1400 ans de discriminations dues à l’incontrôlable libido du prophète

Imprimer

La prohibition de l’adoption de même que l’interdiction d’épouser un non-musulman provoquent des discriminations difficilement acceptables. Récit et témoignage.

 

adoption,mariage,discriminations                     

De nombreux musulmans crient aux discriminations religieuses dans nos pays, mais n’ont pas le moindre état d’âme envers celles qui s’exercent depuis 1400 ans au nom de leurs textes dans les pays musulmans. La Loi céleste est inscrite dans les lois humaines. 1) Des injustices que les services consulaires de nos sociétés respectent.

 Amar Bouberguig, d’origine algérienne, habite la Suisse depuis l’âge de 22 ans. Il est confronté à plusieurs de ces iniquités. «Mon épouse est américaine. Notre fille Tamia possédait les trois nationalités: suisse, algérienne et américaine. Elle a épousé un Suisse, et a reçu ses nouveaux passeports, suisse et américain. Mais pas l’algérien: l’Algérie refuse de reconnaitre son mariage, parce que son mari ne s’est pas converti à l’islam.»  

«Et ne donnez pas d’épouses aux infidèles
tant qu’ils n’auront pas la foi.»
(Coran, S2, V221)

Vous le savez, le Coran, donc la charia, autorisent un musulman à épouser une femme non musulmane (juive ou chrétienne seulement), mais interdit à une femme musulmane d’épouser un non-musulman. Dans les pays arabo-musulmans, ce genre de mariage n’est simplement pas reconnu. Louer une chambre d’hôtel par exemple peut être refusé, car seul le mariage (musulman) autorise des relations sexuelles entre conjoints. De plus, la femme non-musulmane d’un mariage mixte ne peut hériter d’un musulman, ni leurs enfants. Selon un analyste, "les oulémas musulmans sont unanimes pour dire que le non-musulman n’hérite pas d’un musulman. Par contre un musulman peut hériter d’un non-musulman..."1)

Dans nos sociétés, l’obligation de conversion est exigée par les pratiquants musulmans et leurs imams. Une femme qui transgresse risque d’être rejetée par sa famille et par sa communauté. Conséquence: pour pouvoir épouser l’élue, de très nombreux hommes se convertissent à la religion des soumis. Contraints et forcés.

 

L’adoption interdite

Une autre discrimination frappe la famille d’Amar: «Nous avons adopté un garçon en Algérie, alors qu’il n’avait que trois jours. Il avait été abandonné à la naissance par sa mère biologique. Il possède aujourd’hui la nationalité suisse, mais les autorités algériennes refusent de l’inscrire sur notre livret de famille. L’adoption est interdite par le droit islamique, elle est remplacée par un statut qui limite les droits de l’enfant.»

Cette discrimination qui perdure depuis Mahomet a pourtant une origine rocambolesque: Allah a interdit l’adoption afin que le prophète puisse satisfaire son appétit sexuel.  

Selon la tradition musulmane, Zaïd était le fils adoptif de Mahomet qui l’avait marié à Zaynab. Lors d’une visite impromptue, le prophète aperçoit sa belle-fille légèrement vêtue et est foudroyé par sa beauté. Bien qu’il ait déjà quatre épouses et que le mariage avec la femme d’un enfant adoptif soit considéré comme un inceste, Zaynab est répudiée et Mahomet l’épouse. Pourtant, il avait lui-même déclaré: «Zaïd est mon fils, il hérite de moi et j’hérite de lui». Le désir du prophète lui fait ainsi récuser ces paroles, renier l’adoption de Zaïd et rétablir les liens du sang pour la filiation.

zaynab3.png

Cette image, contemporaine, fait partie d'une série d’illustrations de critiques de l'islam dans les pays arabes, au Pakistan, etc.

Les grands juristes de l’islam ne pouvaient remettre en question un comportement du saint prophète. C’est ainsi que depuis 1400 ans, l’adoption pleine et entière est interdite en islam. Recueillir un orphelin ou un enfant abandonné est autorisé, mais ces enfants ne peuvent pas porter le nom de leurs «parents adoptifs», ni en hériter, ni figurer sur le livret de famille. Malgré quelques allègements, ce statut ne crée pas seulement des discriminations vis-à-vis des enfants, mais de nombreuses difficultés administratives aux «parents d’accueil» dans nos pays.2)

Amar Bouberguig: «Notre fils est exclu des droits que donne la filiation. Mon épouse étant américaine, notre fille et nos petits-enfants ont reçu la nationalité américaine. Mais notre fils adoptif n’y a pas droit, car il n’a pas les papiers algériens nécessaires. Ces enfants sont stigmatisés toute leur vie. Si le père de famille agit avec égalité et considère l’enfant sur le même pied que ses autres enfants biologiques, le Coran le traite de menteur.»

Deux exemples de versets :

«Il [Allah] n'a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c'est Lui qui met [l'homme] dans la bonne direction. » (Coran, S 33, V 4)

«Appelez-les du nom de leurs pères: c’est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément.»(S 33, V 5).

Et deux hadiths:

«L’enfant qui se réclame d’un père autre que son père biologique, aura sur lui la malédiction d’Allah, des anges et de tous les êtres humains ». (Muslim)

«Tout homme qui prétend sciemment être issu d’un autre père que le sien, relève de la mécréance.» (Bukhari et Muslim)

Allah a-t-il à cette occasion pris conscience que devant une belle femme légèrement vêtue, un musulman ne peut résister? Toujours est-il que c’est durant le mariage de son prophète avec Zaynab qu’il révèle le verset sur le voile. Et c’est ainsi que les femmes musulmanes doivent pour l’éternité aider les hommes à maîtriser leur désir en dissimulant leur corps, des chevilles aux cheveux.

Au XXème siècle, dans leur 7ème session, les membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) confirment cette touchante unanimité en votant une «charte» sur les droits de l’enfants en islam : «L’enfant à filiation inconnue ou assimilé a droit à la prise en charge et à la protection, à l’exclusion de l’adoption». (art.VII)

Qu’en disent les intéressés?

Amar le Vaudois s’indigne que «les mosquées comme celles de l’Union Vaudoise des Associations Musulmanes, l’UVAM, enseignent ces discriminations dans le cadre de l’apprentissage, la mémorisation et la récitation du Coran» et soient néanmoins dans un processus de reconnaissance étatique. Il est révolté aussi que ces discriminations s’appliquent sur les terres démocratiques par le biais des consulats.

La Commission fédérale contre le racisme (CFR) affirme pourtant dans son site que «l’interdiction de la discrimination en droit international public protège les individus contre toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, dans des conditions d’égalité, des droits humains et des libertés fondamentales…»

Il a interpellé lors de débats publics des responsables musulmans de l’UVAM. Ces derniers ont fait mine de ne rien savoir, fidèles à leur vision totalement acritique de leur religion. Quant à la présidente de la CFR Martine Brunschwig Graf, elle a admis oralement ces discriminations.

Amar a aussi écrit à ce petit monde. Seule la Conseillère d’Etat Béatrice Métraux lui a répondu. A propos de l’application du droit de la famille par le consulat algérien: «Il ne m’est pas possible de prendre position face à un État souverain en la matière». Et par rapport à l’UVAM: «Une reconnaissance ne donne strictement aucun droit de déroger à l’ordre juridique suisse, notamment en matière de discrimination ou de racisme». L’État a cinq ans pour vérifier. Comment? Mystère.

En Algérie, Amar Bouberguig a baigné corps et âme dans l’islam. Il a été brièvement mobilisé pour le conflit israélo-arabe de 1967. « J’ai grandi au milieu des moudjahidines, aujourd’hui appelés djihadistes. En 1967, pour moi comme pour mes amis, la guerre relevait du djihad que tout musulman doit mener dans le cadre de la guerre contre les juifs.»

Bénéficiaire d’une bourse scientifique, il est arrivé en Suisse en 1968 et y est resté. Il a vécu la «décennie noire» (1992-2001) dans l’angoisse pour sa famille en Algérie, et ces atrocités ont ébranlé ses certitudes. Il a peu à peu été convaincu que l’islam représente un danger majeur pour les démocraties comme pour le monde musulman.

 

1) Mustapha Oukacha: «La protection juridique des non-musulmans au Maghreb»

2) Long papier commenté  sur le droit, les problèmes et les remèdes à ce statut. Les difficultés (regroupement familial, etc.) sont exclusivement attribuées à la France. Jamais à cette l’interdiction de la part du Maroc et de l’Algérie.

 

Commentaires

  • A propos de cette citation : «Il (moi) a peu à peu été convaincu que l’islam représente un danger majeur pour les démocraties comme pour le monde musulman", j'aimerais préciser que je pensais à l'islam en tant qu'idéologie politique. Au nom de la religion, cet islam donne une légitimité divine aux lois de la charia, avec toutes les discriminations qu'elles contiennent. Il continue d'enseigner les prescriptions du djihad et les incitations à la haine ou à la violence qui figurent explicitement dans le Coran et la Sunna de Mahomet.

    J'aimerais une réforme profonde de l'islam pour qu'il devienne une religion au sens qu'on donne à ce terme en Occident. Cela signifie que l'islam ne concernera que le domaine de la foi librement consentie, et la pratique du culte dans un cadre privé.

  • (Légitimité divine) là est le problème, on se base sur quoi par parler de (légitimité divine)??? Sur des écrits, écrits par qui, et écrit quant??? Quand l'islam a de la peine a expliquer quelque chose, il va dans le champ du divin, comme ça personne n'ose exprimer ses doutes!

  • Dans un mariage, la femme n'a pas besoin d'être musulmane, puisqu'elle n'est qu'un ventre. Le mari peut avoir 4 ventres-pondeuses et les répudier dès qu'elle ne le satisfont plus.

    C'est le père qui transmet la confession musulmane, c'est pourquoi il est capital que le sperme musulman produise un(e) nouveau musulman(e), pas question de laisser la progéniture partir vers une confession mécréante. C'est pourquoi un mari doit obligatoirement se convertir et doit aussi inculquer l'apprentissage du Coran par coeur, la haine du juif, la soumission de la femme, bref, que du bonheur !

    C'est aussi pourquoi, lors de divorces, les pères musulmans iront jusqu'à kidnapper les enfants dont la garde a pourtant été confiée à la mère. La justice des mécréants ne valant qu'un pet de lapin, ils obéissent à la charia et éduqueront leur(s) enfant(s) dans la foi musulmane, la seule vraie, la seule juste. C'est sans doute ce qu'on appelle la tolérance*.

    Mais finalement, si l'Algérie refuse de reconnaître les enfants nés de non-musulmans, c'est plutôt une bonne chose ? Ces personnes, non-algériennes, seront libres de choisir leur religion et d'épouser qui bon leur semble. Vive la liberté des mécréants !

    *Je me suis toujours demandé ce qui rendait les musulmans si obéissants..... On leur dit de haïr les juifs, ils haïssent les juifs (sans se demander pourquoi); on leur dit de commettre des attentats contre l'occident, même si c'est leur pays d'origine, ils obéissent aveuglément..... Est-ce le résultat d'un total lavage du cerveau, accentué par l'apprentissage par coeur d'un livre incompréhensible ? D'autant plus si le croyant n'est pas arabophone? Quelles seraient les réactions chez nous si dès demain, on exigeait de tous les chrétiens qu'ils apprennent la Bible par coeur ?

  • Chère Arnica, je pense que ce qui rend obéissant, c'est la peur de l'enfer. Quand elle a été inculquée tout enfant, elle est bien enracinée et elle a une influence profonde.
    Elle est souvent plus forte que la rationalité : l'enfer musulman est tellement affreux (les gens y brûlent et quand leur peau est consumée on leur en donne une autre pour qu'ils continuent à souffrir pour l'éternité, quand ils demandent à boire on leur fait boire de l'eau comme du métal bouillant, etc...), que cette peur motive beaucoup de comportements . Ceux qui ne la connaissent pas n'arrivent à l'imaginer.

    Ensuite il y a l'Ego : les musulman apprennent qu'ils sont supérieurs aux autres car ils auraient la "meilleure des religions". Remettre en question cette religion, dans un premier temps, cela revient à remettre en question ce sur quoi on a appris à fonder son estime de soi. C'est pourquoi certains dissidents, continuent malgré leurs critiques envers l'islam, à se revendiquer "musulmans". Parce que il faut non seulement remettre en question la religion qui a été inculquée, mais aussi apprendre à fonder l'estime de soi sur autre chose que sur son appartenance à l'islam. C'est un très gros travail.

  • Bravo Sophie, ça me paraît très juste comme analyse.

    Une religion, un peuple supérieur aux autres, ça s'appelle l'Übermensch, n'est-ce pas? Tiens, tiens, il me semble déjà avoir entendu ce concept quelque part, mais ça m'échappe....... [= ironie et sarcasme, donc]

  • "ce qui rend obéissant, c'est la peur de l'enfer"
    Et la peur rend souvent stupide. Penser qu'un dieu puisse être tellement minable que son principal souci serait d'exiger l'obéissance c'est le rabaisser au rang d'un potentat dictatorial tel qu'il est décrit dans les Contes de mile et une nuits.
    Avoir peur de s'endormir et de ne plus se réveiller est une attitude tout à fait compréhensible chez les enfants de huit ans.
    Comprendre que le sommeil éternel puisse finir par être une bénédiction pour les gens âgés qui ont connus les souffrances que l'existence inflige à chacun et celles que l'âge y ajoute devrait être à la portée d'une intelligence moyenne.
    Seule des croyances religieuses qui font appel aux peurs les plus primitives s'efforcent de contrecarrer l'exercice de cette intelligence.
    J'entends par "primitives" celles qui contribuent à assurer la survie de l'espèce et qui chez les autres formes de vie coïncident avec la durée pendant laquelle elles sont en capacité de se reproduite.
    Le fait que ce n'est pas le cas chez l'être humain, devrait permettre à celui-ci de d'affranchir, parvenu à un certain âge, de ces peurs infantiles et malheureusement elles se muent souvent en croyances "spirituelles" d'autant plus vives que les besoins liés à l'existence et la survie se sont affaiblis ou ont disparus.

  • A propos des Mille et une Nuits, cette merveille de la littérature arabo-musulmane..... De quoi s'agit-il?

    C'est le stratagème de survie d'une esclave sexuelle retenue dans un harem. Le sultan tue les femmes à l'aube après avoir profité de leur corps. Shérazade parvient à survivre en racontant des histoires au Sultan, c'est merveilleux ! Autrement dit, la routine quotidienne de ce harem, comme probablement la plupart des harems du monde musulman, est d'exécuter les femmes après les avoir baisées. C'est là un des piliers de la culture musulmane, une de leurs grandes fiertés. Hmmmm.....

    A part ça, quelles sont les autres grands manuscrits de la culture musulmane ? Comment s'appelle déjà ce célèbre fake antisémite..... le titre m'échappe.... Sinon, quelqu'un peut-il nous donner qq exemples de littérature arabo-musulmane?

  • L'article suivant qui était dans la liste des plus lus de la TdG n'est resté visible sur leur site que quelques heures, d'où le peu de commentaires. Désormais, sans le lien il est presque introuvable. On se demande pourquoi. Bienpensance quand tu nous tient.

    https://www.tdg.ch/culture/livrestotalitarisme-islamique-emporter/story/22705335

  • L'article date de 2015..... pas étonnant qu'on ne le retrouve que difficilement.
    Cela dit, j'ai essayé de lire 2084, mais je l'ai trouvé parfaitement indigeste et n'ai pas réussi à le terminer. Dommage !
    Le roman de Boualem Sansal est certainement parfaitement disponible en libraire, peut-être même en bibliothèque. Ne flippons pas plus que nécessaire.

    Le dernier livre d'Onfray paraît intéressant, Théorie de la dictature. (Encore librement) en vente dans toutes les bonnes librairies ;-))

    " Il est admis que 1984 et La Ferme des animaux d'Orwell permettent de penser les dictatures du XXe siècle. Je pose l'hypothèse qu'ils permettent également de concevoir les dictatures de toujours.
    Comment instaurer aujourd'hui une dictature d'un type nouveau ?
    J'ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l'histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l'Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers.
    Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l'opinion ; dénoncer le crime par la pensée.
    Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques.
    Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l'idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel.
    Pour supprimer l'histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l'histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature.
    Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement.
    Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme.
    Pour aspirer à l'Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l'opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir.
    Qui dira que nous n'y sommes pas ? "

  • IMPORTANT
    @ Arnica et autres lecteurs de ce blog: Pour ce qui est de réécrire l'histoire, voici un exemple parmi de nombreux autres:

    Regardez donc cette vidéo qui met en évidence comment la BBC ment dans ce documentaire (de propagande mondialiste) sur l'histoire de la Grande Bretagne destiné aux écoliers en nous montrant des Romains (quasiment tous), des Celtes, et des Pictes noirs ou métissés. Par exemple:

    -le tout premier personnage que l'on voit dans "the Iron Age", à savoir le forgeron de la tribu celte à 1:16 est noir, ce qui est tout simplement impossible!

    -à 2:08, le chef romain est basané et le légionaire qui lui parle et noir. De même tous les autres légionnaires sont basanés. Il pouvait effectivement y avoir des gens de couleur parmi les légionnaires mais pas à ce point.

    -à 3:22, un des guerriers pictes est noir (Native British Warrior)! Encore une fois impossible! De qui se moque-t-on!

    -à 3:40: le centurion est noir.

    -à 3:52, le petit esclave est blanc, ce qui est possible, mais vu l'orientation du documentaire on comprend ce choix!

    -à 3:57, le femme du centurion noir, elle, est blanche et juste après on voit leurs 2 enfants métisses.

    Bref je vous laisse découvrir la suite où le garçon de la famille celte est présenté comme une poule mouillée si bien que c'est la petite fille celte qui doit aller au combat à sa place, tout comme c'était déjà la petite métisse qui voulait se battre.

    Voici le lien vers la vidéo:

    https://www.youtube.com/watch?v=zpDnTYYXXAY

    Tout ça n'a lair de rien, mais c'est grave, très grave de tromper ainsi nos enfants pour faire passer une idéologie malsaine et mensongère. Bientôt Ada Mara nous dira elle aussi que les Helvètes étaient noirs.

    Mme Valette pourrait peut-être nous écrire une note à ce sujet en prenant ce documentaire comme exemple.

  • Vous n'avez pas vu la série Tŕoie, avec un Patrocle noir, et je ne sais plus quels autres personnages importants de l'Illiade (sur Netflix).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel