La lapidation selon l’EI et selon HR: cherchez la différence (21/11/2014)

Qu’est-ce qui relie un Hani Ramadan aux bourreaux de l’EI? En l’occurrence, Mahomet et sa bio. Mahomet et son application de la «loi divine» aux adultères. Faire l’amour hors du mariage reste un «crime» puni par un châtiment sanguinaire.

Une vidéo postée sur Internet le mois dernier filme la lapidation par des sbires de l’Etat islamique d’une femme adultère dans la ville de Hama en Syrie. Dreuz info a publié les échanges entre un responsable de l’EI, la femme et son père. Je ne regarde jamais ces horreurs, mais le titre de l’article, qui ne faisait pas référence à la lapidation, m’a amenée sans que je le veuille à ce dialogue. Je n’ai pu m’en détacher. Ivre de rage! Très vite, cet acte m’a rappelé la défense et illustration de ce châtiment infâme par Hani Ramadan.(1)

L’idée que de tels actes soient approuvés par ce meneur d’âmes et qu’il les promeut dans nos sociétés est surréaliste. Et plus encore qu’il soit allié à moult groupes genevois soi-disant «modérés», et qu’il soit soutenu par des dialogueurs interreligieux et d’innombrables personnalités non musulmanes en guerre contre «l’islamophobie». Surréaliste enfin qu’il dispose d’une tribune quotidienne dans la Tribune de Genève et, ce qui ne rassure pas, toujours placée parmi «les blogs les plus lus».

J’ai repris sa copie sur la lapidation (je sais j’en ai déjà parlé, mais mon envie de vomir persiste) et j’en disséminerai des passages dans le dialogue de la première lapidation de Hama. Et merci à Rosaly de Dreuz.

Le justicier barbu de l’EI à la femme:

- Islam signifie soumission et obéissance à Allah. Okay? Es-tu heureuse de cette punition décrétée par Allah?

La femme hoche la tête.

- Bien.

Pour HR, la lapidation se défend par "l'attitude du Prophète lui-même (qu'il va nous décrire), qui étant un chef d’État aussi bien qu'un guide spirituel, a été amené à appliquer une loi d'origine divine."

(…) L’homme se tourne vers le père de la coupable:

- Y a-t-il quelque chose que tu voudrais dire à ta fille ?»

- Le père: Non.

- La femme: Demande-lui de me pardonner.

- Le père: Non, je ne le ferais pas. Je ne suis plus ton père.(…)

Le Prophète demanda:
- Tu as commis l'adultère?
- Oui dit Mâ`iz.
Alors le Prophète ordonna qu'il fût lapidé. Après deux ou trois jours, le Messager de Dieu vint et dit: "Demandez pardon pour Mâ`iz Ibn Malik. Il s'est certes repenti d'un repentir qui suffirait à toute une communauté s'il était partagé entre elle." Et HR de préciser le sens: qui suffirait à effacer les péchés d'une nation.

- Le barbu de l’EI: Okay, tu n’es plus son père, mais tu peux toujours lui pardonner.

- La femme: Pardonne-moi.

- Le père: Non.

- Le barbu: Elle sera livrée à Allah, de toute façon.

- Le père: Il y a Allah dans le ciel.

- La femme: Pardonne-moi.

- Le père: Tu t’attends à ce que je te pardonne pour tes erreurs?

- La femme: Pardonne-moi.

- Le père: Non.

- Le barbu, magnanime: Pardonne-lui.

- Le père: Je regrette, mais mon cœur ne me le permet pas.

- La femme: Allah me pardonnera.

HR à propos d’une femme enceinte qui avoue son adultère à Mahomet.
«Et dans une version du hadith, il (le prophète) lui dit:
- Va jusqu'à ce que tu mettes au monde ton enfant.
Quand elle enfanta, il lui dit:
- Va. Donne-lui le sein jusqu' à ce qu'il soit sevré.
Quand elle l'eut sevré, elle vint avec le garçon tenant dans sa main un morceau de pain, et elle dit:
- Voici donc, ô Prophète de Dieu, je l'ai sevré, et le voilà qui mange.
Le Prophète confia le garçon à un musulman. Puis il ordonna que soit creusé un trou à hauteur de sa poitrine. Il ordonna aux hommes de la lapider.
Khalid Ibn al-Walid vint avec une pierre et la jeta sur sa tête. Du sang jaillit qui éclaboussa le visage de Khalid. Il l'injuria alors. Le Prophète lui dit:
- Doucement, ô Khalid. Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, elle s'est repentie d'un repentir qui suffirait à effacer les péchés de celui qui impose des taxes. (Allusion à l’imposition sous divers prétextes de taxes aux travailleurs.)
Puis le Prophète ordonna qu'on prie pour elle (la prière mortuaire) et qu'on l’enterre.
Une autre version précise encore: «Le Prophète pria pour elle (la prière mortuaire) et Umar lui demanda: «Tu pries pour elle, ô Prophète de Dieu, alors qu'elle a commis l’adultère?»
- Elle s'est repentie d'un repentir qui suffirait à effacer les péchés de soixante-dix habitants de Médine. Pourrais-tu donc trouver un repentir meilleur que le fait qu'elle ait donné sa vie à Dieu - exalté soit-Il?"

- Le père: Espérons qu'Allah te pardonnera, mais moi non.

- Le barbu: Allah est plus miséricordieux que nous tous. Si Allah le veut, tu seras récompensé pour lui avoir pardonné. Elle va mourir. SVP, pardonne-lui.

- Le père: Mon cœur ne me le permet pas.

- La femme: SVP papa…

- Le père: Ne m’appelle pas papa.

- Le barbu: Okay, mais pardonne-lui. Dis- lui que tu pardonnes.

- Le père: Bien, je te pardonne.

- Le barbu: Okay, c’est bien.

- La femme: Tiens-moi la main.

- Le père: Cela, je ne le ferai pas.

«Le Prophète a tout fait, dans le cas de Mâ`iz comme dans celui de la Ghamidite, pour éviter l'exécution de la peine prévue. (…) On perçoit également la profondeur de ses sentiments et sa pitié pour cette femme lorsqu'il dit: «Donc, nous n'allons pas la lapider et laisser son enfant sans nourrice.» (Réd : sauf qu’un musulman lui dit qu’il se chargera de de lui procurer une nourrice. Obstacle levé: «Alors, il ordonna sa lapidation.»)
«De la même façon, il s'écarte à trois reprises de Wiz. A la quatrième fois, le Prophète se voit contraint d'appliquer la loi.»

- Le barbu mielleux à souhait: Chère sœur, nous sommes sur le point d’appliquer l’une des punitions décrétées par Allah, que voudrais-tu dire? Quel conseil aimerais-tu donner ? Prononce tes dernières paroles, avant ton départ de ce monde pour le suivant. Vas-y.»

- La femme: Je conseille à chaque femme…

- Le barbu de l’EI: Parle.

- La femme: Je conseille à chaque femme de préserver sa chasteté, autant qu’elle préserve sa vie.

- Le barbu: Bien!

- Le père: Alors, pourquoi ne l’as-tu pas fait?

- La femme (réd : qui ose une allusion critique): Assez avec cela. Je conseille aux pères, quand ils marient leurs filles, de bien examiner dans quel environnement ils les envoient.

- Le barbu (qui fait semblant de ne pas comprendre): Ceci est un message adressé à tous les hommes mariés à une femme musulmane: ne laissez pas vos femmes seules au-delà du délai prescrit par la charia. Si vous laissez vos femmes seules pour un, deux ou même trois ans, que se passera-t-il avec ces femmes? Satan jouera avec elles, selon son bon plaisir. Revenez à Allah, frères, et prenez soin de vos femmes.» […]

- La femme: Pardonne-moi! Pardonne-moi!

