26/05/2018

La terreur des coupeurs de tête fait le lit des coupeurs de langue

Alexandre Del Valle illustre ce paradoxe: le terrorisme a permis aux musulmans «modérés» d’obtenir pour eux et leur religion un statut privilégié.


«Que de subsides et de soin pour nous apprendre patiemment, mais fermement à marcher sur la tête! Et que de publics déjà convaincus que marcher sur la tête est la bonne manière de marcher!» *

Del Valle3.jpg

José Rodrigues Zapatero, qui fut premier ministre, a appelé publiquement l’Espagne à s’excuser auprès des musulmans pour la reconquête du pays et l’expulsion des Maures. Il a proposé de leur restituer des églises et des cathédrales qui avaient jadis été des mosquées. Le gouvernement Hollande-Valls a initié une campagne contre l’islamophobie, dont un clip montrait une femme voilée frappée par des Occidentaux. Dans le mouvement de jeunesse musulmane WAMY, accrédité auprès de l’ONU, les textes exaltent les conquêtes islamiques, expriment la haine des non musulmans et des apostats, appellent au djihad armé. Il n’est interdit nulle part en Occident. Dans l’Union européenne, un vaste mouvement de refonte des manuels scolaires et universitaires est en cours, avec pour but de rendre l’islam aimable. La maire de Barcelone Ada Colau avait refusé, question coût, d’installer des bornes escamotables afin de parer aux attaques au camion… Au même moment, plusieurs centaines de milliers d’euros étaient votés pour un plan de lutte contre l’islamophobie. Après les attentats, ce plan est intensifié.

Ce minuscule choix fait partie de la myriade d’exemples cités par Alexandre Del Valle. Mais «La stratégie de l’intimidation», un livre de 500 pages copieusement documenté, ne verse pas dans l’anecdote. Il illustre les conséquences paradoxales du terrorisme: l’islamisation de l’Occident.

On le sait, on le lit, on l’écrit même, par petits bouts dans des articles. Mais découvrir ainsi l’ampleur du désastre fait froid dans le dos.

Le terrorisme procure aux musulmans «modérés» les fruits d’une récolte prodigieuse. Après 30 ans de tueries islamiques, les textes «sacrés» qu’invoquent leurs auteurs ne sont pas examinés, encore moins remis en cause. Plus fort encore: la religion de Mahomet fait l’objet de la part des démocraties d’une propagande massive et d’un prosélytisme surréaliste.

L’intimation au padamalgame et la lutte délirante contre ceux qui s’avisent de mettre en cause cette religion sont liés à un  mot inventé pour la cause et qui connait une fortune immense, l’islamophobie.  La barbarie conduit, multiples intimidations à l’appui, à cet énoncé: l’islam est une belle religion, tolérante et pacifique… Ce que ses adeptes démentent en toutes occasions: caricatures danoises, Benoît XVI à Ratisbonne, film «L’innocence de musulmans», émeutes diverses émaillées de meurtres, obligation dans nos pays de protéger des apostats, ou un Redeker pour une tribune du Monde, etc. Critiquer rationnellement les textes islamiques qui légitiment le prosélytisme guerrier est désormais assimilé à une offense envers les musulmans, voire à un appel au choc des civilisations.

Plus les djihadistes font peur et plus les religieux et leurs ouailles «modérés» peuvent faire l’apologie de la charia, exhiber leurs symboles et exiger leur acceptation: voiles et foulards,  multiplication des centres et mosquées, activités non mixtes, nourriture et services «halal»,  pressions dans les hôpitaux, etc.

A aucun moment la moindre réciprocité n’est requise, jamais une demande d’explication des persécutions de minorités dans les pays musulmans, de la discrimination des femmes, de l’absence de liberté religieuse, de tout ce qui ressemble aux références des terroristes.

Les «coupeurs de langue» ont besoin de ces «coupeurs de tête», car la violence des seconds dissuade les potentiels blasphémateurs de combattre le suprématisme subversif des premiers. Tout doit être fait pour que la peur empêche les musulmans dissidents et leurs alliés de mettre en cause le discours dominant.

C’est une alliance objective entre terroristes, islamistes et associations communautaristes.

 

Au nom de la liberté religieuse qu’ils bafouent

Pour empêcher toute remise en question, les musulmans et notre intelligentsia ont souscrit avec une unanimité sidérante au mot islamophobie. Il est périlleux de rappeler la vision suprématiste de l’islam fondé sur le règne de la charia et du califat planétaire. Il est dangereux de faire observer que le monde musulman dans son ensemble retourne à l’orthodoxie et devient de plus en plus intolérant et violent.

L’Occident promeut l’islam et son expansion au nom de la liberté religieuse, pourtant bafouée par l’ensemble des pays qui la réclament chez nous. Ce sont les États islamiques les plus discriminatoires qui sont à la pointe de la lutte contre l’islamophobie.

Cette hostilité donne lieu à des Himalaya d’appels, congrès, colloques, campagnes, affiches avec l’aimable concours des intellectuels de souche et des partis de gauche. Comme l’observe Pascal Bruckner, ceux-ci font allégeance à la bigoterie, pourvu qu’elle soit portée par les adeptes du Coran. Une nébuleuse rouge-verte nourrit le ressentiment et entretient le déni. Elle participe au terreau de la violence et de la Crole_battrfemme.jpgradicalisation.

Aucun grand colloque n’est jamais consacré à la persécution des minorités dans les pays musulmans, à l’assassinat de chrétiens, d’apostats, d’homosexuels. Au contraire, les injonctions de la charia sont diffusées sur les sites islamiques d’Europe et dans les médias des pays musulmans.

Grâce à l’islamophobie, qui ne fait ni morts ni blessés, on alimente la paranoïa des adorateurs d’Allah. Les communautés musulmanes sont invitées à un «narcissisme communautaire».

Les lobbies islamiques ont fait adopter l’expression lutter contre tous les intégrismes qui permet de rendre toutes les religions coresponsables de la barbarie d’une seule.

 

Main dans la main avec les islamistes

Des lobbies islamiques mondiaux, par moult pressions et intimidations, font chaque jour plier un peu plus les sociétés occidentales grâce à des élites complaisantes. Organisation de la coopération islamique (OCI), Ligue islamique mondiale (Arabie saoudite), ISESCO, de même que d’innombrables ONG font avancer un objectif totalitaire commun: l’islamisation du monde. Elles contrôlent les communautés musulmanes d’Occident et en font des vecteurs de la propagation de l’islam. Elles s’ingèrent dans nos pays sous couvert de défense de l’islam et des musulmans «persécutés». 

L’ONU, le Conseil des droits de l’homme, l’UNESCO, l’Union européenne, l’OSCE, etc. coopèrent sans vergogne avec ces groupes à l’idéologie foncièrement obscurantiste, suprématiste et victimaire. Le Conseil de l’Europe par exemple a créé la Commission européenne sur le racisme et l’intolérance et l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes. Ils  n’ont de cesse de traquer le politiquement incorrect. Leurs activités consistent «moins à lutter contre les préjugés ou le racisme qu’à faire l’apologie de la religion islamique».

L’OCI, lobby théocratique mondial, fait preuve d’une efficacité inouïe. Elle incite les musulmans à cultiver leur identité et combat leur intégration à la société d’accueil jugée décadente et hostile. Son grand moteur et sa grande victoire: la lutte contre l’islamophobie et les discriminations. Elle a réussi à faire bannir l’expression «terrorisme islamique» au profit de «djihadisme» et surtout d’«extrémisme violent».  

Parallèlement les membres de l’OCI soutiennent la «Déclaration islamique universelle des droits de l’homme» qui affirme: «…tous les droits et libertés énoncées dans la présente déclaration sont soumises aux dispositions de la charia».

 

«La violence des uns rend plus persuasives les requêtes des autres»

L’OCI déclenche ou participe à des explosions de violence. Elle instille aux Etats la peur  d’oser affirmer que l’islam contient une bonne dose de violence. Elle réussit parDel Valle_livre.jpg ses manipulations à subvertir les principes de diversité et de multiculturalisme au profit de son offensive théocratique et liberticide. Combien de milliers de déclarations condamnant «l’intolérance, les stéréotypes négatifs, la stigmatisation, la discrimination, l’incitation à la violence contre des personnes en raison de leur religion», etc.?  La stratégie d’intimidation connait victoire sur victoire. 

Sous la pression de ces lobbies, les démocraties se sont engagées dans une refonte des manuels scolaires afin de rendre l’islam plus attrayant. L’OCI pousse avec succès à réviser les enseignements d’histoire, de philosophie, des sciences humaines et sociales. Elle réussit à éviter toute présentation de la réalité prédatrice et conquérante de l’islam. Inversement, la plupart des organismes musulmans fustigent le passé occidental.

Un document de l’OSCE paru en 2012 exige moult démissions en faveur des communautés musulmanes d’Occident. Le port du voile fait la course en tête. « Les directions des écoles doivent veiller particulièrement à ce que les règles et les pratiques de l’établissement n’aient pas d’effet discriminatoire: habillement, accès à l’apprentissage de sa propre religion, menus à la cantine, dates des vacances.». Les sociétés d’accueil discriminent même si elles acceptent le voile, car ces étudiantes « ont plus de chances d’être placé dans un groupe de niveaux inférieurs, ou d’être invité à éviter les disciplines plus intellectuelles ».

L’Arabie Saoudite a inondé les associations et mosquées de livres haineux, rappelant les règles de la charia. Ils garnissent les bibliothèques de la plupart des mosquées. Deux exemples: «Le licite et l’illicite en islam» et de nombreux autres ouvrages du fanatique Youssef Al-Qarawi et de l’extrémiste Hani Ramadan.

L’Occident octroie une liberté sans limite à ces idées, ces ouvrages, ces imams. Il favorise les revendications les plus rétrogrades en les présentant comme des droits dont le refus équivaudrait à du racisme. Cet abandon des valeurs civilisationnelles a conduit à la création de centaines de zones islamisées dont les nations ont perdu la maîtrise.

La seule civilisation qui respecte et incarne un vrai pluralisme démocratique est censée s’adapter à l’islam, alors que les pays qui s’en inspirent  sont liberticides. L’islamisme radical et sa théologie guerrière ne sont pas remis en question depuis le Xe siècle.

Sur le terrain, les lobbiess mondiaux de l’islamisme infiltrent, manipulent et noyautent: Frères musulmans,  Conseil européen pour la fatwa et la recherche, wahhabisme, Tabligh, Diyanet, etc. qui contrôlent des centaines de mosquées en Europe et aux Etats-Unis.

Ces mouvements se rejoignent sur un «programme commun»: multiplication des lieux de culte, demande de jours fériés musulmans, droit de prier pendant les heures de travail, introduction de l’enseignement religieux islamique dans le cadre de l’enseignement publique et d’écoles privées, généralisation des aumôneries et lieux de prière islamique dans les lieux publics, davantage d’imams dans les prisons, dispenses à l’école pour les filles, droit au port du voile des fillettes, faveurs durant le ramadan, etc. Refuser ces exigences est assimilé à de l’intolérance, voire à la haine des musulmans.

Ils déguisent leurs revendications séparatistes en doléances progressistes et multiculturalistes… Ils ont répandu depuis des années l’idée que les sociétés européennes persécuteraient les communautés musulmanes immigrées en leur refusant ces accommodements.

 

La victimisation resserre les liens

islamophobie_terrorisme.jpg

"Regarde, les isalmophobes racistes vont utiliser ça pour donner de nous une mauvaise image."

L’idée de se moquer de l’islam ou de «blasphémer» tente de moins en moins d’artistes, d’intellectuels, de journalistes, parce qu’ils ont peur. Partout, des manifestations artistiques  censurent toute critique de l’islam. Et lors de chaque attentat terroriste en Europe, la réponse réside dans des cérémonies pacifistes, des allumages de bougies, des psalmodies de profession de foi «anti islamophobe» et des appels à la tolérance. Les carnages commis en son nom sont encore une occasion de faire reluire l’image de l’islam.

La terreur des coupeurs de tête fait le lit des coupeurs de langue dont font partie une foultitude de religieux et leurs compagnons de route. Dénis, procès,  lynchages médiatiques: la police de la pensée habite les hautes sphères de la culture et de l’information.

Les lobbies islamiques officiels poussent les musulmans victimisés à se radicaliser. Ils diffusent un sentiment de persécution, via la thèse obsessionnelle des discriminations et de l’hostilité. Cette paranoïa communautaire est  «un venin hautement contagieux ». Il incite à resserrer les liens même auprès de musulmans a priori peu tentés par le radicalisme.

Les musulmans se sentent soudain plus profondément musulmans face à cette supposée hostilité anti islamique des Occidentaux.

Pourquoi ce rejet est-il relayé par une bonne partie des forces de gauche? Parce les «progressistes» sont animés d’une même détestation de la civilisation occidentale.

Al Andalus ou le sommet de l’imposture

La preuve de la beauté civilisationnelle de l’islam résiderait paradoxalement dans son passé. Elle est au cœur de la propagande islamique et prend une place croissante. On assiste à une immense falsification historique qui cimente le double mythe de la science arabe et de la tolérance d’Al-Andalus. Les sociétés européennes n’osent plus défendre l’identité judéo-chrétienne.

Del Valle consacre une analyse fouillée à ce mythe et à la prétendue dette des Occidentaux envers la science arabo-musulmane. Un mythe qui revient en fin de compte à dévaloriser la civilisation chrétienne et pousse au mépris de leur civilisation les générations qui nous suivent.

*J. Schwerzmann, internaute

Alexandre Del Valle: «La stratégie de l’intimidation. Du terrorisme jihadiste à l’islamiquement correct». Ed. L'Artilleur, 2018, 560 p.

 

A vos agendas! Le vendredi 28 septembre, Alexandre Del Valle sera à Genève pour une conférence à l’invitation de l’Association suisse vigilance islam.

 

18:19 Publié dans Islamisation, Livres, ONU | Tags : alexandre del valle, intimidation | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

Nos descendants auront fort à faire, si même il leur reste une chance.

Écrit par : Mère-Grand | 26/05/2018

Répondre à ce commentaire

Une personne croyante non musulmane ne cherchera jamais à rendre le christianisme plus attrayant mais à s'améliorer dans le respect de l'autre comme d'elle-même, et vice- versa: réciprocité obligeant.

Le Vivant, enseigne le coran, à lire simplement, serait Dieu.

Les féministes des années septante ne se faisaient aucune illusion.

L'hostilité masculine, et parfois féminine...! concernant le féminisme de pas mal d'hommes était claire.

Les femmes condamnées au devoir conjugal comme aux fourneaux, voilées... modèles à suivre... ne sont-elles pas l'un des moteurs de cette forme de coqueluche contemporaine tournant vers l'islam?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/05/2018

Répondre à ce commentaire

"Nos descendants auront fort à faire, si même il leur reste une chance."
Ils demanderont l'aide de la Russie...

Écrit par : Daniel | 26/05/2018

Répondre à ce commentaire

Ça fait 70 ans qu'on culpabilise l'occident, fallait bien s'attendre à ce qu'il ne s'aime plus et finisse par admirer tout ce qui va le détruire.
N'importe quelle mère aimerait mieux ses enfants que cette Europe n'aime les pays qui la composent.
Le jour est proche ou lassés de ne pas être aimées les nations européennes se révolteront et "tueront" la mère indigne.

Écrit par : norbert maendly | 26/05/2018

Répondre à ce commentaire

"Les sociétés européennes n’osent plus défendre l’identité judéo-chrétienne. »
Ce qui n’est pas nouveau et normal !
Les sociétés européennes n’ont-elles pas comme parade institué la laïcité, ou son ersatz, la paix confessionnelle.
Dans notre monde infantilisant où des communicants ont supplanté les pédagogues, il est plus « marketting » de traiter quelqu’un de « théophobique » que simplement de laïc.
Un slogan valant toute explication !
Refaire allégeance à l’église, pour lutter contre l’islamisme serait de mon point de vue la pire chose à faire.
Et élire des politiciens, qui se proposent de réparer l’Histoire, par un acte de contrition et des réparations matérielles pour des actions de nos ancêtres, est aberrant.
« José Rodrigues Zapatero, qui fut premier ministre, a appelé publiquement l’Espagne à s’excuser auprès des musulmans pour la reconquête du pays et l’expulsion des Maures. Il a proposé de leur restituer des églises et des cathédrales qui avaient jadis été des mosquées. »
Ce à quoi je crois les espagnols lui ont répondu par un doigt d’honneur et un tombereau d’insultes, toutes plus croustillantes les unes des autres.
Notons qu’avec un peu de chance, Macron fera de même concernant l’inexcusable attitude de Charles Martel à Poitiers.
Seul une défense pure et dure de la laïcité est efficace !
Il ne faut plus manquer de fermeté avec la laïcité dans la vie publique et politique !
Voilée à l’école, tu dégages!
Voilée au travail, et tu n’en trouves pas à cause de cela, tu dégages aussi des prestations sociales et du chômage.
Point barre !
Emigrants, réfugiés, tu veux vivre selon ta culture archaïque dans notre société, tu te casses !
Les sociétés islamistes ne fonctionnent pas sans violences insoutenables et arbitraires.
Nous n’en voulons donc pas.
Nous avons développé nos sociétés avec d’autres croyances que celle d’un prophète lubrique et sanguinaire.
Avec d’autres textes que le coran.
Pour un résultat global somme toute bien supérieur à celle de l’ »ummat islamiyya, »
Il est donc pas question d’y penser et de nous l’imposer.
«…tous les droits et libertés énoncées dans la présente déclaration sont soumises aux dispositions de la charia».
Même pas en rêve !
Charia et droit canonique n’ont plus rien à faire dans nos systèmes législatifs.
Il faut réaffirmer, impitoyablement s’il le faut, que nos sociétés, nos institutions et notre mode de vie ne doit être régit que par la raison !
En aucun cas par des dogmes.
Quelqu’ils soient. Religieux comme idéologiques.
« Pourquoi ce rejet est-il relayé par une bonne partie des forces de gauche? Parce les «progressistes» sont animés d’une même détestation de la civilisation occidentale. »
Il est dommage que l’auteur de cette étude, fort bien documentée, se permette ce constat partisan qui ne reflète pas la vérité.
Je suis un homme que l’on peut qualifier de gauche.
Conscient aussi que malheureusement, nous avons aussi dans nos élus, un lot de crétins.
Qu’il soit de gauche ou de droite, aujourd’hui la grande partie des politiciens sont des parasites. Dont la seule action notoires est de tapiner sans vergogne pour des voix.
Il y a belle lurette que cette catégories d’ élus ne représentent plus leur base.
Plus un politiciens fait du « buzz « dans les médias, moins les gens les suivent.
A droite comme à gauche, dans la population, le « dégagisme » envers ces sangsues augmente.
En définitive, le civisme la raison et la compréhension de la nécessité d’une laïcité sans compromis l’emporteront de toute façon.
Y compris chez nos compatriotes de confession musulmane.

Écrit par : Cyan | 27/05/2018

"Les sociétés européennes n’osent plus défendre l’identité judéo-chrétienne."

Si l'identité judéo-chrétienne demande à être défendue, n'appartient-il pas en premier lieu aux Églises de le faire? Or, c'est tout le contraire qui se passe: tant l'Église catholique romaine que les Églises protestantes s'aplatissent devant l'islam, lui ouvrant ainsi un boulevard.

Sur le chemin de la boucherie d’Allah, les chrétiens ne pensent qu'à suivre l'exemple de Jésus: “Il a été mené comme une brebis à la boucherie; et, comme un agneau muet devant celui qui le tond, il n'a point ouvert la bouche” (Actes 8:32; au gré des traductions, on trouve “à l’abattoir” ou “au carnage” au lieu de “à la boucherie”).

Est-ce ce destin que nous voulons, pour nous et pour nos enfants?

Écrit par : Mario Jelmini | 26/05/2018

Répondre à ce commentaire

A propos de l'éternelle culpabilité des occidentaux, qui semble être impossible à racheter, avez-vous vu passer cet article, sur l'enfer des migrants:
https://www.tdg.ch/monde/migrants-echappent-passeurs/story/27997991

"Ces migrants, pour l'essentiel des adolescents cherchant à gagner l'Europe, ont été vendus et revendus à de multiples reprises entre les villes de Bani Walid et Nesma, précise MSF.
...
A mesure que les opérations de sécurité se sont durcies sur les villes côtières de Libye, Bani Walid est devenue une plate-forme des réseaux de passeurs. Ces derniers tirent profit des mouvements migratoires entre les pays d'Afrique subsaharienne et l'Europe via la Libye."

Bref, l'Afrique a retrouvé son commerce d'esclaves si florissant autrefois.
Mais l'article de conclure que c'est - évidemment - entièrement de notre faute, les Africains étant de grands enfants, on ne peut leur imputer aucune responsabilité.

"Les enlèvements en échange de rançons restent un business florissant, porté par les politiques parrainées par l'Union européenne visant à criminaliser les migrants et les réfugiés et à les empêcher d'atteindre les côtes européennes à tout prix», poursuit l'ONG."

Autrement dit, pour mettre un terme à l'esclavage et à la traite d'humains, la SEULE SOLUTION est de les faire tous venir en Europe. Logique, non? Et si on n'est pas de cet avis, on est raciste et colonialiste.

Écrit par : Arnica | 27/05/2018

Répondre à ce commentaire

C'est trop juste... L'été arrivant, nous allons à nouveau être soumis à l'artillerie médiatique à propos des risques et des souffrances des "migrants" qui veulent aborder nos rivages.
Bizarrement, ils n'utilisent le téléphone portable qu'en arrivant. Dans leur pays, ils n'ont aucune, mais alors aucune idée qu'ils vont prendre des risques. Alors ils les prennent et nous devons assumer.

Écrit par : Mireille Vallette | 27/05/2018

Les migrants.
Il serait fortement injuste de les accuser de l’islamisation de nos sociétés.
Il est malheureusement aujourd’hui bien établi que la forte démographie en Afrique est aujourd’hui la cause de cette invasion. Conjuguée à une effroyable corruption de ses élites, qui empêche tout autre économie que celle prédatrice de multinationales des matières premières de s’y développer et d’assurer à une classe moyenne émergente les moyens d’y vivre.
En Europe nous commençons déjà à percevoir les dégâts de cette économie libérale de la mondialisation non régulée .
Délocalisations de nos savoir faire dans des pays à faible solidarité sociale, mort de nos paysans soumis à la concurrence de pays à forte concentrations de propriétaires terriens féodaux et paradis des nouveaux aristocrates que sont les entrepreneurs optimisant leur fiscalité, soumission technocratiques de nos états à des traités internationaux comme le CETA ou le TAFTA.
Pollutions et dérèglements climatiques, occasionnés par des marchés voraces de produits de moins en moins recyclables et de de plus en plus éphémères.
La démocratie que ces pays africains ne connaissent pas ou peu, les ont amenés à ce futur que nous bientôt connaîtrons aussi.
Une société où de bonnes études et le coeur à l’ouvrage ne suffiront plus à nourrir son homme.
La société libérale des dernières années, où même la divulgation publique des turpitude de ces industries et des grands capitaines du capitalisme, « Off shore leaks », « Luks Leaks », Paradise fiscals papers « ou « Panamas Papers » ne rencontrent que de la résignation dans la population et de l’inertie dans notre justice.
Une société, où un citoyen ne peut plus se permettre de manifester, sans craindre de perdre son emploi, son seul revenu, alors qu’il apprend qu’un de ces élus, et fort bien élu s’est vu offrir sans concessions ou nul retour d’ascenseur, dixit l’heureux bénéficiaire, un séjour à plus de 50 000 francs.
Elu qui pris d’une pincée de conscience, bien que n’y voyant vraiment pas de raison, aurait fait alors don à une oeuvre de charité du montant de ces vacances qu’il estimait personnellement revenir à environ fr 4000.-
On sent bien ici qu’il vit dans notre monde, cet homme là !
Voyage en classe affaire dans le Monaco de l’Orient, suite dans un hôtel de luxe et loge VIP pour un grand prix automobile pour lui, sa famille et son collaborateur qui certainement est venu seul pour seulement fr 4000.- La classe !
L’islamisation de nos sociétés, n’est pas du fait de ces pauvres migrants, de quel droit nous leur reprocherions leur culture, voire leur religion, mais de gens comme ces politiques.
De cette société libérale et mondialisée dont les politiques nous refusent depuis des années, le contrôle, au moins par de simples règles logiques, sous prétexte que tout entrave aux marchés nuirait à la prospérité, on se demande laquelle.
L’islamisme arrogant et envahisseur, n’est qu’une des piètres défenses de ces miroirs que sont les migrants de notre futur de plus en plus en plus proche, dans cette merveilleuse mondialisation néo-libérale.
L’islamisme comme le christianisme serait facilement mis au pas par nos conceptions laïques de nos sociétés contemporaines, si nos politiciens n’étaient pas les blaireaux qu’ils sont.
Les concessions à l’islam aujourd’hui ne sont qu’économiques et destinées à nous diviser.
On tolère dans l’UE l’abattage rituel, le hallal ou kasher, pas pour plaire à une frange religieuse, mais parce que cette cruelle façon de massacrer les animaux est plus rentable.
Moins d’hygiènes et de réglementations sanitaires. Plus de bénéfices.
Et il vaut mieux que les opprimés se foutent entre eux sur la gueule, qu’ils s’unissent pour lutter contre les oppresseurs.
Une masse endoctrinée est plus facilement contrôlée, quand en définitive il ne faudra que corrompre les « leaders ».
Les élites se préparent depuis longtemps à une révolution qu’ils alimentent, et contre laquelle ils s’arment.
Baisons-les ! Enlevons simplement le « R « de révolution.
Evoluons !

Écrit par : cyan | 28/05/2018

"José Rodrigues Zapatero, qui fut premier ministre, a appelé publiquement l’Espagne à s’excuser auprès des musulmans pour la reconquête du pays et l’expulsion des Maures."

Aussi bien demander à une personne victime d'une invasion de domicile de s'excuser d'avoir appelé la police et d'avoir fait arrêter l'intrus!

"Sous la pression de ces lobbies, les démocraties se sont engagées dans une refonte des manuels scolaires afin de rendre l’islam plus attrayant."

La seule façon de rendre l'islam attrayant pour une personne non-violente, non-misogyne et non-homophobe est de l'empêcher d'en lire les textes fondateurs. Une démocratie ne peut lutter efficacement contre le terrorisme musulman si elle refuse de faire l'effort d'étudier le Coran et la Sunna.

"L’OCI déclenche ou participe à des explosions de violence. Elle instille aux Etats la peur d’oser affirmer que l’islam contient une bonne dose de violence. (...) Combien de milliers de déclarations condamnant «l’intolérance, les stéréotypes négatifs, la stigmatisation, la discrimination, l’incitation à la violence contre des personnes en raison de leur religion», etc.? "

S'il y a une religion qui encourage tout ça, c'est bien l'islam! Les non-musulmans y sont traités à longueur de sourate et de hadiths de criminels, de pervers, d'injustes, d'égarés, de perdants, de réprouvés, d'aveugles, de menteurs, etc. Ils sont évidemment condamnés à l'enfer avant même d'avoir commis une mauvaise action, du simple fait de ne pas avoir adopté les croyances et les usages des musulmans.

Écrit par : Minona | 27/05/2018

Répondre à ce commentaire

Dans la posture qu'ils adoptent face à l'islam, pourquoi les chrétiens ne s'inspirent-ils pas de ces deux passages du Nouveau Testament:

• “Si quelqu'un enseigne une autre doctrine et n’adhère pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus Christ et à l’enseignement qui est conforme à la piété, il est enflé d'orgueil, il ne sait rien et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots, d'où naissent l'envie, les querelles, les calomnies, les soupçons malveillants et les vaines discussions entre hommes ayant un esprit dépravé et se tenant éloignés de la vérité” (I Timothée 6:3-5; certaines traductions préfèrent “foi” ou “crainte de Dieu” à “piété”);

• “Si quelqu'un vient vous trouver et n'apporte pas cette doctrine [“la doctrine de Christ”], ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez pas” (II Jean 1:10).

Cela dit, il est vrai que dans la Bible on trouve tout et son contraire...

Écrit par : Mario Jelmini | 27/05/2018

Répondre à ce commentaire

Après les réformes laïques "récentes", le vote des irlandais et la désertification des églises, qu'est-ce le pape peut rêver de mieux qu'un islam totalitaire ?

C'est du pain bénit, d'ailleurs il ne s'en cache pas, il a déclaré il y a quelques semaines que "l'islam est une chance inespérée pour la construction de l'Europe" et toutes les chancelleries de l'Europe dont les populations dont désertés les églises, l'Europe riche et développée économiquement, ne fait que suivre les ordres pontificaux et pédophiles, car ne pas oublié que de leurs cotés, les pays arabes sont également devenus des paradis du tourisme pédo-sexuel, quantité d'hommes politiques français passent plus de temps dans les lupanars dans lesquels des jeunes garçons offrent leurs âmes aux consommateur de prostitution, également, des milliers de curtons menacés par le justice se trouvent des posts dans des ong dans les pays écrasés par la charia, il faut savoir que la pédophilie dans beaucoup de pays dominés par la charia, ne considèrent pas la pédophilie comme "homosexualité", elle est très présente et acceptée, pour autant que l'auteur soit favorisé socialement, nous l'avons vu avec tariq ramadan, d'un coté il prêche une sorte d'islam puritain et tout à fait calmement il viole des femmes (et pas seulement, mais ça c'est pas encore monté à la surface) en toute quiétude, selon sa version, il n'a pas enfreint le moindre commandement issu de la charia, ce sont des objets qui selon la charia devraient, elles, être punies et lapidées !

C'est bien cet islam là que nos gouvernements européens souhaitent sans retenue voir de se développer dans nos sociétés, un islam de terreur, comme le fut l'inquisition il y a peu, un islam de soumission, comme tout dictateur peut le souhaiter pour mener des populations à la baguette, pourquoi croyez-vous que erdogan s'enflamme dans ses diatribes conquérantes ?

Vous n'allez pas le croire et bien, c'est uniquement pour obéir à Bruxelles !

Il n'y a pas 15 ans, l'Europe jouait au petit seigneur de ses lieux et maintenant, c'est erdogan et ses meutes qui tiennent l'ensemble de la civilisation européenne !

Il n'est pas seul, les frères musulmans s'occupent de la logistique, ainsi erdogan peut, grace à la taquia ancestrale, jouer sur les deux faces de la même pièce, d'ailleurs, cela est presque officiel, erdogan apprécie de plus en plus les jeunes garçons !

Écrit par : Corto | 29/05/2018

Répondre à ce commentaire

Voici un résumé qu'on pourrait parodier avec ce qui se passe actuellement:

"D'après l'historien Gabriel Camps, la conquête musulmane fut facilitée par la faiblesse des Byzantins qui avaient détruit le royaume vandale et reconquis une partie de l’Afrique (533). Mais l’Afrique byzantine n’est plus l’Afrique romaine. Depuis deux siècles, ce territoire était la proie de l’anarchie, et alors même que la conquête arabe est commencée, une nouvelle querelle, née de l’initiative de l’empereur Constant II, celle du Type, déchire encore l’Afrique chrétienne. Bien que peu nombreux, les Arabes ne trouvèrent pas en face d’eux un État prêt à résister à une invasion".....

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conqu%C3%AAte_musulmane_du_Maghreb

Écrit par : Patoucha | 29/05/2018

Répondre à ce commentaire

La Tribune de Genève d'aujourd'hui (30.05.2018) illustre parfaitement la thèse de Del Valle :

Une page et 3/4 de page en début de journal (p.2 et 3), pour nous vanter la formation des imams à l'université de Genève : c'est la partie promotion de l'islam.

Puis 1/6 ème de page (p16) pour nous informer de la tuerie qui a eu lieu hier à Liège : c'est la partie ne pas trop parler des crimes de l'islam, qui sont devenus tellement fréquents qu'ils pourraient presque se trouver dans la rubrique des chats écrasés.

Puis encore mieux : 1/18 ème de page, bien caché et tout petit, pour nous informer que le Conseil des Etats a refusé la motion de la Lega qui demandait pour les mosquées, l'interdiction de financements étrangers et l'obligation de prêcher dans une langue nationale. On continue donc de laisser faire pour ne pas "stigmatiser" une religion et on préfère effectivement accorder à l'islam un statut privilégié.

Pourtant un enfant de 8 ans peut déjà observer que dans le monde entier c'est au nom de l'islam que l'on tue, et jamais au nom de Jésus Christ, de Bouddah ou de Lao Tseu. Mais il ne faut surtout pas le dire, il ne faut même pas l'observer, au contraire il faut former des imams. Et il ne faut pas non plus demander pourquoi il n'y a que des adeptes l'islam qui auraient "mal lu" leur livre sacré et confondent l'amour et la compassion avec la haine et le meurtre. Au contraire il faut former des imams et promouvoir l'islam qu'aucun de nos politiciens n'a pourtant fait l'effort d'étudier. Connaître ce dont on fait la promotion avec l'argent public serait pourtant la moindre des choses, mais ici la loi du moindre effort prévaut.

S'ils s'en donnaient la peine nos conseillers d'Etat comprendraient pourquoi il est important d'appliquer à l'islam des mesures qui ne sont pas nécessaires pour les autres religions. Il ne s'agit pas de "stigmatiser" mais d'appliquer le principe de réalité . Ces imams "formés" par l'université de Genève n'auront pourtant jamais le pouvoir d'expurger le coran des appels à la haine et/ou au meurtre des non-musulmans qu'il contient, ni de transformer une religion créée par des chefs de guerre pour motiver leurs soldats, en religion d'amour.

Écrit par : Sophie | 30/05/2018

Répondre à ce commentaire

Un grand bravo, Sophie, pour ces observations on ne peut plus pertinentes, auxquelles je souscris entièrement. Elles méritent une large audience.

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.