18/02/2018

Aumôniers et asile: un leurre bernois

Le Secrétariat aux migrations et le Centre islam et société ont présenté avec joie et fierté le résultat d'un projet-pilote. A l'examen, les couleurs ternissent singulièrement.


Le Temps lance un cri de détresse: «Qui va payer les aumôniers musulmans ?». Le message de la conférence presse de vendredi dernier à Berne a été reçu 5 sur 5!

Un projet pilote d’aumôniers musulmans initié par le Secrétariat aux migrations (SEM) en collaboration avec les Eglises chrétiennes et israélites est en cours dans le Centre fédéral pour requérants d’asile de Zurich qui accueille 300 personnes. Deux hommes et une femme musulmans font leurs armes auprès des nouveaux venus.  

Un aumônier compromis

La trio a été trié sur le volet, mais l’un d’eux est compromis avec le régime d’Erdogan et sa chasse aux partisans de Gülen en Suisse. Il va selon le Secrétariat d'Etat à l'économie démissionner, révèle Michael Meier du Tages Anzeiger.

Mais selon ses initiateurs qui ne disent mot de ce léger problème, le bilan de l’expérience, réalisé par le Centre suisse islam et société (CSIS), est très positif. Les aumôniers se muent en «bâtisseurs de pont» entre notre culture et celle des nouveaux arrivants. Ils les initient à «une compréhension de l’islam à la fois ouverte et humaniste»... A priori, ce n’est donc pas celle de nos nouveaux hôtes?

Un président fondamentaliste

La réalisation du projet a été confiée à l’Association des organisations islamiques de Zurich (VIOZ). Les acteurs de la conférence de presse ont bêtement oublié de rappeler comment son président, Mahmoud El Guindi a été pris la main dans le pot de confiture… moisie.

En novembre 2015, le même Tages Anzeiger révélait qu’un aumônier, imam d’origine albanaise, distribuait dans une prison zurichoise des brochures qui faisaient l’apologie de la charia et de ses châtiments. Son auteur Abdul Rahman al-Sheha, d’origine saoudienne, est un pionnier du mouvement «Lis!» connu pour son extrémisme. Des livres prônent le meurtre d’ex-musulmans, la lapidation des adultères, l’amputation des voleurs…

mahmoud el guindi,belkis osman,vioz,csis,sem

Un autre petit livre saoudien publié par la Ligue islamique mondiale était aussi distribué par l’imam: «Manuel de prière pour les filles musulmanes avec illustrations». C’est le président du Vioz Mahmoud El Guindi qui l’a traduit de l'arabe à l'allemand. On y trouve l’habituelle incontinence des directeurs de conscience: l’obsession de la pureté de ces dames, l'enveloppement des fillettes, la prière à laquelle les femmes peuvent assister, bien qu’il soit préférable qu’elles restent à la maison. «Pendant les règles, une femme peut aller à la mosquée, mais sans entrer ou prier dans le sanctuaire, juste pour assister à la fête.»

 Le livret se trouve toujours à la Mosquée Rötelstrasse de Zurich. Pour aider les jeunes, explique El Guindi qui a conservé sa fonction de président du VIOZ.

Une aumônière moyennement intégrée

mahmoud el guindi,belkis osman,vioz,csis,semL’aumônière du projet-pilote Belkis Osman qui a œuvré comme professeure de religion islamique, est la vice-présidente du Vioz, et n’en veut pas le moins du monde à El Guindi de sa misogynie. Elle a aussi regretté il y a quelques années l’échec du projet de création d’un jardin d’enfants par Nicolas Blancho. «Bien sûr, vous devez vous conformer à la réglementation et nous acceptons la décision, mais il est dommage pour les musulmans d’ici, qu'une fois de plus leur souhait soit rejeté.»

Elle porte le foulard, une manière d’affermir les mœurs des nouveaux venus plutôt que leur faire comprendre qu’ils ont changé de civilisation. Pour elle comme pour tant d’autres, peu importe que la dissimulation de la chevelure et du corps des femmes soit toujours le premier signe de radicalisation dans l’ensemble du monde musulman, Europe comprise.

Mais pour David Keller, responsable des enregistrements de requérants d’asile au SEM, les trois aumôniers du projet sont blancs comme neige, un label décerné par les services de renseignements et de police. Ce qui me rappelle cette péripétie qui date de novembre 2015. On apprend qu’une musulmane qui vient de recevoir un diplôme d’aumônière «en situation d’urgence» est une activiste du mouvement de Nicolas Blancho. La Loterie romande avait fait don de 500'000 francs au Vioz pour ce projet. Et la police avait vérifié la moralité des participants aux cours.

mahmoud el guindi,belkis osman,vioz,csis,sem

Les aumôniers d'urgence. A gauche, l'activiste du mouvement de Blancho, au centre la déléguée à l'égalité de Zurich. Il semblerait que le port du foulard soit obligatoire pour la fonction.

Tiens! On a oublié le cours existant

Mais ce n’est pas tout: l’université de Berne dispense un cours de formation d’aumôniers qui répond à toutes les conditions posées par le Secrétariat aux migrations. Et Belkis Osman le suivait, elle devait terminer cette formation en mai. Dans les présentations de vendredi, l’initiative bernoise était absente. Le rapport d'évaluation du Centre suisse islam et société (CSIS) n’en dit mot. Mais le centre y présente son propre projet. 

Isabelle Noth, professeur de pastorale et de psychologie de la religion, a mis en place le cours de Berne. Elle affirme qu’il offre exactement ce que Berne exige. Hélas, «… le centre de Fribourg a préparé un rapport en envisageant un cours que seul lui-même peut offrir», observe-t-elle. Pour elle, l’évaluation de l’expérience zurichoise ne répond ni aux exigences académiques, ni à l'état de la recherche. Et des sources de l'administration fédérale confirment au Tages Anzeiger que le centre de Fribourg considère l'université de Berne comme un concurrent.

Rappelons que le CSIS truste la plupart des lieux et activités liées à l’intégration des mahmoud el guindi,belkis osman,vioz,csis,semmusulmans. Il n'est pas question que celui-ci lui échappe. D’ailleurs, l'aumônerie est un de ses grands projets: dans les hôpitaux, EMS, prisons, réfugiés, etc. Le CSIS est hélas un champion de la défense des compromissions, démissions et concessions religieuses.  

Dernier étonnement: il n’y a pas de fonds pour que l’expérience se poursuive. Paradoxe: les juifs et les chrétiens qui perdent chaque année des fidèles financent leurs aumôniers, mais les pauvres musulmans qui s’offrent des mosquées à coup de millions (qui viennent, juré-craché, exclusivement des cotisations et dons de leurs membres) n’en ont pas les moyens.

Gageons que les fonds seront trouvés: le SEM s’y emploie, qui a «déposé le dossier» auprès du département de la Justice. Pourquoi le département de la Justice? Probablement parce qu’aucun département n’est insensible à ces séduisantes expériences d’intégration.

C’est donc le CSIS et plus précisément son directeur, Hans-Jörg Schmid qui était chargé d’analyser les points forts et faibles. C’est un grand ami du Service des migrations qui finance en partie les innombrables ateliers que le Centre organise et pour lesquels il réclame aussi la gratuité au profit des disciples d’Allah.

Dans le rapport d’activités 2016 du CSIS, le projet-pilote en cours est décrit. Il est déjà précisé que le Centre examinera la possibilité d’introduire cette aumônerie «à grande échelle». Le CSIS avait eu cette révélation prémonitoire: l’expérience zurichoise serait positive. Et Le Temps le confirme: «Le bilan présenté vendredi à Berne recommande d’étendre ces nouvelles aumôneries à grande échelle dans les centres fédéraux pour requérants.»

 

La plupart de ces articles sont publiés par dreuz.info

 

19:11 Publié dans Immigration, Politique, Suisse | Tags : mahmoud el guindi, belkis osman, vioz, csis, sem | Lien permanent | Commentaires (18) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

"Pourquoi le département de la Justice?"
La réponse que vous donnez mérite un complément: c'est le département où l'on a le plus l'habitude de se faire avoir, étant donné la réputation aussi bien des criminels que des avocats.

Écrit par : Mère-Grand | 18/02/2018

Répondre à ce commentaire

J'ai 73 ans. En ce qui me concerne, je renonce.
J'ai fini par me faire à l'idée et par admettre que mes arrière-petits-enfants seront musulmans et qu'ils vivront dans la Confédération islamique de Suisse. J'espère juste pour eux que les Présidents de cette théocratie qui est en train de se construire sous nos yeux seront aussi intègres, exemplaires et respectueux des femmes que Tariq Ramadan.

Un dernier vœu toutefois, qui s'adresse aux pompes funèbres: j'aimerais que ma tombe soit orientée vers le nord-ouest, soit dans la direction opposée à celle La Mecque. Car j'entends mourir en mec bien, pas en mecquréant.

Écrit par : Mario Jelmini | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

cher @Mario Jomini, l'Univers et la Terre existaient bien avant l'homme et l'islam, alors ils vivront bien après l'homme et l'islam! En 1400 ans l'islam n'a montré aucun signe de maturité, de béatitude et de plénitude, c'est donc trop tard pour cette religion qui n'est en rien une religion de paix!

Écrit par : dominique degoumois | 19/02/2018

Y'a des expressions malheureuses comme -trancher dans le vif et "faire ses armes"!

Écrit par : dominique degoumois | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

A l'une de ses présumées victimes Tariq Ramadan avait demandé d'infiltrer par tous les moyens possibles l'islam partout.

On constate par cet article sur les aumôneries que ses recommandations sont entendues.

Il serait préférable que pasteurs, prêtres, rabbins, imams se rendent au chevet de leurs fidèles hospitalisés, certes, mais sans organisation, pouvoir ni financement.
Dans un esprit de laïcité sans faille.

La démarche de ces pasteurs, prêtres, rabbins ou imams serait celle de l'amitié, de la solidarité ... de l'empathie mais ne devrait leur valoir ni pouvoir, ni puissance ni gains, ni profits autres que spirituels par l'approfondissement de leurs ministères en l'occurrence auprès des malades de leurs paroisses ou autres communautés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

On dirait qu'aux arrivants venant de pays musulmans certains veulent donner le message : soyez et restez musulmans, car c'est dans vos gènes. Surtout ne changez rien : ici aussi les religieux vous surveillent. Sachez que si vous vous éloignez de l'islam cela se saura, les aumôniers musulmans veillent au grain.

Pourtant il est possible de faire les choses autrement : Carlos Menem, un ancien président argentin, est né de parents syriens et musulmans immigrés en Argentine. L'Argentine ne leur a pas offert d'aumônier musulman pour les encourager à ne pas s'intégrer. Les parents ont donné un prénom argentin à leur fils (Carlos) qui est devenu catholique et s'est si bien intégré qu'il est devenu président sans pour autant islamiser l'Argentine. La très grande majorité de ceux qui liront ce commentaire n'avaient jusqu'à aujourd'hui aucun idée que Carlos Menem ait pu avoir une origine syrienne et musulmane, on parie ? Alors racontons ceci autour de nous pour que nos dirigeant finissent pas comprendre qu'assimiler c'est respecter, alors que financer l'enfermement les gens dans l'islam chez nous, c'est du dédain pour eux et du masochisme pour nous.

Écrit par : Sophie | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

"est né de parents syriens et musulmans immigrés en Argentine. L'Argentine ne leur a pas offert d'aumônier musulman pour les encourager à ne pas s'intégrer. Les parents ont donné un prénom argentin à leur fils (Carlos) "

Vous allez un peu vite en besogne Sophie. Il a été élevé dans la foi musulmane! Il doit son prénom à sa conversion au catholicisme:

MENEM CARLOS SAÚL (1935- )

Homme d'État argentin, président de la République de 1989 à 1999.

Carlos Saúl Menem naît le 2 juillet 1930 à Anillaco, dans la province de La Rioja (Argentine). Fils d'immigrés syriens, Carlos Saúl Menem est élevé dans la foi musulmane mais se convertit au catholicisme, la religion officielle de l'Argentine, pour réaliser ses aspirations politiques. Il rejoint le mouvement péroniste, rassemblé dans le Parti justicialiste, en 1956 et est brièvement emprisonné la même année pour avoir participé à une révolte destinée à ramener Juan Perón, chassé du pouvoir, à la présidence. Après avoir obtenu un diplôme de droit à l'université nationale de Córdoba en 1958, Menem devient conseiller juridique pour un syndicat de la ville de La Rioja, dans le nord-ouest du pays. Élu gouverneur de la province du même nom en 1973, il est congédié en 1976 par la junte militaire qui a renversé le gouvernement d'Isabel Perón, et il assigné à résidence jusqu'en 1981.

Réélu gouverneur de La Rioja en 1983, Menem accroît les capacités d'action du gouvernement, octroie des allégements fiscaux favorables aux entreprises et poursuit diverses autres politiques caractéristiques du péronisme. Alors que le pays traverse une grave crise économique, Menem, de plus en plus populaire parmi les péronistes, est élu président de l'Argentine en mai 1989. Il devient ainsi le premier péroniste au pouvoir depuis l'élection de Perón en 1973.

Suite: https://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-saul-menem/

- https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlos_Menem

Écrit par : Patoucha | 19/02/2018

I like.

Écrit par : Mario Jelmini | 20/02/2018

@Mario Jelmini
"J'ai 73 ans. En ce qui me concerne, je renonce."
Je comprends votre sentiment que j'ose appeler de désespoir, comme le comprennent certainement tous les gens libres de dogmes religieux, surtout s'ils ont des enfants, encore plus s'ils ont des filles.
Certains de nos concitoyens sont tellement aveugles devant le danger, que nous en sommes à compter sur l'exemple cité dans le post de @Sophie.
Ils imaginent que le "sympathique musulman" de leur voisinage (je ne pense pas aux menteurs propagandistes à la Tariq Ramadan) va choisir de trahir l'enseignement qu'il a reçu dans enfance dans le cas où un affrontement de valeurs l'oblige à faire un choix.
C'est un peu comme imaginer qu'un Italien de la deuxième génération va tenir pour l'équipe suisse si celle-ci est opposée à celle de sa patrie de coeur.

Écrit par : Mère-Grand | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ex visiteuse paroissiale protestante notamment au CHUV j'ai connu l'époque des pasteurs et des aumôniers, eux, directement rattachés au CHUV.

Les pasteurs faisaient des visites privées à leurs paroissiens malades puis, histoire de se simplifier la vie, sans doute, certains arrivèrent en chambres communes avec un enregistrement entendu par la plupart des malades... après quoi ils allaient serrer la main du paroissien/e concerné/e en premier lieu puis s'esquivaient le plus discrètement du monde.

Pour l'islam, cette démarche permettrait d'infiltrer les lieux hospitaliers, salles privées ou communes, tout en endoctrinant "nos bien chers frères et sœurs atteints dans leur santé."

"Messieurs, voyez nos larmes!"
Féminisme obligeant: "Mesdames et Messieurs...

Pas du tout, parlant laïcité, acceptable soit conforme à notre attente citoyenne ou, pour la France, par exemple, républicaine.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

Conclusion: Petit à petit l'oiseau fait son nid....!

Écrit par : Patoucha | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

une amie polonaise disait -petit à petit l'oiseau fait DANS son nid! Comme quoi c'est toujours une question d'interprétation!

Écrit par : dominique degoumois | 19/02/2018

"Près de 150 écoles au Royaume-Uni exigent des filles de porter des hijabs, y compris les écoles qui reçoivent des fonds du gouvernement."

By Clarion Project Monday, February 19, 2018 (Extrait)


"Selon Amanda Spielman, directrice de l'agence gouvernementale britannique Ofsted (Office for Standards in Education), «les inspecteurs de l'Ofsted sont de plus en plus souvent en contact avec ceux qui veulent pervertir activement le but de l'éducation. Sous prétexte de croyances religieuses, ils utilisent des institutions éducatives, légales et illégales, pour rétrécir les horizons des jeunes, pour les isoler et les ségréguer, et dans le pire des cas pour endoctriner des esprits impressionnables à l'idéologie extrémiste."

"La liberté de croyance dans la sphère privée est primordiale, mais dans nos écoles, il est de notre responsabilité de s'attaquer à ceux qui sapent activement les valeurs fondamentales britanniques ou la loi sur les égalités."

https://clarionproject.org/compulsory-hijab-rampant-uk-schools/

Écrit par : Patoucha | 19/02/2018

Répondre à ce commentaire

En France on a totalement réécrit les livres d'histoire pour ne pas "blesser" les musulmans! Plus de croisades, vous savez ces chrétiens qui ne pouvant plus aller en Terre Sainte, ont décidés de re-conquérir leurs territoires saints occupés et surtout INTERDITS! Et tout le reste à l'avenant!

Écrit par : dominique degoumois | 23/02/2018

Peut-on voir un début de prise de conscience personnelle et d'auto-critique dans le titre du blog de Hani Ramadan "mille mesonges additionnés ne font pas une vérité !" ?

Écrit par : Mère-Grand | 20/02/2018

Répondre à ce commentaire

La faiblesse mentale ET politique de nos élites est effrayante. Croiraient-elles VRAIMENT que ces aumônières? vont introduire les nouveaux arrivants musulmans aux lois du bien vivre ensemble? Je prévois des enseignements intensifs de taqiyya!
Nous en sommes là, quand même les anglais commencent à ouvrir les yeux!!! (voir note de Patoucha)

Écrit par : Hakim | 20/02/2018

Répondre à ce commentaire

https://ripostelaique.com/la-macronie-impose-la-preference-immigree-et-trahit-les-francais.html

Et les suisses, espagnols, italiens, allemands, etc,etc?

Écrit par : Hakim | 21/02/2018

Répondre à ce commentaire

1789 Déclaration des droits de l'homme vers une séparation de l'église et de l'état et une liberté de penser.

200 ans plus tard

1989 des filles "musulmanes" demandent de porter le voile à l'école.

La tentative de l'islam de faire un retour vers l'obscurantisme échouera.

Le groupe laïque et féminin prend de l'ampleur dans le monde entier grâce aux réseaux sociaux.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 23/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.