19/01/2019

Radicalisme de Frislam: politiques et médias détournent le regard

Ni les autorités, ni la presse n’ont jugé utile d’informer les Fribourgeois du double jeu des jeunes musulmans de Fribourg. Et pas non plus de leur demander des comptes.


 

Steiert.jpg

Le syndic Thierry Steiert

 

On se souvient que pour séduire les non-musulmans, Frislam, organisation de jeunes musulmans fribourgeois, organise depuis trois ans un «Fasting Day» (jour de jeûne), soit une soirée offerte aux non-musulmans du canton durant le Ramadan. Au menu: animations et repas gratuit. Avec ces buts séduisants: «se rencontrer, partager, s’aimer».

J’ai relaté le double discours de cette jeunesse qui se réfère dans ses cours de religion à l’un des pires Frères musulmans de France, Moncef Zenati, admirateur du fondateur de la confrérie Hassan Al Bannah et de l’extrémiste égyptien Youssef Al Qaradawi, éminence grise des Frères.

Dans leur site, les animateurs se félicitent: «Lors de chaque édition du Fasting Day, nous avons eu l’honneur de recevoir les représentants de la Ville ainsi que du Canton (Conseil d’Etat et Grand Conseil).» L’actuel syndic de la Ville de Fribourg, le socialiste Thierry Steiert, s’est rendu à cette soirée bénie en 2016 avec le président du Grand Conseil. Et l'année dernière, l’exécutif de la Ville a dépêché Andrea Bürgener Woeffray pour une allocution.

J’ai tenté de contacter Thierry Steiert. D’abord par téléphone, puis par courriel. Je lui ai posé en résumé ces questions: la Ville de Fribourg est citée par Frislam (dans son site) comme sponsor de ces "Fasting days"». Sous quelle forme apporte-t-elle son soutien? Comptez-vous supprimer l'autorisation de cette manifestation? Pensez-vous engager quelque action auprès de Frislam ou des services d'intégration?

Après m’avoir baladée durant huit jours (très occupé, disent les secrétaires) et voyant que je m’accroche, le syndic me fait envoyer ce courriel: «En réponse à votre mail ci-dessous et suite à vos différents appels, nous sommes au regret de vous informer que M. Steiert ne souhaite pas entrer en matière sur cette question.»

Découvrant qu’il existe pour le canton une «préposée à la transparence», Martine Stoffel, je m’adresse à elle à propos de ce refus d’informer. Manque de chance: Madame la transparente préposée ne s’occupe que du «droit d’accès aux documents officiels».

Côté politique, j’ai communiqué mon article aux cinq membres de l’Exécutif de la Ville et à une douzaine de conseillers généraux (législatif). Réaction: néant. Côté médias, je l’ai adressé au rédacteur en chef de La Liberté Serge Gumy et à deux de ses journalistes, de même qu’à un duo de Cath.ch, site qui s’intéresse à la problématique des religions. Aucune réponse, aucun écho.

Conclusion: les Fribourgeois qui étaient un millier ces dernières années à participer au "Fasting Day" peuvent continuer à se faire rouler dans la farine, les politiques et les médias n’ont pas la moindre envie qu’ils soient informés. Et pas non plus que les responsables de cette association s'expliquent.

L’islam du canton, bien proche des Frères musulmans

L’Union des associations des musulmans de Fribourg (UAMF) regroupe un ensemble de communautés où comme dans la plupart des cantons, l’empreinte des Frères musulmans est bien visible… pour qui veut voir. Ce qui n'est pas le cas de  l'influent Centre suisse islam et société qui siège dans ce même canton et prend le micro lors de ces manifestations.

Frislam fait partie de l'UAMF, comme la quasi totalité des organismes musulmans du canton. Elle est aussi un sponsor des «Fasting Days », de même que son adhérente principale, l'Association des musulmans de Fribourg. Cette dernière affirmait encore en 2016 dans ses statuts sa dépendance aux Frères musulmans: «La référence religieuse de l’AMF est le Conseil européen des fatwas et de la recherche», organisme créé par Youssef Al-Qaradawi. Depuis, elle a refait son site et supprimé cette encombrante référence. Mais elle invite régulièrement pour des conférences un autre adepte des Frères, Hani Ramadan.

L’un des imams de Fribourg, Yousif Elkoda est, lui, membre de l’Union mondiale des savants musulmans, organisme créé et présidé par le même Al-Qaradawi.

J’ai signalé dans le premier article que deux frères (de sang cette fois!) de Frislam, Yassin et Saâd Dif, ont gravi quelques échelons à l’armée. Ils le disent et en sont fiers. Saâd, organisateur des cours religieux de Frislam, est même  «Commandant de compagnie à l’armée» (capitaine).

Je me suis adressée au service communication de notre défense nationale pour savoir comment ce genre de situations est géré. Expérience faite à plusieurs reprises, et contrairement à Fribourg, les porte-paroles de la Confédération, quel que soit le service, répondent sans délai à toutes les questions.

Selon la porte-parole Delphine Allemand, qui appuie ses propos sur une abondance de liens: «…l'armée prend la problématique de l’extrémisme très au sérieux. Elle applique la stratégie de la tolérance zéro, c’est-à-dire qu’elle n’admet aucune mentalité extrémiste parmi ses cadres.
En règle générale, en présence d’indices d’activisme extrémiste chez un militaire incorporé, l’armée vérifie sa situation personnelle. En présence d’indices sérieux d’un potentiel de violence, elle lance un contrôle de sécurité relatif aux personnes. Selon une évaluation au cas par cas, l’armée peut prendre des mesures préventives comme le retrait de l’arme d’ordonnance ou la suspension des convocations. Si le contrôle de sécurité relatif aux personnes aboutit à une déclaration de risque, le militaire est exclu de l’armée.»

Les cours organisés par Saâd Dif sont-ils considérés comme un «indice d’activisme extrémiste»? La porte-parole ne peut évidemment pas répondre sur un cas individuel.

En 2017, Frislam a invité une femme d’affaires chrétienne à parler en public à l’occasion du «Fasting Day». «J’étais d’accord à une condition, raconte-t-elle. Que Frislam se distancie publiquement des versets violents contre les chrétiens que l’on trouve dans le Coran. Ils ont refusé, entre autres, parce qu’ils n’avaient «pas le savoir et la connaissance approfondie pour prendre une telle position».

Raison pour laquelle ils remédient à cette ignorance par des cours. Le résumé de l’un d’eux se termine par cette citation d'Ibn Qayyib (XIVe siècle):

«La législation selon la Sharia est juste dans sa totalité, miséricorde dans sa totalité, bénéfique dans sa totalité.»

 

 

 

10:43 Publié dans Médias, Politique, Suisse | Tags : frislam, thierry steiert, armée | Lien permanent | Commentaires (16) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

On est gouvernés par des couilles molles et paradoxalement ce sont les cantons les plus imprégnés par la religion chrétienne qui se laissent le mieux balader à croire qu'il pensent garantir la survie du christianisme en laissant faire les islamistes. Ces dirigeants par leur couardise collaborent à la la fin de notre civilisation.

Écrit par : norbert maendly | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

mais rien ne nous prouve qu'ils ne sont pas corrompus!

Écrit par : Dominique Degoumois | 19/01/2019

Ne jamais oublier que les armoiries des Frères musulmans sont un Coran et au dessous deux sabres qui s'entrecroisent. C'est ce qui s'appelle annoncer la couleur.

Écrit par : ahdré thomann | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

Voici ce que la télévision allemande ZDF racontait sur la Suisse lors de l'affaire du terroriste Anis Amri :

"la chaîne rappelle qu'il y a «une grande scène islamiste dans quelques villes suisses».

https://www.24heures.ch/monde/anis-amri-serait-procure-arme-suisse/story/31862597?track

Nos politiciens ne semblent rien avoir appris. Et malheureusement, il faut systématiquement qu'une catastrophe survienne pour que les choses bougent.

Autre exemple : Fedpol lance à présent un profil de recherche de jeunes geeks parlant arabe pour débusquer des islamistes sur Internet.

Cette réaction fait suite à l'arrestation des 2 islamistes suisses au Maroc. Or la police suisse aurait dû prévoir une telle stratégie de longue date. Sa responsabilité est engagé dans cette affaire.

https://www.rts.ch/info/suisse/10145099-la-police-federale-veut-recruter-des-jeunes-talents-via-les-reseaux-sociaux.html

Je ne me sens pas du tout en sécurité avec une telle police, de tels politiciens et de tels médias.

Écrit par : Cedric | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours pensé que notre armée avait été et restait totalement inutile, servant juste à dilapider des fortunes, à polluer notre pays et à faire plaisir à des passionnés d'aviation très, très bien payés pour faire joujou avec des FA-18.
Si notre armée intègre des musulmans à des postes à responsabilités, on peut dire qu'elle ne sera plus seulement inutile, coûteuse et polluante mais en plus dangereuse pour les habitants de notre pays !
Je pense qu'il est donc temps de relancer une initiative pour sa suppression. Pour une fois, l'extrême-gauche sera de notre côté...

Écrit par : Sonia | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

Sonia@ "J'ai toujours pensé que notre armée avait été et restait totalement inutile"
On dirait que vous n'avez pas beaucoup étudié la question, Sonia. Et juste une question, au passage : vous aviez prévu, vous, la guerre des Malouines/Falkland ? Et la guerre en ex-Yougoslavie ? Et si on n'avait pas d'armée, comment on ferait à Davos pour le WEF ? Vous pensez que les deux ou trois cent branleurs qui constituent l'effectif disponible de la police suisse seraient suffisants pour sa sécurité ?
Last but not least : s'il n'y avait pas eu d'armée suisse, Hitler aurait-il hésité une seule seconde à envahir la Suisse? Sachant que c'était un repaire d'espions, mais d'espions contre le nazisme...
https://www.babelio.com/livres/Martelli-Lhomme-qui-a-sauve-londres/349785
Michel Hollard a passé une 40taine de fois la frontière. Il a été aidé par les Suisses pour aller à Berne débriefer à l'ambassade d'Angleterre. Il leur a fourni les plans des bases V1 et V2...
La reddition de l'armée allemande en Italie, moment décisif de la fin de la guerre, a été négociée en Suisse.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Allen_Dulles
"Pendant la Seconde Guerre mondiale, Dulles est chef de station de l'OSS à Berne en Suisse et de là, il fournit à son gouvernement des informations concernant l'Allemagne nazie5. Parmi son réseau d'informateurs, il a un atout : son vieil ami Thomas H. McKittrick (en), le président américain de la Banque des règlements internationaux à Bâle, un point clé dans le réseau de l'argent transnational qui a contribué à maintenir l'Allemagne dans les affaires pendant la guerre."
J'ai laissé le passage sur la BRI, par rapport à ceux qui nous sortent toujours l'argument "Suisses, banquiers des nazis"...

Écrit par : Géo | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

@norbert maendly
"paradoxalement ce sont les cantons les plus imprégnés par la religion chrétienne qui se laissent le mieux balader à croire qu'il pensent garantir la survie du christianisme en laissant faire les islamistes"
Le paradoxe n'est qu'apparent, vous le savez certainement: les plus sincères d'entre eux sont persuadés que croire est la chose la plus importante dans la vie.
Mais les uns ont appris à "tendre l'autre joue" et les autres à "conquérir" par tous les moyens.

Écrit par : Mère-Grand | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

@géo : la comparaison avec les conflits qu'on ne pouvait pas prévoir n'est pas valable.
Le terrorisme islamique ainsi que les incitations à la haine et à la violence, figurent d'une manière explicite dans le Coran et la Sunna de Mahomet.
Les chrétiens, les juifs et les autres mécréants, sans oublier les musulmans hypocrites sont clairement désignés dans le Coran: on peut voir ces incitation à la haine et à la violence sur ce document :
https://1drv.ms/b/s!Am5XygoBtRIih2uool4DXhWsfNLG

Et ce Coran est enseigné dans toutes les mosquées de Suisse et des autres pays européens.
La question qui se pose : comment expliquer que nos autorités autorisent cet enseignement coranique, alors que la loi suisse interdit l'incitation à la haine, au racisme et à la violence.
Ce qui signifie que l'islam, en tant qu'idéologie politique totalitaire et conquérante, est au dessus des lois. L'islam peut inciter à la haine, au racisme et à la violence en toute impunité.
Et quand les terroristes passent à l'acte et mettent en application l'enseignement coranique, les mosquées et les associations musulmanes assurent qu'elles n'ont aucune responsabilité. Ce qui signifie que nos autorités acceptent le mensonge quand il s'agit des mosquées et des associations musulmanes.
Les autorités suisses comme les autorités des autres gouvernement européens, ne demandent pas aux musulmans d'abroger les versets qui incitent explicitement à la haine et à la violence contre les chrétiens, les juifs et les infidèles en général, au seul motif de leur foi et de leur refus de se convertir à l'islam.

Écrit par : Amine Abdelmajide | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

Les plus sincères d'entre eux savent que croire ne suffit pas; les autres font semblant d'y croire pour ne pas avoir à se battre. Aussi juste soit-elle une idée doit être défendue y compris par la force pour pouvoir exister. Ce n'est pas l'idée d'aimer son prochain qui a quitté le monde chrétien mais la force de la faire respecter par ceux qui prônent sa soumission.

Écrit par : norbert maendly | 19/01/2019

Répondre à ce commentaire

Quant on voit avec quelle rigueur et sévérité on condamne le mensonge chez un homme politique, il est surprenant de voir avec quelle mansuétude on le tolère quand il s'agit de religion.

Tout ça parce qu'il s'agit d'une religion de pays sous-développés et qu'il faut être gentil avec les sous-dèv.
Ne riez pas: l'Arabie Séoudite, berceau de l'islam, est un pays sous-développé selon les critères onusiens. Il en va certainement de même pour l'Egypte, patrie des Frères Musulmans, mais je n'ai pas vérifié.

Écrit par : Arnica | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Merci Arnica, c'est tout à fait vrai, et c'est ahurissant.

Accepter les mensonges de l'Islam sans rien dire, c'est montrer son ignorance de ce qu'est l'islam, et/ou montrer qu'on considère tous les musulmans comme des gens trop attardés pour être capables de faire preuve d'esprit critique. En général, à gauche, les deux cohabitent.

Probablement parce que la gauche et l'islam ont un point commun: le dogme passe avant les faits : devant l'évidence il faut nier les faits pour pouvoir continuer à défendre le dogme. Mais l'histoire a montré qu'une fois au pouvoir, grâce à l'aide de la gauche, les religieux musulmans commencent par éliminer physiquement leurs anciens alliés de gauche : en Iran, en Algérie par exemple. Mais justement, comme la défense du dogme passe avant la réalité des faits, la gauche n'apprends pas et continue à soutenir l'islam. Affligeant.

Le plus inquiétant c'est que cette manière de penser a maintenant dépassé la gauche et a infiltré nos institutions : même l'armée donne des responsabilités à des gens dont on peut constater la proximité avec la pensée des Frères musulmans, Frères qui ont justement pour projet de prendre le pouvoir en Europe en infiltrant les institutions.

Grâce au dogme de "tolérance" "d'ouverture" et de "non discrimination", l'armée se laisse infiltrer. Il y a les frères dont parle Mireille Valette dans cet article, mais aussi les soldats "suisses" albanais du Kosovo qui ont montré eux-même que leur allégeance allait vers les Albanais du Kosovo. Comment une armée peut-elle tolérer des soldats ayant clairement mis leur loyauté hors du pays qu'ils sont censés défendre ?

C'est parce que ce fameux dogme de "tolérance-ouverture-non-dicrimination" a pris le pas sur la raison.

J'espère sincèrement que notre armée va se ressaisir avant qu'il ne soit trop tard. J'espère aussi que le chef de l'armée suisse Philippe Rebord lit le blog de Mireille Vallette, il pourrait y apprendre beaucoup de choses essentielles.

Écrit par : Sophie | 20/01/2019

"@géo : la comparaison avec les conflits qu'on ne pouvait pas prévoir n'est pas valable." Ce n'était pas la question.

Écrit par : Géo | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Géo,
Si je vous comprends bien, vous confirmez ce que je pense. Ce n'est pas notre puissante armée qui nous a protégés du Reich mais bien les "histoires" financières et diplomatiques. Je me permets d'ailleurs de m'étonner qu'Hitler ait renoncé à attaquer une population suisse de 5 millions d'âmes alors qu'il n'a pas hésité à attaquer une population russe de près de 200 millions d'habitants (notre armée était vraiment très forte…).
Bref, la Suisse n'a pas les moyens financiers de se préparer à tous les types de guerres qui pourraient survenir. Or, de nos jours, il faut être aveugle (ou de gauche...) pour ne pas voir d'où vient la principale menace.
En résumé, comme toujours, notre armée a une guerre de retard et se prépare à refaire 39-45!
Enfin, si vous me permettez un petit gag connu pour conclure:
Hitler dit à son commandement: "Demain, vous allez attaquer la Suisse".
Réponse du commandement : "Bien, et qu'est-ce qu'on fait l'après-midi ?"
(Vous pouvez me rétorquer un autre gag, j'aime rire et je peux très bien rire de moi-même. Si, si, je vous assure !)

Écrit par : Sonia | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

"Je me permets d'ailleurs de m'étonner qu'Hitler ait renoncé à attaquer une population suisse de 5 millions d'âmes alors qu'il n'a pas hésité à attaquer une population russe de près de 200 millions d'habitants (notre armée était vraiment très forte…)."
C'est exactement cela qui a sauvé la Suisse. Mais si Hitler avait gagné contre Staline, je vous laisse imaginer ce qui nous serait arrivé...
Cependant, si la Suisse n'avait pas eu d'armée, Hitler l'aurait cueilli au passage et démantelée : les Suisses allemands faisaient partie pour lui de la grande famille germanique, la suisse romande aurait été rattachée à la France, ce pays de sous-hommes, et le Tessin chez son ami Mussolini.
Ce qui soit dit en passant va arriver à la Suisse dans les décennies qui viennent si les Suisses contineunt de voter à gauche...

Écrit par : Géo | 20/01/2019

Répondre à ce commentaire

Pour sauver le soldat dieu et les fables des différents concepts religieux, une partie des chrétiens et autres crétins n'hésiteront pas à collaborer avec l'ennemi de la Liberté. Ils oublient gravement que les islams et en général, l'islam repose sur le coran, les Hadiths et la Sunna.

Ils ne s'aiment pas entres Chiites, Sunnites, voir entre tribus et autres, ce n'est pas pour aimer les non musulmans. Qui plus est, c'est écrit et prêché par des millions de musulmans chaque jour.

Attention, des images de la charia peuvent choquer:

http://islametverite-abbe-guy-pages.e-monsite.com/

Écrit par : NOËL Pierre | 24/01/2019

Répondre à ce commentaire

Il est curieux de constater que l’islam sous sa forme consensuelle et édulcorée, masque qu’il prend pour mieux s’infiltrer dans toutes les couches de notre société, semble mieux y parveniir au sein de milieu sociaux plus clairement ouverts à la foi chrétienne, notamment catholique.

Al Qardawi a dit : « Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons, avec nos lois islamiques, nous vous dominerons ». Il aurait aussi pu dire : « grâce à votre foi chrétienne, nous vous amadouerons, par notre foi islamique, nous vous lierons »

Cette absence de réactions des autorités fribourgeoises aux multiples sollicitations de Madame Valette est très représentative de cette volonté d’offrir un ventre mou à toute action visant l’islam. Dans leur esprit, les deux courants religieux se valent et ils ne peuvent concevoir l’islam qu’au travers du prisme chretien.

Ce regard est alimenté par le souci de ne pas prêter de mauvaises intentions à ces jeunes musulmans, mauvaises intentions qu’ils n’ont d’ailleurs très probablement pas. En revanche, ceux dont le but est d’installer de plus en plus d’islam dans la société, selon la technique du pied dans la porte, se félicitent sûrement de ce souci qui sert admirablement leur manipulations occultes. Elles ne sont d’ailleurs occultes que par notre volonté de garder nos yeux clos. De multiples documents accessibles à tous, affirmant les intentions de domination, d’infiltration et d’hégémonie de l’islam sur toute autre forme de pensée sont consultables sur internet, et sans l’ombre d’un doute parfaitement authentiques. Le nier serait une insulte à leurs concepteurs, donc à l’islam lui-même. Quel musulman s’y oserait? Mais les chrétiens n’en ont cure et ne se gênent pas de l’ignorer avec mépris. Cela leur donne une aura de sainteté, à leur propres yeux, du moins. Cela déroule une fois de plus le tapis rouge à cette sournoise mais implacable volonté de l’islam conquérant d’avancer, telle une star de la Croisette!

Heureusement, tous les films primés à Cannes n’ont pas eu l’heur d’avoir la faveur du public! Puisse « L’islam conquérant » faire un flop sur le long terme. Il suffit de ne pas acheter de tickets!

Écrit par : Henri Carnavalo | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.