17/10/2018

Musulmans et discriminations: l’étrange vision de la Commission contre le racisme

Tribune libre parue dans la rubrique "Opinion" du Temps ce mercredi 17 octobre.


commission fédérale contre l eracisme,martine brunschwig graf,interdictions,tribune libreEst-il légitime de s’interroger sur les positions de la Commission fédérale contre le racisme (CFR)?  C’est le cas de nombreux citoyens, dont je fais partie. La première interrogation concerne sa mission centrale: lutter contre les discriminations. Ce n’est dit nulle part, mais les auteurs de discriminations sont toujours les hôtes, jamais les populations accueillies.  Pourtant, nombre de réfugiés, notamment musulmans, viennent de pays où l’intolérance entre religions est grande et le patriarcat (inscrit dans les législations) écrasant. 

Et que dire de nos mosquées influencées par les Frères musulmans, les wahhabites, la Turquie ? Elles luttent contre la mixité, enjoignent les femmes à couvrir leur corps, organisent des conférences où femmes et hommes sont séparés, déclarent aujourd’hui encore des textes parfaits et éternels alors qu’ils enseignent de graves discriminations. Ces aspects sont mis en évidence par les médias et dans mon livre « Le radicalisme dans les mosquées suisses ». Je ne connais pas d’études mandatées par la CFR qui traitent de ces questions.  

La commission accepte les principales revendications des communautés commission fédérale contre l eracisme,martine brunschwig graf,interdictions,tribune libremusulmanes sur la base du droit suisse et international, soit la défense de la liberté de conscience et de croyance, le respect de la dignité humaine, l’interdiction de discriminer. Le respect de la non-discrimination implique, précise la commission,* qu’aucune loi ou directive «ne vise les signes religieux d’une religion spécifique». Mais la quasi-totalité des signes contestés (burqa, voile, burkini, prières, etc.) ne concerne que l’islam. Impossible donc de ne pas viser cette religion «spécifique». La CFR ignore cette impossibilité, elle précise à propos de la burqa: «Si des mesures particulières doivent être prises en matière de maintien de l’ordre et de sécurité dans l’espace public, ces mesures ne doivent pas viser, implicitement ou explicitement, des tenues vestimentaires liées à une religion en particulier.»

Pour éviter de discriminer une religion, certains demandent «l’interdiction de se dissimuler le visage». Ils tombent dans un autre interdit: les «discriminations commission fédérale contre l eracisme,martine brunschwig graf,interdictions,tribune libreINDIRECTES». Enfin, nous dit la CFR, il est aussi interdit d’interdire un «symbole». Impossible de prendre en compte que la burqa est un symbole d’asservissement des femmes dans l’islam, que plus un groupe est radical, plus il l’exige. Et que l’autoriser ici favorise le radicalisme, notamment des enfants.

Tout groupe qui entend faire interdire ce vêtement est donc dans l’impasse. Surtout que la CFR ne tient pas compte que le droit peut évoluer: la Cour européenne de justice a accepté l’interdiction de la burqa. La France, l’Autriche et le Danemark la proscrivent et les citoyens européens aimeraient faire de même.  Sont-ils des discriminateurs qui s’ignorent ou des opposants à un symbole de discrimination?

Un sondage de janvier 2018 nous apprend que les trois quarts des Suisses pensent accepter l’initiative anti burqa et que 69% des sondés sont favorables à l’interdiction du foulard des élèves, foulard que Martins Brunschwig Graf, présidente de la commission, se félicite d’avoir autorisé à Genève. Sa réaction à propos d’interdictions du burkini confirme cette vision systématiquement positive : «Le burkini permet aux femmes d’aller à la plage, donc de se libérer, et non l’inverse. »  Se libérer ? Les femmes musulmanes peuvent grâce à ce costume garder leur vision archaïque des relations entre hommes et femmes.

Cette approche des revendications communautaires conduit la CFR à alimenter les ressentiments à l’égard de la Suisse. En 2017, lors d’un colloque intitulé « L’hostilité envers des musulmans », les intervenants ont défendu la même vision: « Vivre danscommission fédérale contre l eracisme,martine brunschwig graf,interdictions,tribune libre la suspicion généralisée », « Les musulmans dans le collimateur », « L’hostilité envers les musulmans sur Internet», etc. L’ignorance de l’influence intégristes et l’axiome de la CFR -l’absence de lien entre islam et terrorisme ou radicalisme-, interdisaient de voir ailleurs que dans les discriminateurs suisses une explication à cette hostilité.

L’Association vigilance islam a envoyé à la présidente une pétition de près de 800 signatures lui demandant d’organiser des manifestations contradictoires. Sans succès.

 

Les photos sont tirées de la conférence de Martine Brunschwig Graf à l’université de Genève le 14.09.2017 : Elle synthétise la vision de sa commission. https://vimeo.com/234338562

https://www.letemps.ch/opinions/discriminations-letrange-vision-commission-contre-racisme 

Et une Tribune libre hier à propos de la dissension socialiste dans ce journal: https://www.tdg.ch/vivre/societe/islam-socialistes-opposition/story/20363793

 

 

Commentaires

La Suisse a été reconnue comme pays très démocratique grâce au modèle de votation dit: "démocratie directe"

Comment se fait-il que les suisses ne réagissent pas plus que ça face à leurs politiciens? Passivité, paresse, argent sale, pétrodollars, corruption, banksters et autres?

Martine Brunschwig Graf est une femme, me semble-t-il? Elle devrait être en première ligne afin de défendre le statut des femmes? Qu'est-ce qui la pousse comme d'autres à adhérer au concept mortifère islamique, telle est la question. Une enquête s'impose.

Le soupçon envers ces politiciens pour: "corruption passive" au nom du fric, des énergies fossiles et des royautés musulmanes ou non, ainsi-soit-il.

Il n'y a rien de logique dans sa politique et ses comportements. Mais toute l'Europe est touchée par ce fléaux, suffit de s'informer.

Écrit par : Maquisard | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

Il serait bon de connaître la réaction de Martine BG sur les prestations du rappeur Médine aux Docks à Lausanne. Voir le billet de Stéphane Montabert "Devine qui vient rapper ce soir"...

Écrit par : Géo | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

Liberté, démocratie, raison, progrès, humanisme, tolérance sont des valeurs qu'ignore, nie, dénigre et même combat l'islam. La CFR et sa présidente sont devenues des ennemis de la Suisse et des Suisses. Dans une pathétique et tragique confusion des genres et des couleurs, ces malfaisantes déroulent un tapis rouge à la peste verte. Il est vrai que ça illustre plutôt bien l'anachronisme qu'est l'alliance de la gauche à prétention "progressiste" et la régression philosophique, politique, sociale, culturelle et humaine qu'incarne l'islam. A noter au passage que mélanger du rouge et du vert ça donne du brun. Prémonitoire?

La CFR et les juges suisses ne cessent de s'abriter derrière le droit international pour permettre l'infiltration d'une idéologie (car il s'agit bien de cela) mortifère et fascisante dans ce qui est encore, pour l'instant, notre pays. Or, ils l'ignorent superbement (ou cyniquement) quand il risque de gêner un tant soit peu le processus d'islamisation en cours (et bien "en cour"!). Ce faisant, ils encouragent le communautarisme, obstacle à l'intégration et facteur, au contraire, de désintégration d'un pays.

Pour notre salut demain, réclamons aujourd'hui la dissolution de cet ennemi intérieur qu'est devenue la CFR!

Écrit par : Normandy | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

Contre le foulard et la dissimutation du visage.Ce n'est pas un signe religieux,mais de soumission. Leur soit disant prêche ne parlent pas de dieu,mais d'ordre vis à vis de tout peuples non musulman.

Écrit par : Michel Janine | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

C'est surtout idéal pour ne pas trouver de travail!

Écrit par : Dominique Degoumois | 17/10/2018

Le raisonnement autour des foulards et autres niqabs est d'une telle mauvaise foi, imbibée de chantage émotionnel, c'est tellement invraisemblable qu'aucun argument intelligent ne parvient à avoir une emprise sur ce lavage de cerveau.

- "C'est ma liberté", "les femmes ont le droit de s'habiller comme elles le veulent": alors si c'est une question purement vestimentaire, il ne peut s'agir de discrimination religieuse.

- si c'est une tenue religieuse et que les femmes portent le voile/niqab par choix, elles devraient aussi pouvoir s'en passer le temps d'aller au travail ou à la piscine. Si elles ne peuvent pas s'en passer, cela signifie que c'est obligatoire. On en s'en sort pas!

- la religion, la foi sont des choses qui relèvent de l'esprit et de l'âme. Comment se fait-il qu'un "bout de tissu" soit si indispensable pour adorer son dieu? Dieu a-t-il vraiment besoin de textile? Dieu a-t-il une préférence pour le noir ("ça va avec tout") ? Et uniquement chez les femmes? C'est ça, la véritable discrimination.

Et si le voile/niqab/burqa sont des libres choix de la femme, comment se fait-il qu'il n'y ait que les femmes musulmanes qui les portent? En ce moment, c'est la mode des tatouages, pourquoi pas aussi la mode des cheveux couverts?

Tiens, au fait, y a-t-il des femmes musulmanes tatouées? Sans doute chez les Berbères ou au Soudan, mais ça nous ramène à nouveau à des obligations coutumières et tribales. Les femmes ne sont jamais maîtresses de leur corps et de leur apparence.

Écrit par : Arnica | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

Tout va bien Madame la Marquise:
http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/10/17/01016-20181017ARTFIG00254-grande-synthe-le-centre-chiite-zahra-ferme-accuse-de-diffuser-l-islam-radical.php

"L'association, objet d'une vaste opération antiterroriste début octobre, est accusée de «légitimer le djihad armé», d'entretenir une «propagande incitant à la haine, à la discrimination et à la violence» et de faire preuve d'un «antisémitisme profond et violent».

Le 2 octobre dernier, près de 200 policiers, dont des agents du RAID et de la BRI, s'étaient rendus au centre Zahra, à Grande-Synthe, dans le nord de la France, pour y mener une vaste opération antiterroriste. Douze perquisitions administratives avaient en parallèle été menées, notamment chez les dirigeants de cette association islamique chiite, à cause de leur «soutien marqué» à plusieurs organisations terroristes. Trois personnes avaient été placées en garde à vue, notamment pour détention illégale d'armes à feu.
...
le magistrat estime que ses dirigeants contribuent à «la diffusion de l'islam radical chiite à l'échelle européenne» et que «le lieu de culte hébergé dans le centre Zahra diffuse des messages légitimant ouvertement le djihad armé». Le préfet pointe du doigt les prêches dispensés dans cette salle de prière et les écrits mis à la disposition des fidèles et des internautes. Il dénonce aussi «la référence constante aux ouvrages et à la doctrine de l'ayatollah Khomeini», fondateur de la République islamique d'Iran.
...
Le préfet Michel Lalande craint également un «endoctrinement de la jeunesse» qui fréquente le centre Zahra, formatée dans une perspective de «guerre sainte» et «d'apologie constante» d'organisations contestées comme «le Hamas, le Djihad islamique palestinien ou la branche armée du Hezbollah». .... Michel Lalande cite comme exemple des «vidéos comportant des chants guerriers» ou même un «poème glorifiant la lutte et la mort en martyr». "

On devine aisément que toutes les femmes qui fréquentent ce centre sont dûment voilées (et bien sûr: volontairement!)

Écrit par : Arnica | 17/10/2018

Répondre à ce commentaire

Disons, si vous mettez trois femmes CROYANTES, une catholique, une juive, une musulmane autour d'une table pour parler de la liberté de croyance et de la liberté de la femme. La foi en leur religion prime. La religion qui leur a été servie dès leur naissance, tel un lavage de cerveau, a embué leur esprit. Inconsciemment, elles feront bénéficier les lois de la religion, les lois patriarcales et ignoreront superbement les lois de la liberté de la femme et la démocratie.

Vous prenez trois hommes croyants, un catholique, un juif, un musulman autour d'une table pour parler de la laïcité. Ils défendront les lois de la religion avant tout. Le patriarcat est tellement ancré dans leur esprit qu'ils ignoreront superbement que les femmes ont subi des humiliations.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 18/10/2018

Répondre à ce commentaire

De toute façon MBG est une religieuse... et tous les membres de communautés religieuses se défendent mutuellement... par peur qu'un interdit puisse une fois les toucher... donc elle doit se récuser dans tous les cas concernant les religion

Écrit par : Félix | 18/10/2018

Répondre à ce commentaire

Les deux derniers commentaires résument très bien les raisons de l'attitude de MBG et de ses semblables: défendre la foi avant tout, quels qu'en soient les aspects.

Écrit par : Mère-Grand | 18/10/2018

Répondre à ce commentaire

Felix,

Que voulez-vous dire en affirmant que MBG "est une religieuse"

une femme membre d'une communauté religieuse, une soeur?

Une femme qui a la foi?

D'une paroissienne protestante, ou catholique, par exemple, on ne dira pas qu'elle est une religieuse, c'est-à-dire une femme consacrée et, chez les catholiques, qui a prononcé des vœux provisoires, d'abord, puis, définitifs

Chez les protestants, une diaconesse de Saint-Loup, autre exemple, est une religieuse: soeur Yvonne, sans pour autant prononcer de vœux.

Leur mot clé étant liberté.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/10/2018

Répondre à ce commentaire

Mireille, à défaut de commenter le comportement absurde et très dangereux des irresponsables du CFR ou CFCR, je donne la parole à cet arabe- ex musulman, donc apostat puisqu'il ne croit plus à l'islam, il dénonce ces mêmes comportements des politiciens.

https://www.facebook.com/serge.lefevre.524/videos/1950788444941694/

Écrit par : NOËL Pierre | 19/10/2018

Répondre à ce commentaire

https://www.reuters.com/article/us-france-islam-un/french-ban-on-full-face-islamic-veil-violates-human-rights-u-n-panel-idUSKCN1MX15K



La France accusée par des "juges" étrangers de "violation de droits humains" ("violation of human rights") pour son interdiction du port de la burka.

La MEILLEURE raison pour voter OUI à l'urgente et indispensable initiative de l'UDC.

Écrit par : Chuck Jones | 26/10/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.