algérie

  • «La glaciation du Coran est à l’origine de tous les problèmes»

    Imprimer

    Dans son nouveau livre, l'essayiste et philosophe Hamid Zanaz parcourt les thèmes liés à l’islam d’aujourd’hui. Entre Algérie et France, le paysage est sombre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Islamisation, Livres 2 commentaires
  • L’Algérien Aldo Sterone, blogueur du volant: «Evitez de faire comme nous!»

    Imprimer

    Aldo Sterone, un pseudo bien sûr, s’est fait une place dans la galaxie des critiques du gouvernement français et de l’islam prosélyte sur You Tube et sa page facebook. Algérien vivant à Londres, il publie des vidéos  le filmant au volant d’une voiture à l’arrêt.

    Lire la suite

  • «Ce n’est pas la misère qui a créé l’islamisme, c’est l’école!»

    Imprimer

    Malgré les interdictions et la répression, le journaliste et écrivain Hamid Zanaz se sent plus libre d’écrire dans certains médias arabophones qu’en France. Ce détracteur résolu de l’islam explique pourquoi et nous livre son regard sur le monde arabe et l’Algérie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Autres pays, Médias, Politique 5 commentaires
  • Coup de bise dans les pays arabes et coups de fouet aux Maldives

    Imprimer

    Un article étonnant du journal algérien El Watan :

    Les démocraties occidentales «applaudissent» déjà.

    Le revirement est spectaculaire. Après avoir longtemps joué la carte des «démocrates» arabes, des «forces progressistes», les démocraties occidentales changent leur fusil d'épaule et se montrent plus que jamais disposées à traiter, sans réserve ni complexe aucun, avec des gouvernements islamistes.

    Et qu'importe que ces derniers soient composés d'éléments djihadistes - comme en Libye - ou d'islamistes «light» - comme en Tunisie et au Maroc. A Bruxelles comme à Washington, l'heure est décidément au grand écart. Les superpuissances américaine et européenne, contraintes - sous l'effet prodigieux des «révolutions arabes» ou guidées par une approche somme toute pragmatique - adaptent leur discours aux réalités changeantes d'un monde arabo-musulman tombant peu à peu dans la gouvernance islamiste. Les mouvements et partis islamistes -dont certains étaient jusque-là classés sur la black-list des organisations terroristes- sont considérés désormais comme des «partenaires» politiques à part entière et voient leurs victoires électorales prestement saluées.

    Lire la suite