Les nouveaux inquisiteurs: jamais élus mais si puissants!

Imprimer

Retour sur certains propos d'avant les assassinats de la Préfecture. Et rappel de quelques amalgames à propos des affaires Odoul et de Bayonne.

                                                                              par  SOPHIE

vanessa-burggraf2.jpg

Le 10 juin 2017, l’émission « On n’est pas couché » invitait Jean-Christophe Notin, auteur du livre « Les guerriers de l’ombre, les agents clandestins de la DGSE parlent pour la première fois »

 Séquence à regarder attentivement après l’attentat commis par Mickaël Harpon le 3.10.2019

A posteriori, il est tout à fait intéressant de réécouter les accusations de discrimination envers les gens « issus de la diversité » portées par la journaliste Vanessa Burggraf, par Yann Moix, et dans une moindre mesure par Laurent Ruquier.

La salve commence à la minute 20:20.

Vanessa Burggraf se plaint qu’aucun des agents interviewés dans ce livre de Jean-Christophe Notin ne soit « issu de la diversité ». Dans le livre, un des agents interviewés aurait même blasphémé : « il y a quand même une peur que ces personnes-là basculent dans le radicalisme ». Cela a vraiment choqué Vanessa Burggraf, et elle précise même que cela l’a « un peut fait sursauter » !

Elle continue en citant un agent de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) qui aurait dit ceci : « Ici, dans ces services, il y a encore une version conservatrice, qui a peur de l’infiltration et qui a peur de perdre le contrôle de leurs agents ». L’agent cité avait pourtant, par avance, montré patte blanche en précisant que c’était « un tort », et que « Il faut faire le pari de l’intelligence et de la loyauté envers la France ».

Mais cela n’a pas suffi à apaiser Vanessa Burggraf : « N’empêche qu’ils ont peur de prendre des gens issus des banlieues, de peur qu’ils soient ?……déloyaux ???..... Et qu’ils basculent de l’autre côté ???»

A ce moment-là, la caméra nous montre un gros plan d’une des invitées « issue de la diversité » qui hausse les sourcils d’un air interloqué. Car vous aurez compris que ce jour-là, soit le 10 juin 2017, il vous fallait comprendre que l’infiltration des services de la DGSE par les gens « issus des banlieues » ou « issus de l’immigration » dont on pourrait « perdre le contrôle » était un pur fantasme de racistes d’« extrême droite ». Et même que cette inquiétude étant un scandale, il fallait y remédier rapidement !

Remarquez bien que personne n’a osé dire les choses plus clairement, soit que ces agents « pourraient adhérer à l’islam politique ou orthodoxe, et se radicaliser », car cela serait allé beaucoup trop loin !  

« Issus de la diversité », c’est beaucoup plus vague, et surtout cela permet de rallier au camp des choqués et des interloqués ceux dont on voudrait qu’ils se sentent (à tort) visés et blessés. Soit des gens qui ne sont ni islamistes, ni radicaux, mais qui sont simplement « divers » : c’est-à-dire tous ceux qui ne sont pas d’origine française, même quand ils sont moines franciscains, bouddhistes vietnamiens, ou je ne sais quoi d’autre. Car plus il y aura de gens qui seront choqués ou interloqués, et surtout qui se sentiront injustement visés, mieux cela vaudra.

Harpon_enterrement.jpg

Faire l’amalgame pour détourner l’attention

Car contrairement à ce que l’on nous répète constamment,  il faut absolument faire l’amalgame pour diluer les responsabilités. Il vaut mieux parler de personnes « issues de la diversité » que d’ «islamistes» ou de « tenants de l’islam politique ». De la même manière, à chaque fois que la France brûle lors d’émeutes « de banlieue », ou que des policiers sont attaquées, ou brûlés vifs dans leur voiture, il vaut mieux parler de « jeunes » en général, de façon à faire l’amalgame.

Tout dernièrement par exemple, soit jeudi 20.10.2019, des policiers français sont tombés dans un guet-apens tendu par une centaine de « jeunes » à Mantes-la-Jolie. Ce que tout le monde suppute, mais n’ose pas dire tout haut, c’est que ces « jeunes » sont probablement plutôt des combattants assez bien organisés, et qu’il est fort possible qu’ils soient proches de l’islam politique. Ce ne sont certainement pas de simples « jeunes », comme vous et moi en avons dans notre entourage.

Mais revenons à l’émission : après Vanessa Burggraf, c’est Yann Moix qui reprend le flambeau de l’accusation : « ça sous-entend que les gens issus des banlieues sont Français, mais pas très, c’est-à-dire qu’ils jouent la carte de la défense de la France, mais de manière un peu plus douteuse… ! ».

 Et finalement Laurent Ruquier rajoute la dernière salve, avant de changer habilement de sujet, comme à chaque fois que son émission commence à devenir un peu intéressante : «Ce n’est pas le cas chez les militaires!». Comprenez: il va falloir que cela change et prendre exemple sur l’armée! L’auteur du livre, devant la meute des inquisiteurs, tente de calmer le jeu en disant que depuis cette interview, «cela a peut-être changé...»

Vanessa Burggraf  a été entendue

Eh bien oui, réjouissez-vous braves gens, Vanessa Burggraf, Yann Moix et Laurent Ruquier ont été entendus ! Et pas qu’un peu !

Nous avons appris que jusqu'à début octobre 2019, on pouvait avoir une habilitation « secret défense », faire partie d’une police du renseignement qui enquête sur les radicalisés de l’islam, tout en étant soi-même converti à l’islam depuis une dizaine d’années, se réjouir des attentats de Charlie Hebdo, et fréquenter une mosquée salafiste.

On pouvait même refuser d’avoir « certains contacts » avec ses collègues femmes, tout en étant considéré comme un agent modèle n’ayant «jamais fait preuve de problèmes comportementaux» ni « présenté de signes de radicalité»... Quant aux collègues qui avaient entendu Mickaël Harpon se réjouir des attentats de Charlie Hebdo, nous avons appris par la suite qu’il auraient tout de même dans un premier temps alerté leur hiérarchie, puis finalement décidé de ne pas faire de signalement. Et de «gérer» eux-mêmes le problème.

Car n’est-ce pas exactement le catéchisme auquel Vanessa Burggraf, Yann Moix et Laurent Ruquier leur ont demandé d’adhérer? J’aimerais bien savoir: de qui ces policiers de la préfecture de police de Paris avaient-ils le plus peur?

De Vanessa Burggraf et de ses confères? Ou des islamistes infiltrés dans la police, que l’on se contente de «surveiller» sans les écarter et/ou les inculper, de peur de s’attirer les foudres de ces nouveaux inquisiteurs des médias, jamais élus mais si puissants? Ou alors, auraient-ils eu peur des dangers encourus si d’aventure des juges  ordonnaient la réintégration dans leurs services des policiers écartés pour radicalisation, comme cela est déjà arrivé ?

Allô Vanessa Burggraf, Yann Moix, Laurent Ruquier? Allô? Allô?

Avez-vous des commentaires à faire sur l’attentat qui le 3.10.2019 a coûté la vie à quatre policiers de la préfecture de police de Paris et a blessé grièvement une cinquième personne? Avez-vous des propositions à nous faire, sachant que Mickaël Harpon, informaticien, avait accès à de nombreuses informations confidentielles classées « secret défense » et que de par sa profession il était probablement en mesure de contourner les dispositifs de sécurité de son service ? Que pensez-vous du fait que l’on aurait même retrouvé dans son bureau, une clé USB contenant les données personnelles de nombreux fonctionnaires de police, des membres de la direction du renseignement, ainsi que des vidéos de l’Etat islamique ? Et du fait qu’il aurait également pu avoir accès aux coordonnées des agents infiltrés dans les mosquées… ?

Le pire des crimes de la pensée, c’est être accusé d’islamophobie

Odoul2.jpgPeut-être que Vanessa Burggraf, Yann Moix et Laurent Ruquier n’ont pas commenté cette affaire, car à peine quelques jours plus tard, ils étaient trop préoccupés par le sort de la femme voilée à qui Julien Odoul a demandé d’enlever son uniforme dans un Conseil régional ? Car la vie de cette « maman » vraiment très très sensible aurait été «détruite» par cette «agression»! Eh oui, s’entendre demander d’enlever un voile qui ne serait pourtant, nous assure-t-on depuis si longtemps, qu’un simple « bout de tissu » est maintenant considéré comme une agression qui peut détruire une vie. En ce qui concerne les policiers tués, leur famille, leurs enfants, et leurs collègues, par contre, personne ne nous a jamais dit que leur vie avait été détruite…. D’ailleurs on ne les a pas vus s’épancher dans les médias. Car c’est bien connu : les Européens doivent tout accepter en chantant «vous n’aurez pas ma haine», mais les musulmans sont à protéger comme des bébés phoques, selon la formule d’André Versaille.

N’est pas déséquilibré qui veut 

Vous aurez probablement remarqué que quand un adepte de l’islam commet un attentat, il est considéré comme un simple « déséquilibré ». Y compris notre fameux Mickaël Harpon malgré un mode opératoire caractéristique, les vidéos de l’Etat islamique retrouvées dans son ordinateur et la clé USB comprenant les adresses privées de ses collègues. En effet, en ce qui le concerne, nous avons appris que la piste terroriste n’était plus « privilégiée » par les enquêteurs, et que Harpon avait été considéré comme victime d’un «délire mystique suicidaire».

Si si, c’est bien vrai! Et si vous n’y croyez pas, cliquez donc sur le lien qui vous amènera sur un article du journal «Le Parisien» à ce sujet.

C’est un traitement très différent de celui auquel aura droit l’homme de 84 ans qui a grièvement blessé deux musulmans alors qu’il tentait d’incendier une mosquée à Bayonne. Même si celui-ci a dit avoir voulu venger l’incendie de Notre-Dame de Paris, et s’il avait été exclu du FN pour l’incohérence de ses propos, son acte n’est pas considéré comme celui d’un « déséquilibré » victime d’un « délire mystique ». Remarquez bien que à chaque fois que nous avons entendu parler de lui, on nous a bien précisé qu’il avait été autrefois candidat sur une liste du FN, car là vous devez absolument faire l’amalgame. Et comme il faut absolument amalgamer, certains, dont Oumma.com, qui est pourtant connu pour se battre contre les «amalgames», se sont empressés d’en rajouter en nous informant que cet homme était également fan d’Eric Zemmour . D’ailleurs, on vient d’apprendre que contrairement à Harpon, pauvre victime d’un «délire mystique suicidaire», l’incendiaire et tireur de la mosquée de Bayonne est considéré comme ayant un discernement «partiellement altéré».  Seulement partiellement…

Une actualité en chassant une autre, entre-temps nous avions déjà pratiquement oublié la tuerie de Mickaël Harpon. Et nous avons même hésité à vous en parler presque un mois après, car qui se souvient encore de cette affaire?

 

Commentaires

  • On ne pourra pas avancer sans se remettre nous-mêmes en question.
    A propos des mentalités… sont-elles forcément tellement différentes entre musulmans et chrétiens?
    A propos d'"inquisition", aujourd'hui, non il y a des siècles, une personne habitant dans une maison dite de "marginaux" imaginait pouvoir fréquenter la paroisse proche de son immeuble sans être au courant de la mauvaise réputation des habitants de cet immeuble.
    Elle participe donc à un groupe de préparation de prières.
    Comme il s'agit d'elle présumée marginale donc "douteuse" la personne responsable du groupe fait venir une personne spécialisée dans l'analyse de la "théologie" (un groupe de simples paroissiennes!) pour l'examiner en écoutant ses suggestions pour une simple prière.
    Le tout, cette présence d'analyste ayant été imposé à cette malheureuse paroissienne sans l'en en avoir prévenue.

    La raison réelle de la démarche de la personne responsable "intentions comme motivations" méritant sans doute certaine autre analyse.s...

  • Je viens d'apprendre qu'après "On n'est pas couchés", Vanessa Buggraf avait été promue directrice de la rédaction française de la chaine de télévision "France 24"!

    La lucidité n'est donc pas indispensable pour ce poste.

  • "La lucidité n'est donc pas indispensable pour ce poste."
    Attention! On va vous accuser d'être jalouse d'une jolie blonde qui "pète toujours dans les sens du vent."

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel