Débat sur l'islam: socialistes et verts se défilent (21/05/2015)

Une petite interview M'dame? Non merci, je préfère vos confrères, ils sont plus gentils. Ah bon, je comprends. Une autre fois peut-être? Lorsque la situation sera vraiment grave...

Plutôt que rappeler ici les contradictions des socialistes et des verts à propos de l'islam, en particulier vis-à-vis de l'égalité entre hommes et femmes, je trouvais intéressant de confonter mes convictions avec l'une de leurs représentantes. J'ai donc envoyé une invitation pour une interview (avec droit de relecture) à Ada Marra et à Adèle Thorens, comme je l'avais fait avec Martine Brunschwig Graf et Manon Schick. La différence? Toutes deux se sont défilées.

Rappelons que ces deux partis ne sont nullement gênés par le port du voile, sont opposés à toute interdiction du foulard à l'école de même que du charmant niqab. Les Verts genevois sont allés jusqu'à porter sur leur liste électorale la prosélythe du burkini et du hijab pour enseignantes, la très couverte  Lucia Dahlab... Qui avait recouru à la Cour européenne de Strasbourg afin de tenter d'imposer son foulard en classe. (Elle a aussi a refusé une interview .)

ada marra,adèle thorensJe me suis d'abord adressée à la socialiste Ada Marra. Refus, car l'interview allait passer dans Les Observateurs, avec qui "la confiance était rompue". Pourquoi? En septembre 2013, le site publie quatre lignes d'une source italophone affirmant que la conseillère nationale menace d'actions en justice ceux qui la critiquent sur Facebook pour avoir porté le maillot de l'équipe italienne au Parlement. Tout est faux. Les Observateurs placent sous les lignes incriminées la mise au point d'Ada Marra et reconnaissent leur erreur. Cela ne suffit pas à la victime qui veut la suppression de l'article. D'où son refus de l'interview bien que je ne sois évidement pour rien dans cette péripétie.

Une proposition d'entretien pour mon blog seulement n'a pas plus de succès, car Les Observateurs auraient pu la reprendre.

Tout cela est un joli prétexte. "Courage, fuyons" est une habitude socialiste.Elle s'est déjà exprimée lorsque le journal genevois du parti avait fait une pleine page signée Sylvain Thévoz et Hafid Ouardiri qui hachainent menu l'auteure de Boulevard de l'islamisme, située comme il se doit à l'"extrême droite". Impossible d'obtenir le moindre droit de réponse. Pas d'étonnement de ma part: "Je sais, disais-je alors, pour l’avoir expérimenté que le refus du débat de fond sur l’islam fait désormais partie des dogmes de son/mon parti: le PSG m’a refusé à trois reprises ce débat lors de la sortie d’"Islamophobie ou légitime défiance?" L'épisode s'est terminé par mes Adieux au Parti socialiste. Ils indiquent déjà assez clairement ce qu'allaient être mes questions aux deux élues.

Ma correspondance avec Adèle Thorens, présidente du Parti des Verts, a été brève. Après m'avoir demandé de lui renvoyer ma demande, qu'elle n'avait bizarrement pas reçue, et malgré un courriel de rappel, elle a fait la morte. Ce comportement de rustre prouve qu'elle compte parmi les humains qui ont été bien nourris, mais fort peu éduqués. Et que les Verts suisses, qui sont comme ceux de  toute l'Europe, les plus fidèles soutiens de l'obscurantisme musulman, ne rendent des comptes qu'à des journalistes complaisants. Heureusement pour eux, ils ne manquent pas.

PS: Mais ne serait-ce que pour me faire mentir, si un(e) socialiste ou un(e) vert est prêt au débat, la porte est ouverte...


 

17:44 | Tags : ada marra, adèle thorens | Lien permanent | Commentaires (14) |  Imprimer | |  Facebook | | |