Ecole de travail social: l'ASVI provoque la polémique

Imprimer

Suite aux articles inspirés par notre communiqué de presse, la présidente du mouvement «La laïcité, ma liberté» annonce une question écrite au Grand Conseil. Quant au juriste de la HETS, il  intervient auprès de la Tribune.

L’ASVI a envoyé un communiqué aux médias afin de dénoncer l'offensive contre la  laïcité d’une frange d'étudiants. La Tribune de Genève, Le Courrier et Le Temps ont consacré un article à cette polémique. Natacha Buffet-Desfayes, présidente du mouvement «La laïcité, ma liberté» annonce pour sa part une intervention auprès du Conseil d'Etat.

Le Courrier reprend nos critiques: «manifestation contre la laïcité» et «nouvelle offensive islamique» à un mois du scrutin sur la loi et but de la manifestation: faire accepter le port du voile. Rachad Armanios reprend aussi les étranges déclarations des étudiants: pourquoi des professionnels portant le voile ou des chrétiens donnant des cours de catéchisme sont-ils si difficilement engagés dans le social? Et de citer la mise à l’écart d’une «valeur fondamentale, le respect de la dignité humaine», enfin l’affirmation des organisateurs selon laquelle une stricte laïcité s’oppose aux valeurs d’ouverture du travail social.

Vanessa Moser, porte-parole du colloque, nie que le voile soit une question centrale (et n’ose pas citer la kippa et la croix!). Quant à la directrice Joëlle Libois, elle estime, vu l’importance du sujet parmi les usagers, que les étudiants «doivent être outillés». Et que tout cela «n’a rien à voir avec l’islamisme». Le journaliste s’étonne que Jocelyne Haller soit invitée, «mais aucun de ses adversaires ». C’est un malentendu répond la directrice : « Elle intervient au nom d’Avenir social qui a élaboré le code de déontologie professionnel… »

Dans la Tribune de Genève, Luca Di Stefano signale que «Mireille Vallette, coutumière des coups de sang contre ce qu’elle nomme "l’avancée de l’islam» s’est adressée à la directrice de l’école, aux intervenants et à la conseillère d’État. «A l’entendre» , l’événement serait en fait «une manifestation contre la laïcit黫Pour appuyer ses propos», elle se réfère à la lettre ouverte des étudiants (le journaliste refuse obstinément de la lire pour savoir si oui ou non ce qu'elle dit est vrai). Les arguments des étudiants sont ensuite largement repris. Et leur porte-parole affirme que la proximité entre cet évènement et la votation relève du hasard. «L’objet de  la votation sera sans doute soulevé, mais ce n’est pas l’objet principal.» La directrice confirme et ajoute que les étudiants ont interrogé des jeunes durant plusieurs mois sur leur rapport à la religion, dont les résultats seront révélés lors de la manifestation. Et dans leur lettre ouverte, ajoute-t-elle, «ils ouvrent le débat».

Le Temps, paru le lendemain vendredi, parle plus généralement du contexte de cette loi, mais commence par la polémique liée à l’évènement de la Haute école de travail social. "Cela pose problème d’organiser ce colloque public pendant la campagne de votation, estime sa présidente, Mireille Vallette. Car il suffit de lire le programme pour s’apercevoir qu’il n’y aura pas de débat, juste de la publicité pour la tolérance à l’égard du voile islamique." Dans une lettre ouverte adressée aux directions d’institutions sociales de Genève, les étudiants affirment en effet clairement que l’interdiction faite aux fonctionnaires d’afficher leurs appartenances religieuses – un des points de la loi – est contraire au principe de non-discrimination.»

« La Laïcité, ma liberté, créée pour contrer les référendaires à la LLE et qui réunit une centaine de membres de toutes les couleurs politiques, va aussi écrire à la ministre. Et la députée PLR Natacha Buffet-Desfayes, par ailleurs membre de cette association, va déposer d’ici peu une question écrite urgente au Conseil d’Etat: «Nous allons l’interroger sur le calendrier de ce colloque, qui nous semble problématique, ainsi que sur le mélange des genres au niveau du contenu. Les propos du programme sont souvent orientés et opposés à la laïcité.»

Le DIP répond simplement que «la HETS est souveraine et indépendante».

J'ajouterai enfin que l'intervention d'un "avocat" auprès de la  Tribune à propos du post qui précède n’était pas un canular comme je l'ai dit dans un commentaire. C'est le juriste de la HETS Grégoire Mercier qui a contacté le responsable des blogs. Celui-ci a retiré l'article environ quatre heures en attendant de  pouvoir prendre connaissance du "dossier". L'article a ensuite été remis en ligne. Le juriste s'est alors adressé au rédacteur en chef de la Tribune. Je ne connais pas la teneur de ses propos, mais j'imagine son grand souhait de voir à nouveau et définitivement retirer le post. Pour l'instant, seule la photo de Joëlle Libois a été supprimée à sa demande, pour une question de copyright.

Après avoir ouvert ses portes au combat contre la laïcité, la HETS voudrait donc fermer celles de la liberté d'expression.

Dites-moi que je rêve!

 

Lettre ouverte des étudiants

Lettre à Joëlle Libois, directrice de la HETS

Communiqué de presse

 

 

Commentaires

  • L'HETS liberticide??? Mais puisqu'on vous dit qu'ils partagent les mêmes valeurs que l'islam! C'est fou cette gauche qui est "contre la peine de mort" et qui défend une religion qui est "pour la peine de mort"! Le parti "islam" en Belgique défend en priorité la non mixité dans les transports en communs et pour le retour de "la peine de mort"!

  • Nous sommes bien d'accord , à l'exception de Mirelle V.tous les autres membres de l'ASVIM portent une burka dans le but de garantir leur anonymat.

  • " l’affirmation des organisateurs selon laquelle une stricte laïcité s’oppose aux valeurs d’ouverture du travail social."
    Il n'y a pas de "stricte laïcité". C'est "laïcité" ou rien. Quand je dis que ce ne sont pas les musulmans qui sont les plus dangereux, mais ceux qui leur font la courte échelle... en voici un nouvel exemple.

    " l’interdiction faite aux fonctionnaires d’afficher leurs appartenances religieuses – un des points de la loi – est contraire au principe de non-discrimination."

    Oui Mireille, vous rêvez! Vous rêvez d'avoir en face de vous des gens intelligents qui comprennent enfin quelque chose à l'islam. Car là manifestement nous avons en face quelqu'un qui n'a rien compris et qui mélange tout: la discrimination, c'est le fait de porter des signes discriminants. Comme au temps de l'Allemagne nazie. Le fait que ce soit volontaire ne change pas grand chose à la discrimination.

    Petit rappel:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_marquage_nazi_des_prisonniers

    PS: merci de mettre les fichiers joints au format PDF et non pas DOCX.

  • Pour eux il y a plusieurs façon de se coucher/prosterner devant l'islam!

  • Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette histoire et j'y reviendrai plus tard mais, ayant lu la lettre ouverte, je souhaite revenir sur un passage absolument hallucinant qui prouve, d'une part, que l'on prend les étudiants HETS pour des imbéciles et, d'autre part, que toute cette histoire de laïcité ne concerne en fait que l'islam. Ce sont d'ailleurs peut-être les raisons pour lesquelles il n'est pas souhaité rendre cette lettre publique.
    Cette phrase qui ma interpellée c'est : "Plus concrètement dit: pourquoi des étudiant-e-s de la HETS portant le voile ou donnant des cours de catéchisme rencontrent des difficultés d’engagement dans la plupart des institutions sociales?"
    Il faut donc en déduire qu'il y a actuellement une discrimination vis-à-vis des chrétiens pratiquants puisqu'il serait demandé aux candidats (pas en kami et non voilées…) lors d'un entretien d'embauche s'ils donnent des cours de catéchisme à leurs heures perdues!!! (ce qui serait un motif de refus!). En effet, je ne vois pas comment on pourrait autrement discerner quelqu'un qui donne des cours de catéchisme, la chose n'apparaissant pas vraiment dans la manière de se vêtir…
    Pour info aux auteurs de la lettre visiblement ignorants des lois, les questions d'ordre strictement privé sont totalement interdites lors d'un entretien d'embauche à l'Etat, donc dans la plupart des institutions sociales.
    Si les étudiants gobent cette phrase sans émettre de commentaires, alors hélas nous aurons la confirmation que le lavage de cerveau subi depuis des années a pleinement fonctionné et qu'ils n'ont aucun sens critique, ce qui est inquiétant pour des esprits soi-disant intellectuels !
    Enfin, puisqu'il est sans arrêt question du port d'une croix, personne n'a jamais envisagé d'interdire aux musulmans de porter un croissant en pendentif…
    Merci Mireille d'être la seule personne courageuse dans ce canton à oser lutter ouvertement contre l'obscurantisme où veulent nous renvoyer les bien-pensants (dans 10 ans, il sera trop tard pour le regretter).

  • Hani Ramadan et ses confrères n'auront bientôt plus rien à faire en matière de prosélytisme tant ils peuvent compter sur des bénévoles non musulmans pour faire le travail à leur place.

  • "Quand je dis que ce ne sont pas les musulmans qui sont les plus dangereux, mais ceux qui leur font la courte échelle..."

    Un raisonnement qui renforce l'islam.

  • @ Mère-Grand
    Merci d'avoir résumé en deux lignes ce que j'essaie de faire comprendre depuis toujours.

    Apparemment il y a toujours des fanatiques qui n'ont rien compris.

    Nous savons tous que l'islam est pour la paix et que tous ses adeptes n'ont que ce mot à la bouche, surtout quand il s'agit d'un hôpital. Exemple:
    https://de.sputniknews.com/panorama/20190112323569238-asylbewerber-frau-messerattacke-kind/

    Ah oui, j'allais oublier de préciser: pour les soumis, la seule paix valable est bien sûr la paix des cimetières.

  • Parmi les affiches en vue de la votation, il y en a une qui montre deux têtes de femmes (évidemment jeunes et jolies), l'une portant un TURBAN et l'autre tête nue. On y affirme que ces deux personnes n'ont pas les mêmes droits (droit de vote, droit de porter un pantalon, droit d'avoir un compte en banque.....), ce qui est évidemment parfaitement faux.

    Les anti-laïcité pensent qu'un turban vaut pour voile islamique. Les femmes musulmanes n'ont pas le droit de montrer leur cou ni leur nuque (extrêment sensuels et provocateurs, cela va sans dire). Cela dit, avez-vous vu beaucoup de personnes portant un turban au travail, sauf peut-être les femmes en chimiothérapie?

    On pourrait tout aussi bien faire des affiches avec une personne portant un képi, un bonnet phrygien ou un casque à pointe et dire qu'elle souffre d'une discrimination intolérable En effet, il est très vraisemblablement interdit de porter un casque à pointe ou un masque vénitien si on travaille en contact avec le public ou dans une crèche. C'est très probablement interdit également si on travaille dans un bureau.

    Il devrait tout de même y avoir des limites à la stupidité.

    Merci et bravo encore à Sophie pour, une fois de plus, un argument de choc: pourquoi les musulmans ne peuvent-ils pas porter un croissant en pendentif? Ce n'est pas écrit dans le Coran? Ca tombe bien, le voile non plus.

  • Mireille Vallette,

    la question suivante concerne l'ensemble des problèmes concernant l'islam avec l'apparente soumission de nos dirigeants.

    Notre société de marché sans éthique étant d'actualité les Emirats arabes achetant au maximum dans nos pays serait-on en train de nous vendre NOM parlant corps, âmes et biens à l'islam?

    En ce cas, paradigme de progrès social accompagné de haute spiritualité?

  • Pour info pour la HETS et les anti-laïcité, qui tiennent tant à l’égalité des droits, l’Arabie Séoudite est réellement à la pointe des droits de la femmes. Celles-ci doivent dorénavant être informées de leur divorce; et cela peut se faire par SMS! Moderne !!!

    https://oumma.com/apprendre-son-divorce-par-sms-cest-desormais-possible-en-arabie-saoudite/

    C’est à dessein que j’ai choisi le lien de oumma.com, comme ça, aucun risque de fake news d’extrême-droite ;-))

    Pour rappel: l’Arabie Séoudite, avec Médine et La Mecque, est le berceau de l’islam le plus authentique.

Les commentaires sont fermés.