- Le barbu : Attache-la. Place la couverture sur sa tête.

- Le barbu, pendant que le père attache une corde autour de la taille de sa fille, encourage ce dernier: «Allah te pardonnera. Descends-la dans le trou et lie-lui les jambes. Descends-la dans le trou et lie-lui les jambes.»

- La femme: Pardonne- moi. Pardonne-moi.

«Le Prophète a prié Dieu pour Mâ`iz et pour la Ghamidite, et a clairement indiqué que tous deux méritaient l'estime de la communauté, et non pas son mépris. L'attitude de Kbalid qui, atteint par le sang de la condamnée, l'insulte, révèle la dureté naturelle de certains guerriers rompus au combat. Et c'est l'islam, qui progressivement, invitera ceux-ci à réformer leurs mœurs, et à respecter les êtres humains, quelles que soient leurs fautes et les peines qui s'ensuivent.»

Le père tire sa fille par la corde jusqu’au trou, la fait agenouiller, puis lui attache les jambes.

- Le barbu insiste de plus belle: Attache-la. Pose la couverture sur sa tête. Attache-la!

- A la femme: Dis qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah. Dis, qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah. Dis qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah. Nous allons commencer la première lapidation pour adultère dans la région de Hama.

Pour obéir à la «loi divine», dans la société que Hani Ramadan souhaite tant, irait-il jusqu’à attacher sa fille pécheresse dans un trou et lui lancer la dernière pierre?

(…) Quelques minutes plus tard, alors que les pieux barbus, fiers d’accomplir la volonté d’Allah, font pleuvoir les pierres sur la malheureuse sans défense, attachée au fond du trou, le père s’avance portant à la main une grosse pierre. Il lui revient l’honneur barbare d’achever sa propre fille, coupable selon lui de l’avoir trahi, ainsi que sa «religion», car l’islam est au-dessus de tout: de la famille, de l’amour, du sentiment d’humanité.

Pas une once de compassion de la part de ces dévots: la femme a péché, elle doit être lapidée, selon la volonté du très «Miséricordieux» (...)

L’imam genevois fait encore quelques observations sous le chapitre «L'excellence et la perfection de la shari`a ». Il compare la lapidation selon le christianisme («Que celui de vous qui est sans péché jette la première pierre...», et le judaïsme. (…) «Mais ici, il est essentiel de comprendre que la loi islamique préserve les droits humains selon le juste milieu compris entre les châtiments et le pardon. (…) Tous les Livres révélés précédant le Coran encouragent à l’adoption d'un comportement vertueux. (…) Cependant, la sharia permet d'aller plus loin dans la perfection, et de parachever ce qui était incomplet. Le-Savant  Ibn Uthaymîn donne à titre d’exemple le thème du talion. Faut-il l'appliquer ou alors pardonner? La loi juive reconnait plutôt son exécution, qui est systématique. La loi chrétienne, au contraire, rend le pardon obligatoire. Dans la loi islamique, on a retenu les deux «options», parce qu'il faut parfois se montrer sévère avec le criminel, quand rien d'autre ne peut arrêter ses crimes; et parfois, il faut pardonner.»

Si nos sociétés ne marchaient pas sur la tête, elles condamneraient sans appel les milliers d’individus qui enseignent, fidèles à leurs textes et à leur prophète, ce genre d’infamies. Elles modifieraient si nécessaire leur législation. Elles mettraient au minimum ces fanatiques au banc de la société. Or, elles font tout le contraire.

Qui peut expliquer cette écœurante complaisance?

Et qui peut me dire en quoi ces textes ne légitiment pas tel candidat au jihad d'aller imiter le Beau Modèle et  pratiquer "la loi divine" en Syrie ou en Irak ?

 

 

(1) La Miséricorde en Islam, Tawhid, 2003

 

10:03 | Tags : hani ramadan, lapidation, e | Lien permanent | Commentaires (17) |  Imprimer | |  Facebook | | |