Grève des femmes: où sont les féministes?

Imprimer

Des dizaines de milliers de «féministes» sont dans la rue ce vendredi 14 juin. Pas moi!

Grève femmesengreve_3f_br.png

La totalité de la presse, toutes les autorités, les administrations et même parfois le patronat portent aux nues cette manifestation. Partout, la mobilisation est décrétée pour donner la place qu’elles méritent aux femmes dans les entreprises et institutions. Nous avons connu un déluge de soutiens médiatiques proche de l’asphyxie.

Au sommet du hit parade de cette deuxième «grève», la revendication de l’égalité des salaires. L’inégalité existe encore un peu, mais jamais un exemple concret ne nous est donné.

Et je ne connais pas de journaliste qui aurait eu l’idée, ma foi saugrenue par les temps qui courent, d’interviewer des réfugiées de pays patriarcaux qui se féliciteraient de l’égalité découverte en Suisse. Non, mais une chercheuse a trouvé chez nos «migrantes» d’antan un nouveau motif de vomir sur notre pays en les valorisant. La mère italienne de la chercheuse le lui a confirmé: venir en Suisse, c’était comme revenir 50 ans en arrière! Ce qui explique que «…les flux migratoires ont contribué à améliorer la condition des femmes en Suisse, aussi bien dans le monde du travail, de la formation qu’en termes de droits politiques.» Une Suisse en pleine arriération comparée à une Italie modèle d’émancipation!

Dans notre pays où jamais l’égalité n’a été aussi grande, un vaste groupe de femmes et ceux qui les cornaquent sont ignorés: pas un mot sur ce qui se trame dans notre société par l’une des idéologies les plus patriarcales du monde. Ces féministes assoiffées d’égalité, ces hommes qui s’autoflagellent se fichent éperdument de ce sexisme qui progresse.

Le féminisme d’aujourd’hui ne court que pour lui. Ses revendications s’arrêtent aux portes des mosquées. L’obsession du corps des musulmanes, les foulards et ses infinies variantes, elles les soutiennent avec ardeur. Elles veulent ignorer cette tentative de conquête culturelle, cette affirmation de la supériorité de ces femmes, ce rejet de la mixité, cette volonté de se différencier d’elles, femmes occidentales si impudiques, si indécentes, partisanes de plus de l’amour libre, des droits des homosexuels et de l’avortement.

grève des femmes,14 juin,féminismes

Ces féministes regardent avec attendrissement le retour à l’obscurantisme et à la soumission qu’elles combattent pour elles-mêmes. La position officielle de la Conférence suisse des déléguées à l’égalité entre femmes et hommes sur l’initiative contre le niqab en donne une illustration éloquente: d’une part l’argument habituel qu’il y a si peu de niqabs en Suisse,  et encore: « … on ne peut pas invoquer l'égalité entre les sexes pour interdire une pratique que des femmes revendiquent dans le cadre de l'exercice de leurs droits fondamentaux…» (en gras dans le texte!)

Pourquoi, quand il s’agit d’islam, les féministes ne défendent-elles plus leur valeur-phare, contrairement à tant de musulmanes et ex-musulmanes qui combattent cet islam sexiste et se rejoignent sur une condamnation absolue du foulard?

Les discours féministes victimaires et belliqueux ressemblent à d’autres dans la violence du propos et dans les dangers d’excommunication que prennent les si rares personnalités à les contredire. Les hommes sont traités souvent en criminels du sexe; la haine et la paranoïa s’invitent parfois dans les discours. Les femmes, elles, sont admirables par le simple fait qu’elles sont femmes.

Résumé de leurs revendications par un slogan de la première grève: «On veut tout!»

Oui, on veut tout… mais seulement pour nous!

Commentaires

  • En plus de 25 ans de travail dans la santé, je peux vous dire que je n'ai pas une seule fois entendu une femme se plaindre de faire le même travail qu'un homme avec un salaire moindre. Ce qui arrive c'est que les femmes travaillent plus souvent que les hommes à temps partiel pour s'occuper des enfants. Leurs revenus sont donc moindres parce que leur temps de travail rémunéré est moindre. Si elles sont mariées, en cas de divorce le deuxième pilier du mari les protège car les montants 2 ème pilliers des conjoints sont additionnés puis partagés équitablement. Elles sont donc protégées.

    Ce dont les femmes, comme les hommes, se plaignent, c'est de se faire licencier et de ne pas retrouver d'emploi après 50 ou 55 ans, parce que les charges sociales prennent l'ascenseur : de 7 % de 27 à 34 ans, on passe à 10 % de 35 à 44 ans, puis à 15 % de 45 à 54 ans et enfin 18% de 55 à 64 ou 65 ans.

    A l'époque où on a fixé les cotisations de 2 ème pilier, il n'y avait pas de libre circulation, et les employeurs n'avaient pas choix que de garder leurs employeurs plus âgés, même si leurs cotisations au 2 ème pilier leur coûtaient cher. On n'a donc pas vu le piège arriver.

    Entends-t-on la gauche sur ce sujet ? Que nenni , rien du tout, silence radio. Allo la gauche ? il y a là un sérieux problème social, un problème réel, qui fait des ravages réels et j'en suis témoin . Où êtes-vous ?

    On dirait que la gauche est atteinte du syndrome de Don Quichoote. Elle se bat contre des moulins à vents, soit des problèmes qui ont été réels par le passé mais qui ne sont plus prioritaires aujourd'hui, et elle est aveugle aux problèmes d'aujourd'hui. Avec la défense du voile et de l'islam on atteint le sommet : est-ce que la gauche ne sait pas que l'islam n'accepte pas , et n'acceptera jamais l'égalité entre hommes et femmes ? (puisque c'est Allah lui-même qui la ordonné ainsi ).

    Je pense que tout ceci sert à opposer les hommes et le femmes, alors que nous devrions nous allier pour affronter les vrais problèmes. Mais diviser pour régner, c'est une très vielle tactique. Et la presse ne marche pas...elle court !

  • 10/10

  • Bravo madame pour votre analyse. A 54 ans, j'avoue que je ne comprends plus grand chose à cette gauche, ni à ce féminisme devenus fous. Je me sens bien seul à le penser et je vous remercie pour brillante analyse qui, venant d'une femme et d'une féministe, me donne un peu d'espoir ;-)

  • Les féministes, eh bien, elles passent leur temps à lutter pour les islamistes, ceux qui lapident des femmes sur la base de 2 témoignages !

    C'est tellement incompréhensible qu'elles se taisent lorsqu'on leur pose la question ?

  • Absolument de votre avis.

    Il y aurait lieu de faire grève pour une société de partage et de justice sociale.
    De fin de marché sans éthique aux valeurs sonnantes et trébuchantes en lieu et place des valeurs éthique de respect de l'autre quel.le qu'il.elle soit
    Ancienne MLF je suis écoeurée notamment par l'ouverture à l'islam sans annonce de prochain revirement fondamental concernant la place des femmes dans la société avec la fin de la pudibonderie voiles et autres cache chevilles que nous savons.

    On ne voit pas bien sur ce rouge… pardon pour fautes de frappe à prévoir!

  • Une voilée dans un cortège féministe c'est comme un 4X4 dans une manif de cyclos. Et après elles veulent nous faire croire qu'elles défendent les droits des femmes.

  • Question idiote .... mais y avait-il des femmes voilées parmi les manifestant.e.s?

    Sans doute que non, puisqu'elles connaissent des conditions de vie idéales grâce à l'islam...... et qu'elles ne peuvent pas vraiment lâcher la poussette ni laisser leur mari avoir faim le soir.

  • http://pachakmac.blog.24heures.ch/archive/2019/06/15/l-islamo-feminisme-ca-existe-867579.html

  • Bravo Pachakmac, je n'ai rien à ajouter...

  • Je travaille à Genève dans le secteur financier depuis plus de 20 ans. J'y ai constaté qu'à responsabilités égales et taux d'occupation identique, il y régnait jusqu'à récemment une stricte égalité salariale entre hommes et femmes Malheureusement, je remarque depuis quelques années que les employeurs, sous la pression des forces idéologiques réclamant toujours plus de "diversité", privilégient à présent les candidates dans les recrutements pour remplir un quota informel et "progressiste" de femmes. Cela conduit à des conditions plus favorables faites aux femmes tant au niveau des rémunérations que des exigences de travail. Une nouvelle inégalité homme-femme est en train d'émerger. Et cette fois, elle joue en faveur de la gent féminine ...

  • "Une nouvelle inégalité homme-femme est en train d'émerger. Et cette fois, elle joue en faveur de la gent féminine ..." (Patrice)

    Mais tout à fait !

    Les hommes vont abandonner les corporations et l'enfer des organisations hiérarchisées aux femmes, laisser les femmes régler les "problèmes de travail" entre femmes, et développer leurs propres réseaux économiques comme acteurs indépendants. Les clubs Tupperware des hommes, quoi.

    Un métier d'avenir que je prévois très bien payé, le *médiateur* (notez le genre masculin pour bien indiquer qu'il s'agit d'un homme) de conflits féminins, dans les cas désespérés.

    http://www.infobarrel.com/media/image/128862_max.jpg

    https://i0.wp.com/drillersclub.com/wp-content/uploads/2018/11/adair_paul_neal_red5.jpg

    https://www.andykershaw.co.uk/wp-content/uploads/2015/03/11.jpg

  • L'Etat islamique promeut la libération de la femme, voir le dernier article de Jean-René Belliard:
    "Les femmes ont obtenu un rôle bien plus actif, tout en gardant la responsabilité de la tenue du foyer, de la garde des enfants et du bien-être des époux, indique le rapport."

    Comme les femmes occidentales, elles font des doubles journées: djihadiste le jour, épouse et mère au foyer le reste du temps.

    Et dire qu'elles vont être massivement rapatriées avec leurs enfants, parce que ce ne sont que de pauvres femmes musulmanes dont tout le monde a pitié de façon pavlovienne..... Youpie ! L'avenir nous sourit déjà !!!

    http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2019/06/15/etat-islamique-les-jeunes-femmes-nouvelle-cible-de-la-propag-299333.html

  • En complément à votre excellent billet, je conseille de lire celui-ci:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel