Refus de passeport pour soupçons de liens avec le terrorisme

Imprimer

L’imam Jelassi fâché dépose plaintes et recours. Il obtient l’interdiction que les journalistes révèlent l'affaire. Grâce à une fuite, elle éclate au grand jour... en Italie.

Lega imam fillettes.jpg

L'imam forme la jeune génération...

La justice interdit la révélation d'une affaire pourtant fort intéressante. Un journal italien, Libero, a révélé les faits jeudi dernier. ll Mattino della domenica reprend et complète.

Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) bloque la naturalisation du Tunisien Radouan Jelassi, imam de la Lega dei musulmani del Ticino, l’une des deux associations islamiques du Tessin sise à Viganello, commune de Lugano. Dans son canton, et ailleurs aussi, il est connu comme le loup blanc, et la presse aime à le considérer comme il se présente lui-même: un modèle d’intégration. Hier lors d'une conférence de presse, il a réfuté toutes les accusations.

La décision de refus de la citoyenneté a été prise en 2017 sur la base d'informations recueillies par les services de renseignement suisses et transmises au SEM. Elles n'ont pas permis l'ouverture d'une procédure pénale, mais ont été considérées comme suffisantes pour refuser la citoyenneté.

Le SEM a conclu à une implication possible de l'imam dans des activités terroristes. Il écrit que lors des contrôles effectués dans le cadre de l'octroi de la citoyenneté, de très nombreuses «indications concrètes ont émergé qui démontrent une implication présumée (de l'imam) dans le domaine du terrorisme islamique», en particulier que le religieux «maintiendrait des liens avec des islamistes radicaux ou avec des personnes soupçonnées de participer à des activités liées au terrorisme islamique (...)».

terrorisme,jelassi,naturalisation

Visite à la mosquée. Les filles sont invitées à tenter le voile.

 

Le SEM considère que l'imam de Viganello présente un risque durable pour la sécurité du pays, notamment par sa fonction de guide spirituel, et qu’«il entretient des relations, en Suisse et à l'étranger, avec des personnes en phase de radicalisation, déjà radicalisées ou devenues des combattants du Jihad.» Il s’est par ailleurs montré peu coopératif dans le contexte d’«enquêtes antiterroristes», ainsi que dans la fourniture d'informations sur l’origine du financement de la mosquée.

L’imam est censé donner des explications sur ces griefs. Au lieu de cela, il porte plainte auprès du bureau du Ministère public de la Confédération contre des fonctionnaires (inconnus) du SEM et contre le Service de renseignement de la Confédération pour diffamation, calomnie, insulte et abus de pouvoir. Le défenseur de l'imam est Paolo Bernasconi, avocat d’affaires et ancien procureur du Tessin.

Le MPC rejette la plainte le 13 juin 2019. Jelassi conteste cette décision devant la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral de Bellinzone. Celle-ci confirme le 4 octobre dernier la décision du MPC, en facturant au passage 2000 francs de frais au plaignant.

L'imam demande alors que la décision du 4 octobre fasse l’objet d’un embargo. Le secrétariat du Tribunal pénal fédéral (TPF) accepte la demande en partie. Nouveau recours devant le Tribunal fédéral. Le 29 octobre, celui-ci accorde l’embargo jusqu'à ce qu'une décision finale soit prise. Jusque-là, il est interdit aux journalistes de divulguer l'existence et le contenu de la décision du 4 octobre. Libero révèle prématurément l’affaire.

Des conseillers municipaux de La Lega (parti politique de droite) ont fait part de leurs préoccupations et demandé le 1er novembre des éclaircissements à la mairie de Lugano: «Ces préoccupations sont d'autant plus justifiées à la lumière des événements du passé récent, qui ont touché davantage de jeunes vivant à Lugano qui, à un certain moment de leur parcours de foi, se sont convertis aux courants fondamentalistes de l'Islam, s'approchant en fait de l'Etat islamique.»

Ce blog a déjà montré l’intégrisme de Jelassi et de sa mosquée ici (fin de papier) et ici. Son orthodoxie ne faisait aucun doute, il a été formé par ce qu’il appelle «l’université française», en réalité l’institut des Frères musulmans de Château-Chinon. Sa position sur l’initiative tessinoise pour interdire le niqab au Tessin? Eloquente: «Elle est calomnieuse et manipule l’opinion à coups de préjugés. La communauté musulmane tessinoise, au contraire, est pacifique, intégrée et contribue au bien-être du canton. » «Il ne devrait pas y avoir de place pour l’extrémisme en Suisse.»

Notons que la deuxième association est présidée par l’un des pires Frères musulmans, Ghaleb Himmat, qui a co-créé le réseau de mosquées européennes de la confrérie depuis Munich.

Avec mes remerciements à Giorgio Ghiringhelli.

Commentaires

  • Si seulement les autorités avaient fait preuve de la même sagesse pour le père Ramadan...

    Cet islamiste peut-il engager des poursuites contre vous pour publication de cette information?

    Et vive la liberté d'informer et la publicité des débats devant les juridictions!

  • "Cet islamiste peut-il engager des poursuites contre vous pour publication de cette information?"

    Je ne pense pas, Daniel, quand bien même l'imam en question est défendu par l'un des pénalistes les plus prestigieux de Suisse.

    Dans cette affaire, le Tribunal fédéral (à Lausanne) a pris le 29 octobre ce qu'on appelle une mesure provisionnelle: il a décidé qu'en attendant le jugement sur le fond, qui sera définitif, les journalistes accrédités auprès du Tribunal pénal fédéral, qui lui siège à Bellinzone, ne sont pas autorisés à divulguer l'existence et le contenu de la décision prise le 4 octobre par ledit Tribunal pénal fédéral. Sont donc visés par cet embargo les journalistes qui ont pu suivre les débats.

    Mireille Vallette n'étant pas accréditée auprès du Tribunal pénal fédéral, elle n'a pas enfreint l'embargo imposé aux journalistes accrédités D'autant plus que cette affaire ayant été révélée par deux organes de presse, l'un italien, l'autre tessinois, on peut considérer qu'elle est maintenant du domaine public.

  • Madame Vallette,
    Le 29 novembre 2018, j’ai posté sur votre blog le commentaire suivant, que vous avez effacé quelques semaines plus tard:
    "Bravo Mireille vous êtes bien entourée. Une belle brochette de crétins racistes et incultes comme vous. Vous êtes en bonne compagnie avec tous vos amis d'extrême droite. Quand on vous lit on se rend compte que vous commencez lentement à perdre la boule."
    Sachez que je regrette de vous avoir injuriés, vous et vos amis.
    Cela étant, je vous prie d’accepter toutes mes excuses pour le manque de savoir-vivre dont j’ai fait preuve à votre égard.
    Respectueusement,
    Anastase de Saint-Senestre

  • Tant que l'islam ne passe pas un revirement fondamental lui faisant non seulement admettre mais décider "en le vivant par les faits" la fin de la charia et des ajouts et des notes dans le coran... que l'islam est une religion comme une autre faut-il prendre le risque de voir se transformer nos codes et lois en accordant la nationalité suisse à de futurs élus politiques appartenant à l'islam .. .les musulmans, en attendant ce revirement fondamental "viscéral" se contentant du permis C sans quoi nos descendants seront des citoyens de seconde zone!?

    Il n'y a pas en mes lignes de l'islamophobie mais le désir exprimé que les musulmans décident de faire preuve d'empathie en se mettant à notre place citoyenne avec une première religion la tolérance c'est-à-dire le respect des sensibilités multiples des cultures de la planète.

  • Une autre question: comment concilier l'islam politique qui est également une religions avec la loi sur la laïcité?

  • "que l'islam est une religion comme une autre"
    Cette idée, comme vous le savez bien, est contraire à tout ce qui est enseigné, répété, asséné même à tous les petits musulmans de par le monde.
    Plus exactement exprimé, pour les musulmans l'islam est la religion abrahamique portée à son plus haut degré de perfection, indépassable à jamais.
    Pour les plus fanatiques d'entre eux, le nier fait de vous (et de nous tous, dont les yeux sont ouverts sur le monde tel qu'il est et a été) des islamophobes, que nous affirmions le contraire ou non.

  • Une recherche Google avec l'imam Jelassi ne donne pas grand chose de récent et il est intéressant de constater que les très vieux liens le vantent comme étant le premier imam formé en Europe.
    https://www.swissinfo.ch/fre/a-lugano--le-premier-imam-formé-en-europe/536884
    "Licence en droit et théologie, master en sciences de la communication, doctorant, médiateur interculturel: Samir Jelassi Radouan, imam de Lugano, passe pour l'imam le mieux formé d'Europe. Ce quadragénaire, qui cumule les mandats et les projets, prône le dialogue et combat l'extrémisme."

    Ben mon vieux.... si ça donne ça, un imam éclairé, modéré et moderne, formé en Europe, on ose pas imaginer ceux qui sont formés à la source, en Arabie ou en Iran. Ca fait franchement peur.

    " ....l'idée de former des imams en Suisse pour lutter contre l'intégrisme, jouit d'un large consensus."
    Oui, mais visiblement, c'est complètement raté.

    Par ailleurs, la TG nous rassure en nous apprenant que la mosquée du Grand-Saconnex - qui est selon le politologue Hasni Abidi «la plus problématique d'Europe» - est désormais sous contrôle:
    https://www.tdg.ch/news/news/mosquee-petitsaconnex-desormais-controle/story/30082852

    On y apprend aussi que deux djihadistes sont de retour à Genève, «ils sont désormais sur le territoire genevois au bénéfice de mesures de substitution»
    Qqn peut-il nous dire ce que signifient les "mesures de substitution" ? Pour moi, ça signifie qu'ils sont en liberté.

  • Mère-Grand,

    On nous a appris que l'islam incarne la foi, le judaisme l'espérance et le christianisme la charité.

    Mais nous avons affirmé qu'"hors de l'Eglise il n'y a pas de salut"!

    Il ne faut pas céder: ces trois religions devraient être amies vouées au bonheur de leurs fidèles.

    Un imam à venir avec la vigueur et la charité du Christ!?

    Sinon...

  • Jelassi a renoncé à sa demande d'embargo. Les médias francophones, bien silencieux jusqu'ici, devraient parler de cette affaire.

  • L'imam Jelassi fait partie des imams à qui le Centre suisse islam et société déroule le tapis rouge. Site du CSIC: https://www3.unifr.ch/szig/fr/ et entrer "Jelassi" dans le champ de recherche. Lors du premier débat public organisé par le CSIS, en février 2016, l'imam Jelassi disait attendre de ce centre une aide pour "appliquer de manière harmonieuse et correcte les principes et directives de la religion islamique dans une réalité suisse".. Oui, vous avez bien lu, il ne lui importe pas d'expliquer à ses ouailles comment appliquer de manière harmonieuse les principes et directives du pays qui les accueille, mais de les appeler à se conformer avant tout à l'islam. C'est le grand malentendu savamment entretenu par les mosquées et associations musulmanes de Suisse..

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel