espère qu'il va rectifier le tir.

Écrit par : Maendly Norbert | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je peine à comprendre Edgar Morin, pour qui j'ai beaucoup de respect.
Qu'est-il allé écrire avec Tarik Ramadan, lui, Morin, dont j'ai tant apprécié la démarche pour donner un langage à la complexité du monde comme fait culturel et psychologique? Alors que le discours de Ramadan, porteur uniquement de certitudes et jamais de doute, est incompatible avec la notion de complexité?

Écrit par : hommelibre | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

edgar morin c'est la mauvaise foi incarnée, il refuse de voir les vrais problèmes de peur de devoir les dénoncer! La sociologie victimaire française dans sa pire incarnation!

Écrit par : dominique degoumois | 08/11/2017

"Dans une société juste et éduquée, les amputations seraient donc applicables… et acceptables?"
Il vous répondra que dans une société juste et éduquée (et donc islamiste) il n'y aura plus de vols et donc plus de voleurs.

"islamologue"
SVP, il n'est pas islamologue, il est islamiste. Il fait du prosélytisme version Frères musulmans qui est une organisation terroriste soutenue par le Qatar.

Écrit par : Mise au point | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

M. Neyrink a également suggéré de ne plus enseigner la mythologie aux classes modestes. Danger, pour raisons d'entendement, en les rendant plus subtiles de les formater ces classes modestes moins manipulables... orientables à souhait.

Retour au plan Kallergi.

Remplacement des uns par les autres avec métissage général.
Cruauté minime mais... quand-même! des futures métis.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

En réponse à nEmo dont le commentaire m'a bien fait rire surtout le passage "on peut sourire en imaginant le frère lapideur qui monte au galetas pour dépoussiérer sa collection de petits cailloux".
Mieux vaut prendre tout ça avec un peu d'humour, l'humeur ne sert pas à grand chose contre ces baratineurs confits en tartufferie. Car je suis prête à parier qu'il va s'en sortir. Les sponsors sont puissants, nos politiques frileux, les zélites trop accrochées à leurs petits égos.

Écrit par : Nina | 10/11/2017

Faut pas charrier.

A la réflexion peut-être que Dieu existe et il y a parfois de bons moments dans la vie d’un islamosceptique. Par exemple, lorsqu’enfin il apprend que le thuriféraire d’un prophète ombrageux et sourcilleux s’est permis quelques coups de canifs dans la Sainte Loi.

Certes, se réjouir du malheur d’autrui n’est pas très glorieux mais, en l’occurrence, cela fait tellement de bien qu’on est prêt à se pardonner beaucoup à soi-même.

Maintenant que le loup est sorti du bois, et je ne balancerai aucun porc dans cette sordide arène, surtout à la veille de la Saint-Martin, maintenant disais-je, on peut sourire en imaginant le frère lapideur qui monte au galetas pour dépoussiérer sa collection de petits cailloux.

PS. Un anagramme de « lapideur » serait « plaideur ». Alors qu’on fasse entrer l’accusé!

Écrit par : nEmo | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

"La vieillesse est un naufrage"

Écrit par : Chateaubriand | 08/11/2017

La prise de position de neirynck est d'une totale indignité!

Écrit par : dominique degoumois | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bien vu Justice! La victime le confirme à visage découvert aujourd’hui dans la TG.

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/j-refuse-daller-mis-mauvaise-note/story/25516227

Écrit par : Mireille Vallette | 09/11/2017

La vraie polémique est: pourquoi les journalistes (et ils sont nombreux) ont couvert, protégé Tariq Ramadan?

Si j'en crois ce témoignage:

https://www.rts.ch/pl ay/radio/forum/audio/temoignage-dune-eleve-abusee-par-un-enseignant-du-college-de-saussure?id=9046660&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Et la notice:

"Elle s'appelle Aurélie et a aujourd'hui 45 ans. En 1988, à 16 ans, elle a cédé aux avances de son professeur de français. Elle a fini par le dénoncer et il a été condamné à huit mois de prison avec sursis et licencié. Aurélie a dû se battre, seule, sans l'aide des autorités scolaires."

Si j'en crois cet extrait de la page Wikipedia:

"Entre 1988 et 1992, il occupe un poste d'enseignant, d'éducateur et de doyen au collège de Saussure, à Genève. (...) Un autre professeur Jean-Michel Olivier affirme que Tariq Ramadan a été renvoyé de son poste d'enseignant du collège mais sans en préciser la raison qu'il semble pourtant connaitre : « Nous avons travaillé dans le même collège et collaboré souvent ensemble. Jusqu'à ce qu'il se fasse virer pour les raisons que vous savez… »."

Tariq Ramadan était professeur de français au collège de Saussure, Aurélie était élève au collège de Saussure, il y a un détournement de mineure au collège de Saussure, 4 ans plus tard "un" professeur de français est dénoncé, condamné et viré. En 1992 Tariq Ramadan doyen (marche-pied pour devenir directeur) "quitte" l'enseignement genevois sans tambour ni trompette. Prière de connecter les points.

Maintenant je m'adresse à Monsieur Cuénod, chroniqueur judiciaire à la Tribune de Genève à la retraite. Une personne comme Tariq Ramadan aurait été condamnée et l'information ne fait pas la une des journaux, ne filtre pas? J'appelle cela de la complicité. Si l'affaire était sortie à l'époque d'autres témoignages seraient sortis et Tariq Ramadan n'aurait jamais eu la carrière de prédicateur-menteur-violeur qu'il a eue. Complicité.

A bon entendeur.

Écrit par : Justice | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les propos de J. Neirynck n'étaient pas seulement indignes, ils étaient abjects, infects. Comment oser comparer la situation des musulmans d'aujourd'hui avec les juifs dans l'Allemagne nazie? Et prétendre que l'islam est compatible avec la démocratie, il faut croire qu'il ne sait pas que la charia est incompatible avec la démocratie et la liberté d'expression selon la Cour européenne des droits de l'homme. Peut-on imaginer l'islam sans la charia?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Honte aux médias, honte aux politiques, à la justice, aux croyants comme Neirynck qui sont à plat ventre devant un beau parleur!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ne nous réjouissons pas trop tôt. En voyant la mobilisation (radios, TVs, avocats, etc.) en sa faveur et l'habileté de pratiquer la langue de bois, il serait encore possible que le procès soit fait aux victimes. Heureusement que nous ne sommes pas (encore) soumise à la charia qui obligerait les victimes de trouver quatre témoins. Tout ce que l’on peut espérer est que cet individu soit enfin mis hors d’état de nuire.

Écrit par : Norby | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis indignée des propos tenus par Neyrinck lors de l'émission Infrarouge, s'appitoyant sur la suite de la carrièrre de Ramadan, et pas un mot sur les victimres!

Écrit par : D.Muller | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Dans la TG d'aujourd'hui: "Ses avocats y ciblent notamment l'essayiste Caroline Fourest, cette dernière ayant récemment déclaré dans les médias avoir été en contact depuis 2009 avec trois femmes se présentant comme des victimes de Tariq Ramadan, dont la plaignante auditionnée mercredi."

Il suffit donc de dire qu'on a été en contact avec des victimes de TR pour se voir attaqué(e) en justice. Et après on s'étonne que les victimes hésitent à sortir au grand jour!

TR veut aussi attaquer ses victimes pour diffamation et calomnie. Alors que le collège de Saussure avoue avoir été au courant et que plusieurs commentateurs ont dit que c'était un secret de polichinelle.

La seule explication à la veulerie des politiques, des médias et des Thévoz & consorts est qu'ils ont reçu des menaces. Et quand on sait ce qui est arrivé à Charlie Hebdo, on ne prend pas les menaces à la légère.

Oh! Brave (new) World that has such people in it! (Shakespeare, The Tempest - on est en plein dedans!)

Écrit par : Arnica | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Du jamais vu la une du "Courrier" consacrée à cette "l'affaire tariq ramadan", là les responsabilités devront être endossées par tous les responsable! Que les affaires de pédophilie soient prescriptibles en Suisse est une honte de plus pour notre justice, qui ne favorise et ne protège que les délinquants! A nous de faire changer tout ça ses prochaines années!

Écrit par : dominique degoumois | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Que maître Bonnant, qui est très ouvertement "islamophobe" (il le dit ouvertement dans l'émission "infrarouge" que l'on trouve sur youtube!) puisse défendre tariq ramadan est inacceptable, c'est la volonté de continuer par jeu diabolique, à terroriser les victimes, dont le nombre risque bien d'exploser ses prochaines semaines! La peur doit être dépassée par toutes les victimes et leurs familles, pour que la justice genevoise, soit obligée de faire pour une fois son travail dignement!

Écrit par : dominique degoumois | 09/11/2017

Répondre à ce commentaire

Qu'est ce qui se passe quand cette religion arrive ? ( Liban, ...) Catastrophes. NON à cette oppression. Ok les filles ne tombez pas dans le panneau. Les gars aussi. ATTENTION à la séduction ... MERCI

Écrit par : Sylvie RG | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Tarik Ramadan s'est fabriqué un piédestal et a jouit d'un terrain de prédateur de vierges sur le terrain de leurs propres croyances islamiques. J'invite les autorités suisses à s'interroger sur leur rôle soutenant cette même dominance de prédicateurs islamistes, immams & autres salariés associatifs enseignants musulmans, en pouvoir sur vierges effarouchées. Tarik Ramadan & frères & consorts usent des mêmes mécanismes connus, appliqués entre autres par gourous-tueurs de masse aux US. TR n'est pas qu'un individu dominant prédateur sexuel aux habitudes ancrées depuis plus d'une dizaine d'années, son profil a tout du violeur en série qui en d'autres circonstances se développe en prédateur-tueur en séries.

Écrit par : Divergente | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

À mon humble avis, la prétendue "affaire" Ramadan n'en est pas une. Le véritable problème, c'est le comportement des femmes et les nippes qu'elles portent.

Tariq Ramadan est l'exemple type d'un arbre qui porte des fruits. Et comme le dit le proverbe: «On ne jette des pierres qu'à l'arbre qui porte des fruits». Or il se trouve précisément que l'éminent islamologue suisse est en ce moment l'objet d'accusations totalement invérifiables émanant comme par hasard toujours du même type de personnes: des femmes occidentales ou des musulmanes occidentalisées dont les tenues vestimentaires (entre autres: épaules nues, top transparents sans soutien-gorge, jeans troués jusqu'au haut des cuisses, micro-shorts laissant apercevoir le bombé des fesses, jeans taille basse + string apparent) sont autant d'exhibitions sexuellement harcelantes envers les hommes. 
Ces agressions permanentes, qui relèvent de l'incitation au viol, doivent cesser.

La seule solution viable consiste à imposer aux femmes une tenue stricte qui n'excite pas la libido masculine. 

La burqa, qui a largement fait ses preuves dans de nombreux pays, est la solution tout indiquée.

J'invite par conséquent nos frères et soeurs musulmans/anes ainsi que tous les sympathisants ou non de l'islam à signer la pétition intitulée «Obligation pour les femmes de porter la burqa sur l'ensemble du territoire suisse» en se rendant sur la page web « http://chn.ge/2zwzBU6 ». 

Il importe en effet de mettre un terme à la décadence des moeurs qui frappe nos sociétés dites modernes en renouant avec les principes pérennes qui sont à la base de toute civilisation.

Nota bene: je ne peux toujours pas utiliser ce blog pour vous faire parvenir des commentaires. Depuis peu, il en va de même avec celui de M. Jean-Noël Cuénod.

Écrit par : Mario Jelmini | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.