08/12/2017

Le burkini est porté par des soldates de l'islam

Après avoir introduit en catimini l’autorisation du costume de bain islamiste, le Conseil aministratif doit reculer. La gauche ne comprend pas.


 

 

burkini.jpg

Une mère et ses filles en juillet 2016. Quelques démêlés avec les gardiens.

 

La Ville de Genève avait introduit en douce l’autorisation du burkini dans les piscines municipales dès le 1er septembre. Le quotidien 20 Minutes le révèle le 13 novembre. S’ensuit une levée de boucliers. Le Parti libéral radical dépose une motion au conseil municipal pour réintroduire l’interdiction. Le conseiller administratif chargé des sports Sami Kanaan invoque dans un blog de la Tribune de Genève la non-discrimination, la liberté et l’exclusion. Il conclut que si l’on interdit le burkini, des femmes «renonceront à aller se baigner, résultat absurde et malsain». Pour ne pas dire dramatique! Et il affirme avec tant d’autres que les opposants font le jeu du radicalisme, puisque les femmes soumises aux intégristes ne vont pas se baigner. Il a pris soin de fermer les commentaires.

Au vote, la motion est acceptée. La gauche et les verts (sauf un et deux membres du Parti radical de gauche) ont comme d’habitude voté pour la tolérance et le vivre ensemble. Trois élues opposées à l’interdiction ont été insultées sur Facebook, l’une d’elles a déposé plainte. Dans les réseaux sociaux, les soutiens à ces femmes se sont multipliés.

Pour Alia Chaker Mangeat, cette polémique est du «véritable pain bénit pour les extrémistes dont le fonds de commerce est le rejet de l'autre». Au contraire, selon le radical de gauche Pierre Gauthier, autoriser le burkini, «c’est comme prétendre qu’en mettant des chaînes à des esclaves, ceux-ci pouvaient se promener et être libres».

Mais comment la gauche classique défend-elle cette forme de radicalisme? Le conseiller municipal Pascal Hollenweg nous l’explique longuement dans un post ricanant de la Tribune de Genève intitulé «Le genou de la baigneuse, c’est Verdun!».

Un remarque générale d’abord: la gauche est totalement opposée à l’intégrisme, mais trouve pour chacun de ses symboles toutes sortes de raisons de les accepter. En prenant soin de traiter chaque signe pour lui-même, sans jamais voir quels liens existent par exemple entre tous ces vêtements de dissimulation du corps et des cheveux, les demandes de halal, le traitement spécifique des msulmanes à l’hôpital, l'exigence de faire ses prières à l’heure dite (toutes les moquées indiquent à la minute près quand elles doivent l’être), etc.

Au nom de l'égalité...

Donc, pour ce socialiste, on oblige ces pauvres femmes à découvrir leurs bras et leurs jambes alors que les hommes sont eux libres de choisir leur tenue de bain (occidentales, elles). «…c’est aux femmes qu’on impose en réalité ces normes, pas aux hommes.» Il serait plus logique «que l’on punisse ceux qui imposent à des femmes de s’empaqueter dans une burqa ou de s’emballer dans un burkini, plutôt que ces femmes elles-mêmes » Punir donc les «pères, frères, fils» qui l’imposent aux filles et aux femmes. Et d’ailleurs,les plus radicalisées «ne mettent jamais le bout d’un orteil halas dans les piscines».

La défense de l’égalité entre homme et femmes par l’acceptation du burkni, voilà un argument cocasse! Et puis le burkini, c’est comme le niqab, il y en a si peu. Encourageons celles qui hésitent! Fermons les yeux sur ce qui se passe dans les zones islamisées d’Europe et de France où les femmes ne peuvent plus se promener seules dans les rues ni aller boire un café au bistrot.

Hollenweg considère donc ces femmes -radicalisées mais pas trop- comme des victimes de leurs hommes amarrés à un confortable patriarcat. La réalité, c’est que ces femmes sont capables de réfléchir, que notre société leur offre tous les outils utiles à leur émancipation. Si elles portent un burkini ou des voiles et foulards bien enveloppants, c’est qu’elles adhèrent au discours religieux. Ces femmes envoient leurs petites filles dans les mosquées qui leur font porter très tôt le foulard et d’autres enveloppements. Elles adhèrent à l’apartheid entre hommes et femmes que font régner tous ces lieux de cultes. Elles approuvent dans son ensemble une vision littéraliste et donc obscurantiste de leurs textes. Elles portent tous ces vêtements qui dissimulent corps et cheveux pour imposer les signes de leur inégalable religion, que nous le voulions ou non. Ce ne sont pas des victimes, mais des soldates. Alors, qu’on les prive des symboles d’une religion aux facettes archaïques est parfaitement légitime. Le problème est que cet argument ne peut être dit. Tous les responsables de piscines s’enlisent dans des arguments relatifs à l’hygiène, jamais à la signification profonde de ce vêtement.

A la recherche de l'inventivité socialiste

En Suisse, ce sont les communes qui décident du type de vêtements autorisé dans les piscines. En Suisse romande, Lausanne l’interdit, Neuchâtel et nombre de ses communes l’autorise, Yverdon l’interdit. Des conflits relatifs au burkini ont eu lieu dans les piscines de communes périphériques de Genève, à Vernier (Le Lignon) ou à Carouge.

Pour en revenir à Pascal Hollenweg, quelle est sa solution pour lutter contre l’intégrisme? «Le lieu du combat contre le fondamentalisme religieux et ses avatars politiques, ce n’est pas le genou ou les bras de femmes, mais leur tête et celle des hommes.» Il importe alors de «consacrer un peu plus d’énergie et d’inventivité à dissiper [la servitude volontaire] que celle que l’on perd à la nourrir par des interdictions vestimentaires...»

On attend avec impatience -depuis quelques décennies- la démonstration de l’inventivité des socialistes à combattre l’intégrisme au lieu de le renforcer.

 

La plupart de ces articles paraissent aussi dans dreuz info.

 

14:18 Publié dans Femmes, Genève, Manifestations, débats, Voile, niqab, etc. | Tags : burkini | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Quelqu'un pourrait-il nous dire ce qui se passe en matière de baignade et de piscines municipales dans les pays arabo-musulmans?

- les femmes s'y baignent-elles?
- ont-elles le droit d'aller à la plage ou à la piscine? (elles n'ont pas le droit d'aller voir des matches de foot dans les stades, alors la piscine.....)
- si oui, y vont-elles en burkini? Le burkini existe-t-il dans les pays musulmans?

Etant donné que c'est un vêtement qui doit devenir assez moulant une fois mouillé, j'ai quelques doutes.

Si la baignade et le burkini n'ont pas cours dans des pays tels que l'Egypte, le Nigéria ou l'Indonésie, pourquoi diable nous emmerde-t-ton avec ça?
Les parents musulmans demandent généralement des dérogations pour que leurs filles n'apprennent pas à nager. Alors comment diable veulent-elles ensuite fréquenter des piscines en burkini?

Écrit par : Arnica | 08/12/2017

A lire d'urgence "Soumission" de Michel Houellebecq, tout y est dit. Ce qui est certain, c'est que l'Islam n'est pas soluble dans une démocratie.

Écrit par : Pierre-Dominique Lorson | 08/12/2017

@ Arnica
Je ne suis pas sûre qu'il y ait beaucoup de piscines municipales dans ces pays. Mais à propos de nos restrictions d’habillement, une musulmane observait
dans un site: «Au maroc à la mer, elles peuvent se baigner habiller, et ça ne dérange personne, là-bàs on est ouvert!! d’esprit. »

Écrit par : Mireille Vallette | 08/12/2017

@Arnica
Dans les piscines de pays arabo-musulmans, il n'y a pas de règlement qui interdise ou autorise telle ou telle tenue. C'est la pression sociale (un islam politique qui s'incruste partout) qui oblige les femmes à se couvrir en burkini.

Avec l'augmentation du nombre de musulmans dans nos pays, il ne faut pas traiter les demandes de manière séparé. Comme le présente bien l'article de Mme Vallette. Il faut anticiper et faire les liens entre les demandes, sinon nous laisserons le champs aux extrémistes.

Il y a peu, la gauche prenait la posture de Fadela Amara sur les questions d'islam.... A présent, nous avons des hommes comme Pascal Hollenweg ou Benoit Hamon qui nous expliquent que le burkini c'est la liberté ou encore que les cafés interdits aux femmes sont une tradition ouvrière.

Écrit par : Riro | 08/12/2017

A propos de l'heure de la prière mentionnée dans ce texte, c'est très précis, l'enfer pour qui se trompe de plus de deux minutes. Heureusement, l'horaire est indiqué pour chaque ville du monde, y compris la cité du Vatican, ce dangereux repaire de bédouins pieux. On ne saurait être assez complet.

Écrit par : andré thomann | 08/12/2017

Lorsque nous étions des animaux nous étions "naturels" et connaissions des temps de rut.
On imagine que nos ancêtres leur cerveau se développant en arrivèrent à penser que la dernière fois, en période de rut, c'était super et que c'était bien dommage, en vérité, d'avoir à patienter jusqu'à la prochaine période de rut pour "remettre cela"!

Adam et Eve, si on veut aborder ce récit littéraire de la même tradition mésopotamienne que celle du héros Gilgamesh poussés par le "serpent", la libido, enfreignirent l'ordre naturel des choses

en fait évoluèrent... sortant de l'instinct, du cerveau reptilien, pour passer au cerveau limbique.

Par la force de notre nouveau cerveau, le néocortex, luttons contre les absurdités contemporaines en préservant notre amitié et notre confiance d'hommes à femmes comme de femmes à hommes.

Pour l'heure de la prière, André Thomann, par les évangiles... "(...) ce ne sont pas ceux qui me disent Seigneur! Seigneur(...)!

Par le prophète Osée le Divin nous a fait savoir qu'il "ne veut pas des sacrifices sanglants mais des cœurs repentants"!

Pour ceux qui ne confondent pas le sionisme avec l'Appel d'Abraham... la Shekinah est l'aspect féminin soit la présence du Divin qui correspond à la Shakti de l'Inde.
Un rabbin a dit un jour à un autre que seule la prière à la Shekinah Mère, Saint-Esprit semble concerner l'aspect "avec nous" du Divin.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/12/2017

A la prochaine élection K....n n'aura pas ma voix.

Dans certains pays musulmans, sur les plages, les femmes risquent de se faire vitrioler. Peut-être que nos islamophilolâtres veulent leur éviter ce sort sur nos plages et alentours de piscine?

Écrit par : Olivier | 08/12/2017

Mireille,
Bravo pour votre texte excellent ! Je pense que les hommes et femmes de gauche comme vous, qui osent dire certaines choses sur l’islam, sont très mal vus de la part des journalistes et élus de gauche parce que les choses seraient tellement plus simples pour eux si tous ceux qui ne partagent pas leurs généreuses idées sur l'islam étaient de droite ou d'extrême-droite…
P.S. Pourriez-vous nous indiquer les noms du vert et des socialistes qui se sont opposés à leurs troupes dans ce dossier, afin que nous puissions les soutenir lors des prochaines élections ?

Écrit par : Sonia | 09/12/2017

La verte: Uzma Khamis Vannini.
Les conseillers radicaux de gauche: Pierre Gauthier et Stéphane Guex-Pierre.
Ils sont sur Facebook.

Mais ne vous faites pas trop d'illusions: pour eux je suis (et peut-être vous aussi) une ennemie d'extrême droite. Gauthier par exemple me refuse comme contact sur FB. Sans le dire, simplement en ne répondant pas à mon "invitation".
Pour les élections, la décision va être cornélienne...

Écrit par : Mireille Vallette | 09/12/2017

Merci pour votre réponse. Il est intéressant de noter le nom et la probable origine de la seule femme à s’être opposée au burkini…
Quant à M. Gautier je suis déçue mais pas totalement surprise. Je pense qu’il fait partie de ces gens qui pensent que l’on va pouvoir changer les choses en prenant gentiment les gens par la main et en s'opposant à ceux qui disent quelques vérités gênantes comme vous, mais qui ne veulent surtout pas se mettre à dos l’intelligentsia. C’est grâce à ce genre de personnes et d'attitude que les femmes suisses ont attendu 1971 pour obtenir le droit de vote alors que celles qui se sont battues réellement (les suffragettes par exemple) en ne tuant personne mais en faisant la grève et des manifestations, l’ont obtenu en 1928…

Écrit par : Sonia | 10/12/2017

Monsieur Gauthier,

Vos interventions au CM sont très appréciées même par un centriste comme moi- mais je suis horrifié de lire sur son blog ( est-ce exact?) que vous considéreriez Mireille Vallette comme une militante d'extrême droite, ce qu'elle n'est catégoriquement pas, et vous refuseriez de l'accepter sur votre page Facebook. Si cela est vrai, c'est lamentable. C'est une femme fine et inquiète, en colère aussi. C'est facile de vous faire une virginité en rejetant même le contact avec quelqu'un qui a courageusement dû rompre ses attaches socialistes pour crier au loup- qui est dans la bergerie, hélas.
Merci en tous cas pour votre prise de position sur les piscines au CM.

Bien cordialement
Joël Salzmann - médecin

Écrit par : Joël Salzmann | 10/12/2017

Merci mille fois, j’espère mériter ces qualificatifs.
Les critiques de l'islam obscurantiste ont leurs limite. Ils font très attention à parler d'"islamistes", mais je n'ai jamais compris comment ils distinguent islamiste et musulman intégré. J'avais en son temps tenté l'exercice.Et franchement, ce n’était pas de la tarte! (https://lc.cx/gGfK) Je préfère parler de musulmans pieux.
Ils ignorent la facette intégriste et sexiste de toutes les mosquées, ils rappellent que l'écrasante majorité des musulmans est intégrée (ce qui n'est pas faux, le problème c'est qu'ils ne servent à rien), ils ne touchent pas à l'islam, ils sont progressistes, antiracistes et surtout... de gauche.
Je ne peux régater contre toutes ces vertus.

Écrit par : Mireille Vallette | 10/12/2017

Le mot burkini est une marque déposée. Royalties encaissées par la créatrice du burkini, une musulmane libanaise migrée en Australie Cet ensemble pantalon+robe+cagoule fut créé 2004-2006 dans le but de respecter l'Islam & codes burka/hidjab sur lieux de baignades occidentales. Par une immigrante musulmane libanaise de Sydney. 2006, sa société Ahiida Pty Ltd déposait les mots "burkini" et "Burqini" (http://www.burqini.com/) La création d'une burqua/hihab pour le bain en pays occidentaux, est dixit son auteure elle-même, l'affirmation du rejet des cultures occidentales et le refus de son intégration. C'est dans le cadre d'un tel rejet d'intégration aux "habitudes" occidentales que, détaille sa créatrice en interviews australiennes, lui est venue l'idée du burkini. Cette musulmane libanaise, radicalisée islamiste après ses 43 ans (elle n'avait jamais du travailler) parle de son but: idéologique (vivre facilement, sous la chaleur australienne, dans la pudeur de l'Islam telle que représentée par la burqa et le jijab) et de son "rêve devenu réalité" avec son commerce de burkinis: s'affirmer socio-idéologiquement, afficher sa foi musulmane.
- Cadre de vie australien comparé suisse: éducation gratuite, couverture maladie, sécurité et confort matériel assurés aux migrants, aux non salariés, ouverture d'esprit multiculturel et facilités de vie sociétale de toutes communautés, à Sydney: le tout payé par les contribuables. Pourtant, immigrée à l'âge de 2 ans à Sydney, elle et sa famille avaient bénéficié d'un système social australien extrêmement généreux: toutes couvertures sociales gratos. Le succès commercial de la libanaise a participé à cristalliser l'opinion publique contre l'emprise d'une immigration musulmane prenant trop d'importance.
Chiffres. Australie = 24 mios d'habitants, soit plus du double de la Suisse; dont 500'000 musulmans - à l'égal en Suisse. Le développement de l'intégrisme islamiste, parallèle à une très rapide progression de la religion musulmane (la plus forte croissance de toutes) sur leur sol, ont définitivement "impacté" les politiques sociales des australiens.
Genève: ref. règlementations municipales prises sans base légale -> démentis; En cause: la loi d'aplication (principe de laïcité 2013) reste manquante - texte du PL 11766 en suspens depuis 2015: PL 11766, Projet de loi sur la laïcité de la République et canton de Genève Projet présenté par les députés: Mmes et MM. Pierre Gauthier, Magali Orsini, Salika Wenger, Christian Zaugg, Thierry Cerutti. Date de dépôt : 6 novembre 2015 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Laïcité de l’Etat 1 La République et canton de Genève est laïque, elle garantit la liberté de conscience. 2 Les convictions religieuses relèvent exclusivement de la sphère privée. 3 Tous les organes de l’Etat, la fonction publique, les régies autonomes de droit public et les administrations communales sont tenus d’observer une stricte neutralité confessionnelle. 4 Le port de vêtements ou d’insignes religieux ostentatoires est interdit dans l’exercice d’une fonction étatique ou élective. Art. 2 Des cultes 2 L’Etat ne salarie ni ne subventionne aucun culte, il n’en reconnaît aucun mais les tolère tous dans les limites imposées par la sécurité publique et la paix civile. 3 Dans l’intérêt de l’ordre public, toute célébration de culte, procession ou cérémonie religieuse quelconque est interdite sur la voie publique. 4 Les lieux ou les édifices cultuels ainsi que le personnel clérical ou pastoral qui y est attaché sont entretenus et financés sur une base volontaire par les seuls pratiquants et sympathisants du culte auquel ils sont dédiés. Art. 3 Relations avec les groupes et communautés convictionnels 1 L’Etat peut entretenir des relations empreintes de bienséance et respectant les usages protocolaires avec les représentants des divers groupes ou communautés convictionnels pour peu qu’ils soient organisés corporativement, conformément aux articles 60 et suivants du code civil. 2 Le département présidentiel, en collaboration avec les autres départements compétents, est chargé d’organiser par la voie règlementaire le service d’aumônerie confessionnelle ou non confessionnelle dans les établissements pénitentiaires ou hospitaliers du canton. Le service d’aumônerie pénitentiaire ou hospitalier ne peut recevoir de subventions monétaires de la part de l’Etat. 3 Les dispositions légales permettant la collecte de la contribution ecclésiastique par l’administration fiscale cantonale sont abrogées. etc. cf texte entier: http://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11766.pdf Merci! (accès bloqué)"

Écrit par : Divergente | 10/12/2017

Combien de femmes musulmanes vont à la piscine en bikini ?
Combien de femmes musulmanes ont porté le burkini à Genève depuis l’arrivée de cet habit ?
Pourquoi faire un scandale sur cet habit ? N’y a-t-il pas de problèmes bien plus graves ?
Est-ce que la critique de l’Islam est vraiment rentable pour oublier les innombrables problèmes de la société malade ?
J’ai l’impression que le burkini a tué 500’000 personnes en lisant cet article. Le pire, c’est que vous arrivez à transmettre votre haine aux personnes qui vous lisent.
Vous agissez comme les certains imams terroristes qui propagent leur haine envers leur TERRE D’ACCUEIL (c’est comme insulter ses PARENTS ADOPTIFS). Ils parviennent à propager cette haine, comme vous, Madame Vallette, vous êtes parvenus ou vous renforcez cette haine.

Écrit par : Mensonge | 11/12/2017

"Mensonge" porte bien son pseudo. A moins, bien sûr, qu'il soit stupide au point de ne pas comprendre qu'on est engagé dans un combat POLITIQUE qui nous est imposé par une idéologie importée.
L'islam est bel et bien (enfin, façon de parler...) une IDEOLOGIE POLITIQUE étrangère, totalitaire parce que théocratique! Elle n'est pas portée que par "certains imams terroristes", mais par tous ceux et toutes celles qui la défendent et la propagent au mépris de toute intégration. Celles qui portent le voile partiel ou intégral partout en public, celles qui ne prennent pas la main d'un homme (tout comme l'inverse), celles qui veulent se baigner publiquement en burkini, celles qui demandent des heures d'ouverture réservées aux femmes, entre autres comportements et revendications, sont des provocatrices sans respect pour nous, des militantes islamistes, des djihadistes culturelles donc, comme le dit justement Mireille, des "soldates de l'islam".

S'opposer à une idéologie même hypocritement présentée comme une religion comme les autres, lutter contre les actes et les mots de ses adeptes, est un droit démocratique. D'ailleurs il est aussi légitime de critiquer, de dénoncer et même de combattre une "religion" dans la mesure où celle-ci agit sur nos lois, notre société, notre mode vie, notre culture. Assimiler cette opposition à de la "haine" est parfaitement malhonnête. Et prétendre que Mireille Vallette propage la haine est de la diffamation pure et simple. Un "Mensonge" grossier et un appel à la haine!

Invoquer la liberté individuelle est une hypocrisie venant d'un musulman ou d'un idiot utile islamophile.

Quant à l'argument de la rareté du burkini (ou de la burqa), il est particulièrement spécieux. Il y a peu de néo-nazis, ils sont pourtant poursuivis quand ils se manifestent. Et si un jour burkinis et voile intégral étaient en nombre dans notre espace public, "Mensonge" et autres crypto-islamistes invoqueraient précisément ce nombre pour légitimer le fait accompli et une conquête du "djihad" culturel.

Écrit par : Normandy | 11/12/2017

Le grand silence de toutes les gauches pour tout ce qui de près ou de loin touche l'islam! Les musulmans sont encore une source non négligeables de voix en période électorale! Tel est le vrai problème!

Écrit par : dominique degoumois | 14/12/2017

C`est cela oui... et les oreilles d`ane sont parfois aussi portées par d`autres que les anes.

Écrit par : JJ | 15/12/2017

"...les oreilles d`ane sont parfois aussi portées par d`autres que les anes." C'est cela, oui... notamment par les idiots utiles de l'islam qui portent en sus un circonflexe sans le savoir... D'ailleurs, que savent-ils?

Écrit par : Normandy | 16/12/2017

Je suis de gauche.
Mais je suis de plus en plus sidéré de constater chez nos élus un manque totale de logique.
La plupart sont des intellectuels qui se perdent dans des raisonnements abscons en place de prendre des décisions.
Ils se veulent plus éducateurs que législateurs.
Ils défendent tellement les libertés, qu’ils ne se rendent plus compte qu’ils défendent d’abord celles des oppresseurs.
Or un oppresseur perd sa liberté dans toute société normale.
Certes la liberté de culte et de croyance sont gravées dans notre Constitution.
Or cela ne signifie que :
Tu crois en ce que tu veux.
Tu fais le pitre comme tu veux, seul ou en bande, mais en privé et pas dans l’espace public.
Cette liberté ne concerne que l’adepte.
En aucun sa superstition !
Par conséquent toute revendication au nom de ces stupidités, des calottes, des barbus et des charlatans théistes du livre, doit passer à la trappe !
Deux mille ans de « fake news » et des millions de morts, cela suffit !

Écrit par : Cyan | 18/12/2017

Il s'est passé aujourd'hui quelque chose de vraiment extraordinaire, d'historique: après des années de lèche-bottes de la part des chrétiens de tous poils envers l'islam, l'un d'entre eux ose faire preuve de réalisme et relever les contradictions inhérentes à cette religion de conquête, de guerre et d'oppression de ceux qui ne sont pas des leurs.
"Si l'islam est donc religion de paix, que les musulmans cessent de faire mémoriser à leurs enfants les versets du Coran hostiles aux non-musulmans et qu'ils les abrogent ! On pourra alors commencer à les croire."
C'est un billet dans 24 heures d'aujourd'hui signé Christian Bibollet, coordinateur de l'Institut pour les questions relatives à l'Islam du réseau évangélique.
"qu'ils les abrogent ! On pourra alors commencer à les croire." Et comme on sait tous que le Coran est intouchable, il faut combattre l'islam car il n'y a pas d'autre solution.

Écrit par : Géo | 18/12/2017

Merci Géo, cette tribune est vraiment rassérénante. Bibollet est un homme lucide, qui connait son sujet. Il intervient régulièrement. Cette question du coran qui voue constamment aux gémonies les non musulmans devrait être sans cesse remise sur le métier.

Écrit par : Mireille Vallette | 19/12/2017

Puisse ce texte aider ce pauvre Vincent à sortir de son brouillard intellectuel !

Écrit par : Géo | 19/12/2017

L'Iran devient carrément cool!
http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/12/29/les-iraniennes-qui-portent-mal-le-voile-ne-seront-plus-arretees

"Prévention plutôt que répression" ! Quelle modernité!
Voilà pour le port volontaire du voile par les femmes ;-))

Écrit par : Arnica | 29/12/2017

Les commentaires sont fermés.