29/07/2018

Le retard de la science en pays d’islam selon un physicien pakistanais

Les superstitions et les méthodes d’apprentissage du Coran pèsent lourdement sur le retard scientifique des sociétés musulmanes. Pervez Hoodbhoy l’illustre.


Par Jean-Guy Berberat.
Deuxième publication alors que le Pakistan vient d'élire son nouveau premier ministre.

hoodbhoy2.jpg

 

«La science refuse obstinément de prendre racine dans les pays musulmans.» C’est le constat d’un célèbre physicien pakistanais, par ailleurs activiste des droits humains, le Dr. Pervez Hoodbhoy.[1]

La lecture de son interview permet d’inverser la proposition: en fait, les pays musulmans sont un sol stérile pour la science. L’entêtement à considérer l’islam comme la vérité révélée, totale et définitive en est la cause première.

La relation entre science et religion est un thème récurrent chez les théologiens, notamment pour l’islam. S’il n’en est pas un pour les scientifiques, c’est parce que ceux-ci n’envisagent aucun rapport entre les deux. Les observations et les réflexions d’un scientifique d’origine musulmane sur la science dans le monde islamique sont donc particulièrement intéressantes. Elles le sont d’autant plus qu’elles portent sur le Pakistan, État islamique de plus de 200 millions d’habitants qui dispose de l’arme nucléaire.

La pseudoscience et la superstition touchent particulièrement le monde musulman, mais pas seulement, comme en témoignent les larmes de madones en Italie. Au Pakistan, «ce qui diffère, c’est l’audience, l’attention et le sérieux accordés aux charlatans, escrocs et religieux». Par exemple, l’«inventeur» d’un moteur mu par de l’eau plate a été considéré comme un héros national par le monde politique, médiatique et même scientifique, dont Abdul Qadeer Khan, le «père» de la bombe atomique pakistanaise. Il s’est ensuite avéré que le falsificateur, un temps adulé, était en fait un braqueur de banques!

Le Dr. Hoodbhoy attribue deux causes à cet état de fait:

  • L’exigence de prendre en considération la religion en tout, science comprise, ce qui étouffe l’esprit critique.
  • L’importance de la mémorisation dans l’enseignement, influencée par celle des textes religieux à connaître par cœur et à psalmodier. «On demande à l’étudiant de reproduire des phénomènes scientifiques plutôt que de les analyser et de les comprendre par le raisonnement».

Des formes de pseudosciences perdurent sous l’appellation de «sciences islamiques», comme la soi-disant «interprétation scientifique» du Coran. «Les prétendus intellectuels qui s’efforcent de créer une science purement islamique sont moins nombreux qu’il y 30 ans, sous la présidence du général Zia», se félicite le Dr. Hoodbhoy. L’entourage de Zia proclamait alors l’existence d’une science islamique, indépendante de la science chrétienne, de la science juive, de la science hindoue, ce qui revient à nier la science elle-même et à la fondre dans la culture. «De ces gens, aucun n’était un scientifique.» Ils ont tenté de se servir de la critique de la science par des «postmodernistes occidentaux» pour affirmer avoir découvert une science fondée sur les valeurs islamiques. Hoodbhoy a publié un ouvrage à la fin des années 1980, Islam and Science-Religious Orthodoxy and the Battle for Rationality, où il réfute cette aberration.

C’est en sciences de la vie que s’exprime le conflit le plus irréductible. «La totalité ou presque des musulmans rejettent le concept d’évolution et de complexification». Ça commence par les livres scolaires. Un traité consacré à la biologie affirme: «La théorie de l’évolution, telle que proposée par Charles Darwin au 19ème siècle, est une des plus incroyables et irrationnelles affirmations de l’histoire.» Rien que ça. A noter l’usage qui est fait de la notion de «rationalité». «Même les professeurs de biologie disent ne pas y croire [à l’évolution]. Ils ne l’enseignent que par obligation».

Les principes de cette «science islamique» se répercutent en médecine. Le recours à des  «remèdes islamiques» comme la saignée, les limaces, les amulettes est très courant. Les chaînes de TV proposent d’innombrables émissions consacrées à la guérison par la foi. «De telles croyances ne concernent pas que les couches les plus ignorantes de la société: elles sont fortement répandues parmi les étudiants des universités!»

On retrouve ces croyances partout dans le monde musulman, surtout sunnite, où l’enseignement repose sur la répétition et la mémorisation. «J’ai vu des étudiants psalmodier et réciter, en groupe, juste avant un examen de science», rapporte Hoodbhoy. «La science est associée à des formules, des graphiques, des tableaux; elle n’est pas perçue comme un moyen de développer les capacités d’analyse.»

Ce genre d’approche éloigne ainsi les jeunes musulmans des sciences «dures». «Ils préfèrent la finance et la comptabilité qui leur permettent de travailler dans des multinationales pour lesquelles ils vendent des produits conçus, développés et fabriqués ailleurs dans le monde», c’est-à-dire ailleurs que dans les pays musulmans. L’Iran ou la Turquie, qui ont un long passé préislamique, sont moins obérés par cette science idéologisée.  

Le gouvernement pakistanais encourage toujours certaines dérives. «Les projets portant sur la pseudoscience islamique se sont raréfiés, mais il en subsiste.» Hoodbhoy narre un échange acerbe qu’il a eu avec le directeur général de la PAEC, la commission pakistanaise de l’énergie atomique, un certain Bashiruddin Mahmood. Pas n’importe qui, donc, ne dirigeant pas n’importe quoi. Ledit Mahmood a émis un document officiel disant que des djinns pourraient être capturés et utilisés pour résoudre tous les problèmes d’approvisionnement électrique du Pakistan. Rappelons que pour l’islam les djinns sont des créatures invisibles qu’Allah a créées à partir du feu, comme il a créé les hommes avec de l’argile. Le Dr. Hoodbhoy a qualifié cette idée d’insensée, ce qui lui a valu d’être traité d’ennemi de l’islam. Un collègue de Mahmood a pourtant approuvé sa critique, avant de se dire tout de même convaincu qu’on pouvait asservir des djinns à la conduite de turbines.

Cette inculture est largement diffusée par les médias. On ne peut trouver, occasionnellement, des sujets réellement scientifiques que dans la presse pakistanaise anglophone.

hoodbhoy.manif.jpg

L'activiste des droits  l'homme lors d'une marche de protestation contre contre l'un des pires extrémistes que son pays ait connu, imam de la Mosquée rouge d'Islamabad.

Comme l’islam a forcément toujours raison en toute chose, les autorités tentent de nier la réalité et de masquer tout indice d’infériorité. Difficile. Pour 14 millions de personnes dans le monde, 180 prix Nobel ont été attribués à des savants juifs. De l’autre côté, le milliard et demi de musulmans n’a obtenu que trois prix Nobel, dont un de la paix. [2] Les deux autres, en chimie et en physique, l’ont été par des scientifiques ayant étudié et exercé exclusivement dans des pays anglo-saxons. «Le monde islamique n’a fourni aucune invention depuis le 12ème siècle». Certaines de ses rares universités [2] se prévalent d’un nombre croissant de publications scientifiques. C’est une présentation fallacieuse des faits. Cette prétendue croissance part de zéro, ou presque. De plus, ces publications revendiquées par des pays musulmans, «notamment l’Arabie saoudite, sont le fait de professeurs européens ou américains réputés, engagés par ces universités».  

A la question de l’«harmonisation» des principes de l’islam et de la science, le Dr.Hoodbhoy répond sans ambiguïté: «Il n’y a qu’une voie pour créer cette harmonie. Les placer dans deux compartiments séparés et sans chevauchement. Laisser la science aux scientifiques recourant à des méthodes scientifiques basées sur la raison, la logique, l’expérimentation et l’observation. Laisser la religion au domaine spirituel et individuel.» En d’autres termes, comme toutes les autres religions, l’islam n’est pas une science et ne peut pas l’être. La science, elle, n’a pas à spéculer sur le sens de la vie et des phénomènes naturels.

"Aucun leader religieux n'a appelé à expulser de l'islam les Talibans ou des groupes similaires. Quand on insiste, la réponse est généralement que seul Allah peut décider  qui est musulman et qui ne l'est pas. Mais les mêmes s'empressent de déclarer les Ahmadis (réd: une branche de l'islam) comme des infidèles."

Alors qu’est amorcée la quatrième révolution industrielle avec ses perspectives illimitées et ses bouleversements prévisibles, alors qu’on parle aujourd’hui d’intelligence artificielle, de nanotechnologie, d’internet des objets, de biotechnologies, d’informatique quantique, de stockage d’énergie, alors que la science et ses recherches s’étendent de l’infiniment petit à l’univers entier, de son avenir à son origine, l’islam débat du sexe des anges (ou des djinns). Il pense idéologie et politique. Il spécule mais n’analyse pas. Il pense «puissance» [3] plutôt que progrès, supériorité à démontrer plutôt que crédibilité à acquérir[2]. Il rêve de pouvoir par le Savoir, croyant que le Savoir est dans le Coran.  Il tourne en rond en psalmodiant des idées médiévales pendant que le reste du monde, qu’il prétend soumettre, se réinvente continuellement et fonce vers le futur en accélérant.

L’échec, l’impuissance et l’inanité de l’islam actuel sont patents. Si on transpose son rapport avec la science en «choc de civilisations», l’islam perdra fatalement. Et comme il ne peut exister que vainqueur, il disparaîtra. Le Dr.Hoodbhoy et très lié à son pays dont il ne voit le salut que dans la stricte séparation de la science et de la religion.

Entre le poids de la culture et la force des fanatiques qui les ont dans le collimateur, la bataille des Hoodbhoy n’est pas gagnée.

Jean-Guy Berberat

 

[1] Interviewé par le Dr. Stefano Bigliardi, traduit de l'italien à l’anglais et paru dans la revue Newsline de juillet 2017.

[2] http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=216657

[3] Selon Denis de Rougemont, «la puissance est le pouvoir qu’on a sur les autres, la liberté est le pouvoir qu’on a sur soi.»

 

17:25 Publié dans Autres pays | Tags : science et ilslam, physicien, pakistan | Lien permanent | Commentaires (27) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

Une fois raison, logique, expérimentation et observation exercées quotidiennement voire nuit et jour il est possible de se tourner vers le ciel pour lui demander pour tous un supplément d'âme sans oublier la belle profession de foi de l'apôtre Paul aux Corinthiens: "Si je sais tout mais que je n'ai pas d'amour (ou l'amour) je ne suis rien."!

Dans certaines synagogues encore aujourd'hui pour raison de fidélité à la tradition religieuse du judaïsme on explique l'obligation faite aux femmes de ne pas s'asseoir à côté des hommes parce qu'au cas où elles seraient indisposées tout ce qu'elles toucheraient deviendraient impur.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/07/2018

L'Arabie saoudite, patrie de l'islam et productrice de pétrole, interdit l'enseignement de la paléontologie dans des universités, pour cause de créationnisme. Et donc, ils ne comprennent même pas ce qu'est le pétrole...

Écrit par : Géo | 30/07/2018

Géo, il faut également savoir que la totalité des archéologues du golfe sont formés pour détruire toutes découvertes d'anciens corans, car ces derniers viendraient contredire la version officielle actuelle.

Cet étonnant si l'on se penche sur l'histoire de l'islam, autant jusqu'au 16ème siècle les pays musulmans étaient à la pointe des découvertes mathématiques et autres sciences alors que les catholiques brûlaient vifs tous ceux qui apportaient de la connaissance que depuis et surtout depuis quelques décennies, comme si l'islam avait repris le flambeau du Vatican et plonge ses populations dans le même obscurantisme que l'Europe l'a subie pendant des siècles, il faut également préciser que c'est depuis que la plupart des pays européens ont pris de la distance avec les églises que les sciences ont pu se développer.

Ceci dit, heureusement que les sociétés soumises à des idéologies, quelles soient catholiques ou musulmanes ont cette attitude envers les sciences !

Écrit par : Valium | 30/07/2018

Les musulmans ont mis 400 ans avant d’accepter l’imprimerie… ! Inutile de chercher plus loin. C’est clair que l’invention de l’imprimerie a été tout de suite reconnue comme l’ennemi du pouvoir chez les Arabes…

Écrit par : Christian | 30/07/2018

Valium@ Qu'est-ce que c'est que ce délire ? Votre commentaire est totalement incohérent. Au hasard, vous signez généralement vos commentaires du pseudo Corto, n'est-ce pas ?

Écrit par : Géo | 30/07/2018

« Le pire c'est que parmi les islamophiles de chez nous il y a des gens instruits. … Revenez sur terre Messieurs les intellos de gauche… »
Mais c’est quoi ce délire de débile de tout mettre sur les gens dits de « gauche » !
Les anarchistes ne croient pas en dieu, et pourtant leur mouvement est plutôt de gauche.
Les communistes prônent l’athéisme. Ils sont aussi de gauche.
Les « ricains » impriment sur leurs dollars « in god we trust ».
Ce sont des gauchistes aussi ?
Gott mit uns (« Dieu avec nous ») est une devise militaire allemande. Depuis 1701, c'est la devise de la maison royale de Prusse, du kaiser, et est donc une composante des emblèmes militaires. Elle sera utilisée après la fin de la monarchie par la Reichswehr, puis par la Wehrmacht ainsi que par la Bundeswehr jusque dans les années 1960.
Des gauchiste peut-être ?
Il faut vous réveiller, Machin !
L’invasion des « mahométans » incultes, dans nos contrées, on la doit surtout à des blaireaux de votre droite. Les thurifères du libre marché et de la libre circulation.
C’est peut-être des gauchistes qui déclenchent des guerres pour le pétrole et qui obligent des tas de pauvres bougres à devenir des réfugiés, pour sauver leur peau ?
C’est aussi des gauchistes qui font la pluie et le beau temps dans l’UE libérale ?
Les vrais gauchistes et leurs intellos que vous méprisez, sont en majorité des défenseurs acharnés de la laïcité .
Respecter les croyances d’autrui pour un gauchiste, en tout cas comme moi ne signifie en aucune façon, s’y soumettre.
Par contre, un mec de droite, si on y met le prix, lui il s’aplatit comme une limace.
Renseignez-vous sur le phénomène du « halal » et vous verrez qu’il est surtout économique.
Les « réacs » de droite, plus pénibles et bêtes, on ne fait vraiment pas !

Écrit par : Cyan | 30/07/2018

Le pire c'est que parmi les islamophiles de chez nous il y a des gens instruits. Je pense qu'ils sont tellement plein d'eux même qu'ils se croient capables de gérer la vague d'ignorance qui nous menace avec des théorèmes. Revenez sur terre Messieurs les intellos de gauche, votre érudition sera jetée aux orties par les barbus et vous avec.

Écrit par : norbert maendly | 30/07/2018

"Les musulmans ont mis 400 ans avant d’accepter l’imprimerie…" (Christian)

Et le ... papier ... pour imprimer dessus ?

Les "musulmans" devaient le produire à partir de quoi, et comment ?

De peaux de chèvres et de mouton ?

Écrit par : Chuck Jones | 30/07/2018

@valium
"la plupart des pays européens ont pris de la distance avec les églises que les sciences ont pu se développer."
https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Lema%C3%AEtre

@mireille valette
"De l’autre côté, le milliard et demi de musulmans n’a obtenu que trois prix Nobel, dont un de la paix. [2] Les deux autres, en chimie et en physique,"

https://blogs.mediapart.fr/amdb/blog/111017/connaissez-vous-ces-15-africains-laureats-du-prix-nobel

1 prix nobel en medecine et 1 en physique, pour 1,225 millard d'habitant. Faut-il y voir l'influence de l'islam?

Écrit par : omar | 30/07/2018

Omar, sur les 15 prix Nobels africains, 2 seuls octroyés pour disciplines scientifiques !!!

L'un des lauréats se nomme " Max Theiler" et l'autre Ahmed Zewail

Si il faut à chaque fois trucidé une jeune fille avec de l'acide ou la faire mourir en l'excisant avec des lames rouillées pour obtenir des prix Nobels, alors oui, ce sont même des millions de prix Nobels qui devraient être attribués et faire des nations musulmanes un modèle intergalactique, car il faudrait aller à des myriades d'années lumière pour éventuellement trouver un tel degré dégénérescence sociétale !

Des mauvaises langues disent que la panne SNCF aurait été provoquée pour faire oublier l'affaire Lahcene Benalhia !

Écrit par : Valium | 30/07/2018

Je suis lanceuse d'alerte. Avez-vous lu le blog d'Hani Ramadan qui défend les femmes voilées qui protestent à l'ONU alors que plus 200 millions de femmes sont excisées principalement dans les pays musulmans? On ose parler chiffon alors que tant de femmes souffrent.
http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2018/07/23/pour-un-feminisme-musulman-authentique-293369.html

Écrit par : Noëlle Ribordy | 31/07/2018

@noelle ribory
"Je suis lanceuse d'alerte"

Il faut peut-être pas exagérer...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lanceur_d%27alerte

wikipedia: " Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, ayant connaissance d'un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective. La notion est apparue en français à propos d'alertes sanitaires et environnementales dans les travaux sociologiques publiés par Francis Chateauraynaud et Didier Torny en 1999 dans l'ouvrage intitulé Les sombres précurseurs1.

Il s'agit généralement d'une personne ou d'un groupe qui estime avoir découvert des éléments qu'il considère comme menaçants pour l'homme, la société, l'économie ou l'environnement et qui, de manière désintéressée, décide de les porter à la connaissance d'instances officielles, d'associations ou de médias, parfois contre l'avis de sa hiérarchie. "

Écrit par : omar | 31/07/2018

« Sur son blog, HR met une de ces vidéos insupportables d'une (belle, évidemment) femme voilée qui parle d'un "rapport accablant" présenté au Parlement européen sur les discriminations terribles que subissent les femmes musulmanes en Europe, car elles ne sont pas libres de s'habiller comme elle le veulent. »
Source ?
Avec ce sulfureux personnage, il est toujours important de donner les sources.
Surtout quand le reste du « post » transforme un fait grave, les discriminations, inacceptables ( Lesquelles d’ailleurs ?) dans notre société en :
-« Il est en effet scandaleux qu'au XXIème siècles, des femmes soient obligées de s'habiller de sorte à afficher de manière très visible la religion à laquelle elles sont soumises. Il est également scandaleux qu'elles ne puissent pas librement choisir leur époux. »
ici fort bien documenté d’ailleurs.
Bien que HR défende un islam radical et anachronique, cela ne le rend pas responsable pour autant des dérives que des imbéciles crédules commettent.
Qu’une personne abandonne son libre-arbitre, pour commettre ou imposer une chose, que son humanité et sa conscience intime réprouve au nom d’une idéologie quelconque est impardonnable.
Le problème aujourd’hui avec cette religion, ce n’est pas ce qu’elle prescrit, mais ce que certains font d’ignobles et de révoltants en son nom.
Viendrait-il à l’idée à tout homme sensé de reprocher, même en temps de guerre, à un soldat d’épargner son ennemi ?
Plus de 90 % des musulmans dans nos sociétés font preuve de leur libre arbitre et
ne suivent pas des exaltés comme HR et leurs imams rétrogrades.
Et ne pas vouloir le reconnaître est insultant pour eux.
Je trouve l’analyse de Pervez Hoodbhoy un peu trop manichéenne. Et peu appropriée à nos sociétés.
Aujourd’hui.
Pour son pays, je peux l’admettre en partie.
Il oublie quand même de préciser que la corruption généralisée des élites de son pays et une grande inégalité sociale, font que l’instruction publique basique est en grande partie en main des religieux et des mosquées.
Par contre, son analyse me conforte sur plusieurs points.
Privatiser les services publiques, surtout l’instruction, comme le prône nos chantres du libéralisme, et reconnaître à des officines religieuses le statut d’utilité publique peut nous conduire à cette décadence et déchéance.
Laisser des imams et des bigots de l’islam prendre le contrôle de l’immigration sous prétexte d’ouverture d’esprit est dangereux. En le faisant nous favorisons un communautarisme qui ne s’intégrera pas dans notre société.
Il est temps que nos autorités prennent conscience que si la religion, n’est pas la cause principale des guerres dans le monde musulmans, elle n’ est en tout cas pas le ferment de la paix.
Bien au contraire, elle en est indéniablement l’un de ces pires combustibles.
Et tout homme sensé sait qu’on ne donne pas des allumettes à un pyromane.
Encore moins de l’essence !

Écrit par : Cyan | 05/08/2018

Mea Culpa !
Par hasard j’ai retrouvé la vidéo source.
https://twitter.com/ccif/status/1021329316301484033?s=20
Une sympathique petite « nonette » en pourpre dénonce une intolérable discrimnation. Et avec quel sérieux !
La question des restrictions vestimentaires en France.
Il est interdit, en France, d'évoluer dans un espace public avec le visage dissimulé. Voilà, en somme, ce que dit la loi adoptée il y a 5 ans et entrée en vigueur au mois d'avril 2011. Par « espace public », il faut entendre la rue, les transports en commun, les commerces, les hôpitaux et les administrations, mais aussi les musées, les cinémas les théâtres, les bibliothèques et les écoles. La liste n'est pas exhaustive. Dans tous ces lieux, il est donc interdit d'avoir le visage couvert.
Portant elle ne porte pas la burqa. Elle n’a pas le visage masqué.
Discrimination parce que ce sont :
1 Des femmes
C’est malheureusement un peu logique, vu qu’il s’agit d’un vêtement normalement féminin.
2 Musulmanes
A part Fantomette, Raven ou Bat girl, pour ne citer que des non musulmanes, je ne vois pas d’autres femmes porter ce genre de truc.
Même Belphegor je pense, subirait cette interdiction française.
3 D’une autre ethnie.
Ouais ! Halle Berry s’y essayée en « Cat woman ». Résultat un flop au box office.
Crime abominable, la France et bientôt d’autres pays persécutent des femmes musulmane et les marginalisent !
En leur refusant d’avoir le visage dissimulé ?
Et Les casseurs avec leur cagoules noires.
Les bourreaux, les tortionnaires ou les membres du KKK.
Et les adeptes de SM.
Ils ne sont pas eux aussi, suivant ce raisonnement un peu simpliste, abominablement marginalisés ?
Sérieusement, on doit parfois bien rigoler au Parlement européen en écoutant les requêtes de zébrelles, zébrettes ou zébresse de son acabit.
( On nomme ainsi pour ceux qui comme moi ne le savait pas, la femelle du zèbre.)
Pendant un moment j’ai presque cru qu’en France on pratiquait envers ces femmes les mêmes pratiques que dans les pays où ce genre de tenue est portée volontairement sous peine de s’en prendre plein la tronche, dès que le mâle dominant ne comprend que trop le sens biblique de connaître.

Écrit par : Cyan | 05/08/2018

Sur son blog, HR met une de ces vidéos insupportables d'une (belle, évidemment) femme voilée qui parle d'un "rapport accablant" présenté au Parlement européen sur les discriminations terribles que subissent les femmes musulmanes en Europe, car elles ne sont pas libres de s'habiller comme elle le veulent.

Il est en effet scandaleux qu'au XXIème siècles, des femmes soient obligées de s'habiller de sorte à afficher de manière très visible la religion à laquelle elles sont soumises. Il est également scandaleux qu'elles ne puissent pas librement choisir leur époux. Voir l'affaire qui a récemment éclaté en France: une jeune femme avait été séquestrée par son père et ses frères qui voulaient qu'elle épousent un candidat plus approprié. L'amoureux qu'elle avait choisi était pourtant musulman.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/07/25/01016-20180725ARTFIG00317-touraine-une-jeune-elue-larem-sequestree-par-sa-famille-en-vue-d-un-mariage-force.php

Le "rapport accablant" présenté au PE mentionne-t-il aussi ce "fait divers" ?

"Mounia Haddad, 29 ans, conseillère départementale de La République en marche en Indre-et-Loire, a été séquestrée par sa famille qui, selon son avocat, refusait son mariage et souhaitait lui imposer un époux en Algérie.

Ils sont tous deux musulmans, d'origine algérienne et quasiment du même âge. Pourtant, la famille de Mounia Haddad, 29 ans, n'a pas l'intention de lui laisser épouser l'homme qu'elle aime: elle veut même lui en imposer un autre. Cette jeune conseillère départementale (LaREM) de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), cadre administratif au CHU de Tours, a été retrouvée, jeudi dernier, dans une chambre du domicile parental. Jeudi 2 août, son père, deux oncles ainsi que son frère comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Tours, révèle La Nouvelle République. Ils sont poursuivis des chefs d'«enlèvement et séquestration de moins de sept jours» pour les trois premiers, et de «menace de mort écrite» pour le dernier.
....."

Les menaces de mort sont l'argument ultime et assez irréfutable permettant d'imposer l'islam

Écrit par : Arnica | 31/07/2018

Encore les merveilles de la modernité en terre d'islam, religion d'amour:
https://www.tdg.ch/monde/asie-oceanie/mariee-force-fillette-torturee-mort/story/25575612

On aimerait bien savoir s'ils utilisent Excel pour calculer l'équivalent fillette lors de ces trocs (badal)

"Hameya avait épousé Ashraf dans le cadre d'un «badal», un mariage avec échange de filles. Théoriquement interdites en Afghanistan, ces unions se pratiquent toujours, surtout dans les provinces reculées comme celle de Badghis (nord-ouest) dont elle était originaire.

Selon Jamshid Shahabi, le porte-parole du gouverneur de Badghis, «une fille de la famille d'Hameya a épousé un proche (de son futur mari Ashraf). En retour, ils ont donné Hameya à Ashraf». La fillette avait entre 7 et 10 ans, explique-t-il."

Écrit par : Arnica | 31/07/2018

De par ses textes fondateurs même (que les musulmans ne peuvent remettre en question sans risque), l'islam véhicule toute sorte de faussetés sur la nature et l'univers:

http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/2012/11/15/25588123.html

http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/2013/01/04/31320269.html

Ainsi, selon le Coran, le ciel est une voûte à sept niveaux, le soleil a une orbite, la lune est lumineuse, la Terre est plate et a été déroulée comme un tapis que les montagnes empêche de trembler, les fruits ont un sexe, les menstruations sont un mal, les os du fœtus se forme avant sa chair et le lait est un mélange de merde et de sang.

Ensuite, selon des hadiths sahih, les mécréants ont sept intestins, on peut soigner avec des ventouses, les dattes protègent des poisons, le bâillement provient du diable (qui urine dans l'oreille de celui qui ne prie pas durant la nuit), le fœtus est une gouttelette durant 40 jours et le corps humain comporte 360 articulations!

Cela dit c'est l'ensemble du développement humain d'une société qui est ralenti lorsque chaque geste de la vie quotidienne doit obéir à un ensemble contraignant de règles religieuses, que la moitié féminine de sa population n'y a pas les mêmes droits et qu'un mois chaque année, la majeure partie de la population se prive de manger et de boire durant le jour:

http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/2012/11/14/25580413.html

Écrit par : Minona | 31/07/2018

Les remarques de "Chuck Jones" sont toujours aussi rafraîchissantes (c'est appréciable en ces temps de canicule) que pertinentes et enrichissantes. Le papier! Mais, bon sang, c'est bien sûr! On n'y avait pas pensé. C'est sans doute pour ça aussi que la production littéraire arabo-musulmane est toujours aussi riquiqui aujourd'hui (celle de la Finlande à elle seule lui est équivalente).

Écrit par : Normandy | 01/08/2018

"Les remarques de "Chuck Jones" sont toujours aussi rafraîchissantes (c'est appréciable en ces temps de canicule) que pertinentes et enrichissantes." (Normandy)

Merci Monsieur Normandy. Les compliments sont des récompenses très recherchées pour les efforts passés à observer, étudier, rechercher, comparer, formaliser, rédiger, vérifier-corriger, structurer, synthétiser, résumer, re-vérifier-corriger, doser, nuancer, re-vérifier-corriger, saler, poivrer, décorer, emballer, adresser, avant finalement ... d'expédier ... ses remarques.


"Le papier! Mais, bon sang, c'est bien sûr! On n'y avait pas pensé."

Hé ouaaisssss !

Vous y avez pas pensé au papier, hein, avouez ?

Comment une imprimerie pourrait fonctionner sans ... papier ? Hmmmmmm ?

Comment une bagnole pourrait fonctionner sans ... pétrole ? Hmmmmm ?

Comment un état pourrait fonctionner sans ... impôts ? Hmmmmm ?


En plus, pour imprimer, vous pouvez pas utiliser n'importe quel papier.

---
La belle histoire du papier ...

I - Le papier, la belle histoire

L'empereur Chiuangdi

Le papier est né en Chine vers la fin du IIIème siècle avant l'ère chrétienne, sous le règne de l'empereur Chiuangdi (dynastie des Qin). Au VIIIème siècle, les arabes apprennent l'art chinois de fabrication du papier, et le transmettent peu à peu à l'occident. ...

http://cerig.pagora.grenoble-inp.fr/dossier/papier-materiau/page01.htm
---


"C'est sans doute pour ça aussi que la production littéraire arabo-musulmane est toujours aussi riquiqui aujourd'hui (celle de la Finlande à elle seule lui est équivalente)."

"production", dites vous ?

Pour parler de "production", encore faudrait-il qu'une ... demande ... industrielle ... existe, ... et que quelqu'un de riche soit prêt à la payer.

Pour attendre quoi ... en retour ?

"littéraire", dites vous ?

Une production ... de signes ... alignés ... horizontalement ou verticalement.

Des signes ... destinés ... à quel usage ... que les autres productions de l'époque ... ne pouvaient remplir ? Hmmmmmm ?

Écrit par : Chuck Jones | 01/08/2018

Si je décrypte correctement le charabia toujours aussi abscons de "Chuck Jones", ça signifie que le monde arabo-musulman, à l'image de son prétendu prophète, est peuplé d'illettrés et d'analphabètes (absence de besoin, donc de demande de lecture)?

Si les Arabes ont appris des Chinois comment fabriquer le papier, qu'en ont-ils fait, puisque son absence justifierait l'inanité pour eux de l'imprimerie (en fait, de la typographie)?

Hors de propos: le véritable Chuck Jones était un producteur de dessins animés américains, notamment Tom et Jerry. Lien de parenté? Rapport affectif? Modèle philosophique?

Écrit par : Normandy | 02/08/2018

"Chuck Jones était un producteur de dessins animés américains ..."

Pour ... l'élasticité ... des images, ... des sens, ... des mots, ... de la logique, ... de la dialectique, ... de la rhétorique ... du temps, ... de l'espace, ... de la mémoire, ... de la valeur, ... des valeurs, ... des croyances, ... de la foi, ... bref ... l'élasticité.

Pour l'élasticité.

Et pour les petites courses et poursuites obsessionnelles récurrentes dans les dessins animés américains qui caractérisent aussi ces blogs.

Écrit par : Chuck Jones | 02/08/2018

" Si les Arabes ont appris des Chinois comment fabriquer le papier, qu'en ont-ils fait, puisque son absence justifierait l'inanité pour eux de l'imprimerie (en fait, de la typographie)?" (normandy)

Excellente question.

Très pertinente.

J'aime beaucoup.

Vous savez pourquoi ?

On est en plein dedans.

Si si. Regardez autour de vous.

Que devient aujourd'hui ce papier que nous avons produit, imprimé et accumulé pendant ... allez, on dit combien ? 400 ans ?

Avec toutes ces TéVés, et tout ces PéCés, et tout ces TéLéFons, et toutes ces ... lumières ... telles de milliers petits soleils qui vous brillent directement dans les yeux ?

Au lieu de réflechir sur ce que vous vous tentez d'apercevoir ?

Et de réfléchir sur ce que la lumière vous revèle ?

Et de réfléchir sur ce que vous voyez ?

Et de réfléchir sur pourquoi ce que vous voyez se trouve là, où vous le voyez, à cet instant ?

Et comprendre pourquoi ce que vous voyez autour de ce que vous distinguez, se trouve aussi là ?

Et comprendre le lien qui rattache ... ce que vous distinguez ... de ce qui l'entoure ?

Hmmmmm ?


Mais pour en revenir à ...

"Si les Arabes ont appris des Chinois comment fabriquer le papier, qu'en ont-ils fait, puisque son absence justifierait l'inanité pour eux de l'imprimerie (en fait, de la typographie)?"

En fait la question à laquelle je propose que nous tentions de répondre est ...

Pourquoi une absence de production de papier ?

Que faut-il pour fabriquer du papier à imprimer ... en quantité ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A2te_%C3%A0_papier#D%C3%A9couverte_de_la_p%C3%A2te_%C3%A0_papier

Écrit par : Chuck Jones | 02/08/2018

"Si les Arabes ont appris des Chinois comment fabriquer le papier, qu'en ont-ils fait, puisque son absence justifierait l'inanité pour eux de l'imprimerie (en fait, de la typographie)?"


Excellente question. Quelle joie de me mettre en piste pour y répondre !

http://expositions.bnf.fr/livrarab/arret_sur/imprimes/texte.htm


https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2004-2-page-169.htm#anchor_plan

2 Une invention tirée par la demande
2.1. « Demand pull » et « technology push »

L’économie de la technologie distingue depuis Jacob Schmookler [1964] deux mécanismes alternatifs d’induction de l’invention : le demand pull et le technology push. Cette approche est-elle pertinente dans le cas de l’invention de l’imprimerie ?

Selon Schmookler [1964], à chaque période le savoir existant rend possibles une multiplicité de potentialités d’inventions, dont certaines seulement seront sélectionnées, donc réalisées. Chaque invention effective résulte d’un choix par des agents de combiner certaines composantes du savoir existant, choix orienté par une volonté (« will »). Cette volonté naît comme réponse à une demande perçue : ...


http://www.huyghe.fr/actu_376.htm

9 mars 2012 - Le miracle du papier

On peut couramment relever dans les Encyclopédies que la formule du papier a été gardée secrète jusqu'au VIII° siècle ou encore que le procédé d'impression par des caractères mobiles, pourtant connu en Orient était si secret que Gutenberg le réinventa sans le savoir. La technique de la pâte de papier ou celle des caractères mobiles ne furent pas protégées par des lois, des interdits, par un impératif de confidentialité comme la soie ou la porcelaine, mais il y a au moins secret ou du moins non divulgation de fait. Et si l'on ajoute le rappel des obstacles auxquels se heurta le livre, il faut conclure qu'à défaut d'un vrai secret de l'imprimerie, il y a autour d'elle de nombreux secrets ou tentatives d'imposer le secret.

Première bizarrerie : les silences de l'histoire du papier. Toute notre culture repose sur ce discret serviteur auquel elle a mis longtemps à rendre justice, et dont elle a été longue à reconstituer l'histoire. Ainsi l'Encyclopédie de Diderot qui exalte le papier "merveilleuse invention qui est d'un si grand usage dans la vie, qui fixe la mémoire des faits, et immortalise les hommes ". Elle propage la légende ...

Écrit par : Chuck Jones | 03/08/2018

Les jeunes musulmans viennent généralement en Occident pour apprendre des techniques et non pour se former en sciences fondamentales, dont la plupart des notions sont contraires au coran.

Écrit par : Mère-Grand | 03/08/2018

Les étudiants, les intellectuels... comment pourraient-ils se fermer aux sciences en leur ensemble?

La limitation au coran n'est-elle pas un moyen pour perpétuer les clivages entre gens "nés" (fortunés de et par naissance) instruits, universels et modernes et les autres, gens du peuple, volontairement condamnés à être bornés (comme expliqué à propos du métissage par le plan de remplacement Kalergi) afin de les mieux manipuler pour accorder pouvoir et meilleures places aux premiers... parce que les gens du peuple, en réalité, ne seraient pas forcément moins intelligents que les autres!?

Femmes condamnées à la vie familiale parce qu'éventuellement aussi intellectuelles et brillantes, ou plus, que certains hommes?

Pour la sexualité l'excision raccourcit-elle pour les femmes le temps du coît en leur donnant l'envie d'en finir le plus rapidement possible?

Si oui, côté hommes, quels en seraient avantages ou inconvénients?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/08/2018

Je recommande la conférence d'Onfray sur l'islam aujourd'hui dimance sur FranceCul.:
https://www.franceculture.fr/emissions/breve-encyclopedie-du-monde/un-paradis-a-lombre-des-epees
Pour le christianisme et comment le christianisme s'est imposé, c'est ici:
https://www.franceculture.fr/emissions/breve-encyclopedie-du-monde/torturer-les-corps-torturer-les-ames

Écrit par : Daniel | 05/08/2018

Intéressante est l’hypothèse soulevée par Chuck Jones, concernant l’invention du papier.
Quoique la pénurie dans le monde musulman de sa matière première pour le créer me semble spécieuse.
Enfin de ce que je crois comprendre de son jeu de piste.
Soumettre les progrès de la connaissance qu’à sa diffusion, en l’occurence grâce à l’imprimerie, malgré le fait historique qu’est dans l’histoire de notre civilisation, la Renaissance. Période de l'époque moderne associée à la redécouverte de la littérature, de la philosophie et des sciences de l’Antiquité, et d’un ensemble de réforme religieuse, justement amplifiées par cette invention, n’est pas entièrement satisfaisante.
J’en tiens pour preuve, l’époque actuelle.
Jamais dans son histoire l’homme du commun n’a eu autant de possibilité de parfaire ses connaissances, qu’aujourd’hui.
Et en théorie, sans entraves.
Les grands principes spirituels et religieux ne déterminent-ils pas un seul type de comportement pour toute une communauté de croyants ?
L’aliénation religieuse ! Le mysticisme !
L’expression favorite des musulmans, « Inch’Allah » condamne ses adeptes à cette soumission infernale.
La remarque de Bakounine au début de ses Considérations philosophiques sur le fantôme divin, sur le monde réel et sur l’homme :
« Appelez cela Dieu, l’Absolu, si cela vous amuse, que m’importe, pourvu que vous ne donniez à ce mot Dieu d’autres sens que celui que je viens de préciser ; celui de la combinaison universelle, naturelle, nécessaire et réelle, mais nullement déterminée, ni préconçue, ni prévue, de cette infinité d’actions et de réactions particulières que toutes les choses réellement existantes exercent incessamment les unes sur les autres. » 
est la seule et logique attitude à professer.

Écrit par : Cyan | 07/08/2018

Les commentaires sont fermés.