Les Suisses excédés disent stop aux régressions musulmanes (30/08/2016)

Près des trois quarts des Suisses souhaitent l'interdiction de la burqa. Entre attentats, incessantes revendications, imposition de régressions dans l'espace public, ils n'en peuvent plus. Même certains politiciens commencent à abandonner la bienpensance. Un léger espoir renaît.

Dans la chaleur de ce dimanche d’été, la nouvelle rafraîchit: 71 % des Suisses souhaitent l’interdiction de la burqa. C'est un sondage du Matin Dimanche qui annonce la bonne nouvelle.

Les Tessinois, qui lui ont déjà réglé son compte dans les urnes sont 85 % à se féliciter de leur décision! 

Qui sont les moins enthousiastes ? Aucune surprise : les Verts, fidèles compagnons depuis des décennies de l’islamo-fascisme, ne sont que 33 % à vouloir l’interdiction du cercueil ambulant.

Les événements de Nice, encore un de ces massacres dont les musulmans veulent nous faire croire qu’ils n’ont rien à voir avec leur Coran, ont joué leur rôle. Les communautés ont mollement protesté et le nombre de musulmans qui ont participé à une messe pourrait être inférieur au nombre de victimes du chauffeur d’Allah.

Mais l’interdiction d’un nouveau vêtement qui cache le diabolique corps des femmes, le burkini, rassemble toutes les énergies des serviteurs du prophète, fait instantanément courir les messagers de la régression aux tribunaux, les conduit en toute hâte auprès du gouvernement français, leur fait endosser leur costume favori, celui de victimes.

Après trois décennies de ce cirque qui se produit partout où les musulmans sont arrivés en nombre, de plus en plus de citoyens ouvrent les yeux. Le coup des croisades comme celui de la colonisation a pris l’eau. Les «de souche» ne se sentent plus redevables, encore moins coupables.

Au contraire, la population n’en peut plus, les citoyens sont excédés. Il suffit de leur parler -quand ils se sentent en confiance- dans la rue, dans le bus, sur le terrain de foot ou de golf. Ils ne supportent plus de se coltiner tous les trois jours des articles ou des reportages sur une nouvelle péripétie des fossiles religieux.

Des politiques suisses qui faisaient de grands discours sur la merveilleuse intégration de ces immigrés retournent leur veste. Les voilà partisans d’une loi et pas d’un article constitutionnel, ces hypocrites oubliant que c’est leur niet catégorique qui a obligé l’UDC (à propos: 96 % de ses sympathisants disent oui à l’interdiction dans le sondage!) à en passer par l’initiative.

Une des premières conséquences de ces prises de conscience pourrait être la libération de la parole. Non pas la parole de haine, simplement celle qui dit: «Je suis opposé à ces bondieuseries, à ces régressions sexistes et à l’islamisation de mon pays.»

Et aussi à l’immigration sans frein.

Le même Matin Dimanche révèle que les conflits se multiplient dans les centres fédéraux pour requérants d’asile, ce qu'on peut sans peine généraliser aux centres en général. Le coût de la sécurité se monte à 45 millions, soit deux fois plus que celui de l’encadrement.

09:38 | Tags : matin dimanche, burqa, sondage | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | |