10/11/2017

Les jeunes musulmans n’aiment pas les questions qui fâchent

La jeunesse musulmane a une image si positive d’elle-même et de sa religion qu’elle ne comprend pas pourquoi nous résistons à l’imposition de ses rites et de ses marqueurs. Débat à Genève.


 

olivier,alain bittar,omar azzabi

Alain Bittar

Rares sont les espaces qui permettent de poser des questions critiques à des musulmans. Le titre d’un cycle de l’Institut des cultures arabes et méditerranéennes, «Des questions qui fâchent…» était prometteur. Je me suis laissé tenter.

Ce soir-là, la septantaine de participants est censée se pencher sur le thème «La jeunesse arabe et/ou musulmane dans la situation genevoise: situation et défis».

Ce fut un grand théâtre de victimisation avec en rôles titres «l’identité» et «la visibilité» qui passent d’abord par le foulard au travail, puis la reconnaissance du ramadan, les prières, le burkini… Sans ces marqueurs, impossible de se forger son identité. Je n’ai pas osé suggérer que la disparition de la nôtre pourrait être douloureuse. C’est, comme chacun sait, une opinion d’extrême-droite.

Il semble en tout cas que nous faire accepter les rites et mœurs islamiques et se faire reconnaitre comme musulmans soient les défis et les seules ambitions de cette dévote jeunesse. 

Une jeune juriste non voilée a réalisé qu’elle était en milieu discriminant lorsqu’elle s’est posé cette question: «Est-ce que je vais dire à mes collègues que je jeûne?... J’ai eu peur d’être jugée, ou que l’islam soit jugé.» Plus tard, une autre musulmane -à l'esprit critique- remarquera qu’en Turquie, elle ne pouvait pas ne pas porter le voile, ni avouer qu’elle ne faisait pas le ramadan, sous peine de graves ennuis.

Notre juriste compatit avec de nombreuses femmes de sa connaissance «très compétentes»  qui ne trouvent pas de travail à cause du voile. «On les empêche d’exercer un droit fondamental.» Pour elle, ce foulard est une question d’identité. Elle pense à le porter un jour «si Dieu le veut».

«On me renvoie constamment à mon foulard!»

Une future travailleuse sociale, voilée et aux amples vêtements, est depuis peu monitrice dans une maison de quartier. «On me renvoie constamment à mon foulard! C’est un traitement différent des autres; je n’ai pas le droit de mettre un certain type de maillot de bain, on me demande de servir au bar alors qu’on sait que  je suis musulmane… Comment dans ces conditions apprendre aux jeunes à respecter la différence et la construction de notre identité?»

Pour beaucoup, il faut «démystifier l’image de la femme voilée qui est une femme normale». La réussite passera par «davantage de visibilité dans le monde professionnel.» La visibilité comme l’identité, ces jeunes y tiennent beaucoup.  Hugo Lopez, un intervenant non musulman qui fut longtemps éducateur de rue, y tient aussi: «J’emmène des jeunes en Afrique pour qu’ils trouvent leur identité. Certains sont revenus aux coutumes de leur pays…le respect de la mère… Ils sont revenus à la religion parce qu’on en parlait autrement qu’on en parle en Suisse.»

Omar Azzabi est Tuniso-Suisse, non-pratiquant et blogueur dans la Tribune de Genève. Il a adhéré aux Verts et deux ans plus tard s’est présenté aux élections communales. Score honorable, mais pas élu… ce qui l’a fait plancher sur la  discrimination en politique. «Vous avez 14% de chances de plus d’être élu si vous avez un nom d’origine suisse.»  Bon, ça ne parait pas dramatique. Mais en plus, les musulmans se heurtent à un «plafond de verre»: on en élit un nombre acceptable dans les conseils municipaux, moins dans les parlements cantonaux, encore moins au niveau fédéral, etc. Une discrimination à laquelle s’en ajoutent d’autres, sans compter des sondages aux résultats désagréables pour les adeptes de sa religion, et tout récemment un carré musulman vandalisé.

Les remèdes? «Il faut normaliser la présence des arabo-musulmans dans la politique et les médias: leur visibilité n’est pas assez forte. Dénoncer et faire condamner les actes islamophobes et racistes: la norme pénale antiraciste n’est pas assez forte… » (un conseiller municipal a prononcé le mot «nègre » et n’a pas été condamné). Pour lui, il faut s’engager en politique, toujours en tant qu’arabo-musulman, «quel que soit le parti». J’avoue avoir quelques préventions à ce que ce genre de personnages cassent le plafond de verre.

Les médias en ont pris pour leur grade tout au long de la soirée. Normal, ils sont responsables de l’image négative de l’islam.

«Je suis contre la burqa, mais je me battrai pour elle!»

Question burqa, Azzabi a le raisonnement tordu habituel: le problème n’est pas ce symbole honteux que seule sa religion promeut. Le problème, c’est l’UDC et tous ceux qui s’apprêtent à voter son interdiction. Ce qui donne ceci : «Je suis Tunisien séculariste, anti-burqa… De la connaissance que j’ai de l’islam, elle n’est pas islamique. Mais je vais devoir la défendre! Parce que c’est un débat qui va stigmatiser les musulmans… encore une fois les montrer du doigt, donner un peu  plus d’espace aux partis d’extrême-droite.»

 

olivier,alain bittar,omar azzabi

Omar Azzabi

Question stigmatisation, je confirme: je n’arrive pas à comprendre que toutes ces communautés soient favorables à ce symbole. Je ne comprends pas qu’elles n’aient pas été unanimes à le condamner. Il y aurait eu un bref débat, une votation au parlement et pas de stigmatisation. Et cette capacité à se remettre en question aurait insufflé un peu plus de confiance et d’acceptation de l’islam.   

Après 1heure 30 d’écoute attentive, je décide de rompre la plaintive harmonie et de poser quelques questions qui fâchent: «Vous parlez de vous et de l’islam comme s’il n’existait qu’en Suisse. Ici, les musulmans sont pacifiques, et ceux qui ne partagent pas vos points de vue sont donc racistes, discriminants, etc. Or, nous, nous voyons ce qui se passe au nom de l’islam ailleurs. Toutes ces atrocités, toutes ces législations discriminatoires…

«Vous pourriez vous mettre à notre place … lorsque nous voyons que plus un mouvement est radical plus il couvre le corps des femmes, nous nous demandons ce que signifie le foulard… Là-bas il est liberticide, ici ce serait la liberté. On ne sait même pas pourquoi les femmes doivent le porter et pourquoi les hommes ne portent rien de particulier: c’est une discrimination qui nous est incompréhensible… Et pourquoi tant de gens se réclament de l’islam pour commettre tant de crimes?…  J’ai lu le Coran et j’y retrouve des composantes de ce qui se passe là-bas. Pourquoi nous répond-on systématiquement ça n’a rien à voir avec l’islam? L’islam d’ici, qu’est-ce que c’est?

Crac, crac… l’hôte de la soirée Alain Bittar, gérant de la Librairie arabe de Genève, descend l’escalier de bois depuis son bureau, très fâché. « Ça fait 38 ans que je tiens un espace culturel où se retrouvent beaucoup de musulmans. Je suis un chrétien d’Orient et je n’ai jamais eu le moindre problème. Nous parlons de gens qui vivent à Genève, qui partagent leur vie quotidienne avec la population suisse.  Que l’islam n’ait pas une belle image, je veux bien le croire, mais cette image est terriblement faussée par les médias en fonction de la politique internationale.

Quand je suis arrivé à Genève, je venais du Soudan. Qu’est-ce que je n’ai pas entendu sur les chrétiens du Soudan qui se faisaient massacrer par les musulmans! J’ai encore de la famille là-bas, ils vivent très bien, ils sont très heureux…

«La géopolitique internationale fait qu’aujourd’hui on stigmatise énormément UNE population. Or dans le monde, ce sont souvent des musulmans qui se font tuer par d’autres musulmans, la majorité des gens qui se font tuer par le terrorisme ce sont des musulmans… On ne peut pas aborder un débat comme celui de ce soir en essayant de prendre l’image qu’ont les musulmans au niveau de la planète parce que… c’est faux. Les musulmans qui vivent à Genève, ce ne sont pas ceux qui sont en train de tirer  sur d’autres populations. Je pense qu’il y a un dérapage qui est facile, des sortes de manipulations idéologiques dont on peut s’abstenir dans des discussions comme celle-ci. »

L’assemblée rassurée reprend son cours.

Après un moment, un peu fatiguée par cette interminable soirée, je m’en vais. On me racontera la suite.

Nadia, Tunisienne regrette mon départ. Pour elle, j’ai symbolisé toute les crispations qu’il y a autour de la question de l’islam. «En Tunisie, ces débats sont les mêmes. Cette dame a raison, on évolue dans un contexte, il y a des choses qui font peur aux gens… Les agresser alors qu’ils font l’effort de venir, de s’intéresser … On peut leur expliquer calmement...»

Azzabi n’a semble-t-il aucun regret. Notre Vert informe l’assemblée que «Madame Vallette écrit un blog fasciste, voire raciste!»

Revenons-en au point de départ: « Les jeunes arabes musulmans vivent-ils une particularité dans le contexte actuel?» Quelques éléments de réponse.

Chers jeunes musulmans, voici quelques-unes de vos particularités et de nos défis

  • Vous exigez avec une suffisance rare de changer en profondeur notre société: supprimer son caractère séculier pour introduire des mœurs religieuses, par ailleurs très conservatrices: des foulards, des burkinis, des burqas, des prières, des rites (ramadan), le refus de serrer la main de l’autre sexe, la non-mixité dans vos mosquées, la fermeture aux non-musulmans.

  • Ne pouvez-vous comprendre que des citoyens, nombreux, s’opposent à ce bouleversement? Qu’ils attendent sur ce sujet des réponses plutôt que des insultes?

  • Pourquoi voulez-vous à tout prix porter ou soutenir ce foulard et ces vêtements amples ou informes? Ils ont toujours symbolisé dans l’islam l’asservissement des femmes. Ils le symbolisent encore aujourd’hui, et chaque fois qu’un pays se radicalise, l’extension du port du voile en est un signe. Ne pouvez-vous imaginer que la prolifération de ces marqueurs vestimentaires nous envoie un signe de complicité avec ces radicaux?

  • Mesdames, accepteriez-vous d’épouser un non-musulman sans qu’il soit obligé, comme c’est la règle aujourd'hui comme hier, de se convertir à l’islam?

  • Pouvons-nous savoir pourquoi votre dieu impose une telle contrainte aux femmes (se couvrir, y compris les cheveux) et rien d’équivalent aux hommes?

  • Pourquoi tant de crimes au nom de l’islam? Pourquoi tous les pays musulmans (hors la Tunisie… devenue laïque) sont-ils régis par des lois inspirées de la charia qui discriminent les femmes, traquent les minorités religieuses, usent de violence contre les opposants à votre religion? Votre islam à vous, de quoi s’inspire-t-il?

Votre refus de répondre à ces interrogations promet une méfiance croissante et des conflits sans fin.

 

15:11 Publié dans Genève, Manifestations, débats, Voile, niqab, etc. | Tags : olivier, alain bittar, omar azzabi | Lien permanent | Commentaires (40) | |  Facebook | | |

Commentaires

L'islamophobie n'est pas seulement un droit, mais un devoir.
Marc Bonnant (après le premier attentat contre Charlie Hebdo)
Et il a fichtrement raison.

Écrit par : Géo | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

En même temps, c'est lui qui va assurer la défense de Tariq Ramadan, donc.. je ne sais pas si c'était la citation la plus pertinente à placer !

Écrit par : André | 10/11/2017

tariq ramadan a pris marc bonnant comme avocat, parce qu'il est préférable d'obliger son pire ennemi à être de son côté, c'est une vraie stratégie guerrière! Sauf que là il semble qu'un tsunami genevois va prendre la défense des victimes, vous savez celles que marc bonnant veut "débusquer", et ça, ça va à coup sûr, changer la donne!

Écrit par : dominique degoumois | 10/11/2017

Effectivement les musulmans refusent de répondre à beaucoup d'interrogations. Ceci est parfaitement résumé dans une citation de M. Salman Rusdie :

"Tous les musulmans devraient s'interroger pour comprendre pourquoi la foi qu'ils aiment à produit autant de mutants."

Écrit par : Boccard | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Si votre hôte, qui a des cousins au Soudan, le dit, c’est que c’est vrai : il n’y a aucun massacre au Soudan, Omar el-Béchir sera bientôt prix Nobel de la paix (au cirque surréaliste de l’Onu, tout est possible) et les Janjawils organisent des tours de poneys pour les enfants chrétiens.
Quand en finirons-nous avec les idiots utiles de l’islamisme, les champions du déni et autres ravis de la crèche ?

Écrit par : דוב קרבי dov kravi | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je suppose que ces jeunes ignorants ne connaissent pas la vie de Mahomet, ses guerres, ses femmes, ses versets guerriers et son obsession à tuer le mécréant.

Je suppose que ces jeunes ignorants ne connaissent pas la religion de leurs ancêtres. Il y avait d'autres dieux avant Mahomet.

Je suppose que ces jeunes ignorants n'ont jamais lu l'histoire de la civilisation de Will Durant.

Je suppose que ces jeunes ignorants ne savent pas que les hommes ont créé des millions de dieux tous différents les uns des autres, animal, mi-animal, mi-homme..

Écrit par : Noëlle Ribordy | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

La religion n'est pas une question d'identité mais d'état d'esprit.
"Coeurs sclérosés!" s'exclamait, selon les évangiles, Jésus.

Nous souhaiterions que nos autorités soutiennent "avec fermeté et détermination" nos libertés ainsi que nos acquis sociaux

Statut des femmes compris.

Nous ne pouvons pas accepter une idéologie faite de suffisance et de fermeture à tout ce qui ne s'appelle pas islam.

Pour nous chrétiens la "conquête" est individuelle concernant soi-même.
Objectif, comme dit Matthieu Ricard (chrétiens, nous pouvons fort pencher côté bouddhisme): "Devenir une meilleure personne"!
Sans foulards, barbes ou autres accoutrements.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Mireille, très bon article, partagé.
Comme je l'ai commenté sur Facebook, les jeunes musulmans sont aussi conditionnés et fanatisés que les vieux et en plus n'ont pas le recul de l'âge ni la sagesse de certains adultes qui sont parfois capables d'une certaine réflexion...

Écrit par : Laurent | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les musulmans ont raison. Il est temps que la Suisse, pays qui applique les Droits de l'homme, oblige les patrons à créer des emplois offrant un mois de vacances (payé cela va de soi !) supplémentaire pour pouvoir faire le ramadan sereinement, des espaces de travail ouverts où une employée voilée (cela va aussi de soi) n'aura jamais la hantise d'être seule avec un homme et des emplois où ils n'auront jamais à servir de l'alcool à un invité et encore moins un sandwich au jambon. Bien sûr, il leur sera aussi proposé une salle de prière, avec le temps nécessaire (payé aussi) pour les faire si c'est pendant les horaires de travail, sans oublier une mini douche pour les ablutions (pieds, etc.) avant. J'oublie peut-être encore deux trois choses mais je ne doute pas que les musulmans lisant ce forum pourront compléter...

Écrit par : Sonia | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

J'adore cet humour! Mais bientôt sera-ce encore de l'humour ou déjà...

Écrit par : Mireille Vallette | 10/11/2017

Dialogue impossible entre ceux qui ont lu l'histoire des religions, et eux qui ne vivent que dans l'islam absolue! Il y a eu un avant l'islam et ça déjà c'est trop pour eux! Dans nombre de pays musulmans pour laver l'honneur de la famille on tue la femme violée, mais pas le violeur, comment peut on s'accommoder d'un tel acte?

Écrit par : dominique degoumois | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

"Pouvons-nous savoir pourquoi votre dieu impose une telle contrainte aux femmes (se couvrir, y compris les cheveux) et rien d’équivalent aux hommes?"

Comment avancer une telle énormité ?

Si les messieurs subissaient des horreurs équivalentes à celles imposées aux femmes, l'islam deviendrait-il plus juste, plus fréquentable ?

Est-il nécessaire d'en dire davantage ?

Écrit par : KANDEL | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Le simple fait de nous demander qu'elle doit notre attitude face à l'islamisme est déjà en soi une faiblesse. L' idéologie totalitaire progresse précisément là ou le doute s'installe. Face à l’obscurantisme notre manière scientifique de penser nous rend paradoxalement vulnérables. Les islamistes l'on bien compris et n'ont de cesse de nous forcer sur le chemin que nous avons nous même tracé et qui conduit à la disparition du savoir au profit du croire.

Écrit par : Maendly Norbert | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Comment se fait-il qu'on n'entende jamais que les geignements des musulmans?
Pourquoi les asiatiques ne se plaignent-ils pas de ne pas pouvoir construire des pagodes dans chaque commune? Où sont les sikhs qui se plaignent d'être discriminés au travail à cause de leur turban et de leur couvre-barbe? De quoi se plaignent les sud-américains? De ne pas avoir assez de soleil?

Franchement, puisqu'ils souffrent tant chez nous, le mieux serait qu'ils aillent s'installer dans des pays où les femmes voilées peuvent travailler (Somalie, Soudan.....), où aucune croix ni petit Jésus ne leur font mal aux yeux (Arabie Séoudite, Iran....), où ils ne risquent jamais de voir un jambon etc... Toutefois, si ces dames veulent aller à la plage en burqini, elles éviteront de préférence l'Algérie. Le burqini est certainement le bienvenu sur les plages des Emirats.

PS: pourquoi n'entend-on plus parler du burqini?

Écrit par : Arnica | 10/11/2017

Répondre à ce commentaire

Croire n'est pas incompatible avec savoir... Teilhard de Chardin entre autres.
Teilhard particulièrement mal vu et traité par l'Eglise catholique en son temps.

Il est scandaleux d'imposer aux simples croyants musulmans de ne pas interpréter eux-mêmes le coran.
Ils doivent s'adresser à l'imam!

S'il y a révélation divine, prenons au mot, ne s'adresse-t-elle pas à chacun de nous en sa propre existence, vécu comme ressenti?

Pour les Juifs du vécu du Christ, Dieu était local, non individuel pour les Sadducéens arrogants détestés du peuple et universel et individuel pour les Pharisiens gens éclairés et tolérants.
La hargne évangélique les concernant donnant à penser qu'en réalité Jésus était un Essénien lesquels critiquaient les pharisiens (Evangile essénien de Jésus Bordeaux-Szekely)

C'est ce que nous avons fini par comprendre côté chrétien... partiellement mais il aura fallu du temps.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ca se passe certes en France, mais nous en avons déjà eu les prémices sur la place de la Navigation, il y a qq temps:
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/11/10/01016-20171110ARTFIG00332--clichy-les-elus-battent-le-pave-contre-les-prieres-de-rue.php

Comme quoi, ils sont vachement persécutés, mais le respect de la loi, c'est pas pour eux - autrement dit, ils savent parfaitement qu'ils ne risquent rien de la part des autorités.
Et évidemment, on ne peut pas s'attaquer à des personnes pieuses qui ne font que prier de façon innocente et innofensive, n'est-ce pas?

Une guerre civile est imminente en France

Écrit par : Arnica | 11/11/2017

Répondre à ce commentaire

Mireille Vallette,

Mon commentaire précédent concernait la religion car je souhaitais exprimer une appréhension.
J'y viens.

Selon le coran la plupart d'entre nous, mécréants, sommes condamnés à brûler en enfer comme annoncé par le prophète Mahomet dit "sous inspiration divine".

Or Stephen Hawking célèbre physicien ainsi qu'héros pour la manière, le talent, l'art dont il surmonte son handicap annonce pour 2600 que la terre ne sera plus qu'une énorme boule de feu, je venais de le découvrir, hier, et qu'il faudra que nos descendants aient réussi à s'installer en d'autres "maisons" dans l'univers.

Etant bien entendu que par manque de moyens techniques, intellectuels ou économiques tout le monde ne partira pas.

Comment fera-t-on accepter une telle condamnation à rôtir en et par cette boule de feu?

Réponses commodes, pratiques:

- Nous partons en pionniers et reviendrons vous chercher aussi tôt que possible.
- Enfer annoncé "mérité" par le coran.

Bonne journée.





Risque de trouver en le coran l'annonce d'un tel enfer.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/11/2017

Répondre à ce commentaire

"Contrôle social réciproque" (on dit aussi "le bled") : ils se montent le coup entre eux, dès qu'ils sont entre eux ; c'est d'ailleurs dans le Coran ("meilleure communauté, vous dîtes le bien, interdisez le mal").
La première fois que j'en ai eu conscience nette fut en discutant à Paris avec un touriste arabo-musulman (comme avec quiconque ayant potentiellement quelque chose d'intéressant à m'apprendre sur ci ou ça). Survient un autre touriste arabo-musulman lambda, et là l'attitude du premier devient beaucoup plus insipide et neutre, et les 2 s'y calent et semblent devenir les mêmes.
Quant au libraire qui joue l'étonné, faudra-t-il lui faire produire un tableau croisé Excel (clients-musulmans / titres-achetés / recettes-relatives), pour l'entendre dire "hum, hum", tel Archimède dans son bain ?

Écrit par : peplum | 11/11/2017

Répondre à ce commentaire

il est quand meme evident que le role d'une societe est d'etablir une structure qui permet (au moins) sa survie, sinon son expansion. (inevitablement au detriment de l'individu, qui lui est de toute facon perissable).
dans ce sens, notre societe capitaliste (l'argent ayant largement remplace tout autre etalon) ne propose rien, puisque au contraire (et on le constate de plus en plus) c'est une course au sauve qui peut, chacun essayant de se remplir les poches (evidemment au detriment de l'autre).
Donc n'importte qui peut faire le simple constat, qu'il est plus facile de supporter des regles coercitive qui vous font partager une identite, que de supporter des contraintes qui perdent de plus en plus leurs sens, tout en constatant une envolee des injustices (preuves si il en faut,que le systeme ne fonctionne pas) . Les juifs et les musulmans ont compris cela depuis longtemps, les chretiens luttent encore tant bien que mal.
La vraie problematique ici , est que les deux raisonnments ne peuvent deboucher que sur le conflit total.
il est clair que notre societe ne peut lutter que par le totalitarisme (il n'y a qu'a voir ce qui se passe aux etats-unis) et que cette perspective est a terme pas plus attrayante que ce qui est propose dans l'autre camp.
Le communisme ,tentative pour remplacer la religion , aurait pu proposer une solution, mais il a miserablement echoue (mauvaise periode).
Le nationalism pourrait etre une solution (voir par exemple les pays de l'est) mais c'est tres demode et particulierement generateur de conflits.

Écrit par : bill | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bill,
Je ne suis pas sûre d'avoir compris où vous vouliez en venir mais je suis sûre d'une chose: tout le monde - athées et croyants - aime l'argent ! A ma connaissance, les riches musulmans d'Arabie Saoudite, du Qatar et d'ailleurs préfèrent dépenser leur argent pour mener une vie de luxe (grosses voitures, appartements somptueux, bijoux, vacances en Suisse !, etc.) que pour aider leurs compatriotes dans la misère.
D'autre part, il est bien plus facile pour des dirigeants de gérer leurs peuples en leur faisant croire qu'ils bénéficieront de tout le luxe, confort (voire houris !), etc., après leur mort (cf. la description du paradis dans l'islam) que de devoir leur assurer une belle et riche existence terrestre. De plus, la crainte chez le peuple de mal se conduire sur cette terre et par conséquent de devoir faire un séjour en enfer, permet à ces dirigeants de diriger leurs populations encore plus tranquillement, d’autant plus que ces dirigeants s’assurent que leurs ouailles n’aient jamais accès à la connaissance et la liberté de penser qui leur permettraient de se libérer de ce joug (internet permettra peut-être faire un peu bouger les choses mais ne rêvons pas trop).
C'est pourquoi, hélas, les dictatures religieuses sont promises à un bel avenir, à l’inverse des dictatures « terrestres » communistes (pour info, je ne suis pas communiste...).

Écrit par : Sonia | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Quelques exemples de richesses musulmanes:
Le Mall of Switzerland, qui vient d'ouvrir près de Lucerne: 450 millions investis par les Emirats
https://www.tdg.ch/economie/Un-temple-de-la-consommation-a-Ebikon/story/24577614

Un milliardaire égyptien construit des palais à Andermatt
https://www.tdg.ch/suisse/Andermatt-renait-a-coups-de-millions/story/23378205

Il y a aussi ce complexe hôtelier qui fait 1km de long, je ne sais plus où, mais il me semble que c'est aussi un multimilliardaire arabe qui l'a financé.

Et chacun sait qui fait vivre les bijouteries de la rue du Rhône. Ces gens-là sont très charitables, en effet, il n'y a qu'à voir tout ce qu'ils font pour venir en aide à leurs frères qui viennent se réfugier en Europe ;-)

Écrit par : Arnica | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

" Un milliardaire égyptien construit des palais à Andermatt "

Ce milliardaire, Samih Sawiris, est effectivement Égyptien, mais n'est pas musulman, il est chrétien copte ...

C'est l'exception qui confirme la règle ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 12/11/2017

Appelez votre cochon Tarik, comme Gilles Surchat. Une nouvelle plainte pour Bonnant ?


http://www.rts.ch/play/tv/26-minutes/video/linvite-de-la-redaction--gilles-surchat?id=9078081&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da.

Écrit par : Pascal Legendre | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

"le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Cette citation d'Albert Einstein me semble coller assez bien à la situation de l'islam : une minorité de musulmans purs (l'adjectif n'est peut-être pas bien choisi) et durs agissant dans le but avoué de faire triompher leur vision scélérate d'un monde où les femmes, notamment, ne sont que tolérées (et encore !) et une foultitude de musulmans définis comme modérés qui "regardent et laissent faire".

Cela m'amène à m'interroger sur la raison qui amène les modérés à regarder et à laisser faire. Est-ce par indifférence ? Ils seraient alors grandement coupables de ne pas se poser les bonnes questions. Il est vrai que se poser des questions présuppose que les réponses ne sont peut-être pas celles que l'on veut entendre ! Ils ne condamnent pas ceux qui font le mal mais s'érigent en victimes, ostracisés juste parce qu'ils sont musulmans. Se rendent-ils compte qu'ils sont - d'une certaine manière - la cause et non les victimes - de l'islamophobie.

S'il ne s'agit pas d'indifférence, alors les musulmans modérés doivent impérativement combattre les islamistes. Il faudra sans doute pour cela remettre en cause des principes qu'on veut nous et leur faire admettre comme intangibles.

Je peux parfaitement comprendre qu'il ne sera pas facile à des modérés de faire face à des coreligionnaires "jusqu’au-boutistes" en vue d'une saine exégèse du Coran. Ce n'est qu'à ce prix que l'islam montrera qu'il est une religion "comme les autres".

Écrit par : Michel Sommer | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Michel Sommer @ "en vue d'une saine exégèse du Coran." combien de fois devrons-nous vous dire et vous répéter qu'il n'y a pas d'exégèse possible du Coran, puisque celui-ci a été dans la doctrine musulmane écrit avant l'apparition des hommes (et d'ailleurs, en arabe, ce qui en dit long sur sa véritable nature...).
Non et encore non : l'islam n'est pas une religion comme les autres. Elle est par nature suprémaciste. Ceux que vous appelez musulmans purs et durs sont en fait de bons musulmans qui suivent doctement les principes de leur livre sacré et le reste du troupeau ne le sait que trop bien. C'est ça, le problème...

Écrit par : Géo | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Géo a raison.

"alors les musulmans modérés doivent impérativement combattre les islamistes"

C'est une vue de l'esprit ou un voeu pieux émis par quelqu'un qui ne connaît rien à l'islam.

Il suffit de considérer l'affaire Ramadan. Ce sont d'abord les islamistes purs et durs qui veulent sa peau, car il est trop "modéré". Cf. Lucia Canovi. Un ennemi de moins à combattre. Tant mieux.

Écrit par : Daniel | 12/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas ce qui choque.

Les suisses vous avez ouvert grandes vos portes à l'immigration musulmane, comme d'autres pays européens, vous récoltez ce que vous avez semés.

25% d'étrangers dans la population, une écrasante majorité d'étrangers dans les prisons suisses, et on vient encore dire (la gauche suisse), que le pays n'est pas assez ouvert, pas assez cosmopolite.

Il n'y a pas de pays européens ou l'intégration des musulmans se fasse bien, cela n'existe pas.

Alors soit vous en tirez des conclusions, soit vous continuez à rêver éveillés jusqu'au jour ou vos rêves se transformeront en cauchemar...

Écrit par : kris | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Le comportement des jeunes militants de l’islam s’explique par plusieurs facteurs : fragilisation due au déracinement des parents, parfois aux traumatismes des guerres, recherche d’un coupable (l’Occident dominateur), déception et humiliation de ne pas être acceptés inconditionnellement par le pays d’accueil, tentation de revendiquer des droits puisque tout le monde le fait, manque de respect pour une civilisation elle-même en crise, recherche d’une identité idéalisée.
L’islam joue un rôle de catalyseur. Ceux qui s’y convertissent ou se «redécouvrent musulmans» ont en commun un esprit de revanche vis-à-vis de la société occidentale. Ce ne sont pas des bases saines pour le «vivre-ensemble». À cela s’ajoute le fait que plus l’islam donne la preuve de sa violence partout dans le monde, plus les jeunes se définissant comme musulmans avant tout se sentent blessés par le regard que portent les non-musulmans sur cette idéologie religieuse. Un vrai cercle vicieux.

Écrit par : Laurence | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Affirmer comme Alain Bittar que l'ensemble de la minorité chrétienne du Soudan vit en paix dans ce pays majoritairement musulman est un mensonge grossier. Les chrétiens soudanais n'ont jamais cessé d'être persécuté depuis l'indépendance du pays en 1956. Concentrés dans le sud et alliés aux animistes, ils ont lutté des dizaines d'années pour finalement obtenir leur indépendance en 2011 avec la création du Soudan du Sud. Les chrétiens du Soudan du Nord subissent toujours la terreur d'un régime totalitaire sous influence islamiste dont le président Omar el-Béchir est sous mandat d'arrêt international pour génocide au Darfour.
La minuscule communauté des Libanais chrétiens installés au Soudan échappe peut-être à ces persécutions pour des raisons que je ne connais pas, mais le calvaire des Soudanais chrétiens de souche se poursuit: https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/soudan_nord/

Écrit par : Patrice | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Divisez pour mieux reigner ? Réfléchissez un peu, je vous en conjure.

Écrit par : Pedro | 13/11/2017

Michel Sommer@ Allez consulter le dernier billet de Gowrié. Fait pour vous...
http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2017/11/13/nous-sommes-en-1944-aujourd-hui-287722.html

Écrit par : Géo | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Et Thevoz d'affirmer qu'il n'y a eu aucun massacre de masse envers les Suisses, de la part de musulmans. Et Louxor, pauvre c.... ? Bon, il faut dire que Monsieur n'était pas encore en Suisse en 97 D'ailleurs, j'invite tout à chacun à regarder ce "mise au Point" ou l'on peut constater, que tous partis confondus au niveau du Conseil Fédéral, se sont assis sur nos trente sept compatriotes massacrés
http://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/luxorlenquete-baclee?id=9079927&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

On devrait vraiment leur sucrer leurs 200 tickets annuels, avec effet rétroactif et les traîner en justice. Une belle brochette d'étrons. Et ou sont les célèbres ténors du barreau dans cette affaire depuis vingt ans ?

Écrit par : Laurent Lefort | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Et oui Géo, Gorgui Ndoye censure qui plus est. Surtout lorsque je lui ai fait remarquer que la Oumma n'était pas très solidaire avec les Rohingas,(son article sur le sujet) puisque la Malaisie les enfermait dans des camps de rétentions, et que l'Indonésie coulait leurs embarcations.

Écrit par : Laurent Lefort | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

Voici le commentaire que j'ai envoyé à Décaillet, qui ne le laissera pas passer (mais certaines choses doivent être dites...) :
"Le Proche-Orient, c'est nous." Ben voyons. Nous sommes tous Arabes, n'est-ce pas ? Et bientôt, vous allez nous écrire que nous sommes tous musulmans.
Et surtout, continuez d'avoir la parfaite malhonnêteté de censurer la plupart des commentaires tout en vous lamentant sur votre sort, dans votre précédent billet.

Écrit par : Géo | 13/11/2017

Répondre à ce commentaire

«La jeunesse arabe et/ou musulmane dans la situation genevoise: situation et défis».
Si je faisais partie de cette jeunesse, la première question que je me poserai serait la suivante :
Dans une société laïque. Société qui s’est émancipée au moins dans les services publics, l’éducation, la politique et la justice du religieux, au prix de durs combats, s’il est opportun de me laisser représenter que par des bigots. Des théologiens ou des responsables de mosquées ou de centres culturels islamiques.
Omar Azzabi se dit non pratiquant.
Pourtant, il prétend qu’il se battra contre l’interdiction de la burqa.
«Je suis Tunisien séculariste, anti-burqa… De la connaissance que j’ai de l’islam, elle n’est pas islamique. Mais je vais devoir la défendre! Parce que c’est un débat qui va stigmatiser les musulmans… encore une fois les montrer du doigt, donner un peu  plus d’espace aux partis d’extrême-droite.»
Bref autant s’allumer une clope dans un réservoir d’essence. Plus bête on ne fait pas.
Il ferait mieux d’analyser pourquoi il est non pratiquant. Et la réponse lui sauterait à la figure.
Dieu n’existe pas, et qu’il est idiot de conforter le pouvoir de nuisance et les diktats de ceux qui propagent cette superstition dans une société qui se veut humaniste.
Il paraîtrait que notre nouveau pape nous invite à nous méfier des « fakes news ».
Pour moi, c’est fait depuis longtemps, je suis athée et anti théiste.

Écrit par : Siehl | 14/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ah Geo, qu'il est bon d'être dans le camps des bons et des justes. Et du coup, mettre tout le monde dans le même panier règle le problème : un musulman/une musulmane est une personne à surveiller. Punkt, schluss !

Quant à ma remarque sur une "saine exégèse" du Coran, vous n'en avez sans doute pas bien compris le sens. "Ce n'est qu'à ce prix que l'islam montrera qu'il est une religion "comme les autres". Vous saisissez la nuance ? Vous êtes tellement obnubilé par la justesse de votre propre vision que celle des autres, forcément, est fausse !

Imaginer par exemple qu'il puisse y avoir une fois ou l'autre une brèche dans la lecture du Coran ne vous effleure même pas les neurones. Enfin quand je cite A. Einstein, "le monde est dangereux, non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire", j'y vois, chez ceux qui regardent et qui laissent faire, soit de l'indifférence soit la peur, comme vous le craignez vous-même, d'être victimes des ultras.

Quant à votre lien vers M. Gowrié, il ne m'apporte rien sinon de la tristesse de voir certaines personnes incapables de raisonner car enturbannées (je reprends le mot de Gowrié) dans la haine qui dégouline de partout. Navrant.

Écrit par : Michel Sommer | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas vocation de vous faire changer d'avis, Sommer. Les circonstances se chargeront de nous départager. Les musulmans sont en guerre contre nous et vous ne vous en êtes pas rendu compte. Cela n'a aucune importance.

Écrit par : Géo | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Il est inutile de discuter avec des autistes. Un adage dit qu'on ne force pas à boire un âne qui n'a pas soif.

Lorsqu'on a affaire à des gens comme Michel Sommer et d'autres, on ne peut que penser à la phrase de Louis Ferdinand Céline:

"Pour que dans le cerveau d'un couillon, la pensée fasse un tour, il faut qu'il lui arrive beaucoup de choses et de bien cruelles."

Nous en sommes là aujourd'hui. Les attentats islamiques en Europe ne semblent pas avoir mis les idées de certains d'aplomb. Il semble qu'il en faudra encore bien d'autres pour comprendre ce qu'est la doctrine islamique qui est religieuse ET politique.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 16/11/2017

@Laurent Lefort
"Eh oui Géo, Gorgui Ndoye censure qui plus est. Surtout lorsque je lui ai fait remarquer que la Oumma n'était pas très solidaire avec les Rohingas" Me semble que vous confondez les stratégies de l'Oumma en faveur de l'extension de l'Islam, les géopolitiques en action en l'Asie du Sud-Est, et ignorez tout des rohingyas A savoir que l'Oumma oeuvre en Asie, faux docs, fausses vidéos, fakes photos infos etc, en faveur de ce qui concerne tout ce qui peut contrer ASSK (Aung san Suu Kuyi) et la Birmanie (sujet que je connais un peu), où au contraire l'Oumma fait plus que du témoignage en faveur des peuplades rohingyas - entre campagnes de désinformation, soutiens financiers et formation de djihadistes, stratégies de développements islamistes inter-frontaliers (Inde-Bengladesh-Pakistan-Afghanistan-Birmanie-Chine etc.), que vous semblez ignorer. Idem de votre amalgame avec la Malaisie/ gouvernement malais aujourd'hui en mains des islamistes devenus majoritaires (constitués d'incultes, les malais musulmans composaient depuis des siècles moins du tiers de la population - hindous et chinois, qui jusque là participait au business de la Malaisie) fin XXe. Les islamistes au gouvernement ont éradiqué les chrétiens (générations de portugais mais pas que etc). Où la Malaisie est, après l'Iran, l'exemple de la prise de pouvoir totale et totalitaire, de populations de cultures et religions mixtes, par les islamistes. Et c'est justement ce que la Birmanie combat. - mais il y aurait trop à développer sur tous ces points. Quant aux censures du pseudo-journaliste G Ndoye. L'Asie du sud-est étant un monde hype-complexe pour tout journaliste lambda en nos contrées, me fiche des censures de ce petit fonctionnaire africain détenteur de carte de presse auprès d'1 mission africaine onusienne de Genève (et non mondiale), qui ferait mieux de se préoccuper des problèmes de son pays. Accès bloqué. Ce commentaire est relayé par les bons soins de volontaires. Merci"

Écrit par : Divergente | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Divergente, je ne suis pas certain que nous ayons un point de vue opposé au sujet des Rohingyas et sur les deux pays précités. Peut-être avez-vous mal saisi mon sarcasme adressé à Ndoye (pour lequel nous sommes tout à fait d'accord). Malheureusement, je n'ai pas fait de print screen de ma longue diatribe à son attention.

Écrit par : Laurent Lefort | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.