Islamisation britannique en 2013: radicalisme et questions de mœurs (13/02/2014)

Troisième et dernière revue chronologique de l’islamisation des pays européens en 2013, celle de la Grande-Bretagne. Radicalisme, jihadisme, recours à la justice, sexisme: ce pays vit des réalités similaires aux autres. Il se distingue pourtant cette année par une série d’affaires de mœurs. 

Le pays compte 3,3 millions de musulmans, soit environ 5,2 % de la population totale (63 millions). Résumé de Soeren Kern du Gatestone institute.

Janvier. Des gangs de musulmans ont été filmés se promenant dans les rues de Londres en exigeant que les passants se conforment à la charia (alcool, corps masqué, etc.). Dans une série de vidéos, on voit ces hommes qui se disent membres de la « Patrouille de Londres » aborder des piétons non-musulmans en criant : "C'est une zone musulmane !» Une vidéo les montre disant « (…) que cela vous plaise ou non, nous sommes ici. Nous avons besoin de l'Islam Nous avons besoin de la charia! … Nous ordonnons le bien et interdisons le mal..." 

Trois de ces prosélytes ont été condamnés le 6 décembre pour avoir agressé physiquement et verbalement des non-musulmans parce que leur comportement était en contradiction avec la charia. Le trio avait diffusé le film de ses exploits sur YouTube.

Les provocations de Choudary

23 janvier. Dans une interview au journal en ligne International Business Times, Anjem Choudary, prédicateur radical connu, défend la patrouille: «Ceci est un appel au réveil pour la société (…)Il existe un conflit entre l'Islam et la démocratie libérale dans les points chauds de Londres.» Choudary avait déjà mené une campagne visant à transformer douze villes britanniques en Etats islamiques indépendants.

choudary.jpgEn février, dans de nouvelles vidéos, le même Choudary exhorte ses partisans à quitter leur emploi et à réclamer des prestations sociales afin d’avoir plus de temps pour planifier la guerre sainte contre les non-musulmans. Il se moque de ces derniers qui travaillent 8 ou 9 heures par jour pendant 40 ans. "Quel genre de vie est-ce? C'est la vie d’un kouffar" (non-musulman). Les extraits publiés par The Sun le 17 Février ravivent la question du nombre de musulmans qui dépendent des systèmes de protection sociale.

En mars, The Independent révèle qu'au moins 100 musulmans britanniques sont en Syrie.

Les tribunaux islamiques contre les femmes

Le 8 avril, diffusion d’un documentaire sur BBC Panorama à propos des 85 tribunaux islamiques existant en Grande-Bretagne. Enregistrées en secret, les images témoignent de la discrimination systématique des femmes par les juristes musulmans. Les risques de violence conjugale sont favorisés par cette réalité. Les tribunaux publient des décisions sur les questions domestiques et conjugales en contradiction avec la loi britannique. Les jugements ne sont pas juridiquement contraignants, mais les personnes concernées se sentent souvent obligées d’obéir. Le documentaire a été partiellement filmé au Conseil de la charia de Leyton qui déclare sur son site Internet qu'il se prépare à la pleine reconnaissance de la charia en Grande-Bretagne.

Après la diffusion d’une émission en prime time par la BBC, les autorités promettent de redoubler d’ardeur contre les mutilations génitales féminines (MGF). Le sujet a été longtemps tabou alors que la Grande-Bretagne possède le record de femmes mutilées en Europe. Selon une étude de 2007, au moins 66.000 femmes et jeunes filles en ont été victimes, et plus de 20.000 filles de moins de 15 ans seraient en danger.

Le 29 Avril, Scotland Yard lance un appel afin d’obtenir des informations permettant d’identifier les auteurs de MGF sur la base d’indices que de plus en plus de filles de la capitale sont «coupées». Une des principales raisons de la persistance de cette pratique est le respect par les officiels des «sensibilités culturelles» et la crainte de mettre en cause l’islam, car une grande partie des «pratiquants» sont issus de pays musulmans.

Des gangs de prédateurs sexuels

En mai, un documentaire de la BBC intitulé «Marié pour une minute », révèle qu'un nombre croissant de musulmans ont recours à la pratique du «mariage temporaire» islamique, en réalité une forme de prostitution. Les «savants» musulmans interrogés par la BBC confirment que la pratique est répandue et des indices suggèrent qu'elle est particulièrement populaire parmi les jeunes. La prolifération de ces mariages est parallèle à la flambée de la polygamie.

En juin, la Cour criminelle centrale d'Angleterre et du Pays de Galles condamne sept membres musulmans d'un gang de prédateurs sexuels qui a sévi durant huit ans à au moins 95 ans de prison pour le viol, la torture et la traite de filles britanniques aussi jeunes que 12 ans. Ce procès très médiatisé était le dernier d'une longue liste qui oblige les adeptes du politiquement correct à affronter le sujet de la violence sexuelle envers des enfants par des gangs de pédophiles. Le procès qui a duré 18 semaines a attiré l'attention sur une réalité particulière: la police, les travailleurs sociaux, les enseignants, les voisins, les politiciens et les médias ont depuis des décennies minimisé la gravité de certains crimes par peur d'être accusés d’l'islamophobie ou de racisme. Le fait que les gangs d’origine asiatique, Pakistanais surtout, sont surreprésentés était tu.

Selon les estimations du gouvernement, «au moins 2500 enfants ont été victimes de ce genre de gangs, et 20.000 autres sont à risque». Au moins 27 forces de police enquêtent sur 54 gangs présumés en Angleterre et au Pays de Galles.

Opposants à l’islamisation interdits d’entrée

Robert Spencer et Pamela Geller qui militent contre l’islamisation et la propagation de la charia dans nos sociétés ont été interdits d’entrée en Grande-Bretagne à la suite d'une intervention personnelle de la ministre de l'Intérieur Theresa Mai qui les a accusés d’extrémisme et d’adversaires de la démocratie. Des documents ont attesté plus tard que la raison principale de ce refus est leur ferme soutien à Israël.

En revanche le prédicateur saoudien Mohammed al-Arifi a pu entrer, bien qu’il ait déclaré entre mille autres exemples de haine des non-musulmans (et des femmes): «La dévotion au jihad pour l'amour d'Allah et le désir de répandre le sang, de briser les crânes et de rompre membres pour l'amour d'Allah et la défense de sa religion est, sans aucun doute, un honneur pour le croyant.» Al-Arifi avait été invité en Suisse en décembre 2012 par Nicolas Blancho, mais la police fédérale l’avait prié de rester hors de nos frontières.

En juillet, un rapport de la Chambre des communes montre que le nombre de détenus musulmans en Angleterre et au Pays de Galles a dépassé pour la première fois la barre des 11.000. Ils représentent environ 5 % de la population britannique et 13 % de la population carcérale. Un nombre croissant de prisonniers se convertissent à l'islam et la question de la radicalisation dans les prisons est d’actualité ici comme ailleurs.

Un prisonnier dénonce l’emprise de l’islam radical

Dans l'édition de juillet 2013 du magazine du prisonnier Inside Time, un détenu de longue durée d’une prison du Worcestershire écrit: «Nous pouvons faire cuire notre propre nourriture ici, mais si nous essayons de faire cuire de la viande de porc dans la cuisine commune, c’est réputé dangereux, voire représente une menace pour notre vie. La cuisine est généralement occupée par 90 % de musulmans et on nous a dit que si nous cuisinions du porc, nous serons poignardés. Il y a eu des incidents où des gens ici ont été ciblés et ont reçu des pressions et des intimidations pour se convertir à l'islam.» Il s’étonne par ailleurs que rien ne soit entrepris contre les musulmans radicalisés.

 

uk-jihadists.jpg



En août, Noor TV, chaîne de télévision islamique par satellite basée à Birmingham, a été frappée d’une lourde amende pour incitation au meurtre après qu’un prédicateur ait affirmé qu'il était du devoir de tout musulman de tuer quiconque montrerait un manque de respect au prophète Mahomet. La chaîne diffuse des programmes sur l'islam dans toute l'Europe.

Dans une autre affaire, DM Télévision numérique, a dû payer une amende de 85.000 livres après la diffusion du discours d’un érudit islamique qui déclarait que les musulmans ont le devoir de tuer toute personne qui a insulté le prophète Mahomet. Basée à Manchester, DM affirme avoir une audience de 30 millions de téléspectateurs dans le monde.

Niqab : l’école plie devant la menace

En septembre, le Metropolitan College de Birmingham a annulé une interdiction du niqab quelques heures avant une manifestation de centaines d'étudiants musulmans qui menaçaient de perturber le fonctionnement du collège si la décision était maintenue.

Le député conservateur de Kettering Philip Hollobone a présenté un projet de loi au Parlement britannique pour interdire les vêtements cachant le visage dans les espaces publics. Il a mis en cause la frilosité des députés et leur peur des réactions musulmanes dans leur mollesse pour ce genre d’interdictions.

L’école musulmane Al -Madinah financée par les pouvoirs publics a enflammé le public lorsqu’on a découvert qu’elle fonctionnait selon la charia. L’école, située dans la ville industrielle de Derby, avait ordonné à toutes les enseignantes, y compris les non-musulmanes de se couvrir la tête et les épaules avec un foulard. Il était aussi interdit de chanter, de jouer d’instruments de musique ou de lire de contes de fées. 

Le ministère de l'Éducation britannique a annoncé qu'il recrute d'anciens agents des services secrets britanniques ( MI5 ) pour enquêter sur l'infiltration présumée d’écoles britanniques par des extrémistes islamiques. Les agents feront partie d'une nouvelle unité de lutte contre l'extrémisme.

Des jeunes musulmans voudraient moins de… musulmans 

Les résultats étonnants d’un sondage sont publiés par la BBC le 25 Septembre. Ils révèlent que 27% des 1000 jeunes interrogés ne font pas confiance aux musulmans et 28 % que la Grande-Bretagne se porterait mieux avec un moins grand nombre de musulmans. 44 % pensent que les musulmans n'ont pas les mêmes valeurs que le reste de la population.

Une autre enquête publiée le 1er Septembre révèle que 6 Britanniques sur 10 estiment que l’immigration a généré plus d'inconvénients que d'avantages, alors que 17 % estiment l’inverse. Les préoccupations majeures à propos des migrants concernent les prestations sociales et l'utilisation de services publics sans avoir contribué à leur financement.

Le Ministère de la justice confirme que 186 détenus musulmans de trois prisons différentes poursuivent en justice le gouvernement. Des tests ont montré que la nourriture halal qui leur était servie contenait de la viande de porc. Les détenus invoquent la liberté de pensée, de conscience et de religion.

En octobre, un programme d’ITV montre que 18 imams, filmés secrètement, se déclarent d’accord de conclure un mariage islamique entre une jeune fille de 14 ans, parfois contre son gré, et un homme plus âgé. Certains des religieux appartiennent aux plus grandes mosquées de Grande-Bretagne. L’un d’eux, qui officie à la deuxième plus grande mosquée du pays, exprime son mépris pour les lois du mariage britanniques et vante la polygamie.

Campagnes de vaccins stoppées pour cause de gélatine de porc

Les contribuables britanniques devront payer une facture de 500.000 francs pour une procédure qui a duré deux ans. Des parents musulmans avaient saisi la justice pour obtenir le droit de se raser les poils pubiens de leur fille handicapée au nom de l'islam. Les parents ont perdu, non sans que 740 pages de témoignages et 300 pages de propos d'experts aient été produits. 

Toujours en octobre, le London Stock Exchange accroît sa conquête de la finance islamique afin que la City en devienne l'un des principaux centres mondiaux. David Cameron renchérit lors d'un discours au Forum économique islamique mondial. 

En Écosse, le plus grand programme de vaccination contre la grippe a été suspendu après les plaintes de parents musulmans, car les vaccins contiennent de la gélatine de porc. Quelque 100 de leurs «savants» avaient pourtant convenu que le vaccin faisait exception, ont annoncé les autorités sanitaires. Elles ont néanmoins reporté les vaccinations à "la suite des préoccupations soulevées par un petit nombre de parents". Un programme similaire dans le Leicestershire avait été stoppé en septembre. La communauté musulmane avait estimé que les initiateurs s’étaient montrés indifférents à sa sensibilité.

34 complots terroristes déjoués

En novembre, le chef du service du renseignement intérieur Andrew Parker, signale à un comité de la sécurité du Parlement que des milliers de personnes vivant en Grande-Bretagne soutiennent Al-Qaïda. Le chef du renseignement des Affaires étrangères Sir John Sawers révèle que 34 complots terroristes ont été déjoués depuis les attentats de Londres en 2005 .

En décembre, deux islamistes sont reconnus coupables de l'assassinat du soldat britannique Lee Rigby le 22 mai 2013 dans la rue, crime qui avait horrifié la population. Les deux hommes nés en Grande-Bretagne et chrétiens se sont convertis à l'islam à l'adolescence. Pendant le procès, l’un d’eux a déclaré qu'il y a une «guerre entre les musulmans et le peuple britannique" et qu'il est un "soldat d'Allah". 

Cressida Dick , l’une des plus hauts responsables de la lutte contre le terrorisme déclare au Telegraph que les soldats britanniques sont sous la menace, comme Rigby, de milliers de loups solitaires. Pour elle, cette menace ne peut pas être éliminée.

Marks & Spencer, le plus grand détaillant de vêtements de Grande-Bretagne, fait marche arrière après le boycott de milliers de clients furieux. Des responsables de l’enseigne avaient autorisé une musulmane à refuser de typer de l’alcool ou du porc et de prier aimablement les clients concernés de passer à une autre caisse.

10:44 | Tags : grande-bretagne, bilan 2013 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | |