Le voile, attribut féministe?

Imprimer

Décryptage d'un reportage de propagande de la TSR qui interviewe trois mystérieuses musulmanes voilées.

Par Sophie

Foulard_Gde Bret.jpg

Reportage de la RTS lundi 30 juillet au 19'30: «Dans le débat sur le droit des femmes, le port du voile islamique divise». 

Puisqu'on nous dit que ce symbole «divise», le téléspectateur s’attend évidemment à entendre le point de vue de femmes tant partisanes qu’adversaires du voile. Car c’est cet équilibre des points de vue qui fait la différence entre l’information et la propagande: une information, c’est ce qui nous informe sur des faits, ou encore ce qui nous donne à entendre différents points de vue afin que nous puissions nous faire notre propre opinion. Une propagande par contre, c’est ce qui nous dit ce que nous devons penser. Nous imaginons donc naïvement que cette différence entre information et propagande est enseignée à l’Université de Fribourg, dont vient de sortir la jeune journaliste Hélène Joaquim auteure du reportage.

Détrompez-vous. Le monde a changé….

Au lieu d'une explication sur ce qui «divise» les féministes au sujet du voile, nous avons eu droit à 4 minutes 20 de pure propagande pour le voile: il serait le nouveau symbole d’émancipation des femmes, il permettrait à ces nouvelles  féministes d’affirmer «leur légitimité», il serait le symbole de «la liberté des femmes de disposer de leur corps» et celui de leur «droit de s’habiller comme elles l’entendent».

Tiens, vu le titre du reportage je pensais que le port du voile divisait dans les mouvements féministes, parce que pour celles qui connaissent le programme des Frères musulmans, sa présence est la preuve de leur infiltration dans ces mêmes mouvements et dans la gauche européenne. Ceci alors même que l’islam n’a rien, mais alors rien de féministe, ni d’égalitaire d’ailleurs.

Mais ceci, Hélène Joaquim ne l’a pas compris et elle préfère penser qu’elle a fait un exploit en offrant une parole «rarement donnée» aux femmes voilées. Notons en passant, qu'en ce qui concerne Lucia Dahlab, ce ne sont pas les occasions qui lui ont manqué. Mais nous y reviendrons.

Il faut reconnaître que techniquement, le montage est efficace. Plutôt qu’un reportage, c’est un clip promotionnel pour le voile que nous avons pu voir. Hélène Joachim a interrogé trois femmes de 18, 53 et 78 ans. Le montage a permis de ne conserver que certains instants des interviews, de choisir des phrases isolées, percutantes, alignées en rythme les unes après les autres, avec un seul objectif : donner une image moderne et libératrice du voile. Et là, ce n’est plus du journalisme, c’est du grand art de la propagande.

Pas de contrainte en islam

tsr interviews,musulmanes

 

Pour commencer, la plus âgée des femmes interviewées, Latifa Camfferman, nous dit: «Ce n’est pas quelqu’un qui va nous obliger à porter le voile, parce que dans la religion il n’y a pas de contrainte».

La quinquagénaire Lucia Dahlab qui milite depuis des décennies pour que les musulmanes puissent porter leur foulard dans toutes les professions, use comme à son habitude du vocabulaire féministe: «C’est vraiment une prise de pouvoir sur mon corps, une réaffirmation de mon corps m’appartient»… «Au moment où je me convertis j’ai envie que les hommes me lâchent les baskets, et je me dis voilà, le voile est une solution»… «Sur la question de la diversité, ce n’est pas comme ça qu’on apprend à vivre ensemble» «Je suis féministe depuis l’enfance… ça fait vraiment partie de mes premiers combats, de mes premières révoltes» « Il est temps que les femmes prennent le pouvoir pour elles». 

Latifa Camfferman nous fait aussi des remontrances : «Ce n’est pas économique de payer des études à des femmes musulmanes et après les laisser au chômage».

Quant à la plus jeune, «Saja», son discours est encore très basique : «On ne juge pas une femme sur ce qu’elle va dégager physiquement, sur sa tenue vestimentaire». 

Évidemment la journaliste ne juge pas nécessaire de nous dire qui sont et d’où viennent ces femmes, qui vous le verrez, ne sont pas n’importe qui.

Avons nous le droit de répondre à ces dames, puisque Hélène Joaquim n’a pas pensé qu’il était possible ou nécessaire de le faire ?

  1. «Ce n’est pas quelqu’un qui va nous obliger à porter le voile, parce que dans la religion il n’y a pas de contrainte» (L.C)

En Suisse évidemment: l’islam est encore minoritaire et personne ne peut à l’heure actuelle obliger une femme à le porter. Mais dans les pays où les religieux musulmans sont au pouvoir, le voile est bel et bien une contrainte. En Iran, Nasrin Sotoudeh, Yasman Ariani, Monireh Arabshani et Morgan Kesharvaz, entre autres, sont en prison pour avoir défendu le droit de ne pas porter le voile. Comme nous l’affirme la femme interviewée, l’islam est bien une «philosophie» : une philosophie qui commence par dire «le voile c’est mon choix», puis quand elle est en nombre suffisant pour imposer sa loi, passe inexorablement à «le voile, c’est obligatoire».

  1. «C’est vraiment une prise de pouvoir sur mon corps, une réaffirmation de 'mon corps m’appartient' »… « je suis féministe depuis l’enfance…ça fait vraiment partie de mes premiers combats, de mes premières révoltes» «Il est temps que les femmes prennent le pouvoir pour elles» (L.D.) 

Là il s’agit de reprendre mot pour mot le discours féministe pour le détourner en faveur du voile. Mais comme pour la première affirmation, tout le monde sait qu’il n'existe aucun pays dirigé par des religieux musulmans dans lequel une femme peut dire «mon corps m’appartient» et choisir la manière dont elle s’habille sans s’exposer à de grands problèmes. Des problèmes dont l’ampleur n’a rien à voir avec ce dont se plaignent les femmes voilées en Suisse. Car une fois l’islam en place, le corps des femmes ne leur appartient plus. Comme nous l’a si bien expliqué Erdogan, l’islam prend le tramway (ici du féminisme) pour arriver à destination, puis il en descend quand il a pris le pouvoir. 

3 .«Sur la question de la diversité, ce n’est pas comme ça qu’on apprend à vivre ensemble» (L.D.)

A nouveau, on voudrait demander à celle qui entend nous donner des leçons de «vivre ensemble», pourquoi dans les pays musulmans le «vivre ensemble» n’existe pas.

Partout en pays musulman, les non musulmans sont des sous-citoyens qui ne peuvent revendiquer les mêmes droits que les musulmans. Au Pakistan, par exemple, ils peuvent être emprisonnés ou tués pour «blasphème». Ils vivent dans des bidonvilles, sont maltraités, tués et relégués à des emplois subalternes. C’est cela le «vivre ensemble» à la mode islamique. 

  1. «Ce n’est pas économique, payer des études à des femmes musulmanes et après les laisser au chômage» (L.C.)

Dans les pays musulmans, les emplois dans la fonction publique sont interdits aux non-musulmans. Que les chrétiens arabes portent ou ne portent pas de croix autour du cou n’y change rien, qu’ils soient originaires de ces pays depuis bien avant l’arrivée de l’islam (comme les Coptes égyptiens) n’y change rien. 

En Suisse par contre, les études sont gratuites. Vous pouvez être originaire de l’autre bout du monde et en profiter. Vous pouvez postuler à tous les postes pour lesquels votre formation vous qualifie. Mais pour entrer sur le marché du travail, tout ce que l’on vous demandera c’est de vous vêtir comme tout le monde. On n'appréciera pas non plus que vous veniez habillée en gothique ou en punk, ou encore avec un tee-shirt de Raël (le prophète des extra-terrestres). Car une entreprise n’est pas un lieu où l’on vient afficher ses convictions, c'est un lieu où l’on vient travailler. 

Pour finir, notre jeune journaliste qui se sent pousser des ailes pour nous instruire, nous affirme qu’en Suisse, «porter le voile c’est surtout une question de choix». 

Mais au juste, qui sont ces femmes qu’Hélène Joachim dit avoir eu tant de mal à dénicher pour nous présenter son «reportage» ?

tsr interviews,musulmanes

Lucia Dahlab

Celle qui parle le plus, la quinquagénaire, s’appelle Lucia Dahlab. Hélène Joaquim est peut-être trop jeune pour le savoir, mais Lucia Dahlab est une enseignante bien connue à Genève comme militante de longue date du voile islamique. L'enseignante est même allée jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme pour réclamer le droit de porter son voile en classe, et a été déboutée. Dans les médias, elle a déjà pu s’exprimer à de nombreuses reprises.

Lucia Dahlab s’est même lancée en politique chez les Verts, toujours les premiers en matière de naïveté dans tout ce qui concerne l’islam. Mais elle est aussi une «proche» de Tariq Ramadan, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, et a manifesté pour le soutenir lorsqu'il a été emprisonné.

Elle fait d’ailleurs partie du «European Muslim network», un réseau fondé et présidé par Tariq Ramadan où elle représente la Suisse.

Latifa Camfferman

La plus âgée, Latifa Camfferman, est membre de l’Association culturelle des femmes musulmanes, l’ACFMS, présidée par Nadia Karmous, admiratrice de Youssef Al-Qaradawi l'éminence grise et fanatique des Frères musulmans.

Nadia Karmous est aussi la fondatrice avec son mari du Musée des civilisations de l’islam de La Chaux-de-Fonds, qui a aussi reçu des financements du Qatar, sponsor principal des Frères musulmans.

Latifa Camfferman a également donné une conférence au CCML, le Centre culturel des musulmans de Lausanne, repaire de Frères musulmans présidé par Mohamed Karmous, centre qui a reçu 1,6 millions du Qatar.

Si elle prend la peine de lire le livre «Qatar Papers» de ses collègues Chesnot et Malbrunot, Hélène Joaquim apprendra que Mohamed Karmous est Frère musulman depuis très longtemps, qu’il a été un membre fondateur et trésorier de l’institut de Château-Chinon en France qui forme des imams de la mouvance frériste. Dans une note de 2007, les Renseignements généraux français précisent que Château-Chinon est devenu «une priorité pour l’organisation transnationale des Frères musulmans qui amplifient ces financements étrangers pour faire de ce centre un vecteur du Jihad moderne.»

Enquêter sur ses sources

Sur trois femmes présentées aux téléspectateurs comme des musulmanes lambda, nous en avons donc deux qui sont en réalité proches des Frères musulmans. La troisième n’ayant qu’un prénom, Saja, nous ne pouvons pas savoir pour l’instant d’où elle vient….

Nous suggérons donc à Hélène Joaquim de méditer sur la phrase de Youssef Al Qaradawi: «Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons». 

Car une fois les Frères bien infiltrés dans les pouvoirs européens, grâce entre autres à la naïve complicité des journalistes de la RTS, il ne faudra pas tenter de réclamer les libertés, les droits de l’homme ou de la femme qu’ils auront tant invoqués pour en arriver là. Car  comme l’a expliqué Erdogan: «La démocratie c’est comme un tramway, une fois arrivé au terminus (ou à destination), on en descend».

Si elle veut en savoir plus sur la stratégie de Frères en Europe, notre jeune journaliste peut lire le récit d’un ancien Frère musulman, Mohamed Louizi, qui dans son livre «Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans», nous raconte – preuves à l'appui – la stratégie d'islamisation globale des Frères (appelée aussi le Tamkine) en France et en Europe.

Nous mettrons donc le «reportage» de Mme Joaquim sur le compte de la naïveté, de l’enthousiasme et de l’ignorance de la jeunesse, et lui suggérons de commencer par consulter les sources ici proposées. Et nous nous réjouissons de regarder les reportages qu’elle effectuera après avoir approfondi la question. 

 

 

Commentaires

  • Pour le musulman, il n’y a qu’une seule vraie religion, l’Islam : « La religion d’Allah c’est l’Islam ». L’islam est né bien après l’apparition des deux autres branches du monothéisme, le judaïsme et le christianisme. Et le texte des deux premières est adressée à des hommes qui la vivent et l'interprètent dans leur quotidien, la troisième est donnée telle quel, et ne peut être interprétée. La nouvelle religion à ses débuts, est une civilisation conquérante, imposant ses croyances, assujettissant les populations au tribut et faisant régner un ordre islamique partout où elle prenait pied. L'Islam, aujourd'hui, en Occident, peut-il se distancier d'un enseignement, d'une autre époque, pré-moderne, et faire sien les règles et valeurs du pays d'accueil, pour construire un vivre ensemble compréhensible, un monde convivial ? Je crains que la réponse soit négative, car le Coran ne peut être mis à jour comme le sont la Torah et l’Évangile. La mise à distance est un crime pour les Musulmans. Le choix obligé sera toujours la charia... à moins d'une réelle acceptation de la Laïcité, comme l'ont fait Juifs, Catholiques, Protestants... qui vivent en paix dans notre société avec tout le monde. L'Islam contemporain, contrairement au judaïsme et du christianisme, qui ont acceptés la laïcité en 1776. L'Islam, non seulement, n'a jamais fait son aggiornamento (c'est-à-dire, mise à jour, adaptation à l'évolution du monde, à la réalité contemporaine) mais de plus ses autorités, qu'elles soient chiites ou sunnites, prônent sans interruption le dogme de la charia et la lutte pour un état théocratique. » (Denis Rousseau. Journaliste d'enquêtes, le 23/09/15).

