Le débat sur « L’Islam conquérant » n’a pas conquis tous les auditeurs

Imprimer

Les critiques ont fusé, les réactions du public aussi. Une soirée animée où certain spécialiste de l’islam a étonné.

Près de 300 personnes ont assisté au débat sur le livre de Shafique Keshavjee, sans l'auteur. La partie réservée aux questions et remarques du public a été très animée et très diverse. Shafique Keshavjee a reçu un fort soutien. J’ai cité lors d'ue brève intervention des propos d’Abdelwahab Meddeb, l’un des auteurs les plus érudits et respectés en matière d’islam. Il était  désespéré de voir ce que cette religion est devenue aujourd’hui. Je reprendrai ses citations au fil de ce bref compte rendu.

Pour moi, cette soirée a permis une découverte, celle de Wissam Halawi. Il enseigne non pas les «sciences islamiques», mais la science tout court et ce qu’on sait de l’origine et des pratiques de cette religion. Il met implicitement en question la quasi totalité du récit musulman, dont l’immense littérature consacrée aux hadiths de Mahomet.

Le prophète -presque absent de l’Histoire- est censé avoir été parfait. Il est idolâtré, malgré ce que dit la biographie à laquelle adhèrent les musulmans. Meddeb : «Nous avons affaire à un prophète qui a été violent, qui a tué, qui a appelé à tuer.»

Halawi donne l’exemple des travaux de Patricia Crone qui démontre que La Mecque n’était en aucun cas un carrefour de caravanes. La fabrication du Coran ne correspond évidemment pas non plus au statut qui lui est attribué de révélation incréée, parole de Dieu parfaite et éternelle. Meddeb : «Vous n’avez pas à ériger votre livre saint en intouchable vecteur d’une parole divine incontestée, éternelle, incréée (...) il importe de «neutraliser les dispositions qui, dans la lettre coranique, appellent à la guerre».» C’est ce qu’une centaine d’intellectuels ont récemment et vainement réclamé sous les hauts cris des responsables musulmans: frapper d’obsolescence les passages violents.

Halawi reproche à Keshavjee sa « méthodologie » qui en fait un ouvrage non scientifique.  On s’en balance un peu. L’approche de l’auteur est parfaitement pertinente, pose de multiples et pertinentes questions, et rejoint celle de nombreux chercheurs musulmans critiques.

 

IQRI3.JPG

L’IQRI , du Réseau évangélique, a édité le livre de Shafique Keshavjee.

Pour le sociologue Philippe Gonzalez, les évangéliques sont une véritable addiction. Il en fait un long et inquiétant portrait censé montrer que ces chrétiens sont aussi dangereux que les musulmans fondamentalistes. Je n’ai pas compris l’intérêt de cette démonstration. En quoi ces évangéliques-là nous concernent-ils? Menacent-ils notre liberté d’expression? Imposent-ils aux femmes un habillement humiliant? Se font-ils exploser au milieu des foules? Cette comparaison, en particulier pour la Suisse, est parfaitement absurde. Et si elle était légitime, en quoi l’extrémisme des évangéliques exonérerait-il celui de l’islam? J’ai des amis évangéliques, nous avons des divergences, mais une estime réciproque. Je n’ai jamais perçu chez eux les sombres desseins que dépeint le sociologue.

Sandrine Ruiz, qui n’a pas fini l’ouvrage, est choquée. «Tout musulman est-il soupçonnable d’être un conquérant?» Oui, et il doit l’être! L’idée que cette religion est si merveilleuse qu’elle doit gagner la planète entière est une constante. Mais ce ne sera pas par les armes comme au temps des grandes conquêtes…

La présidente de l’Union vaudoise des associations musulmanes estime que si les musulmans vaudois sont pacifiques, c’est à cause de leurs textes fondateurs. Mais si Daesh est féroce, c’est à cause de…?

Elle estime cependant qu’il faut « répondre à ces peurs ». Pascal Gemperli a prouvé une fois de plus le refus absolu des responsables musulmans. Il a répondu par l’ironie et la désinvolture. Il voudrait que nous nous contentions de savoir que les musulmans respectent la loi suisse. Mais pourquoi ne pas respecter QUE la loi suisse? Pourquoi se plonger dans la charia et ses injonctions, pourquoi étudier le « droit musulman » (fiqh) dans les mosquées?

Pour Meddeb, les musulmans devraient «déclarer l’irrecevabilité de la charia», dont de nombreuses dispositions s’opposent aux droits humains. Plutôt que nous servir des explications obscures sur le petit et le grand djihad, les multiples djihads sympas, pourquoi ne pas renoncer à ce terme? C’est ce que propose Meddeb. Même s’il considère que ce terme est mésinterprété, «il recèle un potentiel de violence et une force de perversion tels qu’on ne peut les neutraliser qu’en anéantissant la notion même de djihad». Et pourquoi pas dans un même mouvement, renoncer au foulard? «… le mal qui atteint les sociétés islamiques est des plus graves ; peut-être même est-il quasi incurable. Et je pense plus que jamais que la question du voile en est le symptôme le plus voyant.»

Je m'éloigne encore un peu du débat, mais pas du sujet. Les musulmans sont appelés par l’érudit à cesser de juger les actes et les paroles sur le mode du châtiment et de la récompense, de l'Enfer et du Paradis, «marchandage de bazar» qui renforce la censure du groupe. J’en donnerais l’exemple assez hallucinant quand on y pense des cinq prières par jour qui doivent s’effectuer à la minute près.

Enfin, Michel Kocher, journaliste et théologien, a emporté l’adhésion d’une grande partie de l’auditoire. Il estime que  ce genre d’ouvrages doit faire partie du débat public où toutes les questions peuvent être posées, et que l’on discute, débatte, réponde, «pour que les guerres des dieux n’aient plus lieu».  C’est le seul à avoir été applaudi.

 

 

 

 

Commentaires

  • Excellent ! Merci pour ce compte rendu très encourageant !

    Outre le djihad, il y a un autre problème sans doute très courant autour de nous et dont on parle trop peu, c'est le phénomène des jeunes filles qui rentrent "au pays" pendant les vacances scolaires, généralement juste avant de passer leur matu/bac, afin d'être mariées à un homme choisi pour elles par leur parents et par leur clan. Ce sont des mariages forcés, c-à-d des viols institutionnalisé jusqu'à la vieillesse et la mort, aggravés par le fait que ces jeunes filles doivent renoncer à terminer leur scolarité et donc renoncer à faire des études, pour devenir des pondeuses qui devront fabriquer des musulmans en grand nombre.

    Dans les pays occidentaux, on nous culpabilise toujours avec l'impossibilité pour les femmes voilées de trouver du travail (ou de siéger dans un conseil municipal) à cause de leur foi, mais on refuse de comprendre que la femme musulmane n'est pas destinée à s'épanouir dans une carrière professionnelle. Elles sont destinées à une vie Kinder-Küche-Kirche, comme dans l'idéal nazi (enfants-cuisine-église, peut-être dans un ordre différent).

  • "....... l'Enfer et du Paradis, «marchandage de bazar» qui renforce la censure du groupe. "

    Tout ou presque est là. Croire à un dieu au bijoux enchanteur, à sa bonne étoile, aux chaussures pour les cadeaux du père Noël ou aux vertus de l'eau de Lourdes c'est le business.

    Croire à un paradis et un enfer ou les musulmans martyres, retrouvent dans leurs bordels cosmiques des petites vierges au nombre de 72 est mortel pour les musulmans et les non musulmans. Chez les chrétiens et les Juifs , ce n'est pas mortel......enfin, presque.

    quant à déclarer l'irrecevabilité de la charia, il faut également déclarer que le coran est extrêmement dangereux tel qu'il est enseigné actuellement.

    Le réformer ou l'interdire tel est l'enjeu ou la question.

    https://salembenammar.wordpress.com/2019/04/29/le-vrai-miracle-de-lislam/

    ""Le disque dur musulman a conservé fidèlement la parole de l’homme-qui-a-tout-dit en plusieurs vies en une seule qu’à telle enseigne que les générations musulmanes qui lui ont succédé se transmettent entre elles sa parole comme si chacune d’entre elles était sa contemporaine et qu’elle a la joie et l’honneur de l’avoir enregistrée.

    Jamais sujet aux bugs, parfaitement formaté et immunisé il est d’une efficience redoutable. Il a emmagasine toutes les données collectées par l’enquêteur et grand reporter Al-Bukhari qui malgré sa déficience visuelle a pu sillonner les routes d’Arabie en dos d’âne pendant 15 ans pour amasser 600 000 hadiths recueillis auprès de 50 000 informateurs pour finalement n’en retenir que 7000 qu’il a juges authentiques et validés par une commission d’experts de renommée mondiale.""

    Les idiots ne savent pas qu'ils sont idiots, c'est un problème.

  • Mireille Vallette, vous connaissez ma fidélité à votre démarche raison pour laquelle j'ose deux questions:

    n'avons-nous pas, en des temps encore relativement peu anciens, présenté la Bible comme révélation divine à laquelle il n'y avait rien à réfuter?

    Jésus a-t-il réellement dit à Pierre pêcheur de poissons qu'il le ferait pêcheur d'hommes...sachant déjà attraper les poissons en leur tendant des pièges qu'il lui apprendrait à en faire de même... pour les hommes?

  • Faut-il attaquer l'autre sans se regarder en face?
    Le paradis, la sainte vierge.

    Historiquement Jésus fut appelé "bâtard fils d'impure"
    lesquels deviendront respectivement fils unique de Dieu et sainte vierge: qui nierait la réalité en tout de l'Evolution!?

    Une jeune femme française de religion catholique juste avant 1789 devint orpheline. En prenant la responsabilité de l'éducation des siens et du train de la ferme familiale elle demanda à la sainte vierge de venir à son secours en l'appelant sa "petite maman du ciel"…
    Connue: Jeanne-Antide Thouret, fondatrice de la Communauté des soeurs de la charité dont la maison mère se visite en été à Besançon.

    Anciennes et... modernes, hélas! disputes entre créationnistes et disciples de Darwin dont l'un du temps de la reine Victoria enragé par l'obscurantisme de l'Eglise déclara qu'il préférait plutôt descendre d'un singe que d'un évêque…!
    Marianne de cette semaine: articles fouillés alarmants.
    "Vigilance".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel