16/07/2018

La Mosquée de Lausanne radicalise en toute quiétude

Cet article dénonçant le fondamentalisme et l'intolérance du lieu de culte n'a eu aucun effet. Il avait pourtant été envoyé à des politiciens et des médias.


Al Rifai2.JPG

L’article ci-dessous, paru le 23 septembre 2017, a été envoyé  à «20 Minutes», «24 Heures», à des responsables de parti du Conseil communal de Montreux (Michel Posternak, Vincent Tschopp, Raphaël Corbaz, Christian Allenbach) et à un organisme d’intégration de la commune. C'est que le porte-parole de la mosquée, Vert bien entendu, siège dans ce conseil.
Résultat: néant. L’imam comme son porte-parole poursuivent leurs activités sans être inquiétés. Ils enseignent une "loi" totalement contraire aux nôtres et qui date d'un millénaire. Je vous recommande de suivre les liens.

Ce n’est pourtant pas la première fois que le radicalisme de cette mosquée est mis en évidence.

Article du 29 septembre 2017:

«La Mosquée de Lausanne qui fête cette année ses 40 ans d’existence compte introduire une demande de reconnaissance de sa communauté aux autorités. Elle le fera en dehors de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) à laquelle elle n'appartient pas. Elle revendique quelque 40'00 visiteurs par année.

Afin d’aider les autorités à se faire une idée de l’approche de cette mosquée, voici quelques enseignements qu’elle prône, pêchés sur son site internet. C'est un exemple de la maladie mentale qui menace les adhérents du littéralisme du Coran, des hadiths et de leurs «savants». Livre saint et sunna sont bien sûr abondamment cités pour fonder ces interdits et obligations.

Ce centre islamique est lié à la tendance habache, une dissidence toute récente de l’islam, mais elle tente d’effacer cette coloration un peu sectaire. Elle se dit «sunnite», ce qui élargit son bassin de recrutement. Et le succès et au rendez-vous. Multiplication des conversions et, en septembre 2015, participations de 2000 personnes, musulmans et compagnons de route, à la «fête du sacrifice» sur une place du chef-lieu vaudois.

Les représentants des mosquées sont souvent polyglottes: arabe, langue du fossile destinée aux croyants et langue du tartufe pour la presse, les autorités, etc. La Mosquée de Lausanne maîtrise ces trois langues sur le bout du doigt.

J’ai déjà plusieurs fois mentionné ce lieu de culte. Une vieille connaissance est toujours à la manœuvre, qui serait plus à sa place dans une geôle que dans une mosquée: l’imam Mouwafac Al Rifai (photo). Il dénonce sans relâche l’extrémisme de la «secte wahhabite» (ce qui enchante la presse et les autorités) tout en prônant à l'occasion exactement les mêmes préceptes. En 2011, il a fait figurer sur son site les injonctions et sanctions de la charia (fouet, lapidation, djihad, etc,), dont celles-ci, moins connues: exécution des adultes qui ne font pas leurs prières et tabassage des enfants dès 10 ans s’ils la délaissent. Il traitait les juifs et les chrétiens de «diables». Plainte avait été déposée, l’imam acquitté.

Cette indulgence n’a pas porté ses fruits.

Le site internet répond à une question qui travaille beaucoup de musulmans: ont-ils le droit de souhaiter bonnes fêtes (de Noël notamment) aux chrétiens?   Voici la réponse. Pardon pour le charabia, mais la vérité des sources l’exige.

On commence par la conclusion, limpide: «Évitez les ennemis de Dieu durant leur fête ».

Et quelques développements: « … il est interdit de se faire ressembler aux grands pécheurs. Ainsi il est interdit de fêter les fêtes spécifiques aux mécréants ». Sont aussi inclus le 31 décembre et... les anniversaires.

De manière générale, il est interdit de «ressembler aux mécréants, que ce soit par les habits ou l’embellissement ou célébrer leurs fêtes » (…) ceci est un grand péché et peut mener à la mécréance [s’il les aide à la mécréance ou approuve leur mécréance comme le fait qu’ils attribuent le fils à Dieu… ».

Mosquées Lausanne_visite classe.jpg

Des enfants d’une classe s'initient à la religion de tolérance avec l'imam Al Rifai

Gai, gai, marions-nous… mais pas avec un «incroyant»!

L’islam possède une Loi et un droit découlant de la divine charia, qui sont enseignés dans les grandes mosquées. Peu importe qu’il s’oppose en de nombreux points au nôtre, comme l’a reconnu la CEDH.

Les mariés doivent par exemple signer un «contrat de mariage musulman» aux règles et discriminations minutieusement stipulées.

«Le mariage en Islam (mariage musulman) a des conditions de validité qu’il est important d’observer. (…) Le contrat de mariage musulman nécessite, encore plus que beaucoup d’autres choses, de connaître les jugements de la Loi.» 

C’est le tuteur de la femme qui la marie et la «donne pour épouse» au prétendant, qui lui est privé de tuteur. Celui-ci doit être musulman, et ce sera «le père s’il est valide, sinon le grand-père paternel sinon le frère du même père et de même mère, sinon le frère du même père, sinon, etc. etc. » mais «aucun proche du côté de la mère ne peut être tuteur».

Le site précise encore qu’«il n’est pas permis qu’un mécréant épouse une musulmane», contrairement aux hommes d’Allah qui peuvent épouser une femme appartenant aux «Gens du livre». Mais même avec cet agrément céleste, «il est très déconseillé de se marier avec une juive ou chrétienne de peur qu’elle ne rende l’enfant juif ou chrétien (gens du livre veut dire qui se réclament du livre et ne veut pas dire qu’ils suivent le livre car ils ont falsifié les livres, ils sont des mécréants, (…) de plus il ne peut pas l’aider [son épouse] à pratiquer sa religion, car aider à la mécréance est de la mécréance.» (…)»

Notons que «parmi les choses qui font sortir de l’islam, il y a appeler un non-musulman croyant». A lire aussi ce chapitre: «La Foi Musulmane et ce qui l’Annule. Croyance Apostasie Mécréance ».

Un porte-parole de toute confiance… élu sur la liste verte

Bassam_DEGERAB.jpgLe porte-parole de cette mosquée, Bassam Degerab, ingénieur informaticien, est un élu du Conseil communal de Montreux. Un Vert, il va sans dire. Lors d’un reportage dans sa mosquée, une journaliste du Courrier lui tend la main, ainsi qu’à l’imam Al-Rifai. La paluche reste suspendue dans le vide. Ni l’un ni l’autre ne serrent la main des femmes.

L'interview se déroule dans un va-et-vient de fidèles. La journaliste explique qu’«une interview en tête-à-tête porte fermée à clé n’est pas envisageable: un homme ne peut s’isoler avec une femme qui ne soit pas de sa famille.»

La nouvelle de sa mésaventure se répand dans le landerneau. Bassam Degerad explique que son geste (ou son absence) est un signe de respect pour les femmes, «conforme au comportement de tous les prophètes»… Mais il témoigne d’un irrespect étonnant envers ses collègues du Conseil communal et trahit régulièrement ses prophètes: en ces lieux d’ouverture, il serait mal vu qu’il refuse le toucher de paumes.

La présidente du Groupe égalité des Verts, la féministe Léonore Porchet (devenue depuis une icône de la lutte contre le harcèlement des femmes), ne voit pas où est le problème: dans sa mosquée, l’élu fait ce qu’il veut. Les Verts ont d’ailleurs délégué ce parangon d’intégration à la Commission de naturalisation du conseil.

Dans le site internet de la mosquée, l'origine de l’interdit diffère un brin de la déclaration de Degerab: «le toucher est le préliminaire à la fornication»... «En Islam il est permis de parler à une femme sans désir, sans la toucher par contact direct, sans être isolé avec elle.» Et pour autant qu’elle ait couvert sa «zone de pudeur», qui dans cette vaste fabrique d'obsédés représente la totalité du corps, sauf les mains et le visage «…le péché des mains comme préliminaire à la fornication, c’est le toucher».

D’un côté, les formations à la prévention de la radicalisation se multiplient; de l’autre, les autorités laissent des mosquée prôner ce radicalisme en toute quiétude.

 

 

 

 

 

15:52 Publié dans Intolérance, Suisse | Tags : mosquée de lausanne, al rifai, degerab | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Très franchement, les Verts sont des gens inquiétants. Être déséquilibré semble une condition fondamentale pour entrer au parti. Ils pataugent entre naïveté et haine de soi, et sont ouverts à toutes les contradictions. Ils ne voient pas de problème à la surpopulation mais sont contre toute interventions sérieuses dans les cultures vivrières, contre l'énergie atomique, thermique et contre les éoliennes.
Et il y a des gens qui élisent ces ... phénomènes. On est mal barrés...

Écrit par : Géo | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Chère Mireille Vallette,
Merci de nous informer régulièrement sur les dangers de cette religion pratiquée par des sectaires totalitaires.
En Suisse, mais aussi en France, en Belgique et d'une manière générale dans toute l'Europe, nous sommes en grand danger de voir la "Charia" ou les lois musulmanes s'imposer à tous par l'aveuglement et la démission de certains politiques, journalistes et même intellectuels (ou prétendus tels). Pourtant il faut continuer le combat que vous menez; continuez d'alerter les politiques, insister pour leur dire qu'ils seront les premiers mécréants à devoir accepter la soumission à cette religion. Les personnes de bon sens ont déjà compris comment se développe la menace qui vise à transformer nos modes de vies, nos habitudes, notre culture, etc. Il faut continuer à dénoncer la naïveté et la haine de soi dont parle Géo.

Écrit par : Jacques Carbou | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, je vais faire mon possible.
J'ai envoyé à nouveau ce papier aux politiciens indiqués.
Sans illusion!

Écrit par : Mireille Vallette | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

On souhaiterait que les jeune générations musulmanes se tournent vers le yoga, ce qui n'est en aucun cas trahir sa propre foi.

Ainsi, à propos d'ANAHATA (l'endroit de votre poitrine que vous tapotez en disant "moi"!) le centre nerveux et de conscience relatif au sentiment "essence même de l'être" selon Arthur Janov l'élément est l'air et le sens est le toucher

à quoi on peut ajouter: toucher, tact, doigté, délicatesse et courtoisie

toucher en musique: mains et doigts sur un clavier enfonçant les touches un peu comme dans de la pâte à gâteau ou, au contraire, "piquant"..."liant"!

en médecine, toucher examen médical en différents lieux du corps

Une personne félicitait Dinu Lipatti, pianiste Roumain, à propos de son interprétation tellement sensible

- Madame, lui répondit-il en se prenant la tête dans les mains, c'est ici que cela se passe...

Ne faut-il pas évoluer par petites touches, à petits pas… ceux de l'espérance… (Guy Gilbert) pour désenchaîner les forçats d'une religion mal assumée?

Religion ou idéologie musulmane exclusivement?

Toucher soi disant préliminaire aux manifestations sexuelles est la raison pour laquelle Bruno Bettelheim demandait aux parents de ne pas embrasser leurs enfants…!

Écrit par : MB | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Il est interdit de ressembler aux mécréants: qu'ils commencent déjà par renoncer à l'utilisation de smartphones....

Et combien de fois ne voit-on des femmes voilées, voire ultra-voilées, accompagnées d'un homme en Ray-Ban, Calvin Klein, Vuitton etc. Idem pour les véhicules à moteur: qu'ils roulent dans des voitures de fabrication halal. Qu'ils renoncent à la médecine moderne - puisque le prophète n'y avait pas recours.

Mais en réalité, à part nos Verts, qui croit à ces balivernes? La plupart des musulmans de nos latitudes préfèrent ignorer ces sornettes même s'ils font profil bas pour éviter les ennuis.

PS: pas de polémique autour du burqini cette année? Où en sommes-nous? A-t-il disparu, les femmes souhaitant à tout prix le porter ont-elles disparu?

Écrit par : Arnica | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Il faut insister auprès des politiciens qui, par exemple, demandent un référendum contre la loi sur la laïcité à Genève et leur dire leur grande erreur. Il faut mettre en évidence leurs noms pour ceux qui promeuvent le voile de répression.
Comme pour les Ramadan, il faut dénoncer leur discours discriminatoire envers les femmes libres (ne pas porter le voile, selon Hani Ramadan, serait une femme facile qui ne vaut pas 2 euros).
Il faut dénoncer les imams qui se permettent d'avoir des prêches radicaux. Les lois démocratiques sont au-dessus des préceptes de la religion et tout religieux ou croyant devrait signer un papier comme quoi il accepte les règles de la Suisse.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Quelle valeur ont nos valeurs si nous sommes prêts à les abandonner pour un compromis avec une idéologie qui les nie?
Poser la question, c'est y répondre.

Écrit par : Daniel | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

"aucun effet", "Résultat: néant": c'est ahurissant!
Pourquoi ne pas lancer une pétition sur Change.org et booster la publication?
Et remettre ensuite cette pétition munie de quelques milliers de signatures au Conseil d'État vaudois?
Je la signerai sans hésiter. Et je la relayerai sur mon blog.

Écrit par : Mario Jelmini | 16/07/2018

Répondre à ce commentaire

Devoir faire une pétition pour alerter les politiciens vaudois de cet enseignement de haine? Lors qu'ils le sont,ils restent muets. C'est ce que montre cet exemple. Pourquoi le Conseil d’État s¨émouvrait-il? Surtout que comme d'habitude et comme le montre aussi cet épisode,les médias n'en piperaient mot.La pétition irait directement dans un tiroir de l'Exécutif sans que quiconque, hors les lecteurs de ce blog, n'en aient connaissance.

Écrit par : Mireille Vallette | 17/07/2018

Il est vrai que l'ASVI, dont vous êtes la Présidente, a fait l'automne dernier une expérience bien décevante avec la pétition qu'elle avait lancée et qui avait pourtant recueilli plus de 760 signatures (dont la mienne).
Pour rappel: http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2017/11/20/reponse-a-notre-petition-merci-de-nous-laisser-islamiser-en-287873.html

Écrit par : Mario Jelmini | 17/07/2018

Les suisses sont tellement respectueux du droit d'autrui à être différent qu'ils vont jusqu’à autoriser "cette" différence qui veut que les suisse ne puissent vivre autrement que les musulmans. L'islamisme est un aller sans retour.
Au pays des CFF c'est un comble.

Écrit par : norbert maendly | 17/07/2018

Répondre à ce commentaire

Nos autorités ne sont pas aveugles, elles sont les complices OBJECTIVES de l'ISLAMISME et elles le savent.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 17/07/2018

Répondre à ce commentaire

Le coran est dangereux !

Écrit par : Sylvie RG | 17/07/2018

Répondre à ce commentaire

Un comble, également, l'apparente complicité des églises
Mahomet n'étant point Jésus.

Mon royaume n'est pas de ce monde, disait Jésus.
Celui de Mahomet et successeurs présents avec leurs visées, si.

Non seulement silence des églises mais démarches d'ouverture croissantes de leur part "sans modification appréciable tant du coran que de la charia".

Écrit par : MB | 17/07/2018

Répondre à ce commentaire

Il y a quelques rares verts qui sont quand même un peu réticents par rapport à l'amour de leur parti pour une religion qui nie toutes les valeurs défendues par ce même parti, mais ils sont ostracisés, voire pire (j'en ai connu un qui est même passé devant une sorte de tribunal de la pensée correcte !) par leurs coreligionnaires et dirigeants.
Personnellement et comme plusieurs de mes amis, amies surtout, je ne vote plus pour les verts, ni la gauche d'ailleurs qui poursuit le même combat. C'est désespérant.

Écrit par : Sonia | 18/07/2018

Répondre à ce commentaire

N'y a-t-il pas déjà plusieurs choses qui sont objectivement en violation du droit suisse, du droit des pays civilisés en général?

Interdiction d'épouser un mécréant = discrimination religieuse, donc raciale (puisque l'islamophobie est équivalente à du racisme).

Obligation pour les femmes de couvrir leur zone de pudeur, c-à-d la totalité du corps. Si le contre-projet anti-burqa passe, ce sera le fait de contraindre une personne à se couvrir qui sera condamnable.

Zone et portes séparées pour les femmes dans les mosquées

etc.

Qu'attendent nos autorités pour réagir, ainsi que tous les bien-pensants verts et de gauche qui hurlent au racisme et à la discrimination urbi et orbi?

Écrit par : Arnica | 18/07/2018

Répondre à ce commentaire

Ce sera de pire en pire et vous connaissez quels sont les châtiments imposés par le coran dans ce genre de sujets.

Pendant ce temps les verts, la gauche dans ses grandes largeurs, invoquent la "mixité" !!

Nous voyons comment l'islam fait cas de cette "mixité" ; La mort ou la conversion, raison pour laquelle en moyenne plus de 100'000 sont massacrés chaque année dans les pays musulmans, oui c'est la moyenne officielle !

Chaque année, au nom de cette idéologie totalitaire et sanguinaire, plus de 100'000 chrétiens sont égorgés, brûlés vifs, éviscérés, lapidés ou plus simplement poignardés ou transpercés par des projectiles provenant d'armes à feu.

Ca c'est pour ce qui concerne les pays musulmans, à ça il faut y ajouter les tueries de plus en plus pratiquées dans les pays non-musulmans, attentats terroristes, assassinats concernant, spécifiquement, de plus en plus de femmes vivant dans ces espaces de "mixité", c'est à dire, que des musulmans appliquent la charia sur les territoires laïques et démocratiques et cela en accords avec des élus politiques !

Cela fait des années, des décennies que des citoyens ne cessent de mettre en garde contre ce fascisme meurtrier et rien ne change, au contraire plus ils tuent au nom de la charia et plus les gouvernements leurs donnent des certificats d'indulgences, peut-ont encore les tenir pour responsables ?

C'est exactement comme lorsque la France et d'autres avaient signés des accords avec les envahisseurs nazis !

Écrit par : Marianne | 19/07/2018

Répondre à ce commentaire

Et le clou de l'affaire, c'est qu'en qualifiant cette charia de fasciste, ce sont ceux qui mettent en garde qui sont qualifiés de fascistes !

Les nazis faisaient exactement la même chose !

Écrit par : Marianne | 19/07/2018

Répondre à ce commentaire

Combien sont-ils à être protégés par la "justice" ?

Que s'est-il passé avec abu ramadan pour ses appels à la tuerie de chrétiens et autres obédiences depuis sa mosquée de Bienne ?

Écrit par : Ricochet | 21/07/2018

Répondre à ce commentaire

« La Mosquée de Lausanne qui fête cette année ses 40 ans d’existence compte introduire une demande de reconnaissance de sa communauté aux autorités. »
A mon avis, pour l’obtenir, ce n’est pas gagné !https://www.vd.ch/themes/population/religions/obtention-dune-reconnaissance-dutilite-publique-par-une-communaute-religieuse/

Écrit par : Cyan | 22/07/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je siège au Conseil communal de Montreux, et j'ai suivi cette affaire...

Mme Valette, comment avez-vous sélectionnés les membres à qui vous avez envoyé votre courrier ?

À part Michel, je ne vois pas pourquoi les autres auraient réagi, ils n'ont aucune visibilité particulière au Conseil...

M. Allenbach a démissionné du Conseil il y a +2 mois pour information

Nous avons des pleutres dans cette Commune, personne n'ose rien dire... seule consolation, M. Degerab n'est pas un conseiller extraordinaire... absences répétées (trop de travail à la mosquée ?), mauvais textes dans ses rapports... pas d'apéro, pas de repas avec nous... bref, un exemple de Montreusien (ironique)...

Je me rappelle encore de la séance durant laquelle il a déposé son postulat pour un carré musulman à Montreux... ça a failli mal tourner.

Il faut surveiller cette mosquée ; et pour ma part, j'espère que M. Degerab ne sera pas réélu en 2021 au Conseil, mais la parenté gauche-verte fait qu'il y a report des voix... je ne sais même pas pourquoi les Verts le gardent, il discrédite leur parti !

Avec mes meilleures salutations

Écrit par : Tal LUDER | 26/07/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur Luder,

Il me semble avoir choisi des conseillers (un par parti, avec une erreur de destinataire) qui avaient une responsabilité. Honnêtement, je ne me souviens pas. J’avais l'impression naïve que le problème ne pourrait pas rester dans un tiroir si plusieurs conseillers étaient au courant.

Écrit par : Mireille Vallette | 27/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.