  • J'ai envoyé à Madame Sibilla Bondolfi / swissinfo, deux commentaires qui sont en cours de modération.
    Voici le premier commentaire :
    Chère Madame : Le problème principal vient du fait que l’ensemble des médias, comme votre article, occulte les préceptes de l’islam qui prescrivent le voile.
    Ces préceptes figurent dans le Coran et la Sunna de Mahomet. Ils sont appris, mémorisés et récités depuis la toute petite enfance. Affirmer que ces préceptes qui figurent dans les textes sacrés n’ont aucun rapport avec le port du voile, relève du déni d’évidence. L’ensemble des médias occultent ces versets du Coran, ce qui induit les lecteurs qui ne connaissent pas l’islam, à penser que le port du voile relève d’une liberté individuelle de la femme musulmane. On occulte ainsi tout le poids de la société et du cadre familial (parents, frères, maris etc…) fait peser sur la femme.
    Le fait d’occulter les textes sacrés et le poids de la société sur la femme musulmane dans les médias occidentaux, a pour conséquence d’induire le public en erreur. Le public pense que le port du voile relève uniquement de la liberté individuelle de la femme musulmane. Ceci est contraire à la réalité.

  • Je vous envoie le deuxième commentaire que j'ai envoyé à Madame Sibilla Bondolfi / swissinfo :
    Chère Madame, pour préciser les choses, je cite les deux versets qui prescrivent le voile :
    (Coran Sourate 33, verset 59). « Ô Prophète ! Prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de serrer sur elles leurs mantes ! Cela sera le plus simple moyen qu'elles soient reconnues et qu'elles ne soient point offensées. »
    (Coran Sourate 24, verset 31) : « Ô Prophète ! Dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leur beauté (leurs atours) que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès ».
    En conséquence, les musulmans se doivent d’obéir à ces commandements d’Allah et de son Prophète. Cette obéissance est conforme à ces versets du Coran :
    (Coran Sourate 33, verset 36) : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident. »
    (Coran Sourate 24, verset 51) : « La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Dieu et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est: "Nous avons entendu et nous avons obéi" Et voila ceux qui réussissent. »
    Les journalistes devraient questionner les femmes qui portent le voile, sur ces commandement d’Allah et de son Prophète. En occultant cet aspect fondamental de la question, les médias courent le risque d’induire en erreur leurs lecteurs.

  • Le port du voile prête à confusion avec l'islam.

    Les femmes du MLF en Suisse , à Lausanne, des années septante étaient invitées à entrer dans la section "psychanalyse et politique" ce qui débouchait parfois sur la pratique du yoga lequel a sa fleur aux quatre pétales: corps esprit âme et conscience.

    Par la concentration intériorisée (il ne s'agit pas de Hata Yoga) soin à la personne en développant également l'ensemble de nos aptitudes tout en cherchant à nous améliorer (la beauté extérieure est atteinte par le temps non l'autre la beauté intérieure)..

    Réelle émancipation concernant aussi bien les hommes que les femmes… les femmes que les hommes.

    Pas question d'être des voilés ou voilées voilant mais modestement simplement des éveillés éveillant.

    Nos chants populaires ayant tracé le chemin tel "C'est si simple d'aimer… de sourire ..."

  • Effectivement, ce «reportage» de Mme Joaquim (que je ne connaissais pas du tout) était d’une naïveté insupportable.

  • " Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident. »"

    Et on fait quoi des "égarés"? De ceux qui persistent dans leur "égarement"? Couic?

    Rappelez-moi, islam veut bien dire "soumission"? Soumis donc incapables de penser par eux-mêmes. Des robots quoi. Des lobotomisés.

  • Au vu de la qualité de l'information, notamment de la part de la 'très objective' RTS, je me dis que NoBillag, dommage... Et je ne dois pas être le seul à regretter amèrement.

  • Les gens qui n'ont pas acquis de culture propre s'extasient facilement devant les valeurs des autres, surtout si elles sont simplistes comme des slogans publicitaires.

  • L'islam c'est comme les liens COLSON. chaque cran de serrage que tu lui accorde ne se ré ouvrira plus et à force tu seras étrangler sans aucun espoir de retrouver ta liberté.

  • Monsieur Zacharias, si seulement d'autres que vous n'avaient pas également à regretter aujourd'hui leur choix sur Billag ou Serafe...

    J'avais demander une fois à Holenweg, vous savez, celui qui déteste se faire piquer sa place par un communiste, si cela ne le gênait pas trop que les chômeurs doivent eux aussi s'acquiter de cet impôt au nom de la cohésion nationale... Le bobo a préféré censurer, ce n'était pas politiquement correct.

  • Merci et bravo à Sophie pour ce texte très pertinent et très bien argumenté. L'avez-vous fait parvenir à la "journaliste" et à la TSR? Que les frères Ramadan et consorts fassent de la propagande et du prosélytisme, c'est à la rigueur normal; qu'un média public d'information générale à l'adresse du grand public se permette de servir une telle soupe à ces concitoyens, en s'imaginant qu'ils vont avaler ça tout rond est carrément consternant.

    Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais - exception faite des touristes du Golfe, qui sont un phénomène saisonnier et temporaire - il me semble qu'on ne voit quasiment plus de femmes voilées dans nos rues. J'entends par là des voilées indigènes, celles avec des poussettes et des bambins. Elles sont sans doute enfermées dans leurs cuisines respectives. On n'en n'a d'ailleurs pas vu beaucoup autour du clitoris géant du 1er août en Ville de Genève....

    Pour les femmes du Golfe, le voile est un marqueur social. Elles le portent avec bcp de fierté, car cela les distingue des nounous philippines et autres serveuses ukrainiennes, bref, la plèbe qui travaille. En Europe, elles profitent de la liberté de pouvoir se déplacer sans leur tuteur (mari, père, fils de 12 ans), elles peuvent aller faire du shopping ou boire le café entre copines, ce qui leur est interdit dans leur pays. A ceux qui contesteraient ce fait, je rétorquerai que les Séoudiennes VIENNENT d'obtenir le droit à un passeport et la possibilité de voyager sans l'autorisation de leur mari, c'est dans tous les journaux.

    Il me semble que la population européenne n'est pas dupe et les "reportages" tels celui de la TSR ne font que hérisser les gens. Personnellement, je ne regarde plus la télé, on y voit trop d'âneries.

  • Bonjour Arnica, merci pour votre commentaire.

    Mais je pense au contraire qu'il faut regarder la télévision et ne pas hésiter à se plaindre quand la propagande va trop loin. Car si personne ne se plaint, la prochaine fois cela ira encore plus loin, puis encore plus loin. Nous n'avons pas beaucoup de pouvoir en ce qui concerne la RTS, mais nous avons le pouvoir de nous plaindre. Si les plaintes sont suffisamment nombreuses, elle ne pourront pas être ignorées. C'est la méthode Amnesty international, et puisqu'elle fonctionne pour eux, utilisons-là nous aussi.

  • Merci Sophie, en effet, il faudrait bombarder la TSR de mails et de lettres de protestation.

    Tout à fait autre chose.... Avez-vous vu / lu cette étrange information ?
    https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-ex-elu-anti-islam-devient-musulman-30248859

    C'est à se demander ce qui se passe dans la chimie du cerveau des gens..... L'islam a décidément un charme irrésistible - à moins que ce ne soit une affaire de graissage de patte et/ou de menaces de mort.

  • Pour information : j'ai ajouté ces commentaires sur l'article de Madame Sibilla Bondolfi / swissinfo :
    Les propos de Natalia Darwich. : «L’homme et la femme sont égaux en droit et en dignité, mais ils ne sont pas semblables», sont en contradiction avec le droit musulman.
    Dans la Déclaration islamique des Droits de l’Homme, adoptée par les 57 pays musulmans regroupés dans l’Organisation de la Coopération Islamique, il est précisé :
    Art. 6 - a) La femme est l’égale de l’homme dans la dignité humaine ; ses droits sont équivalents à ses devoirs.
    Ceci est en conformité avec le Coran qui refuse l’égalité en droits entre les hommes et les femmes :
    « Quant aux femmes, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes occupent un rang supérieur sur les femmes. Et Allah est Puissant et Sage" (Coran 2:228).

    Quelques remarques extraites du site humanrights.ch sur la condition de la femme en terre d’islam :
    https://www.humanrights.ch/fr/dossiers-droits-humains/islam/tensions/droits-femmes/.
    . Partage des rôles et droit de correction
    En droit islamique, l’homme et la femme ont des droits et des devoirs l’un envers l’autre.
    La sourate 4:34 du Coran permet à l’homme, en vertu de son autorité, d’infliger des punitions corporelles à sa femme si celle-ci lui désobéit. En conséquence, la femme a une obligation d’obéissance envers son mari, qui s’étend à la tenue du ménage et l’éducation des enfants, mais aussi au droit de voyager ou de travailler, pour lequel il lui faut une autorisation du mari.
    . Mariage mixte
    Le droit islamique classique permet à un musulman d’épouser une chrétienne ou une juive, mais l’inverse n’est pas admis. Une femme musulmane ne peut épouser une personne d’une autre religion, de sorte que les mariages civils contractés à l’étranger entre une musulmane et un non-musulman ne sont généralement pas reconnus dans l’État d’origine.
    .Divorce :
    La femme reste l’inférieure de l’homme dans tous les pays islamiques, et ce constat est valable non seulement pour le droit du divorce, mais aussi pour le droit de garde des enfants.
    . Autres inégalités de traitement
    Devant les tribunaux, le statut de la femme est nettement inférieur à celui de l’homme, notamment quand elle doit se déclarer comme témoin ou quand il s’agit de calculer le montant d’une indemnité. Souvent, ses déclarations valent la moitié moins que celles d’un homme.

    On pourrait citer d'autres éléments sur l'inégalité homme-femme dans le Coran, les Hadiths et le Droit musulman.

    Vous pouvez voir l'article de Madame Sibilla Bondolfi : "Quatre questions brûlantes : la femme dans l’islam: esclaves ou reines? 4 questions délicates", sur ce lien Internet :
    https://www.swissinfo.ch/fre/quatre-questions-brûlantes_la-femme-dans-l-islam-esclaves-ou-reines-4-questions-délicates/42261398#comment_577a23140cf2d0f39f94d2cb

  • Si on se base sur la RTS, l'islam fait preuve d'une grande tolérance : pour leur tenue vestimentaires, les musulmanes décident en toute liberté !!
    La réalité quotidienne, à travers cet article sur le Maroc, nous montrent que la RTS veut à tout prix tordre la réalité, dans le seul but de donner une image positive de l'islam.
    Il suffit de lire cet article pour réaliser que la RTS mène une véritable propagande en faveur de l'islam :
    https://www.lepoint.fr/monde/maroc-des-jeunes-filles-benevoles-en-short-provoquent-un-scandale-06-08-2019-2328622_24.php
    Maroc : des jeunes filles bénévoles en short provoquent un scandale
    De jeunes Belges, travaillant bénévolement sur un chantier dans le sud du pays, ont reçu des menaces de mort en raison de leur tenue.
    Source AFP
    Publié le 06/08/2019 à 19:03 | Le Point.fr
    Certains, au Maroc, ne semblent pas très adeptes des tenues d'été légères que de nombreux Européens affectionnent tant. La preuve en est avec la polémique née autour d'un groupe de jeunes filles belges principalement, travaillant bénévolement en short sur un chantier dans le sud du pays. Leur tenue a provoqué de virulentes réactions comme cet appel à la décapitation, lancé par un instituteur de 26 ans. L'homme a d'ailleurs été arrêté lundi pour « avoir publié sur Facebookun message haineux » contre ce groupe composé majoritairement de jeunes filles travaillant en plein air dans un village près de Taroudant, a annoncé mardi un communiqué de la Sûreté marocaine (DGSN).
    Publié après la diffusion d'un reportage vidéo montrant ces bénévoles terrasser un chemin en short sous un soleil de plomb, son message appelait à leur décapitation, en écho de l'assassinat de deux touristes scandinaves perpétré en 2018 par des Marocains radicalisés au nom du groupe État islamique, selon des médias locaux. Cet homme, qui vivait dans le nord du pays, va être poursuivi pour « incitation à des actes terroristes », selon la DGSN. « Depuis quand les Européens font-ils des travaux en tenue de baignade ? » s'est pour sa part indigné Ali El Asri, un député du parti islamiste (PJD, à la tête de la coalition gouvernementale) sur sa page Facebook, suscitant des réactions indignées qu'il a qualifiées de « terrorisme laïc ».
    Un pays vantant une culture de tolérance
    Les bénévoles intervenaient en liaison avec une association locale, comme l'expliquent des participants dans ce reportage. « Les gens sont très gentils et très amicaux, j'adore le Maroc ! » déclarait notamment Luna, une des jeunes interrogées dans cette vidéo. La plupart des commentaires sur la vidéo saluent toutefois le « dévouement » de ces bénévoles qui « sont venus faire le boulot à la place des responsables locaux ». Le Maroc, qui met volontiers en avant son image de pôle régional de stabilité et sa culture de tolérance, arrive régulièrement en haut de tableau dans les classements consacrés aux pays dangereux pour les femmes faisant du tourisme seules.

