L’Arabie saoudite va combattre la radicalisation de sa mosquée genevoise (19/06/2016)

A l’occasion d’une visite d’une délégation de la péninsule, l’expert Hasni Abidi nous plonge dans un discours étonnant sur les bienfaits du wahhabisme à Genève.

Abidi rts.jpeg

Le site français «Boulevard Voltaire» m’a appelée pour un bref entretien. Celui-ci m’a rappelé une interview de Hasni Abidi dans la Tribune de Genève sur la visite d’une délégation de la très saoudienne Ligue islamique mondiale (LIM) qui m’avait estomaquée. Du coup, je m’y suis replongée.


Selon le directeur du «Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen», très sollicité par les médias pour éclairer le public sur l’actualité islamique, la LIM est fâchée par la radicalisation de sa mosquée. Les salafistes, c’est bien connu, détestent la radicalisation.


En fait, la raison de la visite, c’est le coup de tonnerre d’août dernier, soit l’annonce du départ de deux hommes dont un jeune Genevois en Syrie. Les Saoud détestent surtout que leur idéologie soit médiatisée. Or, l’écho de ces révélations a été grand. L’enquête de la Tribune de Genève montrait que l’ensemble de la mosquée, dont ses imams, sont radicaux.


Un salarié de l’État wahhabite peut-il ne pas l’être? Évidemment non, mais les radicaux savent plus ou moins bien entuber leur environnement. Reste que le seul fait d'être au service d’un pays qui foule aux pieds par des châtiments atroces la dignité humaine, est infamant. Fin de la parenthèse.

Al Turki5.jpg

Abdallah Al-Turki conduisait cette délégation venue «faire le ménage»: «La LIM va certainement prendre des décisions», annonce Abidi. Elle pourrait même aller jusqu’à «un changement dans le conseil de fondation»!!!

La mascarade atteint son point culminant lorsque l’on sait qu’Al Turki est le président de ce Conseil de fondation genevois auquel il reproche moult manquements. Il est aussi secrétaire général de la LIM depuis des décennies. Il adore son pays et en promeut les attraits: «En appliquant la Charia de Dieu, beaucoup de bien s’est produit. Elle a conduit à la sécurité, la stabilité et la prospérité, de même qu’à la promotion des droits de l’homme dans la justice et l’honnêteté et en toutes circonstances.»

Pour Abidi, la mosquée «fait partie de l’arsenal religieux politique de lutte contre le terrorisme développé depuis peu par l’Arabie saoudite». Il est vrai que la royauté commence à craindre pour son pouvoir.

Selon le spécialiste: «La reprise en main des autorités saoudiennes est d’ordre institutionnel et non pas dogmatique.» On croit comprendre que la mosquée poursuivra son enseignement littéral… Comme les centaines d’autres financées par les Saoud, fers de lance avec les Frères musulmans de l’obscurantisme et de la lutte contre l’Occident et ses valeurs.

Erreur d’interprétation. En fait, l’Arabie saoudite n’a pas cessé de prodiguer l’islam le plus ouvert qui soit à Genève! «(…) la LIM ne veut plus qu’un lieu de culte ayant fait ses preuves dans le «vivre-ensemble» et ayant permis à des milliers de musulmans de pratiquer leur foi dans la sérénité et la transparence…»

Je trouvais cet «expert» mou et pas clair. Je le découvre dans un rôle de quasi promoteur du contrôle wahhabite des mosquées.

On a les spécialistes qu’on mérite.

 

14:07 | Tags : hasni abidi, mosquée genevoise, al-turki | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | |