18/03/2018

Vevey entre pic de dhimmitude et loyer minimum

La loi islamique interdit les intérêts? Le Conseil communal les finance.  


Vevey_mosquée2.jpg

On ne le sait pas assez, la Ville de Vevey a atteint un sommet encore rare de dhimmitude. Le dernier épisode s’est produit il y a quelques jours au Conseil communal lors d’une réponse à une interpellation.

La Ville a loué un local temporaire à la Fondation islamique de la Riviera durant les travaux de réfection de leur mosquée. Les musulmans représentent quelque 10% de la population. Le loyer a été généreusement fixé à 1'200francs par mois, alors que les précédents locataires payaient 3'500francs. «Un joli cadeau», a observé Bastien Schobinger, conseiller communal UDC et auteur de l’interpellation qui demandait des précisions sur ce loyer à l’Exécutif.

Le Municipal Etienne Rivier, du parti libéral radical, a répondu que ce loyer serait compensé par la mise à disposition de la commune d’une partie des locaux de la mosquée rénovée durant cinq ans. Fabienne Despot (UDC) a contesté ce deal, et Serge Ansermet, un socialiste qui s’est déjà élevé contre les faveurs des autorités aux musulmans, a dénoncé le fait que des entrées séparées pour femmes et hommes avaient été aménagées dans la salle.

Cette polémique a été précédée de deux autres épisodes assez décoiffants. En 2011, l’Exécutif de la Ville présente au Conseil communal de Vevey un projet de prêt de deux millions de francs à la Fondation islamique, à rembourser sur 33 ans, avec zéro pourcent d’intérêt. Pourquoi sans intérêt ? Il s’agissait de se conformer à la loi islamique qui les interdit (selon l'interprétation de la Fondation, mais pas celle du spécialiste du droit musulman Sami Aldeeb). «C’est un principe sur lequel nous ne saurions déroger», prévenait pourtant Grégory Stergiou, président de la Fondation.

Le Conseil avait refusé ce prêt lors d’un vote serré et à bulletin secret, malgré le soutien enthousiaste des Verts et d’une bonne majorité des socialistes.

La Fondation a réussi par la suite à emprunter cette somme auprès de la Banque alternative suisse. Mais pour lui éviter de transgresser sa loi religieuse, le Conseil communal a accepté en 2014 que la Commune prenne en charge les intérêts de ce prêt par une subvention annuelle.

Vue l’étendue des prescriptions de la loi coranique et la complaisance des politiciens, combien d'autres exceptions aux règles ordinaires nous attendent? Le pire est à craindre.

 

http://m.20min.ch/ro/news/vaud/story/14611383

https://blog.sami-aldeeb.com/2014/05/15/chaud-debat-sur-le-financement-de-la-mosquee-a-vevey/

http://blog.sami-aldeeb.com/2011/07/02/vevey-a-tourne-cou...

 

 

 

13:50 Publié dans Islamisation, Manifestations, débats, Suisse | Tags : vevey, prêt, loi islamique | Lien permanent | Commentaires (16) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

Et on s'étonnera que Nestlé parte pour d'autres horizons moins pollués...

Écrit par : Géo | 18/03/2018

Répondre à ce commentaire

Voilà qui va susciter les vocations et provoquer une vague de conversions!
Il suffira de dire à sa banque qu'on est musulman et hop! Par ici les emprunts sans intérêts!

Écrit par : Arnica | 18/03/2018

Répondre à ce commentaire

Vous êtes le seul à vouloir des prêts avec usure... vous seriez bien content de contracter un prêt à 0%, mais vous avez trop de fierté pour donner raison aux musulmans. L’usure pourrie l’humain.

Écrit par : Abes abes | 19/03/2018

Les 90 % de citoyens non musulmans étaient d'accord? Je croyais que les Suisses, grâce à leur système de votation unique en Europe, étaient protégés contre ces dérives dhimmiques.

Si cela peut vous consoler, tous les payse européens suivent cette voie délétère : https://tinyurl.com/y88l5a5u

Écrit par : dov kravi דוב קרבי | 19/03/2018

Répondre à ce commentaire

Atteindre de telles dérives par peur? Cela vaudrait une manifestation de grande ampleur. Arrêtez de dire AMEN à tout pour montrer que la Suisse est la plus HUMANITAIRE ( pas pour TOUS.........)

Écrit par : Patoucha | 19/03/2018

Répondre à ce commentaire

Abes abes pourrait-il nous expliquer comment fonctionnent les banques islamiques?
Comment font-elles pour payer le loyer de leurs locaux, les salaires de leurs employés (+ assurances et charges sociales....). Le Coran a-t-il prévu cela?

Par ailleurs, n'est-ce pas un cas de discrimination flagrant? Pourquoi la commune prend-elle en charge les intérêts de la communauté musulmane, mais pas d'autres acteurs de la vie sociale (théâtres de marionnettes, salle de concert, autres infrastructures socio-culturelles)? J'espère bien que ceux qui ne reçoivent pas ce genre de "coup de pouce" porteront plainte.

Écrit par : Arnica | 19/03/2018

Répondre à ce commentaire

J'entendais cet été sur France Culture dans une émission sur l'économie, que le qatar et dubai étaient devenus les coffres forts du monde, je doute donc que ce soit avec les règles coraniques!

Écrit par : Dominique Degoumois | 19/03/2018

Voici comment procéderait une banque islamique. Le Conseil de la mosquée veut entreprendre des travaux. La banque leur demande de les spécifier. La banque fait faire un devis, mettons 200'000 F. La banque paie tout et devient propriétaire. Elle revend l'ouvrage au Conseil pour 280'000 F. Le Conseil paie cette somme à la banque et en devient seul propriétaire. Les 80'000 F ne sont pas des intérêts mais un bénéfice sur une vente, ce qui est islamiquement acceptable. Et POMPOM! le tour est joué... surtout à ces idiots de dhimmis...

Écrit par : Hakim | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

« Les 80'000 F ne sont pas des intérêts mais un bénéfice sur une vente, ce qui est islamiquement acceptable. Et POMPOM! le tour est joué... surtout à ces idiots de dhimmis… »

D’un côté, la pratique me semble assez responsable.
Parce que contrairement à nos banques, du moment que la banque est provisoirement propriétaire, elle ne peut pas comme les nôtres « titriser » l’emprunt et le revendre sur les marchés financiers.
Par conséquent une « bulle spéculative » comme celle provoquées par les « subprimes » en 2008 ne pourrait pas se développer et mettre en crise les marchés financiers.
La banque émettant avec laxisme trop de crédit, risquerait seule d’en subir les conséquences.

Une séparation rigoureuse entre banques de crédit et de dépôt et banques d’affaire, en pratique aurait le même résultat.
Et comme le sujet ne semble pas abordé par nos autorités, je me demande si nos entreprises alors n’auraient pas alors plutôt intérêt à travailler avec des banques islamiques qu’avec nos banques dites de statut universelles.

Économiquement parlant, le système est correct et en plus responsable.
Autant le coran ne nous apprend rien, autant certaines pratiques islamiques me semblent pertinentes.

Écrit par : Cyan | 22/03/2018

"Vous êtes le seul à vouloir des prêts avec usure... vous seriez bien content de contracter un prêt à 0%, mais vous avez trop de fierté pour donner raison aux musulmans. L’usure pourrie l’humain."

Il reste donc encore des niais pour avaler tout rond cette escroquerie de prêts halal à taux zéro !

Le principe est pourtant simple l'intérêt est camouflé dans le prix de rachat fixé à l'avance et ainsi l'emprunteur qui aura "acheté" une part, comprendre souscrit un emprunt, de 95 rendra au terme convenu 100 et le tour est joué. Il n'est plus question de taux d'intérêt mais de contrat d'achat et de contrat de vente. Bref c'est l'essence même de la philosophie fourbo-islamique qui est contenue dans cette dissimulation.

Écrit par : Giona | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

Merci à Hakim et Giona pour cet éclaircissement :)

Écrit par : Patoucha | 21/03/2018

Je dois être un peu simplette....
Pour reprendre l'explication de Hakim:
Le "Conseil" n'a pas l'argent pour acquérir des locaux ou faire des travaux. Il se tourne donc vers une banque qui fait la dépense à sa place. Et ensuite, le "Conseil" rachète le bien/les travaux à la banque avec une plus-value.

Mais d'où "le Conseil" sort-il cet argent? Un montant majoré, qui plus est?
Quel est l'intérêt de passer par la banque qui vous cèdera la même objet, mais 80.000 balles plus cher?

Moi y en a pas piger (désolée pour cette boutade Banania raciste, évidemment)

Quant à Dubaï et Qatar qui seraient les coffre-forts du monde: s'ils suivent la finance islamique, ils restent assis sur leur billets et leur lingots, sauf à acheter de l'immobilier sur la Côte d'Azur ou des Porsche en or massif. Ce qui explique que leurs pays restent classés "en développement" par les organisations internationales, vu le nombre de routes, hôpitaux, écoles, mortalité infantile, analphabétisme etc.

Écrit par : Arnica | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

Au fait!

La loi islamique - nous dit-on - interdit les "intérêts" Mais, que la loi islamique autorise les viols sur les mécréantes, cela ne fait pas les gros titres ni concernant les viols des jeunes anglaises!? Pour les allemandes, faut croire que c'est "entré dans les moeurs...."

http://www.tribunejuive.info/international/telford-pourquoi-les-jeunes-anglaises-violentees-subissent-elles-lomerta

Écrit par : Patoucha | 21/03/2018

Répondre à ce commentaire

"Mais d'où "le Conseil" sort-il cet argent? Un montant majoré, qui plus est?
Quel est l'intérêt de passer par la banque qui vous cèdera la même objet, mais 80.000 balles plus cher?"

Simple! Rien n'empêche des remboursements étalés dans le temps...

Écrit par : Hakim | 23/03/2018

Répondre à ce commentaire

A Cyan.

Hélas! Ces banques peuvent aussi le faire. Je pense comme vous qu'une séparation stricte entre banques de crédit et de dépôt et banques d’affaires serait la meilleure solution.

Écrit par : Hakim | 23/03/2018

Répondre à ce commentaire

En refusant de payer des intérêts les musulmans font preuve de duplicité car ils veulent respecter un des prétendus dogmes de l’Islam mais acceptent que d’autres sombrent dans le péché et paient pour eux ! En d’autres termes : ce serait mal de verser des intérêts mais pas lorsque d’autres s’en chargent ; là on ferme les yeux ! Attitude hypocrite à mes yeux.
Les intérêts conventionnels dans un cadre bancaire sont parfaitement légitimes dans l’Islam car il ne s’agit pas d’usure (« reba »). Plusieurs économistes musulmans se sont penchés sur ce point et sont arrivés à cette conclusion. D’ailleurs les musulmans ont des comptes bancaires et acceptent que ceux-ci leur rapportent des intérêts
De plus, l’emprunt hypothécaire est admis en droit musulman et les musulmans le pratiquent.
Quant à mon intervention au dernier Conseil communal elle demandait, par un simple vœux, que dans les futurs locaux de prière rénovés les femmes puissent entrer par la même porte que les hommes. J’ai alors été interrompu car hors sujet…

Écrit par : Serge Ansermet | 05/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.