  • Le témoignage d’un homme vaut celui de deux femmes.
    (Coran Sourate2, verset282) : « Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes ; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. »
    Le Coran rend le témoignage de l’homme égal à celui de deux femmes. De plus, la majorité des juristes et théologien musulmans soutiennent que le témoignage de la femme, qui s’égare très vite, n’est pas recevable dans le cas de crimes et dans des affaires faisant intervenir la loi du talion.
    Pourtant, es musulmanes ont un immense respect et une admiration infinie envers le Prophète.
    Mais quand on connait la Sunna de Mahomet, il faut bien admettre que le Prophète de l’islam n’éprouvait pas le même respect envers les femmes.
    Par suite de la révélation de verset qui précise que le témoignage d’un homme vaut celui de deux femmes, les musulmanes de Médine ont demandé à Mahomet de leur expliquer cette prescription d’Allah. Mahomet, en tant qu’exégète suprême de la Parole d’Allah révélée dans le Coran, donna aux femmes cette explication :
    « Vous maudissez fréquemment et vous êtes ingrates envers vos maris. Je n'ai jamais rien vu de plus déficient en intelligence et en religion que vous. Un homme sensible et sensé pourrait être égaré par quelques-unes d'entre vous ».
    Les femmes demandèrent : « Ô apôtre d'Allah ! Qu'y a-t-il de déficient dans notre intelligence et notre religion ? »
    Mahomet leurs répondit : « La preuve apportée par deux femmes n'est-elle pas équivalente à celle d'un seul homme ? »
    Elles répondirent par l'affirmative. Il continua : «
    C'est la déficience de leur intelligence. N'est-il pas vrai qu'une femme ne peut ni prier ni jeûner pendant ses règles ? »
    Les femmes répondirent par l'affirmative. Mahomet conclu son explication ainsi : « C'est l'insuffisance dans leur religion. », (Tout le passage figure dans Sahih al-Bukhari, Volume 1, livre 6, N°301).
    On pourrait donner beaucoup d’autres exemples, pour illustrer ce mépris de Mahomet envers les femmes :
    « Les femmes représentent la pire calamitée que j’ai laissée pour les hommes ». (Boukhari : Livre du mariage, Hadith 34).qui est enseignée encore aujourd’hui dans toutes les écoles musulmanes
    « La prière est annulée par les chiens, l’âne et la femme, s’ils passent devant les personnes en prière » (Boukhari : Livre de la prière, Hadith 102
    Au point où Aïcha, qui avait beaucoup plus de courage que les musulmanes interrogées par la RTS, réprimanda avec force le Prophète et s’écria : « tu nous considères comme des chiens » !
    Mahomet ne donna aucune réponse : il fait porter toute la responsabilité au seul Allah, dont il n'était que le messager.

    La RTS et les musulmanes qui s'y expriment, n'oseront jamais dire à Mahomet : "tu prends les femmes pour des chiens".
    La petite Aïcha avait beaucoup plus de courage en face de Mahomet.

  • J’ai lu deux cas - l’un à Paris, l’autre en Suède, je crois - de chauffeurs de bus qui ont refusé d’ouvrir la porte à des femmes dont ils jugeaient la tenue indécente. Malgré les non-dits des articles, tout le monde aura compris que le chauffeur de bus est musulman et la femme discriminée est une Européenne habillée à l’occidentale. Dans le cas de la RATP, le chauffeur a été sanctionné.

    Mais -oh! Surprise! - c’est maintenant le conducteur de bus qui porte plainte pour discrimination, on croit rêver ...
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-chauffeur-de-bus-accuse-davoir-refuse-une-femme-en-jupe-porte-plainte_fr_5cd48a7de4b0796a95d8a8c7
    Décidément, la paille et la poutre.....

  • Pendant que la RTS présente le voile comme un symbole de liberté, à Munich : un Centre islamique enseigne aux musulmans que la femme vaut moins qu’un homme, versets du Coran à l’appui.
    https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/muenchner-moschee-zu-ehestreits-ermahnung-trennung-im-ehebett-und-schlagen-63734354.bild.html
    Le Centre islamique de Munich (IZM) donne des recommandations sur son site Web sur la façon dont les hommes doivent traiter les épouses indisciplinées lors de conflits. Le « Bayerischer Rundfunk » (BR) a rapporté samedi que la violence domestique est également recommandée dans la section « Femmes et famille en Islam ».
    Selon le verset du Coran, dans le cadre d’un mariage en difficulté, l’homme devrait observer 3 étapes :
    Premièrement : Réprimander. Deuxièmement : Séparation du lit conjugal. Et troisièmement : Frapper.
    Bien que les coups ont plutôt « un caractère symbolique », le Centre islamique laisse la question ouverte de savoir à quoi ressembleraient les coups « symboliques ».
    La femme musulmane, quant à elle, a « d’autres possibilités » d’agir contre son mari lors des conflits. Le Centre islamique recommande en outre qu’elle puisse impliquer d’autres membres de sa famille dans ce processus.
    Sur un total de 25 points, le Centre islamique de Munich explique également d’autres pratiques discriminatoires à l’égard des femmes avec les versets coraniques correspondants, telles que l’inégalité dans le droit successoral (les femmes ne reçoivent que la moitié), la validité des témoignages (le témoignage d’une femme ne vaut que la moitié de celui d’un homme) et pour quelles raisons les filles ne devraient plus participer à des cours sportifs communs avec les garçons après la puberté ou pourquoi elles ne devraient plus aller chez un médecin masculin.
    Selon sa propre définition (« Wir über uns »), le Centre islamique de Munich veut « aider les musulmans vivant ici à pratiquer leur religion, à approfondir leur conscience religieuse et leur volonté de servir les autres, mais aussi à contribuer à une meilleure compréhension de l’Islam et des musulmans ». Par la suite, on peut encore lire : « En tant que l’une des institutions musulmanes les plus remarquables d’Allemagne, le Centre islamique a un impact bien au-delà de la région de Munich ».
    […]
    Le « Bayerischer Rundfunk » a également présenté ses recherches aux conseils munichois, qui ont été consternés, dont Laura Pöhler (Die Grünen – Rosa Liste), pour qui « l’appel » à la violence à l’égard des femmes doit être considéré comme une « misanthropie de groupe » et doit en tout cas être interdit, poursuit le rapport du « Bayerischer Rundfunk ».
    Cumali Naz, conseiller municipal du SPD et porte-parole expert en matière de migration, avait également fermement condamné les recommandations du centre : « Si le Centre islamique de Munich propage l’idée que la violence est un moyen légitime de résoudre les conflits conjugaux, cela va fondamentalement à l’encontre des valeurs de notre société. Les appels à la violence n’ont pas leur place dans notre société », cite le « Bayerischer Rundfunk ». […]
    Une employée anonyme d’un service d’accueil pour les femmes battues avertit dans le « Bayerischer Rundfunk » que de telles idées auraient des « conséquences catastrophiques », également pour la prochaine génération de filles et de fils.

  • Merci Amine pour ce témoignage. C'est à se demander jusqu'où l'islam peut pousser son bouchon trop loin avant que nos sociétés ne réagissent ! C'est tout de même invraisemblable !!!

    Encore au rayon "La Liberté des Femmes de s'Habiller comme elles le Veulent", un article consternant de la TG qui a - évidemment - déjà disparu des premiers titres visibles, il faut aller le chercher dans la section Monde et il est déjà un peu loin....

    https://www.tdg.ch/monde/moyen-orient/sabri-aicha-petits-oublies-suisses-camps-syriens/story/21760053

    Alors on commence par nous présenter les veuves et orphelins de l'Etat islamique comme étant des petites têtes blondes SUISSES - on insiste bien sur le fait qu'ils sont SUISSES - la mère est belge - et c'est à se demander pourquoi, à notre époque, où on veut tellement abolir les frontières, c'est si important que ces personnes soient Suisses..... Ne sommes-nous pas tous citoyens du monde ? Et une fois qu'on a choisi une cause et qu'on est parti en Syrie-Irak pour contribuer à l'expansion de l'islam, on est prié d'assumer son choix.

    Morceaux - consternants - choisis:

    "À Raqqa, la capitale de l’EI, elle [la mère] est d’abord mariée – plus ou moins sous la contrainte – à un Belge, ...
    la mère de Sabri et Aïcha continue de réciter le manuel de la parfaite épouse de djihadiste. Par exemple, la jeune femme de 28 ans justifie les attentats terroristes à Paris en disant que «c’est la France qui a été la première à bombarder [l’EI]». Que ceux qui sont attaqués peuvent riposter. Ou que les actes de violence tels que les décapitations et les lapidations font «partie de l’islam» et ne sont donc «pas négociables». Il en va de même pour le djihad armé, un «devoir» pour tout musulman capable de saisir les armes, selon elle.

    Bien qu’elle parle derrière un voile noir, elle porte une robe rose alors que la police religieuse de l’EI prescrit de se vêtir de noir. [alors .... elle n'est donc pas libre de s'habiller de la couleur qu'elle veut ???]

    Il y a quelques jours, sans qu’on connaisse les motifs exacts, une jeune Indonésienne enceinte de six mois a été battue à mort. Une autre fois, une femme a été tuée parce qu’elle ne voulait plus couvrir son visage. [Oh ! mais le port du voile n'est-il donc pas volontaire ???]

    Les enfants de Yusra n’y vont pas du tout [à l'école], par peur de devenir la cible des femmes les plus radicales.

    À plusieurs reprises, des femmes djihadistes ont attaqué les gardes avec des couteaux. .... «Nous ne pouvons entrer dans l’annexe d’Al-Hol réservée aux femmes étrangères qu’en grand nombre et armés. Sinon, nous sommes attaqués.» [et il faudrait les rapatrier.... parce qu'elles sont Suisses et Lausannoises ou Genevoises ???]

    une petite Lausannoise de 2 ans, née elle aussi dans le califat, se trouve dans le camp d’internement Roj, [comment peut-elle être Lausannoise, si elle n'y a jamais mis les pieds ???]

    Elle en a marre de l’État islamique. Si elle porte toujours le foulard, c’est juste parce qu’elle a peur que des femmes radicales puissent faire du mal à sa fille.» [et moi qui croyais qu'on portait le foulard par conviction religieuse et par libre choix vestimentaire....]

    Religion d'amour, de paix et de tolérance....
    Etrangement, il n'y a aucun commentaire .....

  • A force de tirer sur la corde de la compassion, ceux qui veulent tant nous éduquer risquent de la casser. Ce serait terriblement dommage car la compassion est une vertu qui rachète l'humanité. Mais de nos jours elle est trop souvent instrumentalisée pour n'être appliquée que dans un seul sens. Nous devrions faire preuve d'une profonde compassion envers les pauvres djihadistes ou les pauvres musulmans militants. Mais à eux par contre, on ne demandera rien. Car "tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux" (Orwell)

  • Ci-dessous mon message à la RTS, avec son avis de réception (automatique ?).
    Les vraies réponses sont exceptionnelles… mais c'est quand même utile de réagir.

    " Mesdames, Messieurs,
    Votre sujet sur le voile porté "librement" par des musulmanes de Suisse était de la propagande à sens unique en faveur du voile islamique, et ceci sans contradicteur.
    Vous ne respectez pas la concession imposant une information objective et équilibrée.
    Cela devient de plus en plus lassant de partialité !
    Pourquoi n'invitez-vous pas la journaliste Mireille Vallette ? "

    – Cher Monsieur Tissot,
    Nous accusons bonne réception de votre message et vous remercions de votre intérêt pour nos rendez-vous de l’actualité tv.
    Votre e-mail a bien été transmis à notre Rédaction.
    En vous remerciant encore d’avoir pris la peine de nous écrire, nous vous adressons, Monsieur Tissot, nos salutations distinguées.
    Pour le secrétariat,
    Margaux FONTAINE –

  • La Fête des Vignerons 2039 burqa-inclusive:

    La Fête des Vignerons ne peut être que politiquement incorrecte puisque qu'on ose y célébrer notre culture locale et nos racines tant haïes par la gauche bienpensante et les mondialistes. Si les choses continuent ainsi, en 2039 cette La Fête des Vignerons soit aura disparu, soit sera adaptée à la sauce “bienpensante”.

    Spécialement pour vous, voici le programme d’une Fête des Vignerons 2039 “politiquement correcte”, organisée par des Salerno, Kanaan, Ada Mara, Cesla Amarelle, Pagani et autres bolchéviques de la gauche caviar locale:

    1) Interdiction des drapeaux suisses ou cantonaux qui sont des symboles de frontières, de repli sur soi et de manque d’ouverture au monde, et qui donc pourraient offenser les étrangers. Le drapeau de l’UE, si elle existe encore, sera lui autorisé et bien entendu le drapeau arc-en-ciel avec pour l’occasion une grosse grappe de raisin au centre.

    2) Interdiction de tout costume folklorique, ces derniers n'étant que des symboles arriérés d'une culture machiste, raciste et fasciste (voir dernière phrase de ce post pour explications)

    3) Interdiction des vaches qui d'une part produisent du CO2 (ce qui mettrait hors de soi les très nombreux adeptes de l'Église de la très Sainte Greta du Buisson Ardent) et qui d'autre part ont toujours été le symbole de ce pays tant haï! Elles seront remplacées par des éléphants et des dromadaires, qui bien qu’ils polluent encore plus, eux au moins nous rappellent l’Afrique et le Moyen-Orient, pays des migrants.

    4) Toute consommation de viande et de produits animaux sera formellement interdite.

    5) Les applaudissement et cris de joie seront interdits, car ils risquent de faire augmenter la production de CO2 par les spectateurs qui pourraient respirer plus vite.

    6) L’hôte d’honneur pourra être n’importe quel pays, du moment qu’il ne s’agit pas d’un pays occidental habité par des blancs, avec quand même une nette préférence pour un pays arabe ou africain.

    7) Toutes les interdictions faites aux spectateurs ne seront pas valables pour les visiteurs ou les résidents en provenance de pays non-occidentaux, car il ne faut pas les stigmatiser et faire le jeu des méchants populistes.

    8) Le spectacle diffusé en direct par la RTS par une Mamarbachi bien frippée, mais toujours aussi politiquement orientée et partiale, sera comme suit:

    -le Ranz des vaches sera remplacé par le nouvel hymne “Mort aux Vaches!” composé pour l’occasion par les résidents du centre alternatif autogéré (en théorie mais pas en pratique car l’argent vient des cons-tribuables) de “l’Usine” à Genève et les autres chants traditionnels, quant à eux, seront remplacés par du rap vigneron aux paroles appropriées à la manifestation, comme par exemple:

    “Lâche-moi la grappe où j’te dégeule dessus tout le vin k’est dans mes z’intestins!”

    -Durant une journée seulement, la musique sera remplacée par un appel à la prière du haut d’un minaret à roulettes tiré par des dromadaires. Ce jour-là, toute consommation d’alcool sera formellement interdite, vivre ensemble oblige! De l’eau sera cependant servie aux spectatrices et aux hommes (étrangers et non blancs uniquement ou aux adeptes de Sainte Greta) par des femmes en burqua.

    -le jour suivant on verra une parade de femmes seins nus et en string chevauchant des chariots de grappes de raisins tirés par des hommes (blancs bien entendu) tenus en laisse et portant une muselière.

    -puis un concours de destructions de tonneaux remplis de vin à coup de battes de baseball opposant différentes sections black block et antifa du monde entier. Les premiers à détruire leur tonneau auront le droit de lyncher (avec le bénédiction des organisateurs.trices) tous ceux des spectateurs qu’ils estiment être réactionnaires et/ou ne pas penser comme il faut.

    -Durant une séance de male-bashing, les femmes pourront aussi insulter et cracher du vin à la tête des hommes blancs de plus de 50 ans uniquement.

    -les entractes comprendront des récitations en musique des préceptes du C.S.P.R.R.V.T.E.B.P.V.E.O.V.J.P.T.T.S.P.+ (Comité de Salut Public Rose-Rouge-Vert pour la Tolérance, l’Egalité, la Bonne Pensée, le Vivre Ensemble, l’Ouverture et la Vraie Justice Pour Toutes et Tous Sans Privilèges +) et de long passages du désormais très célèbre Petit Livre Vert de la très Sainte Greta du Buisson Ardent, séances durant lesquelles tous les pollueurs présumés ou dénoncés par leurs voisins ou amis devront répéter en chœur “C’est ma faute, c’est ma très grande faute” sous peine de voir leur facture d’électricité annuelle être quintuplée pour financer les bonnes œuvres de l’Église de la très Sainte Greta du Buisson Ardent. Il seront aussi condamnés à pédaler pendant un mois ou plus pour produire de l’électricité verte.

    -Et le clou du spectacle sera bien entendu une mega gay pride vigneronne où les participants s'aspergeront de vin (si possible importé de pays non occidentaux) en se léchant le corps.

    -Le tout finira par une grande orgie viticole à laquelle “tou.te.s les spectateurs-trices seront invité.e.s” à participer en petite tenue.

    Cela vous fait rire?

    Qu’est-il pourtant arrivé à la célébration de notre Fête nationale à Genève depuis quelques années déjà. Pensez par exemple à la dernière célébration qui a été détournée en une honteuse propagande politique et idéoloqiue par la camarade Salerno: Tout d'abord il n'y avait pas de drapeau suisse sur les affiches: un comble pour une fête nationale, mais c'était déjà le cas avec le camarade Kanaan. Puis on y célébrait uniquement les “Genevoises” en y exhibant un clitoris gonflable géant (ce qui ne me gêne pas en soi, mais cela n’a pas du tout sa place un 1er août). Et les Genevois laissent faire ça avec l'argent du peuple sans se plaindre! De qui se moque-ton? Et que dire du 1er août béninois de Pagani?

    Comme je l’ai dit plus haut. La Fête des Vignerons ne peut être que politiquement incorrecte puisque qu'on ose y célébrer notre culture locale et nos racines tant haïes par la gauche bienpensante et immigrationniste et par les mondialistes de la droite affairiste: la culture et les racines de l'homme blanc, qui selon ces tristes individus, seraient responsable de tous les maux de la Terre.

    La fête des Vignerons existera-t-elle encore en 2039? Rien n'est moins sûr à moins que les gens ne se libèrent du lavage de cerveau quotidien que nous font subir la RTS et la majorité des journaux pour qui tout amour du pays est montré du doigt comme un signe "nauséabond" (pour reprendre le terme novlangue consacré) de populisme et donc de fascisme …, même si l’on omet toujours de nous dire que le fascisme est en fait une idéologie de gauche dont la tête pensante, Giovanni Gentile (le philosophe du fascisme comme on l’appelle) avait écrit un livre intitulé La filosofia di Marx, studi critici, tant il admirait ce dernier!

  • Merci Martine l. !
    Ce que j'ai constaté cette année c'est que d'abord la RTS a essayé de nous dire qu' aller à la fête des vignerons c'était ringard, ça n'intéressait personne, et que d'ailleurs les billets peinaient à se vendre, car "l'engouement n'est pas à la hauteur"...."il y a 20 ans, à pareille époque, tous les billets avaient déjà été vendus"
    https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10239889-moins-de-60-des-billets-de-la-fete-des-vignerons-ont-trouve-preneur.html

    Et finalement c'était l'inverse :
    https://www.tdg.ch/suisse/suisse-romandebillets-atteignent-quatre-fois-prix-officiel/story/19407122

    Mais personne à la RTS ne s'est excusé d'avoir fait de la contre publicité à la fête des vignerons. Non non, on nous a dit que les gens étaient mécontents car ils étaient venus de loin alors que des spectacles avaient été annulés pour cause d'orages. On a compris, pour la RTS la fête des vignerons c'est nul de toute manière. La RTS fait de la propagande pour le voile et de la contre propagande pour la fête des vignerons. Pourtant je croyais que c'était nous qui la financions au travers de serafe-billag, et pas le Qatar....

  • À propos de la Fête nationale à Genève avec son clitoris géant dans un parc public .
    Ces excès provoquent rejet et dégout, avec des réflexions telles que ci-dessous :
    – Ces pauvres féministes, après leurs seins et maintenant leur clitoris, que leur restera-t-il à exhiber ?
    – Pourtant, "en même temps", elles soutiennent le port du voile.
    – Ces mêmes féministes "progressistes" (marxistes ?) ne supportent pas la publicité sexiste… mais n'hésitent pas à recourir à l''exhibitionnisme.
    – Et les Genevois ont laissé passé cette provocation sans réagir ; pas très étonnant après des décennies de formatage ; ce qui par contre surprend, c'est que les musulmans soient restés cois.
    – Un simple couteau aurait suffi à dégonfler cette misérable baudruche féministe !

  • Ce qui m'intéresserait de savoir, c'est comment l'idée de faire ce "reportage" a commencé.

    Première hypothèse, la jeune journaliste a eu cette idée toute seule, et a ensuite demandé à ses collègues "connaissez-vous des femmes voilées ?" Et comme évidement ils connaissent tous Lucia Dhallab, ils lui ont donné ses coordonnées. Ensuite celle-ci a servi d'entremetteuse pour les deux autres, probablement issues du même sérail. Mais là on ne comprend pas pourquoi la journaliste prétend que la parole de ces femmes est si rare, ni non plus pourquoi son reportage est tellement unilatéral.

    Deuxième hypothèse, l'idée lui aurait été soufflée par quelqu'un qui aurait profité de sa naïveté. Cette personne lui aurait donné également le contact des femmes à interviewer, et l'aurait peut-être même conseillée pour la construction du "reportage". La jeune journaliste serait alors tombée la tête la première dans le panneau, et aurait été instrumentalisée à son insu. Mais dans ce cas là également , on ne comprend pas pourquoi le "reportage" a été présenté en disant qu'il s'agissait d'une parole rare....

    Avez-vous d'autres idées ? Ce n'est tout de même pas le Qatar qui finance la RTS que je sache !

  • Et ça continue!
    https://www.zerohedge.com/news/2019-08-10/dont-go-out-alone-swedish-cops-warns-women-after-4-rapes-4-days

    Fini la liberté et la sécurité pour les femmes. Mais qu'attendent les mâles suédois pour s'organiser en milices d'auto-défense et faire le ménage? Ils nous font croire qu'ils sont des lavettes.

  • Si il y a menace contre les valeurs de notre culture, elles proviennent autant, sinon plus, de ceux et celles qui sont inconscients de ce qu'elles nous offrent que de ceux et celles qui veulent y substituer une autre.

  • «Ce n’est pas quelqu’un qui va nous obliger à porter le voile, parce que dans la religion il n’y a pas de contrainte».

    Cette phrase naïve ou volontairement trompeuse est inspirée du verset 256 de la seconde sourate, (régulièrement cité de façon incomplète par des musulmans cherchant à convaincre les mécréants de la tolérance de l'islam) et qui va comme suit:

    "Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroît au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient."

    Ce verset ne signifie absolument pas qu'il n'y a pas de contrainte dans l'Islam.
    Selon Tabari, l'un des plus important commentateur du Coran, le verset 2.256 fait simplement allusion à un allié de Muhammad qui avait des enfants désirant se faire chrétiens et qui avait demandé au "prophète" s'il devait les obliger à se convertir à l'islam:

    https://www.oasiscenter.eu/fr/foi-et-liberte-le-conflit-des-interpretations

    À noter que le Coran contient des centaines de versets qui condamnent à l'enfer tout ceux qui ne partagent pas les croyances des musulmans. C'est d'ailleurs le principal motif de damnation.

    http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/2013/07/04/30643870.html

    Lorsqu'on est convaincu d'avoir le choix entre obéir à Allah et être brûlé, battu et ébouillanté pour l'éternité, peut-on parler de choix exercé sans contrainte?

    Le Coran introduit également, à la sourate 9 le concept de dhimma, qui prévoit accorder aux juifs et aux chrétiens qui refusent de se convertir à l'islam un statut inférieur (qui impliqua par la suite de nombreuses contraintes) et les obliger à payer un lourd impôt pour que leur vie soit épargnée:

    9.29. Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humilies .

    Lire également sur le Pacte d'Umar:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_d%27Umar

    Là non plus, on ne peut pas vraiment parler de choix.

  • Pierre-Alain Tissot. En effet, il aurait fallu mettre un coup de couteau dans le clitoris géant de Salerno. Bon cela plairait peut-être aux frères musulmans de la République, mais je parlais de la baudruche.

    En 2016, le plug anal de Hollande sur la Place Vendôme, avait été mis hors d'état de nuire rapidement. Je pense que si cela n'avait pas été le cas, la nomenclura de la Ville l'aurait installé à la place du clitoris, pour signifier à quel point ils sodomisaient les contribuables sans vergogne avec leurs délires psychiatriques.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel