11/09/2018

Le Tribunal fédéral franchit un nouveau pas vers l’obscurantisme

Le voile à l’école doit être autorisé, liberté religieuse oblige. La République des juges a tranché, le peuple n'a rien à dire.


Valais_foulard_àcole.png

 

Le Tribunal fédéral a confirmé l’interdiction aux Valaisans de se prononcer «Pour des têtes nues à l’école», soit pour proscrire le voile islamique. L’initiative avait récolté le nombre de signatures requis, mais sous couvert d’arguties juridiques, le Grand Conseil, puis la cour fédérale, à l’unanimité des cinq juges dont un UDC, ont mis leur veto.

Vice-président du comité d'initiative et avocat des recourants, Jean-Luc Addor, conseiller national UDC constate: «Une poignée de juges s'est arrogé le droit d'interdire aux Valaisans de s'exprimer sur une question de société qui fait débat en Valais et en Suisse». Et de souligner la gravité de cette  décision qui légitime le port du voile dans les écoles publiques de toute la Suisse.

Le plus fort dans l’histoire, c’est que l’argument majeur de la cour fédérale est la liberté religieuse. «… le port du voile (tout comme la kippa juives, la vie des moines chrétiens ou les signes religieux) n’avait pas à lui seul d’effet prosélyte. La mission éducative de l’école n’était pas compromise et le port du voile n’était pas nécessairement contraire au principe d’égalité des sexes puisqu’il n’était pas forcément motivé (notamment dans le cas d’espèce) par une contrainte imposée aux femmes, mais pouvait aussi résulter d’un libre choix d’exprimer une identité religieuse ou culturelle. Il découle clairement de cette jurisprudence qu’une disposition ayant pour but ou pour effet d’empêcher le port du voile par des élèves dans les écoles publiques porterait une atteinte disproportionnée à la liberté de religion.»

A partir de quel âge un enfant est-il censé être capable de décider librement de ses bébé_foulard.pngconvictions? Dès l’école primaire? Et pourquoi pas au jardin d’enfants?

Le droit c'est comme les statistiques, on peut lui faire dire ce qu'on veut. Il suffit de choisir parmi les multiples références juridiques celles qui légitiment son préjugé.

Le TF accorde ainsi aux parents le droit à l’endoctrinement de leurs filles, aux écoles la suppression de l’égalité entre élèves, et aux fillettes le rappel que leurs camarades garçons sont de potentiels agresseurs.

Qu’y a-t-il de si dangereux dans le corps d’une petite fille pour le recouvrir ainsi? De quoi ont-ils si peur? En recouvrant les petites filles comme des femmes, en plaçant leur corps au même niveau que celui des femmes, le voile les sexualise. Un corps qui doit être recouvert, c’est un corps qui peut inspirer la concupiscence.
Abnousse Shalmani, Franco-Iranienne

 

Faire porter le voile à ses filles implique l’adhésion à d’autres discriminations et revendications archaïques, ce dont le Tribunal fédéral se fiche éperdument. Il l’a prouvé lors d’un autre arrêt auquel il fait référence à plusieurs reprises à propos de l’initiative valaisanne. C’était en 2015. Il a autorisé à une fille de 12 ans à l’époque à porter son voile à l’école. Son père refusait par ailleurs que ses filles participent aux cours de natation, même avec un burkini car il ne cache pas assez les formes féminines. Il a interdit la participation de l’une d’elles à un camp de ski, il exige de pouvoir faires ses prières durant les heures de travail, etc. Ce salafiste vit logiquement avec toute sa famille de l’aide sociale. Le TF, malgré cette éclatante illustration du lien entre voile et islam orthodoxe, lui avait donné raison.

Comme le souligne Jean-Luc Addor, le voile «n’est pas seulement un signe religieux, de soumission des femmes, mais un signe politique qui affiche la progression de l’islam dans notre pays». Et de relever ce paradoxe: « On se préoccupe beaucoup des victimes de harcèlement. En l’occurrence, le Tribunal fédéral n’est certainement pas du côté des victimes.»

Intégrer, est-ce renoncer à ses propres valeurs pour faire place à d’autres, par exemple autoriser le niqab? Ou laisser porter le foulard à l’école par des fillettes? Où sont la beauté morale, les droits de l’homme, les valeurs universelles?
Kacem El Ghazzali, Marocain réfugié en Suisse

 

Un jour ou l’autre, le TF pourrait être amené à se prononcera sur une interdiction du burkini ou des prières à l’école. Gageons qu’il invoquera encore la liberté religieuse. Mais il n’aura heureusement pas à se prononce sur le niqab que les Suisses vont à coup sûr interdire lors d’une votation prévue en 2019.

C’est hélas une piètre consolation.

 

(Paru dans dreuz info)

 

Commentaires

Petite question concernant la photo, elles étaient où et quand ces djihadistes ?

Pour ceux qui ne comprennent pas la question, je les renvoie au sens premier de djihad -> Faire un acte, petit ou grand, dans le chemin d'allah.

Écrit par : Eastwood | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

"C'est l'interdiction des lois islamistes s'imposant supérieures aux nôtres au motif d'égalité religieuse, que nous devons obtenir en nos cantons et dans notre Confédération

Ces lois incluent l'idée d'une obligation d'apprentissage de l'arabe en scolaire obligatoire à faire payer par le contribuable imposable."

Écrit par : Divergente | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

Voyons le bon côté des choses: ces fillettes vont devenir éduquées, elles vont apprendre à raisonner et à réfléchir, au lieu d'ânonner le Coran en arabe, sans rien y comprendre. Avec un peu de chance, à 16 ans - au plus tard à leur majorité - elles auront (peut-être) le choix de jeter leur voile aux orties.

Elles seront en contact avec des garçons (oh! horreur!), avec des mécréant(e)s (oh! horreur!), elles vont côtoyer des assiettes de porc à la cantine et des croissants aux jambon à la récré (oh! horreur!) etc.

Finalement, les parents musulmans qui envoient leurs filles à l'école sont très progressistes. Ils acceptent qu'elles soient en contact avec la décadence occidentale, elles risquent même de suivre des cours d'éducation sexuelle.

Ensuite, juste avant qu'elles ne passent leur maturité, on les renverra au bled épouser un inconnu que leur clan aura sélectionné pour elles. Que du bonheur!

Écrit par : Arnica | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

SUR GOOGLE en demandant si: "islam le port du voile est-il obligatoire on lit: "Non, l'université Al-Azhar a enfin statué: le voile n'est pas une obligation islamique

en date du 18 mars 2O18"

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

La démocratie suisse est reléguée au rang de manifestation folklorique au même titre que la lutte au caleçon ou la désalpe. Avec des juges incapables de jugement de valeur le totalitarisme islamique ne tardera pas à prendre le pouvoir à moins que comme dans une partie toujours plus grande de l'Europe les citoyens prennent conscience du péril qui nous menace.

Écrit par : norbert maendly | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

Un bras d'honneur pas très honorable (pancarte).

Écrit par : tomtom | 11/09/2018

Répondre à ce commentaire

Encore et toujours, le voile qui "gagne". Un jour, tout leur reviendra en plein visage. Les gens, se révolteront et, il seras trop tard. Vous êtes prévenus(es).

Peter.

Écrit par : Peter | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Le Tribunal fédéral désarme ses propres citoyens face à une idéologie totalement incompatible avec les valeurs occidentales. Le bien et le mal ne sont pas les mêmes en islam que dans les autres religions!
Il est très grave de laisser les enfants s'habituer à porter ou à voir des foulards islamiques dès leur plus jeune âge car ils intègrent ainsi l'idée que l'islam est le plus fort.
Cette décision du TF est irresponsable.

Écrit par : Laurence | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

l'école est un lieu où "normalement" les filles doivent être traitées de la même manière que les garçons. Sur cette question les féministes semblent être absentes. En outre il est intéressant de noter que le TF considère que des enfants mineurs ont la capacité de discernement concernant la religion.

Écrit par : Boccard | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Et tant pis si dans les républiques islamiques les signes religieux autres que musulmans sont interdits au nom que l'islam est supérieur à toutes les autres formes religieuses.
Nous sommes plus intelligents, plus ouverts ... donc condamnés à disparaître.

Écrit par : Mère-Grand | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

A mon avis, le voile n'a rien à voir avec la liberté religieuse, et même plus grand chose avec la sexualisation du corps des femmes : c'est simplement LA manière qu'ont les islamistes de marquer leur présence sur un territoire donné.

Le Tribunal fédéral vient de leur offrir sur un plateau l'autorisation d'islamiser le Valais. Ils vont adorer, car certains pensent (à tort), qu'autrefois le Valais a été musulman, et puisqu'il faut reprendre aux mécréants toute terre qui aurait été musulmane, merci au TF de faciliter le travail !

https://www.letemps.ch/suisse/valaisans-arabes-histoire-dun-mythe

Nous sommes partout en Europe en train de perdre la démocratie au profit de la nouvelle classe dirigeante non élue: les juges. Que faire ? ? ?

Écrit par : Sophie | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Ce qui m'échappe, outre la complaisance des juges fédéraux envers les comportements nuisibles à l'intégration, c'est l'argument du droit international. Or, la Cour européenne a validé l'interdiction, en France, du voile à l'école! L'arrêt du TF me semble donc en contradiction avec celui de la CE. Pourquoi ne pas y recourir?

Écrit par : Normandy | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

@Eastwood (pas Clint, heureusement)

Encore un bel exemple de malhonnêteté intellectuelle (c'est à vrai dire ce qu'on trouve de plus intellectuel dans le monde islamique et à sa périphérie): faire croire qu'en s'opposant au voile islamique à l'école on traite de djihadistes les musulmanes! Ce que nous combattons, répété pour la millième fois au moins, ce ne sont pas les musulman(e)s, c'est l'islam en tant qu'idéologie obscurantiste, totalitaire et invasive. Quant au sens euphémistique attribué à "djihad", il faudrait d'abord l'enseigner aux musulmans avant de nous faire le leçon. Ils vous répondront que tuer au nom d'Allah et de son hypothétique envoyé, c'est précisément "faire un acte sur le chemin d'Allah". Et tout redeviendra conforme au coran, aux hadiths, à la charia et autres sources de normes et d'injonctions islamiques!

Écrit par : Normandy | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Le syllogisme (en fait, le sophisme) affiché par ces bâchées me rappelle celui-ci: l'Homme est un mammifère, la vache est un mammifère, donc l'Homme est une vache. Simple bêtise bovine ou, une fois encore, malhonnêteté intellectuelle?

Écrit par : Normandy | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

@Normandy: Dans le syllogisme/sophisme, il y a surtout une grosse erreur: "Islam ist Teil der Schweiz"
Est-ce bien le cas?

Sinon, on peut tout aussi bien dire:
Le soleil tourne autour de la terre
La terre est plate
Le soleil est donc forcément plat

Par exemple....

Sinon, ceci est assez intéressant: [interdiction du voile pour une enseignante]
http://www.dei.ch/f/article_dei.php5198

"Les juges ont également estimé que la décision incriminée ne constituait pas une atteinte au principe de non-discrimination. La requérante ne pouvait pas arguer qu’elle était désavantagée par rapport à un homme qui n’était pas soumis, par sa religion, aux mêmes principes vestimentaires. De plus, l’interdiction qui lui était faite ne visait pas son appartenance au sexe féminin, mais la préservation de la neutralité de l’enseignement primaire public. La requête a donc été jugée irrecevable. "

Écrit par : Arnica | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Comment se fait-il que ce qui est possible en France (interdiction du voile à l'école), pays respectant les normes européennes en matière de droits de l'homme, soit impossible en Suisse ?!
Malheureusement, il ne faut pas compter sur les féministes actuelles (qui, en tant que féministe, me font honte), ni sur l'UDC (rappelons que l'unique membre UDC de ce Tribunal a soutenu ce jugement), pour changer cette situation.
La démocratie étant bafouée de tous côtés, les juges (tous bien-pensants et plus ouverts à la multiculturalité qu'à la défense des femmes) ayant pris le pouvoir depuis longtemps (années 70 en France selon Zemmour), je crois qu'il faut le reconnaître: nous sommes tout simplement foutus et les civilisations européennes vont s'écrouler d'ici une vingtaine d'années.

Écrit par : Sonia | 13/09/2018

Répondre à ce commentaire

La France est (était serait plus juste) laïque. Genève est laïque également. D'ailleurs, la jurisprudence devrait permettre d'interdire le voile islamique à l'école genevoise. Quelles seraient les réactions de la caste des politiciens bien pensants genevois si une telle initiative venait à être proposée dans le canton de Genève, en supposant que le nombre de signatures requise ait été obtenu?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 13/09/2018

Avec humour Molière parvint à faire basculer maints excès… non des moindres...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.